Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Mer 16 Nov 2016 - 1:01

15 juillet de l'an 7 de l'ère d'obsidienne

Il enserra sa taille, d’une main, les lèvres posées dans son cou, Keziah soufflait doucement contre son épaule en la serrant contre lui. Il était allongé au-dessus de son petit corps, elle n’avait rien de frêle, mais contre lui, elle ne tenait qu’entre ses bras, beaucoup plus fine que lui malgré sa silhouette longiligne. Il la relâcha doucement en venant éloigner son visage pour rejoindre ses lèvres et se retourner, allongé près d’elle. Les longues mèches rousses tombaient un peu partout, tignasse chaotique qu’il ne savait dompter, pas plus que son esprit. Keziah laissa son regard retomber son regard sur Kyne, ne pouvait-il pas se permettre un petit coup d’œil. Et pourquoi pas le mouvement d’une caresse le long de son dos. Il aurait aimé la voir ainsi, humaine, avec toutes ses pulsions et ses manies vivantes, la rougeur de ses joues et de son corps. Parfois, il se retenait de la mordre, non il la respectait trop pour cela mais il regrettait de ne pas avoir attendu un peu avant de la transformer. Il aurait pu jouer avec elle plus que cela, faire durer le plaisir un peu.

Mais il aimait la petite Kyne qu’il avait à présent. Elle était fidèle à son père, une vampire au potentiel qu’elle ne gaspillait aucunement. Il laissa ses doigts se glisser entre les cheveux rouges, un sourire espiègle aux lèvres, à en montrer les dents de manière indifférente. Il éloigna sa main lorsqu’il se retourna pour se lever du lit, ses mains retrouvant les vêtements qu’il aurait pu déchirer tant il avait été imprudent. « Je désirais te parler. » fit-il, de manière plus formelle, pourtant il n’était pas encore entièrement habillé. « Je ne fais pas confiance au conseil, nous ne pouvons prendre le
risque de leur laisser un pouvoir décisionnel. Ils ont tué leur ancien prince. »


Peut-être l’avait-il mérité. S’il avait été assez fort pour gouverner, il aurait su gagner ce combat. Mais Keziah n’allait pas agir comme un imbécile et foncer tête baisser, se surestimer, ce n’était pas une solution. « Je veux mettre de l’ordre dans cet endroit, Kyne. Et tu es ma princesse, la moitié de mon règne » Il n’avait pris ce trône que pour mettre fin à ce chaos, depuis le début, il l’insupportait. Après avoir revêtir ses pantalons, le Soen enfila sa chemise qu’il se mit à attacher, lentement, se rasseyant sur le lit. « Et de ma conscience. Si tu crois qu’une chose doit-être faite, je t’écouterai. » Tournant la tête, son regard croisa les yeux dépareillés de sa moitié, il aurait aimé la garder ainsi et ici, éternellement. Mais il appréciait beaucoup trop l’avoir à ses côtés sur le trône et en combat pour la cacher dans une chambre. Sa Kyne était destinée à mieux qu’un jouet sans autre intérêt que son corps. « Désires-tu être à mes côtés lorsque je règlerai ce souci ? Ou alors, je peux laisser mon arme favorite agir seule. » souffla-t-il en attrapant une mèche de cheveux rouge.


Dernière édition par Keziah Soen le Sam 3 Déc 2016 - 22:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Ven 18 Nov 2016 - 1:09

Le souffle court, elle tentait de calmer son esprit échauffé. Si son cœur ne battait plus, ses poumons et sa gorge lui faisaient mal d’avoir tant crié. Nulles douleurs, toutefois, mais plutôt un intense plaisir suivit d’une quiétude plus que bienvenue. Le torse froid et musclé qu’elle sentait dans son dos lui apportait un sentiment de sécurité tandis que ce souffle contre son épaule attisait ses envies les plus inavouables, encore et encore. Elle sentait les cheveux de Keziah caresser sa nuque tandis qu’il la serrait contre lui, possessif. Dans cette position, elle sentait tout ce qui faisait de lui un homme et son désir ne demandait qu’à l’embraser une fois encore… Mais n’avaient-ils pas assez profité ?

Elle sentit son prince s’éloigner d’elle après un baiser, venant s’allonger sur le matelas à ses côtés. Kyne, les yeux fermés, ne bougea pas d’un millimètre. Elle était bien, là, allongée et à peine couverte, offrant son dos au Prince Vampirique. Sa caresse la fit frémir tandis qu’elle devinait son regard posé sur ses formes. Elle le connaissait, elle avait appris à le connaitre depuis cinq ans et elle aimait la façon qu’il avait de la regarder, de la vouloir… Elle aimait s’en amuser et attiser sa jalousie en allant voir ailleurs. Sa caresse parmi ses mèches rousses la fit revenir au présent et doucement sourire… Jusqu’à ce qu’elle ne le sente plus à ses côtés.

Indifférente à sa propre nudité qu’elle exposait, elle observa Keziah s’habiller. Elle aurait aimé pouvoir promener son regard sur ses atouts un peu plus longtemps, mais le jeune prince semblait en avoir décidé autrement… Le princesse, en revanche, se prélassait dans le lit et s’étira comme une lionne, arquant le dos avant de retomber parmi les draps en désordre. Le ton du roux ne laissait guère place aux questions et, imperceptiblement, Kyne releva la tête, prête à l’écouter.

L’homme souleva une évidence aux yeux vairons. L’Alayienne n’avait pas non plus confiance et craignait une trahison dès que le Conseil comprendrait qu’ils n’avaient plus de pouvoirs, que Keziah n’était pas un homme manipulable. Kyne craignait pour la vie de son père autant que pour la sienne… Et qu’il la consulte avant de prendre une décision la touchait. Elle aimait gouverner à ses côtés.

A quatre pattes sur le lit, la rousse saisit la main de son prince, le faisant s’arrêter à sa hauteur. Elle vint ensuite agripper ses mains sur ses épaules et se redressa contre lui, son regard vairon plongeant ainsi dans le sien.

- Faisons le ensembles. Tuons-les, c’est tout ce qu’ils méritent, père.
Répondit-elle simplement.

Elle sourit, légèrement, puis glissa ses doigts contre sa nuque pour l'attirer vers elle et lui offrir un baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Lun 28 Nov 2016 - 1:09

Sourire amusé, ce corps, cette impudeur et cette manière de se laisser voir, le satisfaisait. Elle était sa création, sa fille et cette arme qu’il avait façonnée était parfaite, il appréciait le résultat de son labeur. Il le laissa l’immobiliser d’une main sur la sienne, poser ses petits doigts sur ses épaules et se redresser en se retrouvant yeux devant les siens. Son sourire s’élargit lorsqu’elle ouvrit ses lèvres pour prononcer des mots qui réveillaient une extase dans son ventre. Il se laissa embrasser, douceur au ventre, mais la passion l’envahit rapidement et une mèche de ses cheveux toujours entre deux doigts, il ne la libéra pas aussitôt, se laissant aller à l’impulsivité d’un baiser. Il aimait sa réponse et il l’aimait, de cette manière et dans son esprit fusionnel à ses pensées.

La main se retrouva dans la tignasse rousse, contre sa nuque, une récompense ? Il se retint de lui mordre la lèvre et de se laisser retomber sur son corps. « Tu es parfaite. » Souffla-t-il en se penchant contre son oreille, restant près de sa nuque un moment. Keziah se détacha de son amante, la regardant dans les yeux, il embrassa son front d’un geste plus paternel avant de libérer ses cheveux de son étreinte. « N’y a-t-il rien que tu désires, Kyne? Gagner un combat aussi important mérite un présent. »

Le vampire balança la tête pour laisser sa longue crinière rousse glisser vers l’arrière, certaines mèches acceptant de se déplacer derrières son épaules, d’autres aussi rebelles et chaotiques que son esprit cachait l’un des yeux, vert et pur dans sa couleur. Son sourire était séduisant, mais intérieurement enthousiaste de combattre à ses côtés. Non il n’appréciait pas particulièrement l’idée de verser le sang, mais c’était nécessaire et avoir Kyne près de lui lorsque cela se produirait, la voir combattre à nouveau, pour lui et avec lui, une idée à avoir envie de se saisir de ces jolies lèvres rouges. « Bien, habille-toi. Je regrette de devoir les défier les uns après les autres, nous ne pouvons pas risquer de se battre seuls ou de voir des vampires plus fidèles aux conseillers nous trahir. » Il se leva en attachant les derniers boutons de sa chemise et en tentant de défaire les quelques nœuds dans ses cheveux. Oui, C’était agaçant, mais il ne couperait cette tignasse pour rien au monde.

Keziah vint s’installer au bureau auquel il avait droit dans sa chambre, quittant le confort des draps, il ouvrit un papier parchemin, ainsi qu’un encrier pour commencer à écrire. Ils ne pouvaient pas risquer de parler, même à voix basse comme il le faisait depuis le début, parfois les murs avaient des oreilles. Même si, normalement, il avait donné l'ordre de leur laisser leur intimité, Keziah pouvait être paranoïaque et croyait que des espions était un risque envisageable.

« Nous devrons brûler ce parchemin dès que tu auras lu cette lettre. Nous sommes en infériorité de nombre, mais j’ai une idée. Je demanderai à tous les conseillers de se présenter dans la salle du conseil, ils n’auront pas le choix de se présenter. Une fois tous entrés, tu pourras les restreindre magiquement à bouger, je connais ta puissance, je sais que tu peux le faire. Je quitterai la salle et verrouillerai la porte, tu pourras y mettre le feu avant de quitter. »


Le Soen roula le papier et tendit la lettre à sa fille, attendant qu’elle ait terminé de lire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Mar 6 Déc 2016 - 18:09

Elle aimait qu’il le regarde, qu’il l’admire. Elle aimait éveiller son désir autant que sa frustration. C’est pourquoi ses doigts s’assurèrent une prise sur ses épaules tandis qu’elle dégustait les lèvres de son créateur, ne souhaitant qu’une chose : qu’il l’écrase de son poids et se glisse entre ses jambes…

Mais cela devrait attendre. Bien que le baiser traduise leurs envies, ils se séparèrent sans jamais se quitter des yeux. La main de Keziah dans sa tignasse rousse était agréable, Kyne fermant les paupières pour apprécier ce contact. Ses mots la firent sourire, puis il embrassa son front, un geste protecteur que la demoiselle aimait. Puis, elle le couvrit une nouvelle fois de son regard vairon. Désirait-elle quelque chose, si ce n’était l’éternité à ses côtés ? Keziah représentait quasiment toute sa vie d’immortelle, la seule dont elle voulait se souvenir, et cela lui convenait.

- Toi ? Lui répondit-elle d’une petite voix, accompagnant cela d’un sourire en coin dont elle avait le secret. Si tu veux m’offrir autre chose que toi, je suis certaine que tu trouveras tout seul.

Elle leva son index et le posa sur les lèvres du prince, tapotant celles-ci d’un air distrait avant de se laisser retomber dans le lit. Elle couvrir son intimité et son buste avec les draps, assise en tailleur, et releva la tête vers lui. Kyne n’aimait pas particulièrement l’idée de faire couler le sang, mais concernant le Conseil, elle saurait faire une exception. Ils avaient tué le dernier Prince et la demoiselle aux yeux vairons ne voulait pas connaître le même sort. L’idée que leurs vies, surtout celle de Keziah, soient en danger lui était insupportable. Le calme qu’elle affichait n’était qu’une façade.

Tandis qu’il se dirigeait vers son bureau, elle entreprit de chercher ses vêtements. Faisant du drap une robe de fortune, elle traversa la chambre d’un pas léger, récupérant les morceaux de tissu les un après les autres. Elle entendait distinctement le grattement de la plume sur le parchemin et si sa curiosité était grande, Kyne su la tempérer. Ainsi, lorsque Keziah eut terminé d’écrire, elle était toute habillée. Le noir de sa tenue contrastait avec le roux de sa chevelure tout en soulignant ses formes et la finesse de sa silhouette. Dans un coin de la pièce se trouvait son bâton, qu’elle avait à peine eu le temps de poser là avant que le Prince lui saute dessus quelques heures plus tôt.

Le parchemin quitta les doigts du roux et traversa magiquement la pièce pour venir se glisser entre ceux de la rousse. Sans un mot, elle le déroula et en lu le contenu. Ses sourcils se froncèrent peu à peu jusqu’à ce qu’elle relève son regard vers Keziah, toujours sans un mot. Ce ne fut qu'au bout de quelques secondes que ses lèvres s’étirèrent en un léger sourire, signifiant son accord avec ce plan. D’un geste, elle désigna la porte des appartements, puis elle attira magiquement son bâton à elle, refermant ses doigts sur le bois. Une seconde plus tard, le parchemin prenait feu dans les doigts de la Princesse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Lun 19 Déc 2016 - 20:12

Elle avait cet air taquin qui ne la quittait pas, qui le faisait sourire, malgré l’envie de corriger de manière espiègle cette fâcheuse habitude de jouer avec ses désirs. Elle avait raison néanmoins, s’il souhaitait la récompenser, il devait trouver la créativité de savoir lui-même quoi lui offrir, ce qui lui ferait réellement plaisir. Sa manière de toucher ses lèvres sans vraiment porter attention le fit glousser, réellement elle n’était qu’une jeune fille, la sienne.

Il se retourna vers la silhouette de sa vampiresse habillée, elle était sensible à l’idée de prendre des vies et des non vies, mais Keziah devait l’endurcir, le chemin du pouvoir vampirique était inévitablement souillé de sang, si elle désirait garder cette position, elle devait accepter ce sort. Et il n’y avait plus de retour, leur règne terminerait le jour de leur mort. Le prince regarda le papier s’embraser d’un air sérieux, ses cheveux encore ébouriffés par leurs ébats, ses yeux gardaient une lueur un peu effrayante. Il n’y avait plus de quoi sourire et il n’était pas fier de ce qu’il allait faire, mais c’était un devoir, une obligation. Son rôle était aussi de faire comprendre cela à Kyne, elle était encore si jeune et malgré son éducation intense, il avait fait en sorte qu’elle sache se contrôler et non qu’elle devienne une bête comme on avait fait de lui.

Keziah passa une main dans sa tignasse embrasée, on lui reprochait souvent de ne pas être assez soigné. Qu’importe, pour l’heure, il prenait délicatement la main de sa fille pour l’attirer hors de la pièce. Fouet à la ceinture et lance à la main, il la relâcha après avoir fermé la porte derrière eux.

***

Il avait entamé une rencontre normale, annoncer ses intentions était imbécile, il ne pouvait pas se permettre de voir l’un des conseillers s’enfuir avant qu’il ne puisse s’en débarrasser. Chacun avait pris siège, puisque le vampire avait décidé de parler d’un sujet qui lui avait réellement occupé l’esprit : Reconstruire les parties atteintes de la ville par la guerre civile. La cité forteresse était aussi importante que la tour blanche et les fortifications ne pouvaient avoir des faiblesses. C’était là leur avantage, si des conflits venaient à refaire surface et les galeries pouvaient les protéger, mais la protection de la ville était importante. Après ces années de désordre et de chaos, Keziah voulait faire place à l’ordre, que ce soit par obsession ou par irritation.

Puis, à un moment dans la discussion, il posa une main discrète sur le bras de sa fille, plantant son regard dans le sien, sans expression, mais suffisamment longtemps pour lui faire comprendre ce qu’il attendait d’elle. Cela ne prit que quelques instants pour que sans un mot, il tourne les talons et quitte la salle, accompagné de Kyne. Clé à la main, il refermait et verouillait, sans nervosité visible, mais une panique bien palpable au creux du ventre. Ils n’avaient qu’une chance, une seule. « Finissons-en Kyne, au plus vite. » souffla-t-il en reculant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Lun 2 Jan 2017 - 15:57

Une froide résolution brillait au fond du regard vairon. Kyne, d’ordinaire si douce et enfantine, semblait avoir pris de l’âge. Il se dégageait d’elle une force certaine tandis qu’elle accompagnait Keziah dans les couloirs de la Tour, son bâton sagement fixé en travers de son dos par une petite courroi de cuir. A ses côtés, elle entendait distinctement le bruit léger du fouet de son père qui tapait contre sa cuisse à chacun de ses pas, comme un métronome, marquant un rythme funèbre qu’ils été les seuls à entendre. Chaque pas les rapprochait de la mort et du sang et, dans sa tête, Kyne imaginait les multiples façons de s’y prendre pour empêcher les Conseillers de fuir, son esprit ordinairement si doux tordu par la souffrance à venir. Mais qu’importe, pour Keziah, elle pouvait tout faire, tout voir et tout pardonner.

La rencontre s’annonçait ordinaire, du moins à son commencement, afin de ne pas les trahir. Kyne prit donc place au côté de son prince, appuyant son bâton contre la table d’un air distrait. Son regard avait retrouvé sa fraîcheur habituelle, la gravité de la situation l’ayant quitté. Une façade soigneusement étudiée, Kyne prouvant sa capacité à feindre et inventer des émotions. Les conseillers, eux, ne semblaient pas avoir flairé le piège. Ils acquiesçaient aux dires de Keziah, tous étant d’accord pour reconstruire ce que les querelles avaient brisé. Mais ils ne verraient jamais cette reconstruction.

La main qu’il posa discrètement sur son bras donna le signal. La jeune princesse tourna son regard vers lui, le fixant longuement sans un mot, sans vraiment écouter les conseillers. Elle reporta ensuite son regard vers le centre de la table et, doucement, joignit ses deux mains entre elles, les coudes sur les accoudoirs de son fauteuil. Elle les délia ensuite et posa colla ses doigts ensemble de façon à former une boule. Les cibles de Kyne furent alors prises dans un cocon de fils d’araignée, les bras et les jambes liées. Collés à leur siège et incapable de se lever, la Princesse les fixa sans rien dire avant de se lever. Une boule de feu naquit au creux de sa paume et, juste avant que la porte se referme, elle la jeta parmi les conseillers. Le mobilier prit feu, suivit par les étoffes que portaient les conseillers, la présence des toiles accroissant les flammes comme une de la paille dans un feu. « Le feu purifie… » Murmura-t-elle avant de se détourner de ce carnage, les hurlements des condamnés étant difficilement supportables.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Mar 17 Jan 2017 - 6:04

Les hurlements ne manquaient pas d’attirer l’attention, mais le regard vide, Keziah regardait la porte close et cette cacophonie n’avait rien d’inconnue à ses oreilles, elle était comme l’écho des combats dont il avait trop pris part. Quelque part, il entendait un reflet de ses propres cris, à l’époque où il se battait contre la bête en lui, sous les yeux amusés d’un ancestral beaucoup trop peu empathique. Le Chaos, c’était le son du chaos, mais il se mêlait bientôt aux pas de ses hommes, curieux qui s’arrêtaient en voyant le prince immobile, indifférent. Puis, lentement, l’harmonie dissonante s’éteignait, c’est sa lance en main que Keziah ouvrait la porte et s’avançait, entre les corps calcinés. L’odeur était forte, il ne la supporterait pas longtemps, mais il ne s’occuperait pas de cette basse besogne. « Votre épée. » Ordonna-t-il simplement à l’un des vampires les plus à proximité, qui obéit rapidement. Le Soen s’avança vers son conseiller le plus ancien, il se souvenait la place qu’il avait prise, même si les traits du visage n’étaient plus visibles. Cette vision le dégoutait, Keziah préférait nettement donner le sale travail à ses hommes. Mais il devait faire cela seul, il n’avait pas le choix.

La lame trancha la tête du défunt et par le reste de cheveux qui étaient attachés au corps, le prince prit la tête et d’un pas vif, sorti de la pièce. Étrange scène que de ce nouveau prince, suivi par sa fille et quelques gardes, se dirigeant vers sa cour et son trône. La tête retomba devant le siège, mais il ne s’assied pas. La tête haute, Keziah était debout, tendait l’autre main à Kyne pour l’inviter à prendre place près de lui. Il n’avait jamais montré une expression aussi sérieuse devant elle, il se sentait animal, il se souvenait de la bête dont on avait fait de lui.

« Ceci est l’une des têtes de vos sept conseillers, le reste des corps réside dans la salle du conseil, brûlés. Il n’y avait d’autre mesure à prendre que de procéder à leur exécution, suite à l’assassinat du dernier prince, sans avoir recours à un duel afin d’accéder au trône, ces sept traîtres ont été condamnés pour régicide. Nous régnons par la force, certes, mais dans cette tour il y a des règles et je ne laisserai plus ce royaume sombrer dans le chaos. Les vampires sont plus grands que cela et méritent une couronne digne de leur force, et non un règne faible et fragile. »


Là était sa justification, qu’elle suscite l’horreur, la force, la justice ou l’injustice. Il n’en dirait pas plus, espérant que cela ne causerait pas de révolte.

« Elyah, vous et vos hommes pouvez nettoyer la salle du conseil. Les corps seront brûlés proprement. Je condamne officiellement cette salle. Je recruterai de nouveaux conseillers, une nouvelle salle sera préparée pour les prochaines rencontres. Sachez que toute personne respectant les lois et l’allégeance envers le royaume vampirique n’auras pas à craindre pour sa sécurité. Vous pouvez disposer. »

Sa main serrait doucement celle de Kyne, sa peau froide réclamait un bain, son corps, un instant de calme. Lorsqu’il quitta la salle de trône, c’est un bain qu’il ordonnait à sa servante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Mer 1 Fév 2017 - 2:56

Tuer, voilà une chose pour laquelle Kyne était douée … mais paradoxalement, elle n’aimait pas particulièrement cela. Elle le faisait souvent uniquement pour Keziah, directement ou indirectement. Si le Prince n’avait pas été son créateur, peut-être aurait-elle été l’une de ces Vampires pacifiques, prêchant simplement la paix en cultivant son jardin. Mais cela n’était pas possible. Elle était la Princesse, elle se devait de tenir son rang et son rôle. Elle était son arme, sa magie. Ils étaient les deux faces indissociables d’une même pièce, l’un n’allant pas sans l’autre.

Les hurlements des condamnés ne tardèrent pas à attirer l’attention. Le regard vairon de Kyne s’était posé sur Keziah, légèrement soucieuse, tandis que les gardes accouraient. Elle ne se préoccupait pas d’eux, concentrée sur son père. Ce dernier semblait… Absent, écoutant sans doute cette sinistre symphonie qu’étaient les hurlements des anciens conseillers.
Puis soudain, les hurlements cessèrent. La mort avait emporté définitivement les condamnés, les suppliciés. Kyne demeura dans le couloir tandis que Keziah pénétrait dans la pièce carbonisée, sa lance à la main. Il en ressortit avec la tête de l’un des Vampires, que Kyne devina être le plus ancien des conseillers, le plus puissant d’entre tous. Elle observa la chair carbonisée d’un air absent et emboita le pas à Keziah lorsque celui-ci commença à s’éloigner. Elle le rattrapa de son pas rapide et marcha à ses côtés jusqu’à son trône, encadrée par quelques gardes. Elle l’y rejoignit, ensuite, très digne en saisissant délicatement la main tendue. Elle ne la lâcha pas tandis qu’elle tournait son regard vers la Cour, sans un mot, impassible. La gaieté caractéristique de la demoiselle l’avait quitté tandis que son père prononçait des mots d’une extrême gravité.

La rousse ne pouvait qu’approuver. Elle avait en horreur les coups bas et préférait régler ses comptes par les duels judiciaires. Certes, elle avait elle-même assassiné lâchement les conseillers, mais les défier aurait été signer leurs arrêts de morts à tous deux, Keziah et Elle, et n’aurait servi à rien, si ce n’est plonger une nouvelle fois les Vampires dans le chaos.

La demoiselle demeura silencieuse jusqu’à ce que Keziah quitte la salle du trône. Elle le suivi rapidement, bien qu’elle se permît un lourd regard sur l’assemblée avant de tourner les talents. Elle ne pouvait qu’approuver sa décision et son envie de se détendre après ces émotions, aussi ne tarda-t-elle pas à se dévêtir lorsqu’ils furent en privé. Elle vint ensuite aider Keziah à quitter ses habits, bien que son aide fût inutile, puis elle entoura son buste musclé de ses bras et posa sa tête rousse sur sa poitrine. Un câlin, voilà ce qu’elle lui offrit avant de se placer sur la pointe des pieds pour l’embrasser, glissant doucement une main vers sa joue, qu’elle caressa du bout des doigts. Elle entrelaça ensuite leurs doigts et le guida vers l’eau chaude, dans laquelle elle se glissa avec délectation. D’un regard, elle l’invita à venir s’appuyer contre sa poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Mar 14 Fév 2017 - 2:13

C’était le sang qu’il réclamait, les yeux vides et le corps encore marqué par son acte, cette absence de conscience qui le prenait lorsqu’il tuait, ainsi c’était cruel, il le savait, indigne, au moins les corps avaient été brûlés, n’étais-ce pas un moindre respect en ce monde ? Il ne les enterrait pas, pour le respect qu’il avait, la moindre parcelle pour leur autorité et leur titre, il ne les ferait pas enterrer. Il laissa kyne la dévêtir, elle qui était déjà nue, il avait cette impression qu’elle avait tendance à s’occuper de lui, à éliminer sa rigidité, son air droit et inébranlable, près d’elle, il se laissait aller par sa délicatesse et le calme l’envahissait, prenait ses épaules, son dos, ses bras, ses jambes.

Et se laissait détruire par ce baiser et cette étreinte. Lorsqu’elle le fit entrer dans l’eau, il sentit la douce odeur de sa peau, de ce cou qu’il avait autrefois mordu et cette poitrine contre laquelle sa tête était posée, si près de son cœur inanimé. C’était lui qui l’avait arrêté, qui sans son autorisation, l’avait forcée à vivre cette vie, à lui donner son corps comme arme et son allégeance.

Il se releva, plongeant ses yeux dans le regard vairon. C’était elle, qui avait une partie de lui, de cet unique œil, ce regard qui ne serait jamais vraiment comme le sien. Son instinct paternel envers elle était presque…agressif. Il la voulait, elle son cœur et son allégeance, pour lui seul. Il voulait qu’il n’appartienne qu’à elle, qu’elle n’obéisse qu’à elle pourtant il se déchirait à la voir poser des actions qui pourraient la blesser. D’un regard sérieux, pourtant dévorant, presqu’effrayant, il refusait de la quitter des yeux. Et osant ce mouvement, sa main se posait sur la hanche de son vampire avant de se resserrer et de l’emmener, presque brusquement contre elle. Sa main s’emparait de la chevelure de kyne alors qu’il tenait sa tête contre son cou et son corps tout contre lui. Elle tenait entre ses bras, toute petite qu’Elle était, n’étais-ce pas la preuve que c’est là où était sa place ?

Déplaçant, lentement, sa tête, ses cheveux s’emmêlaient et se plaçaient devant son visage, cachant les leurs, comme les cachant, il n’y avait plus qu’eux. Et ses lèvres près de son oreille, il murmura, aussi faiblement qu’on pouvait murmurer.

« Pardonne-moi de te faire poser ces gestes. Ta loyauté m’est précieuse. »


Et sans lâcher le derrière de sa tête, il vint baisser un brin la tête pour s’emparer de ses lèvres, gardant dans ses bras sa précieuse princesse. Comme s’il ne voulait perdre ce trésor, qu’il ne laisserait glisser de ses doigts, il la serrait fort, contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne) Jeu 16 Fév 2017 - 16:33

L’eau chaude autour de son corps était une bénédiction des défunts Esprits. Cette délicieuse sensation de cocon chassait toutes les tensions et, doucement, Kyne se détendait.
Elle accueillit Keziah contre elle avec grand plaisir, posant avec douceur une main sur sa tête et l’autre dans son dos, qu’elle caressait d’un geste distrait. Elle se sentait bien ainsi, avec lui, et pourrait sans aucun doute demeurer immobile des heures durant, à simplement chasser les tourments de ce Prince qu’elle aimait tant.

Mais le roux se redressa, provoquant moult remous dans le bain et l’eau encore fumante manqua de se déverser sur la pierre froide qui composait le sol. Elle n’y prêta pas attention, toutefois, et lui sourit tendrement, soutenant son regard avec douceur, sans un mot. Tout juste vint-elle replacer quelques mèches rousses derrière son oreille, en un geste étrangement maternelle, inversant les rôles l’espace d’une seconde. A quoi pouvait-il penser, en la regardant ainsi ? L’intensité de cet échange visuel la fit frissonner, plus encore que la main masculine qui venait de se poser sur sa hanche. Instinctivement, elle réduisit davantage l’espace entre leurs deux corps, collant son flanc contre ces doigts puissants qui l’avaient possédé maintes et maintes fois, pour son plus grand plaisir.
La brutalité de son étreinte ne parvint pas à en ôter la douceur. Au-delà du geste brusque, Kyne voyait les sentiments que son père éprouvait pour elle. Cela la fit sourire et elle noua ses bras autour de son cou, le rompant le contact visuel mais collant définitivement son corps au siens, comme si elle essayait de fusionner avec lui.

Son murmure la fit frissonner. Elle ne lui en voulait pas, il n’y avait rien à pardonner. Ce qu’elle faisait pour lui, elle le faisait de bonne grâce.Elle accueillit Keziah contre elle avec grand plaisir, posant avec douceur une main sur sa tête et l’autre dans son dos, qu’elle caressait d’un geste distrait.

« Je t’aime, père. Ce que je fais pour toi, je le fais avec plaisir. Nous sommes liés pour l’éternité, ne l’oubli pas, mais il n’y a rien à pardonner. »

Et de biens des façons, d’ailleurs ! Et Kyne était certaine que Keziah ferait tout pour elle, n’est-ce pas ? Comment pouvait-il en être autrement ? C’est donc avec plaisir qu’elle répondit à son baiser, levant légèrement la tête. Son corps s’arqua doucement contre le sien, elle noua ses jambes aux siennes et l’attira contre elle. Elle le voulait pour elle seule, autant qu’il la voulait pour elle … bien que la fille aimait jouer avec le feu. Elle aimait le rendre un peu jaloux pour qu’il lui montre, par la suite, l’étendue de ses sentiments pour elle. Et le baiser s’intensifia lorsqu’elle glissa sa langue contre la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne)

Revenir en haut Aller en bas

Semi conscience, moitié de mon esprit (Kyne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Partie 68 (deuxième moitié)
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]
» Gloglo en "semi-afk" organisation de sorties
» Semi troll de l'Extrème Harad
» La Monade : ou comment se torturer l'esprit avec Leibniz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-