Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une si belle et douce visite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Une si belle et douce visite Sam 30 Juil 2016 - 10:47

26 juillet

Alauwyr maugréait dans son coin. Le soleil était levé depuis une bonne heure au dessus de l'horizon, apportant sa douce lumière chaleureuse à travers les vitraux qui composaient cette salle appartenant à l'infirmerie. L'Alayien avait eu de la chance, on avait pu lui trouver, le temps des derniers soins à apporter une chambre double où il n'y avait personne d'autres que lui. En effet, après ce qui s'était tramé au soir d'avant, un des guérisseurs qui l'avait vu avait opté pour un recoin calme. L'Alayien avait été jugé pris sous une forte tension émotionnelle et pour ce faire, rien ne fallait un recoin paisible et seul. Heureusement qu'on avait pu bander ses blessures avant, car le suturer ou user de magie avait été hors de question. L'épéiste avait été à la limite d'injurier ceux qui l'approchaient.

Une forte tension... En effet Alauwyr ne digérait toujours pas ce ressenti de terreur qu'il avait eu d'un coup d'un seul. Cela ne lui ressemblait pas. Malgré ce qu'il avait pu apprendre, cela ne l'avait guère convaincu. Ou alors était-ce un effet secondaire de la subite ''attaque'' d'Orfraie quand cette dernière avait perçu l'odeur de son sang après la chute du lustre ? Il revoyait encore son regard de vampire avide de se délecter de son sang, se contentant au début de lécher quelques gouttes...

Il chassa ces souvenirs récents et se leva de son lit, grimaçant du coup d'épée reçu au flanc. Il n'avait pas dormi de la nuit, pris en étau par la douleur lancinante de ses blessures comme des pensées moroses qui l'avaient envahis. Lui avait peur... Comment cela avait pu être possible. Une fois encore, il essaya de penser à autre chose... Il se raccrocha à l'idée qu'un Baptistrel passerait sous peu, vu qu'il avait ''refusé'' qu'un guérisseur s'occupe de ses blessures...

Depuis qu'il tolérait la magie, non sans avoir encore ce dégoût affiché par moment quand à son usage sur lui directement, il préférait plus la présence d'un Baptistrel qu'un autre. Ces individus là seraient plus à même de répondre à ses nombreuses interrogations qui trottaient dans son esprit depuis des mois. Puis à nouveau les souvenirs de la nuit précédente l'envahirent à nouveau. Il lâcha un juron et s'assit sur le bord du lit. Il se focalisait trop sur cette histoire. Se détendre ! Voilà ce dont il avait besoin et il n'aurait pas craché à une virée dans des thermes, pour y passer une journée complète ! Mais blessé on refuserait de le laisser sortir dans son état. Un autre juron sortit alors de ses lèvres quand la porte de sa chambrée s'ouvrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawan Sywel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Dim 31 Juil 2016 - 18:21

Le moins que l'on puisse dire était que, pour le petit Dawan, la nuit avait été aussi courte que mouvementée. Il s'était cru le loisir d'admirer l'orage, avait été interrompu pour une escapade, pour finalement se retrouver plié en deux par la douleur des morts autour de lui. Il avait fallu toute la magie et la tendresse d'Elrond pour parvenir à l'apaiser à nouveau et, cette fois-ci, c'était le dragonnier de saphir qui avait servi de somnifère à son cadet de nacre.
Réveillé aux premiers rayons de soleil, comme à son habitude, il avait tout juste achevé ses ablutions et son chant au lever du soleil lorsqu'un page vint le trouver, pour lui expliquer qu'il y avait un blessé, un alayien, qui préférait se faire soigner par un baptistrel. Et là, une question était venue audit baptistrel: comment BIGRE ce page avait su qu'il devait le trouver dans la chambre d'Elrond ? Leur idylle était donc si ébruité ? Bon. Fort bien. Au moins leur mariage ne surprendrait personne. Tant qu'Elrond ne subissait aucun désagrément de part leur union, cela lui allait très bien.

Pas tout à fait réveillé, les yeux encore mi-clos et la bouche un peu pâteuse, le chanteciel s'était aventuré plus ou moins à l'ouïe vers l'endroit qu'on lui avait indiqué, après avoir savamment passé une besace à son cou avec, à l'intérieur, les potions qui lui seraient nécessaires. De même, il avait confié au page la tâche de transmettre d'autres potions, faites la veille, à d'autres personnes qui en auraient besoin. Rien d'extraordinaire. Rôdé par les années de guerre passées à soigner, par le temps passé à chercher comment s'occuper convenablement des alayiens, Dawan avait eu des gestes machinaux, forgés par l'habitude
Devant la porte qui menait à son patient, il essaya de prendre une allure plus éveillée, en frottant ses yeux et ses jous. Voilà ! N'avait-il pas l'air plus vif ? Dommage qu'il n'eut pas de miroir à ce moment-là. Il aurait pu constater combien son geste était futile face à l'ampleur des dégâts: ses cheveux ébouriffés malgré leur nouvelle longueur, ses habits plus ou moins de travers, la bandoulière de sa sacoche torsadée… Bref. Son patient allait vite savoir que les temps n'étaient pas de tout repos pour les baptistrels !

"- Bonjour ~"

Il avait tâché d'être jovial, en se glissant dans la pièce. Il découvrit alors le visage de celui qui nécessitait son attention. Cela le réveilla un peu. C'était l'homme que Matis avait secouru cette nuit ! Ohlala… Dawan ne se souvenait plus de la suite, à part le prénom "Ory". Le reste n'était que souffrance. Il ignorait ce qui avait amené cet homme ici…
Instinctivement, le jeune Cawr vint s'assoir près de son patient, un tendre sourire sur le visage.

"- Comment vous sentez-vous ? On ne m'a pas dit si vous aviez des blessures ou non… C'est lié aux événements de cette nuit, n'est-ce pas ? J'avoue ne plus m'en souvenir, et Elrond n'a pas encore pu me narrer tout cela…"

Patiemment, il écouta Alauwyr répondre, et lui exposer ce qui faisait l'objet de la venue de Dawan. Le petit elfe opina, songeur. Lorsqu'il sut quoi faire, il fouilla sa besace, avant de tendre une petite fiole à son ami aux cheveux blancs.

"- Buvez donc, cela devrait déjà vous aider." Baissant à nouveau le nez dans sa sacoche, il chercha une autre fiole, qu'il pensait avoir amenée, en ajoutant: "Nous avons commencé à apprendre comment soigner sans magie. Nous utilisons les vertus des plantes… Si vous acceptiez néanmoins, je pourrais vérifier vos lésions via un sort, ou chanter pour vos blessures. N'hésitez pas à me dire que vous ne voulez pas, je m'y prendrai autrem…" Un arrêt. Les yeux de Dawan qui s'agrandirent, affolés. Coup d'oeil à Alauwyr, coup d'oeil à la sacoche. Trop tard, l'Alayien avait bu la fiole. Le petit elfe paniqua. "Oh nooooon ! Désolé désolé je vous assure c'est une affreuse méprise je ne l'ai pas voulu ohlalala !" Un couinement de douleur s'échappa de lui. Il aurait eu besoin de réconfort, là. Besoin d'un câlin, besoin qu'on lui dise que ce n'était pas grave. Mais c'était grave ! Pauvre Alayien, ce n'était pas ainsi qu'il allait se sentir mieux avec la magie.
Les yeux humides de larme, Dawan se jeta presque dans les bras d'Aluwyr, l'enlaçant. "Je suis désolééé…"





¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Mar 2 Aoû 2016 - 7:45

L'Alayien ne s'était pas attendu à voir un elfe au visage bien juvénile entrer. Il n'aurait pas eu les oreilles pointus, Alauwyr l'aurait pris pour un jeune adolescent. Celui-ci ne paraissait pas apeuré à l'idée de soigner un homme tel qu'Alauwyr. Au contraire, le Baptistrel affichait un sourire assez rasséréné, comme si'l cherchait à mettre à l'aise son patient. D'ailleurs pour faire une approche plus décontractante encore, l'oreille pointue vint même s'asseoir à ses côtés, lui demandant comment il se sentait.

Alauwyr resta silencieux un instant, étudiant le visage de son interlocuteur. Décidément, il avait vraiment tout pour passer pour un tout jeune homme. Et où l'avait-il vu déjà... Ah oui, la veille au soir, lors de tout ce bazar avec ces fichus Gloriens ! Il avait eu à peine le temps de se préoccuper de lui. Et donc, c'était cet Elfe qui était venu. Etrange hasard mais il n'allait pas le renvoyer maintenant qu'il était là. Elfe ou pas Elfe, il paraissait être capable de gérer son affaire avec l'humain. Déjà il était venu sans un air de dégoût au visage ; une des raisons du souhait d'Alauwyr d'avoir affaire qu'à un Baptistrel

''Je me sens comme si un troupeau de bovins m'était passé sur moi. Et effectivement, c'est lié à ce qui s'est tramé cette nuit. Tu as bien de la chance d'avoir oublié ce qui s'est passé. Personnellement je m'en serai bien passé. Il est étonnant qu'on ne t'est pas fait part de mon choix de ta présence et non pas de celle d'un guérisseur...''

Peut-être qu'on avait omis ce détail.

''Comme tu peux le voir aux bandages que je porte au bras et autour des flancs, j'ai été blessé durant le drame de cette nuit. Un événement quelque peu dérangeant me perturbe encore et je n'arrive pas à chasser cette tension. Et tant que je serai encore accaparé par cette tension, on ne me laissera pas partir. Mais comme je refuse qu'on use de magie sur moi. Si on a omettre de te le dire, je suis un Alayien. Mais là, j'ai plus de confiance en un Baptistrel qu'un guérisseur magicien. ''

La présence de Dawan qui était venu en toute attitude normale et civilisée l'avait un peu aidé à parler aussi longuement. Pourtant c'était un elfe ! Puis quand Dawan farfouilla dans sa besace, Alauwyr parut sceptique avant d'accepter de prendre la fiole. Les vertus des plantes étaient la base de toute médecine qui s'utilisait sans magie. Confiant, tout en écoutant les paroles de l'Elfe bienfaiteur, il but le contenu de la fiole. Que pouvait-il lui arriver hormis le soulagement de son esprit et de son corps tendus ?

A peine eut-il bu l'intégralité de la potion qu'il croisa le regard paniqué de Dawan ? Il n'eut pas le temps de supposer la moindre chose que déjà le pauvre elfe balbutia des excuses à la limite de fondre en larmes tellement il paniquait. L'Alayien s'apprêta à exiger des réactions quand à sa soudaine réaction que l'Elfe se jeta dans ses bras, l'enlaçant en s'excusant d'un ton de tristesse déchirant.

Alauwyr fut tellement stupéfait d'une telle réaction qu'il en resta coi durant quelques instants, si ce n'était pas quelques minutes. Il finit par repousser l'Elfe (en douceur bien entendu et c'était étonnant) en demandant :

''Mais qu'est que....''

Il stoppa net ce qu'il avait commencé à exprimer. Rêvait-il ?

''Mais...''

Cette voix était féminine. Les yeux écarquillés, il regarda ses mains, devenus fines et à la texture de peau plus adoucis que ses mains masculines ravinées par les combats et le temps. La peau gardait malgré tout les traces malgré ce qu'il découvrait avec effarement. Il ne put s'empêcher de porter ses mains au visage, sentant bien les sillons des cicatrices qui lui balafraient le visage et quand il baissait les yeux...

''Par Néant ! ''

Il avait sursauté en découvrant ce qui donnait le charme aux femmes, à savoir une certaine poitrine bien plus prononcée que chez les hommes. Pas étonnant qu'il avait senti d'un coup ses bandages le gêner au point de l'oppresser d'un coup. Et bien que pas que d'une générosité modeste, il hallucinait. Un choc pour ainsi dire. Un véritable choc. Jamais l'Alayien n'avait été confronté à pareille situation. Au point qu'il en fut même choqué, lui, un vétéran guerroyant, qui était devenu... une femme !

''Mais... qu'est ce que tu m'as fait ? ''

Sa voix féminine était forte d'intonation, mais on entendait bien qu'il y avait une forte part de détresse en son sein... Comme chez n'importe quelle femme au bord d'une certaine panique face à des situations catastrophiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawan Sywel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Mar 2 Aoû 2016 - 13:32

La voix brisée du petit Dawy n'avait cessée de le confondre en excuses, à coups de petits "désolé" répétés en boucle. Ses yeux paniqués cherchaient, tout autour de lui, un moyen de remonter le temps, sans en trouver. Repoussé, il avait ramené ses petites mains contre son coeur, comme pour apaiser ce dernier. Cela ne marchait pas vraiment... En même temps, il y avait de quoi être paniqué ! Maintenant, l'Alayien allait vraiment avoir de la rancune envers la magie, y compris envers celle baptistrale ! Lui qui pourtant avait été sur la voie de la paix et de l'harmonie...

Les premières réactions ne se firent pas attendre. Dawan comprit alors qu'il devait ne pas prendre le rôle du patient, mais le soutenir. Plus facile à dire qu'à faire... Le chanteciel se retrouva à ouvrir et fermer la bouche, plusieurs fois, sans qu'aucun son n'en sorte. Il lui fallut émettre une note, apaisante, pour que ses esprits et son corps soient en mesure à nouveau d'exprimer de façon cohérente ses émotions

"- J'ai fait une erreur, me suis trompé de fiole à vous donner... La véritable était juste à côté." Il la présenta. Elle était effectivement différente, aucune magie n'émanait d'elle. L'elfe la déposa entre l'humaine et lui. "Je comprendrais que vous ne vouliez y toucher, désormais. Mais si vous êtes prête à me faire à nouveau confiance, elle est vôtre." Nerveusement, Dawan rongea l'ongle de son pouce. Son regard fuyait celui de l'Alayienne. "La potion que vous avez bue dure une journée. Je... Je peux demander à ce que vous ne soyez dérangée, et m'occuper de vous. Ceci dit, ça me chagrinerait un peu. J'aime bien l'allure que vous donne la potion: à mon sens, elle adoucit vos traits, et vous offre une très jolie voix. Peut-être devriez-vous profiter de l'expérience..." Il avait parlé sans vraiment le réaliser, mais, étrangement, d'une voix un peu plus posée et délicate.

D'un coup, ses mains se plaquèrent contre sa bouche, ses yeux à nouveaux grands ouverts. Il prit quelques secondes pour être sûr de ses souvenirs. Lorsque ce fut le cas, un "oh noooon" s'échappa de lui, et ses mmimines vinrent se perdre dans ses cheveux déjà ébouriffés. "Je crois que j'ai également confondu la potion pour Sire Weren..." Décidément, il y avait des jours où il valait mieux rester couché. Peut-être qu'Elrond se serait mieux occupé de tout cela que lui !
Il allait devoir faire le tour des patients, pour être sûr que chacun avait un sexe en accord avec son genre. Mais si pour les habitués à la magie, ce n'était qu'un désagrément possible, pour les Alayiens c'était autre chose. C'était là ce qui désolait Dawan, ce qui faisait se courber ses épaules sous le poids des regrets et de la culpabilité.
Il était vraiment mauvais.





¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Mer 3 Aoû 2016 - 19:13

Dawan joua un poisson hors de l'eau à ouvrir et fermer la bouche à plusieurs reprises, tellement il était pris dans sa propre détresse. Aucun mot, aucune parole ne sortit de ses lèvres. Cela déconcentra l'Alayien.. enfin l'Alayienne de se retrouver sans réponse à sa question sur l'immédiat. Mais Qu'il dise quelque chose par Néant ! Au lieu de jouer le poisson ébahi d'être hors de son élément ! Car n'était-ce pas un peu le cas là, le pauvre elfe venu soigner un patient... enfin une patiente et qui se retrouvait fautif de son changement de genre ?

Mais le malheureux Baptistrel sembla pris de courage et après avoir émis une note au ton calmant de réussir à parler avec des syllabes et des mots cohérents. Il déposa même avec une intention bienveillante la potion qu'il aurait dû confier à Alauwyr, espérant que celui-ci acceptait malgré tout et par cette situation cocasse, de la boire comme cela aurait du se faire. L'épéiste y jeta un regard et posa ses yeux écarquillés sur Dawan qui annonça sur l'instant que les effets du breuvage qu'il avait ingéré durait une journée. Il se contenta alors de fixer le Baptistrel, silencieux tellement il était estomaqué... plus encore quand l'Elfe s'était permis de dire. Un bref rictus peu rassuré se ferma une demi-second aux coins des lèvres devenues plus fines et plus délicates

''Elle'' se leva pour commencer à faire les cent pas dans la pièce, se retenant de porter ses mains à sa poitrine nouvellement présente, comme pour s'assurer qu'il faisait qu'un cauchemar. Non, au poids, il sentait bien qu'il ne rêvait pas. Il stoppa net quand Dawan lui apprit qu'il s'était également trompé en offrant la potion à Christan. Non il cauchemardait, ce n'était pas possible !

Puis comprenait qu'il était bien dans le monde réel, il croisa ses bras pour réfléchir, avant sentir la présence de son extension thoracique non prévu à la base. ''Elle'' retira vivement ses bras, se mordant les lèvres. Là aussi on pourra affirmer sans mal qu'avec ses traits nouvellement acquis, ce geste là lui offrait un charme féminin indéniable, malgré la présence des cicatrices.

''Bon....''

Qu'il était perturbant d'entendre une voix qui n'était pas la sienne. Et bien entendu, quand on devient une femme malgré un esprit fermement masculin, on ne sentait pas forcément les implications que cela apportait intrinsèquement sur le mental. Une chance peut être pour l'Elfe malchanceux de ne pas subir le réel courroux d'un Alayien outragé.

''Une journée complète d'humiliation et tu me suggères de profiter de cette expérience hein...''

Elle soupira malgré tout...l'empathie féminine prenait doucement le relais. Un revers caché de la nature d'Iskuvar ?

''Donc tu te proposes de m'occuper de ma personne... Alors soit... Puis que tu as commis un impair, autant le réparer n'est ce pas ? Et comme il est hors de question de rester ici le temps que les effets de cette potion termine ses effets... Tu vas m'aider à sortir de cette chambrée. Mais avant....''

Elle s'était rapprochée de la seconde potion qui attendait sur le rebord du lit. Elle la regarda et regarda par la suite Dawan

''J'espère vraiment que tu ne t'ai pas encore trompé...''

Le ton était celle d'une femme peu rassurée. Elle finit par prendre la potion et la but en quelques gorgées. Déjà les effets se firent sentir en douceur, aidant la malheureuse Alayienne à chasser une partie de la forte tension qui était sienne. Et ces effets pourront se remarquer sur le visage de l'humaine, qui parut quelque peu plus détendue. Elle soupira, libérée de la crainte d'une autre faute de Dawan et de cette pression émotionnelle provoquée dans la nuit d'hier. Elle semblait... savourer. Un léger sourire naquit à ses lèvres.

''Weren aussi en a une. Il serait très intéressant de voir à quoi il ressemblerait en damoiselle...Bien, quand à toi Baptistrel. Tu vas être mon...''

Elle se pinça les lèvres... devait-elle vraiment dire cela ? Si elle ne tenait pas à ce qu'on découvre qu'elle était devenue femme à cause d'une erreur...

''Chevalier servant. Ton devoir sera de veiller à me faire sortir d'ici intelligemment. Et moi devoir me comporter en... en femme. Ainsi, point d'humiliation pour moi et point de réputation mis à mal pour toi. Tu sais que je suis... enfin ce que je suis et tu sais que je sais que tu as fait une bourde. Personne n'en saura rien d'accord ? ''

Un bon compromis non pour arranger leurs affaires non ?

''Mais avant, me faut des vêtements plus... adéquate''

Et quand elle sera parée, elle n'aurait pas le choix que de se comporter en... ben en femme et ce avec un elfe qui allait lui tenir compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawan Sywel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Mar 9 Aoû 2016 - 20:13

Dawan avait un souci dans son fonctionnement. Il resta à observer Alauwyr, la têt légèrement penchée sur le côté, dès que le mot "humiliation" fut prononcé. Devait-il comprendre ce qu'il devait comprendre ? Il avait ouï des histoires sur la place spéciale des humaines, mais avait pris soin d'imaginer que ce n'étaient là que préjugés honteux. Face au fait, il était bien tenté de nier jusqu'à la réalité de l'univers et de leurs existences, tant il paraissait exécrable de considérer le statut féminin comme humiliation. Son coeur battait fort. Ses mains tremblaient.
La potion dut faire son effet. Alauwyr semblait déjà en bien meilleur état, à en juger par les mots qu'elle se permettait d'énoncer. Voilà qui était déjà rassurant. Toujours aussi peu à son aise face à sa bêtise, Dawan trouva dans les battements de son coeur le courage de murmurer:

"- Je pense pouvoir vous trouver des habits. Néanmoins, n'attendez pas de moi que je rompe mon serment, néanmoins. Je peux cependant vous nommer de façon plus adéquate, si vous estimez que votre prénom ne vous correspond pas ainsi. Je vous laisse y réfléchir."

Une courbette, et le petit elfe sortit.
Son coeur et ses mains peinaient à se calmer, quand ses doigts caressèrent les tissus des robes. Quelle était cette pièce ? Il n'en savait rien. À quoi servait-elle ? Il ne le savait pas plus. Elle était proche de l'infirmerie, elle comprenait des habits, parmi lesquels des robes. Dawan était tombé ici jadis, en voulant justement accéder à la pièce voué aux soins. Sa vie était un rêve, il n'avait pas posé de questions. Sans même observer quoi que ce soit, il s'était dirigé vers ces précieux vêtements, si divers dans leurs coupures et couleurs.Il était toujours troublé. Il chercha… Déplia quelques robes, pour en estimer la taille. Celle-là était trop petite pour Alauwyr. Mais elle était belle. Sans plus s'inquiéter, Dawan se défit de sa tunique pour passer cette robe-là, pâle, ornée de bleu. Pour Alauwyr, il trouva une autre robe, plus douce encore, sombre et dorée. Encore tout chose, tout songeur, inquiet et troublé, il revint là où il avait laissé sa patiente.

La robe fut ainsi remise à qui de droit et, sachant la pudeur des humains, le chanteciel se détourna, partant s'assoir sur le lit adjacent, jouer à tracer des rides sur les draps. Enfin, ne pouvant porter davantage ses craintes en lui, il essaya de les briser, appelant à réalité à être moins dure:

"- Comment vous sentez-vous ? Trouvez-vous toujours cela... Humiliant ?"





¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Jeu 11 Aoû 2016 - 13:56

L'Elfe se retira le temps d'aller chercher ce qu'il fallait pour... l'Alayienne. Alauwyr pesta intérieurement. Le serment que prêtaient les Baptistrels, Elle l'oubliait presque ! En somme il ne pouvait mentir. Et donc, si une personne croisée doutait de l'identité transformée de l'épéiste, l'elfe ne pourra pas dire le contraire. Par Néant c'était là encore sa veine. Elle allait devoir jouer serrer sur sa manière de parler et de se mouvoir. Ce qui le sauvera un peu sera l'étiquette qu'on lui avait inculquée. Avec de la chance, elle ne sera pas trop rouillée et pourra quelque peu dissimuler son vrai soi intérieur.

Le temps que Dawan revienne, elle eut le temps d'étudier ses propres membres, devenus plus minces et plus gracieux à regarder. Un instant, elle grimaça devant le côté frêle de ses bras et de la longueur devenue fine de ses propres jambes. Mais sous la peau roulait toujours ses muscles, certes devenus plus souples et athlétiques, mais c'était déroutant de les voir rouler aussi...Par Néant ! Voilà qu'elle était en train d'admirer son propre corps ! Elle ne s'attardait jamais devant ce genre de futilité parfaitement narcissique ! Ou alors... un attrait féminin qui se révélait à elle. Elle grinça des dents et chercha pour se changer les idées un nom à porter. Un nom bien féminin... Elle en trouva un de suite : Clébée, le nom de sa chère mère

L'elfe revint, portant une robe sous le bras et la tendit. Alauwyr le regarda sceptique. Lui aussi portait une robe, qui curieusement elle jugea aller à la couleur de son teint. Sans doute son côté d'elfe efféminé lui permet de porter les atours d'une femme bien plus idéalement qu'un homme. Il attrapa la robe tenue et la détaille. Elle ne paraissait guère convaincu. Au moins Dawan eut la décence de se retourner. Bon, comment on mettait ce... truc !

Pendant qu'ellebataillait à enfiler la robe, l'elfe s'exprima.

''Je te dirai après avoir réussi à enfiler cette chose que les femmes osent appeler vêtement...''

Elle réussit finalement à se vêtir et essaya de se voir. Le tissu la chatouillait, car peu habituée à porter une telle et douce texture à même la peau. L'Elfe avait du faire exprès de prendre cet habit, car chaque partie de la robe épousait les formes mises en valeur par la potion ingérée. La couleur sombre se mariait parfaitement aux arabesques dorées qui couraient le long de ses bras et qui descendait de sa taille affinée jusqu'au bas des jambes. Au moins le jeu de ces dessins cousus à même le tissu avec forte précision cassaient un peu la rudesse qui demeurait malgré tout de sa musculature. Une personne comme elle avait une musculature solide et en robe... Il y aurait de quoi se poser des questions. Mais après tout, elle n'était pas la seule ''femme'' à disposer d'un bon niveau physique.

Doucement, elle baissa la tête et fit la grimace quand elle eut tout le loisir de voir que le large col de sa nouvelle tenue offrait une assez bonne... vue de son ensemble pectoral développé

''Tu peux te retourner... Et de comment je me sens ? Je me sens tout drôle tiens ! J'ai l'impression d'être nu sous cette faiblesse d'épaisseur d'habit. Et elle est un peu... ''

Elle préféra se taire.

''Humiliant n'est pas le mot. Je dirai déconcertant... Bon. Un nom qu'il me faut... Clébée. Tu peux m'appeler Clébée. bon, on sort d'ici ? ''

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawan Sywel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Mer 17 Aoû 2016 - 13:34

Se retournant, le petit elfe n'eut pas le temps de se préparer à certains agissements, lesquels lui auraient permis de paraître mieux éduqué, plus socialement acceptable. Pas le temps de donner quelque nourriture à son esprit. Ce dernier ne s'occupa plus que de cette extraordinaire métamorphose qui avait opéré sous ses yeux. Sincèrement ? Il regrettait de moins en moins sa méprise. Alauwyr était bien plus esthétiquement agréable à l'oeil ainsi. Allait-elle donc le comprendre, allait-elle finir par apprécier cette condition ? Finirait-elle par venir auprès de lui demander d'autres potions, comme le faisaient régulièrement ces braves gens qui souffraient du genre qui leur avait été attribué ?
Dawan était songeur, et, au final, ce regard posé sur l'Alayienne était distant, voilé de pensées. Distraitement, il murmura: "Clébée. Clébée. Clébée." C'était un tout nouveau prénom, jamais il ne l'avait entendu auparavant. Un prénom venu des terres de Néant, peut-être ? Le son était nouveau, il sonnait étrangement sur la langue, ses syllabes étaient une musique toute neuve aux oreilles sensibles du Chanteciel. Un sourire amusé passa sur ses lèvres, réalisant que, peu à peu, ces mêmes notes se glissaient dans le chant-nom de l'alayienne, appartenant désormais à son histoire, avec une place toute particulière. Eh mais... Elles étaient aussi présentes dans un autre bout de chant-nom. Oh ? Dawan se retint d'écouter davantage. Celle qui avait été l'inspiration d'Alauwyr pour lui être intime, il ne voulait point porter atteinte aux secrets de sa patiente.

Se levant avec grande douceur, le jeune elfe vint offrir son bras à sa mie. "Allons-y. Ne forcez pas l'allure si vous ne vous en sentez pas encore la force. J'ignore à quel point la potion peut vous avoir aidé. La prudence m'incite à vous conseiller le calme de la convalescence." Pour offrir à Clébée l'aval d'aller batifoler à sa guise, il eut fallu que la magie offense cette dernière de son toucher, qu'elle permette à Dawan de vérifier son état. Oh, il aurait pu vérifier d'une oreille en son chant-nom... Mais il ne voulait pas plus imposer cela à une alayienne. "Où désirez-vous aller ?"

Dès qu'il eut la réponse, Dawan les guida, au travers des méandres du palais Aldarien. "Je vous avouerais apprécier bien plus les habits légers. La seule pensée de la chaleur et de l'étreinte d'une armure me met mal à l'aise. J'imagine la sensation, se sentir prisonnier de ce carcan de fer... Ne sentez-vous pas vos gestes plus prestes, ainsi ?" Un nouveau sourire, rêveur et bienheureux. "Et je veux l'admettre: mon affinité avec ce monde rend chaque sensation précieuse. J'apprécie le vent sur ma peau, la terre sous mes pieds. J'aime le son de la pluie, et ses gouttes lorsqu'elles se glissent au bout de mes cheveux." Enonçant cela, il jouait avec lesdits cheveux, les entortillant au bout de l'un de ses doigts. "Si vous le souhaitez, plus que vous faire découvrir le monde à travers les yeux d'une femme, je peux essayer de vous le faire découvrir sous un angle qui n'est pas guerrier. A moins que vous ne soyez, justement, davantage attirée par cet environnement que vous connaissez ? Il est vrai que voir tout cela sous un angle nouveau peut être des plus attrayants..." Imaginant Clébée se battre, une pensée lui vint et, inquiet, il ajouta, de but en blanc: "Ai-je pensé à vous remercier, pour hier soir ?"

Sur ces mots, leurs pas croisèrent ceux d'un homme, de l'âge sans doute de Clébée. Son sourire était rieur. Visiblement occupé à transporter quelque trésor, il ne s'arrêta que brièvement, le temps de saluer Dawan, lequel lui rendit son salut et, sans souci aucun, répondit lorsque l'homme le questionna sur son "amie": "Me considérez-vous comme ami ?" La question était, naturellement, dirigée vers la jeune femme. La véritable réponse vint après: "Elle m'a dit que je pouvais l'appeler Clébée. Clébée, voici Bertrand !" Il leur laissa le temps de se saluer à leur tour. Ceci fait, ils pourraient sans doute continuer leur route.





¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Jeu 18 Aoû 2016 - 17:33

Alauwyr ne fit aucun commentaire quand à la manière de l'elfe de murmurer le nom d'emprunt qui était désormais sien le temps que les effets de cette potion s'évanouissent. Dawan semblait chercher à s'approprier le son, comme pour s'assurer de la façon de le prononcer. Par contre, l'Alayienne haussa un fin sourcil quand son sourire amusé qui s'était vite estompé. Peut-être sa manière d'exprimer que son petit essai murmurant lui convenait. Puis Dawan se leva, présentant son bras et donnant quelques menues recommandations

Alauwyr, qui portait désormais le nom de Clébée, se leva et regarda un instant le bras si gentiment proposé. "Elle" retint un soupir et concéda à passer le sien sous celui de l'Elfe. En l'état actuelle des choses, "elle" ne pouvait se permettre de marcher comme à son habitude, c'est à dire comme un homme et jouant là avec cette robe une donzelle nobliaute, marcher lentement était de préséance.

''Marcher vite ne siérait pas à une dame... ''

Et ''elle'' ne tenait pas à grimacer en raison de ses blessures si elle faisait un trop gros efforts. Puis quand à l'endroit où se rendre... Autant se tenir loin des hommes en armes.

''Les jardins... Oui les jardins est un bon lieu pour avoir la paix. ''

Tant qu'il sortait de l'infirmerie et des pièces qui s'y rattachaient... Ainsi donc, "elle" fut guidée avec soins par son cavalier elfique. A croire que son choix amena aisément la conversation dans la bouche du jeune elfe, qui évoquait le plaisir de sentir ou de percevoir bien des choses de la nature , chose qu'une armure lourde de cuir ou d'acier n'offrait pas. A reconsidérer la question de l'entrave possible du port d'une armure, il étudia chacun de ses gestes qui la mouvaient.

''J'avoue me sentir tout... toute nue sans mon armure, mais à vrai dire, j'ai opté pour des armures légères depuis bien des années, pour garder la fluidité de mes mouvements. La rapidité d'une lame à frapper son adversaire peut être tout aussi mortelle que sa force usitée.''

Il ne sut pas quoi dire sur le choix que lui offrait Dawan, à savoir découvrir le monde sous les yeux de femmes qui étaient temporairement les siens. Mais déjà il était certain de pas vouloir aller se battre ou dans un truc dans ce domaine là. Puis à la question quand à ce qui s'était passé la veille, quand "elle'' s'apprêtait à répondre qu'ils croisèrent un homme. Alauwyr sentit une étrange pression monter en lui. Etait-ce de l'appréhension ?

''Bien sur que nous sommes amis''

A se demander pourquoi ''elle'' avait répondu cela. Sans doute pour se conforter que l'autre, qui répndait donc au nom de Bertrand, ne viendrait pas à la séduire

''Un plaisir de vous croiser, Sieur Bertrand. ''

Bertrand se permit de faire un baise-main (Alauwyr s'était rappelé à temps certaines étiquettes féminines de la noblesse) et malgré son étrange regard quand il détailla son visage, il ne put s'empêcher de se montrer courtois et trop souriant au goût d'Alauwyr.

''C'est une joie également, noble dame. Où donc vous rendiez vous en la présente même de ce cher Elfe ? J'envie presque sa position d'ailleurs..''
''Aux jardins ! Oui, nous nous rendons au jardin. Mon cavalier désire me faire découvrir les jardins du palais, car j'adore les roses et il m'a promis de m'en montrer quelques unes. ''


Il sous entendait là à Dawan qu'il concédait à voir le monde sous un jour nouveau et en même temps, qu'il l'emmène vite loin de Bertrand, qui malgré toute sa discrétion, avait déjà un regard lubrique sur la poitrine d'Alauwyr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawan Sywel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Mar 23 Aoû 2016 - 21:02

Dawan émit un couinement de douleur, avec un geste de recul, ses mains sur ses oreilles comme si cela pouvait le protéger. La nausée menaçait sa gorge, et chaque parcelle de son corps hurlait. Par le Dracos, n'avait-on pas idée de mentir devant un Chanteciel ! Les Alayiens ne devaient sans doute pas tous connaître cette particularité, hélas.
Il reprit son souffle, petit à petit, reprit conscience du monde qui l'entourée. La nausée mettait toujours du temps à se calmer, et la douleur ne s'apaisait que lentement. Ses yeux humides passèrent sur Bertrand et Clébée. Comment allait-il expliquer cela, maintenant ? Par chance, il avait perçu, émanant de Clébée, juste avant son mensonge, quelque émotion qui pouvait leur sauver la mise.

"- Vous avez mis Clébée mal à l'aise, Bertrand." Expliqua-t-il, d'une voix qui tremblait fort peu malgré ce qu'il vivait. Expérience baptistrale, sans doute. Il s'adressa ensuite à ses deux amis en même temps: "Ne vous inquiétez pas. Nous allons juste nous séparer pour l'instant. Au revoir, Bertrand !"

S'emparant à nouveau du bras de Clébée, Dawan la guida à nouveau, à travers les couloirs et dédales du palais, en direction des jardins. Son pas s'était fait plus preste, tout en se faisant de moins en moins maladroit à force de reprendre ses esprits, moins sentir la douleur le préoccuper. Au bout d'un moment, dans un couloir que le jeune elfe sentit désert, il expliqua:

"- Pourriez-vous faire attention, une fois prochaine, lorsque vous parlerez devant un maître baptistrel ? Nous ressentons les mensonges, ils nous sont pénibles, chacun à leur façon. Pour moi, c'est une vive douleur qui prend possession de tout mon corps." Il était presque gêné de demander cela, n'aimant pas poser de barrières aux êtres. Pour se rassurer, il se répétait mentalement qu'une telle attention ne serait que bienveillante, même temporairement, envers les vibrations de ce monde. "Je suis désolé, pour Bertrand… Je ne pensais pas qu'il vous ferait cet effet."

Il se sentait un coupable, tout en sachant qu'il n'y pouvait rien. Mais avant qu'il puisse s'avancer dans les excuses, une vision, au bout du couloir, changea radicalement ses idées. Un petit sourire émerveillé se dessina sur son visage, ses yeux pétillaient d'étoiles de ravissement. "Oh, regardez ! Venez !" Il avait lâché le bras de la belle, pour se précipiter à l'extérieur.
Le matin était encore neuf, frais, humide, et les ombres étaient parfumées de nuit. Les fleurs se réveillaient peu à peu, s'épanouissant à leur rythme, dévoilant leurs couleurs. Dawan se penchait auprès de l'une d'elle, lui caressait les pétales, la complimentait, avant de se diriger vers une autre, pour reproduire le même manège. Que Clébée l'imite ou non, ce n'était pas important. Femme ou homme, elle était encore libre de choisir ses agissements, et il était vain de la portée à avoir des gestes tendres si elle ne les pensait pas.
Dawan caressa l'écorce d'un arbre, avant de s'y adosser. Là, il attendit sagement que son amie le rejoigne. Ses yeux et ses oreilles se délectaient de ce spectacle, tranquille, de la végétation s'éveillant. Une odeur d'herbe humide flottait dans l'air, à laquelle se mêlait, peu à peu, le pollen. Songeur, le regard au loin, il demanda à son amie:

"- Pensez-vous que vous verrez encore les femmes de la même façon ? J'ai ouïe-dire que les humains les sous-estimaient souvent... Il eut un soupir. Clébée, m'en voudrez-vous de cette méprise ?" Celle qui l'avait changée en femme.





¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Mar 30 Aoû 2016 - 13:18

"Elle" ne comprit pas immédiatement la raison de la prostration de douleur de son cavalier elfique. "Elle'' avait regardé Dawan en se demandant ce qui se tramait où si cela faisait parti de leur petit numéro. "Elle" préférait se taire en tout cas pour ne pas le déstabiliser, mais son regard en disait long sur le début d'inquiétude qui la prenait quand au comportement du Baptristel. Mais ce dernier sut se reprendre et prendre contenance, car il y avait encore son ami Bertrand présent en face d'eux. Il s'excusa auprès de l'humain un peu désappointé par ce retournement et haussa des épaules, avant de saluer un Dawan qui avait repassé son bras prestement sous celui de ''Clébée'' et la mener vers les jardins.

Il sut la guider avec un pas plus pressé et moins souple, comme encore pris dans la perturbation qu'il avait ressenti. Puis dans un couloir totalement désert, il apporta les explications, répondant à l'attente interrogative silencieuse qui l'avait envahie toute à l'heure. Et rien qu'à entendre les termes Maître Baptristel suffit à lui rappeler avec qui "elle" était. Un Baptristel ne pouvait tolérer le mensonge. Or, en présence de Bertrand, Alauwyr avait menti en évoquant un nom qui n'était pas le sien. Cela expliquait donc sa réaction douloureuse précédente. Puis quand à la réaction avec Bertrand...

Alauwyr allait s'expliquer le visage de l'Elfe se mit à rayonner, un sourire soudain à ses lèvres. A l'instant où l'Alayienne allait s'exprimer, Dawan l'avait invité à le suivre tout en se précipitant à l'extérieur du couloir, vers les jardins tout proches. Alauwyr l'avait rejoint en courant à petits pas, au cas où ''elle'' croiserait un autre homme. Là "elle''observa le manège de l'elfe et d'un sourcil un peu circonspect, s'approcha d'une rose fraîchement éclose aux pétales inondés de gouttes de rosée. Cela apportait à la jeune fleur un aspect presque précieux, comme si des diamants ronds parsemaient chaque pétale, qui étincelant chacune différemment dans les rayons matinaux du soleil.

D'une main peu assurée, Alauwyr saisit la tige, provoquant une petite pluie des gouttes de rosées qui roulèrent sur les pétales. "Elle" se donna la peine de sentir les effluves naissantes. Le parfum était frais et délectable. Pourtant, ce n'était qu'une fleur, rien de bien intéressant. Et pourtant... "Elle"" ferma les yeux pour apprécier toutes les subtilités odorantes qui émanaient de la rose. "Elle" manqua de sursauter quand Dawan parla doucement non loin d' "elle'', adossé à son arbre. "Elle" libéra la fleur qui remit sa place naturelle.

''Hum...Je pense que cette expérience me permettra sans doute de les comprendre et encore... Je crois que je suis loin d'avoir tout découvert sous cette forme n'est ce pas ? Quand à cette méprise. Tant qu'on ne découvre pas qui je suis...Je ne crois pas que j'arriverai à vous en tenir rigueur. Et pourtant, il y aurait de quoi. Mais bon... Vous êtes là pour réparer l'acte maladroit. C'est honorable. D'autres auraient préféré fuir. Pas vous''

Le timbre de la voix féminine de l'Alayienne était tout ce qu'il y avait de plus sincère. "Elle" en profita pour parler de ce qui lui pesait sur le coeur depuis un bon moment.

''Depuis quelque temps, il m'arrive une chose étrange que je n'avais jamais ressenti. Quand je combats ou quand on me frappe, je ne ressens plus la douleur comme avant. Et pourtant, je connais cette chose depuis aussi longtemps que je sais me battre. Je n'explique pas ce qui m'arrive maintenant... Peut être que vous, en tant que Maître Baptristel, sauriez-vous ce qu'il m'arrive ? ''


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawan Sywel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Jeu 1 Sep 2016 - 22:03

Clébée se confiait à lui comme on se confie à son guérisseur, quand les oreilles moqueuses avaient le dos tourné, et que seules restaient celles, bienveillantes, de ceux qui vouaient leur vie aux corps abîmés. Elle se confiait comme on se confie, avec l'espoir secret d'une explication, quelconque, qui deviendra légitime et peut-être, qui sait, un remède. Dawan reconnut ces inflexions dans sa voix. Un changement, donc, dans sa perception de la douleur… Là où d'autres n'auraient fait que s'en réjouir et remercier leur entrainement, elle faisait bien de s'inquiéter. Ce pouvait être un indice discret d'un souci encore secret. Puisque Clébée en faisant la demande, Dawan allait chercher l'origine de ce changement. Il ferma les yeux, se focalisa sur la musique qui était celle de Clébée. Une musique métamorphosée par la potion, une musique qui découvrait et appréciait de plus en plus, s'éloignait des ombres qu'elle avait pu connaître. Dawan avait passé bien du temps à écouter les chants du monde. Il commençait à être plus à l'aise, à mieux savoir jouer avec les notes qui s'offraient, à les comprendre, les suivre… Il remonta peu à peu le temps, trouva cette note particulière, qui n'était pas là avant. Une note qui ressemblait à un appel, une note empreint de magie, d'une magie qui…

Dawan avait inspiré longuement, comme pour respirer la musique et la magie qui la composait. C'était bon. C'était doux. Cela avait le goût légèrement unami d'une bonne nouvelle. Sans hâte ni heurt, au rythme du monde, le maître baptistrel, ce jeune elfe au sourire tout doux, se leva, pour venir face à Clébée. Ses mains vinrent dans les siennes, comme si ç'avait été la suite logique de toutes leurs actions. Elle allait savoir. Comme lui, elle ne pourrait que se réjouir de ces perles de lumière que le monde offrait dans l'obscurité.

"- Je suis si heureux, Clébée. Nos peuples furent jadis ennemis. Aujourd'hui nous nous mêlons. Un esprit-totem vous a choisi. Peut-être… Peut-être allez-vous bientôt disposer de magie ! Oh, Clébée, si tel est le cas, je serai ravi de vous aider à la découvrir, si vous en émettiez le souhait." Son sourire s'entendait dans sa voix, dans ses mains qui soulevaient tout juste celles de Clébée sans les serrer, dans les battements de son coeur et la lumière de son regard. "Peut-être ne connaissez-vous pas les esprits-totems ? Ce sont des esprits qui se présentent à nous sous formes d'animaux, et nous dotent chacun de pouvoirs particuliers. Si vous l'acceptez, si vous reconnaissez votre totem, alors vous pourrez vous lier à lui. Il suffira d'un rituel, d'un songe, d'une envie d'aller à sa rencontre. Et si vous parvenez à ce rituel, par deux fois encore votre lien pourra être renforcé: lorsque naîtrons vos enfants, lorsque naîtrons vos petits-enfants." Il avait parlé avec lenteur. Sa lenteur habituelle. Mais cette fois-ci, elle était sans doute bienvenue, laissant à Clébée le temps d'intégrer toutes ces informations. "Ce doit être étrange, pour une Alayienne… Avez-vous jadis haï la magie, Clébée ? Qu'en pensez-vous, aujourd'hui ? Seriez-vous prête à… À aller vers elle, comme elle vient à vous ?"





¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Lun 5 Sep 2016 - 8:33

Peut-être que sa métamorphose en femme le poussait plus aisément à la confidence. "Elle" n'était pas du genre à dire ce qu'il avait sur le coeur pour s'en soulager. Des années durant, ''elle'' avait appris à faire avec et à se libérer de ce poids dans les combats, qui étaient un parfait exutoire. Que de mieux que ce mode là de vie pour ne pas à se laisser engouffrer par les émotions que certaines étaient refoulées depuis longtemps par l'Alayienne pour ne pas à se retrouver en position de faiblesse. Car la faiblesse menait à la défaite et à la morte.

Au début, Alauwyr ne s'était pas inquiété du silence étrange de l'Elfe. Après tout, n'était-il pas dans son élément au sein de ce jardin ? Et "elle'' pendant ce temps continuait de fixer la fleur qu' "elle" tenait toujours entre ses doigts, cherchant à percer le mystère de la compréhension féminine pour savoir pourquoi les femmes aimaient tant une chose aussi simple que ce végétal. Puis son regard quitta sa contemplation sur la plante pour regarder un Dawan qui s'était levé et l'avait rejointe... pour joindre ses mains aux siennes. A voir son sourire et la délicatesse dont il avait fait preuve en prenant les mains d'Alauwyr... L'Alayienne sentit ses jours rougir. Mais qu'est ce qu'il chantait là ?

A la première intonation joyeuse, "elle" avait cru qu'il s'apprêtait à lui faire une demande assez singulière : une demande en mariage. ; une réaction totalement féminine à ce qu'il comprendra plus tard. Heureusement, ce ne fut pas le cas, mais la suite narrée par le Baptristel avait de quoi la choquer à moitié. A entendre la suite des mots énoncés avec un certain bonheur enthousiaste, Alauwyr n'avait pu s'empêcher d'écarquiller les yeux. Il avait déjà entendu parler des esprits-totems, ces ''choses'' qui étaient au coeur de chaque Armandéen. Jamais encore "elle" n'aurait cru se faire choisir, elle, une alayienne, une ancienne ennemie de ces terres et de la magie.

Alauwyr ne sut quoi répondre après la fin des mots usés par Dawan. Maintenant que son phénomène avait une explication, ''elle'' restait sans voix. ''Elle'' réussit néanmoins à reprendre en main son sang-froid, car à sentir son coeur battre la chamade ; il n'appréciait pas perdre le contrôle de soi aussi aisément, ''elle'' se demandait si c'était la crainte ou l'excitation de la découverte qui la mettait dans tous ses états.

''C'est plus qu'étrange même. C'est... perturbant. J'ai entendu parler des esprits-totems, mais je dois avouer que jamais je ne pensais être... je ne sais pas si le terme choisir est le bon. Un rituel dites-vous ? Il semblerait que mon âme est déjà accepté sa présence, car ses effets sont très utile je dois le reconnaître...''

''Elle'' se surprenait à cause de la sorte. Non, "elle" n'était pas elle-même en ce moment, tout simplement.

''mais un rituel me parait nécessaire.... Quand à la magie, je l'ai haï. Mais le temps fait qu'on évolue. Ce n'est pas de la haine, c'est... de la méfiance. La magie reste un élément qui pousse à la facilité sans se remettre en question... Mais je peux détourner le fait que j'ai appris à la tolérer. Quand à aller vers elle...''

C'est à dire user de sortilèges directement. ''Elle" tiqua à cette idée. Jusqu'ici, il ne faisait qu'un usage indirect. Son armure vampirique par exemple agissait seule quand il se glissait simplement dans les ombres. Mais plus les années passaient et plus il lui fallait disposer d'atout pour garder sa capacité combative. Et maintenant qu'il était amené à côtoyer vampires et elfes au quotidien... Et il y avait si longtemps que le verre noir avait disparu...

Elle hésita encore quelques secondes avant de lâcher quelques mots murmurants, audibles pour l'elfe heureusement.

''Pouvez vous m'apprendre également la magie ? ''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawan Sywel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Jeu 8 Sep 2016 - 14:06

Dawan observa Clébée, le regard pétillant de bonheur, ainsi que d'un mélange subtil entre l'admiration et l'affection. Il aimait bien cette humaine, qui embrassait le changement et l'acceptait, qui savait s'accorder à son environnement. Une qualité rare, que même certains baptistrels peinaient à atteindre. Lui-même avait parfois beaucoup de difficultés. Sans doute était-ce là un peu de son sang elfique qui s'éveillait, ou un lien avec la façon peu commune par laquelle son esprit s'était formé. Toujours était-il que Clébée était exceptionnelle.
Le petit elfe cherchait comment s'exprimer, ses facultés langagières devenues brumeuse par l'admiration. Il voulait dire... Il voulait dire... Mais cela n'était qu'un sentiment en lui. Il le transmit en un murmure, une ébauche de chant, en attendant. La question de l'Alayienne l'interrompit. Une note de joie éclata dans son coeur, répandant sa lumière en lui, et sa note devint une sorte de glapissement de bonheur. Le maître baptistrel porta les mains de Clébée à son visage. Il ne pouvait l'étreindre, c'était une façon comme une autre de transmettre ce qu'il ressentait.

"- Si je le peux ! Je peux au moins essayer. C'est... Je serais tellement heureux si vous parveniez à user de magie !"

Un petit moment fut nécessaire, pour que ses émotions s'apaisent. Un ronron baptistral sortait de sa gorge, trille de notes gaies. Lorsqu'après quelques longues inspirations il se sentit un peu plus calme, il s'assit au pied de l'arbre, invitant Clébée à l'imiter.

"- Lorsque vous ressentez l'envie d'effleurer une fleur, que faites-vous ? Tendez-vous la main vers elle, ou vous saisissez-vous d'un outil ? Pour moi, la magie est une partie de nous. Partant de cette idée, l'utiliser lorsque nous le pouvons ne me semble pas surprenant, tout comme l'idée que nous nous améliorons par l'apprentissage, et ne naissons pas tous dôtés des mêmes capacités."

Une de ses mains caressait la terre, sous lui. Il en ressentait les lentes vibrations. La terre était une présence rassurante par bien des aspects.

"- La magie tisse comme une trame dans ce monde. Cette trame relie les êtres vivants, et... S'y loge, en quelques sortes. Chacun canalise une quantité plus ou moins importante de magie en lui. Vous devez déjà en avoir en vous. Fermez les yeux. Oubliez vos autres sens, n'y faites pas attention. Essayez de ressentir ce qui n'était pas là avant." Le sourire sur le visage de Dawan était lumineux. Il n'observait pas vraiment Clébée. Il n'en avait pas besoin. Sa sensibilité magique et musicale l'écoutaient. "Lorsque vous vous sentirez prête... Portez votre main devant votre visage. Pas trop près. Cela vous aidera. Essayez de trouver comment amener la magie en vous à s'activer. Comme un muscle, sans le muscle. Gardez les yeux fermés. Si vous le souhaitez, je dois pouvoir étourdir les sons alentours." Il avait gardé un ton très doux, une voix lente, comme il le faisait envers les Enwrs. L'apprentissage nécessitait toujours beaucoup de douceur. Surtout en cet instant... Car plus que les compétences, plus que la puissance, c'était vers l'amitié que Clébée devait tendre, envers cette nouvelle partie d'elle-même.





¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Dim 11 Sep 2016 - 11:57

L'enthousiasme du Baptistrel aurait pu être contaminante si Alauwyr se prêtait totalement au jeu. Mais savoir qu' "elle" allait mettre un pied dans un milieu qu' "elle'' avait toujours considéré comme honni n'avait pas de quoi apporter du baume au coeur. De l'appréhension ? Alauwyr peinait à justifier cet état là, car ce serait comme reconnaître d'avoir peur et la peur menait à la faiblesse. Non, "elle" n'avait pas peur, sinon ''elle'' ne ferait pas le pas pour apprendre cette chose qu'on appelait magie et qu'on lui avait appris à haïr à son premier jour de son existence.

Une fois que l'Elfe réussit à être plus posé, il s'assit confortablement au pied de l'arbre, invitant l'Alayienne à faire de même. Au début, Alauwyr se demandait comment les femmes faisaient pour réussir à s'asseoir avec une robe pareille et ''elle'' réussit sans guère de mal à trouver les gestes à effectuer. Cette rapidité à comment procéder la perturba un peu. Il n'y avait plus qu'à espérer qu' "elle" ne devenait pas trop femme à chaque minute qui passait. Cette aisance féminine avait de quoi être effrayante !

Une fois assise aux côtés de Dawan, "elle" l'écouta avant de répondre avec une étrange douceur ; comme si la présence de l'elfe lui apaisait les troubles qui l'envahissaient.

''Fallait-il avoir envie d'effleurer une fleur. Jusqu'ici, cela ne me venait pas à l'idée de toucher une fleur par simple plaisir de le faire. Là, j'ai tenté l'expérience, et je ne l'ai pas considérée comme un outil, mais comme une chose....qu'il fallait prendre avec précaution...''

La délicatesse n'avait jamais été son for, mais là sous sa forme actuelle. C'était effarant comme ressenti ! Puis quand à l'explication de ce qu'était la magie, "elle" comprit aisément l'image que lui apportait Dawan. C'était d'une fluidité qu'"elle" n'avait même pas une question qui effleurait son esprit. A la demande de l'Elfe, Alauwyr ferma les yeux et tenta de procéder comme évoqué en conseil. Essayer de percevoir quelque chose qu'on pensait ne jamais posséder était ardu. Mais Alauwyr ne désespérait pas. Il n'avait jamais admis l'échec, qui était aussi un signe de faiblesse et "elle" finit par sourciller en sentant comme une étrange sensation. Un picotement ? ''Elle'' n'en était pas certaine.

La magie était comme une trame tissée, qui relie les êtres entre eux et tout ce qu'avait dit Dawan à ce sujet. ''Elle'' trouva une comparaison : les rivières et les fleuves... L'eau s'écoulait, se rejoignait ou se séparait, mais ne restait qu'une au final. Et si la magie était comme une rivière ? C'était un jeu nouveau que d'essayer de canaliser quelque chose d'impalpable. Sous la recommandation de Dawan, et toujours les yeux fermés, Alauwyr porta sa main devant son visage et imagina un flux d'eau qu' "elle" poussait de l'intérieur de son corps vers l'extrémité des doigts de sa main... N'était pas ce qu'il demandait, ce cher Dawan ?

Elle perçut une sensation étrange et ouvrit les yeux, alors qu' "elle" aurait du les maintenir fermés. A voir quelques flammèches timides et vacillantes au bout de ses extrémités eurent de quoi la faire sursauter !

''Ahhh !


Sous l'effet du choc, Alauwyr en avait même reculé, se poussant maladroitement avec ses jambes. L'effet passé, ''elle'' se sentit vraiment stupide et regarda avec un air un peu ahuri et incrédule ses doigts qui s'étaient enflammées. Et même son coeur battait la chamade, encore sous l'étau de la surprise et de cette étrange satisfaction d'avoir mis un pied vainqueur dans la magie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawan Sywel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Sam 17 Sep 2016 - 17:42

Passer outre la notion d'utilité devait être un rude défi pour celles et ceux qui n'envisageaient le monde qu'ainsi. Un attribut très humain, semblait-il. Un attribut qui était peut-être l'origine de l'ingéniosité de certains, de cette facilité qu'ils avaient à assembler leurs différents outils pour créer sans magie. Un attribut que Dawan n'avait pas, ou très peu. Il embrassait le monde tel que ce dernier était, suivait le fleuve, contournait les roches, sans jamais chercher à leur infliger quelque traitement pour assouvir ses désirs ou améliorer son confort. Il se mêlait à son environnement, sans jamais le remettre en question, sans jamais envisager d'en changer la nature. Il s'adaptait. Faire autrement impliquait une réflexion qui ne lui était pas naturelle, et dont les résultats n'étaient que peu probants, bien que parfois surprenants.
Des humains, il était dit qu'ils étaient dotés d'un talent inné pour l'apprentissage, d'une souplesse d'esprit qui dépassait l'imagination elfique. Le maître baptistrel en eut la démonstration, sous forme de petites flammes dansantes, sympathiques, encourageantes. Clébée avait passé les barrières de son esprit, avait passé outre ses connaisances, et était enfin parvenue à cette nouvelle perception. Emotif qu'il était, l'elfe aurait sans doute pu verser une larme, si la situation n'avait pas été autre. Un violent sursaut de sa part accompagna celui de Clébée, suivi d'un petit rire devant la mine ahurie de cette amie. La satisfaction de Clébée était palpable dans ses vibrations. Une véritable satisfaction, qui ne se voyait forcée en aucun cas par quelque raison que ce soit. C'était touchant. Dawan la voyait déjà, encouragée par ce sentiment, avancer sur le chemin de la magie. Il la voyait étudier, essayer, y passer moult temps, s'essouffler, parfois peiner à atteindre ses objectifs, et ne s'en sentir que plus heureuse en dépassant ces obstacles.

Ayant repris son calme, le jeune elfe se pencha vers l'humaine.

"- Ne craignez pas ce feu. Ne l'avez-vous pas créé par une partie de vous ? Si vous ne voulez qu'il vous brûle, il y a fort peu de chances pour que cela arrive. Essayez donc de l'éteindre -sans fermer votre poing."

S'écartant un peu, il laissa Clébée seule face à elle-même, face à son corps et sa magie, face à son lien avec ce continent sur lequel elle était arrivée quelques années plus tôt. L'aimait-elle ? Ou n'était-il pour elle que la terre du sang, la terre d'exil, celle que l'on choisit à regret faute de mieux ? Parviendrait-elle un jour à s'attacher à ces arbres, à se blottir entre deux coins de roche en se disant qu'elle y était bien, car elle y était là où elle devait être ? Observant l'apprentie mage, Dawan espérait secrètement qu'elle connaitrait le confort du sentiment que l'on éprouvait entre les bras d'une mère, en ces terres, sous ces arbres que lui aimait. Cet amour-là se partageait. Ce sentiment était meilleur quand il était en des millions de coeurs.
Lorsque son amie eut atteint son objectif, Dawan la récompensa d'un sourire. Sans mot dire, il joignit ses deux mains, liant ses doigts. Au regard qu'il portait sur Clébée, cette dernière pouvait deviner qu'il attendait quelque chose d'elle. Qu'elle l'imite. Il attendit, patiemment… Et, au bout d'un moment, rouvrit vivement les mains. Une fleur, identique à celle qu'avait caressée Alauwyr, mais faite de pure magie, s'y tenait. Fine, délicate… Dawan la glissa dans les cheveux de l'humaine.

"- Savez-vous lire, Clébée ? Je doute qu'il n'y ait pas, en cette ville, d'ouvrage qui puisse vous offrir moult défis. Des sorts à essayer, pour vous entrainer, pour découvrir votre potentiel, et tout ce qui s'offre à vous…"





¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite Lun 26 Sep 2016 - 16:36

La satisfaction était un vecteur positif pour Alauwyr mine de rien quand à l'usage de ce sortilège, car l'Alayien redoutait le feu. Enfin pas un petit feu de camps ou autre. Non, ce qui sortait d'un usage plus domestique du feu. Et là, ce sortilège aurait pu provoquer chez "elle'' une peur panique. Oh ''elle'' avait été surprise, mais par la résultante de l'effort et de la gestuelle effectuée pour en appeler la magie et ses effets. Pourtant cette satisfaction se perdit un peu quand l'Alayienne sourcillait de perplexité et se rappelait ce qu' ''elle'' avait eu au bout des doigts. Du feu... Rien que de savoir cela lui fit battre un peu plus son pauvre coeur de ''femme'' déjà bien malmené émotionnellement. Heureusement qu'''elle'' arrivait encore à gérer cette situation qui déstabiliserait bien des hommes.

Sous le conseil avisé de Dawan, qui en avait profité pour se rapprocher un peu plus de l'Humaine, Alauwyr se préparait à exécuter une nouvelle fois les gestes pour appeler le feu.

''Il est étrange de savoir que ces simples flammèches est une partie de moi''

''Elle'' essaya de rester concentrée, chassant l'image malveillant du feu qui s'était incrusté quelques fractions de secondes dans son esprit.

''D'ordinaire, c'est ma lame qui est une extension de moi-même...''

''Elle'' entama le geste-clé.

''Mais elle est physique, palpable. Pas comme le feu que je tente là d'appeler...''

''Elle'' se crispa quand elle réussit à avoir les flammèches au bout des doigts et ''elle'' veilla à ne pas vouloir les éteindre par un mauvais geste ou une mauvaise pensée. Elle devait les éteindre comme elle les avait allumées. Elle sourcilla et réussit à les ''souffler''. Elle lâcha un bref soupir de soulagement. Dawan la gratifia d'un radieux sourire et joignit ses deux mains, liant ses doigts les uns aux autres. Alauwyr haussa un sourcil et comprit qu'''elle'' devait l'imiter. Elle fit de même et se demandait où il voulait en venir.

Le Baptistrel finit par ouvrir ses deux mains. Alauwyr tendit son regard au résultat obtenu. Une fleur, pareille à celle qu'elle avait touché avec une délicatesse étonnante était née dans le creux de ses paumes. ''Elle'' était encore estomaquée quand il termina de placer sa délicate création dans les longs cheveux cendrées de l'Alayienne. Le geste de l'Elfe ne manqua pas en tout cas de lui empourprer les joues. ''Elle'' eut honte de se laisser aller à pareilles sensibleries. Et pourtant, elle y réagissait malgré tout et ''elle'' était consternée intérieurement de savoir qu'elle appréciait ce geste, tel un cadeau que cela était.

''Je sais lire...''

Le temps de se remettre un peu de ses émotions de ''femme'' et elle sut reprendre avec un peu plus de contenance :

''Je pourrais apprendre plus sur l'usage de la magie à travers des ouvrages ? Moi qui pensais que cela s'apprenait en grande partie par l'oral...''

Si les Alayiens avaient su cela, toutes les bibliothèques auraient passé par le feu des années durant. Comme quoi leur aveuglement sur la magie et ses usages les avaient.... rendus bien plus aveugles encore. Heureusement dans un sens, préservant de là les connaissances armandéennes quand à cette matière.

''Je présume que la magie ne se contente pas que de faire appel à un bout de feu ou à une fleur n'est ce pas ? ''


Elle ouvrit ses mains et trouva rien que la surface de ses paumes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Une si belle et douce visite

Revenir en haut Aller en bas

Une si belle et douce visite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» BELLE LA DOUCE CANICHETTE LOF 10 ANS APPA EQUIDES 65
» Une belle visite à l'hôpital [Pv : Ketsueki La]
» Soit comme la neige belle mais froide - Bella {EN COURS}
» BELLE TAPISSERIE
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-