Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

5 ans de galère (Pv Matis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: 5 ans de galère (Pv Matis) Sam 9 Jan 2016 - 10:58

12 Janvier de l'An 7

Deux ans étaient passés depuis la mort de Vraorg le blanc, et même Alford avait eu du mal à y croire, mais pourtant cela était bien arrivé… Et pour en rajouter une couche peu après cela il avait obtenu le pardon royal de Korentin. Surtout après des explications avec lui, la relation de Gorder avec l'empereur Aldarien restait froide néanmoins, mais maintenant il ne restait que son nom à laver, pour le reste il n'était plus du tout recherché. Oui plus du tout recherché, les choses se calmaient enfin pour lui. Après plusieurs années à avoir dû jouer à ce petit jeu du faux traître puis du bourreau de Fabius, et du chien de Vraorg. Il était enfin redevenu un mercenaire libre.

La paix durerait-elle ? Il espérait que ce soit le cas, mais la guerre avait tant apporté, tant de morts, tant de destruction, elle avait emporté les esprits eux-mêmes. Armanda ressortait meurtrit de ceci, mais malgré tout ces ravages Gorder appréciait une chose. Il savait que c'était aussi un renouveau, et peut-être meilleur que l'ancien monde, peut-être qu'il était trop optimiste, mais s'il y avait bien une chose qu'il savait c'est qu'en ce rêve il voulait croire…

Mais lui qu'allait-il faire maintenant ? Cela il n'en était encore guère sûr, mais tant de choix se présentaient face à lui. Sa liberté retrouvé, et une certaine indépendance par rapport aux roi acquise il pouvait se rendre où il se voulait, et voyageait comme il lui semblait, et ce même parmi les autres peuples qui maintenant avaient ouvert leurs frontières. Alford avaient de plus pendant ces deux ans encore affûtés ses compétences martiales… Il n'était pas loin de devenir l'un des meilleurs épéistes qu'Armanda à ce rythme, oui peut-être qu'il pourrait se reconvertir en maître d'arme un jour… Quand il voudrait se poser. Et déjà il avait gagné de l'argent en vendant ainsi des cours d'escrime, c'était une manière comme une autre de gagner sa vie après tout.

Enfin aujourd'hui il ne portait point ses épées. Enfin à part celle dont il ne pouvait plus se séparer. L'espadon noir, son reforgeage en Lunalith faisait que cette dernière était… Plus qu'une arme, mais une partie de Gorder même, et ce dernier ressentait un énorme malaise à devoir s'en séparer. Mais aujourd'hui ne serait pas jour de combat, enfin il l'espérait… Aujourd'hui il rendait visite à un ancien ami, un ancien, et peut-être à nouveau frère… Falkire il ne l'avait pas oublié, et si Gorder savait bien une chose c'est qu'il devait la vérité à ce dernier. Et maintenant qu'il n'y avait plus Vraorg tout était bien plus simple.

Il s'était donc sans surprise rendu chez Matis, ou plutôt devant la porte de la demeure de ce dernier, commandant Falkire… Il avait entendu parler de la récente promotion de Matis. Dire que si tout avait été plus simple comme un bon ami Gorder aurait pu juste féliciter le survivant pour cela, et boire un verre avec lui, mais malheureusement les choses n'étaient guère aussi simples. Avait-il vraiment avis de se confronter à Matis aujourd'hui ? Ce ne sera guère un combat à l'épée, mais ce genre de retrouvaille le stressait assez… Que pourrait-il se passer ? Il ne savait guère, mais il s'attendait à tout, et le pire étant que ce serait légitime de la part de son vieil ami. De toute manière il avait tant encaissé ces dernières années qu'il n'aurait plus rien à perdre…

Il frappa donc calmement à la porte de quelques coups, puis recula de quelques pas. Trop tard pour reculer de toute manière donc autant mettre les pieds dans le plat… Juste qu'en cet instant Aldaria lui paraissait étrangement calmes aux alentours, peut-être juste une coïncidence, ou le fait qu'il était très concentré sur l'instant présent.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 




Dernière édition par Alford Gorder le Jeu 28 Avr 2016 - 9:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mar 12 Jan 2016 - 17:25

Il était presque seul à la maison pour une fois, du moins seul n’était pas forcement le mot qu’il aurait employé puisque les deux petits monstres y étaient aussi mais cela ne le dérangeait nullement. Leur mère avait du s’absenter, sans doute pour le travail ou alors avait elle besoin d’un peu de repos loin de la maison, faire des choses pour elle. N’en avait elle pas le droit ? Ne l’avait elle pas mérité après tout ce qu’elle avait fait ? Quant à la jeune femme qui les servait en tant que nourrice, elle devait être à peine plus jeune qu’Autone d’ailleurs, Matis lui avait laissé sa journée pour elle. Elle aussi devait avoir de la famille, elle aussi devait avoir des gens à voir, un homme à aimer peut être. Une vie à mener, ça c’était sûr. Matis avait alors choisi de rester seul à la maison lui-même avait beaucoup de travail et pouvait aussi garder un œil sur ses deux petits jumeaux qui se dandinaient tranquillement tandis qu’ils dormaient. Leur les avaient nourris il n’y a pas si longtemps, aussi était il tranquille sur ce point jusqu’à ce qu’elle revienne. Du moins, l’espérait-il.

Matis était en plein dans l’analyse de ses notes et des rapports de formation, de fourniture d’arme et autre quand on tapa à la porte. Il prit un instant pour se demander qui cela pouvait bien être, Autone n’avait pas besoin de taper et la jeune fille était de repos… Sans doute un visiteur quelconque pensa il en haussant les épaules. Il quitta donc en silence le bureau du salon et se déplaça jusqu’à l’entrée. Cette petite pièce n’était pas richement décoré, du moins pas autant qu’elle aurait dû l’être s’il était d’une grande famille noble. Il n’y avait pas de tapis finement brodé, pas de grand tableau de maître, pas de dorure ni de statue de marbre. Le commandant ne donnait pas dans ce genre de décoration et puis il avait d’autre problème à gérer que la décoration de sa maison après tout…

Il ne savait pas vraiment à qui s’attendre aussi fut il surprit quand il vit la tête du mercenaire Gorder… Cinq ans qu’il ne l’avait pas vu si l’on mettait de côté leur petit duel dans les marais non loin d’Elena, ou de ce qu’il en restait alors. L’homme était stressé, il le voyait bien, et il ne se sentait pas d’en abuser plus que de raison. Matis avait suivi son histoire de loin une fois Vraorg vaincu, il avait apprit que Korentin l’avait gracié mais que ce n’était pas pour autant qu’il s’entendait bien avec lui dorénavant…. Matis sentait bien qu’il lui devait quelques menues explications sur ces années passés à servir et Fabius et Vraorg tandis que lui était en prison ou au combat et inversement.

Tiens tiens tiens…. Voila le retour du fils prodigue après cinq longues années d’exil…. Tu m’avais promis des explications n’est ce pas ? J’espère que c’est pour cela que tu es venu.

Petit instant de silence, puis le commandant se décala et invita son ancien ami a entrer dans sa demeure.

Allez entre, tu va attraper la mort à rester dans le froid ainsi… De toute façon nous avons à parler toi et moi.

Matis le laissa passer devant et ferma la porte derrière lui. Il indiqua le râtelier présentoir, où se trouvait déjà une partie de ses armes, pour lui faire comprendre de déposer les siennes ici. Il ne tenait pas a ce que cela dégénèrent même s’il doutait que cela en arrive à ce point. Puis il le fit entrer dans le salon et lui indiqua un fauteuil situé face à la cheminé qui flamboyait non loin, dégageant une agréable chaleur. Le commandant, lui, attrapa deux verres, versa une lampé d’alcool du désert dans chacun des verres et en confia un à Alford sur que ça lui remettrait les idées en place. Puis il s’installa dans le second fauteuil, non loin du lit contenant ses enfants qui dormaient toujours.

Bien… Par quoi veux tu commencer ? Par Vraorg ? Ou Fabius… A toi de voir après tout c’est ton histoire non ?
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mer 13 Jan 2016 - 11:02

Alford machinalement fit bouger son pied gauche pour prendre une certaine posture, légèrement défensive sans en avoir l'air, pas qu'il comptait se battre avec Matis, mais il s'inquiétait de la réaction possible de son ancien ami. Après tout beaucoup de temps était passé, et beaucoup de chamboulements s'étaient produits depuis, et disons que les dernières années n'avaient pu qu'inculqués une certaine prudence au mercenaire… Enfin il espérait bien que cela ne dégénère pas de toute manière, mais le fait que Falkire commence par parler semblait être un bon signe… Des explications ? Il en aurait bien entendu… Il lui en devait bien depuis le temps après tout.

« Je pense que tu connais déjà la réponse... »
Dit Alford, pas tant pour faire un petit effet que surtout car il ne savait pas quoi dire d'autre, n'ayant ni envie de paraître froid, ni trop chaleureux au risque que ce soit brusque. C'était fort embarrassant de ne pas savoir sur quel pied danser, mais il le fallait. Il n'avait ni envie de rentrer dans un extrême, ou l'autre, et risquer de gâcher ces retrouvailles en quelque sorte.

Et puis quand Matis l'invita à entrer sans commentaire Alford fit ainsi calmement en évitant pour l'instant Matis du regard. Il lui fallait encore un peu d'élan pour cela pensa t-il, mais du coup il ne porta pas trop attention au décors de la demeure, à vrai dire cela ne l'intéressait pas sur l'instant… Quand au râtelier.

Alford visiblement à contrecœur déposa l'espadon, il ne serait peut-être pas loin de lui, mais depuis qu'il l'avait fait reforgé son arme fétiche était disons devenu une partie de lui-même naturellement, une extension de son corps, et il ne pouvait ressentir qu'un certain malaise à en être séparé, heureusement qu'il se trouverait non loin pendant ce temps au moins…

Et il suivit ensuite Matis pour s'asseoir devant la cheminée, voyant les deux enfants… Alford aurait bien eu envie de dire félicitation, quelque chose comme ça, mais malheureusement ce n'était pas vraiment le moment pour ça surtout après tout ce qui s'était passé… Il huma le verre d'alcool du désert, bu, toussota un peu… Habitué à de l'absinthe très forte néanmoins Alford tenu le coup, et acheva le verre cul sec sans trop de difficulté. Il était devenu disons modérément alcoolique depuis quelques années sous le coup de toutes ces sales histoires, et l'absinthe était clairement son péché mignon… Peut-être qu'il commençait même à être dépendant...

« Fabius, hum et commençons par le début, la tentative d'assassinat de Korentin. » Dit-il en réfléchissant avant d'enchaîner… Ah ce qu'il détestait racontait des bon sang d'histoire ! Mais bon il le fit quand même…

« Alors je vais te raconter ce qui s'est passé, je me tenais donc devant Korentin, je n'avais pas d'arme sur moi, et je peux t'assurer que les lames rouges de Korentin m'avaient fouillé pour s'en assurer, et ce dernier m'avait demandé de lui tendre la fameuse pierre de prophétie, tu sais celle qui a révélé la fameuse prophétie du marcheur ? Eh bien c'était la tâche que m'avait confié le voyageur… Rassembler la prophétie, et quand ce fut fait je voulu divulguer cette dernière à Korentin et il prit donc la pierre quand je lui l'a tendit. » Adoptant un court silence Alford se remémora ce qui c'était passé, et poursuivit. « Il y eu une lumière aveuglante, puis… Quand je revis clair Korentin avait une dague planté en plein ventre, et la pierre avait disparu. Bien logiquement comme je fut le principal suspect on me s'apprêta à me mettre aux arrêts, puis une voix dans ma tête… Le voyageur, le tarenth, il me dit de prendre la dague, il me dit qu'elle devait servir à poignarder un certain être, et seulement ainsi le monde serait sauvé, mais que c'est pas moi qui devait poignarder cette être, ce devrait être le passeur Fabius Kohan, qu'il fallait que je donne la dague à ce dernier, et le pousse à s'en servir sur la bonne personne… Sinon le monde serait en péril... »

Il regarda légèrement le feu dans l'âtre, et poursuivit en serrant ses doigts.

« Et le tarenth usa donc de ses pouvoirs pour que je puisse m'échapper, et me rendre à Gloria… Ma mission était donc simple, pour sauver le monde je devais faire ce que m'avait ordonné le voyageur, gagné la confiance de Fabius, et pour cela en tant qu'ancien rebelle je n’eus pas trop le choix… Je dû vendre Aigue Royale, et je fus nommé bourreau de l'usurpateur. » Il serra légèrement les dents, bourreau… Voilà une profession qu'il avait exercé, et qu'il n'avait nullement apprécié, c'était le moins qu'on puisse dire. Puis il poursuivit.

« Voilà, le pire c'est que je n'avais même pas demandé d'or, ou de gloire, t'as dû vraiment te demander pourquoi j'ai tourné le dos à la rébellion du coup… Bon sang tant de temps à me faire détester par tous, alors que je faisais cela pour sauver le monde. Et je ne pouvais même pas le dire à qui que ce soit car je devais jouer la comédie avec Fabius Kohan... » Dit-il songeur avant d'achever.

« Si tu voulais savoir du coup, non je n'ai pas poignardé Korentin, oui j'ai livré Aigue Royale, et tu connais maintenant la raison. Je ne prétend pas être blanc comme l'agneau qui vient de naître, mais j'espère que tu comprendra au moins mes raisons. Je voulais juste... » Il crispa ses mains, et poursuivit. « Juste bien faire, ce qu'il y avait de mieux. Peu m'importait de mourir comme un traître détesté de tous, je voulais juste sauver ce monde. Mais devoir supporter tout cela c'était bien plus dire que je ne l'aurai penser... » Tremblotant légèrement sous l'émotion qu'il fit néanmoins un grand effort pour ne pas révéler, mais il poursuivit. « Néanmoins je suis arrivé malgré tout à tenir bon... »

Puis il acheva après un long silence, regarde quelques instants Matis dans les yeux il dit.

« Voilà pour Fabius… As tu des questions ? »


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Jeu 14 Jan 2016 - 17:54

Alford avait raison de commencer par la tentative d’assassinat de Korentin, même si Matis n’avait jamais crut le mercenaire responsable de la tentative. Néanmoins il cherchait quand même à comprendre ce qu’il s’était passé, pourquoi il avait fait cela et puis qu’avait il fait au final ? Le commandant n’avait eu que de sombres échos de cet instant, sans parler du fait qu’on lui était tombé dessus pour la simple et bonne raison qu’ils avaient été amis. Que ne lui avait on pas reproché avant de se rendre compte qu’à aucun moment il n’avait été mêlé à cette sombre histoire… Aussi hocha il simplement la tête en espérant obtenir enfin les informations qu’il avait cherché durant plus de cinq ans, certes il n’y avait plus vraiment pensé durant son passage à Morneflamme… En même temps n’avait il eu pas autre chose à faire à ce moment là ?

Il but une gorgé de la boisson du désert et, une fois de plus, ne put s’empêcher de tousser en assistant à la violence et la force de cet alcool. Il ne put aussi s’empêcher un sourire pour Alford ajouter à quelques mots.

J’arriverais jamais à m’y faire à cette chose… Ca vient du désert, je ne sais pas si tu y a déjà gouté mais pour le coup je ne suis pas sûr d’avoir gouté quelque chose d’aussi fort… Pas toi ?

Puis il laissa la parole à Alford et à ses explications. Plus il avançait dedans, plus l’homme s’enfonça dans son fauteuil en essayant de remettre chaque bout en place, chaque morceau du puzzle. Il ne comprenait pas tout, n’était pas sûr de les comprendre un jour, mais le tableau d’ensemble, lui, lui paraissait fort logique. Quoi qu’avec le Voyageur il y avait logique et Logique… Mais ça c’était une tout autre question… Ainsi donc Alford n’aurait été qu’un jouet du destin ? Un jouet de force bien plus grande, presque l’égale des Esprits ? Il n’y croyait pas vraiment, et pourtant quelque chose lui disait qu’il ne pouvait avoir tord. Car, quand il regardait les événements dans leur ensemble il sentait que quelque chose n’était pas à sa place, que quelque chose ne tournait pas rond.

Le mercenaire aurait il été manipuler ? Si tel avait été le cas il ne pouvait qu’être peiné à l’idée de la souffrance qu’il avait pu vivre ainsi détesté de tous ceux à qui il pouvait tenir. Matis ne pouvait se le cacher, il l’avait haï, il l’avait cherché pour le tuer sans se poser de question… Ce n’est qu’à la sortie de Morneflamme, une fois devant les ruines de sa cité qu’il avait enfin posé des doutes à ses certitudes. Ce n’est que dans les marais recouvrant ce qu’avaient été les verts pâturages de la ville qu’il avait retrouvé cet homme et un combat avait eu lieu, ou tout du moins un semblant de combat. Matis n’était pas en état de combattre et Alford ne semblait pas enclin à le combattre vraiment…. Le résultat avait été plus qu’étrange puisqu’il avait réussit à s’enfuir… Comment aurait il pu supporter Vraorg tandis qu’il le laissait fuir ? Matis avait énormément de question et resta silencieux un petit instant, le regard perdu dans le vide, se grattant la barbe d’une main distraite, l’œil finalement attiré par les flammes qui dansaient dans la cheminé.

Lui revint alors en tête les échanges qu’il avait eu avec sa femme sur sa mission à Gloria et sa rencontre avec le bourreau du tyran premier du nom. Autone l’avait trouvé différent, pas vraiment enclin à supporter son travail autrement que par devoir. Il semblait même qu’il cachait quelque chose en lui, c’était du moins ce qu’il avait comprit des échanges qu’il avait eu avec elle. Sur cette question il pouvait faire confiance à Autone, elle était douée pour découvrir le fond de la pensée des gens… Un domaine dans lequel Matis était une sombre buse.

Dire que je n’ai jamais douté de toi serait te mentir, à toi et ton intelligence, mais dire que je t’ai toujours considéré comme un ennemi serait aussi un mensonge. Il laissa sa main tomber sur le rebord de son fauteuil, un accoudoir qu’il serra vivement tant et si bien que ses doigts blanchirent sous l’effort. Bon sang, mais qui aurait pu soupçonner tout cela ? Quand les rumeurs et les échos ont circulé sur tes actes, qui crois tu qu’ils sont allé chercher ? J’ai été le premier à subir les interrogatoires des gardes de Korentin quant à ta fuite et les actes qu’ils pensaient que tu avais commis…

A ce moment là je n’avais qu’un envie, te faire la peau et j’ose à peine te dire que la suite des événements semblaient me porter raison. Livrer Aigue n’a pas dû être chose facile à vivre et puis comme tu y étais toi-même tu sais ce qu’il s’y est passé n’est ce pas ? Moi-même j’ai faillis y rester… Combien de mort ? Combien de gens bien fauché dans la force de l’âge par les Alayiens et celui que tu soutenais ?


Il se tut un instant, il sentait l’émotion le prendre et la seule raison pour laquelle il ne la laissait pas éclater serait qu’elle réveillerait ses enfants. A ce moment là s’eut été la dernière des choses qu’il souhaitait voir arriver… L’avantage d’avoir des enfants en bas âge c’est qu’ils vous apprennent à prendre sur vous et ne pas éclater… Du moins pas trop vite ou trop fortement, le reste n’était que dosage subtil.

Le voyageur était un sacré personnage et je sais qu’il ne t’aurait pas demandé de faire cela s’il ne l’avait pas cru essentiel pour la survie de cette terre et de la majorité des habitants… Je sais que tu ne vivais pas bien ta posture à Gloria, ma femme m’a parlé de ce qu’il se passait au Palais à ce moment là. Du moins ce qu’elle voulait bien me dire, peut être ne la connaissais tu pas sous son véritablement nom… En tout cas je sais qu’elle ta rencontré là bas.

Avoir ses informations plus d’autres émanant de sources diverses mais fiables… Disons que ça m’a évité de te courir après une fois Vraorg mort pour te faire la peau. Et je ne parle pas de notre échange devant les ruines d’Elena. Pour Fabius il ne me manquait que les informations dont tu viens de me faire part, mais le plus gros point blanc que j’ai c’est bien ce qu’il s’est passé depuis… La prophétie et l’avènement de Vraorg..


Il respira un instant et porta un regard à ses deux bambins qui dormaient là, bien loin de s’imaginer ce qu’il se passait à quelques mètres d’eux. Trop jeune pour en comprendre la signification même…

J’ai participé avec Autone, et tant d’autre, à la traque liée à la prophétie et il faudra que tu m’explique ce qu’il s’est passé à ce moment là. D’après mes renseignements tu étais en plein centre de cette histoire et de nombreux points me reste inconnu… Comment le Voyageur est il mort ? Comment Le Blanc a-t-il recouvré là vie ? Et bon sang mais que c’est il passé après ?

Lors de notre fuite nous n’avons pu faire que peu de distance avant d’être capturé et de finir à Morneflamme dans les ruines de Glacern… Encore que je ne suis pas sûr qu’on puisse parler de ruine à ce niveau là…. Mais tu sais de quoi je parle non ? N’as-tu jamais mis les pieds là bas ? Si l’horreur doit porter un nom ça doit bien être celui là…


Comment raconter cela aux prochaines générations ? Comment parler de tout cela à ses propres enfants ? A sa famille ? Autone et des amis à lui l’avaient vécu dans leur chair aussi ils pouvaient comprendre tout cela… Mais les autres ? Comment leur expliquer ? Le voulait il seulement ?Devait il les mettre au courant de l’horreur qu’ils avaient vécu ou devaient il leur cacher ? Pour ses enfants il avait fait le choix de leur expliquer le jour où ils seraient en âge de comprendre… Mais comment le vivraient-ils ? Il avait peur de leur réaction et de ce que tout cela pourrait engranger…

Il reporta son attention sur Alford, il lui importait maintenant de comprendre ce que l’autre avait à lui dire…

Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Ven 15 Jan 2016 - 19:58

« L'absinthe c'est vraiment très très fort. Et j'en bois assez souvent…. Je dirai que ton truc c'est l'équivalent d'une bonne absinthe forte, le genre d'alcool qu'il vaut mieux diluer avant de boire, pour ma part il m'arrive d'en boire sans diluer. Mais ton truc là il a quelque chose étrange… On dirait des épices, ouaip ça donne un côté spécial que je vois rarement... » Dit Alford en toussotant un peu, bon après il buvait rarement de l'absinthe aussi forte, mais on pouvait dire que du coup sa gorge était habitué aux boissons très très forte… Mais pas pour autant aux épices comme en raffolait souvent les gens du désert de ce qu'il savait.

Enfin tellement de choses c'étaient passés en cinq ans… Peut-être même trop pour qu'il puisse réellement s'en rappeler. Enfin dans tout les cas il ne regrettait pas ces années à devoir faire le larbin de Fabius, et de Vraorg. Maintenant il était redevenu mercenaire, et pouvait donc profiter pleinement de la liberté qu'offrait cette fonction. Quand au contrat disons qu'il n'avait aucun mal à en trouver, l'avantage de tout cela c'est qu'il était célèbre maintenant, et certain clients venaient même le voir de temps en temps. Un luxe que pouvait avoir seulement un mercenaire célèbre pour une raison, ou une autre, même si ce n'était pas forcément pour la bonne raison dans son cas à cause de toutes ces histoires dans lesquelles il a été embarqué.

Et Matis lui avoua qu'il avait eu beaucoup de doutes sur lui à l'époque dans un sens comme dans l'autre, et Alford comprenait franchement qu'il ait pu penser ainsi, qu'aurait-il fait lui-même en situation inverse ? Probablement quelque chose de pas trop éloigné, mais surtout. Il aurait voulu comprendre, il aurait voulu savoir comme Matis le faisait aujourd'hui, et visiblement ce dernier au moins comprenait, et écoutait. Et c'était a peu près tout ce que demandait Gorder...

« Je sais, cela a dû tous vous surprendre, et je me sentais mal que tu puisse croire que j'ai trahi comme cela sans mot dire. Mais je devais le faire comme le l'avait dit la voyageur… Il m'avait dit que c'était nécessaire, mais que le chemin que j'emprunterai serait le plus dur, et je l'avais accepté pour le bien d'Armanda… »
Dit-il pensif, oui il avait cela car il pensait agir pour le mieux, et c'est sans doute ce qu'il avait fait, mais il ne s'était sûrement pas imaginé tout cela, est-ce qu'il aurait pour autant accepter si Edwyn lui avait tout dit ? Certainement pensa t-il…. Alford était comme ça… Le seule différence c'est qu'au moins il aurait pu se préparer à la suite, mais malgré tout il n'en voulait pas à Edwyn, après tout ce dernier aussi avait dû pensé agir au mieux…

« Je ne le soutenais pas, je devais le faire c'était ce que je pensai, il fallait que je gagne la confiance de Fabius à tout prix… Sinon Armanda serait détruite voilà ce que je pensai, et quand j'ai appris pour les perles du Néant j'ai été encore plus convaincu de ceci. Mais je savais ce que cela coûterait à la rébellion, je savais les morts que cela causerait, et tout ce qu'a enduré Armanda, et je me sentait terriblement mal de ceci, mais je me disais… Que soit c'était ça, soit il n'y aurait plus de monde si je ne le faisais pas… Bon sang. » Dit-il en serrant les dents en y repensant, par le dracos…

« Ta femme ? Ah oui les enfants… Félicitations... » Arriva t-il à marmonner ensuite au sujet de le femme, et des enfants de Matis même si ce fut avec assez de mal. On ne pouvait pas dire après tout que c'était des retrouvailles habituelles entre frères d'armes, et par la peste Alford aurait davantage préféré cela d'ailleurs…

« Ah bon sang Vraorg, puisse t-il ne pas revenir celui-là. Si tu pense que Fabius a été dur à encaisser pour moi, il était une belle rigolade par rapport au blanc... » Et il le raconterait car disons que ça avait son importance, mais y penser ne faisait pas tant de bien. Il n'avait peut-être pas eu son libre arbitre à l'époque, mais c'était bien ses mains qui avaient été tâchés de ce sang qu'il avait dû tant faire couler…

« Edwyn est mort… Des mains du vampire Achroma qui l'a tuer par la volonté du blanc, ce dernier s'est libéré devant nous… Nous n'avons rien pu faire malheureusement… Et ayant asservit tout les marcheurs présent que ce soit Lorenz Wintel, Merithyn, Kylian, Esmelda, Cynoe, Veren, et moi… Il partit à la conquête d'Armanda… La suite tu le connais, et pendant toutes ces années j'ai été son chien devant obéir à tout ses caprices à cause de la marque qu'il avait apposé à mon âme... » Dit-il amer, sale histoire… « Je n'ai jamais mit les pieds à Morneflammes, mais je crois que j'ai vu en ces trois ans toutes les horreurs pouvant passer par la tête dépravée des officiers théocrates. Le pire étant que j'avais dû y participer malgré moi… Tout cela parce que je suis devenu le pantin de ce monstre... »

Puis silencieux un instant il poursuivit.

« Mais j'étais sous le contrôle de Vraorg depuis bien plus longtemps que cette histoire, peu après la bataille de l'Aube Rouge en faîte… Et c'est Néant qui m'a permit d'échapper à son emprise après la bataille des marais sanglants, et de récupérer le dernier fragment de l'épée astrale. Elle est morte devant moi après m'avoir libéré de mes chaînes... Matis Néant n'est pas du tout la divinité sanguinaire que nous nous imaginions, c'était Vraorg qui lui avait arraché son âme, et l'avait manipulé, depuis le début… Nous, et les alayiens… Nous nous sommes tous fait bernés par Vraorg... » Dit-il avant d'achever ensuite.

« Je me demande surtout si j'aurai pu faire en sorte que les choses se passent différemment si j'avais su… Les erreurs que j'ai fais… Au moins Armanda vit à nouveau libre de la destruction, et de la tyrannie. Quand à savoir ce que je vais faire maintenant… Dit Matis… Je comprendrai si tu m'en veux après tout ce qui est arrivé... » Acheva t-il en relevant le regard pour regarder calmement Matis avec un certain regret dans le regard. Et un instant on pouvait voir dans son regard que lui aussi avait énormément souffert ces dernières années même s'il faisait un effort pour le cacher là plupart du temps, et la souffrance avait était terrible mentalement, bien plus que physiquement...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mar 19 Jan 2016 - 17:20

A dire vrai je ne sais même pas ce qu’il y a dedans… On me l’a dit fut un temps mais je ne m’en souviens plus, sans doute est ce là une capacité de cette chose… Quoi qu’il en soit l’Absinthe, elle, n’est pas fait pour tout le monde et si tu compte en user souvient toi de ne pas en abuser… Le commandant secoua la tête. Mais qu’est ce que je dis, tu n’es plus sous mes ordres et je ne suis pas ton père, tu fais ce que tu veux non ?

Il laissa ses paroles tomber dans un léger silence alors qu’Alford terminait ses explications sur son passé… Il ne savait pas quoi dire, comment se serait-il comporter s’il avait été à sa place ? Il n’arrivait pas à s’imaginer trahissant les siens, il ne voulait pas s’imaginer trahissant ses valeurs et idéologies… Matis comprenait parfaitement le comportement de son ami, il savait aussi que s’il en avait été autrement il n’aurait pas été pardonné par Korentin, alors pourquoi ne pas lui faire confiance ? Il aimerait lui faire confiance mais on n’efface pas cinq ans d’un coup de baguette magique. La magie avait beau faire des miracles elle n’était pas toute puissante, loin de là.

Je comprend parfaitement ce que tu me dis et je sais qu’à ta place j’aurais fais de même mais comment imaginer une chose pareille ? Met toi à ma place et tu comprendra que je ne peux me comporter autrement avec toi. Comprend tu seulement que j’aimerais que les choses soient différentes ? Sais tu combien de fois j’ai voulu te traquer ne serait ce que pour avoir des réponses à ces questions ?

Quand Korentin m’a annoncé ta mort j’ai été marqué. Aucune réponse ne viendrait, il faudrait que je fasse autrement pour comprendre… Que n’ais je été surpris de ne pas te savoir mort… D’ailleurs comment cela se fait il ? Le roi m’a assuré t’avoir exécuté ? Encore un tour de passe passe magique ?


Il n’avait pas bien comprit de quoi il retournait mais tout ce qui lui importait était que l’autre soit finalement toujours en vie et cela le rassurait car il pourrait enfin avoir des réponses à toutes ses réponses. Le commandant profita d’un moment de repos pour revenir sur un sujet moins polémique..

Oui.. Je me suis marié l’année dernière, j’ai même fini par devenir père étonnant non ? Il faut croire que tout arrive un jour… Elle s’appelle Autone et fut présente quelques temps au palais de Gloria quand tu y étais toi aussi… Quand tu y officiais elle servait un homme du nom de Crissolorio, peut être le connais tu ? Il est maintenant le maitre de ce qui fut ma ville… Une véritable ordure si tu veux mon avis…

Il écouta ses propos sur Vraorg est sur ce qu’il avait subit durant son emprisonnement mental… Il servait Vraorg sous sa puissance et n’avait pu faire autrement… Comment son père avant lui… Il comprenait parfaitement la souffrance d’Alford car il l’avait vécu dans sa chair…

Il est mort ?.... Il étouffa un juron et repensa à sa seule rencontre avec cet être si particulier. Vraorg ne nous connaissait que trop bien et s’il s’était mit à manipuler un Esprit Majeur ce n’était certainement pas pour faire une dinette… Cette ordure n’a que trop bien réussi son coup regarde dans quel état il nous a mit ? Regarde ce qu’il a fait à cette terre, jamais nous n’avons atteint pareille niveau de destruction, de haine et d’horreur.

J’ai vu ce que les officiers et les soudards théocrates ont fait subir aux nôtres, tortures, exécutions et j’en passe. J’ai visité des petits villages réduit en cendre, des villes entières détruites à même leurs fondations. Combien d’amis avons-nous perdu ? Combien de gens sont complètement détruit par ce qu’ils ont vu ? J’ai été envoyé à Morneflamme avec tellement de gens, ma femme en faisait parti car nous avons été capturé ensemble. Il y avait aussi Korentin, des elfes, des vampires… Tous… Nous nous battions pour survivre et manger les restes de ceux qui avaient été tué la veille. M’entends-tu ? Du cannibalisme, voila à quoi cette ordure nous a réduit… Trois ans à manger de la chair humaine et elfique… Comment vivre après cela ? Comment ne pas sombrer dans la folie ?


Il soupira et se laissa tomber dans le fauteuil. Sans s’en rendre compte il avait serrer les poings, prêt à frapper un ennemi invisible et depuis longtemps détruit.

Quand je suis sorti de cette prison je n’avais qu’une envie. Tuer. J’étais animé par la vengeance, la haine et la rage. J’ai traquer le moindre ennemi qui s’était mit en tête de me capturé, j’ai tué des gens de manière si affreuse qu’il est hors de question d’en parler ici. J’avais en tête que chaque tête coupée me rapprochait de ma vengeance.

Il aura réussit à nous faire devenir aussi sombre que lui. SI je ne m’en suis sorti ce n’est que grâce à elle, elle ne voulait pas qu’il gagne et nous ôte tout ce que nous sommes en corrompant. Elle est bien plus forte que moi tu sais… Aujourd’hui nous avons une chance à saisir et nous devons aller au-delà de tout cela et construire quelque chose de solide pour les prochaines générations. Pour qu’ils ne connaissent pas cela.

Pour le reste… Nous commettons tous des erreurs, les tiennes étaient guidées par un objectif clair… Et puis qui suis-je pour te juger à ce sujet ? Si notre bon Roi t’a absout, comment puis-je prétendre le contraire ? Je n’en ai ni les moyens ni l’envie.


Il soupira et observa Odélie qui bougeait un peu trop et fini même par ouvrir un œil curieux.

N’est il pas temps d’en finir avec ça ? Reproche et colère ne serviront à rien, d’autant plus avec ce que tu viens de me dire…
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mer 20 Jan 2016 - 18:13

« Si toi même tu ne sais pas ce qu'il y a dans ce truc, je n'ose pas imaginer les ingrédients. Quand à l'absinthe… Fallait bien quelque chose pour compenser ces années de foutoir que j'ai subit vieux… Ah bon sang est-ce que tu savais qu'avant d'être bourreaux je n'avais jamais torturé un homme ? Et l'effet que cela fait de devoir faire cela en publique ? On se sent tellement sale après l'acte, et puis au bout d'un certain moment l'habitude, et la routine s'installe, et quand on s'en rend compte on se sent encore plus sale... » Dit-il en maugréant un peu, car il comprenait parfaitement maintenant pourquoi ce métier de bourreau n'était pas vraiment populaire…

Enfin c'était une sale époque, et il n'était pas mécontent d'être passé à autre chose au moins de manière professionnelle, maintenant qu'il était à nouveau mercenaire personne ne pouvait lui imposer ce qu'il désirait pas, surtout maintenant qu'il n'était plus du tout difficile pour lui de trouver du boulot là plupart du temps… D'ailleurs il n'y avait pas que lui qui avait gagné en célébrité, mais aussi son ami capitaine de ce qu'il avait entendu. Aurait-il pu combattre Matis à mort il y a plus de 2 ans de cela ? Il en conclut qu'il ne valait mieux pas y penser, de toute manière le sang avait assez bien coulé pour un moment. Là son travail de mercenaire consistait surtout en escorte, et chasseur de prime en faîte car les criminels errants n'étaient pas du tout rare suite à la guerre… Enfin dans tout les cas la vie reprenait son cours, et il pourrait reprendre bientôt la passion de sa vie, le voyage…

« Cela je ne le comprend que trop bien, après tout ça doit faire un sacré choc de croire que son frère d'arme trahit alors qu'hier encore rien n'aurait pu faire penser qu'il le ferait... » Il avait était d'ailleurs dans ce cas au sujet d'une certaine personne, mais maintenant c'était du passé, et la dite personne était morte d'une certaine manière, elle ne reviendrait jamais probablement… Malheureusement ces dernières années de guerres avaient finalement eu leurs lots de tragédies, c'était le mot… Tragédies, mais cela restait supportable au moins.

« Dit merci à Néant pour cela. » Dit-il ensuite le plus sérieux du monde quand Matis lui demanda comment cela se faisait quand il était encore en vie. « Elle avait fait de moi son marcheur, et lors du duel contre Korentin pour tout t'avouer… Je me suis laissé faire car Néant m'avait dit que c'était le seul moyen de me libérer de Vraorg, et effectivement après cela, et après qu'elle m'ait soigné je n'était plus du tout asservit au blanc… Du coup voilà pourquoi je suis encore en vie. Et Néant est morte après s'être libéré de la folie dans laquelle l'avait plongé Vrarog... » Car franchement Korentin était un maître au combat à l'épée, mais Gorder était un niveau au dessus de lui, il était donc étonnant effectivement que le dragonnier ait pu triompher de lui aussi aisément...

« Toi père… Je t'avais dit Matis que tu finirais bien par te caser, mais bien entendu tu ne m'as pas cru. Peut-être que la prochaine fois tu m'écoutera quand je te ferai des prédictions avec un verre d'alcool dans le nez. » Dit-il en tentant de plaisanter légèrement avant d'ajouter plus sérieusement. « Autone… Mmmh m'en souvient pas trop depuis le temps, après je crois que j'avais empêché ta Autone de se casser la tête en tombant d'un escalier une fois… Crissolorio ? Je crois avoir entendu parler d'un homme comme ça… M'enfin tu sais moi, et la politique... » Dit-il en haussant un peu les épaules. Matis était plus doué pour ça que lui après tout.

Quand à la mort d'Edwyn, voilà une chose bien triste, mais Gorder lui même avait encore du mal à savoir quoi en penser. Surtout après ce que c'était amusé à faire Edwyn faire la fin, dragonnier de Vraorg le blanc… Ruddy était emprisonné lui aussi à sa manière, mais contrairement à lui Vraorg n'avait pas du tout était tiraillé par un quelconque amour envers son lié, car ce dragon n'avait eu aucune pitié, ou empathie envers les autres…

« Oui il a tant fait de mal, moi qui croyait qu'en chaque être il y avait du bon, lorsque je l'ai vu… J'ai cru voir le mal incarnée, et la haine m'a envahit, vengeance, désir de justice. Il est heureux que ce monstre soit mort sinon je n'ose imaginer ce qu'il nous aurait fait, s'il avait pu voler le pouvoir des esprits, même la mort n'aurait plus été une délivrance pour nous… La création toute entière lui aurait appartenu… Un véritable cauchemar... » Dit-il amère en y pensant. Heureusement Armanda avait évité cela.

Lui même avait l'air tendu à avoir dit cela, tout le monde avait souffert suite à ces événements, une horreur, mais au final l'espoir était revenue ainsi que la paix. Un cauchemar, voilà ce que le règne de Vraorg avait été, et maintenant ce cauchemar était derrière eux, mais avait malheureusement prélevé son dû avant de disparaître…

Et il comprenait le désir de vengeance qu'avait eu Matis, Alford avait ressenti le même, enfin surtout un besoin de justice maladive adressé envers ce monstre qu'était Vraorg. Ces années avaient été après tout pesantes pour le mental de chacun… Et personne n'avait été épargné, Alford lui-même pouvait bien en témoigner, mais jamais il n'avait perdu son humanité, cela il en avait été hors de question...

« J'ai été seul, presque seul… Il y a bien quelques alliées sur lequel j'ai pu compter à certains moments, un être qui avait juré de me protéger et qui a honoré sa promesse, mais face à ma souffrance j'étais souvent seul… J'aurai pu devenir aussi sombre que lui, mais je ne voulais pas perdre l'espoir, je ne voulais pas perdre la foi Matis… J'ai assisté à tant d'horreur, bien trop pour vouloir sombrer dans le cynisme… Oui après tout ces malheurs je veux juste croire que ce la justice, et le bien triompheront, je m'en fous bien qu'on me dise que c'est naïf. Je veux y croire, et rester avant tout humain, c'est cette conviction qui m'a permit de tenir. Car la vertu sera toujours plus puissante que le cynisme... » Dit Alford d'un léger sourire, oui humain, voilà ce qu'il était… Voilà ce qu'il resterait.

« Merci Matis… J'ai toujours su que je pourrai compter sur toi… Tu as raison autant passer à autre chose, le passé est le passé après tout. »
Dit-il en soupirant avant d'ajouter. « Je compte bien laver mon nom… Et dédier ma vie à réparer les erreurs que j'ai pu faire... » Après il ne comptait pas rester les bras croisés, surtout qu'il avait apprit une bonne chose, pour agir ainsi il fallait d'une certaine manière suivre son cœur…

« Je pensai d'ailleurs me reconvertir, tu sais en plus du mercenariat je pensai commencer à enseigner aux gens le maniement de l'épée comme un maître d'arme, ça me permettrait de gagner ma vie plutôt bien, et quand je serai vieux ce serait un emploi plus stable... » Commença t-il à dire calmement, et pensif préférant penser à un futur plus serein sans doute, avant de conclure à l'égard de Matis.

« Je pensai rester à Aldaria quelques temps avant de recommencer à voyager un peu… Cela te dirait du coup de prendre un peu de temps sinon pour me raconter ce qui t'arrive depuis que la paix est là ? Où ta deuxième femme l'armée te prend bien trop de temps pour cela ? » Acheva t-il de son humour bourru pour essayer de détendre un peu l'ambiance plus, ou moins maladroitement…


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Ven 22 Jan 2016 - 20:21

Je comprend parfaitement ce que tu as ressentis à ce moment là… A Morneflamme nous avons dû faire tout notre possible pour rester en vie, bien plus que quiconque ne puisse l’imaginer, même toi et ton rôle de bourreau. Jamais tu ne pourra comprendre ce que fut cette prison, les gens n’y étant pas aller ne pourrons jamais comprendre ceux qui s’en sont sorti…

Devoir faire tout ce que l’on combat est un échec pour beaucoup, mais comment réagir si cela vous permet de rester en vie et vous permet de poursuivre la lutte ? J’aurais envie de dire qu’un sacrifice est nécessaire pour la victoire finale, mais qui est vraiment capable de le faire ? Qui pourrait sacrifier sa personne pour une cause qui nous dépasse ? Peut être qu’aujourd’hui, le nombre de ces personnes est plus important qu’avant, sinon nous ne serions pas ici.


Matis ne savait pas forcement quoi en penser, son idée était que tout un chacun devait se sacrifier un jour ou l’autre, que ce soit pour une idée ou une personne… Mais cette conception de la vie n’était elle pas altéré par son passé et tout ce qu’il avait vécu ? Il espérait sincèrement que ses enfants n’auront jamais à faire un choix tel que celui là… Il pensait l’avoir fait pour eux, pour qu’ils puissent grandir dans un monde de paix, pour qu’ils ne se sentent pas obligé de rejoindre l’armée, pour qu’ils rêvent d’une vie toujours meilleure.

Alford revint sur la découverte de sa trahison supposée et le commandant se revit encore être arrêté par la garde de Korentin Kohan pour interrogatoire. Certes il s’était laissé faire, comprenant bien où se trouvait son intérêt dans la situation, mais en y repensant ils n’auraient jamais du le traiter comme tel… Matis secoua la tête, repenser au passé ne changera pas les choses et de toute manière il n’était pas à lui de décider ce qui devait être changer ou pas. Il se concentra de nouveau sur les paroles de son ami qui lui expliquait comment il s’en était sorti avec Korentin, cela avait du sens et finalement Néant avait été capable de reprendre la main sur elle-même au bon moment… Lui qui l’avait toujours considéré comme… Non, même mort, un Esprit restait un Esprit et c’était le respect qui lui devait. Le respect pour leur sacrifice et la chance qu’ils leur avaient laissé…

Ta vie est un éternel rebondissement dis donc… Quand Korentin m’a annoncé ta mort j’en ai été marqué car je pensais ne jamais avoir les réponses à mes questions… Mais si ce que tu me dis est vrai, tu dois être devenu un sacré combattant, de toute façon je l’ai bien vu à Elena et déjà à l’époque de Gloria tu n’étais pas mauvais… Je ne pense pas qu’un jour j’atteindrais ton niveau mais cela n’a que peu d’importance, je ne suis plus à la recherche du combat comme avant. Le temps fais son office après tout…

Le commandant rit au propos du mercenaire, effectivement il se rappelait avoir eu ce genre de discussion il y a longtemps, et il se rappelait aussi ce qu’il lui avait dit. Jamais de la vie il ne prendrait d’épouse, il n’avait tout simplement pas le temps pour ça. Alors ce n’était peut être pas exactement les mots qu’il avait dit mais l’idée c’est bien celle là. Maintenant, quand il posait les yeux sur sa progéniture et particulièrement la petite Odélie qui ouvrait les yeux tant bien que mal, essayant de sortir d’un sommeil profond, il comprit à quel point il s’était trompé…

Mouai, c’est pas parce que tu as vu juste une fois que cela peut se reproduire et si je tenais plus compte des prémonitions que des faits je pourrais commencer à me poser de sacrés questions… Pour le reste je commence à croire que vous avez tous connu ma femme en lui sauvant la vie… Tu dois être le troisième ou le quatrième à me dire cela…

Concernant Crissolorio je te met en garde contre lui, je sais que tu va errer entre les Royaumes et cet homme peut être une source de retombée financière conséquente, mais il n’est pas nette. On le croirait presque innocent en l’observant mais il n’en est rien, il est vénal et vil et ne semble chercher qu’une seule chose, le pouvoir. Pour moi, il est de la race de Fabius… Si tu dois avoir affaire avec lui garde bien ça en tête. Cet homme est dangereux, très dangereux…


Matis avait un passif houleux avec cet homme, et un de ses quatre matins il devrait aller à Fortuna, sans doute pas pour lui parler mais surtout parce qu’il était commandant Aldarien maintenant et que son Roi pouvait exiger toute sorte de chose de lui, notamment celui d’escorter une délégation sur place… Pour le moment il y avait échappé car le roi avait comprit qu’il n’était pas vraiment fait pour ce genre de poste mais viendrait un moment où, pour gravir les échelons de la hiérarchie, il devrait s’y résoudre. Sa nouvelle place de commandant lui avait beaucoup apprit et il s’était rendu compte qu’il pouvait vraiment changer les choses à ce niveau, alors pourquoi ne pas en profiter à l’avenir ? Pourquoi ne pas changer le système de l’intérieur plutôt que de l’affronter ?

Il laissa sa pensée en suspend et revint aux propos d’Alford.

Oui… C’est sûr qu’on rigolerait moins avec Vraorg. Je sers Korentin depuis quelques années maintenant, j’aime autant te dire que cela me semble bien plus préférable. Il est… Différent. De son cousin c’est sûr, mais même de ses prédécesseur. Je ne sais pas comment l’expliquer mais j’ai envie de croire en lui, ce qu’il fait depuis qu’il a prit le pouvoir dans la région est très important. J’ai vraiment l’impression qu’il souhaite changer les choses, et en bien qui plus est. En tant que chef de famille Noble il aura mon soutient, mais c’est en tant que commandant que je le sers et pour le coup je n’ai pas à me forcer. Nul famille à expulser, nul village à raser ou guerre à mener. Je ne sais pas comment cela se passe à Gloria, mais j’aime autant être ici qu’à servir Fabius…

Le commandant fini par sourire aux dernier propos de l’homme en face de lui, il avait enfin comprit ce qu’il avait vécu. Tout deux, de manières différentes, avaient subit les outrages du temps et des autres. Tout deux s’en étaient sorti différemment et en avaient tiré des leçons bien distincte. Néanmoins à cet instant, et depuis longtemps, ils pouvaient les partager et essayer de se reconstruire par-dessus.

Je sais ce que tu as vécu, c’est pour cela que je t’aiderais. Sache que, si tu étais devenu un monstre, je t’aurais moi-même tué, comme j’ai dû le faire avec mon paternel durant la guerre. Il avait sombré, contre sa volonté certes, mais sombré tout de même sous la puissance de Vraorg. Tu aura des devoirs à accomplir, même si tu n’as été qu’un pion dans leur jeu, je t’aiderais à le faire pour que l’on puisse tirer un trait sur cette sombre histoire.

Pour le reste sache qu’il y a pas mal de maison noble ici qui cherchent des vétérans pour former leur bambin, j’ai déjà dû refuser pas mal de leur proposition car en tant que commandant je n’ai pas à faire cela. Sans parler du fait que je ne suis un maitre d’arme même si je me débrouille, j’ai déjà suffisamment de travail.. Néanmoins je peux te présenter à eux si tu le souhaites.


Il rit à la dernière remarque d’Alford, décidément il n’avait pas trop changé malgré le temps.

Je dirais que c’est ma troisième maintenant. Ma fille passera toujours avant elle… Mais il est vrai qu’elle me prend pas mal de temps, entre formation, sortie diplomatique et chasse de brigand j’ai parfois du mal à me reposer. Mais j’ai signé pour ça n’est ce pas ? Et puis il faut bien mériter sa solde après tout…

Pour le reste il ne s’est passé grand-chose, après la mort de Vraorg j’ai fais partie des unités de pointe qui ont prit Gloria et j’ai participer à la traque des derniers partisants du Blanc. Aujourd’hui je pense qu’il en reste toujours, attendant le retour de leur Dieu bien aimé… A croire que personne ne leur a dit qu’il ne reviendrait pas… Mais on les traque et on les élimine quand on le doit, ceux qu’on peut récupérer on les récupère, les autres… C’est une autre paire de manche. Après pas grand-chose, j’ai épousé ma femme, je me suis lancé dans l’éducation des enfants bien qu’à cet âge il n’y ait pas grand-chose qui ait plus d’importance que le dodo et le manger… Le lot de tout jeune parent j’imagine…

Et toi une bonne femme caché dans ta manche ?

Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Sam 23 Jan 2016 - 21:57

« Et toi tu ne peux pas comprendre vraiment comprendre ce que j'ai ressenti non plus car que tu ait était ici, ou à Morneflammes ton corps, et tes actes t'appartenaient encore, tu était libre de tes actions, et tu ne subissait pas le sentiment d'être haït par tous, un sentiment si pesant que j'ai subir pendant toutes ces années... Tu as énormément souffert je le sais vieux, mais franchement est-ce que l'on est là pour déterminer lequel de nous deux en a le plus bavé ? » Demanda t-il calmement, car pour sa part il n'était pas trop dans cette esprit, Morneflammes, Vraorg, que les malheurs du passé s'en aillent, et ne reviennent plus surtout.

« C'était des temps durs, et nous avons tous agit d'une manière qui correspondait à ce que nous pensions devoir faire, certains ont agit égoïstement pour protéger leurs vies, et leurs familles… Peut-on vraiment juger des hommes qui ont céder ainsi à la peur ? D'autres ont plié le genoux devant Vraorg, persuadé qu'il n'avaient pas le choix, peut-être que eux aussi on peut les juger, mais pour ma part j'hésite à le faire car je comprend le désespoir qu'ils ressentaient après tant de souffrances, et enfin il y a ceux qui ont bien voulus s'opposer à Vraorg, persuadé que c'était la seule chose à faire, et étant prêt à tout risquer pour cela. Au final chacun a dû faire un choix... » Dit-il pensif…

Il n'était vraiment le genre d'hommes à aimer juger son prochain, surtout qu'il pensé que les hommes n'étaient pas forcément poussés par un instinct mauvais, au contraire il avait toujours pensé qu'il y avait du bon en chacun, Vraorg avait mit un peu à mal cette notion, mais cela n'avait pas empêcher Gorder de toujours essayé de comprendre les autres avant de les juger… Après tout n'aurait-il pas pu être à leurs places dans un contexte, une vie différente ? Qu'est-ce qui le différenciait tant d'eux ? Pas tant de choses à bien y réfléchir, et c'est cela qui faisait que son regard sur son prochain était bien moins dur que celui de beaucoup d'hommes…

« Bah tu sais rien n'est impossible à un homme déterminé, surtout aussi sacrément obstiné que toi vieux. » Dit-il avec un ton bourru avant de rajouter. « Le temps, le temps… T'as même pas la quarantaine Matis ! T'as encore de belles années devant toi je pense, et puis la vigueur ne fait pas tout, il y a aussi la technique… Si tu veux je t'en montrerai quelqu'un un jour à prix d'ami, soit rien du tout à part quelques bières. » Dit-il sérieux, après tout Matis était un ami, et puis bon il avait lui aussi le droit de savoir bien manier une épée, bon Alford passait une belle partie de son temps libre à s'entraîner pour avoir son niveau actuel, mais il ne doutait pas que Matis aussi puisse se perfectionner avec un entraînement acharné.

« Et laisse moi deviner toi aussi tu l'as rencontré en lui sauvant la vie, ou c'est l'inverse ? Enfin dans tout les cas je suis heureux pour toi effectivement, une famille, des enfants, une femme. Pas mal.. »
Dit-il en regardant calmement les environs, et les gosses non loin. « Quand tu sera vieux tu pourra même raconter tes formidables aventures à tes petits enfants comme la fois où tu as mit le feu à la salle du trône impériale, bon sang pourquoi j'ai manqué cela ? C'était probablement un sacré spectacle. » Dit-il en riant un cour instant de bon cœur, sûr que tout deux avaient dû accomplir de sacrées choses ces dernières années.

« Crissolorio… Cela sonne pas un peu Aldarien quand j'y pense ? Enfin t'as sans doute raison, le dicton deuxième du mercenaire est d'avoir des clients a peu près nets après tout… Donc ne t'inquiète pas je tâcherai de me méfier. Enfin dans tout les cas ne t'inquiète pas je devrai revenir assez souvent à Aldaria je pense… Mine de rien c'est une belle ville, même si j'ai surtout l'impression qu'elle a été construite pour montrer à tout le monde qu'on sait faire de la magie… Une muraille en marbre blanc avec un bouclier magiques, des maisons étranges, et j'en passe. T'as pas trop de mal à te familiariser à un tel environnement toi qui est habitué à le rigueur Elenienne ? » Demanda t-il avec un sourire de gaillard.

« Ouais Korentin est quelqu’un de sympathique disons… J'espère juste arrivé à aplanir les choses avec lui. Enfin dans tout les cas pour ma part je préfère avoir la liberté de mercenaire de mon côté… Pas que je ne n'apprécie pas Korentin, mais l'idée de devoir être dans une armée toute ma vie ne m'a jamais tenté comme tu le sais. Je tiens trop à ma liberté pour m'en passer. Enfin après si tu veux que j’entraîne tes recrues hésite pas, j'ai pleins d'idées pour en faire des soldats d'élites comme t'en as jamais vu, parcours commando, et tout. » Dit-il en essayant d'imiter la mimique d'un instructeur sévère, même si cela ne lui allait pas vraiment en faîte.

« Ton paternel ? Bon sang Matis je suis désolé pour toi… Cela a dû être dur de devoir faire cela à son propre père… Enfin dans tout les cas... Oui il faut qu'on tourne tous un trait sur cette sordide histoire, et franchement au moins j'aurai le temps devant moi pour cela. » Dit il pensif en se malaxant légèrement les mains. Oui il avait le temps, ce n'est plus comme si Armanda risquait de s'écrouler du jour au lendemain maintenant après tout. Enfin dans tout les cas il verrait bien quoi faire à l'avenir, mais laver son nom serait sans doute dans ses priorités en tout cas.

« Ouaip ce serait sympa de me présenter à quelques-unes de ces maisons nobles, ça pourrait me faire un peu de travail pour les quelques temps où je vais rester à Aldaria, quand à toi j'imagine que tu as dû sacrément te faire remarquer pour qu'elles soient ainsi sur ton dos. » Dit-il d'un air du genre « qu'est-ce que t'as encore fait pendant mon absence ? » Puis il écouta les paroles de Matis qui avait rit à sa blague, et parla de ce qu'il faisait ces derniers temps.

« Cela tu l'as dit vieux, que ce serait plaisant après tout que l'argent tombe du ciel sans que l'on ait rien à faire, mais malheureusement il faut lever la patte pour travailler, et gagner son pain quotidien. Quand aux rencontre diplomatique je me dit qu'elles doivent avoir l'air animés tiens. » Dit-il pensif, sans vouloir vexer Matis, il ne pensait pas trop celui-ci diplomate même s'il savait bien causer des fois. Non c'était pas vraiment dans son caractère surtout, mais bon après on peut avoir des surprises qui sait ?

« Eh bien tu as une vie bien chargé en ce moment à ce que je vois... » Dit-il, puis Matis lui posa une question qui fit rire Alford, et ce dernier y répondit du tac au tac.

« Ouais vois tu j'aime bien mon épée, et je pensai la demander en mariage un de ses 4. Ne trouve tu pas toi aussi ses courbes magnifiques ? » Dit-il de son humour parfaitement pas subtile, mais qui le faisait bien marrer pour sa part. Puis il poursuivit plus sérieusement.

« Eh bien je me suis fait gracier, et j'en ai profiter après pour faire reforgé une de mes lames par un maître forgeron, et j'ai repris à pleine vitesse ma carrière de mercenaire. J'ai un peu voyager entre-temps par ci par là… Dit Falkire ça t'as jamais tenté de voyager d'ailleurs? C'est qu'on découvre pleins de choses passionnantes en voyageant... il faudrait qu'un jour tu me suives dans une de mes expéditions tiens... »
Dit-il à la volée.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mar 26 Jan 2016 - 17:37

Matis se ressaisit et laissa une de main vagabonder non loin de sa fille, la petite chose essaya de l’attraper mais était encore trop jeune pour cela, néanmoins elle faisait preuve d’un sacré engouement… Il reporta son esprit sur Alford, laissa sa jeune enfant à ses menus problèmes, puis il secoua la tête, comme pour désavouer ses propres paroles…

Non c’est sûr… Et heureusement d’un certain côté parce que nous n’aurions jamais fini de trouver une nouvelle excuse, une nouvelle raison de se comparer. Je n’ai pas envie de me prendre la tête avec toi sur ce sujet, d’autant plus qu’il n’est pas de notre niveau.

Alford continua avec des propos qui laissèrent à réfléchir au commandant. Comment juger ceux qui s’étaient incliner devant Vraorg ? Comment condamner ceux qui avaient tout fait pour sauver leur famille et leur vie de ce despote tyrannique ? Lui-même avait rencontré des gens comme ceux là, des gens qui avaient choisi de vivre sous Vraorg, non pas par véritable autre alternative, mais parce qu’ils n’avaient pas le choix. Comment aurait il pu les juger ? Aujourd’hui il pouvait y réfléchir plus posément, pas encore totalement remis de ces trois années de prison et de cauchemars, mais plus qu’à sa sortie. A ce moment là, s’il en avait eu l’occasion, il aurait mit le feu à tout Armanda pour se venger. S’il l’avait pu, il aurait exécuté jusqu’à la dernière personne coupable de son emprisonnement, de celui de sa femme et de ses amis. Ce chemin destructeur qu’il aurait pu emprunter sans Autone, sans ses amis, ne l’aurait conduit qu’à une seule chose, la mort.

Il soupira, bien conscient d’avoir échappé à bien pire…

Je ne sais pas… Mon cœur me dit d’éliminer la moindre personne ayant servit Vraorg de son plein gré, mais cela voudrait dire tuer encore plus de monde… Et où faire la différence entre ceux forcé d’agir et ceux qui étaient volontaire ? Mon esprit me dit de laisser la haine à d’autre, de rebâtir ce monde et de laisser la guerre et ses horreurs à d’autres… Je ne sais qu’en penser et à ce niveau là je me complais dans mon rôle. Le Roi décide et j’exécute… Sur cette question sache que je n’aimerais pas être Korentin…

Il laissa sa phrase en suspend bien conscient que personne ne viendrait le contredire sur cette question précise. Alford ne pourrait le contredire puisque lui-même semblait partager ce mode de pensé, après peut être se trompait il, mais ce qu’il en avait vu le confortait dans l’idée qu’il n’avait pas changé sur ce genre de question.

Pourquoi pas, j’en ai marre de devoir Afronter Weren l’Alayien pour avoir un adversaire plus fort que moi… D’autant plus que cela le conforte dans l’idée qu’il est meilleur que moi, mais que veux tu, il reste un Alayien, avec sa fierté et tout ce qui va avec… Mais pour la bière, ne t’inquiète dont pas, j’ai déjà ma petite filière d’approvisionnement pour ne jamais en manquer… Question de survie.

Le commandant sourit et fini même par rire à l’évocation de l’incendie provoqué dans la salle du palais… Seulement pour le coup Matis n’en était pas l’unique responsable.

Non, c’est elle qui m’a sauvé la mise pour une fois, je fuyais la garde à Gloria, je devais chercher un endroit où me cacher et j’ai trouvé refuge dans son établissement… Dire que je n’y avais jamais mis les pieds avant ça, il faut attendre qu’un Alayien me traque pour que je consente à y aller.

Pour le reste, oui, nous auront beaucoup d’histoire à leur raconter, des histoires qu’ils trouveront sans doute trop extraordinaire pour être vrai et certaine que je ne sais même pas comment aborder ni même si je peux les aborder… Comment leur parler de ma capture par la Dame de fer ? Comment raconter le siège de Gloria, l’Aube Rouge ou Morneflamme ? Remarque j’ai encore un peu de temps devant moi… Et je pourrais en effet leur parler de l’incendie du palais de Gloria. Même si ce n’est pas entièrement de mon fait, j’y ai allègrement participé et je peux dire que c’était quelque chose d’incroyable…


Alford lui parla aussi de cette ville qui l’avait accueillie, lui et sa famille. A dire vrai il ne pouvait en dire du mal car elle était assez majestueuse, ses habitants étaient étrange par moment mais vraiment sympathique une fois qu’on les connaissait assez…

La ville est belle, mais effectivement elle n’a rien à voir avec ce que fut Elena… Mais ce n’est pas ce qu’on attend d’elle non plus et ce sera à moi et à d’autre officier de prouver à Korentin que l’on peut toujours améliorer la défense d’une cité en faisant deux trois modifications. Mais que dire de plus, elle est magnifique, bien plus que Gloria en tout cas…

Concernant Korentin, disons que j’aurais préféré sa cousine mais que veut tu, le jour où l’on verra une femme diriger est encore loin et il faudra qu’il n’ait pas d’autre choix… Pour le reste je préfère toujours avoir Korentin comme souverain plutôt que Fabius…. Quel relation vous avez tout deux d’ailleurs ?

Et ta proposition je la garde dans un coin de ma tête, mais pas question de les faire grimper sur les toits des maisons, vu leur état ce serait trop dangereux…


D’un geste de la main il lui dit qu’il n’y avait pas à s’en faire car durant la bataille contre Vraorg il avait du faire ce qu’il devait faire. Tuer son père avait fait partie de son devoir, au moins avait il eu le plaisir… Non, la consolation de le voir se libérer de l’emprise de Vraorg à la fin. Ce moment là hantait ses nuits depuis des mois, qu’aurait-il du faire ? Il ne le savait pas vraiment et ne le saurait jamais.

Fais ce que tu veux avec ton épée mais ne me mêle pas à ça s’il te plait, j’ai déjà suffisament de femme à la maison à gérer pour ajouter une épée en plus.

Tu sais bien que j’aimerais bien pouvoir le faire mais que pour le moment je ne peux pas, et je ne suis pas vraiment sûr de pouvoir le faire un jour. A la mort de mon père j’ai pris les responsabilités lié à la direction de ma famille, notamment lors des conseils des familles nobles. Malgré tout l’amour que j’ai pour eux c’est important de faire changer les choses et ça en remue beaucoup qui n’apprécie pas.


Le commandant soupira avant de poursuivre.

Je reste un étranger à cette ville, malgré le fait que j’ai servi Korentin mieux ou plus que beaucoup d’entre eux. Même noble, ma famille ne l’ai pas depuis longtemps, quelques générations ne suffisent pas à certain, et j’ai une roturière pour femme… Tu n’imagine pas les ennuis que cela me cause, sans parler des messes basses et autres remarques désobligeantes. Une de mes sœurs à fait de même tandis que l’autre refuse obstinément les attentions de beaucoup de jeunes gens de bonne famille, je dois apprendre à gérer tout cela en laissant le choix aux miens. Non vraiment la vie de noble c’est franchement la galère…. Surtout en sous-main. Tu veux pas te faire anoblir pour m’en calmer deux ou trois ? Ca me rendrait service…

Bref, ce n’est pas que je ne veux pas, c’est que j’en suis incapable. Peut être plus tard…

Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Ven 29 Jan 2016 - 17:21

Matis non plus n'avait pas envie de se prendre la tête avec cela, mais bon Alford savait que son ami n'était pas forcément du genre à avoir de la fierté inutile, mais il comprenait… Enfin Alford essayait de comprendre, il ne comprenait peut-être pas, mais essayer d'être empathique, se dire que Falkire malgré tout continuer à vivre malgré tout cela, et plutôt bien. Son ami avait une force d'esprit admirable cela était certain. Ce n'est pas beaucoup d'homme qui aurait survécu, et aurait continué à vivre malgré tout après ceci, et Matis y était arrivé. Et Alford l'admirait au fond pour cela.

« On est encore en vie c'est le plus important sans doute, en vie malgré toutes ces épreuves. J'avoue être content que tu sois encore vivant Matis, l'inverse n'aurait pas été juste. Si les hommes comme toi commencent à mourir qui sont ceux qui restent alors ? » Dit-il vague en se disant qu'après tout il fallait des hommes comme son ami pour faire du monde un endroit plus juste. Enfin au moins il avait survécu à tout ce bordel heureusement...

Enfin dans tout les cas Alford se disait qu'au final tout ne s'était pas finit si mal, certes il y avait eu beaucoup de tragédie, beaucoup de souffrance, mais telle la fleur qui renaît après l'hiver Armanda avait émergé de cette tourmente… Et Gorder comptait bien en plus de vivre sa vie comme il le désirait, en profiter pour voir comment les choses évolueraient. Qui sait ? Il pourrait encore y avoir des surprises, et puis il y avait maintenant les vols au vent comme celui qu'il avait était à retrouver, peut-être qu'un jour il pourrait voyager sur l'un d'entre-eux pour aller par delà les mers ? Voir Anghellan, et peut-être bien plus… Il restait encore beaucoup de choses à découvrir sur Armanda certes, mais s'il pouvait voir les terres par delà les mers ce serait un vieux rêve qui se réaliserait, un rêve que ni Vraorg, ni la fin du monde, ni la mort des esprits n'avait détruit. Peut-être qu'il faudrait qu'il demande à Verith à quoi ressembler la terre des dragons par delà les mers… Un jour.

« C'est dur, et toujours aussi compliqué, si seulement la vie était plus simple vieux… Il est vrai que trouvait des coupables serait le plus tentant pour décharger sa haine, mais le sang a déjà tellement coulé aussi… Pour ma part je ne suis pas mécontent d'être redevenu un simple mercenaire, de ne pas avoir à gérer des responsabilités ingrates souvent. La guerre, et le sang ça marque quoi que l'on en dise… Un homme n'est jamais le même après avoir tuer, avoir blessé, avoir souffert… On est à la fois quelque chose de plus, quelque chose de moins. Si je veux battre c'est pour de bonnes raisons plus juste pour contenter les désirs d'un tyran... » Dit-il lui aussi amère à repenser aux temps d'auparavant… Bien trop de sang avait couler de ses mains, de sang indésiré de personne qu'il n'aurait pas eu à tuer en temps normal.

« Weren ? Je ne sais pas trop qui sait… Il était pas général protégé celui-là ? On m'avait parlé d'un homme en armure lourde impitoyable, ma foi… Je ne connais pas trop les alayiens, mais j'ai pu en fréquenter un qui se nommait Alauwyr Iskuvar, un type sympa. Même s'il ne m'avait pas l'air très fanatique pour un alayien, enfin sans doute qu'on doit trouver de tout chez eux... » Puis il rajouta d'un humour bourru. « Il faudra que tu me renseigner sur ta filière d’approvisionnement de bière, c'est que peut-être je pourrai faire des économies comme ça. »

Puis on reprit au sujet de la femme de Matis, femme de Matis. Cela faisait presque bizarre à penser, mais Alford était content pour Matis. Si sa femme pouvait le rendre heureux ce serait sans doute pour le mieux.

« Établissement ? Super, toi tu dégote une femme que tu épouse à ce genre d'endroit, moi une vampiresse qui veut ma peau. A croire que c'est comme jouer au dé. Enfin remarque je sais plus trop si elle m'en veut celle-là depuis que Korentin m'a gracié, mais quelque chose me dit qu'il vaut mieux l'éviter quelque temps... » Dit-il avec un peu de regret, c'est qu'avant elle semblait bien l'apprécier, et puis il y avait eu toutes ces histoires, et du coup les choses avaient bien changés.

« Au pire t'as tout ton temps effectivement, et puis de toute manière ouaip c'est pas comme si ça pressé… Enfin mine de rien pendant que tu foutais le feu à la salle du trône moi peu de temps après je m'enfuyais du palais avec Korentin Kohan, bon sang vieux… A croire que lorsque l'un de nous deux fait quelque chose, l'autre inconsciemment ce sent obligé de faire un truc du même genre. Dit moi est-ce que ta femme aussi est un sacré phénomène ? M'étonnerait pas tiens... » Dit-il en rigolant un peu de cela, c'est que cela l'étonnerait que Matis est prit une femme banale, connaissant son ami il avait du prendre une femme avec un fort caractère probablement…

« Ouaip magnifique, m'enfin personnellement j'aimerai toujours davantage la campagne, sans doute mes origines, c'est que tout ce monde réunit au même endroit c'est des fois un peu beaucoup stressant quand on veut du calme. Quand à la défense je suis sûr que tu trouvera une excellente idée à donner à Korentin, Il faudra juste compenser avec le côté « œuvre d'art » de cette ville... » Finit-il un eu amusé car vrai qu'elle ressemblait vraiment une sculpture cette cité, marbre blanc, palais blanc…

« Je connais pas trop la princesse pour tout dire, mais si tu le dit c'est que ce doit être vrai… Vrai qu'une femme au pouvoir ça changerait certaines choses, après on sait jamais ce que ça fera vraiment tant que ça arrivera pas… Quand à Fabius disons que c'est une relation mercenaire-client. Même si ma sympathie va avec Korentin je tiens à pouvoir voyager partout sans trop de souci alors autant éviter de me mettre un dirigeant à dos. » Dit-il calmement avant d'ajouter.

« T'as raison le toit du palais serait sans doute mieux ! Faudra juste demander l'autorisation à Korentin. » Acheva t-il avec la subtilité dont il ne savait pas faire preuve, mais il aimait bien.

Quand au père de Matis sans doute ne valait-il mieux pas trop en parler, tragique histoire que cela franchement… Enfin visiblement Matis ne semblait pas vouloir relancer le sujet alors autant ne pas trop y penser, et ce n'était pas forcément plus mal. Enfin mine de rien il ce sentait assez mal pour son ami c'est que cela devait être sale à ressentir en faîte…

« Ah les femmes… J'ai toujours du mal à comprendre comment elles fonctionnent exactement, mais tu semble bien gérer. Faudra d'ailleurs que je te raconte une histoire à propos d'une foi où j'étais trop ivre à l'époque où j'étais bourreau… C'était, disons que tu n'en reviendra pas. » Acheva t-il avec l'air un peu gêné de l'histoire de la personne qui était assez ivre pour faire quelque chose qu'elle n'aurait sans doute dû pas faire.

« Je vois tu as pleins de responsabilités, mais n'oublie jamais Matis… C'est important des fois de lever le pied, et si jamais t'en as envie je suis d'accord pour t'y aider. Personnellement je ne sais pas comment tu fais pour gérer ce genre des choses, les nobles me paraissent souvent un peu dur de la feuille, même s'ils ont sans doute la raison, ma foi faut sans doute pas que je fasse carrière en politique. » Ajouta t-il avec un peu d'autodérision avant de poursuivre.

« Moi noble ? Par mon totem je sais pas du tout si ce serait une bonne idée… Tu me vois vraiment à la cour toi ? J'aimerai surtout connaître l'empereur assez fou pour m'anoblir alors que j'arrive déjà à faire tellement de casse en étant un simple membre du petit peuple... » Finit-il avant d'achever à l'égard de Matis.

« Dit d'ailleurs… La tâche de commandant ça te botte du coup ? Je suppose que ça doit te plaire toi qui voulait pouvoir faire changer les choses… Cela consiste en quoi d'ailleurs en vrai ton boulot ? » Après tout mine de rien Matis commandant, ça devait être le poste juste en dessous de général ça, donc Matis n'était vraiment pas mal placé du tout à bien y réfléchir...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mar 2 Fév 2016 - 17:28

Même si l’on mettait de côté les dernières années passé à se chercher, à se traquer, Alford et Matis était amis depuis un long moment… Et ils avaient traversé suffisamment d’épreuve ensemble pour faire fi de tout le reste, il était heureux que cela soit vrai aujourd’hui encore malgré tout ce que l’on avait pu lui dire à son sujet, malgré tout ce qu’il avait lui-même vécu. Aujourd’hui ils se retrouvaient enfin, après tant d’années de guerre et d’horreur, enfin ils pouvaient mettre des mots sur ce qu’ils avaient tout deux vécu. Enfin ils pouvaient mettre les horloges à l’heure et penser au futur en éclairant la moindre parcelle d’ombre de leur passé. Tout deux avaient assez vécu d’horreur pour toute une vie, et pourtant ils étaient toujours là, pourtant ils se tenaient droit… Il avait beaucoup de respect pour l’état qu’Alford était devenu….

C’est sûr… Je le suis moi aussi tu sais. Et puis, si ce que tu avais à me dire ne m’avais pas convaincu tu ne serais pas là pour en parler n’est ce pas ? Korentin ne t’aurais pas laissé vivre et moi non plus je pense… Mais c’est du passé maintenant n’est ce pas ?

Le commandant se tut l’espace d’un instant et repensa à tout ce qu’il venait de lui dire, tout ce qu’il avait apporté comme réponse. L’ensemble lui permettait de reconstruire le puzzle, l’ensemble lui permettait d’entrevoir plusieurs futurs possibles bien qu’il ait déjà fait son choix concernant Alford. Les choses auraient pu être différente s’il ne s’était pas battu, s’il n’avait pas cherché la rédemption pour des actes commis sous l’impulsion et le contrôle d’un autre. Lui-même ne cessait de se poser cette question, comment aurait il réagit s’il avait été à sa place ? Comment se serait comporté devant la haine de chaque membre de la famille qu’on essayait de sauver ? Il n’avait pas la réponse et ne savait pas comment il aurait réagit… Il espérait juste que la question ne se poserait jamais.

Si la vie était plus simple nous n’aurions pas eu à nous battre contre les vampires, puis contre les Alayien, puis entre nous et enfin nous n’aurions pas eu à combattre Vraorg… Si la vie était plus simple il n’y aurait pas eu autant de mort…. Dit il avec aigreur mais sans violence… Excuse moi. C’est juste que… C’est trop tôt encore. Je ne sais même pas comment expliquer tout cela aux futures générations, comment leur faire comprendre tout ce la ? Cela me parait un peu complexe.

Ces bonnes raisons dont tu parles, j’espère qu’il en existe encore. Du moins d’autre que celles reposant sur la famille ou su des frères d’armes. J’espère que l’on peu toujours se battre pour des idéaux, pour des convictions qui feront progresser la cause humaine… Tout ce que j’espère c’est que nos chefs ne deviendront pas Tyran. Je n’ai pas trop de soucis à me faire concernant Korentin… Je suis plus inquiet au sujet de son cousin… Mais je ne suis pas tout à fait objectif à ce sujet.


Il prit sur lui de ne pas en dire d’avantage, par moment il frôlait avec un état d’esprit qui était loin d’être admis de tous… Par moment il laissait ses idées prendre le dessus sur ses devoirs, trop de question entrainait indubitablement trop d’errements, et ce n’était pas le moment pour cela. Il hocha néanmoins la tête aux paroles de son ami et commença à réfléchir vers qui il pouvait le faire aller. Avoir de la bière c’était bien, avoir de la bonne bière c’était mieux.

Tu sais la chance tourne parfois et si tu trouve les vampires à ton goût cela ne me concerne pas du tout… Prévient moi juste à l’avance histoire que je ne lui manque pas de respect et que cela lui donne une occasion de m’arracher la tête. Mais cette femme dont tu parles, je la connais ? Me l’aurait tu présenter ? Un personnage pareil, j’espère bien la rencontré un jour car si elle peut te faire peur à se point là c’est qu’elle doit avoir un sacré caractère…

Pour le reste, même si Korentin t’a gracié tu resteras suspect aux yeux de beaucoup… Hélas. Mais tu trouveras toujours des gens pour t’aider et défendre ta cause donc ne t’inquiète pas plus que cela. Ceux qui te jugent sans te connaitre ne te sont d’aucune utilité.


Matis réfléchis un instant tout en observant ses enfants, enfants qui semblaient d’ailleurs plus préoccupé par faire des âneries qu’autre chose. Odélie, à peine réveillé, cherchait un moyen de réveiller son frère… Elle était pas croyable et il voyait là déjà un trait de caractère de son enfant… Peut être allait elle harceler son frangin jusqu’à la fin de sa vie…

Alors je n’aurais pu trouver meilleure épouse je pense… Elle est juste extraordinaire. Elle a le physique, l’humour, le sens du devoir envers les siens et un caractère à dompter un dragon… Je t’assure que je m’étonne moi-même d’avoir réussi à mettre le grappin dessus, et nombreux sont ses amis à se demander comment j’ai fais. Y’en a même un qui me soupçonne de l’avoir drogué.. C’est dire… Finit il par dire en haussant les épaules.

Compenser le côté œuvre d’art d’Aldaria ? Autant demander à un vampire d’épouser un elfe… Tu aura plus de succès je pense.

Matis revint rapidement sur les paroles de son ami mercenaire avec un sourcil froncé, l’homme en avait trop dit ou pas assez et il allait le lui faire comprendre tout de suite. Cette histoire semblait passionnante et il était maintenant temps qu’il la connaisse.

Continu tu m’intéresse… Tu en as trop dit ou pas assez, mais quoi qu’il arrive tu va me raconter la suite.

Mais il revint sur la dernière partie de ses paroles, l’homme avait raison sur de nombreux point et Matis se demandait lui-même comment il faisait parfois… Mais il n’avait pas le choix.

Je me pose aussi la même question tu sais… Rien n’est plus étrange qu’un noble ayant un objectif et qui fera tout, politiquement parlant, pour y arriver. S’il y avait un peu plus de gens comme toi parmi les nobles je me poserais moins de question car, si tu es bon à l’épée, tu ne m’as pas l’air très doué pour les complots non ? Parce que c’est de cela qu’il s’agit parfois… Pas forcement des trucs mortel mais qu’est ce que c’est épuisant…

Mais mon travail m’occupe beaucoup et pas mal sont ceux qui en profitent… Je dois m’occuper de toute la logistique des régiments sous mes ordres, j’escorte les dignitaires de haut rang quant ils en font la demande. Je reçois les doléances des maisons nobles concernant leur progéniture, je réceptionne les nouvelles recrues… Ajoute à cela une bonne dose de stratégie avec les autres officiers de haut rang couplé à une présence réduite sur le terrain et tu as une image de mon boulot. Oui c’est épuisant et très marquant mais au moins je peux changer les choses plus facilement qu’en tant que simple lieutenant ou capitaine. Ici les gens m’écoutent, ou tout du moins font semblant. Mais rien n’est perdu… Je suis sûr qu’on va y arriver, je ne crois pas être le seul dans ce cas là.

Et toi ? Où comptes-tu aller maintenant que tu es libre ?

Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Sam 6 Fév 2016 - 20:49

Dire qu'il avait participé à toutes ces histoires de prophétie, et d'origine de la création… C'était quand même ironique qu'il ait en été ne serait-ce qu'en partie acteur de ceci voir même au centre vu qu'à un moment donné s'était sa tête que voulaient littéralement les esprits supérieurs. Survivre aux créateurs, voilà un exploit auquel peu d'homme pouvait prétendre, et Alford ne savait pas vraiment s'il pouvait en être fier vu que cela avait inclut la mort des esprits… Peut-être au final aurait-il dû mourir, et les esprits vivre ? Cela il n'en était guère sûr en faîte car il était du genre à avoir assez espoir en l'humanité, et envers les autres races pour que leurs destin ne dépende plus des esprits. Plus de Vraorg, plus de Néant, plus d'esprits supérieurs… Qu'allait-il advenir de leur monde maintenant ? Cela il ne le savait guère, mais pour une fois leurs avenir leur appartenait, et qu'ils réussissent, ou échouent ce serait leur fait, et rien que ceci valait plus que tout...

« Du passé ? Oui, comme beaucoup de choses qui ce sont passés ces dernières années. Et puis je présume qu'on change tous un jour, par exemple toi tu t'es bien trouvé une femme… J'espère qu'elle a quand même meilleur caractère que ta lieutenante. »
Dit-il blagueur, sûr que cette dernière avait pas le caractère le plus facile du monde… Pour sa part s'il devait prendre une femme il tâcherait d'en prendre une aussi gentille que lui, car l'idée d'une femme au mauvais caractère le stressait un peu.

Enfin mine de rien même si les dernières années l'avait endurcit notons-le… Peut-être que c'est sans doute pour ça aussi qu'il préférait attendre avant d'envisager d'épouser qui que ce soit, après tout il était encore jeune, il avait la vie devant lui, et… Oui en faîte c'est ça, il comptait bien profiter de sa liberté comme toujours, le voyageur, et bretteur errant, voilà un genre d'existence qui séduisait Alford. Quand à Matis sans doute qu'il allait profiter de sa tranquillité, cela Gorder ne pouvait que le comprendre, surtout après le foutoir de ces dernières années, un magnifique foutoir effectivement… Enfin au moins le monde ne s'était pas effondré, même si notons que cela s'était probablement joué à bien peu en faîte.

« C'est pour ça que ma part j'envisage pas encore d'avoir des enfants de sitôt tiens… Quel souvenir va t-on leur laisser ? Un passé de guerre, et de haine ? Enfin au moins je pense qu'avec Vraorg on a eu le pire, et qu'on risque probablement pas de tomber plus bas. Disons donc qu'on pouvait que remonter de toute manière après être tombé si bas, et dire que ça s'est joué à tellement peu... » Dit-il perplexe, il fallait quand même avouer que si là plupart de ces événements avaient été la faute d'une manière, ou d'une autre de Vraorg on pouvait se dire que ce monstre n'était au moins plus là aujourd'hui pour causer du tort à Armanda...

« Je suis certain que Fabius ne prendrait pas autant de risque, peut-être que c'est la paix, mais s'il venait à déranger la paix, ou mettre cette dernière en danger il y a sans doute des chances que les autres dirigeants ne le laissent pas faire. Enfin pour le moment tout le monde est occupé à reconstruire je crois, et il y a sans doute pas mal à reconstruire... » Dit-il avec réflexion, il y avait tellement eu de morts après tout, l'humanité était encore de loin l'espèce la plus nombreuses d'Armanda, mais les hommes avaient périt énormément de la main du tyran blanc, ça c'était le moins qu'on puisse dire…

Puis Alford ria quand Matis lui parla du fait qu'il puisse trouver des vampires à son goût, par son totem il préférait éviter. Pas qu'il était dégoûter par cela, mais il avait l'impression que les vampiresses étaient disons plus aisément de mauvais caractère que les humaines, et les elfes… Puis il reprit amusé.

« Mais oui tu la connais, Silyra, Sylira je sais plus quoi, enfin la vampiresse qui traîne toujours non loin de Korentin. Je crois d'ailleurs qu'elle a aussi une dent contre toi par ma faute, enfin ça m'apprendra à l'ouvrir sans réfléchir... » Dit-il un peu gêné, à ça…

« Bah au pire j'ai quelques années devant moi pour me refaire un nom… Maintenant que Vraorg n'est plus là je n'ai plus les mains lier, et plus de prophétie à suivre tiens. » C'est pas que ça l'avait forcément agacé d'être, quoi que si cela l'avait bien agacé au bout d'un moment d'être un pion dans le jeu des esprits, et de Vraorg, ces derniers étant pas si reconnaissant que cela en faîte… Il aurait pas cru les esprits si dur tiens, ou bien c'est qu'Alford était trop gentil, et compatissant pour penser au fait que les 7 auraient pu être autre chose que des entités d'une grande bienveillance, c'était peut-être aussi un peu pour ça qu'il n'avait pas voulu trop les vénérer à l'époque...

« Houlà c'est sûr qu'il fallait une femme de caractère pour te convenir à toi, pour ma part c'est pile ce genre de femme qui me donne envie de fuir en sens inverse. » Dit-il sur le ton de l'humour bourru avant d'ajouter. « Tu lui as raconter la foi avec Médolie ? Je pense qu'il vaut mieux éviter, mais si tu veux je raconterai deux trois anecdotes croustillantes à ton sujet à ton épouse, tu trouve pas que ce serait une excellente idée ? » Acheva t-il, bien entendu il ne comptait pas le faire, mais c'est sûr que l'on pouvait pas dire qu'il manquait de chose à dire à ce sujet-ci...

« Oh allez Matis un peu d'originalité… C'est facile ça ! Plutôt un dragon qui épouse un elfe, voilà du vrai défi comme je les aime ! » Ajouta t-il ensuite, mais vrai qu'Aldaria donnait pas vraiment l'impression d'être un ville très militariste, pas que ses défenses étaient mauvaises, mais c'était loin de rivaliser avec l'ancienne Elena...

« Tu es bien assis ? Car disons que c'est spécial... » Demanda t-il ensuite d'un ton qui annonçait que c'était du solide à Matis, surtout maintenant que ce dernier était intéressé par la petite histoire d'Alford, sûr que c'était du niveau de celle où il avait raconter qu'il avait couché avec une vampire, à l'époque Falkire n'en était pas revenu, bon en vrai Alford n'avait pas vraiment couché avec Veren, mais… Il avait fallu que cette dernière le lui dise pour qu'il le comprenne.

Mais avant de raconter cela il répondit aux quelques questions de son ami…

« Ah ça pour ne pas être doué pour les complots… Si j'avais dû être appelé à devenir politicien je serai sans doute pas né fils de paysan mon vieux. C'est déjà un exploit que je sache lire, et écrire alors faire de la politique faut pas trop m'en demander... »
Dit-il pensif à l'idée de faire des complots… Non c'était vraiment pas son genre en plus.

« Enfin visiblement ton travail a l'air assez fatiguant, mais je suppose que c'est moins casse cou que d'être capitaine, quand à moi… Peut-être que je vais aller me balader un peu dans l'empire elfique, vampirique, Glorien, Aldarien, visiter un peu ce qu'Armanda à offrir. Peut-être même aller sur Anghellan avec l'un des vols au vent si c'est possible. J'aimerai bien un jour voir cette terre dont est originaire nôtre peuple… Pas toi ? » Demanda t-il légèrement songeur, presque comme si c'était un rêve d'enfance avant de poursuivre du ton comploteur...

« Bon du coup revenons en à mon histoire… Tu es sûr que tu es bien assis ? »

Demanda t-il avant d'enchaîner bien assez vite sur le contenu de ceci…

« Eh bien c'était à Gloria alors que j'étais bourreau, je déprimai un peu un soir, et sans que je comprenne pourquoi un ami elfique est arrivé… Il avait l'air visiblement encore bien plus déprimé que moi. Et vu que j'en tenais déjà sacrément une couche côté alcool j'ai eu l'idée d'aller nous faire boire tout deux à la taverne pour oublier nos malheurs… On est donc aller à la taverne, et on a bu une quantité honorable d'absinthe chacun, et ensuite. Je ne sais pas ce qui s'est passé vu que je devais être ivre mort, mais je me suis réveillé le lendemain matin avec une gueule de bois, et mon ami elfique dans le lit… Autant te dire que ce genre de chose ça te calme niveau consommation d'alcool... » Il ne précisait pas le nom du dit ami car il préférait ne pas trop y penser, mais on voyait qu'il n'était pas du tout fier de cette histoire...

Et il resta ensuite silencieux après avoir raconté cela en regardant la réaction possible de son ami… Sûr que pour le coup il y avait de quoi se posait des questions… Et cette fois-ci il l'avait vraiment fait contrairement à la vampire…


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mar 16 Fév 2016 - 17:54

En écoutant la remarque de son ami sur le mauvais caractère de Julia il ne put s’empêcher de rire légèrement, surtout qu’Alford se demandait si Autone pouvait être du même acabit que celle-ci. Alford n’avait donc aucune idée de son véritable caractère ? S’il s’en rappelait à peine ce n’était pas étonnant mais ça le faisait sourire tout de même. Aussi, c’est d’un geste nonchalant qu’il lui indiqua de ne pas s’inquiéter.

Je dirais à Julia à quel point tu es content de la savoir avec son caractère n’est ce pas ? Ne t’inquiète pas elle ne te mordra pas, du moins pas si je lui demande de ne pas le faire. Quoi qu’il en soit non, Autone n’est pas comme cela, par contre elle ne se laisse pas faire. C’est une marchande dans l’âme après tout, je ne me mêle pas de ses affaires mais il faut avouer qu’elle sait mener sa barque.

C’est sans doute de ce genre de fille là dont tu as besoin… Elle te cadrerait un peu je pense.


Il avait fini sa phrase en souriant, ce n’était pas une blague, Matis pensait vraiment qu’Alford eu besoin d’un peu de resserrage de boulons histoire de marquer le coup. Mais d’un autre côté il le savait réticent à ce genre de chose… Néanmoins parler de cela semblait quelque peu le stresser, il ne fallait pas qu’il s’inquiète de la sorte tout de même.. La conversation revint sur quelque chose de beaucoup plus, trop ? , sérieux et il dut reprendre un ton et un regard moins léger à cette évocation.

Autone et moi on voulait passer à autre chose, après tout ce que l’on avait vécu on voulait enfin pouvoir profiter de nous deux. Nos enfants sont, en quelques sortes, ce qu’il en a résulté. Aujourd’hui qu’ils sont là nous voulons nous donner une chance de changer les choses, les faire grandir dans un monde qui ne sera pas dominer par la haine et la corruption. Oui cela peut presque devenir un vœux pieux mais je sais que je ne suis pas seul dans ce combat. Sans rien te cacher j’en suis presque à m’intégrer à la cour de Korentin uniquement dans ce but… Moi à la cour, tu imagine ? Avec Autone à mes côtés on va faire un sacré scandale, rien que pour ça c’est plaisant.

Concernant Vraorg, oui nous avons été très proche de l’abîme, mais comme tu le dis nous ne pouvons que remonter le niveau. Cela nous laisse peu de possibilité et nous obligea à nous remonter les manches pour rester poli, mais nous le ferons. Nous avons vécu dans notre chair ce qu’il se passe si on laisse les mauvaises pensées prendre le dessus sur la raison.


Les paroles d’Alford sur Fabius ne le rassurèrent pas mais eurent au moins l’avantage de lancer l’échange dessus.

Pour Fabius je ne sais pas quoi en penser mais le plus grand danger immédiat ce n’est pas lui mais le Prince noir… M’enfin, les Vampires devront s’arranger entre eux sans quoi nous aurons une nouvelle guerre sur les bras…

Par contre que tu m’apprennes que j’ai des embrouilles avec une vampire me dérange quelque peu… Qu’as-tu encore dit mon cher ? Si tu as des ennuis t’es gentil de pas partager avec les amis, merci. Sans quoi tu va te manger les miens et pas sûr que tu en riras.
Il observa ses enfants un instant avant de revenir vers Alford. Crois moi que ces bestioles là c’est parfois plus dangereux qu’un vampire qui a faim.


Quoi qu’il en soit, que tu ne sois plus lié à rien est un avantage certain, mais tache de ne pas te trouver une autre prophétie.. Ou une bien cette fois ci, le genre qui apporte la paix dans le monde…


La remarque sur ce qu’il avait pu faire à cet officier Elfe était marrante, mais pas sûr qu’Autone la trouve à son goût. Néanmoins il savait qu’elle ne lui en voudrait pas, il n’y avait pas eu mort d’homme… Il avait simplement drogué une femme pour la mettre dans son lit.. Littéralement.

Ma foi, si tu tiens à la vie je pense que tu devrais t’abstenir, néanmoins si tu tiens à la raconter fais le bien au moins. Pour raconter des histoires tu es pire que moi… Et j’en tiens déjà une sacrée couche.

Il se demandait quand même ce qu’elle avait pu devenir… Tellement de gens étaient mort et n’avait jamais été retrouvé… Mais il revint à son ami.

Bien sûr que je voudrais mais que trouverait-on là bas ? Qu’est ce que nos ancêtres y ont laissé ? Je ne suis pas vraiment sûr de vouloir savoir…

Il hocha la tête aux paroles de son ami et attrapa son verre, comme s’il pouvait lui servir d’ancre à son fauteuil. Il se demandait quand même ce qu’il avait bien pu vivre, mais gardait en mémoire son histoire de coucherie avec la vampire…. Que d’histoire…

Mais celle là était exceptionnelle. Même pour Alford c’était d’un niveau sacrément honorable….. Mais il ne put s’empêcher de rire quand même, ce qui finit de réveiller la petite Odélie qui essayait tant bien que mal d’attraper les bras de son père. Il se leva et attrapa délicatement la jeune fille et la posa sur ses genoux tandis qu’il se posait dans le fauteuil de nouveaux.

T’es pas croyable, une vampire ne te suffisait pas, il te fallait un elfe ! Et maintenant tu va me dire qu’il te faut un femme gentille. Alford ! Un elfe, une vampire. L’étape d’après c’est quoi ? Un foutu dragon ? Préviens moi ce jour là, je ne veux rater ça pour rien au monde. Après je ne juge pas tes goût hein, mais quand même… Un elfe !

Et je le connais ? C’est quoi son petit nom ?

Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Sam 20 Fév 2016 - 15:36

Ce n'est pas qu'Alford n'aimait pas les femmes au fort caractère, c'est qu'il ne voulait pas avoir une femme qui risquerait de le tyranniser, ou de le contraindre dans ses rêves d'aventuriers tiens, et peut-être aussi que c'était à cause de son totem ours ? Après tout les ours avaient souvent des tendances un peu solitaires, et indépendantes, et l'idée de voir quelqu'un prendre le pas sur leurs vie ne leurs plaisaient que rarement, peut-être aussi pour ça tiens qu'Alford préférait de loin être mercenaire à soldat.

« Faudrait déjà qu'il y en ait une qui veuille de moi, ce qui est assez mal partit je pense. » Dit-il un peu hésitant, quoique en vrai c'est surtout qu'il n'avait pas forcément envie, et que… En faîte Alford se posait sérieusement des questions. Et puis il ne savait vraiment pas séduire, ou plaire aux femmes d'une certaine manière, peut-être aussi parce qu'il n'était pas tant intéressé que cela, oui Alford était bizarre sur ce sujet. Oui, et puis… Il se disait qu'il avait le temps, oui sans doute ! Il avait le temps, quand à Matis il supposait que sa femme était bien adéquate pour lui visiblement, pour sa part il se posait encore des questions à ce sujet.

Tiens d'ailleurs Falkire n'avait vraiment pas changé sur certaines choses, mais bon c'était bien car c'était sans doute pour ces choses là qu'Alford l'appréciait bien. Et effectivement le portrait d'un Matis à la cour impériale accompagné de sa femme au fort caractère avait de quoi le faire sourire… Dire que lui-même pour sa part était connu pour des choses pas forcément dépendante de sa volonté tiens, et Falkire aussi pouvait se vanter de s'être assez démarquer.

« Scandale, ça me fait penser à la fois où j'ai éclater de rire je ne sais plus pourquoi sous le nez de Fabius Kohan, bon j'étais dans de beaux draps après, mais tu aurai dû voir la tête de ses lames noires, et d'Aaron Dessay non loin. Je crois qu'il faudrait que je te donner quelques cours de comment déclencher un scandale rien qu'en riant car je crois que je suis assez doué dans le domaine. » Dit-il amusé, bon il avait bien moins rit à l'époque après coup, mais maintenant avec la distance, il se rendait compte qu'il était bien l'un des rares hommes capable de se fendre la poire devant un empereur quand même...

« Nous sommes toujours là malgré tout les Vraorg, Fabius, Wintel, et Aldakkin du monde quand j'y pense. Je pense qu'on peut dire que soit on de la chance, ou du talent tiens… De toute manière à ce stade plus rien ne peut nous surprendre, ou nous mettre à bas je pense. » Dit-il pour rester sur une note positive. Après tout après être revenu de si loin ils n'avaient pu que s'endurcir. Bon après ils verraient bien de quoi serait fait l'avenir, mais Alford voulait être positif, à tout prix.

Quand au sujet de Fabius c'était assez tiré par le cheveux que ce soit par le passif qu'avait Alford envers lui, ou celui de Matis, mais bon sans doute qu'il valait mieux en parler.

« C'est bien Kylian le nouvel empereur des vampires ? Dire que la dernières fois que je lui ai parler je lui rendais visite en prison alors qu'il y était enfermé pour injustice… Ah non je me rappelle lui avoir filé une beigne bien plus tard, bon on va donc dire que du coup j'ai des rapports neutres avec lui. » Dit-il avec un sourire un peu crispé, disons que cette tournure des événements l'avait assez surprit…

« Bah t'était-là pourtant… Tu sais la vampire brune que je t'avais présenté, et soit disant avec qui j’avais cru coucher, alors qu'elle m'a drogué ? Me souviens qu'elle t'as regardé salement lorsque je lui ai parlé de l'histoire de Médolie, et qu'elle te l'as bien fait remarqué. » Il regarde ensuite les gosses et sourit. « T'as raison je vais attendre d'avoir des ennuis avec plusieurs vampires qui ont faim avant de faire l'échange de nos ennuis. Sinon le marché ne serait pas équitable après tout ? » Plaisanta t-il.

« On sait jamais avec la chance que j'ai, m'enfin on verra bien, pour ma part j'aimerai bien avoir un peu de temps devant moi pour me reposer avant de recommencer ce genre de choses que je le veuille, ou non. »
Dit-il sincère car franchement sûr qu'après tout ça il avait bien envie de se reposer un peu… C'est que mine de rien ce train de vie avait été intense. Pas mécontent que tout soit redevenu un peu plus calme...

Médolie, ah il pensait à elle avec une certaine nostalgie, et tristesse, une très bonne amie à lui qu'il aurait donné beaucoup pour revoir un jour. Si gentille, et pleine de vie, sa disparition avait un coup porté au cœur à Alford, il ne savait pas si elle était réellement morte, mais après tout ce temps à ne pas l'avoir revu il ne pouvait pas trop parier sur sa survie. Il presque eu les mêmes sentiments pour elle que Matis avait pu avoir peut-être pour Rebrylla à l'époque quand cette dernière était encore là, mais ce n'est que bien longtemps après qu'il s'en rendait compte...

« Oui à jeun ! Mais je suis sûr qu'avec quelques choppe de bière je peux devenir un conteur légendaire ! Je suis même sûr que je peux transformer même la plus banale des histoires en épopée épique si je bois assez d'alcool. M'enfin je pense qu'on va éviter effectivement. » Acheva t-il amusé… Enfin d'ailleurs il avait abordait le sujet d'Anghellan, et visiblement Matis semblait être d'accord avec lui même s'il était toujours plus prudent qu'Alford dans ce genre d'élan.

« Qui sait ? Pour ma part je me dit que les mystères sont fait pour être levés, et l'inconnu explorer… Enfin bon ce sont là mes envies de voyageurs, bon sang qu'est-ce que je donnerai pas pouvoir explorer tout ce qui est à explorer, et découvrir tout ce qui est à découvrir. » Dit-il presque rêveur, car un voyageur dans l'âme voilà ce qu'il était avant tout, et c'était peut-être un peu ça qui avait fait qu'il avait découvert cette fameuse prophétie…

Enfin sur ce il raconta sa petite histoire mine de rien un peu gênante, et visiblement Matis rit bien, sûr qu'il y avait de quoi rire. Et c'était une bonne leçon sur le fait qu'il ne fallait pas trop boire non plus à sa manière… Bon par contre à la mention du dragon Alford ne pu s’empêcher de dire en retenant son hilarité.

« Non je vais quand même pas aller jusque là si possible… Quand à l'elfe disons que l'alcool est un drôle de conseiller, et on en tenait vraiment une sacrée couche tout eux, après j'aurai du mal à te dire qui avait allumé qui vu que j'ai pas trop de souvenir de ce moment là... »

Puis quand le commandant lui demanda qui s'était avec qui il avait fait cela, Alford hésita puis finit par dire, après tout ce n'était pas un secret… Et puis Matis était comme un frère pour lui donc il pouvait lui avouer.

« Merithyn Shadowsong avant qu'il ne devienne un vampire. Tu le connaissais ? » Voilà c'était dit, le même Merithyn qui avait été accusé de tant de crimes à tort avant d'être un vampire, et qui avait commis tant de crime en le devenant… Oui une sombre histoire.

« Depuis qu'il a été transformé il n'était plus le même, et cela fait longtemps que je ne l'ai pas revu… Enfin, de toute manière c'était du passé. Tant de mes amis sont morts, ou ont disparu après cette guerre, sachant que je n'ai pas non plus énormément ça fait beaucoup. Heureusement toi tu es encore en vie Matis, merci d'être un dure à cuire vieux. » Dit-il en levant un verre à l'attention de Matis avant de poursuivre.

« A la paix, à nôtre amitié, et surtout à cette boisson qui je ne sais pas avec quoi c'est fait mais je commence à l'apprécier. »

Et de boire cul sec son verre après ces quelques paroles. Et d'achever.

« Dit mon ami tu es amateur de boisson fortes ? Disons que j'en connais certaines que tu pourrai apprécier… Notamment celle que l'on nomme absinthe. » Dit-il en sortant une bouteille d'absinthe de son sac de voyage qu'il avait installé non loin, oui il se baladait avec une bouteille d'absinthe sur lui… Il la sortit, donc et elle était d'un vert foncé prononcé qui indiquait sa haute teneur en alcool.

« Il y a trois façons de boire l'absinthe, pure et non coupée à l'eau mais je te déconseille sauf dans un petit verre, coupé 5 fois à l'eau mais ça reste très fort, ou coupé 10 fois à l'eau. Je te laisse essayer. » Dit-il en tendant la bouteille à Matis en lui laissant choisir de quelle manière il préférait faire, ou non encaisser son palais gustatif.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mar 23 Fév 2016 - 17:31

Matis haussa les épaules doucement en écoutant la moindre des paroles d’Alford, il avait encore tendance à se dévaloriser, c’était quand même assez dingue pour celui qui avait tant vécu. Mais il comprenait aussi, car lui-même avait été dans cet état d’esprit il y avait quelques années déjà, jusqu’à rencontrer la bonne. Jusqu’à rencontrer Autone et littéralement tomber sous son charme. Aujourd’hui il ne pouvait imaginer vivre sans sa femme, étrange non ?

Un jour tu trouveras quelqu’un qui t’iras, quelqu’un pour qui tu te lèveras le matin, je ne serais pas étonner que ce soit une sortes de mercenaire elle aussi, qui se ressemble s’assemble à ce qu’il parait même si pour Autone et moi ce ne semble pas être totalement vrai. Du moins pour le moment.

C’était quand même assez drôle de les voir tout deux discuter de choses aussi triviale alors que quelque temps avant ils étaient encore à couteaux tirés, dans l’attente. Mais pour le coup ils revinrent sur la cour de Fabius et de Dessay, un homme que Matis n’avait que trop bien connu…

Dessay… Un sacré personne celui là, il voulait me faire la peau tu savais ? Comme quoi j’aurais trahis son roi ou je ne sais pas encore quelle histoire de lèse majesté. C’était un homme de bien quoi que trop dévoué à la famille Kohan et à Fabius à mon goût. Je ne suis pas mécontent de ne plus l’avoir sur le dos celui là…

Concernant les scandales, j’ai réussi à en déclencher un uniquement en tentant de faire mon boulot… Quoi que c’était juste avant de mettre le feu au palais impérial donc niveau scandale je pense être pas mal non ?
Finit il par dire avec un petit rire complice.

Si c’était à refaire il le referait sans hésiter une minute. Fabius n’avait eu que ce qu’il méritait et le seul regret du commandant était que l’intégralité du Palais n’ai pas brulé… Cela lui aurait fait les pieds.

Parfois je me demande même si ce n’est pas à cause d’eux que nous sommes encore là. Qui, à part nous aurait pu être capable de leur tenir tête ? J’espère que nous avons fait ce qu’il fallait, j’espère que nous avons fait tout ce nous pouvions faire pour sauver le plus de gens possible.
A chaque nuit qui passe je me sens envahit par les visages et les noms de ceux qui n’ont pas survécu, ceux qui sont mort et ceux que nous avons dû tuer pour mener à bien notre guerre. Parfois je me demande si j’ai le droit de vivre après tout cela, je me demande quelle trace nous allons laisser pour les futures générations…
Il sourit un instant avant de conclure. Sans doute trop de question d’un coup.

Ils revinrent sur les vampires et Matis put se rendre compte qu’Alford aussi connaissait le nouveau chef des vampires. Il hocha donc la tête en lui répondant.

Tu le connais aussi ? Moi la dernière fois que je l’ai vu c’était avant la guerre contre Vraorg, à l’époque il y avait des histoires à son sujet.. Et il m’avait mit en garde concernant certaine chose, j’aime autant te dire que je ne me sentais pas de lui mentir sur certain sujet… Il était inquiétant mais me semblait honnête.

Il écouta les explications et soupira en lui répondant.

En même temps faut voir comment tu avais présenté les choses… Mais il semble l’avoir croisé cette fille là… Elle ne servirait pas Korentin aujourd’hui par hasard ? Peut être que je la confond avec une autre après tout… Mais non, le jour où tu as autant de vampire qui veulent ta peau tu te débrouille hein, le partage d’accord mais faut pas pousser non plus.

Ils parlèrent beaucoup, de sujet divers et varié et avec une facilité déconcertante, cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pu eu ce genre d’échange avec qui que ce soit et cela lui faisait un bien fou. Ce n’était que maintenant qu’il s’en rendait réellement compte. Mais là où Matis réussissait à se ranger, Alford tentait encore de partir à l’aventure et il avait bien raison, un jour il devrait faire de même, et se poser. Mais il était encore jeune après tout…

Si tu voyage autant il faudra venir me conter tes histoires, sans parler des mômes qui voudront sans doute en savoir tout autant.

En attendant la petite fille qui se trouvait sur ses genoux semblait captivé par l’apparence de l’homme en face de lui, elle ne l’avait jamais vu mais ce n’était pas pour autant qu’elle en avait peur… Elle deviendrait quelqu’un de farouche, Matis en était sûr elle serait comme sa mère.

J’aimerais quand même savoir ce qui a bien pu pousser un elfe à boire comme un trou avec un humain… Tu devais être assez proche de lui… Je ne le connaissait que de réputation et j’aime autant dire que j’aurais apprécier connaitre un pareil personnage mais on ne fait pas toujours ce que l’on souhaite n’est ce pas ? Ne t’inquiète pas, peut être aura tu l’occasion de le revoir… J’en suis sûr même.

Alford lui fit part du fond de sa pensée et Matis en fut touché, il leva donc son verre au toast que proposait le mercenaire et lui répondit.

Pareil pour moi vieux boulet. J’ai trop perdu d’amis pour en perdre à nouveau. A nous, aux futures générations et à l’alcool du désert qui fait mal par où ça passe.

La jeune Odélie essaya d’attraper le verre de son père croyant qu’il s’agissait d’eau mais il l’empêcha de faire ainsi, elle était bien trop jeune pour l’alcool.. Surtout celui là. La proposition d’Alford était interessante et Matis attrapa déjà deux verres de plus et un broc d’eau. Néanmoins, comme il devait encore garder les idées claires il décida de bien le couper à l’eau… Histoire de ne pas rouler sous la table quand Autone rentrerais.

Ca marche pour moi, tu m’accompagnes j’espère ? Dit il en attrapant la bouteille et en commençant à se servir.
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mer 24 Fév 2016 - 22:03

C'était une habitude d'Alford tiens, m'enfin de toute manière c'était aussi peut-être parce qu'il savait une sale tête... C'est que Gorder n'était pas vraiment beau, et cela il le savait. Bah au pire ce n'était sans doute pas cela le critère le plus important pensa t-il, mais il se disait que sa réputation actuelle même si légèrement nettoyé ces derniers temps ne devait pas non plus attirer grand monde, s'il n'était plus forcément considéré comme la figure universelle de la traîtrise il restait quelqu'un qui semblait être un bon gros nid à ennui. Il suffisait juste de se rendre compte de ce qui lui était tombé dessus en seulement quelques années, après peut-être qu'il exagérait un peu en pensant ainsi, qui sait ?

« On dit aussi que les opposés s'attirent tiens, je pourrai peut-être tombé sur quelqu'un de totalement différent de moi à tout les sujets du coup. » Dit-il en essayant de prendre la chose un peu à l'humour, m'enfin il n'avait pas forcément envie de blaguer énormément sur le sujet non plus. « Te connaissant ça ne pouvait qu'être une femme de caractère après tout, tu te serai trop ennuyé sinon, avoue-le... » Acheva t-il d'un regard entendu.

Quand à Dessay il fallait avouer que cet homme était un sacré gaillard, et aussi un sacré fanatique, mais d'une certaine manière Gorder le respectait comme on respecte ces hommes qui se donnent entièrement à leurs devoirs en croyant faire ce qui est juste même si ce sont des ennemis des fois, et il se demandait bien ce qui avait dû arriver à Aaron depuis le temps, probablement qu'il devait être mort, cela Alford n'en savait trop rien en fait…

« Oui un sacré morceau, j'aimerai bien manier un jour aussi bien l'épée que lui, mais je t'avoue le respecter d'une certaine manière, mais bon le défaut des lames noires comme des lames écarlates c'est qu'ils sont un peu fanatique sur les bords… Je n'ose pas imaginer comment ils doivent laver le cerveau de ces derniers pour qu'ils servent corps, et âmes leurs souverain. » Souleva Alford quand même assez perplexe, pour avoir déjà affronter des lames noires ils savaient que c'était des guerriers d'élites donc c'était un peu effrayant à sa manière de les savoir aussi fanatique.

« Je pense qu'on devrait effectivement se donner des conseils mutuel dans le domaine du scandale, je suis sûr qu'il a de quoi faire de belles choses. » Dit-il sur le ton de l'humour bourru, bon en vrai il ne faisait pas ce genre de choses volontairement, mais au moins avec le recul maintenant il pouvait en rire… Pour sa part cela lui rappellait la fois où il avait aidé à l'évasion de Korentin Kohan, et en avait profité pour piller la chambre de Fabius Kohan au passage, ben oui après tout il n'y avait pas de petit plaisir, et puis bon Alford ne pouvait pas reprocher à des hommes qu'il avait eu sous ces ordres d'avoir fait ceci après les avoir embarqué dans une histoire de rébellion comme ça.

« De toute manière rien dit qu'on a pas fait ce qu'il fallait, et puis comme je le dit toujours qui vivra verra ! Et j'ai bien envie de vivre pour ma part, et je suppose que toi aussi ? C'est qu'il faudra un père à tes enfants pour leur apprendre à faire des bêtises après tout, euh les éduquer je veux dire. » Dit-il avec un regarde complice, il se demandait bien quel genre d'enfants, et d'hommes seraient la progéniture de son ami dans le futur tiens…

« Je te conseillerai bien de boire pour oublier, mais je sais pas si c'est un bon conseil pour ma part. » Dit-il ensuite pour essayer d'alléger les propos, avant de rajouter. « Si on est vivant c'est sans doute qu'il y a une bonne raison, pour ma part je me dit qu'on vit qu'une fois, et on meurt bien assez tôt de toute manière mon ami. Alors tâchons de ne pas trop non plus gâcher cette chienne de vie car quand elle partira on aura bien du mal à la rattraper ! » Il aimait bien cette métaphore même si elle manquait de finesse, mais bon après un verre dans le nez fallait pas s'étonner qu'Alford ne soit pas des plus spirituel.

« Ah mais moi aussi il me semble honnête, c'est juste qu'on s'était embrouillé pour je ne sais plus quoi, et du coup c'est plutôt neutre maintenant, et dire que c'est lui qui se retrouve prince des vampires, j'ai vraiment du mal à y croire tellement c'est cocasse... » Dit-il avec un air vraiment plus que pensif pour le coup. « Moi je vais te dire, je pense qu'il fera un bon prince, par contre j'avais entendu une histoire comme quoi il était amoureux de la princesse Esmelda… C'est tout de même assez étrange mine de rien, mais bon. Il vaut sans doute mieux lui qu'un autre pour la princesse. » Dit-il d'un air de "ok me dérange pas ce genre d'affaires" complet, c'est qu'à son niveau il fallait beaucoup pour l'abasourdir vraiment…

Et on revint au sujet de la vampiresse...

« Oui elle sert Korentin, et franchement je l'ai pas revu depuis, et je pense que je ferai mieux de l'éviter disons... » Dit-il songeur avant de rajouter. « T'inquiète j'ai quelques petits secrets pour éviter ce genre d'ennui, et au pire de toute manière visiblement les ennui semblent me coller à la peau sans jamais me mettre à bas. Cela doit être un talent je présume. » Acheva t-il légèrement ironique, pour preuve il était encore en vie après toutes ces ennuis de bazar sans nom, ou bien c'était qu'il avait une chance de cocu, probablement…

En tout cas il rêvait encore d'aventure pour sa part, oui il était encore assez jeune et pensait qu'on n'avait qu'une vie donc autant en profiter pour réaliser ses rêves, et quand il serait vieux il aurait peut-être des gamins à qui compter ces histoires, et un espadon, et ses épées magiques accrochés au dessus d'une cheminée. Ce serait bien beau que tout cela tiens, mais bon autant croquer pleinement dans la pomme tant qu'il le pouvait après tout.

« Je ne demanderai qu'un seul paiement pour la jouer conteur. De la bière ! Et en bonne quantité de préférence. » Dit-il car c'est que parler ça assécher la gorge, donc autant avoir quelque chose pour l'humidifier à portée de main.

« Ouaip qui sait de quoi sera fait l'avenir ? Mais je me fais pas d’illusion… Merithyn est mort, celui qui vit aujourd'hui n'est pas l'elfe que j'ai connu, mieux vaut penser ainsi que de croire qu'il va me sauter dans les bras joyeusement s'il me revoyait, et avoir tord. Mais bon comme tu dit on sait pas... » Il préférait penser ainsi, il refusait de croire que le Merithyn baptistrel aurait pu faire tout ce qu'avait fait le vampire, à croire que les gens changent, et puis au pire mieux valait ne pas en parler… Assez étrange pour quelqu'un d'aussi optimiste que lui par nature, mais bon.

« A nôtre amitié ! » Acheva t-il ensuite quand Matis fit lui aussi son petit discours de bon ton A leurs amitiés qui pouvait repartir sur de bonnes bases, et à tout les ennuis auxquels ils avaient survécu…

« Comment pourrai je refuser une telle proposition? » Dit-il ensuite tout sourire en se servant lui aussi se l'absinthe comme Matis, mais en la coupant moins… Alford connaissait les effets de cette boisson qui étaient eux d'un alcool banal en faîte, à part une légère sensation d'euphorie qui prenait souvent place, raison pour laquelle c'était devenu son péché mignon.

Il prit donc le verre, attendit que Matis soit prêt, et le leva avant de la boire. Et c'était très fort malgré le fait que ce soit coupé, mais surtout ça montait assez vite à la tête, et Alford même s'il était encore pleinement lucide car bon c'est pas comme s'ils avaient bu deux trois verres, sentait mine de rien une petite sensation de légèreté qui le prenait…

« Dit Matis, t'as jamais penser à acheter un chien ? Il pourrait garder la maison quand t'es pas là, et puis je suppose que ça doit être un bon divertissement pour des gosses… Tiens d'ailleurs en parlant de chien j'ai un truc à te montrer, c'est un petit sort que j'ai appris... » Dit-il après y avoir pensé en se levant, avant d'ajouter en regardant les enfants…

« Par contre mieux vaudrait éviter que je le fasse devant eux disons qu'ils pourraient être un peu effrayés, peut-on aller dans une autre pièce juste le temps que je te montre ? »
Acheva t-il, c'est qu'il était assez fier de cette petite trouvaille qu'il avait franchement travaillé depuis le temps.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Lun 29 Fév 2016 - 17:27

Matis hocha simplement la tête en écoutant les paroles de son ami posé juste en face de lui, il ne pouvait savoir à quel point il avait raison à ce sujet là. Néanmoins il ne fallait pas qu’il s’inquiète plus que de raison sur son propre sujet, Matis savait pertinemment qu’il y avait quelqu’un pour lui. Ne disait on pas que tout ombre à son reflet sous la lune ? Il ne savait plus vraiment où est ce qu’il avait entendu cela mais il savait que c’était vrai depuis qu’il avait rencontré Autone.

Ne t’inquiète pas tant que ça pour toi, tu trouveras quelqu’un j’en suis sûr. Pour le reste oui, je me serais sans doute ennuyé, mais cela ne m’aurait pas tant dérangé que cela en y repensant.

Gorder avait beaucoup de respect pour Dessay et le commandant savait et comprenait pourquoi il en était ainsi. Matis ne pouvait en dire autant car un homme qui s’est intégralement oblitéré pour ne laisser de lui que son devoir n’est plus réellement un homme. Le mercenaire avait raison de dire qu’il était fanatique, la grande majorité des Lames noires devaient forcement l’être…

Je ne sais pas quoi en penser à dire vrai. Servir Korentin est un honneur mais est ce qu cela faut tout ce qu’ils font ? Je ne sais pas… Et j’aime autant ne pas avoir à me poser la question à dire vrai. Quant à Dessay, je ne sais pas ce qu’il est advenu de lui, sans doute est il mort car je ne l’ai pas vu depuis un certain temps aux côtés de Fabius…

Le commandant hocha la tête aux paroles d’Alford et fit semblant de tiquer quand il parla d’apprendre à faire des bêtises à ses enfants. Il ne les pousseraient à rien, tout ce qu’il attendait d’eux aujourd’hui était qu’ils vivent comme ils l’entendent, sans pression, sans guerre ni horreur à contempler. Le reste n’avait pas vraiment d’importance.

On verra bien comment sera le futur, de toute manière j’ai déjà donné ma part quant à la traque de grand méchant et d’horreur. J’aime autant m’occuper des bêtises de mes gosses aujourd’hui, chacun son problème hein ? Mais ne t’inquiète donc pas pour l’éducation des marmots, ils sont suffisamment futés pour comprendre où est leur intérêt… Enfin je pense. Oui, après tout ils tiennent de leur mère.

En attendant les paroles suivantes du mercenaire étaient vrai, dure, mais vrai. Il savait au moins lui reconnaitre cela… Il ne savait pas vraiment comment cela se faisait qu’il avait autant de désespoir en lui, car c’était de ça qu’il s’agissait d’après le commandant.. Mais il savait aussi qu’il s’en sortirait, n’était il pas aider par ses amis ? Dont il faisait de nouveau partie aujourd’hui ?

Korentin me semble bien, peut être qu’à l’avenir cela changera mais quand je vois ce qu’il a fait depuis sa prise de contrôle d’Aldaria… Disons juste que je me dis que cela n’aurait pu être mieux. Il a mon soutient et celui d’une grande partie de la population je pense, aussi il fera ce qu’il faut pour nous et son Royaume.

Concernant le nouveau prince des Vampires, j’ai confiance en lui, il ne pourra qu’être meilleur que son prédécesseur n’est ce pas ? Pour son histoire avec Esmelda je ne suis pas au courant, et je suis même un peu étonné…


Evidement ce n’était pas vrai, et Matis savait pertinemment où se trouvait la vérité mais bon… Il ne tenait pas à ce que cela se sache.

Sinon on essaye de la voir à deux et si elle se rebiffe on la séquestre quelque part le temps que la colère passe et que tu puisses t’exprimer sans qu’elle te découpe. Ca me parait être un bon plan non ? De toute façon elle ne pourra pas plus me détester que cela n’est ce pas ? Matis avait de gros doute à ce sujet mais il passa outre.

Quand il gouta l’alcool, il se senti bizarre, et pourtant il était largement plus coupé que celui d’Alford. Il empêcha la jeune odélie d’essayer de lui taper son verre, si elle commençait à boire à son âge… Il observa rapidement son frère qui dormait toujours, et revint sur Alford.

C’est pas de la merde comme dirait l’autre, en attendant ça envoi sec quand même… Concernant le chien nous en avons un, mais pour le moment il est avec sa maitresse, il est très gentil et les gosses l’aiment bien.

Matis hocha la tête à la proposition d’Alford et déposa délicatement la jeune fille à côté de son frère en lui promettant de faire vite. Pas sûr qu’elle comprenait tout mais ça avait au moins le mérite de la calmer, elle n’était pas une grande pleureuse et semblait déjà avoir un sacré caractère.

Qu’est ce que tu as appris à faire ? Tu sais te transformer en chien c’est ça ?

Dit il en plaisantant, puis il attira le mercenaire dans un pièce attenante au salon, dépourvu de la moindre décoration et chose fragile. Il ne voulait rien risquer tant qu’il ne savait pas de quoi il retournait.

Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mar 1 Mar 2016 - 20:11

Matis semblait confiant dans le fait qu'Alford finisse par trouver chausse à son pied, mais cela faisait étrangement plaisir à Gorder, Matis était un chouette type, et un vrai ami, il aurait sans doute eu bien besoin de son soutien pendant les dernières années, mais malheureusement il ne l'avait pas eu. Inversement il aurait beaucoup apprécié pouvoir aider son ami, mais malheureusement cela n'avait franchement guère été possible, enfin ce temps là était passé, et franchement visiblement aucun des deux n'avait envie de trop y repenser…

« On verra bien. » Dit-il en concluant le sujet calmement avec tout de même un léger sourire, qui sait ? A l'avenir ça pourrait être une idée, cela et une retraite honorable dans une petite cabane avec une cheminée, et quelques gosses, et Alford avec une barbe de grande père, charmant tableau en effet…

Quand à Dessay vaste question, pour sa part Alford n'en avait pas la réponse, et c'était pareil pour d'autres personnes, quand à d'autres aux sujets desquels ils avait la réponse celles-ci était souvent qu'elles étaient mortes tout simplement, certes aujourd'hui Armanda vivait un nouveau départ, mais est-il bon pour un nouveau départ que tant de choses bonnes aient disparu d'Armanda ? On pouvait sérieusement se poser la question. Le renouveau est certes bien, mais beaucoup de choses sur Armanda méritent aussi d'êtres préservés à leurs manières, beaucoup de choses que les peuples Armandéens ont perdu à cause des dernières années, et qui ne seront pas retrouvés...

« Tu connais mon opinion quand au fait de servir un roi, pour ma part je préfère vivre libre, et sans maître, et servir une cause qui me tient à cœur sans être restreint. Comme ça si jamais un roi ne me revient pas je n'ai juste pas à le supporter, et j'ai qu'à aller m'installer dans un autre royaume. M'enfin ce genre de vie a aussi ses inconvénients. »
Dit-il badin. Mais après tout lui aussi avait été dans la rébellion jusqu'au jour de l'accident avec la dague...

Et il faillit rire au petit faux tic de Matis quand aux propos sur les bêtises des enfants de ce dernier, c'est que les gosses ça devait être une chose à gérer tiens, surtout quand on en avait plusieurs. Ils se demandaient bien en tout cas comment deviendraient les enfants de Matis avec un père comme ce dernier, probablement que ce serait très intéressant à voir…

« Et ils tiennent probablement aussi de leurs pères tes enfants ! Et ça je ne saurai dire si c'est une bonne, ou mauvaise chose. »
Dit-il en plaisantant avec un sourire entendu avant de rajouter. « En tout cas je vois bien fiston Falkire finir à l'armée comme son père étrangement, ou à l'inverse finir passionné de tout ce que tu déteste ! Imagine ça pourrait devenir un courtisan passionné de politique, tiens j'imagine bien les réunions de familles si c'est le cas. » Dit-il pour rire.

Enfin dans tout les cas seul l'avenir le dirait, pour sa part Alford imaginait mal avoir des enfants politiciens, déjà parce qu'il était du petit peuple aux dernières nouvelles, sauf si quelqu'un avait l'idée saugrenue de l'anoblir pour voir ce que ça faisait, et ensuite car bon… Si ça se trouve son gamin aurait les mêmes goûts pour les voyages, et les ennuis que son paternel, comment ça Alford aimait l'ennui ? Non pas tant que ça, juste qu'étrangement il ne s'ennuyait pas au moins quand il vivait péripétie sur péripétie.

« Tiens si ça se trouve son règne sera millénaire en parlant de Korentin… Comme il est dragonnier il va sans doute vivre un sacrément moment mine de rien, et disons que ça risque d'avoir quelques conséquences, je ne sais pas lesquels, mais bon. Cela ne doit quand même pas être drôle pour quelqu'un comme lui de savoir qu'il vivra assez longtemps pour enterrer ses enfants, et petits enfants. » Dit Alford pensif, oui c'était une pensée sacrément étrange d'une certaine manière.

« T'étais pas au courant ? Tout le monde le savait en pleine règne théocrate, enfin je crois… Cela avait fait un de ces scandales quand j'y pense.. » Pour dire que ce n'était plus vraiment un secret par la faute du tyran blanc, et disons donc que bon ce dernier avait quand même dû prendr eun certain plaisir à faire cette révélation…

Quand au sujet de la vampiresse il eut du mal à deviner sur l'instant si Matis était sérieux, ou non, mais en tout cas disons que oui c'était compliqué…

« Disons que j'ai déjà pu essayer de m'expliquer avec elle grâce à un ami, et elle est vraiment très têtue cette femme, mais d'une manière respectable même pour moi. Enfin de toute manière ce n'est pas si grave que cela je pense mon ami, et j'arriverai bien à m'en sortir, pour preuve en 5 ans elle ne m'a encore rien fait. » Dit-il en haussant les épaules, et puis au pire il avait disons certaines garanties…

Quand à l'alcool, ouaip visiblement Matis appréciait plus au moins, et heureusement qu'il ne laissait pas ses enfants boire cela car Gorder n'était pas sûr que ce soit bon pour la santé ce genre d'alcool presque assez fort pour envisager de nettoyer son parquet avec. Après il ne connaissait guère les habitudes des Eleniens personnellement, et faudrait qu'il pose la question à Matis à ce sujet un jour…

« Content de voir quelqu'un d'autre qui apprécie les breuvages de qualités, et pour le chien à ce que je vois ta femme est plutôt prévoyante, sans doute l'instinct maternel. » Dit-il en supposant cela vaguement, mais bon de toute manière il n'était pas un grand spécialiste de la gente féminine.

Quand aux restes visiblement Matis semblait d'accord pour la demande d'Alford, tiens il ne savait vraiment pas à quel point il était proche de la vérité en y pensant, mais bon cela il le verrait bien assez tôt, Gorder se contenta de répondre un simple.

« Tu chauffe, mais t'es encore assez froid mine de rien. » Dit-il avant de suivre Matis une autre pièce, et visiblement plus sécurisé que ce qu'il y avait réellement besoin, Gorder se contenta de hocher la tête et esquissa quelques gestes clés simples, et se concentra…

Et Matis pu voir de la fourrure commencer à pousser peu à peu sur la peau de son ami, enfin plutôt assez rapidement, et cela dura quelques secondes, puis quand ce fut fait Gorder avait l'air d'un mélange ours-humain en faîte… Sa peau s'était durcie, et de la fourrure avait poussé sur tout son corps...

« Je dois t'avouer que j'ai eu du mal à maîtriser ce sort… Néanmoins l'effet est plutôt radical tu ne trouve pas ? » Dit-il en toujours légèrement la fourrure sur son visage, ouaip il devait avoir l'air d'un hybride ours-humain… Il refit les mêmes gestes qu'avant, et la fourrure disparu et sa peau redevint plus humaine...

« Bon Matis… Sur ce je te propose quelque chose, j'ai mon épée là-bas, et je serait pas contre de t'enseigner deux trois trucs en souvenir du bon vieux temps… Cela te botte ? Je te fais un prix d'ami bien entendu. » Lui proposa t-il enfin.





[Hrp : Si tu le désire du coup j'offre un entraînement à l'épée, ou à la parade à ton perso au choix^^.]

Spoiler:
 


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Lun 7 Mar 2016 - 19:27

En écoutant les propos d’Alford il rit sans retenu tant celui-ci n’avait pas idée à quel point il se questionnait à ce sujet. Il ne savait pas ce qu’il devait faire avec ses enfants, devait il leur laisser une totale liberté de faire ce qu’ils voulaient ou bien devait il, au contraire, mettre des limites et leur baliser le chemin. Il n’en savait foutrement rien et rien que d’y penser il avait mal à la tête… Effectivement il espérait qu’ils tireraient de lui, qu’ils trouveraient une vocation qui les habiteraient comme ce fut son cas, mais il ne pouvait pas leur forcer la main et les envoyer à l’armée. De toute manière sa femme ne le laisserait pas faire. Il hocha donc simplement la tête tout en essayant de reprendre le rythme de ses pensées et de ses mots.

Peut être finira il à la cour, l’important étant qu’il trouve sa voie et fasse ce qui lui plait sans pour autant être soumis à autrui. J’aimerais bien leur apprendre les enseignements du passé et de leur ancêtre mais je sais aussi que je ne les forcerai pas à rejoindre l’armée. Peut être l’un d’eux y ira, peut être pas, cela ne dépend pas de moi et c’est tant mieux.

Après tout ce que nous avons vécu il serait tout à fait normal de laisser la prochaine génération choisir ce qu’elle souhaite faire.


Concernant le supposé règne millénaire de Korentin, il ne savait pas vraiment quoi en penser. Oui, effectivement il allait devoir vivre assez longtemps dans une certaine solitude, mais comment dire que ce serait quelque chose de mauvais ? S’il trouvait une nouvelle épouse, il l’enterrerait sans doute, ainsi que ses enfants et ses petits enfants… Mais à contrario il allait pouvoir conduire une politique sur le très long terme et ainsi apporter quelque chose de meilleur à son peuple. C’était ainsi qu’il voyait cette opportunité.

Il serait un peu comme un vampire ou un Elfe, sauf que ce n’était pas tout à fait normal. Après à voir ce qu’il fera durant toute cette période. Je ne l’envie pas car pour conserver ce pouvoir et cette longévité il va devoir faire de sacré sacrifice comme tu le dis. Des sacrifices que je ne serais pas prêt à faire…

Vivre sans sa femme et ses enfants n’était tout simplement pas concevable pour lui, et c’était compréhensible après tout non ? Quoi qu’il en soit il revint sur les propos d’Alford concernant la révélation faite par le Tyran Blanc en hochant simplement la tête, il ne voulait pas dire grand-chose de plus, ni avouer qu’il était déjà au courant depuis plusieurs années. Qu’est ce que cela apporterait ?

Pour en revenir sur la vampire Matis était persuadé qu’il finirait par se réconcilié avec elle, et s’il pouvait y jouer un rôle il en serait plus que ravi.

Bof moi ce que j’en dis c’est que tu ne risque pas grand-chose à ne pas lui parler et essayer de remettre les choses à plat. Je t’aiderais, même s’il faut que je fasse bouclier humain… On arrivera à la faire changer d’avis j’en suis sûr, dans la pire des cas on la séquestrera jusqu’à ce qu’on obtienne d’elle ce que l’on veut non ?

Il n’était pas tout à fait sûr que ce soit la bonne solution mais il n’avait pas vraiment d’autre possibilité pour le moment, et si cela fonctionnait… Bon d’accord il risquait plus d’aggraver les choses qu’autre chose mais bon, rien n’était perdu…

Autone est prévoyante sur beaucoup de sujet et celui là en fait bien entendu parti. Pour le reste il n’y a pas grand-chose à dire, elle est parfaite. C’est ma femme non ? Finit il par dire en plaisantant plus ou moins.

Mais ce qui marqua le plus le commandant fut bien entendu le sortilège d’Alford, ainsi donc il pouvait faire cela ? L’homme avait visiblement bien changé car il ne le savait pas doué d’une telle capacité de magie. Après tout changeait avec le temps non ?

Je comprend parfaitement que tu as bien du galérer pour arriver à faire cela, il en est de même à mon sujet concernant quelque chose de presque similaire mais que je ne te montrerais pas ici. En fait je ne peux que te montrer ses résidus sur moi.

Il releva négligemment les manches de sa chemise et laissa apparaitre les longues marques de brulures stylisé qui parcourait ses deux bras. Les arabesques de brulures étaient telles des flammes et des ombres qui grandissaient sur ses bras jusqu’à les recouvrir intégralement à certains endroits. Chacun avait ses nouvelles blessures et tenait à montrer à l’autre que tous en avait souffert…

La proposition était acceptable, mais il ne pouvait la mener à bien pour le moment, du moins pas tant que ses enfants étaient seuls, ce qui ne devait plus durer longtemps maintenant…

Bien sûr que cela m’intéresse… coupé par un bruit de porte qui s’ouvre et pu voir passer la jeune nourrice de ses enfants qui revenait de sa journée de repos. Effectivement il lui avait demandé si elle pouvait passé en fin de journée pour s’en occuper tandis qu’il prévoyait quelque chose pour Autone. Mais il avait encore le temps et il ne serait pas contre une heure d’entrainement.. Voire un petit peu plus. La nourrice l’aperçue et vint saluer les deux hommes, elle eut un petit instant de recul en voyant l’apparence d’Alford mais ne paru pas plus paniqué que cela, ou tout du moins elle le cachait bien. Puis elle quitta la pièce et laissa les deux hommes à leur échange tandis qu’elle allait s’occuper des enfants.

On va pouvoir y aller, leur nourrice va pouvoir les gérer, j’ai hâte de voir ce dont tu es capable…

Hrp : Je prend l’entrainement au combat pardi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Dim 13 Mar 2016 - 14:07

Les enfants semblaient être quelque chose d'étrangement compliqué à gérer pour Alford, se dire que les adultes que deviendraient ces derniers dépendrait en grande partie de comment on les éduquerait devait être assez stressant, et source de fierté si on avait réussit. Mais cela devait aussi expliquer pourquoi les totems était en faveur de tout ceci, et offrait une plus grande puissance aux pères, et mères. Car justement le fait d'avoir un enfant devait être dans l'ordre des choses sans doute… Cela faisait d'ailleurs demander à Alford si certains totem de nature bien peu agréables voyaient cela avec bienveillance, si c'était le cas… Disons juste que ça ne facilitait pas les choses, par exemple cela devait sans doute être assez dur pour une mante religieuse de trouver un mari qui la supporterait, et si c'était le cas Alford avait pitié du pauvre mari…

« Oui sans doute que le lointain avenir sera à eux, mais bon mon vieux ! Aux dernières on est pas encore vieux alors ne parlons pas comme si nous étions des vieillards en attente de déléguer le monde à leurs enfants. » Dit-il avec un sourire amical. « Après tout on est encore dans la force de l'âge, et si tu veux mon avis quand tu sera mort, et enterré tes gosses seront déjà assez âgé, donc tu sera là pour voir ce qu'ils pourront bien faire de l'avis, et toi aussi, moi aussi auront encore un rôle à jouer. » Dit-il assez optimiste, car pour sa part il était encore en pleine forme, à peine trentenaire même. Il avait encore du temps devant lui avec un peu de chance.

Quand à Korentin c'est vrai que sa position n'était pas forcément enviable, cela Korentin le comprenait, après cela devait aussi avoir ses avantages. Il n'empêche que s'il régnait jusqu'à sa mort de vieillesse Korentin aurait bien l’occasion de voir l'évolution du continent, ou peut-être deviendrait t-il à un moment trop vieux jeux pour tout ce qui se passerait, et toutes les évolutions que connaître Armanda ? Peut-être… Des fois les vieillards avaient du mal à comprendre la jeunesse, alors est-ce qu'un homme de 1000 ans pouvait comprendre les hommes de 20 ans dans le futur, et leurs manière de pensée ? Un sacré sujet de réflexion à bien y penser… De la philosophie du dimanche en vrai.

« On verra bien ce que ça donnera, quand à toi qui sait ? Si cela se trouve avec un peu de pot tu pourrai finir dragonnier, ou moi peut-être. Je l'imagine d'avance Matis Falkire dragonnier ! J'ai bien envie de voir le caractère du dragon qui serait lié à toi si cela devait arriver... » Dit-il avec un grand sourire amusé, sûr que cela valait le coup d’œil, quand au dragon qui choisirait Alford si ça devait arriver il était certain que là aussi ça mériterait le coup d’œil…

Quand à la vampiresse il était content de voir que Matis était de son côté… Qui sait ? Peut-être qu'ils pourraient arriver à faire quelque chose à l'avenir même si en vrai il n'en était guère sûr.

« Matis, je commence vraiment à me demander si tu as user d'une telle méthode pour séduire ta conjointe. » Dit-il avec humour avant de rajouter. « Il faudra qu'on explique par contre à Korentin pourquoi on a séquestrer une vampire assez proche de lui, cela risque d'être assez drôle à voir, mais ma foi. Je suis une tête du mule on devrait donc bien arriver à trouver un moyen de la calmer... » Dit-il d'un air entendu.

Après c'était disons compliqué… Mais bon disons qu'il avait sans doute dû voir pire ces dernières années, et mine de rien… Ouaip cela ne devait pas non plus être désesperé même si elle avait encore probablement une belle dent contre lui… Ah les vampiresses...

« Il faut bien une femme pour compenser certaines choses. »
Rajouta t-il ensuite avec humour aux paroles de Matis au sujet de la prévoyance de sa femme, peut-être que c'était bien les femmes d'être prévoyante, après tout il fallait bien que les deux amoureux dans un couple se complètent à leurs façons...

Et visiblement le petit tour d'Alford semblait avoir impressioné Matis, pour tout avouer Alford n'avait pas apprit ce sort lui-même, et Matis d'ailleurs lui parla de quelque chose qui lui était arrivé, et Alford regarda donc attentivement tout en restant silencieux. Qu'est-ce que cela pouvait bien être après tout ?

Des marques de brûlures styllisés ? Disons que cela avait l'air assez étrange mine de rien… Mais Alford regarda la chose en se demandant bien ce que c'était, un autre sortilège ? Juste des marques de torture ? Il n'osait pas demander, mais savait que cela devait être lourd en signification à sa manière…

Mais bon dans tout les cas il proposa d'offrir un entraînement à son pote, après tout ce dernier saurait sans doute apprécier cela, et surtout en faire bon usage après, et visiblement alors que Matis allait dire quelque chose une jeune femme entra. De ce qu'il comprenait elle était la personne s'occupant des gosses, et du coup Matis était libre pour l'entraînement, Alford suivit donc ce dernier pour rejoindre le terrain d'entraînement…

Au passage il prit une simple épée en fer émoussé sans fioriture, une arme pas trop éloigne du genre qu'utilise Matis au niveau du poids. Alford voulait après tout montrer des techniques de combat que son ami pourrait utiliser avec ses armes actuelles. Donc autant manier ce genre d'épée.

« Eh bien tout d'abord, ton jeu de jambe, essaye de plier légèrement les genoux de manière à pouvoir réagir rapidement... » Dit-il calmement en prenant une garde plutôt baisse avant de poursuivre. « Je vais attaquer, tente de parer, ou d'éviter mes coups ! » Et aussi dit aussi tôt fait Alford fit quelques pas, et commença ses assauts il fit presque voltiger sa lame dans ses mains, et enchaîna les bottes d'attaques. Tout d'abord L'ours éventre qui consistait en un coup d'estoc suivit d'un swing puis d'un mouvement souple et d'un autre coup d'estoc rapidement amorcé, le coupe jarret qui consistait feinter une attaque en haut, lâcher l'épée in extremis pour vivement l'attraper avec l'autre main, et attaquer vraiment en bas pour titiller la défense de son adversaire, et ainsi montrer à ce dernier quelques techniques de combat plutôt élaborées. Puis après ces quelques assauts c'est Alford qui se mit en position de parade, la garde du bretteur Aldarien qui consistait en une garde basse qui jouait sur les réflexes. « Bon maintenant à ton tour de me montrer ce que tu as dans le ventre! Que je puisse voir où tu pourrai t'améliorer, et te donner des conseils. » Dit-il concentré, après tout autant tâter le niveau à l'épée de son ami pour voir ce qui pourrait être amélioré.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Dim 3 Avr 2016 - 8:25


Matis sourit aux propos de son ami. Oui il avait totalement raison, ils avaient encore le temps de voir venir. Le commandant avait parfois l'habitude d'anticiper les choses, surtout concernant le futur de sa famille et des siens mais il fallait vraiment avouer qu'il avait encore tout son temps. Ils ne venaient que de naître, le temps où ils gambaderaient gaiement dans les plaines était encore loin... Alors celui où ils reprendraient le flambeau..

Tu as raison... Ca doit être mon côté élenien qui à pris le dessus et qui fait que je m'inquiete tant... Mais tu comprendre le jour où tu sera père, ce que je te souhaite bien sur...

Notre rôle ne sera tout simplement plus le même n'est ce pas ? Nous avons déjà fait plus que notre part du travail après tout...


Quand Alford parla des dragons et du fait de devenir dragonnier Matis ne pu s’empêcher d'y penser lui aussi. Mais penser posséder, non partager sa vie avec un dragon était bien au dessus de ses forces. Il ne s'imaginait tout simplement pas vivre cette expérience, même si c'était clairement quelque chose d'exceptionnel et que dans son enfance il n'aurait pas dit non à pareille proposition. Aujourd'hui il avait grandit, et il savait que cette expérience n'était pas pour lui.

Peut être, mais je pense qu'il y a d'abord de bien meilleure personne que moi qui souhaite le devenir. Moi je ne sais pas vraiment, c'est que cela serait une sacrée expérience de vie, que cela apporte un sacré prestige mais les sacrifices à réaliser sont trop important.. Vivre longtemps c'est bien, voir tout ceux qu'on aime mourir petit à petit... C'est affreux.

Quoi qu'il en soit c'est vraiment que niveau caractère il aurait dut en avoir un sacré...Mais bon, c'est sans doute une question qui ne se posera pas n'est ce pas ?


Le commandant fit une drôle de tête, comment ça de "telle" méthode ? C'était des techniques ancestrales apprises de génération en génération, s'il n'était pas content il pouvait toujours essayer de se débrouiller avec cette vampire hein ! Quand à l'explication de Korentin... C'est vrai qu'il n'avait pas penser à cela dans son plan. Bha, il trouvera bien une solution le moment venu...

Pheu, j'use des techniques que je souhaite pour séduire qui je veux, mais il vrai que je n'ai pas usé de celle là sur ma femme... Déjà parce qu'elle m'aurait tué, mais aussi parceque j'aurais eu de sacré problème lorsque j'aurais voulu la faire sortir...

Mais ne t'inquiète pas pour si peu, ça marche très bien... Surtout sur les vampires, après ils ne sont pas toujours bien disposé mais c'est dans leur nature non ? Quant à Korentin... Et bien il faudra trouver un moyen de lui expliquer cela calmement... Ce sera ton rôle non ? Tu es tellement doué dans ce domaine...


Il hocha simplement la tête à ses paroles, oui il fallait bien une femme pour compenser pas mal de chose... Alford ne pouvait pas imaginer à quel point il avait raison.


Ce qui le marqua ce fut le regard qu'il lui lança quand il lui montra ses marques, pour le moment il ne pouvait pas comprendre, mais peut être que tout à l'heure il lui montrerait ce qu'il pouvait faire avec Héritage... Il lui devait bien cela après tout non ? C'était son ami, et il pouvait lui parler de tout, même de ça.

En attendant que sa femme rentre ils s'étaient installé dans le terrain qui jouxtait sa propriété, là ils seraient tranquille et pourraient s’exercer sans que l'on vienne les déranger. Attrapant la lame qu'il lui lançait il soupesa son poids avant d'écouter ses quelques mots. Il hocha simplement la tête et se prépara à l’accueillir comme il le devait.

Il attaqua et Matis pu se rendre compte de l'écart de niveau, même si ce n'était que des exercices il pu comprendre les progrès qu'il avait fait depuis quelques années. Effectivement il n'avait pas chaumé.

Et bien et bien... Que de progrès en quelques années, tu as trouvé un vieux maitre rabougris qui t'a tout appris ou quelque chose du genre ?

Matis en profita ensuite pour l'attaquer, calmement mais de manière pour le moins radicale, sans fioriture, brutale et directe, sans doute trop directe. Un coup d'estoc suivi d'un revers latéral. Il tenta de le prendre par surprise en l'attaquant par le haut puis le bas, aussi vite qu'il le pouvait mais l'autre était toujours là. Il y avait vraiment du bon niveau...

hrp : Vraiment désolé pour le retard :S lorenz2
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Ven 8 Avr 2016 - 22:31

Alford se sentait encore jeune pour sa part non, mais… Enfin il avait atteint la trentaine depuis quelques temps bien entendu, mais cela voulait dire qu'il n'était pas non plus à deux doigts de la retraite. Et son ami Matis non plus, après bien entendu il était sage d'envisager l'avenir et d'être un peu prévoyant, mais il y avait encore à faire, et ils étaient loin d'être de vieux fossiles. Ces années de guerre après avaient certes étaient assez épuisantes… Assez en tout cas pour que la paix soit un repas adéquat, et de préférence long.

« On a tout nôtre temps déjà c'est le plus important, on n'a qu'une vie comme je le dit, et autant en profiter un peu. Arrivera bien assez tôt mon ami le moment où on racontera des histoires à nos petites enfants au coin du feu. » Dit-il pensif en regardant la cheminée… « Et aussi d'être nostalgique de nos aventures passé, quoique on sera pas forcément nostalgique de tout ce qui s'est passé... » Dit-il avec un peu d'humour noir ensuite.

Quand aux dragons il avait du mal à voir qui mériterait à ce point plus que Matis d'en avoir un, c'est que l'ami de Gorder était un homme droit, et bon en vérité en plus d'être honnête entre autres. Oui des qualités parfait pour un dragonnier cela on ne pourrait dire le contraire. Après il comprenait où voulait en venir son ami lorsqu'il parlait des sacrifices qui découleraient de cela, ah pour avoir besoin de sacrifier des choses il faudrait en sacrifier certainement, même si pour sa part Alford envisageait cela avec fascination, car quoi de mieux que vivre 2000 ans pour quelqu'un désirant découvrir ce monde vaste, et magnifique ?

« Ouaip après cela ne doit pas être pour tout le monde ce genre de chose, m'enfin dans tout les cas je suis content pour toi mon ami, l'existence te sourit comme tu méritait qu'elle te sourit. En plus contrairement à moi tu as couché avec une humaine qui s'est marié avec toi, c'est déjà assez bon pour être remarqué n'est-ce pas ? » Dit-il pleins d'humour, après tout autant rire de tout ceci que d'en pleurer, c'est que sa vie était vraiment bizarre en faîte…

« Il ne faut jamais dire qu'une chose n'arrivera pas mon ami, disons que des fois le destin peut-être surprenant... » Dit-il ensuite un peu taquin quand Matis dit que le coup du dragon n'arriverait jamais, même si c'était plus pour charrier gentiment son ami qu'autre chose.

Puis il eu du mal à ne pas éclater de rire quand son ami fit une drôle de tête sur sa petites remarques quand aux prétendus méthodes de séductions de Falkire, ah dire qu'à une époque il prenait son ami pour un coureur de jupon, c'était quand même heureux qu'ils soient en assez bonne situation tout deux pour n'avoir rien d'autres à penser que ce genre de choses futiles à leurs manières, mais ô combien amusantes il fallait avouer. Ah la vie était belle en cette paix armandéenne, en espérant que cette dernière pourrait durer, avec un peu de chance…

« C'est que le grand Matis Falkire semble s'être plus fait dompter qu'il a dompter donzelle apparement, ah mon ami c'est que tu finit par t'émousser effectivement… A croire que c'est moi qui vais finir par te donner des conseils de séduction un jour, alors que pourtant ils se limitent à faire boire jusqu'à plus soif une charmante compagnie à vrai dire. Enfin ça avait marché pour l'elfe même si ce n'était pas voulu... » Dit-il avec une grimace fait exprès pour être comique.

« Euh j'espère que dans ce cas-là tu as beaucoup de cette décoction que tu avais fais boire à Médolie car on risque d'en avoir sacrément besoin, surtout si tu compte sur moi pour la calmer, disons que les femmes étrangement semblent beaucoup m'apprécier… Surtout les vampiresses... » Dit-il ironique, et encore Matis ne savait pas tout dans ce domaine là malheureusement car il y avait vraiment à boire et à manger. M'enfin il n'allait pas non plus exposer pendant des heures ses innombrables probablement avec la gente féminine, surtout celle à dent pointues…

[….]

Enfin dans tout les cas l'entraînement suivait son cours maintenant qu'il avait débuter, et plutôt débuter en force en vérité !

Et bon même si Matis était un peu en dessous celui-ci se débrouillait quand même bien, voir très bien. C'était déjà bien mieux que là plupart des militaires de métiers en faîten peut-être pas encore digne d'un maître bretteur, mais avec le temps qui sait ?

« Qui te dit que ce n'est pas moi le vieux maître rabougri ? Après tout si ça se trouve je suis un vieillard de 50 ans qui a bu une potion de jouvence... » Dit-il en plaisantait aux remarques de son ami, tout en se préparant à jouer de le parade pour sa part…

Moulinet, Alford fit des cercles avec son épée faisant danser la lame cette dernière se retrouva avec une grâce admirable sur la trajectoire des coups de son amie, on avait l'impression que le mercenaire dansait au final. Et déjà il voyait bien quels conseils il pourrait donner à son ami...

" Vois tu ton épée? Lorsque tu manie la lame ne bouge pas qu'avec les mains Matis en restant un instant statique, mais aussi avec les jambes, et le reste du corps. Prend ton appui avec, comme si tu dansais, ton corps entier toi porter le coup, et toujours être en mouvement avant et après, toujours aux agguets, et prêt à réagir à tout ce que fera ton adversaire... " Dit-il en mettant en pratique ses paroles par quelques mouvements vifs, et attaques nerveuses avant de se mettre à son tour en position de garde.

"Ne cherche pas forcément à attaquer la faille dans la garde d'un adversaire, joue avec lui, oblige le à se montrer imprudent, ou à combattre comme tu veux qu'il se batte, n'hésite pas à mener la danse martiale... Impose tes règles!" Dit-il en regardant les efforts que ferait ensuite le capitaine.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Dim 1 Mai 2016 - 9:45

Le commandant hocha simplement la tête en se rendant compte de ce que son ami lui disait. Oui il avait parfaitement raison dans le sens où ils avaient encore tout le temps de se remettre en question et d'évoluer de nouveau. Combien n'avaient ils pas changé depuis le temps qu'ils se connaissaient, depuis cette rencontre sur les remparts de Gloria alors assiégée. Beaucoup d'eau avait coulé sous les ponts comme diraient certains, mais même si beaucoup de chose avaient changés, d'autre étaient resté les mêmes. Matis et Alford en faisaient partie car malgré tout ce qu'ils avaient vécu ils avaient sût conserver ce qui faisait d'eux ce qu'ils étaient.

Ma foi, tu as bien raison mais ne soit pas si lugubre en disant cela. On dirait presque que l'idée d'avoir une descendance te dérange... Le seul truc qui me dérange avec ça c'est qu'il va falloir trouver le moyen de tout expliquer sans les inquiéter plus que de raison... Et surtout, arriver à leur faire comprendre que ce que l'on a vécu est véridique.

Les mots d'Alford le firent sourirent et il comprenait bien où il voulait en venir. Bien entendu il n'hésita pas à lui rappeler que lui aussi avait eu une certaine aventure avec une "humaine"...

Ouai enfin croit moi ou non elle ne m'a pas trop laissé le choix. Elle m'a attaché au lit une fois que j'étais endormi et ne m'a relâché qu'après lui avoir juré de l'épouser... Que veux tu, quand on est demandé on ne sait pas résister n'est ce pas ?

Blague à part si elle entend ce que je dis elle va sans doute m'en coller une donc ça reste entre nous hein ? Sinon elle entendra parler de ton histoire avec la vampire... Et ce serait dommage n'est ce pas ?
Finit par dire en souriant. Comme si Alford s'arrêtait à si peu.

Le commandant ne put s'empêcher de rire en écoutant ce qu'il lui disait, cela faisait bien longtemps qu'ils n'avaient pu tout deux échanger sur des sujets aussi futiles que ça et grand dieu, ça lui faisait du bien.

On repassera certainement pour l'elfe mais sache que tu as encore beaucoup à apprendre petit scarabée. Certes je ne peux ni ne veux encore exercer mon art de séduction et, bien que tu possède les bases, tu as encore tellement à apprendre. Je t'offrirais un cour un de ses quatre...

Et concernant ce que je lui avais fait boire, bien sûr qu'il m'en reste Andrei m'en prépare toujours mais je ne les utilise pas pour les mêmes raisons évidement. Et si tu m'en demande je pourrais t'en offrir mais ce n'est pas chose à utiliser avec une femme... A moins de vouloir souffrir à son réveil.


[...]

L'entrainement tenait le bon bout et bientôt Alford et lui en vinrent aux mains. Mais il y avait un certain niveau d'écart entre les deux combattants... Alford avait bien progressé et il en était fier.

Et bien pour un cinquantenaire t'es pas mal conservé mon cochon... Faudra que tu me donne l'adresse de ton fournisseur pour que j'y aille et ne me fais pas croire que c'est l’absinthe. Ca marcherait avec un bleu mais pas avec moi.

Les conseils de l'homme avaient beaucoup de valeur à ses yeux et il tenta de les mettre en pratique mais c'était bien entendu plus facile à dire qu'à faire. Matis n'était pas un danseur, il était un bourrin. Il n'était pas subtil, il défonçait des portes, néanmoins il essayait de mettre en pratique ce qu'il lui expliquait. Le moindre de ses gestes se calaient sur les mouvements de son adversaire comme pour essayer de prendre le dessus sur lui... Il pouvait bien essayer de prendre l'ascendant mais c'était bien complexe avec un pareil combattant.

C'est pas ma faute si tu as passé plus de temps à des bals qu'à combattre hein ! Tu sais bien que moi j'entre en force, j'ai pas le temps pour cette subtilité même si je reconnais volontiers son utilité...

Néanmoins, et malgré ses paroles, Matis se fit plus prompt à revenir à la charge. Il voulait apprendre à combattre comme lui, à combattre des gens comme lui. Il ne savait pas contre qui il pourrait être amené à se battre à l'avenir.

Hrp : Vraiment vraiment vraiment désolé du retard Mad
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Lun 2 Mai 2016 - 8:31

Alford avait plus changé qu'on ne l'aurait penser, mais il ne voulait pas trop le laisser paraître, ces années l'avaient rendu un peu amer au fond de lui il avait même finit par tomber dans la boisson pour ne pas déprimer notamment sous la tyrannie de Vraorg le blanc, penchant qui perdurait encore aujourd'hui, mais il avait refusé de sombrer malgré tout, était-ce dû à sa force d'esprit ? Son incurable optimisme ? Sa soif de vivre comme il le désirait ? Il n'en savait rien, mais cela avait fait qu'au final il avait tenu tant et plus malgré tout les malheurs qui s'étaient abattu sur lui, et sur ce continent malgré lui. Il était encore en vie et c'était une chance donc il comptait user, et non gâcher alors que beaucoup ne l'avaient même pas eu…

« Oh tu sais moi, et les enfants… Enfin de toute manière on verra bien, et au moins je saurai à qui demander des conseils si je dois élever des bambins, ou bien à quel commandant les confier, et gratuitement en plus par ce que ce bon vieux Matis ne reculerait devant rien pour aider un vieux pote n'est-ce pas ? » Dit-il avec un peu d'humour même si mine de rien il l'envisageait presque s'il avait des gosses un jour, enfin presque presque quoi…

Quand aux gens à qui ils avaient couchés tout deux, ou faillit coucher heureusement Matis avait fait un peu moins le déviant qu'Alford quoi, surtout pour le coup de l'elfe… A ça il y avait certainement de quoi rentrer dans les mémoires après tout rien qu'avec cette fichu histoire.

« Quelque chose me dit que si elle t'as attaché au lit t'as quand même trouvé le moyen d'apprécier cela n'est-ce pas ? » Dit-il un peu plaisantin, bon il avait compris que son ami ne disait pas la vérité, et faisait du second degré mais il aimait bien en rajouter de ce côté-ci. Remarque étonnamment les femmes semblaient avoir un grand potentiel de mauvais caractère…

« Ne me tente pas vieux tu sais que j'adore en plus prendre des risques quand il y en a juste pour m'amuser un peu. Puis imagine ! Voir le grand, et fier Matis Falkire se prendre une gifle magnifique, je me demande s'il est possible d'avoir un spectacle plus spectaculaire que ceci... » Dit-il en exagérant un peu à son tour. Et il rit bien lui aussi quand Matis lui parla des cours de séduction, par son totem… Le pire c'est qu'il pourrait le dire lui aussi vu que techniquement il était quand mêem arriver à draguer un elfe, sous alcool bon mais un elfe quand même ! Ce n'était pas rien cet exploit aussi ridicule qu'il soit…

« Je pense que je me passerai de tes cours mon amie, une vampire qui veut ma tête je crois que c'est déjà assez, je n'ai pas besoin de rajouter toutes les femmes sur Armanda qu'elles soient vampires, elfes, et humaines dans la liste des personnes à éviter. » Dit-il un peu bonhomme, quoique il doutait en arriver là après tout il n'était plus aussi maladroit avec les femmes heureusement depuis l'époque même s'il y avait encore mieux à faire bien entendu…

[…]

Alford se demandait mine de rien si Matis était du genre à lancer des petites piques verbales lors d'un échange à l'épée, étrangement cela ne l'étonnerait pas pour le coup, après il se demandait si c'était vraiment l'idéal pour se concentrer lors d'un éventuel combat à mort…

« Oh mais pourtant après une bouteille d'absinthe crois moi même le plus corpulent, et faiblard des hommes ce sent tout léger, et rajeuni je t'assure. » Dit-il à Matis tout en gardant sa concentration sur l'entraînement pour adopter une posture assortir à celle de son adversaire, et si possible polyvalente.

Après pour l'épée ce n'était pas tant une question d'être un danseur, ou un bourrin, mais Alford commençait à percevoir quel style de combat irait certainement mieux à son ami vu sa manière direct de faire… Hummm oui Alford voyait, et il commença pour sa part à adopter un style plus directe en apposant ses mains sur son épée pour donner de la puissance dans ses coups, et surtout ses parades. Histoire aussi que Matis puisse observer cela, peut-être que ce genre de choses seraient mieux pour lui s'il s'en inspirait un peu. Puis il dit calmement.

« C'est moi le fils de paysan qui passe mon temps dans les bals selon toi ? A se demander presque si on est née au bon endroit tout les deux, ou si nos parents ne nous ont pas échanges à la naissance... » Rajouta t-il par dessus les paroles de Matis.

Et Alford se mit en position se mit en position pour recevoir son ami, et para de manière agressive. Pour ne pas trop se mettre en position défensive et mettre de la pression sur Matis tout de même avant d'abaisser son épée et de faire un mouvement de fente vertical puissant pour essayer de briser la garde…

« La force peut-être autant un atout que la dextérité mon ami, si tu préfère les manières plus directe il y a aussi moyen de faire. Une bonne attaque porter de la bonne manière à défaut de percer peut mettre à mal la garde, et forcer le chemin. Cela n'est pas très efficace sauf si tu as une force presque surhumaine sur les adversaires maniant un grand bouclier mais les autres pourraient être mit en difficulté si tu sait porté de rudes attaques comme celle-ci. » Acheva t-il en mettant son épée en arrière en reculant d'un pas puis en avançant d'un léger bond, et en donnant un coup d'estoc qui se transforma en swing vertical pour cogner avec force sur l'épée de son ami pour désiquilibrer ce dernier.

« Alors ce genre de techniques conviendraient mieux à un bourrin comme toi mon ami ? » Demanda t-il amusé, ce n'était pas forcément son style préféré, mais il le connaissait après tout lui-même aimé bien varier les techniques pour que ses adversaires ne s'habituent pas trop à sa manière de combattre...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Jeu 2 Juin 2016 - 9:19

Matis fit la moue en écoutant ce que lui proposait le mercenaire. Il n’était pas tout à fait contre ce genre de proposition d’autant que cela permettrait à ses gamins d’en rencontrer d’autre qui ne serait pas tenter de s’amuser d’eux… Mais il ne fallait pas non plus qu’il dise oui à tout et n’importe quoi non plus, sinon il n’hésiterait pas à les lui refourguer dès qu’il en aurait l’occasion. Bon le commandant en rajoutait sans doute un peu mais bon c’était tout comme.

Des conseils j’en ai et je peux te les donner gratuitement, par contre pour le reste il faudra payer… Faut pas pousser mémé dans les orties non plus hein. Si tu veux que je joue les gardiens d’enfant, déjà je doute ton état mental car tu sais bien ce que je pourrais en faire, de puis tu pourrais y passer tes frais de mercenariat là dedans.

Il lui sourit, tous deux avait de l’humour aussi il ne craignait nullement de lui jeter tout cela à la face car ce n’était que des mots. Le fond de sa pensée était bien différent de ce qu’il disait aujourd’hui… Oui il ne savait pas vraiment mentir mais de toute manière, avant d’avoir des gosse il lui faudrait une compagne… Ca serait déjà un bon début.

Apprécié n’est pas exactement le juste mot, disons juste qu’elle ne trempe pas vraiment dans ce genre de combine et que c’est très bien pour moi. Après si tu pense que l’on fais tous ce que toi tu fais…. Disons juste que je connais une certaine vampire qui saura m’en dire plus sur tes passions nocturnes…

Il aimait bien le taquiner car cela faisait des années qu’ils n’avaient pu avoir ce genre de conversation légère… avant cela ça n’avait été que la guerre et la mort. Aujourd’hui ils avaient enfin l’occasion de penser à autre chose, et de rattraper le temps perdu. Ce qui n’était pas une mince affaire quand on les connaissait tout deux.

Oh ne t’en fais pas pour ça il y a bien plus impressionnant que cela, et heureusement d’ailleurs, sans quoi le monde serait bien terne n’est ce pas ? Mais je ne te ferais pas ce plaisir tout de suite, faut pas déconner non plus hein.

Le commandant n’allait pas non plus lui offrir ça sur un plateau d’argent n’est ce pas ? Mais il lui tannait quand même d’aller parler avec cette femme pour en apprendre plus sur elle et sur Alford… C’est sûr qu’elle devait avoir beaucoup de chose à dire mais il y avait bien peu de chance pour qu’elle lui dise tout à lui… La dernière fois qu’ils s’étaient croisé… Et bien ça ne s’était pas si bien passé que ça.

Comment ça ? Dit il en prenant un air faussement indigné. Tu sous entends que je pourrais te mettre dans la mouise ? Voyons, pour qui me prend tu…

[…]

Le problème de l’alcool c’est que quand il est mélangé avec le combat ça ne fait pas bon ménage. Je sais de quoi je parle j’ai déjà dû livrer des combats contre des soldats complétement ivres… Rien de plus simple à tuer si tu veux mon avis.

Matis faisait régner une discipline de fer sur le camp et les hommes qu’il dirigeait, oui il était dur mais il faisait tout ce qu’il fallait pour qu’ils s’en sortent vivant. Et si cela devait dire qu’il devait mettre en place une discipline de fer, alors qu’il en soit ainsi. Il ne pouvait pas laisser ça passer.

Non je t’assure, ma mère était trop belle pour qu’elle t’ai enfanté vielle branche ! Mais il n’empêche qu’effectivement je ne suis peut être pas né au bon endroit. Mais j’en ai fait une force et j’espère avoir profiter de cet enseignement pour changer les choses.
Je sais que c’est aussi ton cas n’est ce pas ?


La technique de combat du mercenaire était impressionnante, il y avait bel et bien un sacré niveau entre les deux combattants. Matis en était conscient mais cela ne le dérangeait pas pour autant, du moins pas plus que de raison. Ils étaient amis, et qu’il prenne le temps de lui expliquer ces concepts lui faisait chaud au cœur. Il faudrait qu’il lui rende ça un jour ou l’autre.

Oui c’est sûr… Après je sais bien que la force brute ne fait pas tout, mais quand j’essaye autre chose j’ai comme une réticence en moi. Quelque chose qui me dit, fait pas ça c’est pas toi. Etrange non ? A croire que mon épée est vivante…

Parfois s’en est presque inquiétant.


Sans attendre plus il attaqua son ami, plein de conviction mais sans y aller comme une brute non plus, il en voulait prendre le risque de le blesser. Il attaqua sur la gauche, envoyant l’estocade avec une rapidité qui le surprit lui-même. Ce n’était du niveau de certain mais déjà il commençait à comprendre beaucoup de chose…


[hrp :] Désolé pour le retard, maintenant que ma situation c'est stabilisé le rythme serait plus normal Very Happy [/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Jeu 9 Juin 2016 - 17:33

Eh bien le jour où Alford aurait des enfants n'était probablement pas prêt d'arriver tout de suite au fond, mais en effet ce serait une idée que ces derniers puissent fréquenter les enfants de Matis eux aussi. Pour sa part dans tout les cas il se disait qu'il avait un peu de temps avant tout ceci au moins… Un peu, beaucoup ouaip, quoique il avait déjà 33 ans… Il pensait de plus en plus au fond à boire une potion de jouvence tiens pour vivre plus longtemps, histoire disons de récupérer les années qu'il avait perdu avec ces dernières guerres au moins…

« Oh Matis, si tu veux au pire tu me confie tes gosses à ma garde pendant quelques temps inversement, tu verra je pense que ce sera très instructif pour eux, et puis ce serait une bonne manière de payer le fait que tu les ai garder toi. Enfin si tu es prêt « toi aussi » à confier tes bambins à la garde de ton vieil ami en connaissance de cause. » Dit-il un peu comique, lui aussi ce n'était pas le fond de sa pensée finalement…

Et vrai que pour les gosses il lui faudrait une compagne, et plus que cela une compagne humaine, pas un mec elfique, ou une femme elfe, ou vampire. Bon cela semblait évident à faire bien entendu, mais connaissant un peu ses petites manies excentriques de temps en temps ce n'était pas si simple au fond…

« Oh les femmes ne sont jamais là pour aider les hommes dans leurs petites combines décidément... »
Dit-il un peu plaisantin, avant de rajouter. « Faudrait que t'arrive à la convaincre la vampiresse, et ça j'aimerai bien voir comment t'arrive à le faire sincèrement, pour le coup je serai prêt à te payer un tonneau de bière entier rien que pour ça. » Dit-il à moitié sérieux…

M'enfin il était bien content de retrouver le bon vieux Matis qu'il avait connu il y a quelques années de cela, ah franchement avoir un pote avec qui on pouvait rigoler c'était quand même super lorsqu'on avait besoin de se détendre, et puis bon. Même un voyageur un peu solitaire avait besoin de compagnie de temps en temps, et d'humour plus ou moins subtile, et raffiné…

« Plus impressionnant que cela ? Me donne pas envie de demander à ta femme quoi, tu sais que j'en serai capable vu ma légendaire indiscrétion. » Dit-il un peu bonhomme, mais bon il pensait pas que Matis était vraiment un mari battu par sa femme, cela avait l'air plutôt d'une relation saine dans les faits.

Enfin toute les femmes avaient toujours le don d'avoir leurs mystères visiblement, dans les faits souvent Gorder trouvait les hommes plus simples, même son ancien ami Merithyn qui n'avait plus fait entendre parler de lui, à se demander si ce dernier était mort… Peut-être, probablement même en vérité… Alford ne préférait pas trop y penser cela pourrait le rendre amère, il consacra donc son esprit à autre chose.

« Je te prend pour Matis Falkire l'homme dont « ennui » est le deuxième prénom je suppose, mais c'est un trait que nous partageons tout deux donc ne soit pas honteux. » Dit-il un peu bourru…

[…]

« En même temps faut déjà en avoir sacrément bu de l'alcool pour avoir envie de se battre dans cet état. » Dit Alford philosophique, pour sa part même s'il aimait boire, il évitait généralement peu avant un affrontement surtout un combat sérieux avec un minimum de conséquences.

Alford manque de bouffer d'ailleurs à la remarque de Matis sur la mère de ce dernier, haha c'était ça… M'enfin Alford trouvait qu'il avait de la répartie mine de rien le blondin, à se demander s'il ne s'était pas sérieusement entraîné pendant les dernières années. Il répondit dans tout les cas sincère.

« Ma foi je pense qu'on peut le dire, en même temps on ne demande pas forcément trop de rendre des comptes à un ancien paysan contrairement à un noble qui a des devoirs… M'enfin de toute j'en ai rien à fiche au fond, au pire si l'employeur est noble c'est une bonne raison pour demander une plus grosse paye. » Dit-il pragmatique.

Dans tout les cas il tâchait de montrer quelques techniques à Falkire, comment il fallait faire pour maîtriser sa lame plus efficacement, avec plus de facilité… Cela aiderait certainement ce dernier, et puis comme ils étaient amis de toute manière, peu de chance qu'ils tentent de s’entre-tuer un jour. Et puis bon il aimerait bien voir un épéiste comme Falkire arrivait à rivaliser sérieusement avec lui un jour, cela serait sans doute amusant…

« L'épée est vivante à sa manière. » Dit-il sérieux, avant de rajouter.

« Ton épée est une partie de toi, elle est une extension de ton être, elle est ta compagne à la bataille. Ce n'est pas un outil que tu manie, l'épée à sa volonté qui est une extension de la tienne dans les faits, lorsque tu la manie si tu sent qu'une manière de la manier est plus naturelle qu'une autre il ne faut pas hésiter à se calquer sur cela. » Dit-il instructif…

Puis alors que son ami commençait à lui mettre plus de difficulté dans les temps, Alford fit un pas en arrière et un grand moulinet pour détourner le coup de Falkire du fort de son épée, cela avait été sacrément difficile.

« Voilà ! Là tu me fais plaisir, hésite jamais à sortir des bottes, ou des attaques surprenantes pour que ton adversaire soit prit au dépourvu... » Dit-il alors qu'il fit un mouvement circulaire du coup, avant de se baisser, sa jambe rasant le sol avec sa lame comme pour essayer de renverser Matis, ce dernier esquiva mais ce fut une idée. Alford n'était pas aussi agile qu'il aimerait l'être pensa t-il…

« Chaque lame a sa manière d'être, sa façon à elle d'être manier. Soit à l'écoute de ton épée, apprend à la connaître, bon j'ai l'air d'un vieux sage gâteux à dire cela mais voilà c'est l'idée en somme. Apprend tout d'elle, son équilibre, son poids, ses points forts, ses points faibles. » Il semblait cette fois-ci s'amusait à attaque par le bas avec son épée comme pour forcer son ami à se défendre là pour ensuite le bousculer…

« Et surtout le plus grand de mes conseils, varie les adversaires… N'affronte jamais que des épéistes, ou des guerriers musclés, ou fin. La nouveauté est la force pour apprendre, et il ne faut jamais rester dans la routine, qu'en pense tu ? » Lui demanda t-il alors qu'il avaient à nouveau un instant de pause dans cette petite joute amicale… Avant d'achever.

« Et surtout entraîne toi aussi sérieusement face à des guerriers en armure lourde, ce sont les plus agaçants à affronter avec une épée à cause de leurs armures de plaques sur laquelle elles ricochent, il vaut donc mieux prendre le pas, et s'entraîner avec l'un d'entre-eux pour que le jour où il y ait un combat à mort contre un guerrier comme cela tu sache quoi faire. Viser les points faibles, les prendre à défaut, ou autre selon ton imagination. » Il disait cela car il avait déjà pu faire l'expérience, et Matis sans doute aussi probablement...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mer 15 Juin 2016 - 14:00

Matis soupira en écoutant la proposition de son ami. Le problème n'était pas lui... C'est juste qu'il arrivait pas à les laisser partir, c'était un papa poule après tout non ? Il fallait qu'il tienne son rôle à la perfection ou ne pas le tenir du tout.

Le problème n'est pas de te laisser à toi.... C'est juste que j'ai du mal à les laisser partir loin de moi. Peut être que je ne suis pas fait pour les voir grandir trop brutalement n'est ce pas ? Mais je ne doute pas que tu saura leur apprendre plein de chose... Notamment courir sur les toits n'est ce pas ?

Le commandant rigola franchement en écoutant la proposition de son ami... S'il voulait voir cela il allait devoir participer car là, Matis risquait gros contre la vampiresse. Surtout quand on savait comment c'était conclu leur dernière rencontre...

D'accord, mais il faudra que tu vienne avec moi, sans quoi je ne ferais rien. J'aurais besoin de toi comme bouclier humain et réserve sanguine au cas où il lui prendrait l'idée pas si folle de m'attaquer. Elle n'est pas trop commode, mais ça tu le sais déjà n'est ce pas ?

Il rit sans se retenir en repensant à tout ce qu'elle lui avait déjà fais subir par le passé. Sacré personnage qu'il pouvait être... Le commandant était curieux de savoir comment il allait faire pour recoller les morceaux avec elle, c'était sans doute un moment fantastique à voir, pas le genre de chose que l'on peu voir tout les matins en se levant...

J'ai une bonne idée de ce que tu serais capable de faire uniquement pour avoir de quoi parler sur moi. Venant de toi il n'y a plus grand chose qui m'étonnerait... Encore que non, oublis ce que je viens de dire ça pourrait te donner de mauvais idée pour la suite... oublie ça vite fait hein ?

En même temps si je m'appelle Ennui toi c'est emmerdement maximum qu'il faudrait t’appeler.... A nous deux on fait une sacrée belle paire de malchanceux n'est ce pas ? Bha, un jour le vent tournera tu verras...


Il n'en était pas tout à fait sûr mais ce n'était pas si grâve que cela après tout... Ils avaient déjà tout ce qu'ils pouvaient souhaiter...

[...]

Il sourit à sa remarque. L'autre n'avait pas tout à fait tord, surtout quand on tombait sur des spécimens comme Alford ou autre personnage de ce fantastique niveau de bretteur.

A ce niveau là l'alcool ne sert qu'à couvrir la bêtise qui s’amoncelle dans le cerveau et l'esprit. Remarque ce n'est pas plus mal non ? Ça facilité les choses je trouve.

Il soupira gentiment à la remarque du mercenaire. L'autre n'avait aucune idée des devoirs d'un noble, et c'était tant mieux pour lui car il échappait à beaucoup de chose qui n'était pas forcement une bonne chose...

C'est normal, ton rôle de paysan c'était de me trouver de quoi manger pendant les sempiternels repas de famille qui n'avait jamais de fin....

Heureusement tout deux avaient changés depuis ce temps là, il n'était plus l'héritier des Falkire, il était n'était plus un paysan. Ils étaient frères d'arme et cela valait plus que tout pour Matis.

Héritage est vivante, c'est sûr pour moi. Reste à savoir jusqu'à quel point elle me semble l'être. J'ai la vague impression qu'au plus je m'en sers, au plus son pouvoir s'ouvre et se libère au monde. C'est vraiment une impression particulièrement agréable par moment. Peut être n'est elle pas le simple morceau de vieux acier qu'elle semble être...

Il hocha la tête à la remarque de son ami, il s'était donné à fond pour cela et il écouta avec attention ce qu'il avait à lui dire. Chaque renseignement était bon à prendre dans le cadre de sa formation à l'épée. il n'était pas foncièrement mauvais, il se débrouillait même bien, mais il lui fallait un maitre pour atteindre le prochain stade. Et Alford pouvait l'aider à l'atteindre.

Tout en se défendant il répondit à Gorder en souriant, il était en train de progresser, il le savait.

La routine c'est mortel comme dirait l'autre... Mais oui il nous changer les habitudes et conduire l'ennemi là où on le souhaite. C'est notre rôle après tout non ?

Il recula rapidement il inclina légèrement la tête en remerciement de ce qu'il lui apprenait. Mais, c'était plus fort que lui, il ne résista pas à prendre un air et une voix qui n'était pas la sienne. Comme une nouvelle boutade, une de plus après tout.

Merci ô grand Alford de m'apprendre à me battre !
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Dim 19 Juin 2016 - 20:15

Alford comprenait la façon de penser de Matis, et ce malgré le fait que lui-même ne soit pas père. Après tout des enfants ce n'était pas rien, et il était normal d'y faire attention. Dans tout les cas cela l'amusait bien, surtout en pensant au Matis célibataire d'il y a quelques années...

« Ah, ils sont encore tout bambin en même temps, t'aura le temps de te faire du souci par contre quand ils seront presque adulte, car à cet âge là tout le monde a de folles idées en têtes, et souvent aime mettre en doute l'autorité parentale, quand à ce que je pourrai leurs apprendre... »
Dit-il en prenant l'air de réfléchit avant d'ajouter. « Peut-être qu'il vont finir comme moi, et décider de partir bourlinguer sur les routes si tu me laisse trop les fréquenter, on sait jamais... » Tout cela dit au second degré bien entendu.

« Oh au pire on n'a qu'à se faire oublier d'elle, je suis sûr qu'une femme vampiresse ça finit par oublier ce genre de chose avec le temps. » Plaisanta t-il car il savait très bien que non, disons que les vampires étaient du genre rancuniers, m'enfin au fond il préférait en rire qu'en pleurer… M'enfin dans le pire des cas ce n'était pas sa priorité du moment, et puis il avait le temps devant lui pour préparer cela, et faire d'autres choses avant. Après tout il valait mieux éviter de trop se presser quand on traitait avec les vampires.

« C'est oublié vieux, comme la fois où on s'est accidentellement embrassé lors d'une fête à Aigue Royale. » Dit-il en riant aux éclats, oui ça avait été un moment très gênant sur l'instant que cet accident, mais il en riait presque aux éclats aujourd'hui, ah le bon vieux temps…

« J'espère que le vent tournera, j'ai même acheté un grigri pour cela ! » Dit-il amusé en sortant une sorte de grigri de sa poche, le genre que portaient les gens qui voulaient se porter chance, en tout cas pour sa part le fait d'en avoir acheté un l'amusait plus qu'autre chose. « Tu devrait t'en payer un tiens, ou à tes gosses, on sait jamais la malchance se transmet peut-être aux descendants... » Acheva t-il amusé.

[…]

Il fallait être naturel dans sa manière de manier l'arme selon Gorder, se battre d'une façon qui ne correspondait pas à sa personne n'était jamais une bonne idée, bien au contraire, et chacun avait ses points forts après tout.

« Oh c'est sûr que tout est plaisant quand c'est plus facile, par contre quand on est habitué à la facilité ça devient plus enquiquinant quand les choses se corsent. » Dit-il amusé.

Et oui Alford ne savait pas grand choses des devoirs d'un noble, en même temps un fils de paysan n'était que rarement au courant de ce genre de choses, pour peu qu'il en ait envie s'il en avait l’occasion aussi...

« Au moins la nourriture était l'une des rares choses agréable dans tes repas de famille je suppose. » Commenta t-il faussement sarcastique vu la manière dont son ami lui parlait de cela… A sa façon de plus il n'avait pas été paysan si longtemps, ce genre de vue lui avait semblé si ennuyeuse qu'il avait désiré devenir mercenaire dès que possible pour avoir un autre horizon que son hameau natal pour finir ses jours, de plus s'il ne l'avait pas fait il n'aurait sûrement pas pu vivre autant d'aventures…

« Cela me donne envie de te montrer mon espadon tiens… Disons que depuis que j'ai refait forger ce dernier j'ai l'impression d'être en symbiose avec cet arme, le forgeron m'a dit que c'était prévisible… D'ailleurs j'avouerai me sentir mal à l'aise depuis que j'ai dû déposer mon espadon sur ton râtelier, c'est comme si j'avais laisser un bras derrière moi, c'est fichtrement bizarre... »


En somme la magie avait des fois des propriétés particulières, en tout cas il se concentrait malgré tout sur les cours qu'il donnait à son ami. Et ce dernier était très attentif, et très bon élève malgré le fait qu'il soit plus vieux que lui mine de rien… Néanmoins Matis avait du potentiel, et ce serait sympa de l'aider à l'exploiter surtout qu'ils pourraient probablement être amené à se battre à nouveau côte à côté à l'avenir qui sait ?

« Tout à fait, tu apprend vite. » Répondit Alford lorsque Matis confirma le fait qu'il valait mieux éviter la routine qui était une chose finalement embarrassante lorsque l'on sortait de cette dernière lors d'un combat. Prendre trop ses habitudes n'était pas toujours une bonne chose après tout.

« Holà pas trop vite ! Faut déjà que je t’apprenne à manier une épée avant de t'apprendre à te battre! » Répliqua t-il lui aussi par une boutade à celle de Matis. Avant de reprendre…

« Bon du coup on du coup répéter un peu… Je te propose qu'on fasse un combat amical là pour que tu puisse t'exercer. A toi l’honneur... » Acheva t-il en faisant un pas en arrière avant de se mettre en garde centrée, vu la manière dont il tenait l'épée il pourrait sans douter faire des parades agressives, en somme parer les coups attaques en donnant des coups pour ne pas laisser de répits à l'attaquant tout en se défendant… A voir comment Matis comptait exploiter cela.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Lun 27 Juin 2016 - 9:18

Alford avait parfaitement raison, jamais il n'arriverait à les cloisonner à la maison, jamais il ne pourrait leur interdire de faire ce que lui même avait fait par le passé. Mais pour qu'ils puissent le faire dans les meilleurs conditions, ils devraient se préparer, et qui de mieux que ses amis pour l'aider dans cette difficile entreprise ?

Oh tout ça c'est vrai... Néanmoins j'espère qu'ils seront prêt le jour où ils feront cela, du moins aussi prêt que cela est possible. Après tout tu sera là pour m'aider à les préparer n'est ce pas ? Un bon maître des lames autre que leur père sera toujours plus efficace non ?

Matis sourit à la remarque de son ami. Oui il n'avait qu'à se faire oublier d'elle. Mais comment faire cela avec une créature centenaire et avec une espérance de vie et de mémoire qui dépassait l'entendement ? Sans parler qu'il faisait référence à une événement qu'il n'avait lui même pas forcément oublier. Alors il rit en repensant à cette scène hors du commun qu'il n'appréciait pas vraiment. Mais il gardait quand même un souvenir joyeux de cette époque... Avant l'Aube Rouge, avant que le sang ne coule tel des torrents.

Oui alors le jour où tu arrivera à faire oublier quelque chose à un vampire tu m'appelle, mais avec un peu de chance elle nous croira mort ou que sais je de plus. Ensuite sache que je n'ai pas oublier cet événement du coup cela ne va pas en me rassurant...

La dernière parole de son ami le fit sourire et lui même souleva le collier qu'Autone lui avait offert. Ce n'était pas vraiment un grigri prte bonheur, mais il lui permettait de voir l'état de santé de sa femme, et pour le coup il se rendit compte qu'elle était soucieuse. A quoi pouvait elle bien penser à cet instant ?

j'ai déjà tout ce qu'il me faut niveau grigri ne t'inquiète pas. Et les jumeaux sauront se débrouiller sans cela j'espère. Peut être même que l'un des deux développera des pouvoirs de mage et dominera la terre un jour. L'Empereur Falkire... C'est quand même la classe non ?

[...]

C'est sûr... Mais parfois un peu de facilité ne me ferait pas de mal après tout ce que j'ai vécu de complexe...

Matis hocha tristement la tête quand il lui parla de ses devoirs et de ce qu'il devait à la cité qui l'avait vu naître. L'autre n'avait aucune idée de tout ce qu'il avait dû subir.

Oh tu n'es pas loin du compte. Bien entendu tous les nobles n'étaient pas des buses, mais la plupart n'étaient intéresse que par la montée en puissance et en pouvoir. Moi j'étais à l'armée du coup j'en profitais pour ne pas me pointer à la majorité des banquets et autre. C'est mon frère qui s'y collait, c'est lui qui savait flatter et tenir une discussion. C'est lui qui a trouvé une épouse avant moi pour garantir la survie de notre famille.

Quand je vois comment ça c'est fini... Je ne suis pas mécontent du résultat et de mes actes passés. Mais le pire dans tout ça c'est le fait que j'ai épousé une roturière... Combien m'on traité de fou, bon après quand ils se sont rendu compte que l'Empereur des elfes était mon ami et témoin de mariage les rires ont vite cessé.

Etrangement j'ai beaucoup plus d'ami depuis. Surprenant n'est ce pas ?


Finit il par dire en plaisantant.

L'entrainement était intéressant et ses explications sur son épée l'était tout autant car Matis vivait la même chose avec Héritage. Néanmoins il avait aussi raison dans le sens où un combat l'aiderait plus à voir de quoi il pouvait être capable. Alors il attrapa fermement son épée.

Tu es sûr ? Bon et bien n'attendons plus vraiment dans ce cas !

Il attaqua rapidement son adversaire mais il s'tait déjà mis en position, ce n'était pas vraiment une surprise mais tout de même. Un coup à gauche pour essayer de le déstabiliser, un coup à droite tout en verticalité pour tenter de passer. Matis essayer d'attaquer de tous côtés pour passer les défenses de son ami mais c'était autre chose que contre un simple soldat, il s'attaquait à un maitre d'arme après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mer 29 Juin 2016 - 16:22

Eh bien ce serait une intéressante perspective s'il devait apprendre aux enfants de Matis à se battre à l'épée, mais bon en même temps il était bien de transmettre ce savoir quand on avait élevé celui-ci au niveau de talent comme Gorder, sinon eh bien ce dernier risquait juste d'être perdu, et cela été dommage surtout si cela pouvait aider ceux qui en avaient réellement besoin…


« Ah c'est sûr que le problème avec le père qui fait maître d'épée, c'est que comme c'est le père les gosses ont tendance à être moins intimidés, ou sérieux je suppose, tandis que si c'est l'ami de la famille ils sont tout de suite plus attentif, enfin on verra bien... »


Mais bon lui même n'était pas totalement sûr de cette théorie, comme il n'était pas sûr au sujet du fait d'arriver à se faire oublier de la vampiresse, après tout les vampires avaient tendance à avoir une mémoire qui durait sur l'assez long terme, et s'il avait des descendants il espérait bien qu'elle n'aille pas s'amuser à prendre sa revanche sur eux, quoique il ferait en sorte de l'en empêcher si nécessaire, ou son protecteur Verith serait là pour cela sans doute… Et il était vrai qu'eux-mêmes avaient eu de sacrée histoire il y a un moment avant que ces histoires de prophétie viennent tout mettre en bazar…


« Je suis sûr que l'on pourrait faire un jolie roman d'aventure, ou satirique avec nos vies à tout deux. Gorder, et Falkire les deux guerriers qui ne savent vivre que par les ennuis qu'ils accumulent rien qu'en respirant, ou « les ennuis ne viennent pas à eux, ils viennent aux ennuis ». » Dit-il amusé par ses propres paroles avant de réfléchit…


Et... L'empereur Falkire? Qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre sérieusement pensa t-il presque au bord d'éclater de rire, enfin si ce dernier était aussi mal à l'aise avec la politique que son père ils seraient dans de beau draps dans tout les cas…


« Oui oui, probablement que ce sera un nouvel empereur fou qui nommera son cheval duc, et un poulet baron, et qui prendre une elfe comme femme histoire de ne pas avoir de gosses. Ce sera un règne magnifique j'en suis certain. » Ajouta til un peu bourru….


[…]


« Avoue que la facilité finirait par t'ennuyer mon ami, la difficulté a sans doute ses tracas, mais au moins la vie ne finit pas par être lassante. » Dit-il un peu pensif au sujet de tout ces ennuis, après tout même s'ils s'en passeraient bien au moins cela rendait leurs vie grisante, et exaltante d'une certaine manière…


« Ah ça je ne connais pas, moi j'ai vécu la vie du fermier jusqu'à mes 18 ans puis je me suis engagé dans la milice, et me suis dit que je n'avais pas envie de passer ma vie à traire des chèvres alors je suis partit sur les routes, par le dracos comment ce seraient passés les choses si j'avais décidé de rester à ma ferme au lieu d'aller à l'aventure, et de me mettre dans toutes ces histoires ? » Dit-il presque songeur à tout cela… C'est sûr que pour le coup il en avait vécu des aventures !


« Ah bah moi certains me regardant encore mal à cause de mon ancienne réputation, et de ce que j'ai dû faire sous la contrainte chez Vraorg le blanc, du coup pour avoir un peu la paix des fois j'enfile une armure en os de dragon qui cache mon visage, ainsi personne me reconnaît… Et t'as raison c'est sûr que quand on est pote avec l'empereur des elfes ça aide à les calmer les nobliaux... » Lui-même disons qu'il avait certains amis qui dissuadaient certains de lui chercher des noises heureusement…



Et sur ce ils engagèrent un vrai combat d'entraînement pour voir ce dont Matis était capables après ces enseignements, Alford se mit donc rapidement en garde avant que son ami attaque, et était prêt à réceptionner ce dernier… Alford fit rapidement tournoyer ses épées faisant virevolter celle-ci dans ses mains pour parer, et dévier les attaques de son ami. Dans la continuité de ses mouvements prestes Alford partit à l'assaut sans même interrompre son geste tentant non pas de frapper Matis de son épée, mais de dévier avec force l'épée de ce dernier pour ensuite donner un coup de l'épaule pour le reposer d'un mètre avant de tenter une attaque retournée pour le déstabiliser. Après tout il y avait bien des moyens aussi de mettre l'adversaire dans des dispositions qui arrangent l'attaquant… Il attendait de voir comment Matis réagirait à tout ceci, et si ce serait efficacement, après tout son ami pouvait des fois être pleins de surprises, et Gorder voulait voir ce qu'il avait retenu de ces quelques enseignements...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Lun 11 Juil 2016 - 10:37

Il comprenait parfaitement pourquoi il avait besoin de lui pour leur apprendre. Matis pouvait beaucoup leur apprendre en terme de maniement des armes, mais il venait un moment où il devait céder sa place à quelqu'un de plus compétent, et il avait de la chance d'avoir cette personne sous la main. Il n'avait aucun doute sur le fait qu'il arriverait à leur enseigner correctement quand ils seraient en age de comprendre. Ce qui n'était pas tout à fait pour tout de suite ne même temps. Après tout il avait encore beaucoup de temps devant lui n'est ce pas ?

Effectivement, on a le temps de voir venir n'est ce pas ? Ce ne sera pas avant quelques années je pense, alors autant profiter de ce temps pour nous non ?

Matis rit à la remarque du mercenaire, effectivement ils en avaient vécu des aventures, bien trop à son goût maintenant qu'il avait le temps d'y repenser. Et pourtant, il ne souhaitait rien coucher par écrit, si tout ce savait... Si tous savaient ce qu'ils avaient du faire pour être en vie aujourd'hui ils n'arrêteraient pas d'avoir des ennuis et ce n'était pas bon signe.

Hola non ne mettons rien par écrit l'on va se faire des ennemis, sans parler des gens qui penseront que l'on affabule pour vendre plus de livre et entrer dans les légendes. Ce que l'on a vécu est pour nous, c'est déjà bien suffisant je pense non ? Que demander de plus après tout cela ? Franchement je ne sais pas vraiment. Alors autant ne rien changer tant que cela fonctionne un tant soit peu.

Et la dernière remarque le fit éclater de rire, effectivement s'aurait été cocasse, mais il ne fallait pas oublier qu'il serait toujours meilleur que Fabius, et il ne se retint pas pour le lui dire.

Après il ou elle sera toujours meilleur que notre cher Fabius non ? Quand à nommer son cheval je ne pense pas, ce sera plutôt son chien !

[...]

Bien sûr que la facilité ennuie, tu t'imagine si l'on avait toujours un moyen simple de vaincre nos ennemis ? Où serait le challenge ? Et les phrases marquantes ? Comment en faire face à des ennemis qui s'incline trop rapidement. Ce ne serait pas... Drole ? Je ne sais pas si le terme convient.

Quand il lui parla de ses aventures de traites de chèvre comparé à ses dîners à la cour, Matis se rendit compte qu'il n'avait pas vécu une vie bien facile, et pourtant il était là, toujours droit comme un i. Présent pour ses amis et ses convictions, Matis en connaissait bien peu des gens comme lui. Ils avaient beau être différent, tellement de chose les liait que l'on n'aurait pu les séparer aujourd'hui.

Ca aide c'est sûr, après c'est pas mon délire de leur faire voir que je leur suis supérieur, mais certain en tienne une sacré couche. Alors comment faire avec ceux là ? Par moment j'aurais bien envie de les envoyer traire des chèvres si tu me passe l’expression. Mais il parait que cela ne fait pas très "noble". Ce n'est pas ça qui leur ferait du mal à certain crois moi !

Mais il n'était pas là pour lancer son fiel sur les nobles de la cour, il était là pour s'entrainer et se battre en duel avec son ami. Ami qui n'hésitait pas à employer des techniques de combat avancé. C'était donc à lui de faire de même et il partit à l'assaut en changeant rapidement de direction. Haut, bas, gauche et droite, il essayait tout un tas de combinaison plus ou moins farfelue pour essayer de percer la défense de son ami, allant même jusqu'à utiliser son poing libre pour essayer de créer une brèche mais rien ne passa.

Il se demandait où est ce qu'il avait apprit autant de technique et où il était devenu si fort.

Qui t'a appris à te battre ? Parce que tu te démerde pas trop mal finalement !
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Mer 13 Juil 2016 - 11:24

Le temps c'est de l'argent, voilà ce qu'aurait pu répondre Alford s'il était un tantinet matérialiste, mais matérialiste il ne l'était point, d'ailleurs il hocha simplement la tête pour confirmer les propos de Matis cette fois-ci, en effet autant profiter de ce temps pour eux. Il n'avait rien à rajouter à cela au fond car ils étaient totalement d'accord à ce sujet visiblement, et puis ils auraient sans doute le temps de le voir venir avant qu'ils n'aient tout une barbe blanche à l'extrême, et soient perclus de rides dû à la vieillesse pure, et simple…

Puis au fond pour sa part il avait le projet de boire une potion de jouvence, pas qu'il désirait tant vivre longtemps, mais il avait perdu tant d'années de vie à cause de ces guerres dont il n'avait pas profiter pour réaliser son rêve… Si cette potion lui permettait donc de gagner du temps nécessaire à cela il n'allait sûrement pas rechigner finalement… Au passage d'ailleurs il parla de la possibilité de coucher ce qu'ils avaient vécu par écrit, et étrangement cette possibilité ne semblait pas vraiment enchanter Matis, ah ce dernier était si modeste au fond… Mais bon Gorder comprenait que telle soit la volonté du commandant au final.

« Tu dit cela, mais je suis certain qu'il va quand même se trouver un barde ayant entendu nos exploits qui va en faire un récit lyrique de ces derniers, il va exagérer les choses au point de dire que nous avons affrontés des géants alayiens de 2 mètres 50 aussi épais que des bœufs en armure lourde, et vaincu Vraorg en personne en duel si ça se trouve. Enfin si c'est le cas j'aurai envie d'entendre le récit de ce barde. » Dit-il avec un humour bonhomme comme toujours, enfin en vrai il serait assez gêné qu'on amplifie à ce point là ses accomplissements, et d'ailleurs pour penser à autre chose il conclut au sujet de Fabius.

« Oh tu sais je ne connais pas assez le personnage pour juger objectivement, mais je dois t'avouer que je n'avais guère aimer le fait d'être bourreau impérial à son service il y a quelques années… Et non le coq c'est un meilleur choix je pense. » Dit-il songeur puis ensuite un peu amusé.

[...]

« Je suis sûr que tu as même choisit ta femme pour ne pas avoir trop de facilité dans le vie n'est-ce pas ? » Dit-il au second degré avant de poursuivre. « Pour ma part je trouve surtout que l'on a pas l'impression d'être quelqu'un de talentueux à vaincre trop facilement, ou même de mériter la victoire en effet. Quelle valeur a le combat après tout si ce n'est pas un vrai combat ? » Dit-il simplement, avant de réfléchir à son passé à son tour. Bon une époque assez ennuyeuse dans les faits, mais la vie de paysan n'avait pas non plus était en enfer, juste que disons elle avait été… Morose ? C'est le mot oui…

« Matis, Matis, Matis. Ne va pas tourmenter de pauvres chèvres pour ce genre d'histoires, qu'ont fait ces dernières pour mériter ce que tu envisage de leurs infliger ? » Dit-il d'un ton faussement remplit de reproches avant de dire amusé. « Tu risque surtout à faire cela de les voir revenir énervé car ils ce seraient reçu un coup de sabot en plein visage vu qu'ils n'ont pas la technique disons... » Pour sa part il ne s'en était jamais reçu, mais il avait déjà vu cela se faire…

Dans tout les cas il poursuivirent leurs petits combats, et Matis faisait preuve de toute l'astuce qu'il pouvait faire, pour sa part Alford devait enchaîner les moulinets avec des gestes fluides pour intercepter les coups. Cela demandait une certaine technique, mais donnait l'impression qu'en effet il dansait avec sa lame… Et les astuces de Matis avaient une certaine valeur dans les faits, Alford décida donc suite à cela de passer en posture basse…. Avant de dire.

« Beaucoup, beaucoup d'entraînement. Pour tout avouer j'ai reçu quelques astuces de la part d'Havard Sven mais pas grand-chose de plus, le reste c'est moi qui l'ait inventé en grande partie. Disons que je ne suis pas assez riche pour me payer des professeurs d'escrimes, et du coup j'ai dû expérimenter. » Dit-il avant de repartir à l'assaut, mais cette fois-ci il prit une arme sur l'établi d'arme à côté de lui pour manier deux épées….

« Prend un bouclier, ou une épée en plus si tu le désire vieux, selon ce avec quoi tu es le plus à l'aise, pour ma part j'ai envie de varier un peu... » Il fit tournoyer un instant les épées dans ses mains peu de temps après que Falkire ait décidé de prendre, ou non quelque chose en plus et repassa à l'assaut. Cette fois-ci il attaque comme une tornade en essayant d'inonder son ami sur les coups en le lui laissant quasiment aucun répit entre chaque nouvelle attaque vu qu'il n'attaquait pas avec les deux épées en même temps ça non mais l'une après l'autre pour enchaîner. Dans les faits c'était une manière de se battre assez fatigante qu’utilisait Gorder, et qui demande une certaine concentration, mais elle avait au moins l'avantage de mettre une pression énorme sur l'adversaire, et de la fatiguer lui aussi...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Jeu 25 Aoû 2016 - 9:23

Matis rit de bon cœur à la blague d’Alford au sujet du barde, il avait beau le dire sur un ton léger, il savait au fond de lui que c’était vrai. Il finirait bien par tomber sur un barde trop curieux, mais alors que lui dire ? Sans parler du fait que ses enfants, à qui il comptait tout révéler allait sans doute en parler autour d’eux. Mais les croirait-on ? Peut-être pas, et c’était sans doute pour le mieux.

Oui et bien en attendant il est clair que certain d’entre eux les faisaient bien les deux mètres cinquante et que beaucoup avec les bras aussi gros que ma cuisse. Mais que veux tu, on leur a quand même mit la tanné, bon ça n’a pas été tout seul, mais où serait le plaisir sans la difficulté… Même si je ne me serais pas assis sur un peu plus de facilité je ne te le cache pas.

[…]

Elle est exceptionnelle. A dire vrai je ne m’en suis pas rendu compte immédiatement lorsque je l’ai rencontré pour la première fois mais depuis que je vis avec elle je m’en rends compte. Elle fait pleinement honneur à ma famille et mes ancêtres et me comble de bonheur que pourrais-je demander de plus ? Je la taquine toujours un peu évidement, mais elle me le rend bien et on dira ce qu’on veux mais sous cette douceur de visage ce trouve une femme de poigne. Et c’est exactement ce qu’il me fallait. Il sourit un instant. Mais ne va pas t’imaginer des choses hein ! C’est pas comme avec ta vampire.

En tout cas il est vrai qu’il n’y a rien de talentueux à vaincre sans péril, là-dessus nous avons toujours été d’accord et c’est bien de voir que les choses ne change pas.


Il observa tranquillement son ami avec un léger sourire en pensant à cette histoire de chèvre. Il avait toujours réussi à le faire sortir de ses gongs même s’il s’était amélioré et se tenait plutôt bien maintenant.

Tu sais bien que j’ai toujours eu de bonnes relations avec les animaux et puis je suis sûr qu’on peut arriver à en faire autre chose que du lait ! Après s’ils se prennent quelques coups bien placé ce ne sera pas pour me déplaire.

Si seulement la noblesse pouvait être moins chiante par moment. Matis n’arrivait pas à comprendre comment il s’était habitué à eux, mais aujourd’hui il avait des responsabilités. Une famille à gérer et à élever, c’était sans doute cela qui l’avait poussé à changer.

Il gardait cela en tête tandis que le combat continuait, et même si Alford ne s’y mettait pas à fond, il savait que cela se passait plutôt pas mal. Il tenait bien le rythme et pouvait même avec le dessus à de court moment. C’était rassurant de voir qu’il n’avait pas tout perdu. Et quand il lui indiqua qu’il avait reçu des entrainements de Sven, il se remémora lui-même les séances passés avec son patron. Dire qu’il n’était plus… Comment des personnes tels que Fabius pouvait survivre alors que d’autre comme Havard y restait…. Il en était dépassé.

Au parole de son ami il attrapa son bouclier méduse et se mit en position.

Tout ceux que nous avons perdu me manque tu sais. Parfois je revois leur visage, leur blagues vaseuses, leurs histoires et leurs morts. Je regrette de ne pas avoir été là pour les aider. Il y a tellement de chose que j’aimerai changer… Mais je sais qu’il est trop tard pour beaucoup d’entre elle… Est-ce pareil pour toi ?

Le combat reprit de plus belle mais ne dura pas trop longtemps. L’attaque d’Alford le choqua même s’il pouvait s’attendre à quelque chose de similaire de sa part il ne pensait pas le voir combattre de la sorte. Il était vraiment d’un autre niveau quand il se donnait à fond et, même s’il ne pouvait pas tenir le rythme trop longtemps, il sût qu’en combat réel il ne ferait pas le poids. Il devait s’améliorer.

Il allait lui dire quelque chose mais une voix dans son dos les fit s’arrêter nettement.

Je vois qu’on s’amuse bien pendant mon absence…

Le commandant se retourna avec un sourire pour observer sa douce épouse le regarder avec un regard mélangé d’amour et d’humour. Elle aimait bien le taquiner aussi, il faut croire qu’ils s’étaient bien trouvé tous les deux. Elle était belle dans sa longue robe et il ne pouvait plus vraiment lui refuser quoi que ce soit.

Allez, venez donc manger un morceau bande de barbare que vous êtes. Mais pas dans cet état ! Allez vous remettre en état sinon je vous interdis de rentré ici.

Matis soupira avant de lâcher quelques mots à Alford en aparté.

Elle a une sacré poigne n’est ce pas ? Allons y avant qu’elle ne nous ramène par le fondement.

Dit il en plaisantant avec de se diriger vers un trépied pour poser ses armes et une bassine pour se nettoyer un peu histoire de ne pas trop marqué devant sa femme qu’il n’avait pas vu depuis longtemps. Ce petit échange avec Alford lui avait fait du bien, il était maintenant temps de l’introduire dans sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis) Dim 28 Aoû 2016 - 21:47

2 mètres 50 ? Eh bien il se demandait si c'était des glacernois, ou des alayiens qu'avait affronté son ami, mais dans tout les cas cela devait être impressionnant à voir si c'était vrai. A se demander presque ce qui est le plus dangereux, un vampire ou une montagne de muscles de 2 mètre 50 de haut ? Bon c'était peut-être une question à la réponse assez évidente dans les faits, mais il aimait bien se la poser juste pour rigoler un peu.

« Une bonne histoire est encore meilleure si un multiplicateur de dix est appliqué aux nombres d'ennemis m'avait dit un barde un peu îvre une fois dans une taverne, ou si le nombre d'ennemi exact est connu il faut dire que ce sont des géants ! A croire que le métier de barde n'est pas si dur au fond quand on connaît les techniques, quoique je ne suis pas très doué à la mandoline... » Acheva t-il amusé.

[…]

Alford sourit de manière compréhensive quand son ami parle de sa femme, et rigola un peu quand l'autre reparla de la vampiresse… Ahhh visiblement ça semblait être le grande amour entre Autone, et son frère d'arme, et sincèrement il espérait pour eux tout le bonheur du monde. Ou en tout cas le plus de bonheur possible, et sur ce ils avaient encore quelques discussions d'hommes à terminer.

« Il est bien que certaines choses restent les mêmes avec le temps, je ne dit pas que le changement est une mauvaise chose, mais à certains sujets il vaut mieux que rien ne change je pense des fois… »

Avoua t-il sincèrement, après tout Alford était le genre d'homme à apprécier garder ses acquis, et que certaines choses restent les mêmes du côté de sa vie privée. Après quand le changement était positif il n'était pas contre loin de là, mais il aimait disons une certaine forme de stabilité. Quand aux relations de son ami avec les animaux...

« Je n'ai pas envie de savoir ce que tu veux dire par avoir de bonnes relations avec tes animaux, surtout que certains de tes soldats m'ont parlé de l'affection que tu porte à ton cheval. » Répondit-il pas le moins sérieux du monde, en faîte car il avait littéralement mentit en disant que certains soldats de Matis lui avaient racontés cela, mais bon c'était pour le bien de la blague. Et puis les militaires avaient des fois l'habitude de sortir des blagues assez comment dire… Peu subtiles sur certaines choses, mais bon sans doute que quand l'on est à l'armée on n'a pas l'esprit de faire de l'humour raffiné.

Et de toute manière il fallait aussi se concentrer sur le combat, et si Alford était un grand bretteur il restait que son ami pouvait être un sérieux adversaire alors autant ne pas se déconcentrer de manière imprudente, car s'il avait bien une chose qui pouvait avoir de lourdes conséquences en combat pour n'importe qui c'était de ne pas faire attention au mauvais moment… Car dans ce cas-là on pouvait être sûr, et certain que l'adversaire en profiterait, d'ailleurs en parlant de combat. Son ami avait décidé de prendre un bouclier pour la suite de l'affrontement, ce qui était clairement une bonne chose il fallait le dire. D'ailleurs Matis aborda un sujet légèrement amer.

« Oui, pour tout avouer j'avais même eu quelques sentiments pour mon ami elfe à l'époque… Et je regrette beaucoup qu'il soit devenu un vampire puis ait disparu » Avoua t-il assez gêné, avouait qu'on avait aimé un homme même elfe était après tout quelque chose de pas forcément très apprécié. Mais bon comme Matis était un frère il pouvait bien le lui avouer, et sur ce il reprit toujours amère. « Je me souviens aussi de Médolie, de Rebrylla, je me souviens de tout ces amis qui ont disparu, et que l'on ne reverra jamais, j'ai vu tant d'horreur, et je me suis promis de ne plus jamais laisser ce genre de choses se produire. Ne plus jamais laisser d'innocents mourir si je peux agir pour les sauver... » Et finit-il convaincu avant de reprendre la joute.

Joute féroce qui s'acheva néanmoins quand une femme… Autone vint signaler sa présence en s'amusant un peu de la scène. Et Gorder ne put s'empêcher de rire de bon cœur en voyant cela, ah ! Quelle meilleure manière d'arrêter un combat amical entre deux amis que la manifestation de la femme de l'un des deux frères d'armes ? Et Alford se contenta de dire quand Autone leurs dit de rentrer manger, mais seulement après s'être changé car ils étaient dans un état peu présentable.

« Ma foi comment puis je refuser une telle proposition. »
Poliment avant d'ajouter lui aussi en aparté à son ami. Avec humour bien entendu. « Pour ça que je préférai les mâles elfes à une époque. » Et sur ce il alla aussi se préparer, et ranger l'équipement qu'il avait prit, par contre avant d'aller manger il alla disons dissiper un peu son sentiment de malais en prenant un instant en main son espadon noir à l'entrée. Parce que bon sang il avait l'impression de laisser un bras derrière lui quand il n'avait pas cette arme sur lui… Et c'était littérale à cause de la magie de l'arme. Enfin sur ce une fois cela fait il ne restait qu'à aller manger avec son ami, et la femme de ce dernier histoire de pouvoir parler tout les trois du bon vieux temps…





Spoiler:
 


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: 5 ans de galère (Pv Matis)

Revenir en haut Aller en bas

5 ans de galère (Pv Matis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» [PREFETS] Que diable allait-il faire dans cette galère ?! [Terminé]
» Comment se retrouver dans la galère... Ou pas.
» Quelle...Galère...Fait...Trop...Froid [PV Maddi']
» Petit job, grosse galére [Orange Town, Rang D, Civil, Livraison]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-