Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ou comment penser à autre chose (Pv Matis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Sam 19 Déc 2015 - 22:42

1er Octobre de l'An 6

En cet instant Lewyn se trouvait à Aldaria, et spécialement dans le palais de la lumineuse. Vêtu de ses ô combien il ne s'était toujours pas habitué à être vêtu comme cela vêtements de conseillers, et il venait tout juste d'accomplir sa tâche de messager de l'empereur, et là à vrai dire...

Il avait surtout envie de se détendre l'esprit voir uniquement envie de cela, car la politique c'était… Comment dire que du point de vue d'un vampire qui a vécu presque deux siècles en tant que vampire errant... Qui a passé une partie de sa vie en tant que renégat du genre révolutionnaire envers l'ancien dirigeant vampirique… Et qui n'avait jamais envisagé cette idée de sa vie que finir conseiller était étrange… Mais il n'avait guère refuser cette positon, après tout il voulait faire changer les choses, mais franchement il trouvait certains des aspects de la chose enquiquinants, heureusement qu'il pouvait vadrouiller en dehors des frontières du royaume vampirique vu qu'il était messager de l'empereur Kylian…

Après il est vrai qu'un vampire c'est censé aimer le pouvoir, et le fait de dominer les autres souvent…. Et il est vrai que c'est le genre de beaucoup de vampire d'aimer ce genre de choses, mais Lewyn était disons ce qu'on appelait un cas à part…. Mais à part à un point qu'il fallait le connaître pour s'apercevoir à quel point on ne penserait pas aisément qu'il est un vampire tellement son comportement était souvent différent… Mais bon comme il le dirait chacun est unique...

Enfin sur ce il avait envie de passer à autre chose, et après avoir fait son travail de messager de l'empereur vampirique il se mit à errer dans les couloirs du palais impérial Aldarien, en bon touriste qui regardait la décoration avec une réelle fascination, et observait de temps en temps les alentours, et l'activité humaine y régnant. Tout ce temps passait, et il s'apercevait encore, et toujours qu'il portait une certaine affection au genre humain… Pas celle de quelqu'un se considérant comme supérieur, ou autre, mais comme celle de quelqu'un qui avait envie d'aborder une personne à la volée, de faire ami avec et d'apprendre à la connaître, on pouvait pour le moment enfin vivre en paix entre les différentes races Armandéennes, et Lewyn comptait bien en profiter après tout.

Et quand à l'idée de sauter (métaphoriquement bien entendu) sur quelqu'un pour faire connaissance, pourquoi pas ? Bon bien entendu il n'allait pas aborder des nobles, pas qu'il ne pouvait pas car son poste de conseiller lui donnait un certain rang après tout, mais le protocole tout ça… Rien qui ne lui fasse vraiment envie au final, et d'ailleurs il commençait mine de rien à s'égarer… Vers ce qui semblait être un terrain militaire, mmmh il chercha du regard quelqu'un qui semblait sympathique et qui n'était pas occupé avec beaucoup de monde dans un débat animé, il réfléchit à un plan d'approche rapidement, et se lança. Avec un sourire agréable, et franc aux lèvres.

« Bonjour messire. Veuillez m'excuser pour ce dérangement mais disons que je suis arrivé depuis peu dans ce palais, et comme je risque de m'y attarder quelque temps je venais quérir humblement l'aide de quelqu'un qui semble connaisseur des lieux. Ainsi que la cité d'Aldaria en elle-même. Et qui pourrait ainsi me parler des us, et coutumes des habitants. » Il mima un salut polit, et conclut finalement. « Si cela ne vous dérange pas bien entendu. Je me nomme Lewyn Viladric, à qui ai-je l'honneur ? » Finit- avec naturel, et toujours avec un fin sourire, en attendant de voir la réponse du militaire en face de lui. Même si mine de rien maintenir un langage aussi soutenu lui demandait encore un peu d'effort... Mais bon autant éviter de paraître grossier après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Lun 21 Déc 2015 - 12:08

Le combat était terminé, Vraorg avait été vaincu mais il ne se sentait pas totalement convaincu par les événements qui avaient suivi. Des années de combats s'étaient terminées en une seule et terrible bataille dans le désert du protectorat. Cette bataille qui avait vu la fin de la théocratie ainsi que la mort de centaine de personne, des amis, des ennemis, des membres de sa famille. Son père avait trouvé la mort durant cette bataille, c'était lui même qui l'avait tué, mais n'était ce pas son rôle alors ? Il était le chef de la famille Falkire et avait dû régler de lui même ce problème. Il n'en était ni satisfait ni mécontent, il avait uniquement dû le faire. Mais on ne se relevait jamais vraiment de la mort d'un proche, d'autant plus quand on le tu soit même... Il allait devoir vivre avec cela sur la conscience. Un parricide, voile ce qu'il était devenu...

Mais il devait penser à autre chose, d'autant qu'il devait essayer de reconstruire sa vie avec sa femme, avec ses amis et ceux de sa famille qui n'étaient pas mort durant la bataille précédente. Ils avaient quitté le désert pour rejoindre un lieu que Matis ne connaissait que peux car il s'agissait d'Alderia la Lumineuse, Capitale du nouvel 'Empire' de Korentin Kohan. Il avait fait le choix de suivre cet homme et non pas son cousin Fabius qui avait hérité de Gloria et de ses Alentours ainsi que d'Elenna. Ville qu'il avait immédiatement confié à son sous-fifre favoris... Sa ville avait changé de nom et n'était plus la place forte qu'elle fut jadis, elle n'était plus la moitié de cette somptueuse citée qui avait vu grandir sa famille... Et aujourd'hui elle n'était plus. Il ne pouvait plus la considérer comme sa patrie, il devait changer sur ce point aussi... Tellement de chose à prendre en compte, tellement de chose à modifier et de nouveaux codes à apprendre....

En tout cas il devait aussi reprendre son rôle de commandant, il avait beaucoup de gens à rencontrer, des soldats à formé et à remettre en marche pour servir ce nouvel Empire. Il s'était placé dans une des nombreuses cours d'entrainement du palais, devant une grande table faite de bric et de broc. Sur celle ci il avait étalé de nombreuses notes, des cartes et des gravures des environs ainsi que des besoins de ses hommes. Mais aussi des siens et ceux de son nouveau maitre. Korentin. Mais il n'y avait pas que cela en jeu car il devait défendre son nouveau foyer contre les possibles ennemis de son seigneur car, malgré tout ce qu'on pouvait lui dire, il restait sur ses gardes. Peut être n'avait il que trop connu la guerre.

Il remis en place son lourd manteau qui ne le quittait plus depuis des années déjà et réajusta son armure elfique si particulière. Il posa Héritage sur la table et réfléchit au prochain entrainement et exercice de ses soldats, mais il dut rapidement penser à autre chose. Fasse à lui arrivait un vampire vêtu de bien belle et riche manière. Il ne le connaissait pas mais reconnaissait clairement la marque des conseillers vampirique de Kylian. En pensant à lui il se rendit compte qu'il connaissait personnellement la majorité des seigneurs de cette terre... Lui, un simple commandant.

Il se ressaisit et salua le nouveau venu de la meilleure des manières et écouta ce que l'autre avait à lui dire. Il finit ensuite par lui répondre en souriant, après tout, pourquoi ne pas faire une petite pause ? Aucun dragon ou théocrate ne risquait de lui tomber dessus maintenant.

Matis Falkire, commandant de cette petite armée que vous voyez ici bas. Pour le reste je ne suis pas sûr de bien pouvoir vous aider messire. Cette ville n'est pas la mienne et doit m'être presque autant étrangère qu'à vous.

Néanmoins, j'ai un peu de temps, et si cela vous dit nous pourrions visiter les lieux ensemble ? Il serait inconvenant qu'aucun soldat n'escorte une éminence tel que vous n'est ce pas ? Mon seigneur et le votre serait mécontent s'il vous arrivait malheur hors de ces murs. Les gens ne sont pas encore... Bien acclimaté avec les vôtres.

Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Lun 21 Déc 2015 - 20:41

Lui vêtu de belles manières… Dire qu'il y a trois ans de cela il aurait bien rit si on lui avait dit qu'il serait conseiller un jour, et qu'il devrait se vêtir comme un conseiller si possible… Ah par le dracos Lewyn n'était de plus pas vraiment en affection avec le fait qu'on le traite comme une personne de haut rang. Peut-être qu'il s'y habituerait un jour, quoique le connaissant ce serait plutôt l'inverse vu qu'il était du genre à craindre de prendre la grosse tête… Mais quand même trois siècles de travail à essayer de travailler sur l'instinct vampirique pour arriver à exercer un certain contrôle dessus, autant faire en sorte que ce ne soit point gâché si possible... Mais ce qui faisait qu'il aimait tout de même ce travail de conseiller/messager impérial c'est qu'il était souvent en contact avec les autres peuples. Exerçant son intérêt étranges pour un vampire pour les humains, et les elfes. Étrange dans le fait que ce n'était pas le moins du monde en rapport avec le sang...

Et cette humain lui répondit avec le sourire, et rien qu'à entendre ses propos Lewyn sentit qu'il l'appréciait déjà, comment ça il ne lui en fallait pas beaucoup pour apprécier quelqu'un ? C'est qu'il n'était pas difficile à vivre après tout nôtre cher Viladric, bien au contraire. Enfin dans tout les cas il garda son fin sourire en écoutant attentivement le commandant humain, ah oui Matis Falkire ! Il avait entendu parler de lui, le survivant… Qui avait été torturé par cette sadique de dame de fer conseillère du prince noir, ah sérieusement il plaignait ce pauvre homme, comme tout ceux qui avaient souffert de la main de Wintel... Mais bon il n'aborda pas le fait qu'il avait entendu parler de l'homme de sa réputation, après tout ça pouvait peut-être remémorer de mauvais souvenir à ce dernier... Au contraire il parla donc de quelque chose de plus léger.

« Pour tout avouer je voulais avant tout juste passer un peu de temps en compagnie de quelqu'un qui me semblait agréable, et faire connaissance avec cette dite personne en oubliant le travail pour un temps, et l'excuse de vous demander d'être mon guide m'avait paru excellente pour vous aborder, et vous convaincre de cela. 
» Avoua t-il en prenant un sourire sincère.

Puis Lewyn ne pu s'empêcher d'éclater d'un léger rire aux paroles suivantes du soldat, mais un rire assez joyeux, et nullement moqueur avant de s'excuser quand il arriva à se reprendre, et de dire.

« Désolé, mais disons que le fait qu'on m’appelle messire, et qu'on me traite d'éminence m'est encore tout drôle… Ah mon dracos, je pensai que les poules auraient des dents avant ce genre de choses… Enfin de toute manière pas question de prendre la grosse tête à cause de ceci, manquerait plus que cela après tout. » Dit-il un peu d'ironie avant de poursuivre d'un air bon vivant. Et totalement en contraste avec le fait qu'il était un vampire.

« Rendez moi service je vous prie ne m’appelez pas messire, sauf si c'est obligatoire, mais sinon je préférerai éviter. Appelez moi Lewyn, ou Viladric si vous le voulez. Et oubliez les formalités à mon égard en dehors des murs, je sais c'est étrange comme demande de la part d'un conseiller, et encore plus d'un vampire, mais pour ma part je préfère traiter avec les autres d'égal à égal quel que ce soit leur race, ou leur rang social. » Oui c'était vraiment bizarre comme demande de la part d'un vampire, et il s'attendait à ce que l'humain le regarde étrangement, mais après tout Lewyn admettait son excentricité. Et invita d'ailleurs le commandant à lui emboîter le pas d'un court geste tout en plaçant un petit trait d'humour.

« Et puis je sent que si je dois encore passer ne serait-ce que dix minutes aujourd'hui à maintenir un langage soutenu, je vais finir par avoir l'impression qu'on ma mit un balais aussi profondément dans le derrière que certains nobles de cette cour. Mon dracos plutôt affronter Vraorg ressuscité que devoir passer le reste de la journée à faire cela... » Puis reprenant son sérieux il poursuivit.

« Alors Matis pensez-vous à une idée de lieu en particulier ? » Demanda t-il ensuite d'un ton qui se voulait affable avant d'achever par quelques propos. « Et je dois vous avouez que même si les temps actuels sont à la paix je ne m’attendait pas à ce que vous fassiez preuve de tant d'ouverture d'esprit, et accèdiez aussi facilement ma demande, pas que cela me dérange, mais bien au contraire… Puis je vous demander pourquoi ? » Demanda t-il un brin curieux son sourire amplifiant d'autant plus l'air juvénile de son apparence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Lun 4 Jan 2016 - 17:54

Matis écouta et observa attentivement la personne qui se trouvait en face de lui, il lui souriait sans se retenir tant il commençait à apprécier ce vampire… Ce serait peut être le second ou le troisième qu’il pouvait se targuer d’apprécier pour de vrai… Et puis il en avait marre de se faire des ennemis, trop longtemps il n’avait vu les vampires pour ce qu’ils furent, il voulait à présent donner une chance à ceux qui l’abordait cordialement. Bon il y avait aussi le fait qu’il était dans d’excellentes dispositions en ce moment et ce, depuis plusieurs mois déjà. Pourquoi ? La guerre finie il se devait de refonder sa famille, de la guider du mieux qu’il pouvait, de conduire les gens dont il avait la responsabilité vers un monde meilleur et de paix. Et si pour cela il devait fraterniser avec des vampires ou des Alayiens alors soit, il mettrait de l’eau dans son vin et laisserait de côté sa haine et sa colère. Il l’avait déjà déversé sur Vraorg et ses sbires et continuait de la passer sur les bandits qui ne comprenaient pas que la fête était terminée depuis longtemps.

Quoi qu’il en soit, les premiers mots du vampire le marquèrent et le firent sourirent tranquillement. Il comprenait parfaitement ce que l’autre voulait dire et partageait son analyse sur l’état de la cours et sa propension à en faire des tonnes pour vraiment pas grand-chose. D’autant plus que Matis était de noble lignage, qu’il avait participer à la guerre, avait une certaine réputation et avait sût se faire une place dans le monde de Korentin Kohan. Combien d’autre noble aurait pu en dire autant ? Il ne le savait pas mais au vu des propositions qu’on lui avait fait… Surtout avant que l’on ne le sache marié… Puis ça avait été les rumeurs et autres… Matis avait laissé couler pour le moment, mais viendrait un moment où il n’accepterait plus ce genre de propos. L’Empire n’était plus, la société était resté la même et il était encore mal vu que les nobles fréquentes des gens « en dehors de cet entre soit ». Et de ce fait la famille Falkire était particulière puisque sa propre sœur avait fait ce choix ne restait plus que la seconde… Et Matis savait le nombre de prétendant qu’elle avait… Car beaucoup devait passer par lui. Mais ça s’était un autre problème qu’il choisi de chasser de son esprit pour se concentrer sur son interlocuteur.

Je ne vous le fais pas dire… Je fais partie de cette cours comme vous dite, et je peux vous assurer que je n’ai que rarement vu quelque chose d’aussi affligeant. Par moment j’en viens à plaindre mon souverain… Devoir consacrer une part non négligeable de son temps avec ces gens là est toujours quelque chose qui m’a semblé insupportable. Mais, après tout, je ne suis qu’un noble de « second rang », et un militaire avant tout, cela ne me concerne pas. Néanmoins j’aime à garder un œil attentif sur les intrigues de la cours, il serait dommageable d’avoir de nouveaux problèmes comme par le passé n’est ce pas ?

La séparation de mon peuple en deux entités est déjà suffisamment difficile à appréhender pour que je ne laisse quelques prétentieux ou opportunistes mettre à mal ce que nous avons battit avec tant de sacrifice. Mais vous voyez très bien de quoi je veux parler n’est ce pas ?


Matis balaya tout cela d’un revers de la main et poursuivi.

Enfin bref, tout ça pour dire que ce n’est pas avec moi que vous aurez à entretenir pareil langage, premièrement parce que je m’en passerais bien volontiers, et deuxièmement parce que cela perdrait en spontanéité.

Il est néanmoins étrange, Lewyn, de voir pareil comportement de la part d’un Vampire. On vous croit bien hautain et imbu de votre être… Ce qui, il faut malheureusement le reconnaitre, est bien vrai par moment. Mais ceci est aussi le cas avec les Elfes n’est ce pas ? Mais j’avoue connaitre quelques elfes et vampires m’ayant fait mentir sur ce point…

Sans me vanter, je connais votre Souverain ainsi que celui des Elfes, et ces deux êtres m’ont laissé un souvenir…. Impérissable je pense, mais aussi très important.

Matis connaissait très bien l’Empereur des Elfes, en fait il pouvait presque se considérer comme un de ses particuliers. D’un certain côté il pouvait aussi le considérer comme un ami, mais il était toujours complexe d’établir ce genre de relation avec un être possédant autant de pouvoir. En tout cas il avait beaucoup partagé avec sa compagne et se savait toujours le bienvenu en terre elfique, ce n’était pas quelque chose qui se savait à la cours, du moins jusqu’au mariage de l’Empereur… Mais ça c’était une autre histoire.

Quand au souverain Vampirique…. Il ne savait pas trop quoi en penser, Matis le connaissait surtout via Esmelda, par deux fois il l’avait mis à l’amende et lui avait fait comprendre de prendre soin d’elle sans quoi il s’aurait le retrouver. Mais il savait aussi qu’il n’était pas comme n’importe quel vampire, il avait confiance en lui car ses amis lui faisaient confiance et parce qu’il avait la confiance de son roi. Pour le reste il espérait le juger par lui-même un jour.

En tout cas, je peux parfaitement comprendre votre proposition et c’est pourquoi je l’accepte sans hésiter.

Pendant que l’autre lui posait une nouvelle question, Matis rangea Héritage dans son fourreau et la passa en bandoulière par-dessus son lourd vêtement. Il fini par répondre à l’autre en souriant tranquillement.

Et pourquoi pas ? J’ai un peu de temps devant moi et ma femme souhaite que je sois mois préoccupé par la guerre et ses insanités. Nous vivons des temps de paix après des années de guerre, j’ai fais trop de sacrifice pour ne pas profiter d’un peu de calme. Alors pour le moment je ne souhaite qu’une chose, profiter de l’instant présent… Pour le reste, on verra plus tard. De plus, vous m’êtes sympathique et n’êtes pas un de ses conseillers passant plus de temps dans sa tour d’ivoire que dans la vrai vie. Il m’est dont agréable de vous accompagner, d’autant plus que je remplis mon rôle, alors pourquoi ne pas lier l’utile à l’agréable ?

Bien, par quoi voulez vous commencer ? Le palais ? La cité ? Certain quartier sont un sensible du fait de la reconstruction mais d’autres sont fort joli. Après je ne connais pas tout, je n’y suis que depuis quelques mois et ne suis pas originaire de la région.

Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mar 5 Jan 2016 - 21:06

L'humain souriait, et visiblement c'était un sourire sincère qui n'était même pas entaché d'une trace de dégoût. Lewyn appréciait cela, de un parce qu'il n'y était pas tant habitué que cela, après tout les vampires sont une espèce par nature solitaire, et individualiste, et même darwiniste dont les membres se méfient, voir se haïssent facilement entre-eux, et même si les exceptions comme Lewyn existaient les vampires étaient donc généralement du genre à vénérer la puissance, et aussi parce que pas beaucoup d'humains, ou d'elfes pouvaient avoir l'air amical, et bienveillant aussi aisément envers des êtres qu'ils considéraient souvent comme leurs prédateurs, et beaucoup de vampires en retour les méprisaient. En somme Lewyn avait de bonne raison d'être de bonne humeur, sans oublier qu'il préférait être considéré pour ce qu'il était intérieurement lui-même que pour sa race, que ce soit en bien, ou en mal.

Pouvoir donc entretenir un rapport avec un humain, un elfe, ou autre vampire qui n'était pas un rapport de force était donc plus que sympathique pour Viladric. Il n'aimait pas les duels permanents, et même s'il pouvait être obliger à l’occasion d'y jouer avec les autres vampires il préférait éviter quand ce n'était pas nécessaire. Ah c'était aussi probablement pour cela qu'il appréciait tant les humains même si ce n'était pas forcément réciproque… Beaucoup voyaient des défauts chez les hommes, Lewyn lui leurs voyaient énormément de qualités, les enviaient-ils ? Pas vraiment, il avait juste tant voulu depuis si longtemps pouvoir vivre en paix avec ce peuple qu'il appréciait… Et s'il pouvait apprendre à les connaître ce serait avec joie.

« Je me dit que cela doit aussi être assez divertissant à regarder pour un observateur extérieur, pour ma part je me dit qu'il vaut mieux en rire qu'en pleurer, le problème c'est juste qu'il vaut mieux que j'évite d'en rire devant les dits intéressés je présume. » Dit Lewyn ironique avant de rajouter plus sérieux et sur un ton optimiste. « Enfin dans tout les cas j'ai bon espoir pour cette paix, il faut bien après tout avoir de l'espoir pour aller de l'avant. » Avant d'ajouter aux paroles de Matis au sujet des prétentieux, et opportunistes.

« Ah ça je ne le sais que trop bien. » Trop bien, après tout n'était-il pas le sans croc ? Wallam était un ancien renégat, et Lewyn aussi. Et disons que tout les deux avaient fait un joli coup d'éclat avant de partir de l'armée vampirique, Wallam avait libéré les prisonniers des vampires, et Lewyn avait clairement dit ce qu'il pensait du prince noir. Bilan ? Plusieurs années à être traqués à mort par tout les sbires de Lorenz Wintel… Le pire étant que Lewyn ne regrettait pas le moins du monde tout ceci, ah ça son plus grand défaut était sans doute de ne pas savoir faire preuve de l'hypocrisie nécessaire pour ne pas se faire des ennemis animés de mauvaises intentions.

Et il était d'ailleurs content que l'humain soit franc, et partage son point de vue quand aux langages châtiés, et aux protocoles… Lewyn était bien différent de beaucoup de vampires, mais comme beaucoup de vampires Viladric n'était pas du tout une créature protocolaire, pas de politesses stupides avec lui, pas de règles superflus, et surtout pas de risque de le vexer par accident, en somme Falkire pouvait vraiment être décontracté. Même si malheureusement les choses étaient du coup souvent très directes avec les vampires...

« Je ne vous le cacherai pas je suis un original parmi mon peuple, et malheureusement beaucoup des préjugés sur le côté dominateur, et arrogant que portent les hommes sur les miens sont souvent vrai, mais j'ai bon espoir que les choses changent. Et comme je déteste l'hypocrisie je n'ai aucune envie d'encourager les vampires à être meilleur sans faire des efforts pour l'être moi-même. » Dit-il pour être franc envers Falkire quand au comportement de beaucoup de vampires. « Il est d'ailleurs heureux qu'il y ait des exceptions à chaque peuple car si tout le monde était pareil ce monde serait d'un ennuyeux... » Poursuivit-il d'un fin sourire avant d'ajouter. « Je dois avouer que moi aussi je porte une certaine… Estime envers l'empereur elfique. » Dit Lewyn, mais sans préciser d'autres choses, estime suffisait, et puis son alliance officieuse avec le souverain des elfes n'avait pas à être ébruité, c'était entre lui, Aegnor, et Orfraie. Oui cela devait rester officieux pour le bien d'Armanda, mais il n'était pas mécontent de rencontrer un admirateur d'Aegnor, bien au contraire. « Quand à Kylian Wallam j'ai été comme lui l'un des rares à m'être opposé ouvertement à Wintel dès la début de la guerre humaine-vampire. » Dit-il avant de prendre un sourire amusé, et d'ajouter.

« Vous auriez dû voir la fois où j'ai dit haut, et fort ce que je pensai de lui, et de son règne… Disons que ça n'a pas été très bien prit. »


Puis il répondit avec un petit pincement de lèvre approbateur à la réponse affirmative de Matis quand à sa proposition.

« Vous n'aurez sûrement pas à la regretter, je sent même que nous allons passer une très bonne journée. » Après tout ce serait mieux qu'ils s'amusent tout les deux, et puis la vie était d'une certaine manière fait pour en profiter aussi après tout.

« Un raisonnement ô combien approprié, et juste. » Après tout on pouvait bien lié l'utile à l'agréable, quand à la tour d'ivoire il préférait ne pas y penser, cela devait bien être ennuyeux comme genre de vie, lui qui voulait en profiter de son mieux, et la vivre… Qu'importe que ce soit une non vie il comptait bien la vivre bien.

« La cité je pense serait un bon début. » Dit ensuite Lewyn après réflexion avant d'ajouter guilleret.

« On m'avait beaucoup parlé des merveilles d'Aldaria, et en 3 siècles d'existence je n'ai jamais eu réellement l’occasion de les visiter. Autant en profiter dès maintenant après tout ! » Bien entendu son enthousiasme était tel qu'il avait l'air d'un jeune homme qui était sûr de bien s'amuser, et sur ce il poursuivit. en emboîtant lestement le pas à l'humain tout en détaillant patiemment les traits de ce dernier, et de dire songeur.

« Vous n'êtes pas d'ici ? Humm je dirai que par vos traits, et vos atours vous devez avoir des origines Eleniennes tiens ! Ai-je raison ? » Pour un vampire qui avait beaucoup observé les humains pendant ses errances solitaires de ses premiers siècles d'existence on pouvait dire qu'il avait remarqué certains différences entre ces derniers, et enfin il acheva.

« Alors qu'est-ce que peux faire un officier humain par les temps qui courent ? Vous maintenez la paix ? Entraînez les troupes ? Je suppose que vous êtes un très bon guerrier ? Pour quelle raison vous êtes vous engagés? » Commença t-il à dire pour occuper un peu les marches, ah ça il savait être curieux quand il le voulait. Et mine de rien ce Matis Falkire l'intéressait beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mer 6 Jan 2016 - 19:08

Matis eut un petit rire caustique quand il entendit la remarque de Lewyn sur les nobles et sur certains propos que l’on ne pouvait se permettre de porter devant eux. Matis savait parfaitement de quoi il parlait, lui-même avait fait les frais de quelques paroles déplacés à l’encontre de la mauvaise personne, chose qui lui avait couté quelques remontrances de la part de sa hiérarchie pour quoi déjà ? Insubordination ? Son passé le mettait à l’abris de quelques problèmes et ses connaissances pouvaient, dans la mesure du possible, le mettre à l’abris de ce genre de retour de flamme. Hélas ça ne marchait pas toujours et pour le coup il avait dut se prendre quelques reproche sur sa manière de se comporter avec ses pairs. Des pairs qui n’hésitaient pas à le pousser à bout par moment pour tester son soutient. En tant que chef de famille noble ayant pris de l’importance, il se devait de devenir l’égal des autres familles nobles. Mais pas tous ne le voyait de la sorte.

J’ai appris à mes dépends qu’une parole vraie pourrait vous être reproché si elle n’était pas dite à la bonne personne. M’enfin… Moi ce que j’en dis c’est que si ces gens passait plus de temps à œuvrer pour autre chose que leurs fesses, on n’en serait certainement pas là aujourd’hui…

Il haussa les épaules et laissa courir cette idée qu’il avait eu avait l’arrivé de Vraorg, l’Empire aurait du changer quand il en avait eu le temps… Aujourd’hui était un jour tellement différent, oui l’Empire avait changé, à tel point qu’il en avait été détruit et morcelé en plusieurs parties. Les Hommes étaient maintenant séparés en royaume de taille presque similaire, dirigé par deux branches distinctes de la même famille… Les Kohan s’étaient bien planté sur cette question. Et aujourd’hui c’est Armanda qui en payaient les frais, dire que presque tout découlait de la mort du précédent Empereur… Le dernier en fait.

Aux paroles de Lewyn Matis eu un petit rire sombre, oui il comprenait parfaitement le risque qu’avait prit la créature de la nuit en exposant ses pensées. Le prince noir, il ne l’avait jamais rencontré, mais il avait du traité avec certain de ses pires partisans qui lui avait laissé un souvenir plus que marquant en y repensant.

Je vois parfaitement de quoi vous parlez concernant Wintel… Il est de race de ceux qui ne devrait jamais existé, un semblable de Fabius Kohan si vous voulez mon avis… Le genre de personne que je ne pourrais suivre sans m’embrocher sur ma propre épée, ou les passer par le fer.

Avec des propos pareils, j’aurais été mis à mort il y a quelques années à peine… Les choses ont tellement changés et pourtant, pas tant que ça… Etrange n’est ce pas ?


Matis hocha la tête comme pour lui-même avant de poursuivre avec une question particulière dont il se doutait qu’il ne pourrait avoir le fin mot de l’histoire. Il était presque impossible de faire dire ce que pensait réellement le vampire du second Royaume Humain. C’était bien normal, n’était il pas un conseiller et un diplomate ? En diplomatie il n’ ya pas d’ami, il n’y a que des intérêts commun comme dirait certains.

A ce propos, que pense tu de Fabius ? Nous ne sommes pas entre diplomate et ce n’est pas quelque chose que je ferais remonter…. De toute manière je pense que beaucoup on déjà une petite idée de ce que les vôtres pense de lui… Après peut être nous trompons nous…

Matis hocha la tête quand aux paroles du vampire et entraina son partenaire de conversation en dehors de son mini camp militaire à même le palais. Il voulait sortir de ce lieu et prendre du temps pour observer l’extérieur, la citée et ses alentours. Ce n’était pas quelque chose qu’il avait fait par le passé, du moins pas assez pour se sentir encore pleinement chez lui mais bon, il en savait sans doute assez pour lui faire faire un rapide tour du propriétaire. Sans le moindre doute il aurait obtenu plus de réponse avec Korentin comme guide…

Néanmoins le vampire avait quelque chose puisqu’il avait deviné sans grande difficulté les origines du jeune homme. Sa seconde question était plus privée mais il ne voyait pas pourquoi il ne lui répondrait pas sur ce sujet. Il savait que beaucoup se posait ce genre de question et que peu avait une réponse convenable, du moins d’après leurs critères. Alors il lui sourit en hochant la tête avant de lui parler tranquillement.

Effectivement je suis bel et bien d’Elena, mais cela fait longtemps que je n’ai pas vu la cité de mes ancêtres. Aujourd’hui elle est rasée, je ne la rêverais plus jamais si ce n’est dans mes souvenirs. Et ne me parlez pas de cette atrocité que les Gloriens construisent sur ses ruines, elle ne sera pas même le quart de l’ombre que ma cité fut. Ses hautes murailles, la complexité de sa création et de son architecture si particulière. Je ne suis pas objectif sur ce point, mais bien peu de cité ne pouvait tenir la comparaison avec elle. Aujourd’hui encore moins.

Quant à savoir pourquoi je me suis engagé… C’est compliqué. Disons juste que je ne pouvais faire autrement et que de toute manière je ne l’aurais pas souhaité. Ma famille a, de tout temps, offert l’ainé de la famille à l’armée car c’est par elle que nous nous sommes fait. Dès mon plus jeune âge j’ai été éduqué pour prendre la place de mon père et de son père avant lui. Ma famille devait beaucoup à l’Empire et avait juré de le défendre… Aujourd’hui cela est quelque peu remis en cause non ?

Après je ne sais pas si je suis un grand guerrier, beaucoup me surpasse mais je ne me défend pas trop mal d’après ce qu’il se raconte… Mais je n’y fais guère attention, je suis toujours en vie et cela me suffi amplement.


Et toi ? Comment fini on conseiller vampirique alors que l’on était traqué à mort ? Voila une histoire plus intéressante je pense.

Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Sam 9 Jan 2016 - 11:14

Visiblement l'humain, et le vampire se comprenaient sur ce sujet. Même si Lewyn pouvait comprendre que certains aspects culturels pouvaient donner du charme à certain peuples comme les elfes, mais en tant que vampire il pensait que d'autres point par contre relevait plus de la complication pour rien qu'autre chose. Enfin si l'empereur Kylian l'avait choisit comme conseiller c'était qu'il savait à quoi s'attendre, mais remarquons que les deux vampires s'entendait bien donc la chose ne posait pas vraiment de souci… Pour sa part Lewyn n'était pas attaché au responsabilité, l'idée que d'autres dépende de lui à ce point était étrange, et puis le pouvoir donnait responsabilité, et cela endommageait la liberté qu'il chérissait tant, donc s'il avait accepté ce poste c'était bien pour une bonne raison… Prendre parti, et pouvoir entreprendre de rendre la paix durable comme il l'avait toujours souhaité. Non par goût du pouvoir qui n'égalerait jamais son amour de la liberté.

« Ah ça. Je ne peux que vous comprendre, et de plus s'il n'y a personne pour donner son avis il est sûr que personne ne fera rien. Dîtes vous cela Matis, si ces personnes s'opposent autant à ce que vous dîtes c'est qu'ils savent au fond que vous avez raison, ou que vôtre avis sur les choses sera préféré aux leurs. En somme dîtes vous qu'ils vous donnent raison à ainsi s'opposer à vous. » Dit-il avec un sourire entendu.

Enfin en somme c'était une manière de pensée digne d'un ancien renégat, et il est vrai que Lewyn se rappelait de cette période. Dans tout les cas il était encore en vie aujourd'hui malgré tout ceci, et personne n'était encore arrivé à le faire taire, son plus grand défaut étant de ne point savoir hypocrite… D'ailleurs il se demandait comment les choses évolueraient chez les siens, mais sachant que le peuple vampirique était très prompts aux changements autant s'y préparer…

Puis Lewyn après avoir écouté les paroles de Matis au sujet de Fabius, et Lorenz dit calmement son avis sur la question.

« Je pense que Lorenz Wintel est quand même un cran au dessus de vôtre Fabius, on parle quand même d'un vampire qui en plus de vouloir du pouvoir veut tuer tout les elfes, et réduire en esclavage tout les humains pour en faire un garde manger. Enfin dans tout les cas les tyran restent des tyrans. » Conclut-il convaincu de cela, lui qui était attaché énormément à sa liberté d'une certaine manière, et tenant en estime celle des autres détestait les despotes.

« Que nous puissions dire ce que nous pensons est déjà un sacré progrès au moins. Pour ma part j'essayerai de faire en sorte que les choses continuent à évoluer dans ce sens-ci à l'avenir. »
Dit-il d'un air légèrement pensif quand Matis parla du fait qu'il y a quelques années il aurait été mit à mort pour ses propos, et cela Lewyn ne le savait que trop bien car si le régime humain avait été dure à l'époque celui des vampires avait été impitoyable.

Puis Matis lui demanda son avis au sujet de Fabius Kohan. Une pente glissante ? Pas forcément, et de toute manière l'humain semblait être le genre de personne qui pouvait garder cela pour lui effectivement.

« Tu sais je préfère apprendre à connaître quelqu'un avant de le juger, mais ce que j'ai pu apprendre pour l'instant au sujet de cette homme ne me plaît pas vraiment. Après je ne dirai pas que tout les vampires ont le même avis sur lui… Car la manière de pensée de mon peuple est souvent difficile à suivre pour les autres races surtout pour ceux qui ne les ont pas fréquentés assidûment pendant des années. Enfin pour ma part mon soutien irait davantage vers Korentin Kohan, mais je préférerai qu'une guerre n'éclate pas à nouveau si possible. » Cela il le prononça d'un air sérieux car la guerre n'était point une chose qu'appréciait Viladric…

Et sur ce ils sortirent donc du camp militaire du capitaine. Lewyn pour sa part en marchant ajusta légèrement son costume d'hiver de ses mains gantés. Il est vrai qu'il ferait peut-être mieux des fois d'enlever ces gants autrement que pour les nettoyer, ou entretenir, mais bon… On ne savait jamais quand les ennuis pouvaient tomber, et un vampire de base était vigilant souvent, un renégat était rapidement habitué à l'être en permanence, et Lewyn avait gardé ces quelques habitudes d'anciens renégats…

Enfin visiblement il avait touché un point sensible en parlant d'Elena, mais Matis semblait le prendre bien. Lewyn ne savait pas vraiment ce que c'était d'être attaché à une cité lui éternel bourlingueur, et il avait effectivement entendu parler de ce qui serait bâtit à la place, mais bon il est vrai qu'il y avait beaucoup à reconstruire. Et il sentait bien que ce genre de perte attristait l'humain donc il ne rajouta rien à ce sujet, pas besoin après tout de retourner le couteau dans la plaie.

Et Falkire lui fit part de la raison de son engagement, alors comme cela s'était une tradition familiale ? Eh bien Lewyn trouvait ce genre de façon de faire assez injuste pour le dit aînée, et d'ailleurs il ne manqua pas de le souligner.

« Pour ma part j'aurai très mal supporter que mon destin, et ma profession future soit décidé comme cela par qui que ce soit. Et si l'un des aînés de la famille n'était pas du tout fait pour l'armée, où déteste cela ? N'est-ce pas un peu cruel de lui imposer ceci sans son consentement ? Quand à un empire à défendre, je pense qu'il y a surtout beaucoup à rebâtir, mais que ce n'est qu'un début. » Finit-il un brin optimiste avant de rajouter.

« Sans doute qu'il vaut mieux ne pas se penser très puissant, cela évite de rester sur ses acquis… » Et ensuite le commandant demanda à Lewyn comment ce dernier était devenu conseiller.

« C'est une longue histoire ma foi... » Dit-il en s'arrêtant un instant de marcher, et en s'adossant à un mur alors qu'il se concentrait avant de poursuivre en narrant un peu les raisons de ceci. « En faîte voyez vous l'empereur actuel des vampires était un ancien opposant déclaré à Wintel, et donc renégat, et il se trouve que moi je l'ai aussi été. Bon je n'envisageait sûrement pas de devenir conseiller, mais visiblement comme j'ai été fidèle jusqu'au bout à la cause de Wallam en grande partie ce dernier m'a nommé conseiller, et comme j'apprécie assez le contact avec les autres races il m'a aussi nommé messager. J'ai été assez surprit de la chose, oui surprit c'est le mot. » Dit-il en arborant un sourire amusé de cette pensée avant de rajouter à l'égard de l'humain.

« Enfin dans tout les cas je ne suis pas mécontent qu'on n'ait plus à subir une belle partie des anciens conseiller vampiriques qu'il y avait eu sous Wintel… Avec Kylian le changement arrive, et j'espère que ce sera pour le mieux. Surtout que pour la plupart c'étaient une bande de sadique, ou d'ancêtres, et ancestrals accrochés à leurs pouvoirs. En somme des vampires de la vieille génération ayant eu tout le temps de macérer leurs haines des autres races. Et croyant avoir raison sur tout les points… Enfin plus que là plupart des vampires c'est dire. » Dit-il d'un ton réfléchit, et les crimes de Wintel après tout n'étaient pas que de la faute de ce dernier… Mais il tînt quand même à ajouter quelque chose.

« Le problème c'est que Wintel est encore en vie je crois, et le connaissant je doute qu'il se contente de se cacher éternellement. Je vous conseille d'être vigilant aussi Matis. S'il y a bien un être encore vivant aujourd'hui qui a fait souffrir Armanda, et tout ses peuples c'est Lorenz Wintel... » Dit-il d'un ton légèrement sombre, car se rappeler de tout ce qu'avait causé ce despote faisait remonter un sentiment d'injustice que Viladric n'appréciait guère.

Avant d'achever...

« Dîtes moi d'ailleurs… Quel endroit envisageriez vous de me faire visiter en premier dans cette cité ? Et si je peux me permettre une autre question… Appréciez vous par le plus grand des hasard les jeux de hasard ? » Son regard brilla d'une lueur d'intérêt à ces deux questions qu'il venait de poser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mar 12 Jan 2016 - 17:25

Je ne sais pas s’ils pensent que j’ai raison mais par moment ils sont plus qu’exaspérant et ça en devient franchement fatiguant. Devoir expliquer, à des gens souvent hautain parfois incompétent, encore et encore comme si rien n’avait déjà eu lieu… Parfois je me sens comme si je devais leur expliquer pourquoi Vraorg était mauvais… Bon j’en rajoute sans doute un peu mais l’idée est bien là.

Matis sourit à ses paroles et à ce que lui répondait Lewyn. Décidément il se sentait assez proche de cet homme, chose étrange pour quelqu’un qui avait passé une partie de sa vie à combattre ceux de sa race. Mais après tout, ne pouvait-il pas changer ? Seuls les imbéciles ne changeaient jamais d’avis, pourtant il doutait par moment de sa capacité à considérer les Vampires comme des égaux et non pas des monstres ou des prédateurs… C’était du moins le cas pour ceux de Kylian… Ceux du prince noir… Disons juste que c’était un autre problème. En parlant de lui, il dut reconnaitre qu’il avait un peu fait dans l’exagération en comparant Fabius à Witel mais en même temps il ne connaissait qu’un des deux..

Vous avez sans doute raison. Heureusement pour moi je n’ai pas eu le malheur de connaitre Witel, sans doute est ce là une chance car je ne sais pas si je serais toujours en vie pour en parler sinon. Ayant eu affaire à des gens proche de lui je dois reconnaitre sa puissance et sa malfaisance… Mais il faut quand même avouer, entre nous bien sur, que Fabius me semble fait du même bois… Après ce n’est que l’avis d’un soldat, fusse il noble, personne ne m’écoute vraiment quand on parle de politique. Surtout après la guerre et son lot d’horreur.

Personne n’était sorti indemne de cette guerre, c’était tout bonnement impossible. Même ceux qui essayaient de se blinder pour que rien ne transparaisse… Il y avait forcement un moment où quelque chose ressortait, un meurtre, une bataille, des amis ou des membres de sa famille tués sous ses yeux. La mise à mort d’un proche… matis avait tout connu, de l’horreur des champs de bataille à l’ignominie de la prison de MorneFlamme. Plus grand ne pouvait l’étonner en terme d’horreur, et pourtant il craignait un jour de rencontrer pire que Vraorg… Mais ce qu’il craignait le plus était de participer à pareille horreur…

En attendant il hocha la tête aux paroles du conseiller. Sur ce point, au moins, ils étaient tout deux d’accord. La paix devait devenir une nécessité.

Je vous comprends, moi-même à mon petit niveau j’essaye de faire en sorte que les esprits s’appaisent… Mais rien n’est plus facile que de laisser les vieilles rancœurs prendre le dessus sur la sagesse de l’esprit n’est ce pas ? Un jour j’espère que tout ceci cessera et que nous pourrons enfin redevenir un continent de paix et de prospérité. La guerre nous a fait trop de mal pour remettre cela directement… C’est du moins mon avis.

Matis hocha la tête aux propos de Lewyn, il comprenait ce qu’il venait de lui dire et n’y trouvait rien à redire. De toute manière n’en aurait il pas fait de même ? L’homme ne semblait pas vraiment connaitre Fabius de la même manière que lui ne connaissait pas Witel, il était tellement simple de se faire une fausse impression du personnage… Bien qu’avec ces deux là il était rare de se tromper complètement sur leur fond… Mais peut être finirait il par trouver quelque chose à sauver chez ces deux sombres personnages. Après tout, ne trouvait il pas, par moment, des qualités à Weren ? Comme quoi, tout était encore possible aujourd’hui…

Les deux hommes quittèrent tranquillement le camp ainsi que le Palais, les soldats en faction saluaient autant leur commandant que le conseiller et tous devaient se demander ce qu’ils faisaient tout les deux dans les rues menant à la ville. Quoi qu’il en soit il n’y porta que peu d’attention tant il était occupé par la conversation avec Lewyn.

C’est une question que je ne me suis jamais posé à dire vrai. Jusqu’à présent je n’avais connu que la guerre, la mort et les combat aussi il ne m’est jamais vraiment venu à l’idée de faire autre chose de ma vie. Mais maintenant cela me semble un peu tard de faire autre chose… Néanmoins je peux sans doute espérer ne pas imposer la même charge à mes enfants… Si c’est leur choix, alors je le respecterais, sinon jamais je ne les forcerais, de toute manière leur mère ne me laisserait pas faire alors…

Il laissa sa phrase en suspend et rie à ses propres mots… Autone ne laisserait jamais faire une chose pareille et lui-même n’avait pas envie d’imposer cela à ses enfants, alors pourquoi le faire ? Néanmoins il revint vite à lui quand l’autre lui expliqua la manière dont il était devenu conseiller… Matis hocha la tête aux paroles de Lewyn, lui-même avait connu l’un d’entre eux et pouvait dire à quel point elle était sadique…. Les marques qu’elle lui avait laissé était toujours ancrée dans sa chair aujourd’hui encore….

Witel est un danger certes, mais lui-même à souffert de la guerre contre Vraorg… Je pense, j’espère que nous aurons quelques années avant qu’il ne sorte du bois… Néanmoins je ne suis vraiment pas pressé de le revoir à l’œuvre, ni ses conseillers d’ailleurs… Sans parler du fait que je ne suis pas volontaire pour une nouvelle guerre vampirique, la dernière a été trop affreuse pour en accepter une nouvelle.

Un peu plus de légèreté vint dans les paroles de Lewyn et il n’en fut que plus heureux.

A dire vrai je ne sais pas trop, peut être aurais je trouvé une idée en déambulant dans les rues… Concernant les jeux de hasard… En tant qu’officier je dois réprimander le moindre de mes hommes surpris à en user, en tant qu’homme disons que j’apprécie quelque peu… Mais après vous êtes l’invité et je me dois de vous suivre partout où vous allez n’est ce pas ? Il me semble y avoir un établissement usant de ce genre de pratique sur la grand’place. Mais évidement vous ne tenez pas ça de moi n’est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Ven 15 Jan 2016 - 8:21

« Cela me rappelle bien la fois où j'essayai de convaincre les autres vampires de se détourner de Wintel, cela avait aussi bien des airs de causes perdues… Ils sont si attachés à la règle du plus fort que le seul moyen de vraiment changer les choses c'était que Kylian renverse Lorenz. Je suppose qu'avec les hommes il faut jouer à leur jeu aussi si l'on veut vraiment que les choses changent. » Dit-il avec réflexion, et dans le cas des vampires cela l'avait ô combien exaspéré, mais bon il que malheureusement il était bien plus sensibles à la morale qu'une grande partie des siens.

Enfin en même temps, moralité, et sensibilité n'étaient pas des choses naturelles aux vampires, ce n'est pas que ces derniers ne ressentaient pas d'émotion, mais leur esprit de prédateur faisaient qu'ils analysaient, et décidés des choses avec une logique froide, avant même de faire passer la chose par le filtre émotion contrairement aux humains. Autant dire que cela n'aidait guère, les elfes ressemblaient bien plus mentalement aux humains après tout que les vampires. Enfin cela n'empêchait pas que les choses puissent aller dans le même sens, voir même aller très loin pensa Lewyn en se remémorant que l'amoureuse de Kylian était une humaine…

« C'est vôtre avis, comme le mien est le mien. Quand à savoir qui a raison cela j'aurai bien du mal à totalement l'affirmer, mais je ne vais pas vous demander de penser la même chose que moi ce serait stupide. » Après tout il refusait de se comporter comme un de ces tyran qui veule que tout le monde pense de la même manière qu'eux… Il avait bien trop tempêté contre Lorenz, pour commencer à l'imiter... « Je suis loin d'être ceux qui encouragent les guerres, bien au contraire je déteste ce concept, mais nous avons besoin de soldat pour entretenir la paix, et au moins nous rappeler les horreurs de la dernière guerre, car le jour où ils oublieront à quel point celle-ci a été horrible, nous n'aurons jamais été plus proche du début d'un nouveau conflit. » Dit-il, après les elfes, et les vampires avaient une mémoire très longue, mais pour les hommes c'était assez différent malheureusement, mais cela Lewyn pouvait le comprendre, après tout ils vivaient si peu de temps…

Enfin il disait cela, mais il se rappelait de la fois où il avait essayer d'adopter un régime alimentaire humain, ça avait été catastrophique… Mais bon cela le faisait rire de temps en temps d'y penser, et cela mettait un peu de légèreté à ce monde si lourd de sa gravité, et de ses dangers… Quoique ces derniers temps on pouvait au moins respirer même si la politique vampirique étant ce qu'elle était, surtout que le dernier prince était récent. Lewyn restait donc tout de même vigilant.

« Oui, au moins là plupart des dirigeants sont d'accord avec nous sur le fait que la paix est une nécessité, après il faut espérer que cela durera sur le long terme, mais j'ai de bon espoir quand au futur. Après tout j'avais cru comprendre que si les esprits sont morts c'est parce qu'ils nous faisaient confiance, et qu'on y pense à part la guerre contre les vampires, celles contre les alayiens a été surtout déclenché par une Néant manipulé par Vraorg, et qui n'était plus elle-même, et celle des théocrates par Vraorg. Ce dernier n'étant plus là avec de la chance la paix durera. » Pensa t-il, après il ne savait pas si c'était sûr, et certain, mais il espérait que ça s'avérerait vrai.

Enfin c'était après peut-être un peu trop optimiste d'essayer de partir sur ce bilan-ci, mais Lewyn préférait au final faire ainsi. C'était bien mieux que de désespérer quand au futur. La guerre, le haine, et la rancune avait bien trop rongé les siens pour qu'il n'y ait pas deux trois vampires comme lui qui essayent de se mettre en dehors de ceux, quand aux ancêtres, et aux ancestrals leurs temps était si l'on pouvait dire terminés… Et ce n'était pas forcément une mauvaise chose, les vampires pourraient ainsi au moins repartir sur de bien meilleurs bases.

Enfin dans tout les cas il continuèrent donc à discuter alors qu'ils se dirigeaient vers la ville. Lewyn au passage répondit aux quelques saluts qu'on lui fit tout en écoutant Matis, et visiblement ce dernier semblait avoir une certaine idée du libre arbitre mieux avancée que beaucoup, même si pas autant extrémiste que celle de Viladric. Et il fit un sourire amusé en entendant parler de la mère, ce n'était pas un concept forcément très connu pour les vampires, mais Lewyn comprenait le comique là-dedans après avoir longuement observé les hommes.

« C'est une bonne idée, le libre arbitre est une chose que bien peu considèrent à sa juste valeur, et nos dirigeants actuels n'en font pas non plus la plus grande des priorités. Et pourtant la liberté est une chose bien précieuse que peu savent vraiment apprécier dirons nous… J'espère en tout cas que vos enfants pourrons profiter d'une paix longue, et prospère pour leurs parts, et vous aussi. » Enfin ils verraient bien, mais comme toujours il préférait partir optimiste après tout les bon sentiments étaient communicatifs n'est-ce pas ?

Enfin dans tout les cas ils étaient d'accord sur l'ancien gouvernement de Lorenz Wintel, cela avait été une catastrophe, quand à Lorenz en lui-même, il serait gentil de rester dans son bois pendant le prochain millénaire au moins.

« Pour ma part je pense que les dragonniers, et leurs dragons pourraient aider à être garant de la paix future. Sachant qu'ils sont de nôtres côtés j'ai bon espoir que Wintel ne puisse pas inverser la tendance. »
Dit-il avec optimisme. D'ailleurs Viladric espérait bien que Lorenz savait savourer sa situation actuelle à sa juste valeur, celle du prince des vampires déchu de ses pouvoirs, et privé de quasiment tout ses soutiens, car c'était au final tout ce qu'il méritait pour tout les malheurs, et les souffrances qu'il avait causé. Au moins il existait une certaine forme de justice.

Puis la conversation prit effectivement des accents plus léger.

« Vous devriez faire attention si vous désirez jour à ce genre de jeu avec moi, la dernière fois que j'ai pu entraîner quelqu'un dans ce genre de passe temps je l'ai détroussé de 500 pièces d'or. »
Dit-il d'un air sérieux, mais avec un petit sourire. Oui il s'en rappelait bien, c'était ça après tout d'être un pratiquant acharné de ce genre de jeux…

« Bien entendu, car le capitaine Matis Falkire est un homme qui ne boit pas la moindre goutte d'alcool, et ne touche jamais aux jeux d'argent je présume ? » Dit-il ensuite avec un peu d'humour, mais en confirmant à l'humain qu'il ne dirait pas qu'il tenait cela de lui. Puis il dit. « Je propose que nous y allions vers la fin de la matinée si cela ne vous dérange point, et maintenant... » Il regarda les alentours puis acheva en indiquant une avenue lumineuse parsemés d'habituations vraiment étranges… Certaines par leur apparences, d'autres par leurs concepts, d'autres encore car elles tenaient pour une raison inconnue debout...

« Je pense que c'est un bon début pour commencer la visite, dite moi vôtre maison aussi est tout aussi excentrique que ces demeures ? Je veux dire regarder cela on dirait une sorte d'arche… Et celle là… J'ai dû mal à définir ce que c'est... » Dit-il en regardant d'un air curieux, et légèrement émerveillé le tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mer 20 Jan 2016 - 17:46

Matis comprenait parfaitement ce qu’il lui disait. Il savait, ou tout du moins se doutait que seul les rapports de force comptait dans le Royaume Vampirique. C’était néanmoins le cas avec Lorenz, serait-ce pareil avec Kylian ? Pour le coup il ne le savait pas vraiment mais il se doutait qu’il ne pourrait changer son propre peuple en quelques mois… Ce changement de mentalité devra prendre des années voire même quelques générations. Ce qui voudrait dire que les Humains devront rester sur leurs gardes..

Je vois… Ce qui est sûr c’est qu’on ne peut changer un peuple en si peu de temps, Kylian devra y mettre tout son pouvoir et s’entourer de vampire de valeur pour mener à bien ce qu’il souhaite faire ainsi que pour maintenir la paix avec nous. Une chose est sûre, et sur ce point il m’est impossible de mentir. Mon peuple ne cessera pas de se méfier des vôtres, même après des années, car ceux de ma génération ont trop souffert de la guerre. Peut être la prochaine génération changera cela, je l’espère, mais même si nous avons la mémoire courte, notre rancœur, elle, reste longue et vivace.

C’est donc à nous de faire en sorte que la paix prédomine ce continent, et nous devons nous y atteler dès maintenant.


Le commandant hocha la tête aux paroles de son interlocuteur. Ses propos étaient proches de ceux qu’il avait déjà entendu dans la bouche de ses pairs, dans la bouche de ceux prêt à beaucoup pour maintenir la paix. Lui-même était dans cet état d’esprit, du moins jusqu’à un certain point car la guerre, aussi horrible soit elle, était parfois une nécessité. Il ne fallait pas la regarder comme une chose douée de personnalité ou de réflexion car ce n’était pas elle-même qui se faisait, c’était ses participants qui en étaient responsable. La guerre était une chose qui ne se suffisait pas à elle-même, mais elle était une part importante de ce qu’était Matis. Une compagne, sa première véritable épouse, à dire vrai il ne savait même pas comment la considérer. Il était né pour servir l’armée, pour faire la guerre, tuer et mourir au combat. Qu’il ait survécu à tant de guerre, à tant de combat et d’ennemi était déjà en soit un miracle. Mais il n’avait jamais quitté cette sombre compagne, même depuis qu’il avait prit femme.

La guerre est une horreur, mais n’est ce pas la faute de ceux qui la mènent ? Tuerie, torture, viol… Tout cela n’est il pas le fait des participants ? N’est ce pas le fait de sombre commandant cherchant à détruire le moral et le corps de ses adversaires ? Beaucoup disent que la violence est le dernier refuge de l’incompétence mais ce n’est pas réellement ce que je pense. La guerre n’est pas une personne, elle n’est qu’une idée, qu’un fait… Quoi qu’on en pense, quoi qu’on en dise elle sera toujours là tant qu’il y aura des êtres vivants.

A ce niveau c’est presque plus une réflexion philosophique que politique ou militaire… Et je suis un bien piètre orateur pour donner toute la substance que mérite cette question.


Lewyn continua calmement ses propos et Matis les compris bien mieux qu’il ne l’aurait cru. Quoi qu’il en dise il partageait son avis, la paix était quelque chose qu’il devait s’efforcer de maintenir pour que ses enfants puissent grandir sans avoir à rejoindre l’armée, sans avoir à combattre pour leurs vies ou ceux qu’ils aiment. Mais rien ne prouvaient qu’ils ne rejoindraient jamais la guerre et ses horreurs….

Je ne saurais dire si les esprits nous font confiance ou s’ils avaient raison de nous faire confiance mais peut être, qu’enfin, les gens commenceront à croire plus en eux qu’en les Esprits. Pour le reste sachez que nous feront tout ce que nous pourrons pour empêcher une nouvelle guerre, mais je ne pense pas que Korentin Kohan soit partant pour une nouvelle bataille, j’ai moins confiance en son cousin mais ça… C’est une autre histoire n’est ce pas ?

Sur un tout autre sujet, un de plus cela commençait à devenir étonnant à la longue, Lewyn était d’accord avec le trentenaire et il pouvait comprendre pourquoi. Ce Vampire avait souffert de son engagement contre Le Prince Noire, aujourd’hui il avait enfin la possibilité de faire ce qu’il souhaitait et cela l’emplissait sans doute de joie. Matis n’aurait pu imposer un futur à ses enfants de la même manière qu’on avait fait avec lui ou avec d’autres, la paix était là, ils n’avaient plus vraiment besoin de soldat mais de bâtisseur.

J’espère surtout que ce que nous leur apprendront leur permettra de comprendre nos erreurs et nos errements et ne surtout pas les faire à nouveau. Sinon ce ne sera qu’un nouvel échec. Notre espérance de vie est si faible que nous devons faire confiance aux prochaines générations comme l’ont fait nos ancêtres, nous sommes une génération qui n’a connu pratiquement que la guerre et les horreurs de ces dernières années, j’espère que celle qui vient s’aura s’en relever.

Je pense de même pour les dragonniers, j’en connais quelque uns d’ailleurs et je les vois mal laisser une nouvelle guerre commencer sur cette terre… Quant à Wintel… Disons qu’il est une énigme à lui tout seul et qu’il serait étonnant qu’il laisse les choses se finir ainsi. On l’a dépossédé de son royaume et de son peuple, on le pousse à l’exil et à la honte. Non, Wintel reviendra et il sera une nouvelle menace pour notre monde…


C’était sans doute un brin pessimiste mais Matis n’aimait pas mentir ou se croire en sécurité alors que c’était tout sauf le cas. Heureusement pour lui, le sujet changea et devint bien plus léger.

J’en doute pas un instant mais je n’ai pas la fortune dont vous parlez… Cinq cent pièce c’est un sacré pactole et bien peu ici pourrait se targuer de jouer de pareille somme. Néanmoins il est toujours bon de détrousser un joueur un peu trop riche et un peu trop hautain n’est ce pas ? Ca m’est arrivé dans ma jeunesse de détrousser de la sorte un baron un peu trop péteux. Mais c’était au carte, là où tout ne dépend pas que du hasard.

Le commandant sourit en montrant la paume de ses mains comme s’il se rendait.

Matis Falkire joue de temps à autre, bois autant qu’un autre et il a fait tout un tas d’autre chose qui étonnerait pas mal de monde, mais jamais en service. Vous vous imaginez devoir compter sur un officier alcoolique ou joueur ? Ou coureur de jupon… Voir le tout à la fois. Remarquez j’en connais un comme ça…

Matis hocha la tête et revint sur la question du vampire. Il se demandait si toutes les maisons, dont la sienne étaient aussi excentrique… Mais il n’en était pas question, heureusement.

Non, par mes ancêtres non. Vous vous imaginez vivre dans un pareil lieu ? Une arche, beaucoup de gens du coin devraient apprendre que l’on ne mélange jamais architecture et art abstrait. Mais tenter de leur faire rentrer cela dans la tête c’est comme essayer de faire manger de la viande à un elfe. Ca peut marcher mais seulement s’il y est plus que forcé.

Les gens du coin sont à majorité des nobles ou des bourgeois me semble il, aussi ils essayent de se prouver quelque chose mais je ne sais pas encore bien quoi. Mais maison n’est pas ainsi, c’est certes une belle bâtisse pour un militaire mais elle est un brin austère.. Surtout si on la compare à ce qu’il y a ici…
Il haussa les épaules et conclut. Après si les gens ont de l’argent à jeter par la fenêtre c’est leur problème…

Et par chez vous ? Comment se présente l’architecture ? Je n’ai pas encore eu le plaisir de visiter votre Royaume, peut être un jour cela changera il…

Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Ven 22 Jan 2016 - 18:42

Les vampires étaient immortels, ils n'étaient pas aussi lents à changer que les elfes, mais ils vivaient très longtemps donc compter sur une nouvelle génération de vampire pour changer de mentalité serait un peu difficile, il fallait donc convaincre ce en place, et gérer avec la personnalité vampirique qui était généralement rancunière, et assez arrogante. Voilà plusieurs traits de sa race que Lewyn avait bien essayer de dompter chez lui, mais tout les autres vampires n'avaient pas forcément désiré faire cet effort, et même les vampires qui se maîtrisaient pouvaient faire preuve d'une froideur, et d'un mépris pour les autres races malsain. En somme il y avait énormément de pain sur la tâche pour Kylian, et son conseiller Viladric…

« Vous faîtes bien, après tout on ne sait jamais. Je ne dit pas que la méfiance, et la haine devrait régner, mais une saine prudence ne fera de mal à personne… Quand à la rancœur vampirique, et c'est justement cela le problème, elle peut s'étaler sur des siècles… Enfin ce n'est pas non plus comme si le changement était impossible, pour bien commencer nous devrions d'abord tourner entièrement la page de l'ancien règne de Wintel, ensuite bien amorcer le règne de l'empereur Kylian... »
Dit-il avec réflexion, oui ils n'en étaient vraiment qu'au début au final, et même si le règne de Kylian était incontestable, celui-ci n'était pas encore implanté solidement…

« On le fait déjà cela je vous le rassure, c'est juste que c'est délicat. Mais bon la récompense vaut bien le sacrifice demandé. »
Dit-il avec un fin sourire, il était certain que ce ne serait pas aisée, mais au moins ce ne serait pas fait en vain.

Et oui il n'était pas faux de dire que Lewyn détestait les guerres surtout les stupide, il avait vécu assez longtemps après tout pour apprendre que les guerres coûtent souvent bien plus qu'elles ne rapportent, et qu'en plus elles ne propagent que haine, et rancœur. Rien d'idéal pour la paix, et ensuite c'est un cercle vicieux qui continue encore, et encore. Il ne détestait pas les militaires ça non, mais pour eux leurs tâches était de protéger les gens pas de piller, pas de massacrer. Le monde devenait sinon un endroit infernal, ou tout était permit alors que tant d'êtres désiraient seulement être tranquilles sans doute… C'est pour cela que cette paix devait être juste équitable car sinon elle serait un bon engrais pour un nouveau conflit.

« C'est peut-être le fait que vous êtes un soldat qui dit cela ? Peut-être que c'est parce que vous n'avez jamais envisagé les choses autrement que vous avez cette manière de pensée. Si cela se trouve bien des choses que l'on croit sur, certaine, et indestructible ne sont pas si immortelles que cela. Je ne saurai dire si vous avez raison, ou tort, mais je pense que vous devriez y réfléchir vous aussi. Pour vous mêmes, essayez aussi d'imaginer par quels autres moyens un problème peut-être régler que par une guerre. Vaste question je sais, mais cela peut-être intéressant à étudier. » Dit-il d'un air calme, et bienveillant, ses 300 ans d'existence lui permettaient un minimum de recul sur les choses après tout. Et puis Armanda n'avait elle pas connu des siècles de paix après la fin de la guerre passé entre les hommes, et les vampires ? Une paix injuste qui avait finit par mener à une autre guerre, mais une paix quand même.

« Je pense qu'heureusement au moins suite à toutes ces guerres tout le monde aura besoin d'un peu de repos. Ensuite eh bien nous verrons si les fondations de cette paix sont solides, mais nous avons un peu de temps pour les bâtir. »
Acheva t-il, en effet il faudrait beaucoup d'effort pour cela, mais bon ils faisaient partit des personnes qui en avaient déjà fait, et en faisait encore. Quand à faire ce qu'il souhaitait, ce n'était pas vraiment le rêve de Lewyn d'être conseiller, messager par contre cela était sympathique, et cette paix avait amené beaucoup de progrès appréciable mine de rien. Et il hocha la tête aux paroles de Matis sur la nouvelle génération humaine, et sur les dragonniers, et ensuite on parle de Wintel...

« S'il revient il faudra donc se préparer à l'affronter... Enfin s'il est encore en vie car il n'a pas redonné signe de vie pour le moment, mauvais présage... »
Dit ensuite Lewyn pendant un instant d'un grand sérieux. Il ne savait que trop bien quelle menace pouvait représenter Lorenz, ce dernier était fou, voilà le mot adéquat. Un vampire, fou, et tyrannique plus que près à plonger Armanda dans le chaos uniquement pour assouvir sa vengeance envers les elfes. Voilà ce qu'était Wintel, et s'il revenait avec son désir de génocide, et de domination la seule manière adéquate de l'accueillir serait de le tuer. C'était impitoyable de penser ainsi, mais Lorenz avait bien fait trop de mal pour faire table rase de quoi que ce soit, ou pour pouvoir se fier à lui en quoi que ce soit…

Enfin oui heureusement on passa à un sujet plus léger, et il reprit son air habituel bon vivant.

« Ah ça je vous avouerai que dame chance devait être avec moi ce jour là, le hasard est des fois un être capricieux, mais il peut aussi se montrer étonnamment bienveillant. Pour ma part je ne savoure pas vraiment le plaisir de détrousser quelqu'un, mais plutôt celui de jouer quelque chose dans un jeu de hasard, ou d'adresse. Et j'apprécie beaucoup ce frisson que je ressent lorsque je fais cela, et peut-être qu'il ne serait pas aussi perceptible si je n'avais pas quelque chose à perdre dans le jeu aussi petit soit-il. J'aime bien aussi les cartes, et les jeux d'adresses, mais rien ne vaut pour moi le frisson du hasard pur, car on ne sait jamais qui gagnera, et c'est justement cela qui donne tout son piquant au jeu. » Il avait l'air passionné dans voix. On voyait qu'il adorait vraiment cela. Avant de faire un sourire amusé en voyant le geste de Matis, et en entendant les paroles de ce dernier.

« Tant mieux je ne vous imaginait pas être un officier avec un balais profondément implanté dans le fondement qui ne parle que du devoir 24 heure sur 24, et puis au pire si vous l'aviez été je me serai chargé de vous apprendre à lever le pied. » Dit-il d'un air légèrement malicieux, c'était bien son genre ça d'essayer de décoincer quelqu'un de très coincé. « Vous voulez que je vous avoue quelque chose ? Un vampire peut-être ivre… Après reste à savoir si vous tenez à assister à ce genre de scène. » Acheva t-il amusé.

Quand aux demeures Aldarienne il devait avouer que c'était pas mal… On voyait une certaine passion, et maîtrise dans le tout. Pour sa part Lewyn était plus facilement du genre à s'émerveiller sur les choses… De l'art abstrait ? Hum cela avait l'air intéressant.

« Ma foi je suppose que vu que l'on vit dans sa demeure en a souvent envie de lui donner un peu de personnalité. Mais j'avouerai que cela m'étonne, j'ai vu peu d'humains avoir des maisons comme celles des Aldarien. » Avant d'ajouter alors qu'il réfléchissait un peu.

« Il y a en a pour tout les goûts je suppose, je dois avouer que pour ma part je n'ai jamais trop compris la grande importance que donnent les hommes à l'argent. Mais j'ai vu que c'était une chose assez importante chez vous. J'ai vu aussi d'autres choses assez étonnantes… Par exemple vous aviez des mœurs moins libérés sur certains aspects, établit des sortes de règles pour se comporter, et vous faisiez vraiment une différenciation entre les hommes, et les femmes dans beaucoup d'aspects de vôtre société. » Après comme les vampires étaient un peuple souvent individualiste il était normal qu'il ne passe pas leurs temps à règlement leurs manières de se comporter communes, ou mettent des normes sociales, mais Lewyn voyait ces dernières avec plus d'amusement qu'autre chose en faîte.

« L'architecture vampirique ? Rien de bien extravagant. Ce sont surtout des demeures troglodytes en faîte, et souvent bien moins riches, et développés que les demeures humaines. Mais effectivement mon royaume ne manque pas d'intérêts pour celui qui sait s'intéresser à mon peuple, et si jamais vous désiriez un guide je serai heureux de vous offrir mes services. »
Dit-il sincère, après tout apprendre à connaître les autres peuples était toujours une bonne chose.

« Vous auriez une autre question sur mon peuple ? Je sais que ce dernier paraît souvent bien obscur aux autres, et ce serait avec joie que j'éclairerai vôtre lanterne si vous le désirez. » Dit-il simplement pour continuer à faire un effort en ce sens-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Lun 25 Jan 2016 - 17:21

Il avait parfaitement raison et le commandant ne pouvait le contredire sur ce point précis, mais s’il n’avait connu que la guerre, ou presque, comment pouvait il envisager de voir la vie autrement ? Le vampire, lui, avait du vivre au moins deux cents voire même trois cents ans si cela ce trouve, il avait donc tout le loisir d’imaginer autre chose que la guerre. Avec l’espérance de vie qu’avait Matis, il pouvait clairement dire que la plus grande partie de sa vie n’aura connu que la guerre. Néanmoins, il ne tenait qu’à lui de faire ce qu’il voulait de la vie qui s’offrait à lui désormais, en faire autre chose que la guerre serrait un vaste projet et il se savait accompagner pour le mener à bien.

Vous avez parfaitement raison, je suis soldat depuis mon plus jeune âge, toute ma vie a été consacrée à l’armée, à l’Empire et à la guerre, aussi je ne me voyais pas faire autre chose… Mais aujourd’hui les choses ont changé, la paix est revenue, j’ai changé de Roi et je pense que celui là sera plus enclin à garder la paix qu’à chercher la guerre. Aussi nous avons sans doute une chance de cesser de nous battre, nous ne devons pas la laisser passer. Nous devrions maintenant nous atteler à résoudre les problèmes autrement que par les armes, le commerce, les échanges et les discussions. Voila ce qui devrait nous occuper, rien de plus.

Matis ne se sentait pas vraiment l’âme mercantile mais il savait parfaitement qu’un Homme occuper par le commerce ne l’était pas par l’armée. Et c’était toujours ça de prit. Il hocha la tête aux propos du vampire avant de revenir sur la question de Wintel, c’était lui désormais le véritable danger. L’un des rares dangers qui restait à affronter dans ce monde, l’un des plus grand aussi car il n’en restait pas moins un sombre personnage n’ayant été éclipsé en méchanceté que par Vraorg lui-même…

Ne nous leurrons pas, ce n’est pas s’il reviendra, mais quand il reviendra. Notre frontière borde l’ancien Royaume Elfique là où, il semblerait que ce trouve une partie de ses fidèles. Nos patrouilles dans la région ont été doublées pour éviter toute mauvaise surprise, et j’imagine que les Gloriens font de même avec leur propre frontière. Mais il viendra forcement un jour où il reviendra, il n’est fait que pour la guerre et toutes ses horreurs, à croire qu’il n’a que ça dans le sang…

Mais ils revinrent à un sujet nettement plus léger ce qui fit du bien à Matis, il en était conscient, trop de guerre lui aurait détruit l’esprit, il était maintenant temps de penser à l’avenir et à des choses plus légères. Il remarqua la petit lumière qui s’illumina dans les yeux de son interlocuteur quand il lui parla des jeux de hasard, à croire qu’il adorait vraiment cela… C’était vraiment étrange de voir un vampire apprécier autant quelque chose de si différent de la chasse. Mais, peut être était ce du au fait qu’il n’avait jamais vraiment eu le temps ni l’occasion de parler avec un vampire. Du moins pas depuis longtemps…

Je ne sais pas si je ressens la même chose mais ce qui est sûr c’est que cela fait toujours quelque chose de voir ce que l’on souhaite se passer. Néanmoins, il y a toujours un petit quelque chose qui m’empêchera de m’y mettre réellement. Sans doute parce que je n’aime pas avoir si peu de contrôle sur les choses… Après c’est juste une question de maitrise et de chance, et niveau chance on ne peut pas dire que je soit particulièrement chanceux.

Matis ne pu s’empêcher de rire aux paroles du conseiller. Puis il lui répondit d’un air nonchalant.

Ho, vous me preniez pour un elfe ? Ou pour un noble de la cour, remarquez j’en fait partie… Non laissez tomber cette histoire de cour, à dire vrai j’ai vu assez de peigne cul pour comprendre ce que vous dite….

Concernant le fait de voir un vampire ivre il est vrai que je m’étais posé la question… Mais vous devez avoir un énorme résistance à l’alcool, à un point tel que je n’ose même pas imaginer, remarquez ça doit vous coûter un sacré pactole ne bouteille n’est ce pas ? Pas très rentable de se mettre à l’envers dans ce cas.


Le sujet vint alors sur les maisons des locaux et le commandant sourit alors à Lewyn. Il avait raison, et il était plus ou moins content de voir autant de liberté prise par les natifs de cette ville si étrange à ses yeux.

Là d’où je viens ont considère cela comme non productif et non défendable, mais après tout cette ville est une capitale, une ville qui n’est pas sensé connaitre la guerre. Alors pourquoi empêcher les habitants de se faire plaisir ainsi ? Mais de mon côté je ne me vois pas vivre dans pareil endroit.

Pour le reste je comprends votre questionnement sur le fonctionnement de notre société. Si homme et femme sont séparés sur certaines questions, si notre manière de nous comporter diffère suivant l’assemblée, sachez que nous ne partageons pas tous cette façon de voir les choses. Il y a des choses à changer ici bas, beaucoup de choses et je le vois moi-même sur un aspect bien personnel. Mon épouse n’est pas de noble lignage et beaucoup de mes « pairs » noble et chef de famille noble me le reproche. Nous sortons à peine d’une guerre qui a faillit nous voir détruit et ces abrutis passent plus de temps à gérer ces questions là que celle de la reconstruction… Si je n’avais pas le passé que j’ai j’aurais même pu avoir des problèmes… Vous vous imaginez ? Ce qu’on peut être stupide par moment…


Matis hocha la tête aux paroles du vampire, et oui il avait bien une question qui le tarabiscoté depuis un petit moment déjà.

Ce sera pour moi un réel plaisir de visiter votre royaume, ce sera, de plus, une occasion de rencontrer vos dirigeants, peut être le ferais je lors d’un voyage avec mon Roi.

Pour le reste, j’avais effectivement une question… Question sensible que je pose uniquement dans le but d’entrevoir un avenir possible entre nos deux races. Comment remplacer le sang humain qui vous sert de subsistance ? Je sais que certain d’entre nous sont insensible à la transformation, mais les miens n’accepterons jamais de vous servir, à vie, de nourriture. La question est donc, comment faire pour le remplacer ou, tout du moins, l’atténuer ?

Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mar 26 Jan 2016 - 16:59

Cette humain avait eu la vie dure cela ne faisait aucun doute, et cela l'avait profondément marqué. Chose rare pour un vampire Lewyn ressentait une certaine pitié envers lui. Après tout aucun être ne méritait de vivre sans doute tant de souffrances que celles qui ont été provoqués sous le règne de Vraorg. Par contre s'il y avait bien un peuple qui avait profité du règne du dragon blanc c'était ironiquement celui de Viladric, et il n'y avait que les vampires idéalistes comme lui quasiment qui étaient allés rejoindre le protectorat à l'époque ce qui ne faisait pas grand monde en faîte… Si tu es faible tu devait mourir, ou être dominé voilà la logique vampirique qui régnait encore actuellement, pas de place pour la morale là-dedans, et où ce genre de manière de pensée avait conduit Armanda ? Au bord du gouffre, ce qui montrait bien qu'il était vital que les vampires finissent par voir les choses autrement, au risque sinon qu'Armanda dépérisse pour de bon…

« Vous savez je pense que l'on aura toujours besoin de soldat comme vous ne serait-ce que pour être garant de la paix… Juste qu'il ne faut pas que la guerre devienne un aspect permanent de la société, et vous avez raison il est sans doute temps de se concentrer sur d'autres domaines. Même si je vous avouerai que moi-même ne suis pas un grand commerçant. » Dit-il avec un peu d'humour, mais en même temps les vampires n'étaient pas par nature de grand marchand, de tout les peuples d'Armanda le peuple humain était après tout le plus à l'aise avec la chose monétaire. « Néanmoins je vous verrai bien en seigneur marchand qui sait ? A vous gratter la barbe d'un air pensif en tâtant de la main une étoffe de tissu pour soupeser sa qualité... » Acheva t-il légèrement taquin, pour sa part était vampirisé très jeune son air juvénile ne lui donnait pas forcément l'air de quelqu'un de vraiment très expérimente, ou sage dans la vie.

Quand à la guerre Lewyn n'avait jamais été officier, et il y a seulement peu de temps il était conseiller, il avait bien servit sous le protectorat dans deux batailles mais gueère davantage vu qu'il était surtout messager à l'époque. Enfin à la base la seule arme qu'il savait vraiment très bien manier c'était l'arc, sinon il se battait très bien à main nue depuis quelques temps, mais guère plus. S'il s'était entraîné au pugilat s'était surtout pour pouvoir neutraliser ses adversaires sans les tuer, c'est qu'après tout quel intérêt de tuer inutilement quelqu'un ? Déjà que c'était seulement que depuis quelques temps, et avec les arrangements actuels qu'un vampire pouvait se nourrir sans tuer l'humain, et Lewyn ne voulait surtout pas devenir une bête sauvage comme certains vampires poussés par la violence, et la haine...

« Personne ne sait encore s'il est en vie, mais je le soupçonne de l'être en effet. Après tout qu'il soit mort aussi facilement la dernière fois qu'on laist vu aurait été trop facile… Un être comme Wintel a le défaut de ne pas mourir aisément, mais bon pour le moment nous disposons d'un répit, sans être imprudent, rien ne nous empêche d'en profiter pour vivre pleinement ces quelques années de paix. » Dit-il avec un sourire Mi enthousiaste, mi encourageant. Celui de la personne qui aimait vivre joyeusement l'existence, et voir la même chose sur les autres. Il existait après tout des personnes qui ressentaient une satisfaction intime à répandre la joie, et la bonne humeur autour d'eux.

Et en parlant de profiter de la vie, les jeux de hasard était une manière excellente de le faire pour Viladric… Lui qui avait un comportement très peu vampirique, adorait néanmoins ces jeu où il y avait un risque… Peut-être la nature vampirique qui ressortait ? Après tout il y avait ce frisson du danger, ou de la victoire quel que soit le résultat du jeu, et cela pouvait se révéler enivrant pour Viladric. Au point qu'on puisse deviner dans quoi il ruinait ses économies des fois… Enfin l'avantage c'est qu'il avait des connaissances sur les jeux de hasard qui surpassaient celles d’énormément d'elfes, et de vampires, il pourrait même ressortir à Matis d'anciens jeux de sociétés humains tombés en désuétude depuis le temps. Quand aux cartes il adorait aussi cela, et oui il lui arrivait des fois de tricher, mais jamais avec des gens qu'il appréciait, seulement avec des inconnus qui ne souffrirait pas trop de se faire délester de leurs argents…

« Pour ma part j'aime beaucoup voir la roue du destin tourner, d'une certaine manière les jeux de hasard c'est comme la vie avec son lot d'imprévu, de chances, de malchances. Y compris dans le fait qu'on ait au final pas tant de contrôles sur les choses que cela au final, dame chance est après tout une femme capricieuses qui sait être cruelle, mais aussi miséricordieuse. » Dit-il d'un air légèrement poétique. « En somme les jeux de fortune savent avoir cette saveur qu'a l'existence avec son lot de fortunes, et d'infortunes ne trouvaient vous pas ? » Acheva t-il en montrant toujours sa passion pour le sujet.

« Mais non, je sais bien que les nobles d'Elena n'ont pas un balais, mais une lance planté à cet endroit. »
Acheva t-il ensuite en rigolant un peu lui aussi, pleins de second degré, avant de rajouter. « L'avantage c'est qu'avec eux vous avez le modèle exacte du genre de personne que vous ne voulez pas devenir, ne trouvez vous donc pas cela fort pratique ? » Dit-il cette fois-ci légèrement amusé, légèrement sérieux, après tout des fois il fallait avoir une idée exacte de quelque chose après tout pour vouloir en prendre exemple, ou au contraire ne pas faire pareil.

« En faîte ironiquement non, les vampires ne sont pas forcément bien plus résistant à l'alcool qu'un humain… C'est juste qu'après je dois avouer que j'ai vu peu de vampires qui appréciaient l'idée de finir ivre, allez savoir, mais pour ma part je me dit que si cela peut aider à se détendre un peu ce n'est pas forcément à jeter. »
Après il n'avait pas forcément l'air glorieux une fois ivre, mais bon… Le ridicule ne tue pas après tout, puis s'il y a un vampire qui se fichait bien d'être ridicule de temps en temps c'était lui.

Enfin, et au sujet des maisons la liberté n'était-elle pas une chose importante ? Pour sa part il n'y avait quasiment rien de plus important pour Lewyn que ceci, et voir que les gens pouvaient profiter de leurs libertés sans gêner celles des autres était tout à fait bien.

« Sans doute que chacun a sa manière de voir les choses, pour ma part j'avouerai que je préfère les choses plus sobres, mais je ne suis point insensible aux arts bien faits. »
Dit-il en observant calmement les alentours avant d'ajouter. « Je suis même sûr qu'une maison peut en révéler beaucoup sur la personnalité de celui qui y habite, et je trouve qu'en ce point aussi la chose doit être intéressante. » Acheva t-il ensuite pensif. Avant de reprendre au sujet des mœurs des sociétés humains, et vampiriques.

« Vous savez on trouve toujours quelques chose à améliorer quand j'y pense, le plus important reste d'être prêt à faire des efforts pour y arriver. Quand aux vampires disons que… Oui les femmes ont le même statut que les hommes, mais aussi dans le sens qu'une femme forte prédominera donc cela reste calqué sur la loi du plus fort. Nôtre société est bien plus libre aussi sur les mœurs, mais dans le fait que la force est respecté, et que personne n'a le droit de dicter à quelqu'un de plus fort que lui sa conduite. Tout est donc dans cette logique impitoyable, par exemple les vampires verront aussi moins en mal que l'un des leurs soit en couple avec une humaine, ou un elfe, ou même avec un membre du même sexe que les humains, ou les elfes. Nous sommes après tout par nature une espèce individualiste, beaucoup de vampires se préoccupent peu de juger les actes de leurs congénères, mais le prix à cela c'est que les vampires ne s'entraident que rarement entre eux, vous pensez peut-être que les humains sont égoïstes entre-eux ? A mes yeux vous êtres une espèce qui s'entraide beaucoup pour survivre, et capable de beaucoup d'altruisme envers les vôtres malgré tout, et c'est une qualité qui manque beaucoup chez les vampires. » Dit-il sincère car après des siècles d'existence il avait pu remarquer le fossé entre vampire, et humains de ce côté. Les vampires étaient par nature des prédateurs souvent égoïstes sauf quelques exceptions comme Lewyn, et Kylian, tandis que les humains collaboraient beaucoup pour survivre. Ce qui était d'ailleurs leur plus grande force, les humains n'étaient jamais plus fort qu'à plusieurs. Tandis que les vampires étaient des surhumains, mais ne pouvaient pas tant compter sur les leurs. Cela expliquait d'ailleurs pourquoi le peuple humain était le plus puissant.

« Vous me posez la une question difficile car personne n'a la réponse à cela, j'ai bien entendu dire que l'on menait des recherches en ce moment pour rechercher un substitut au sang, mais rien de salvateur n'en est encore ressortit... » Dit d'abord Lewyn calmement avant d'ajouter après une courte réflexion. « C'est d'ailleurs ce régime alimentaire la source principale de nos soucis… J'espère que ces recherches pour résoudre ce dilemme seront fructueuses d'ailleurs, mais pour le moment nous devons encore nous contenter du sang que vous nous offrez en jarre... » Dit-il d'un air sincèrement navré en haussant les épaules avant de conclure

« En parlant d’ailleurs d'intégrations, j'avais entendu dire que le peuple alayien s'était maintenant intégré au peuple humain... Je suppose que la cohabitation n'est pas trop difficile? Cela ne vous fait-il pas bizarre de devoir cohabituer avec un autre ennemi d'hier ? » Demanda t-il curieux, après tout cela faisait étrange aussi qu'un ancien ennemi comme l'alayia qui avait jurer auparavant d'exterminer les peuples magiques Armandéens ait dû du jour au lendemain s'adapter, et déposer les armes pour certains. Enfin peut-être que la nouvelle que Vraorg les avait manipulés eux, et leurs déesses les avaient refroidies, malheureusement Lewyn n'était pas adepte de la mentalité alayienne donc pas bien placé pour ce genre de déduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Ven 29 Jan 2016 - 17:05


Il hocha la tête car malgré tout ce qu’il avait vécu, tout ce qu’il avait sacrifié… Il espérait qu’un jour il n’y aurait plus besoin de gens comme lui, des tueurs. Car c’était ce qu’il était, il avait beau l’enrober sous la noblesse et la guerre, il n’en restait pas moins un meurtrier de sang froid. Combien de gens avait il déjà tué ? Combien d’autre encore ?

Le commerçant de la famille c’était mon frère. Maintenant ma sœur et ma femme ont repris les choses en mains, mais le tissu n’est pas uniquement ce que nous vendons vous savez ? Le bois, voila une richesse importante car tout le monde s’en sert, les bateaux, les châteaux, les fermes. Si je devais me lancer dans quelque chose se serait bien la dedans… Mais niveau négociation je ne suis pas très fort, ma femme à prit le pas sur moi à ce sujet. Finit il par dire en rigolant.

Matis n’avait que trop connu la guerre, il espérait ne plus avoir à en connaitre d’aussi dure et longue que celle qu’il venait de traverser. Aussi il espérait sincèrement que leurs chefs sauraient se tenir et ne pas relancer une guerre aussi stupide qu’inutile… Mais peut être était ce encore trop demander ? Il ne savait pas vraiment quoi en penser. Mais il n’était pas conseiller, il n’était que soldat et pas encore assez bien placé pour pouvoir guider son roi vers la paix. Mais il avait confiance en lui, il savait qu’il ne se laisserait pas faire. Il savait qu’il ferait passer la paix des siens avant la vengeance… Mais pendant combien de temps encore ? N’avait il pas perdu sa femme dans l’histoire ? N’avait il pas perdu des amis et une partie de sa famille ? Le commandant était perdu sur cette question, peut être serait ce un jour le moment d’aborder ce sujet si complexe…

Ce jour là nous devront nous tenir droit, nous tenir ensemble face à notre ennemi commun. Le pourront-ils seulement ? Les soldats écouteront les ordres et se bâteront pour leur Royaume et leur famille, mais les seigneurs ? Arriveront-ils à mettre leur rancœur de côté ? Je n’aimerais pas le savoir tout de suite effectivement mais un jour il faudra bien avoir cette réponse non ? Nous n’aurons peut être pas beaucoup de temps…

Matis sourit aux paroles du vampire, il le savait plein d’humour mais le voir directement était quelque chose de marquant…

Moi qui pensais que c’était directement une charrette… Mais que voulez vous, c’est toujours mieux que d’y avoir un bateau n’est ce pas ? Nous autre Elenien sommes de grand incompris, notre bizbille avec les gens du Nord occupaient notre esprit à longueur de temps… Je pense qu’aujourd’hui cela n’a plus d’importance n’est ce pas ? Aucune de nos deux cités n’a survécue à la guerre. Il eut un regard plus sombre, la voix presque eteinte.Nous sommes une espèce en voie de disparition maintenant…. Il revint à lui rapidement. Bha, ce n’est peut être rien après tout !

Matis passa avec le vampire devant son habitation et rit aux propos du vampire, il espérait donc obtenir quelques réponses à ses questions en lui demandant directement, peut être même en le repoussant dans ses retranchement gentiment.

Ainsi que vous inspire ma maison ? Que pouvez vous dire à son sujet et au miens ?

La maison des Falkire n’était pas extraordinaire pourtant elle n’était pas comme les autres puisqu’elle était d’une sobriété à toute épreuve, des travaux étaient toujours en cours mais elle lui semblait presque terminé maintenant…

Il hocha simplement la tête à ses paroles et fut quelque peu surpris, comme s’il avait sut qu’il lui dirait cela. Comme s’il semblait presque déçu de ne pas être humain pour profiter de cette bonté…

Je ne sais pas si nous sommes plus altruiste que d’autre… néanmoins nous sommes bon à faire beaucoup de chose, de bonne ou de mauvaise chose même. Là où les vampires et les elfes semblent sûre de ce qu’ils souhaitent faire, l’humain reste entre les deux, à savoir s’il doit faire le bien ou le mal…Peut être ne nous déciderons nous jamais vraiment… Peut être finiront nous choisir un côté ou l’autre, ce qui est certain, c’est que rester indécis n’a jamais été mon fort…. Je ne peux dire que je m’efforce de faire le bien, j’essaye juste de sauver les miens et de rester en vie… Le reste n’a que peu d’importance…

Une nouvelle fois il hocha la tête, peut être finirait on par trouver une solution à tout ceci… Peut être.

J’espère qu’un jour nous trouverons une solution car ce n’est pas ainsi que nous pourrons nous entendre mieux. Je ne blâme pas votre espèce, mais je comprend les gens qui vous craigne… Qui pourrait aller à l’encontre de cela ? Pas moi en tout cas. Mais ceci est une question qui nécessite bien plus que quelques paroles, nous avons besoin de savant et de sachant, de gens capable de penser de manière pragmatique pour trouve une solution. Pas la solution miracle qui ferait que tout rentrerait dans l’ordre, mais une solution pour que les choses se passent mieux… Et ce serait déjà pas mal je trouve…

Matis croisa ses bras dans le dos avant de répondre au vampire sur la question Alayienne… C’était un sujet sensible dans le sens où son frère était l’un d’eux… Mais ça, Lewyn ne devait pas le savoir.

Bien sûr que c’est bizarre… Qui ne le trouverait pas bizarre, mais je trouve cela cent fois mieux qu’une nouvelle guerre non ? Nous devons nous donner un chance de nous en sortir par le haut… De toute manière nous ne pouvons pas tomber plus bas sur cette question… Et puis leur fanatisme semble les avoir abandonné pour le moment, mais il nous faut rester vigilent. Peut être qu’un jour ils s’intégreront parfaitement chez nous mais cela n’est pas gagné… Loin de là…

Et vous ? Que disent les vampires de leur colaboration avec les elfes et les humains ? Cela ne doit pas être si différent n’est ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Dim 31 Jan 2016 - 10:38

Il y a tant d'horreur qui n'auraient pas pu être évités s'il n'y avaient pas eu de guerrier pour lutter contre, sans armée humaine après tout, Wintel l'aurait emporter, et aurait accomplit ses fantasmes tyranniques, et dément de génocide, et d'esclavagisme de masse. Et Vraorg s'il n'avait rencontré aucune opposition aurait pu assouvir tout ses désirs pervers, et ses caprices immondes, il avait donc été bien qu'il y ait des soldats pour lutter contre-eux sinon Lewyn n'oserait même pas envisagé ce que serait devenu Armanda aujourd'hui…

« Ma foi je suis certain que pour argent comptant vous trouveriez des gens à Caladon qui seraient prêt à vous enseigner l'art du marchandage, pour ma part je préfère éviter de jouer à ce jeu-là. Les humains me surprendront toujours quand à leur capacité à délibérer longuement sur la valeur d'une marchandise, et sur les arguments qu'ils sont capables de déployer pour faire monter, ou baisser le prix. » Dit Viladric légèrement amusé, il ne comprenait pas grand-chose aux lois du commerce en faîte lui aussi, mais cela risquait de prendre une petite importance chez les vampires si le commerce s'instaurait entre les races dont s'y intéresser pourrait être une idée…

Enfin Lewyn avait bon espoir pour sa part, Wallam ne voulait pas la guerre, la seule raison pour laquelle les vampires seraient la raison de la guerre serait que Kylian se fasse renverser par un vampire belliciste, et cela Viladric ne comptait pas du tout à ce que ça arrive, et ferait tout pour l'en empêcher. Aussi pacifiste, et doux soit-il pour un vampire il saurait donc montrer les crocs pour défendre les acquis des anciens renégats, sinon ce serait à nouveau l'escalade, et cette idée là était intolérable pour l'idéaliste qu'était Lewyn.

« Il n'y a pas que les seigneurs qui jouent un rôle, mais aussi leurs proches conseillers, leurs commandant, leurs généraux, et surtout leurs peuples... Ce dernier peut-être autant un vecteur de paix que de guerre je pense, et si Lorenz a aussi pu facilement faire prendre les armes au peuple vampirique c'est bien parce que ce dernier désirait ardemment la vengeance. Il ne faut pas que regarder en haut je pense, mais aussi en bas pour savoir si l'agitation gronde. »

Et visiblement l'humain prenait bien la blague sur les lances donc Lewyn sourit en voyant cela, avant de sourire moins quand il vit que Matis prenait un ton un peu sombre, sans doute que le vampire sans le vouloir avait ramener de mauvais souvenirs à la surface…

« Vôtre cité à disparue, mais cela doit-il pour autant être le cas pour vôtre peuple ? Est-ce que ce dernier est uniquement définit par la cité qui l'a vu naître, ou plutôt par des idéaux, et un passé commun ? Je ne saurai le dire pour ma part, je pense que la réponse vous appartient avant tout... » Dit t-il calmement, non pas qu'il affirmait quoi que ce soit, mais pour sa part il se disait qu'un peuple ne se définissait pas à sa cité natale, après tout les dirigeants meurent, les cités périssent, mais les peuples eux restent…

Et quand Matis lui demanda peu après avec le sourire ce que lui inspirait sa maison sur elle, et sur lui Lewyn regarda l'habituation calmement avant de dire avec un air songeur.

« Maison austère, droite, dépourvue de fioritures, et plutôt bien faîtes… Vous êtes un homme au caractère droit, vous êtes un militaire ou du moins un homme qui aime la discipline, et l'ordre. Vous n'avez guère un amour pour l'ostentatoire, et le pimpant… Pour le reste je ne suis pas architecte désolé. » Acheva t-il avant de reprendre son sourire habituel.

« C'est tout à vôtre honneur. » Au sujet du bien, du mal, et du fait que Matis voulait protéger avant tout les siens, puis on parla du sang, et d'une éventuelle solution.

« Vous avez raison il faudra trouver une solution car en ce moment c'est surtout des compromis qui règnent, même s'ils sont bien plus satisfaisants pour tout le monde que la situation d'Armanda auparavant il reste que ce n'est guère l'idéal, et il faut donc chercher quelque chose de mieux. » Quand au régime alimentaire Lewyn était l'une des premiers qui serait prêt à s'en débarrasser si cela était possible, mais malheureusement ce n'était pas le cas. Heureusement son totem limitait les dégâts en lui permettant grâce à son anneau enchanté de n'avoir qu'à se nourrir qu'une fois par mois. Ce qui était énorme pour un vampire…

Puis l'on aborda un autre sujet sensible, les alayiens…

« Surtout que la guerre avec eux avait fait beaucoup de dégât mine de rien. Enfin pour ma part là où beaucoup voient d'anciens ennemis j'ai surtout l'impression que ce sont des humains, ils mangent comme vous, ils dorment comme vous, et je suppose qu'ils font certaines autres choses comme vous... Pour le reste ce n'est qu'une question de mœurs je suppose… Enfin je ne me connaît pas assez en la matière pour me prononcer. » Dit-il en haussant légèrement les épaules avant de poursuivre calmement.

« Cela dépend, il y a ceux qui sont d'accord avec Wallam et qui voient là une opportunité, et d'autres plus réticents, néanmoins ceux qui ne supportaient pas la chose s'en sont allés, et nous ne les avons plus revus depuis. Heureusement ils n'étaient guère nombreux. Enfin je suppose que beaucoup continuent à détester les elfes profondément, il faudra que les choses change… Surtout que Lorenz avait régné il n'y a pas si longtemps donc les vampires ont encore le souvenir vivace de son règne… » Puis après une courte réflexion il acheva pensif.

« Je voulais vous poser une question, pourquoi vous les hommes êtes tant à cheval sur le concept de l'argent ? Je veux dire ces pièces n'ont pas de réelles valeurs au fond, elle ne se mangent pas, elle ne sont pas utiles dans autre chose que leur fonction d'acheter… Comment avez vous eu l'idée d'un tel système ? Et comment arrivez vous à faire tourner vos royaumes sur une telle chose qui pourtant n'a qu'une valeur symbolique, voilà bien un mystère pour moi je dois l'avouer... » Un mystère qu'il aimerait bien résoudre mine de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Lun 8 Fév 2016 - 17:59

Le commandant rit aux paroles du vampire tant il ne semblait pas savoir à quel point il avait raison.. Sa propre sœur, dans ses affaires quotidiennes, semblait marcher de la même manière. Elle se comportait comme si vendre telle ou telle chose à tel prix lui semblait totalement hors de propos, lui arrachait le cœur ou il ne savait pas quoi d’autre. Pour tout dire, il l’avait même surpris dire que cela servirait à nourrir sa très nombreuse famille… Bien évidement il ne disait rien car il n’était pas marchand mais tout de même… En arriver là…

Certain marchand humain sont plus proche d’acteur de théâtre qu’autre chose mais il faut croire que cela marche… Et cela n’est pas uniquement vrai pour les civils, j’ai la chance d’avoir un intendant versé dans cette arcane secrète qu’est le commerce et qu’il se débrouille plutôt bien… Vous n’avez pas idée du nombre de gens qui tente de nous dépouiller comme si nous avions toute la richesse d’aldaria dans nos coffres.

Matis ne pouvait pas vraiment leur en vouloir d’essayer mais il savait aussi que si personne n’essayait de gagner quelques sous le Royaume ne progresserait pas vraiment. Mais, Matis espérait surtout que les marchands et autres escrocs tenteraient de dépouiller plus Gloria qu’Aldaria. Est-ce méchant de penser cela ? Non du tout, il voulait rajouter une pierre de plus dans la chaussure de ce très cher Fabius…. Peut être n’était ce qu’un rêve mais bon…

Mais la conversion prit un tour vraiment particulière quand Lewyn lui parla de l’importance des personnes gravitant autour d’un souverain ainsi que du peuple dans la gestion d’un royaume et de tout ce qui tournait autour. Matis se doutait qu’il avait raison mais comment le faire comprendre à l’ensemble de la cour ? Certes il y avait des gens qui pensait que le peuple, les bourgeois et les nobles de secondes zones comme lui avait leur importance, mais la grande majorité des nobles de haut rang ne semblait pas partager cette idée…

Vous avez raison mais il est clair que certaine personne ont une plus grande importance ou tout du moins sont plus écouté que d’autre. Et encore à ce niveau là je ne peux pas vraiment me plaindre car grâce à ses dernières années j’ai pris un peu plus d’importance mais dans certain cas on ne m’écoute plus par respect que par réel intérêt… Le commandant haussa les épaules avant de conclure. Ma foi, le temps nous dira si l’on peut changer les choses en profondeur… Mais il y aura toujours des résistances.

Lewyn lui parla de sa cité et de ce qu’il pensait être la vérité. Effectivement il avait raison, la fin de sa cité n’entrainait pas forcement la mort de son peuple… Mais la guerre les avait déjà tué en partie, combien étaient ils encore d’Elena ? Plus énormément à ce qu’il savait…

Vous avez raison mais ce n’est pas forcement la mort de ma cité qui à entrainé cela, mais bel et bien la guerre. Une grande partie de mon peuple faisait partie de l’armée où en dépendait sur plusieurs points… J’espère faire comprendre à mes enfants ce que cela signifiait d’être un Elenien, pour qu’ils soient fier de leur ascendance, qu’ils n’oublient jamais. Mais j’espère surtout leur faire comprendre ce que cela signifie d’être libre de la domination d’un Tyran pour que jamais ils ne se laissent dominer comme Vraorg aurait voulu…

C’était loin d’être quelque chose d’anodin mais il savait au fond de lui qu’il y parviendrait, son épouse et ses amis l’aideraient dans cette tache… Mais il s’y attèlerait quand même avait la crainte de ne pas le faire correctement. Il avait beau être le « patriarche » de sa Maison, il avait toujours en lui le doute, la crainte de mal faire les choses… Mais, il pourrait toujours essayer son apprentissage sur sa nièce…. Mais pas sûr que sa sœur apprécie qu’il l’entraine déjà pour la guerre se dit il avec un petit sourire en coin.

Moi-même je n’étais pas vraiment architecte mais quand j’ai vu ce qu’il comptait faire à cette maison j’ai du le persuader de rester dans quelque chose de plus « classique ». Cela ne lui a pas plus, il a dit que je menaçais jusqu’à l’existence même de son génie créatif. Néanmoins comme c’était encore moi qui payait, aidé par la couronne bien sûr, il s’est résigné à faire ce que je lui demandais… Il a dut se rattraper sur une autre de ces maisons, car il ne manquait certainement pas de travail.

Et votre demeure ? A quoi ressemble-t-elle ? Je n’ai jamais rien vu des vampires si ce n’était vos camps de prisonnier pendant la guerre et, passez moi l’expression, mais ils n’étaient pas très glamour.


Matis eut une mine un peu sombre en écoutant son interlocuteur lui dire qu’il n’y avait pas encore de solution au sang qui leur servait de nourriture. En observant les regards des passants, bien inquiet de voir un vampire se promener librement dans la ville, il se dit qu’il faudrait vite trouver une solution avant que les vieilles rancœurs ne reprenne le dessus.

Peut être la magie pourrait elle nous aider dans cette recherche… En observant mon peuple, je me rend compte que nous devons faire vite avant que les rancœurs ne reprenne le dessus. En attendant nous devons vous fournir pour ne pas que certains des vôtres se sentent obligés de venir le chercher, mais cela me répugne aussi. Les mauvais langues diront qu’on vous tiens par les parties à procéder ainsi… J’ose à peine imaginer ce qu’ils pensent réellement de cet échange….

L’échange sur les Alayiens étaient frappant car il ne semblait pas vraiment voir la différence qu’il existait entre eux… Mais il avait aussi raison sur certain points, tout cela était stupide.

L’homme est ainsi… Mais les Alayien, bien que peu différent de nous, n’ont culturellement rien à voir avec nous et cela nous suffit pour nous détester. Hors ils ne peuvent plus repartir, nous allons devoir nous adapter culturellement à tout ce qui pourraient se produire… Arriver à faire de notre Royaume quelque chose de meilleur ou tout un chacun pourrait enfin se sentir chez lui… Cela devra être aussi mon cas.

La discussion prit une tournure plus philosophique et Matis ne put s’empêcher de sourire à cette pensée.

C’est une question que je me pose aussi vous savez… Mais que voulez vous c’est ainsi, c’est notre culture. Notre espérance de vie n’est pas bien grande il a donc fallu trouver un moyen de laisser une trace de notre passage sur cette terre, la richesse et ce qu’elle entraine en est une à sa façon. Mais, il est vrai que c’est un peu étrange et que je ne saurais vous l’expliquer, moi-même je n’y comprends pas grand-chose, tout irait mieux sans l’argent mais l’homme à besoin d’une récompense ou d’une remontrance à tout ce qu’il fait… Peut être une tare de notre race qui sait ? En attendant nous devons nous y plier et beaucoup le fond avec plaisir. En général c’est surtout ceux qui sont bien riche. Cela n’existe pas chez vous ? Comment faites vous alors ? Du troc ? Finit il en riant.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Jeu 11 Fév 2016 - 21:01

L'humain était très réceptif à l'humour de Lewyn ce qui n'était vraiment pas plus mal, après tout ce dernier aimait bien faire rires les autres, c'était sans doute mieux que de les effrayer, ou de les mettre en colère supposait-il. Et visiblement Matis devait comprendre ses questionnements sur certaines choses, ah Lewyn ferait sans doute un pitoyable marchand, il était bien trop sincère, et honnête pour ce genre de choses. Et il supposait que cela devait être aussi le genre de l'humain en face de lui, et puis les vampires ne s'y connaissaient pas tant que cela au commerce finalement, c'est que l'ancienne société vampirique avait été bien plus axé sur le pillage, ou le vol des ressources aux autres races que sur le fait de construire, ou de marchander par elle-même… mais avec de la chance ce genre de choses changeraient à l'avenir.

« Je suppose qu'il faut être marchand pour comprendre tout cela, comme il faut être soldat pour comprendre la guerre, en faîte j'imagine que si l'on veut tout comprendre il faut être beaucoup de choses à la fois… Pour ma part je pense ne pas avoir trop à me plaindre car étrangement les marchands humains semblent un peu intimider à l'idée de tenter d'escroquer un vampire. Ce qui m'arrange un peu, car je dois avouer que je ne suis pas aussi riche que ma fonction le laisser penser... » Dit-il calmement, vrai qu'il ne gagnait pas tant que cela pour un conseiller, 75 pièces d'or par mois de salaire c'était peu pour une telle fonction comparé aux membres hauts placés des autres races. Sans oublier que Lewyn avait tendance à perdre une belle somme d'argent aux jeux, vu qu'étant un vampire il n'avait pas autant la notion de l'économie qu'un humain. Et qu'il n'était pas riche à la base vu qu'un ancien bourlingueur...

« Qui vivra verra après tout, et je vous avouerai que je ne sais pas aussi bien que je le voudrai comment la système politique humain marche… Heureusement j'aurai tout le temps de m'intéresser à cela avec la paix actuelle je suppose. Après tout qu'on soit mortel, ou immortel je pense qu'il vaut mieux tâcher de vivre sa vie pleinement que ce soit en s'intéressant à ce qui nous entoure, ou autre. »
Bon c'était bien l'un des points positifs d'être vampire même si franchement ils serait ravis un jour de pouvoir changer de régime alimentaire, et qu'on ne lui dise pas qu'il n'avait pas essayé, il ne se rappelait que trop bien après tout de cette époque où il avait tenté de se nourrir comme les humains…

« Oui il faut que les idées survivent, et ne jamais oublié qui l'on est je pense. » Dit-il en approuvant les paroles de Matis au sujet du fait qu'il voulait inculquer les valeurs Eleniennes à ses enfants, un noble projet. « Je pense que l'éducation est sans doute une très bonne chose, elle doit être un tremplin qui permet d'inculquer des bases aux êtres naissant, pour me prendre pour exemple disons que si au lieu d'être abandonné à moi-même j'avais été guidé par l'un des miens je serai sans doute bien différence de ce que je suis, quoique non oublié c'est un mauvais exemple. Ce serait comme vous dire de lâcher vos enfants en pleine forêt pour les laisser se débrouiller par eux-mêmes. » Acheva t-il avec un peu d'humour car bien évidemment ce ne serait guère la meilleure idée du siècle.

« Me connaissant j'aurai culpabiliser, et finit par laisser cet architecte faire son travail. Je suppose que je ne suis vraiment pas fait pour être commandant... » Car bon Lewyn avait une gentillesse tout à fait admirable, et c'était autant une grande qualité qu'un grand défaut chez lui… « Le classique ça a aussi son charme je suppose, et puis il faut de tout pour faire un monde. Néanmoins comme vous êtes Elenien cela m'étonne que vôtre demeure ne ressemble pas à un château miniature. » Plaisanta -il encore, il n'était pas sérieux évidemment, mais il est vrai que cela aurait bien sonné Elenien un petit château à l'intérieur de la cité.

« Moi-même je suis content de ne pas avoir eu à fréquenté ces endroit, quand à ma demeure c'est très sobre… Disons de plus que nôtre cité est encore en construction, quand au style cela dépend des vampires, et de leurs richesses. Pour ma part comme je voyage souvent je me suis contenté du minimum c'est juste une petite demeure creusé dans la roche grise de la cité au style assez gothique. » Il n'était pas trop attaché au concept de maison, Lewyn n'aimait pas trop rester longtemps au même endroit, il aimait bouger en tout sens.

« A défaut d'être l'idéal au moins cet échange permet d'éviter une guerre pour le moment, quand aux recherches pour pallier le sang beaucoup de monde s'y active je pense, et si je voyais un quelconque moyen d'accélérer la chose j'y aiderai. Je vous avouerai ne pas être tant attaché que cela à mon régime alimentaire, je me rappelle même d'une époque, où j'ai tenté de me nourrir comme un humain, sans succès. » Dit-il en haussant les épaules, mais mine de rien cela n'avait pas manqué de comique quand il avait essayé de se nourrir comme un humain.

Puis on parla des alayiens, bon Lewyn devait avouer ne pas forcément être naïf envers-eux, mais il était de ceux qui pensait que ce n'était pas forcément des cas désesperés, après tout on aurait pu penser la même chose de certains vampires…

« Je vois, il est vrai qu'ils venaient d'une autre terre avec une autre culture, et d'autres mœurs, et puis beaucoup d'entre-eux ne sont pas à l'aise avec la magie, et la cohabitation avec d'autres peuples… Cela fera sans doute partie des difficultés auxquels vôtre peuple devra être confronter, mais j'avais entendu dire que les alayiens avaient été aussi un peuples assez avancées au niveau des progrès techniques, avec de la chance ils pourraient aussi apporter de bonnes choses à Armanda malgré tout je suppose. » Après tout il aimait bien voir le côté positif de la chose aussi.

Puis on passa à un sujet plus philosophe oui… La monnaie humaine, et ce n'était pas forcément quelque chose de déplaisant.

« Je ne sais pas vraiment si c'est une tare, enfin pas tant que cela… La manière de faire vampirique ? Le troc ? Oui cela existe, mais à vrai dire je me souviens surtout que nôtre économie se basait surtout sur le pillage à l'époque, les miens ne fabriquaient pas tant ce qu'ils avaient qu'ils le pillaient, et un vampire gagnait souvent en bien, et on objet en les prenant à plus faible que lui que ce soit à des humains, ou d'autres vampires. Un vampire riche il y a quelques années de cela n'était donc pas tant un vampire bon en commerce qu'un vampire doué pour déboîter la tête de son prochain, ou plus fort que les autres. Je vais donc m'abstenir de juger la manière de faire humaine vu que ma race se basait encore uniquement sur les rapport de force entre vampires il y a peine à quelques années de cela. » Dit-il en haussant les épaules, voilà bien une chose qui l'espérait-il finirait par entièrement changer, même si heureusement pour le moment les choses étaient en bonne voie. Puis il reprit plus léger.

« En parlant de cela il faut que je vous détrou… Je veux dire que je fasse quelques partie de cartes, ou de quoi que ce soit d'autres avec vous. » Tout cela avec un grand sourire, il avait fait exprès de dire détrousse en partie pour jouer le comique avant d'achever. « M'inviterez vous chez vous pour cela cher capitaine ? Ou voulez vous que nous allions dans un endroit sentant le bluff, et les pièces d'or clinquantes pour ceci ? » Et en rajoutant un petit commentaire. « Je ne rapporterai rien de tout ceci à vôtre femme bien entendu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mer 17 Fév 2016 - 18:17

Matis sourit à la remarque du vampire, il était tout à fait normal et facile à comprendre la raison qui poussait les marchants humains à craindre les vampires. Une mauvaise transaction et l’on pouvait finir par diner avec eux… En étant le diné bien sur. Il hocha la tête et lui répondit naturellement en mettant ses mains dans son dos.

Vous autre Elfes ou Vampires avaient le temps d’apprendre beaucoup de chose, d’avoir plusieurs vies. Nous n’avons pas cette chance et devons donc apprendre vite et tenter d’approcher rapidement ce que nous voulons faire. Pour le reste, il est normal pour un humain de craindre les vampires, surtout s’ils se sentent floué. Disons juste qu’il ne ferait pas le poids contre un vampire énervé n’est ce pas ?

Il étudia sa position un instant par rapport à l’invité de son roi. Tout deux avaient beaucoup de responsabilité mais semblaient les traiter de manière totalement différente, comme s’ils semblaient s’en ficher alors qu’il n’en était rien. Un point commun de plus entre ce vampire et le commandant, voila qui commençait à devenir étonnant. Lewyn lui indiqua cependant que, comme tout humain qui se respecte, il tentait de vivre sa vie à pleine dent… C’est sûr que c’est tout de suite plus facile pour quelqu’un qui a l’éternité devant lui après tout… Mais était ce une si bonne chose après tout ? N’en avait il pas marre à la fin ? Voila une question qu’il faudrait se poser un de ces quatre, mais elle tenait plus de la rhétorique philosophique qu’autre chose, et ce n’était pas à un soldat de se questionner à ce sujet. Tout du moins, pas tout le temps.

N’est ce pas ennuyant sur la fin ? L’éternité je veux dire. Finalement qu’apporte une si longue vie ? Si ce n’est voir plus d’horreur, voir mourir ceux que l’on a connu… C’est bien quelque chose que je ne vous envie pas, j’aime autant céder ma place aux futures générations…Mais il faut tout de même être honnête, cela doit aussi apporter pas mal de chose positive.

Ils revinrent un peu sur le sujet des enfants et commençaient à abattre les sujets comme un bucheron les arbres. Cela ne dérangeait nullement Matis qui n’avait eu que peu d’occasion de parler avec un vampire. C’était là un moyen de tenter de comprendre ce peuple.

Non effectivement, les laisser seul dans la forêt c’est pas génial si l’on souhaite les voir vivre longtemps. Après il faudra voir ce que nous allons leur apprendre, ma femme est marchande, je suis combattant… Qui sait ce qu’ils pourront apprendre de nous, de notre passé… Sans compter ce qu’ils apprendront des gens qui gravitent autour de nous.. Bref c’est une question qui me tracasse trop pour le moment. La peur de rater cela j’imagine.

Si son père avait été là, ou sa mère, ils auraient pu lui apprendre, lui donner des conseils, apprendre des choses à ses mômes. Il ne savait pas vraiment comment s’en sortir pour le moment, mais il avait encore quelques années avant d’arriver dans les années charnières de l’adolescence. D’ici là il devrait être irréprochable. Mais ils attaquèrent le sujet de la maison et Matis sourit aux propos de Lewyn.

Ho ça, le truc c’est d’arriver à être ferme, pas besoin de les séquestrer mais il faut tout de même se montrer correct. Pour le reste on ne sait jamais à qui on a affaire, c’est pour ça qu’il s’agit d’un château miniature… Et puis on m’a refusé l’installation de douve… De toute façon ma femme m’aurait arraché les yeux si je lui avait imposé la froideur d’un baraquement militaire. Ce que je comprends, ce n’est pas le meilleur endroit pour élever des enfants.

Matis haussa un sourcil en entendant parler de la maison du vampire.
Ce n’est quand même pas une simple tente ? Remarquez le ménage doit être facile à faire dans ses conditions… J’aimerais bien la visiter un jour, peut être escorterais-je un diplomate par chez vous…

Par contre je suis étonné de voir que vous avez tentez de vous nourrir comme nous. Je sais que pour les elfes c’est possible mais ça les rend malades et faible… J’imagine à peine ce que cela entraine chez les vôtres. Pourquoi avait fait cela ?


Le sujet des Alayiens le laissa perplexe tant il était tiraillé entre plusieurs sentiments à leur sujet… néanmoins il partageait au moins l’état d’esprit de Lewyn, ce qui était tout bonnement un miracle au vu de ce qu’il éprouvait pour eux il y a quelques années. Comme quoi les choses changeaient tout de même…

J’espère bien, de toute manière ce n’est pas comme s’ils avaient vraiment le choix n’est ce pas ? Ne sont ils pas obligé de vivre ici maintenant ? Autant tout faire pour améliorer notre vie et la leur. Ce serait une bonne chose et les gens les verraient sans doute différemment, mais rien n’est gagné.

Les paroles du vampire le laissèrent perplexe, il ne s’attendait pas à ce qu’il lui apprenne que les vampires étaient des grands commerçant mais à ce point là c’était grave. Mais après qui était il pour juger ? Non il ne fallait pas abuser quand même, les vampires devraient rapidement changer car il était totalement hors de questions de poursuivre ainsi, et ils le savaient certainement… Mais il n’eut pas le temps de poursuivre ce genre de pensée car il lui proposait de passer aux choses sérieuses.

Je vous suis dans un endroit plus propice à ce genre de chose. Ma femme travaille aujourd’hui, et mes enfants doivent être avec leur nourrice, laissons les tranquille pour le moment. De plus, il serait bon d’avoir quelques compagnons de jeu à dépouiller, je n’aimerais pas être le seul à perdre si vous voyez ce que je veux dire. Finit il par dire en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Dim 21 Fév 2016 - 16:36

Il est vrai que les humains avaient généralement peu de chance de battre un vampire en un contre un, bon c'était possible, mais dans le domaine du possible appartenant au très risqué donc il était légitime de préférer ne pas se mettre à dos un vampire. Bon pour Lewyn pour sa part ne faisait pas partie de la catégorie vampire rancunier qui s'obsédait à se venger en toute temps, mais il trouvait que ce n'était pas forcément bête après tout de se montrer prudent avec un vampire.

« Il est vrai que nous avons des capacités physiques qui fait que vaincre un vampire est un exploit pour un humain seul. Je suppose du coup que le marchand serait avisé d'avoir à dispositions plusieurs gardes du corps du coup s'il voulait tenter d'escroquer un vampire. » Dit-il légèrement pensif, avant de rajouter. « Mais bon, dracos merci les vampires raisonnable ne manquent pas non plus, et heureusement là plupart n'iront pas jusqu'à être violent pour ce genre de choses surtout maintenant. Par contre il ne faut pas s'étonner à être un peu bousculer tout de même, mon peuple a tendance à ne pas faire de rond de jambe pour dire ce qu'il pense après tout. » Et c'était autant une qualité qu'un défaut à bien y réfléchir.

Les vampires étaient mine de rien un peuple bien mystérieux, et plus complexe qu'on pourrait le penser, tiens d'ailleurs l'humain soulever une question très importante, il est vrai que la vie éternelle pouvait faire se poser ce genre de questionnement… Les vampires n'avaient certes pas la même perception du temps que les humains, mais le fait même de vivre éternellement, enfin si on arrivait à survivre pouvait semblait angoissant pour beaucoup. Mais il est vrai que comme tout cela avait ses avantages, et ses inconvénients, et que c'était une question de point de vue. Lewyn avait après tout pu voir certains anciens qui atteignaient un tel âge qu'ils paraissaient presque blasé de leurs existences millénaires, ou du moins prompt à s'ennuyer facilement. L'ennui, peut-être que c'était ce sentiment lui-même le pire ennemi de ceux qui voulaient vivre éternellement à bien y réfléchir…

« Je comprend où vous voulez en venir, je n'ai vécu que plus de 3 siècles pour ma part, et je ne suis point blasé de l'existence, mais peut-être cela pourrait être différent quand j'aurai autant le millénaire… Mais en attendant je préfère vivre l'instant présent plutôt que me projeter mille ans plus tard. J'avouerai que la vie humaine me semble assez courte, mais je suppose que nous avons une perception du temps différente... »

Et au sujet des enfants Lewyn n'était pas un grand expert que cela, mais il comprenait le concept en essayant de faire en partie un parallèle avec les nouveaux né vampiriques qui eux mêmes manquaient souvent de repère à cause de l'amnésie de leur réveil, et qui devait donc encore se forger une mentalité, et une certaine perception du monde.

« Je suppose qu'il est impossible d'être parfait dans tout ce que l'on fait même cela, mais qu'il faut faire de son mieux. Pour ma part je serai incapable de vous conseiller en quoi que ce soit à ce sujet car je n'ai aucune fichtre idée de comment on est censé élever un enfant. J'ai bien dû avoir un fils quand j'étais humain, mais je ne me rappelle plus trop de cette période, je crois même qu'il est mort sans faire d'enfants, sinon je serai un grand-père guépard, et non un père… C'est triste, car d'une certaine manière c'était mon fils après tout... » Acheva t-il assez mélancolique, car oui à ses yeux l'humain qu'il avait été, et le Lewyn qu'il est aujourd'hui étaient la même personne, il était humain avant, et vampire maintenant, et il ne voulait pas oublier ce qu'il était auparavant. Et de ce fait même s'il n'avait jamais connu le fils qu'il avait eu en tant qu'humain, il considérait de ce fait que ce dernier avait été son enfant… Il se disait, qu'il aimerait bien être père tiens, cela devait être une expérience particulière, Matis avait de la chance.

« Ho, mais vous auriez quand même pu négocier l'installation d'une baliste, ou d'un trébuchet sur le toit, je suis sûr que ça aurait fait son petit effet à ceux qui visitent vôtre demeure. » Dit-il avec humour, après ça ne lui semblait pas particulièrement froid, bon on pouvait dire que le jugement de Lewyn était biaisé après qu'il ait subit la froideur des galeries vampiriques, mais bon. D'ailleurs en parlant de ces dernières il n'était vraiment guère mécontent de ne pas avoir à y retourner de sitôt.

« Non juste une petite demeure spartiate construire dans la roche, telle que celle que l'on trouvait au protectorat à l'époque. Quand à la visite j'espère juste que vous êtes patient car disons qu'il mettent souvent plusieurs jours à analyser les dossiers des nouveaux arrivant à Dureroc avant de les accepter. Disons qu'ils préfèrent être prudent. » Dit Lewyn avec un léger sourire gêné, vrai que ça pouvait paraître long pour certains de devoir attendre plusieurs jours avant d'entrer dans la cité vampirique, mais bon c'était comme ça…

Et au sujet de la période où il avait essayé de changer de régime alimentaire Lewyn fit un sourire teinté d'une légère triste avant de dire.

« Je voulais changer de régime alimentaire… Enfin plutôt essayer dans l'espoir de si j'y arrivais pouvoir du coup espérer vivre en paix avec les humains, et je m'étais dit que ce serait plus facile si je me passai du sang. C'était à l'époque où je me demandai encore ce que j’étais, et où j'étais assez ignorant… Je vous avouerai changer de régime alimentaire avec joie si cela était possible, mais malheureusement ce n'est pas le cas comme j'ai pu le constater à l'époque... » Pourtant il avait essayé...

Quand aux alayiens Lewyn était bien l'un des rares vampires qui ne les haïssait pas vraiment, enfin depuis qu'il avait apprit à vérité à leurs sujets. Juste un autre peuple qui avait été manipulé de long en large pas Vraorg le blanc, tiens d'une certaine manière ils lui semblaient semblable aux elfes sur l'aspect du peuple presque exterminé sur son continent natal qui s'exilait sur une autre terre… Il supposait que les alayiens aussi avaient dû souffrir, sans pouvoir non plus faire l'impasse sur ce qu'ils avaient fait on pouvait comprendre le pourquoi.

« Au final les elfes, les hommes, et les vampires ne sont pas originaires d'Armanda à l'origine, les alayiens non plus. Quand aux alayiens je pense qu'on ne parlera même plus d'alayiens dans un millénaire, ce seront des humains armandéens comme les autres si ça se trouve tellement on ne les différenciera plus des autres... »
Mais bon d'ici là on étant encore au stade d'anciens fanatiques ennemis jurés de la magie qui devaient maintenant cohabiter envers leurs anciens ennemis.

« D'ailleurs quand j'y pense… Les alayiens au final n'ont pas différés tant de nous dans leurs buts des peuples armandéens, ils voulaient massacrer les elfes ? Les vampires aussi je crois, et nous y sommes arrivés mieux qu'eux. Ils voulaient massacrer les vampires ? Les elfes, et les humains aussi, vous y êtes même arrivés mieux qu'eux à une époque vu que nous étions en voie d'extinction… Quand à la conversion je la trouve assez similaire même si en moins extrême au désir de Lorenz Wintel de réduire en esclavage vôtre peuple pour en faire un garde manger. Au final si ça se trouve ils ont commis autant, si ce n'est moins de crimes envers les peuples Armandéens que ces derniers n'en ont commis entre-eux depuis que nous vivons sur le même continent. C'est assez ironique ne trouvez-vous pas ? D'une certaine manière sans les alayiens nous ne serions peut-être même pas en paix… Encore plus ironique ils ont peut-être même sans le vouloir sauver les elfes, et les vampires de l’extinction que ces derniers voulaient s'infliger mutuellement entre-eux en les forçant à s'allier pour leurs faire face, tiens je suis sûr qu'il y a là de quoi bien mettre un alayien en rogne en soulignant ceci… » Bon cela pouvait être sujet à questionnement, mais il est vrai que l'arrivée des alayiens avait eu une grande influence sur l'avenir d'Armanda. Bon par contre il fallait un sacré recul pour en venir à ce genre de pensée surtout que la guerre contre les alayiens n'était pas si ancienne que cela...

Quand à la manière dont marchait l'économie vampirique à l'époque c'était probablement l'une des raisons principales qui avait fait que Lewyn était devenu un renégat d'ailleurs. Mais heureusement avec la règne de Kylian, et le traité de paix cela était promit à changer si tout se passait bien, et alors le peuple vampirique ne serait plus un parasite pour les autres. L'avenir seul dirait si ça marchait, mais Lewyn avait bon espoir, et puis sans doute que l'avenir des vampires seraient plus certains dans un monde en paix, et vivant en harmonie avec les autres peuples que l'inverse, ils faudraient juste qu'ils finissent tous par l'admettre.

« On ne sait jamais ! Vous savez dame chance est fort capricieuse des fois, et elle pourrait peut-être vous sourire à vous plutôt qu'à moi… Enfin on verra. » Dit-il avec le sourire, et il laissa donc Matis le guider, mais en chemin Lewyn voulait demander.

« Vous seriez plutôt pour quel genre de jeu ? Avec des dés ? Des cartes ? Les deux ? Ou bien autre chose ? Enfin je vous propose que nous parions des petites sommes, après tout pas besoin de se ruiner pour prendre plaisir à jouer non plus. » Proposa t-il, c'est qu'il se sentirait mal entre autre de dépouille cet humain de son argent, surtout qu'au fond Lewyn ne jouait pas vraiment pour l'argent, mais surtout pour le jeu en soit, le pari n'était qu'un moyen de rajouter un peu de tension à ce dernier c'est tout…

Et sur ce il constata où Falkire l'emmenait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Jeu 25 Fév 2016 - 17:26

Matis ne sut que dire à cela, en même temps il n’y avait pas grand-chose à y ajouter n’est ce pas ? Comment pouvait il contredire l’autre quand il disait que les vampires pouvaient être un peu « bousculant » comme il disait ? Remarquez il aurait pu tout aussi bien utiliser tout un ensemble de vocabulaire pour pousser le vice mais il n’en fit rien. Il était tout simplement d’accord avec ce que lui disait l’invité de son Royaume, il hocha donc simplement la tête pour toute réponse.

Ils discutèrent alors de la vie éternelle et de tout ce qu’elle pouvait entrainer de désagréable ou d’agréable, combien d’humain apprécierait de gagner la vie éternelle ? Combien s’était déjà battu pour l’obtenir d’ailleurs ? Ceux-ci auraient ils tout fait, jusqu’à accepter la transformation en vampire ou utiliser magie encore plus vile ? Le commandant ne le savait pas vraiment et n’avait pas trop envie de se poser la question… Il avait bien d’autres soucis en tête en ce moment pour penser à ça.

Je ne tarderais pas à entrer dans ma quarantième année de vie, arriver à un tel âge dans les conditions dans lesquelles je suis est un petit miracle à mon avis… J’ai l’impression de pouvoir vivre encore le double, alors qu’il ne me reste peut être pas plus de vingt cinq ou trente ans… Après si je m’entretiens bien et que j’essaye de vivre sainement on ne sait jamais… Alors oui, nous ne voyons pas la vie de la même manière que vous mais ce n’est pas plus mal n’est ce pas ? Notre vie si courte me convient, et puis le dracos en soit remercié cela n’est pas pour autant la fin.

Il termina ainsi, sur des paroles fort religieuse malgré que lui-même ne soit pas foncièrement voué à la religion. Mais c’était plus qu’une simple religion, c’était en quelque sorte le mode de vie de ses ancêtres et du sien, certes il l’avait fait un petit peu évoluer mais pas plus que de raison et cela restait encore bien ancré en lui. Mais les paroles du vampire sur l’éducation de l’enfant ne le laissèrent pas indifférent. Il savait qu’en tant que vampire on se souvenait d’une partie de son ancienne vie, mais si les seuls morceaux dont on se souvient nous font souffrir, ne vaut il pas mieux tout avoir oublié ?

Je comprends votre raisonnement, se souvenir du passé, même par bride est quelque chose d’assez horrible. Je ne pourrais sans doute jamais comprendre ce que vous avez vécu mais sachez que ce n’est pas pour autant que je ne compatis pas. J’ai cette chance d’avoir deux magnifiques enfants qui prendront la relève à la tête de ma maison une fois que je ne serais plus, ainsi se perpétuera la ligné de mes ancêtres et nos valeurs, cela m’est amplement suffisant.

Le retour au fortification de la maison de Matis le fit sourire et il ne pu qu’acquiescer avant de lui répondre.

Que croyez vous que j’ai fais ? C’était un onagre que je voulais placer, avec de l’huile bouillante et tout ce qui va avec de l’arbalète à la lance mais bon… Mes voisins n’étaient pas forcement pour et ma femme m’a menacé de me quitter si je construisais tout cela… Et puis financièrement c’était pas très viable comme installation..

Bien entendu ce n’était pas vrai mais un peu d’humour ne faisait pas de mal de temps en temps et puis cela ne le dérangeait pas le moins du monde qu’on se moque de son côté martial. Il était pleinement conscient que ce n’était pas du tout le cas de ses voisins et compagnons de Royaume, il devait donc faire avec.

Concernant ma visite à Dureroc je pense que cela sera surtout possible en escortant un diplomate de chez nous, je ne m’imagine pas trop venir par moi-même par chez vous. N’y voyez là aucune insulte mais je n’y connais personne et mes amis sont plus à Gloria ou chez les elfes. Après tout peu changer très vite n’est ce pas ?

Matis était franc en amitié et il comptait pas mal de personne d’importance parmi ses amis, il était d’ailleurs très fier de connaitre la plupart d’entre eux. Bien sûr il restait toujours des gens étrange mais même eux il était heureux d’en être proche.

Il écouta à présent les explications de son compagnon sur sa tentative de changement de régime alimentaire et se rendit compte de la difficulté de la chose, cela n’avait pas du être facile et il avait du beaucoup en souffrir, tant sur le plan physique que psychologique… Il ne répondit rien et hocha simplement la tête comme pour le soutenir.

Il est vrai que les Alayiens furent un condensé de tout ce qui avait été mauvais en nous, mais j’aurais mille fois préféré qu’ils nous apportent de bonnes choses. Après rien n’est encore perdu et qui sait ce qu’ils pourraient réellement apporter à ce continent. Nous nous sommes mis sur la figure, très bien, maintenant il serait temps de passer aux choses sérieuses non ? Prendre le temps de construire une société unie et viable sur le long terme…

Après Matis était foncièrement optimiste, mais il ne relâcherait pas la pression pour autant, il savait qu’ils pourraient y arriver, ils n’avaient pas le choix. La dernière question du vampire se termina devant la porte d’un tripot que Matis connaissait très bien, son patron était un ancien frère d’arme qui s’était reconverti à la fin de la guerre. C’est donc en poussant la porte sur une salle animée qu’il répondit au vampire.

Les cartes, voila quelque chose où je me débrouille pas mal. Ici nous trouverons des joueurs honnête je pense.. Ou tout du moins qui ne triche pas trop. Fini il par dire en plaisantant.

Il attira le vampire à des tables et prit un temps pour saluer son ami à qui il passa déjà commande. Que voulez vous mon cher ? Andrei, met moi quelque chose de léger, je suis toujours en service. L’homme bougonnât un instant sur le fait de servir un officier mais fini par se laisser convaincre d’un regard puis commença à servir ses clients tout en racontant une histoire salace… Le genre qui marchait bien dans les tavernes et autres tripots. Puis Matis montra une table non loin et l’indiqua au vampire, à celle-ci se trouvait déjà des joueurs. Là il trouverait son bonheur.

Je vous suis, quelle table vous intéresse ?
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Ven 26 Fév 2016 - 18:10

Chaque race avait ses particularités, les vampires étaient juste bien différent des humains, et des elfes mais cela ne voulait pas dire qu'on ne pouvait pas avoir affaire avec eux sans heurts, pour sa part Lewyn s'intéressait beaucoup aux humains, et aux elfes surtout. Bien plus que le commun des vampires en faîte, il avait même un statut assez privilégié auprès de l'empereur elfique qui était un bon ami à lui, et de la princesse, et générale des rôdeuses. Bon à l'origine cette alliance avec les deux elfes devaient avoir des buts assez officieux, mais avec le temps qui avait passé ce n'était finalement plus aussi officieux que cela…

Quand à la vie éternelle au final cela laissait au moins le temps de pouvoir se fixer un grand but, et d'essayer de l'accomplir de son mieux, Lewyn n'était pas trop du genre à vouloir se replier sur lui-même, il était un idéaliste, et les idéalistes avaient un besoin essentiel, vivre pour leur idéal, et essayer de l'accomplir. Il voulait voir le monde évoluer dans le bon sens, et le fait qu'il pouvait vivre très longtemps vu qu'il était immortel était donc une chance en ce sens-là pour lui, une chance qu'il devait saisir. Aider de son mieux à ce qu'Armanda évolue dans le bon sens, et s'assurait que cela se perpétue, et ne finisse pas par disparaître seulement quelques temps après que ce soit accompli.

« Quarante ans ? C'est assez honorable pour un humain je présume, mais je vous souhaite de vivre jusqu'à vos 80 ans au moins, quand à vieillir on m'avait parlé d'une potion de jouvence qui permettait à un humain de se rajeunir de 3 à 18 ans, bon elle ne peut-être utilisé qu'une fois, mais qui sait ? Si ça vous intéresse… » Après tout il comprenait qu'un humain puisse vouloir vivre plus longtemps, et ne pas devenir un vampire pour cela. « Oui Dracos merci après la mort chaque âme trépassé investira un autre corps, une autre vie. Nous ne nous souvenons pas de nôtre vie passé au final, mais cela veut dire que l'âme de chaque être a traversé les millénaires depuis le début de la vie elle-même, qui sait ? Imaginez, dans une autre vie vous étiez peut-être un dragon, un lion, ou un grand roi elfiques? Les possibilités sont infinis... » Dit-il sur un ton légèrement spirituel, mais c'était plausible, après tout tel était le destin des âmes en chaque être, Lewyn pour sa part s'il venait à mourir pourrait comme chacun se réincarnait aussi bien dans un animal, qu'un être pensant, ou une plante après tout. Cela ne dépendait pas de lui, mais pour chaque être c'était ainsi une nouvelle vie, un nouveau cycle qui était offert après le trépas. C'était presque rassurant de penser ainsi, de se dire que la vie ne s'achevait pas avec une existence, et qu'une âme perdurait ainsi éternellement. C'était beau à sa manière...

« Je ne m'en fais pas tant que ça, au final, la vie semble toujours trouvé un certain équilibre. Pour ma part je suis content pour vous. » Dit-il avec un calme sourire, au final oui il ne pouvait probablement plus perpétué sa lignée, mais il pouvait offrir autre chose au monde, bâtir quelque chose qui perdurerait, ou bien trouver un autre sens à sa vie. Au final cela ne servait à rien de déprimer forcément longuement, il y avait toujours quelque chose à faire pour changer les choses. Et il est probable que ses anciens parents humains auraient du du mal à imaginer que leurs fils devienne comme ça, pas tant le fait qu'il devienne vampire que ce qu'il avait pu faire pour le bien d'Armanda.

« Rassurez moi. Vous avez au moins pensé à bâtir un tunnel secret en dessous de vôtre demeure ? Après tout on ne sait jamais. » Acheva t-il ensuite avec humour au sujet de la maison, bon après c'était plausible cela, après tout beaucoup de gens riches mettaient des passages secrets chez eux, c'était presque amusant du coup d'essayer de les découvrir tiens. Si Lewyn avait vraiment du temps à perdre, et l'envie de faire quelque chose de sa demeure à Dureroc il penserait sans doute à cela, mais surtout parce que le concept l'amusait assez...

Quand au côté martial cela ne dérangeait aucunement Lewyn, il valait sans doute mieux cela que certains aux autres côtés plus malsains, bon par contre il était étrange de se dire qu'Elena, Althaïa, et Lyssa les trois grandes cités n'avaient pas survécu aux dernières guerres, ni Glacern d'ailleurs, et bon même si les nordiques n'aimaient point les vampires, il n'empêche que Lewyn ne pouvait que ressentir une pointe de compassion pour eux à ce sujet, et aussi pour son ami Sighild qui avait ainsi perdu son chez soi, en espérant qu'elle en trouverait un autre.

« Je comprend tout à fait, même si je ne saurai que vous encourager à tenter une nouvelle expérience, mais après cela reste vôtre choix bien entendu. »
Dit-il au sujet du Dureroc, et puis l'humain avait tout son temps après tout, ce n'est pas en plus comme si la cité vampirique avait encore achevé sa reconstruction. « Ma foi si la vie n'était pas faîte de changement q'ils soient aussi imprévisible, ou prévisible qu'au possible elle finirait par être lassantes je présume. » Dit-il avec un sourire amène.

Pour sa part Lewyn ne se préoccupait guère de la position sociale, et du pouvoir de ses amis, il se préoccupait davantage de la personne que du poste, ainsi il avait bien un empereur, et une princesse parmi ses amis, mais aussi des gens biens plus humbles qu'il considérait tout autant. Il aimait beaucoup s'intéresser aux gens pour ce qu'ils étaient à l'intérieur après tout.

Quand à sa tentative de changement de régime s'était du passé, il verrait bien si on pouvait manger autre chose que du sang à l'avenir, mais à défaut de cela on devrait se contenter des arrangements actuels. A l'époque où il avait dû tuer pour se nourrir il savait qu'il n'avait pas eu le choix, mais s'il avait eu une autre option il aurait sans doute fait autrement, heureusement son totem lui permettait de passer une semaine sans manger, voir même un mois grâce à la bague en argent qu'il portait au doigt. Et n'avoir besoin de manger qu'une fois par mois c'était somme toute énorme pour un vampire, car les plus vieux d'entre-temps tenaient au mieux une semaine.

« Je me dit que ce qui va être dur pour eux ce ne sera pas tant de cohabiter avec d'autres êtres humains qu'avec les non humains qu'ils haïssaient tant. Et inversement je pense que cela sera aussi dur pour les elfes, et les vampires de devoir cohabiter avec les alayiens, ma foi la paix est pleine de défi… » Dit-il en haussant les épaules, pour sa part il avouerait ne pas être contre l'idée de s'intéresser un peu à ce peuple, mais bon il faudrait le faire avec des pincettes, mais bon Lewyn était assez ouvert donc c'était dans ses moyens.

D'ailleurs ils étaient arrivés devant ce qui semblait être un tripot, et foncièrement Lewyn n'était guère mécontent à l'idée de pouvoir bientôt s'exercer aux cartes, c'est qu'il n'avait pas forcément autant l’occasion qu'il voulait de jouer aux cartes depuis qu'il était conseiller, et il valait mieux s'exercer pour ne pas risquer de rouiller un jour, ou l'autre.

« Bien car j'avais envie de voir si vous aviez un tour dans vôtre manche, après tout j'avais entendu dire que pour s'occuper les militaires humains passaient leurs temps à jouer aux cartes… Vous devez donc avoir une certaine pratique je suppose! » Dit-il aussi pour plaisanter, et sur ce ils entrèrent.

Il attendit que Matis s'occupe de deux trois choses, après tout il était normal de passer le bonjour à un vieil ami, et quand le capitaine vint ensuite le voir pour lui demander à quelle table il voulait s'asseoir.

« Celle là. Disons que les occupants actuels de cette table m'inspirent... » Dit-il en désignant du regard une table ronde déjà occupé par trois personnes, et où il y avait deux places vides. Parmi les trois occupants il y en a un qui était accoutré comme un voyageur/truand sans vraiment l'être avec des vêtements usés, et une capuche qui cachait une bonne partie de son visage, un autre qui ressemblait à un ancien marin lyssien qui sentait fort le poisson, et le dernier un vieil homme borgne, imberbe, et couturé de cicatrices qui était quand même accoutré en mercenaire avec une cotte de maille usé. En somme de parfaits partenaires pour une partie de cartes… Enfin restait à voir si cela convenait au capitaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Jeu 3 Mar 2016 - 19:21

Les paroles du vampires le firent rire, lui un grand roi elfique ? Après tout pourquoi pas, mais il s’en passait bien, car il était bien heureux de n’être qu’un simple humain. Il ne voudrait pas être quoi que ce soit d’autre qu’un simple humain, un homme aimant sa femme et ses enfants, laissant une traces dans l’histoire de sa famille. Faire en sorte que sa famille et ses valeurs perdurent, il ne souhaitait rien d’autre que cela, et c’était déjà bien assez à ses yeux. Pour cela il ne ferait pas tout, il ne souhaiterait pas vivre éternellement, même si cela voudrait dire abandonner les siens un jour ou l’autre. La vie était ainsi, et s’il devrait mourir c’était que les Esprits et la nature en avait décidé ainsi. Il rejoindrait ses ancêtres et se préparerait pour un autre chapitre de sa « Vie ». C’était l’ordre naturelle des choses, il ne voulait pas revenir dessus.

Non, c’est bien gentil mais cela ne m’intéresse pas, du moins pour l’instant mais j’ai des doutes quand à ma volonté d’essayer de vivre longtemps. Je préfère une vie bien remplie à une vie bien longue… Peut être la peur de voir partir ceux que j’aime… Je ne sais pas, de toute façon je n’arrive pas vraiment à concevoir une vie sans fin… Ou trop longue pour l’anticiper.

De la joie d’être humain n’est ce pas ?


Il opina quand il lui demanda s’il avait construit un passage secret sous sa demeure, il ne pouvait que sourire car celui-ci ne menait pas à un endroit en particulier, du moins il n’avait pas encore eu le temps de l’explorer complètement.

Il me reste encore beaucoup de chose à voir dans cette maison, mais l’ancien propriétaire avait bel et bien fait ce genre de chose. Néanmoins je ne sais pas encore où est ce qu’il mène, tout ce que je sais c’est qu’il m’a conduit à une pièce contenant des bouteilles de vin… Ca m’a suffit pour le moment.

Il avait fini par dire cela en souriant, cela avait été une bonne découverte en même temps….

Ils en vinrent à parler, comme depuis le début en fait, de tout et de rien. Abordant des sujets divers permettant ainsi de comprendre et de voir la position de son partenaire de sortie et Matis fut ravi de voir que beaucoup de points commun se trouvaient entre les deux hommes. A dire vrai, et pour être tout à fait honnête il n’aurait pas pensé voir un jour un Vampire aussi proche de sa pensée à lui, mais finalement peut être n’était ce pas une exception ? Peut être y avait il d’autre vampire qui pensait comme lui… A voir qui avait prit la tête de ce peuple il se dit qu’il faudrait porté une attention toute particulière à ce peuple qui, peut être, renaitrait de ses cendres avec Kylian…

Les Alayiens n’auront plus vraiment le choix, les plus fanatisés d’entres eux sont soit mort soit en cavale après que Vraorg eut été vaincu… Néanmoins il faudra les tenir à l’œil, j’essaye de le faire avec ceux que je commande mais changer les mentalités ne sera pas simple, on en revient à ce que nous disions au début…

La paix sera pleine de défit en effet, mais ce sera toujours mieux que de se battre sans cesse n’est ce pas ? Après tout la paix vaut mieux que tout le reste…


Une fois dans la taverne, Matis passa commande pour les deux et apporta la boisson alcoolisé qu’il avait promis au vampire, il espérait pouvoir le souler et gagner facilement mais quelque chose lui disait que ce ne serait pas chose aisée. Il lui montra une table et sourit légèrement en voyant les gens qui s’y trouvaient. Il hocha simplement la tête et commença à se diriger vers eux. Une fois à leur niveau, il leur demanda s’il y avait de la place pour deux nouveaux joueurs..

Bonjours messieurs, pouvons nous nous joindre à vous ?

Un simple grognement du plus vieux sembla leur ouvrir les portes de la table de jeu et il ne se fit pas prier pour se joindre aux joueurs tandis que l’un d’entre eux commença déjà à distribuer les cartes.

Quelle mise de départ ? Demanda il à l’assemblée, espérant pas un prix exorbitant, il ne roulait pas sur l’or non plus…
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Sam 5 Mar 2016 - 14:22

Il appréciait plutôt bien ce Matis, ce dernier avait le sens de l'humour, et Lewyn aimait bien les gens qui avaient le sens de l'humour franchement, bon les vampires n'en étaient pas non plus dépourvu pour une partie d'entre-eux, mais c'était différent, et Viladric trouvait étonnamment souvent plus facile d'être léger en propos avec un humain qu'avec un autre vampire. Après comme toujours il y avait de grosses exceptions comme un certain Kedrildan avec qui Viladric était très bon ami depuis quelques temps, bon après il avait entendu de sales histoires au sujet du passé de son ami vampirique, mais visiblement ce dernier avait dû bien changer depuis cette époque. Oui Lewyn était tout à fait du genre à penser que les êtres pouvaient changer, et s'améliorer, lui-même n'y était-il pas arrivé par détermination ? Alors si lui y était arrivé il supposait que n'importe qui le désirant vraiment pouvait le faire au final, on est tout, et un chacun maître de sa propre destinée selon Lewyn au final.

« Je comprend vôtre manière de voir les choses, et puis sans doute que si elfes, humains, et vampires ont des durées de vies différentes ce n'est pas sans raison, et probablement pas contrairement à ce que disent certains elfes que les esprits ont privilégiés une race, ou l'autre. Vous les humains avaient un train de vie assez intense après tout comparé aux elfes donc je suppose que vous arrivez à le combler en peu de temps mine de rien. » Dit-il songeur avant de rajouter philosophiquement.

« Je pense que vous avez raison le plus important c'est sans doute de vivre une existence heureuse, et bien vécue. La longueur de la dite existence après ce n'est qu'un détail. » Dit-il en haussant les épaules.

Et d'ailleurs visiblement le capitaine humain lui confirma qu'il y avait bien un passage secret chez lui, eh bien… Lewyn devait avoue qu'il était légèrement impressionné par cela, ça donnait tout à coup une petite atmosphère de mystère à la demeure de Matis ce genre de choses.

« Eh bien, le pire c'est que vous pourriez le revendre une petite fortune, je ne m'y connaît guère en négoce, mais j'ai cru comprendre que ce genre de boisson se faisait rare depuis les dernières année. » En même temps il suffisait juste d'être attentif dans certains quartier marchand pour comprendre cela, mais pour sa part Lewyn devait avouer n'avoir jamais trop comprit le délire des humains autour des boissons alcoolisés, mais bon il supposait que cela devait être culturel après tout.

« Oui la paix est la meilleure voie pour l'avenir, après je ne doute pas que l'avenir nous réserve encore des surprises, mais ce genre de défi mieux vaudra y faire face ensemble qu'en s’entre-déchirant comme auparavant. » Dit Lewyn calmement, après même lui ne pouvait prétendre que la paix serait durable, mais il l'espérait bien, et puis à l'heure actuelle il restait tout de même beaucoup de défi malgré cette paix, Armanda n'était pas encore aussi sûr, et paisible qu'ils le désiraient réellement tous...

Enfin dans tout les cas arrivé à la taverne visiblement on lui apporta à boire… Mmmmh est-ce que c'était mélangé avec du sang ? Visiblement oui, sinon l'alcool serait imbuvable pour lui tout simplement, après Lewyn n'était pas un grand buveur, mais il voulait bien essayer un peu aujourd'hui. Il prit donc le breuvage en main, et alla s'installer avec Matis à la table qu'il avait désigné, ou ils eurent un accueil plutôt peu chaleureux disons. Lewyn la sentait vraiment très bien cette partie en vrai, avec de la chance elle serait même assez animé...

« 5 pièces d'or. » Répondit donc le marin à Matis en leur lançant à tout deux un regard indéchiffrable alors que les cartes étaient distribués. Lewyn pour le coup était d'accord c'était une mise plutôt honnête, et puis tout le monde ne devait pas rouler sous l'or ici, ironiquement lui vampire qu'il était devait être le plus riche à cette table en faîte… Alors que généralement les vampires ne croulent pas sous l'or comparé aux humains, voir mêmes aux elfes.

« On joue à quoi d'ailleurs ? Au jeu du trône ? » Demanda Viladric, et visiblement il eu une réponse affirmative… Bien le jeu du trône était assez simpliste dans les faits, le gagnant était le jouer ayant joué toutes ces cartes, on plaçait chacun son tour une carte, et on ne pouvait placer qu'une carte plus forte que celle du joueur ayant posé avant . La valeur de carte était dans l'ordre croisant 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, la bouffon, l'impératrice, l'empereur, et enfin le 1 ou l'esprit. Et lorsque plus personne ne pouvait placer de carte on recommençait à placer dans l'ordre croissant jusqu'à ce qu'un joueur n'ait plus de cartes, et gagne ce tour. Il fallait donc être assez stratégique…

Lewyn fit donc un sourire énigmatique, et posa d'un mouvement léger une carte sur la table, le 10 pour débuter. Et ainsi commença la partie.

« Allez messires, je suis sûr que vous devez être tous des joueurs avertis, n'est-ce pas ? Voyez mon ami ici présent est un vieux briscard aux jeux de cartes, et je suis encore bien en peine de l'égaler pour ma part. Mais pour vous ce sera peut-être possible ? Qui sait... » Dit-il en faisant un petit clin d’œil à matis, et en entrant tout de suite dans le jeu, sa stratégie ? La bonne vieille ruse de laisser gagner deux trois parties à ses adversaires, et de commencer à vraiment rafler quand la mise serait élever, histoire de les mettre en confiance… Oh, et bien entendu comme les humains ne pouvaient pas reconnaître un vampire sans voir ses dents vu que ces derniers ressemblaient énormément aux humains à part la pâleur de la peau avec un peu de chance les trois inconnus le prendraient pour plus jeunes, et inexpérimenté qu'il ne l'était réellement, de qui bien l'avantager. Ah ça… Si Lewyn était un vampire honnête en temps normal, quand il jouait aux jeux de cartes, et de bluff c'était tout autre chose… Mais en même temps c'était ce genre de choses qui donnaient du piquant à ces jeux là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mer 9 Mar 2016 - 19:21

La réflexion qu’avait eu le jeune commandant sur la durée de vie des diverses races semblait trouver son auditoire en la personne du conseiller vampire, il était tout à fait content de savoir qu’un autre que lui partageait son style de vie et sa vision de la vie en général. Après c’était toujours complexe pour un humain d’envisager de vivre comme un elfe ou un vampire, mais il pouvait quand même essayer d’y penser.

J’aime ma vie d’humain, même si je n’ai pas le temps de faire tout ce que je souhaite, peut être que cela me permet de me concentrer sur ce qui compte vraiment pour moi. Peut être que cette vie si courte nous permet d’aller plus vite, de révolutionner plus rapidement et facilement notre société et notre mode de vie. Contrairement à vous nous n’avons pas de temps à perdre.

Peut être est ce un avantage, peut être pas. Qui suis-je pour le dire ? Je ne suis pas philosophe.


Matis remarqua rapidement que l’autre était intrigué par le couloir secret, plus proche de la cave cachette qu’autre chose d’ailleurs. Il observa le vampire en souriant, si cela l’intéressait tant que cela il pourrait la visiter un de ses quatre…

Cela n’est certainement pas de mon fait mais j’aimerais en profiter un tant soit peu d’ailleurs. Je ne suis pas un grand connaisseur de vin ou d’alcool mais je pense savoir savourer ce qui est bon, et à voir le soin pris pour le conserver, j’imagine qu’il doit être bon. A moins que l’ancien propriétaire des lieux ait eu des goûts douteux. Je ne suis pas à l’abri de cela non plus n’est ce pas ?

Quoi qu’il en soit si cela vous intéresse vous pourriez la visiter, peut être vous y connaissez vous mieux que moi.


Il avait dit cela avec franchise ne sachant pas s’il accepterait, et si c’était le cas, il pourrait même partir avec une ou deux bouteilles, surtout s’il lui apportait des réponses concernant cette surprenante collection cachée.

Lorsqu’ils finirent par se mettre à la table de jeu, Matis fut un peu interloqué par les regards et les paroles du vampire. Allait il tenter quelque chose en vue de dépouiller les infortunés qui se trouvaient avec eux ? A l’en croire il ne savait pas jouer au jeu du Trône, le commandant lui n’en était pas un expert mais il avait l’avantage de n’être pas complexe à comprendre… Et ce n’était pas simple de tricher, du moins pour lui qui était trop honnête pour ce genre d’entourlouperie. Mais le vampire ? A ce qu’il lui avait déjà dit il prenait plaisir à dépouiller tout un chacun, peut être valait il mieux l’avoir dans sa poche le temps de ce jeu.. Après tout il n’était pas riche au point de pouvoir jetter l’argent par les fenêtres.

Cinq pièce ? Ca me parait honnête, de toute façon voila un moment que je n’ai pas joué… Et puis vous me semblez tous bien sympathique, vous n’allez donc pas me dépouiller n’est ce pas ?

Simula il avec un petit rire gêné, puis il se plaça à la table et assista à la distribution des cartes tandis que tout un chacun déposait la mise sur la table sous le regard amusé du vampire. Personne ne semblait réagir à ce qu’il était, comme si, lorsqu’ils jouaient, les humains n’étaient plus raciste… Peut être était ce là un moyen de résoudre les problèmes, les cartes… Rien qu’en pensant cela Matis comprit qu’il ne pouvait avoir plus tord. Que se passerait il s’ils perdaient tout ? Lewyn semblait être le genre de joueur bien équipé et sachant plus que bluffer… Un être parfaitement constitué pour les jeux de cartes et les jeux d’argent en général.

Il l’observa un instant et lui dit quelques mots.

Je reste débutant, j’espère que tu sera plus efficace que moi hein ?

Il n’y avait jamais vraiment eu de protocole entre eux, mais là il n’y avait vraiment plus rien du tout de ce genre. S’était seulement deux joueurs, presque deux amis à dire vrai. Assez cocasse comme situation n’est ce pas ? Un homme et un Vampire qui ne se tapaient pas dessus, moment assez rare pour être noté…
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Sam 12 Mar 2016 - 19:17

C'était bien d'être satisfait de ce que l'on a à sa manière, pas qu'il soit mauvais de vouloir améliorer sa vie, et sa condition, c'était même normal, mais savoir qu'on a assez, ou bien se contenter de ce que l'on a vraiment envie sans aller trop loin était une bonne chose, et Lewyn imaginait bien à leurs manières certains humains être jaloux des elfes, et vampires pour plusieurs ce qui était compréhensif, un sentiment qui pouvait être néfaste néanmoins mais qui ne semblait heureusement pas agiter l'esprit du capitaine Matis.

« Peut-être est-ce un avantage oui, mais il est heureux en tout cas de pouvoir se satisfaire de ce que l'on a. Des fois la démesure peut avoir de mauvaises conséquences après tout... » Dit-il indirectement comme pour parler par exemple de l'ambition de certains qui avait mit Armanda à feu, et à sang. L'ambition voilà bien une chose qui pouvait transformer n'importe qui en un monstre assoiffé de sang, Lewyn se demandait si c'était l'effet du pouvoir… En ressentait un léger frisson à cette pensée, il n'avait sûrement pas envie de devenir ainsi. Lui qui avait tant peiné contre la tyrannie refusait de jouer à ce petit jeu…

Enfin pour sa part il n'avait pas trop d'ambition particulière à part celle de consolider la paix, d'aider son prince à faire en sorte que les mentalités changent pour le mieux, et ensuite… Lewyn serait tout à fait capable de se complaire un peu dans l’oisiveté quand on n'avait pas besoin de lui donc il ne s'en faisait pas. Les responsabilités n'étaient pas une chose qu'il appréciait particulièrement, s'il pouvait aider dans le bon sens ok, mais sinon entre paresser et exercer le pouvoir Viladric préférait paresser comme un guépard après une longue course. Chose qu'il faisait que assez rarement malheureusement pour le moment car il avait fort à faire. Avec de la chance une partie de ces choses à faire serait régler dans quelques années, qui sait ?

« Le seul moyen de le savoir je présume c'est de boire le vin pour voir s'il a bon goût, ou de trouver un cobaye pour l'essayer si vous craignez que son goût soit bien trop déplaisant. Après je présume que les militaires doivent avoir une certaine expérience avec les breuvages aux goûts douteux n'est-ce pas ? » Dit-il taquin, bien entendu il n'en savait pas vraiment grand-chose vu qu'il n'avait pas pu en boire vu que vampire, mais beaucoup de gens s'amusaient à dire cela donc il le répétait pour faire un peu d'humour.

« Qui sait ? Il faudra par contre expliquer à vôtre femme ce que fiche un vampire a fouiller le passage secret de vôtre maison, car sinon elle pourrait croire que j'étudie les points faibles de vôtre donjon en prévision d'un siège. » Dit-il ensuite toujours avec humour. Après il ne serait guère contre l'idée de jeter un coup d’œil, qui sait ? Peut-être qu'il pourrait vraiment dénicher quelque chose, quand à l'alcool cela ne l'intéressait pas forcément. Lewyn n'avait jamais été un adepte de la boisson, de plus il fallait la mélanger avec du sang et comme il tâchait de ne pas manger plus que nécessaire pour essayer de se contrôler de ce côté… On pouvait dire qu'avec lui l'alcool aurait l’occasion de bien vieillir.

Enfin dans tout les cas peu après l'heure du jeu était arrivé, et visiblement Matis semblait légèrement étonné par le comportement du vampire, en même ce dernier se plongeait bien dans le jeu, et il n'y allait pas de mains morte à ce sujet-ci. Pas que Lewyn adorait l'idée de dépouiller les gens, mais pour lui les jeux de cartes, et de hasard c'est presque une religion dans laquelle il adorait s'investir pour tenter dame chance. Et il serait ravi de voir Matis dans son petit jeu qui rendrait les choses bien excitante, après tout où serait le plaisir sans le risque ? Enfin de toute manière il verrait bien comment tout ceci se passerait… Mais il sentait qu'il allait beaucoup d'amuser en tout cas, et avec de la chance l'humain aussi.

« Jouez donc et on verra. » Dit le vieillard aux allures peu sympathiques à Matis quand ce dernier parla, visiblement il semblait impatient de jouer, et pas très porté sur la causette cet homme. Pour sa part Lewyn jubilait intérieurement, et ne se fit pas du tout prier pour s'asseoir.

Et à part Matis les humains ne semblaient pas se douter une seule seconde de sa vraie nature… Peut-être qu'ils finiraient par le deviner quoique ce serait improbable, mais les bougres pour l'instant semblaient surtout préoccuper par les cartes, bien ! Il avait envie d'adversaires sérieux qui ne lui feraient pas de cadeau sinon il s'ennuierait, et Viladric avait déjà plusieurs idées en têtes de tactique de jeu comme un général qui planifierait un plan de bataille pour essayer de le rendre infaillible…

« Nous verrons bien. » Répondit-il ensuite à Matis avec un sourire entendu. Ah ça il pourrait en effet bien voir…

Et bien entendu la partie avança plutôt bien, Lewyn comme il le planifiait avait perdu la première manche qui avait été remporté par l'un des inconnu, le marin. La deuxième fut remporté par Matis d'ailleurs, et commença la troisième manche avec cette fois-ci 10 pièces d'or en jeu… Lewyn décida d'arrêter de faire exprès de perdre maintenant. Et décida autre chose...

« Qu'est-ce que je disais ! Vous n'avez pas perdu la main. Vous feriez bien de profiter de cette veine, qu'en pensez-vous? » Dit-il avec un léger sourire avant de reprendre le jeu. Cette fois-ci son but était simple, essayer de faire gagner les prochaines manche à Matis pour que les autres joueurs se concentrent sur son ami, et pas sur le vampire, stratégie quand tu nous tiens... Enfin ils verraient bien où ça les mèneraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Ven 25 Mar 2016 - 18:57

Matis était certain qu’il s’agissait là d’un avantage à se satisfaire de ce qu’il avait. Certes il essayait toujours d’améliorer sa situation mais pas au point de mettre un pays à feu et à sang, il ne fallait pas pousser non plus. Il avait ce qu’il fallait pour être heureux. Une magnifique épouse qu’il aimait, de beaux enfants, des amis précieux, une place de prestige… Son passé l’encombrait et lui laissait parfois de mauvais rêves mais c’était bien peu de chose à payer par rapport à ce qu’il avait perdu et ce qu’il aurait pu perdre… Son compagnon de sortie, presque son ami au vu de l’évolution de la situation entre eux lui indiqua qu’il serait de bon ton de gouter le vin avant de se prononcer. Mais il sourit surtout à ses derniers mots, oui en tant que soldat il était « habitué » aux boissons aux goûts plus que douteux.

Ho vous n’avez pas vraiment idée à quel point j’ai pu ingurgiter des choses étranges durant mes années de servie… Et encore je ne suis pas un habitué des beuveries et autres choses de ce genre là… Mais bon, passons, j’espère que cette fois il s’agira de quelque chose de buvable… Dans le pire des cas je m’en servirais comme alcool à bruler….

La remarque sur sa femme se demandant ce que ferait un vampire dans sa maison et, encore plus, dans un souterrain caché que son mari aurait découvert. Certes elle n’était pas d’Elenna et ne se demanderait pas ce qu’il pouvait comploter pour assiéger sa maison mais elle se poserait pas mal de question quand même.

Elle se posera sans doute beaucoup de question mais pas au point de redouter un siège, elle n’est pas d’Elena, mais c’est sûr qu’elle se posera des questions et aura des doutes. Après si elle ne vous aime pas elle vous le dira et je ne pourrais strictement rien faire. Finit il par dire en plaisantant.


Mais ce qui le marqua c’est surtout cette partie qui semblait montrer un Matis assez chanceux et plutôt bien en veine pour une fois. Mais il avait quand même des doutes, comme si tout cela était le fait d’autre chose que la chance ou ses capacités au niveau des cartes… Mais pourquoi avoir peur ? Il ne craignait pas grand-chose n’est ce pas ? Le vampire lui indiqua ne pas voir avoir craint pour ses capacités mais son regard disait autre chose, Matis craignait qu’il n’ai préparé un mauvais coup… Encore une fois.

Si tu le dis, mais j’irais quand même vérifier que tout va bien car avoir tant de chance est assez étonnant pour moi….

Il sentait quand même que l’autre préparait quelque chose d’étrange car il semblait déjà prendre un air totalement différent de celui qu’il avait précédemment, comme si tout avait été prévu de longue date. L’espace d’un instant il se sentit un peu démuni, comme si tout ses mouvements et coups avaient été prévu de longue date par cet homme qui n’en était plus vraiment un depuis longtemps. C’était ainsi que l’on réagissait et qu’on gérer une fois devenu vampire ? Gagnait on autant de pouvoir, était on capable de prévoir les mouvements des gens si faible que les humains ? Il ne savait pas vraiment mais cette simple partie le mis un peu mal à l’aise car par moment il avait l’impression de n’être qu’un simple pion que le vampire manipulait.

Comment cela il en faisait trop ? Oui sans doute…

J’espère que vous ne me laisserait pas gagner seul n’est ce pas ? Que fais je faire d’autant d’argent ?
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mer 30 Mar 2016 - 20:51

Peut-être que si beaucoup cherchaient à faire bouger les choses dans le bon, ou le mauvais sens c'était pour s'occuper à sa manière, Lewyn savait déjà que l'ennui pouvait être une sensation pesante, de là à dire que c'était une cause de beaucoup de malheur il y avait quand même beaucoup de pas à faire. Après il n'était pas connaisseur de la pensée humaine, et elfique donc même s'il savait pas mal de choses sur ces peuples à cause de son grand intérêt pour ces derniers il ne pouvait pas encore prétendre les connaître par cœur. Quand aux vampires, les humains n'avaient pas tort de se dire qu'ils étaient très différent d'eux, encore plus mentalement que physiquement… Au final d'ailleurs les préoccupations vampiriques étaient peut-être plus simples à la manière, et souvent plus égoïstes aussi. L'idéal de la survie, et de la force individuelle était plus prisé que celui du progrès commun chez les êtres de la nuit. Mais la force n'était pas forcément une mauvaise chose même si la façon dont beaucoup en usaient étaient mauvaise, et Viladric était convaincu que le mode de pensée vampirique pouvait devenir bien plus sain sans pour autant se trahir au fond…

« Étrangement je n'ai pas envie de savoir ce que vous avez ingurgité du coup, dîtes la vie de militaire pour la vivre aussi longtemps je suppose que ça doit avoir son charme n'est-ce pas ? Une bonne paye la camaraderie ? C'est qu'après tout il doit bien y avoir une raison en dehors du patriotisme qui fait que l'on tente une carrière aussi dangereuse. » Ah pour sa part il n'avait jamais été un militaire, mais disons bien que ces derniers semblaient tant à part à leur manière qu'il suscitaient aussi sa curiosité.

Déjà que les humains semblaient visiblement très différent en manière de pensée selon leurs cités d'origines entre autres. Comment des hommes comme les Aldariens, et les Elenniens si différent de mœurs sans parler des Althaïens avaient pu rester des siècles unis sous la bannière de l'empire ? Cela montrait bien qu'au moins les humains semblaient capable de s'unir sans pour autant être des tyrans comme les vampires, c'était fascinant…

« Comme s'appelle vôtre épouse d'ailleurs ? Voyez-y de la simple curiosité de ma part. » Rajouta t-il d'ailleurs avec un léger sourire devant les paroles de l'humain, ah ça cela dépendait bien de quel genre de femme était celle de Falkire, probable que le fait qu'il soit un vampire ne plaise pas à cette dernière. Mais que ce soit sérieux ou non au final Viladric savait bien qu'il ne pouvait pas être apprécier de tout le monde, cela il n'en faisait franchement guère une maladie…

[...]

Enfin dans tout les cas restait à jouer la partie de cartes qui eu lieu un peu plus tard, ah ça Lewyn adorait ce genre de jeu. Quand au fait qu'il s'amusait un peu à sa manière disons que ce n'était qu'un jeu après tout, un jeu auquel il ne gagnait pas forcément tout le temps, mais dans lequel il avait déjà développé de très belles astuces. Pour la peine si jamais il gagnait il partagerait sans doute les gains avec Falkire pour avoir disons en partie jouer le jeu. Pour sa part Viladric considérait l'humain en partie comme son complice pour le coup. Et puis probablement qu'il s'amuserait un peu moins sans la compagnie de quelqu'un d'assez sympathique non loin.

« Ou vous pourriez continuer à vous sentir en veine et aller acheter une patte de lapin, ou un grigri du chances après cette partie... » Dit Lewyn avec un peu d'humour à Matis quand ce dernier disait que ce n'était pas normal pour lui d'avoir autant de chances.

Ah tiens d'ailleurs ce serait une bonne idée de s'acheter un grigri pensa Lewyn, lui qui adorait le concept de chance, et de hasard il s'étonnait même presque de ne pas l'avoir déjà fait auparavant… Ah tiens pour la peine il en offrirait peut-être même un à Matis pour lui souhaiter bonne chance pour l'avenir, après tout c'était bien le hasard autant que les gestes de chacun qui définissait le destin de tous dans sa globalité. Alors autant que ce hasard soit favorable de préférence…

Enfin donc Lewyn joua sérieusement cette fois-ci, ah ce ne fut pas forcément facile, mais tout de suite cela devint beaucoup plus dur pour certains autours de cette table. Et Lewyn d'ailleurs répondit à Matis avec un sourire légèrement complice.

« Vous paierez un coup à boire à vos vaillants adversaires, sans doute qu'il faudrait ça pour se consoler un peu d'une défaite. Pour ma part c'est ce que je ferai si je gagnai... » C'est que l'argent ne lui importait pas forcément en vérité, c'était celle de jouer qui l'importait et de parier quelque chose, rien d'autre…

« Dîtes moi d'ailleurs Matis, qu'est-ce que vous aimeriez boire ? » Dit-il en posant sa dernière carte gagnant sa première manche. Et se préparant d'avance pour la prochaine en mélangeant les cartes de quelques gestes. Ainsi une nouvelle manche pouvait commencer.

« Rien de trop fort bien entendu, je n'aimerai pas à avoir à m'expliquer à vôtre femme en lui ramenant son mari ivre mort. » Dit-il pour faire un brin d'humour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Ven 22 Avr 2016 - 20:35

Le commandant sourit tranquillement aux paroles du vampire, oui lui aussi se demandait par moment ce qui le faisait tenir en tant que soldat. Ce qui était certain c’était que ce n’était pas la paye tant celle-ci n’était pas exceptionnelle. La camaraderie ? Oui sans aucun doute, l’appel du devoir, le sens du sacrifice… Tout cela formait un tout, un tout que l’Elenien ne se voyait pas contrecarrer. A cause, ou grâce, à tout cela il ne se voyait pas faire autre chose qu’être militaire et servir le Royaume de son seigneur. C’était sans doute vrai, mais il y avait aussi autre chose que le faisait tenir. Cette chose c’était la volonté de faire changer les choses, d’évoluer vers quelque chose de plus serein… Il ne savait pas comment expliquer les choses, comment décrire la flamme qui l’envahissait par moment mais il voulait aussi mettre fin à tout un ensemble d’injustice qui le tiraillait depuis des années.

Ho vous savez, c’est là tout un ensemble de chose qui font que je sers encore l’armée depuis tant d’année. C’était un devoir au sein de ma famille et je m’en suis acquitté avec bien du plaisir, mais aujourd’hui je pense surtout que c’est car je ne me vois pas faire autre chose que conduire des hommes et des femmes à la guerre. Comment pourrais je rester tranquillement à la maison pendant que d’autres mènent des combats en mon nom ? Je ne puis m’y résoudre et c’est aussi pour ça que je mène cette carrière si dangereuse… Mais je ne regrette rien… Et vous ? Qu’est ce qui vous pousse à être si proche d’un empereur ?

Le conseiller lui demanda qui était sa femme, peut être s’attendait-il à ce qu’il ait épousé une femme de grande renommée ou quelque chose s’en approchant. Ou peut être n’était ce que de la curiosité, il n’en savait rien et se méfiait peut être trop lorsque le sujet évoluait sur sa belle et tendre. Mais il se résout quand même à lui répondre, qu’avait-il à cacher après tout ?

Elle s’appelle Autone. Ce n’est pas une noble, c’est pour cette raison que certain de ma caste m’en veulent. Comprenez, elle n’est pas de ce monde, en tant que simple roturière elle n’aurait jamais dû être si proche du Roi et de la cour. Je crains qu’un jour, nos enfants en souffrent et même si je m’interpose je ne pourrais pas tout empêcher d’arriver n’est ce pas ? J’espère que ce sera formateur sans pour autant les détruire…

Et vous ? Une compagne, une épouse à la maison qui vous attend ?


[…]

Cette partie de carte devenait intéressante, sans parler de ce que faisait le vampire pour passer inaperçu au milieu des joueurs et de leurs capacités. Il était clairement au dessus du lot et rien ne pouvait prévenir les autres joueurs qui ne semblaient être là que pour ce faire dépouiller… La remarque du vampire le fit rire, il n’était pas trop homme à grigri mais il fallait jouer le jeu.

Après tout pourquoi pas mais ce n’est pas dans mes habitudes, aussi vais-je rester méfiant car on ne sait jamais quand la chance peut tourner….

Finalement il se mit à jouer sérieusement et l’on pu constater l’écart entre son faux niveau et le réel. Le commandant eu de la peine pour les autres joueurs mais c’était ainsi, quand le conseiller cherchait à gagner il ne pouvait y avoir d’autre échappatoire. Tout en posant sa dernière carte portant sa victoire il demanda à Matis ce qu’il souhaitait boire et ce qu’il pourrait offrir à ses adversaires. Il réfléchit un instant avant de lui répondre en souriant à l’idée de rentrer ivre ce soir mais ce ne serait pas le cas.

Un peu d’armasec je pense. C’est un alcool de chez nous et je sais qu’Andrei le fait plutôt bien. C’est un alcool de poire, vous m’en direz des nouvelles. Dit il en préparant la commande. Mais vous ne serez pas ivre, ne vous inquiétez pas.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Sam 23 Avr 2016 - 17:48

Cela l'intéressait sincèrement de savoir ce qui donnait envie à un soldat humain de servir son pays, et de risquer sa vie face à des vampires, alayiens voir pire. Après tout il fallait une solide raison pour tout cela, mais Viladric ne pouvait qu'admirer un tel courage, et surtout le fait d'accepter de se sacrifier ainsi pour protéger les autres hommes était en soit quelque chose de fortement estimable. Les vampires n'étaient que rarement motivés par de telles raisons, et souvent quand c'était autre chose que la faim, ou la violence ce n'était pas l'envie de protéger les siens mais plutôt celle de les voir dominer. En somme rien de forcément aussi noble voir bien au contraire, les choses changeraient peut-être en ce sens-là, mais on pouvait comprendre pourquoi l'estime du sans-croc pour les soldats de son peuple était toute relative surtout après les longues années où perdurait encore la torture, et l'esclavagisme sous toutes ses formes, des pratiques abominables qui ne devaient plus jamais voir le jour si possible à ses yeux.

« Ah moi disons qu'après plusieurs années à être un fugitif révolutionnaire traqué à mort par les sbires de Wintel… Eh bien disons que quand les changements politiques que j'ai souhaité son arrivé lorsque Kylian ma proposé ce poste je n'ai pu qu'accepter par envie de faire en sorte que tout change pour le mieux, et surtout de consolider ces acquis difficilement obtenus. » Ensuite il haussa les épaules, et dit légèrement songeur. « Et puis il faut bien dans le royaume vampire quelqu'un dont la fidélité à Wallam ne peut être remise en question. Beaucoup chez les vampires aimeraient le voir mort, ou bien renverser comme d'habitude avec le prince en place en somme. C'est une situation pas forcément très enviable, et il faut bien des gens pour soutenir le prince surtout quand ce n'est pas un malade génocidaire comme Wintel. » Acheva t-il sincère, oui lui-même n'aurait jamais osé être prince vu qu'il ne pensait pas pouvoir tenir une journée si ça avait été le cas en réalité…

Et pour la femme de Matis en faîte il s'en fichait royalement de son rang social, il ne comprenait que peu les rang social chez les humains, et chez les vampires ça se résumait à qui cogne le plus fort les autres. Lui-même en plus était un pur rejeton du bas peuple humain puis vampirique donc il était mal placé pour juger en vérité…

« Autone ? Ce ne serait pas une évadée de Morneflammes ? Je crois l'avoir aidé à échapper aux théocrates, et à retourner au protectorat je crois à une époque. » Dit-il pensif, non il y avait peu de chance que ce soit cette Autone là quand même ? « Vous savez avoir de bons alliés peut des fois faire clouer le bec de n'importe qui… Par exemple parmi ces alliés un certains conseiller vampirique comme moi pourrait avoir son petit effet pour soutenir vos enfants... » Ajouta t-il ensuite avec la légère envie d'aider, après tout quel mal y aurait-il à cela ?

« Moiavoir une femme ? Il faudrait décidément que je cherche quelqu'un avec qui partageait mes jours effectivement, les dernières années ne m'ont juste tellement pas permit de penser à cette possibilité... » Dit-il en haussant les épaules à la question de Falkire. Après comme les vampires ne voyaient pas le mariage comme le fait d'avoir un gosse disons que le concept était très différent pour eux. Et était moins poussés par certaines choses chères aux humains, et par d'autres chères à eux.

[…]

Visiblement Lewyn semblait pouvoir faire bon humour des fois comme le prouvait le rire de Matis, mais bon la situation était amusante après tout, en y pensant les grigri c'était d'une certaine manière un moyen de s'attacher à la chance, et de parier dessus. Et puis il trouvait amusant que les humains s'entourent autant de colifichets pour certaines choses, probablement pour cela que ça le fascinait au vu de la longue, et ancienne vie austère de beaucoup de vampires…

« Ah la chance, une dame fort capricieuses dit-on… Et qui n'en fait souvent qu'à sa tête d'ailleurs, l'épouse idéale en somme n'est-ce pas ? » Ajouta t-il avec humour aux paroles de Matis. Ce dernier était de son côté, c'était bien...

Et cela se passait très bien, et cela l'amusait beaucoup, à vrai dire jouait ainsi n'était guère simple car vu qu'il y avait beaucoup de hasard aussi dans ce genre de jeu il fallait savoir la jouer fine pour ne pas se faire doubler. Et d'ailleurs en parlant de cela Matis semblait d'accord avec l'idée de boire un coup… Lewyn en y pensant regarda sa boisson, hum autant faire en sorte que les autres humains à table ne regardent pas trop car ils verraient que c'était légèrement rouge sinon. Bon au pire il dirait que c'était du vin, après tout les humains avaient l'habitude de boire ce nectar à la couleur pas si éloigné de ce lui qui coule dans leurs veines… Enfin il pensa à cela jusqu'à ce que quelque chose occupe son attention à lui, et à celle de pas mal de monde quand un drôle d'homme baraqué entouré de deux trois hommes peu amicaux d'apparence entra.

« Andrei… Cela fait des semaines, et lorsque l'on emprunte de l'argent à un usurier il faut bien rembourser à un moment où à un autre… Ou bien il faut apprendre à économiser mieux lorsque l'on veut acheter des remèdes. Qu'as tu donc à dire pour te défense ? »
Sans doute une partie des criminelles nombreux qui sévissaient dans le quartier pauvre de cette cité pensa Viladric, mais il se dit qu'il serait probablement bon d'intervenir, enfin c'est ce qu'il comptait faire, mais d'abord il regarda comment Matis réagissait lui aussi, après tout on ne savait jamais peut-être que ce dernier ne voulait pas qu'il s'en mêle… Ou s'en occuper aussi lui aussi vu que c'était un ami du dit Andrei. Ou éviter que ça dégénère tout simplement, après tout on ne savait jamais comment ça pouvait se passer avec des malfrats...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Jeu 26 Mai 2016 - 9:33

Le commandant comprenait l'intérêt que pouvait avoir le vampire pour lui et ce qu'il faisait au sein de l'armée, surtout en ce qui le poussait à se battre toujours plus pour sa patrie et les siens. C'était là quelque chose que les vampires avaient du mal à comprendre.... Et s'il pouvait lui faire entrevoir les raisons pas toujours très logiques qui le poussaient à se battre alors il aurait réussi quelque chose. Mais comment le faire comprendre à une telle créature ? Certes Lewyn avait fait preuve de beaucoup de compréhension à son sujet ainsi que de beaucoup de volonté quant à comprendre le monde du soldat... Mais jusqu'où pourrait il suivre ? Il fallait lui expliquer sans le brusquer ni même le perdre en route.

Je vois que votre parcours et le mien ne sont pas si différent... Vous même êtes un révolutionnaire traqué par un pouvoir en place, j'ai eu cette période moi aussi et pour être honnête, je suis bien content d'avoir fini avec cette partie de ma vie... Pas vous ?

Il est un temps où l'on attend plus que du repos et ne plus avoir à courir partout avec pour seul but la survie. Même si, à notre simple niveau de mortel , c'est encore ce que nous faisons à longueur de journée n'est ce pas ?
Il continua de marcher tranquillement en observant cette citée qui était maintenant sienne. Néanmoins il nous arrive de nous arrêter de courir partout pour construire des choses telles que ceci, quelque chose qui vaille le coup qu'on se batte pour elle. Mais il n'y a pas que nos ville, il y a nos amis, nos frères, nos concitoyens. Cela fait beaucoup de raisons de se battre je trouve...

La suite le fit sourire car il ne s'attendait pas à ce que l'autre connaisse Autone, sa douce épouse. A ce sujet il faudrait vraiment qu'il arrête d'en parler ainsi, on dirait qu'il lui a monter un culte... néanmoins il ne pouvait s'empêcher d'en parler ainsi, elle était tout ce qu'il avait de plus précieux.

Oui c'est bien elle, nous étions ensemble à Morneflamme et nous sommes échappés avec Korentin et le reste de la clique. Un sacré épisode si vous voulez mon avis.... Comment l'avez vous connu ? Vous n'avez pas tenter de lui voler son sang tout de même ? Demanda il sur un ton faussement outré. A dire vrai il ne savait pas trop quoi en penser, si cela se trouvait c'était lui qui l'avait sauvé et aider à rejoindre les rebelles...

Néanmoins il est vrai que vous pourriez faire peur à tout ceux qui voudraient s'en prendre aux miens. Bien entendu je ne crache pas dessus, surtout que cela me permettrait de me sociabiliser un peu plus, parait que je suis pas très bon à ce niveau....

Matis ne put s'empêcher un petit rire en entendant ce que disait l'autre au sujet d'avoir une compagne... Matis ne comprenait pas trop où était le problème mais il se rappelait que lui même ne voyait pas ce moment arriver...

Ne vous inquiétez pas, ça ne mord pas.. Du moins pas toujours et surtout pas si l'on ne fait pas de bêtise, car c'est un peu comme ça une femme, c'est un peu comme une seconde mère.

[...]

La partie prenait un bon tour mais rapidement il y eut quelque chose de plus étonnant qui occupa tout son esprit. Il était partie en quête d'une bouteille d'Armassec mais sentait qu'il ne verrait ni la bouteille ni l'alcool qu'elle contenait. Il avait beau avoir rit à la blague de Lewyn, cela ne l'empecha pas, l'instant d'après, de prendre un air sombre et de se déplacer directement là où l'action semblait se dérouler.

Il était en armure, muni d'un long manteau de cuir rapiécé et taché par endroit. A le voir errer d'un air déterminé on ne pouvait pas le prendre pour autre chose qu'un chasseur en quête d'une nouvelle proie. Et sa nouvelle proie venait d'entrer dans le bar de son ami de toujours. Cette nouvelle proie venait réclamer de l'argent à celui qui lui avait sauvé la vie plus d'une fois. A dire vrai il ne pouvait pas laisser passer cela car des criminels dans son genre ne devait pas avoir à vivre ici bas. La question restait, comment Andrei avait pu se laisser embarquer là dedans....

Il arriva non loin de son amis, proche des gorilles et de leur patron. Rapidement il s'accouda au comptoir et, l'air de rien, les observa tranquillement.

Il y a un problème messieurs ? J'espère pour vous que c'est du solide car vous m'avez forcé à me lever et à m'approcher de vous et de l'odeur répugnante de vos deux gorilles.... Donc ce n'est pas à ce brave tavernier de trouver une excuse mais bel et bien à vous trois.

La voix était tranchante, presque morte car dépourvue de vie ou de tonalité. Il enoncait un fait, et il y avait intérêt à ce que la réponse le satisfasse sinon ils allaient avoir des soucis...

Alors ? J'attend, lequel d'entre vous veux se lancer qu'on en termine...
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Dim 5 Juin 2016 - 21:34

La logique vampirique était froide dans les faits, très froide. Lewyn faisait des efforts pour être plus humains que cela, mais c'était un fait. De base un vampire pensait comme un prédateur froid, logique, et surtout pragmatique à l'extrême, et si cela avait été un formidable avantage en soit pour la survie des vampires, c'était aussi un très lourd inconvénient pour cohabiter pacifiquement avec d'autres peuples perçus auparavant comme des proies, cohabitation qui nécessitait des compromis cela Viladric ne le savait que trop bien. Ce qui expliquait bien que changer la mentalité vampirique serait un travail de très longue haleine, déjà que ça l'avait aidé pour se maîtriser lui-même, alors faire en sorte que les autres vampires prennent son exemple il ne valait mieux pas y penser…

« Pour le moment j'en ai finit oui, à voir ensuite ce que réservera l'avenir, après tout lorsque l'on est révolutionnaire un jour on l'est toujours selon moi, et en tout cas il faudra bien que quelqu'un se lève si un tyran revenait au pouvoir, et à défaut il y aura au moins moi qui le ferait. » Dit-il assez fervent dans ses propos, mais léger tout de même.

« Oui construire quelque chose de durable, c'est disons ce qui manque un peu à mon peuple… Nous n'avons jamais beaucoup œuvré vraiment en commun pour un but partagé par tous. Nous sommes disons assez individualiste au fond. Un vampire à part peut-être les exceptions comme moi voit avant tout par le spectre de sa propre survie… Et de son propre intérêt, c'est là nôtre nature profonde. Et c'est bien cela le problème. Mais ce n'est pas un problème insurmontable, je pense que le peuple humain est un exemple en ce sens-ci. A voir si la cohabitation portera ses fruits en ce sens-ci à l'avenir... »

Dit-il avec réflexion, après tout selon lui s'il n'y avait pas cohabitation il était évident que les peuples ne pourraient pas apprendre à se connaître, et encore moins à sa supporter longuement, mais encore les humains ce serait la partie facile de la chose, ce serait pour les elfes que ce serait le plus difficile...

« Disons que j'étais parmi les protégés qui étaient partit aider les évadés de morneflammes, et non du coup je n'ai pas essayé de boire son sang, mais plutôt à l'aider à retrouver une certaine sécurité. D'ailleurs de ce que l'on m'a raconté Morneflammes avait l'air du lieu le plus terrible qui ait jamais existé en ce monde... » Dit-il sérieusement compatissant avant de rajouter. « Je ne souhaiterai pas cela à mon pire ennemi, il n'y a qu'un pervers comme Vraorg pour imaginer ce genre de choses... » Avant de rajouter avec humour.

« Alors comme cela, j'ai l'air intimidant ? Vous me vexez chère matis, c'est que je fais beaucoup d'efforts pour au contraire paraître agréable. » Dit-il faussement vexée, sachant bien que l'humain faisait de l'humour en rajoutant. « Pourtant vous m'avez l'air étonnamment sympathique en dehors de l'air vieux vétéran qui a tout vu, et qui entretient ses cicatrices en jetant de temps en temps du sel dessus. » Finit-il toujours avec une légère pointe d'humour.

« Pauvre Autone, elle doit avoir du mal si en plus son mari la considère comme sa seconde mère. Dîtes moi cela fait quoi d'être père d'ailleurs ? » Demanda t-il curieux…

[…]

Et les choses semblaient prendre un tournant surprenant, et pas forcément de manière agréable lorsque certains humains venus régler des affaires ne semblant pas très convenables arrivèrent. Le genre de choses qu'on ne voyait pas trop chez les vampires disons, mais Lewyn comprenait bien le concept d'urgence, et d'inconfort derrière ceci tout de même… Il suivit calmement, et doucement Matis qui ne semblait guère d'humeur à plaisanter, mais des deux Lewyn n'était pas le plus intimidant, en tout cas pas tant qu'on ne savait pas qu'il était un vampire car sinon il avait juste l'air d'un jeune homme humain pas forcément très expérimenté.

Il restait assez éloigné tout de même, il faisait confiance à Matis pour gérer la situation au mieux, et si besoin il interviendrait, il ne porta pas la main à ses dagues dissimulés, s'il devait frapper quelqu'un ce serait à main nue pour ne pas tuer. Après tout il pugiliste avant tout. Et puis il supposait que des humains comme cela ne devrait pas trop lui poser des problèmes, cela permettrait donc de régler les choses de manières à ce qu'il y ait le moins de casse, enfin avec un peu de chance…

« C'est à moi que tu cause le blondin ? » Dit l'homme agressif alors que les deux brutes l'accompagnant toisés Matis d'un sale air, bon visiblement cela ne semblait pas forcément bien commencé… « Sache que ton copain doit de l'argent à quelqu'un, et qu'il est temps qu'il rembourse, alors ne vient pas te mêler de cela. » Lewyn se rapprocha doucement en s'asseyant non loin lui aussi, mais assez loin pour ne pas être plongé dans cet échange… Il entendit d'ailleurs l'une des brutes souffler au chef.

« Chef, chef c'est le commandant Matis Falkire, vaudrait mieux pas lui chercher des noises et attendre qu'il parte avant de revenir ici... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Jeu 9 Juin 2016 - 14:05

Matis comprenait parfaitement ce qu'il lui disait, lui même avait envie de construire quelque chose de durable pour son peuple. Certes il était plus avancé que les vampires mais cela n'en restait moins problématique au vu de l'éclatement politique de son peuple... Comme si trois guerres d'envergures n'avaient fait que plus les séparer... S'en était parfois déprimant et Matis avait du mal à comprendre comment certains faisait pour rester toujours positif dans ces cas là... Lui n'avait qu'une envie, tout faire sauter.

Les vôtres changeront, je ne suis inquiet à ce sujet, et pas seulement parce qu'ils en auront le temps, mais bien parce qu'ils n'en auront pas vraiment le choix. Mes congénères et les Elfes n'accepteront pas que les vôtres retombent dans leurs pires travers.

N'y voyez pas là une menace ou quelque chose de la sorte, il est toujours stupide de menacer un vampire et croyez moi, je sais de quoi je parle. Mais il nous incombe de vous aider à aller de l'avant et de construire une terre où nous pourrions tous vivre plus ou moins en paix. Je ne m'attends pas à ce que tous se jettent dans les bras mais un peu plus de paix et de tranquillité ne nous ferais pas de mal je pense. Non ?

Comme vous dite, l'avenir nous le dira, mais j'ai confiance en cet avenir. Et j'imagine que vous aussi non ?


Le commandant écouta avec attention les explications de l'invité vampirique pour comprendre comment il connaissait sa femme et comment il avait fait pour la rencontrer et la sauver. L'autre semblait aussi intéresse par des informations sur Morneflamme, Matis pouvait comprendre cela. Il lui en donnerait de manière floue, il ne fallait pas vraiment que ce savoir se répande trop, ce ne serait pas vraiment bon pour la suite.

Je vois, moi c'est Luna Duruisseau qui m'a sauvé et aidé à m'enfuir. Je vous remercie donc d'avoir pris grand soin de ma femme en ces temps troublés, heureusement qu'il y a eu des gens comme vous pour nous aider à nous en tirer sans quoi... M'enfin, tout ça c'est du passé maintenant.

Au fond de lui, il espérait sincèrement ne plus jamais avoir affaire à Morneflamme... Car oui, c'était le pire endroit du monde.

Morneflamme était horrible. Je crois qu'il n'y a pas de mots pour décrire cela. Une chaleur infernale, très peu de place pour beaucoup trop de prisonnier. La nourriture était même issue des prisonniers morts, mais cela nous ne l'avons appris que bien trop tard, lors de notre évasion... Il n'y a rien de plus horrible sur cette terre et j'espère du fond du coeur que cela ne se reproduira plus...

Matis sourit difficilement à la remarque du vampire, il avait beau le prendre plutôt bien , il sentait de la déception dans sa voix.

Vous n'en restez pas moins un vampire n'est ce pas ? En cela vous resterez toujours intimidant pour nous, simple mortel... Concernant mes cicatrices, heureusement que je ne jette pas de sel dessus, vous imaginez la douleur ? Non mais vous avez fait des efforts et je vous en remercie, j'en fais aussi mais c'est bien loin de tout ce que l'on a l'habitude de faire n'est ce pas ?

La dernière question le fit quelque peu réfléchir... Mais finalement il lui répondit de manière franche et tranquille.

C'est étonnant car on en apprend beaucoup sur soi... Mais il faut être patient, très patient et parfois cela me manque un peu je dois vous dire... Mais je m'y ferais... Il le faut en même temps.

[...]

La situation était un peu particulière car si son ami avait bel et bien emprunter de l'argent à ceux qu'il avait en face de lui, ce n'était pas la meilleure des choses à faire. Il l'observa doucement en lui faisant les gros yeux, mais l'autre gars l'interpella d'un manière fort peu diplomatique.. Il n'était pas si blond que ça quand même, si ?

Déjà tu ne m'appelle pas le blondin, on n'est pas pote et vu ta trogne tu ferais mieux de te regarder avec te moquer des autres. Deuxième point, t'es qui pour parler sur ce ton ? Ta mère t'a pas appris la politesse ou c'est le premier truc que t'a oublier dans ta carrière de truand ?

Matis le toisa de haut, il n'était pas en armure mais il était bel et bien armé, si besoin il pouvait faire appel à Héritage mais alors ce serait un carnage et un échec.

Je vois aussi qu'il ne sait pas encore à qui il faut emprunter et à qui il ne faut pas, mais on lui pardonne, c'est un ancien soldat qui s'est sorti les doigts pour vous protéger de Vraorg.. Alors z'êtes prié d'avoir un minimum de respect pour lui bande de crétin !

Il se posa nonchalamment sur l'accoudoir du bar et écouta une des brutes parler à son chef. Ainsi il était connu... Tant mieux ça allait l'aider dans un premier temps.

A qui il doit cet argent, et pour quelle somme ? Mais tu devrais aussi écouter ton gus, vaut mieux pas venir me chercher surtout chez mes amis...
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Sam 18 Juin 2016 - 11:50

Lewyn savait que son peuple avait encore beaucoup à faire, après les guerres du lointain passé, une extermination presque totale, et de nouvelles guerres totales récentes le peuple vampirique n'avait presque pu rien accomplir de réellement durable, est-ce que l'Ygg-Chal des souterrains vampiriques était vraiment une grande œuvre ? Non juste un refuge temporaire qui n'avait profité qu'au plus puissants vampires au fond… Les sang froid manquaient d'unité cela est un fait, ils étaient souvent très individualiste, et à ses yeux ce n'était pas un avantage bien au contraire… En somme il y avait encore beaucoup à accomplir.

« Les vampires ne sont pas du genre à plier, encore moins parce qu'ils n'auraient pas le choix, ce n'est pas une bonne manière de les encourager, au contraire. Je ne dit pas que je ne comprend pas vos peuples, mais ce n'est pas la bonne manière de faire changer les choses avec les vampires d'essayer de les forcer à le faire croyez moi. » Surtout que beaucoup d'êtres de la nuit avaient un grand ego, et refusaient que des elfes, et humains dictent en quoi que ce soit leurs conduites. « Pour ma part je pense que cela ne ferait pas de mal aussi, mais il y aura beaucoup à faire. Les humains ce sentent encore pour beaucoup des proies, et les vampires pour une grande partie des prédateurs. C'est ce fait là qui est dérangeant car je vois mal comment cohabiter si cette impression reste sur le long terme. » Impression dont il serait difficile de se départir entièrement…

« J'ai confiance moi aussi en effet, et c'est pour cela qu'il faut tâcher de faire au mieux, nos peuples ont déjà pu accomplir de grandes choses en s'alliant face à ce qui les menaçaient ces dernières années, peuvent-ils faire de même en temps de paix alors qu'il n'y aucune armée alayienne, ou théocrate pour nous menacer tous ? Je pense que oui, surtout maintenant que ce n'est plus un tyran esclavagiste comme Lorenz Wintel qui est au pouvoir. » Dit-il sûr de cela avant de rajouter…

« Luna Duruisseau ? Une très bonne amie à moi, à croire que le monde est petit tiens. » Dit-il avec un sourire amusé avant de rajouter. « Cela était normal de se soutenir en tant que protégé face à la tyrannie de Vraorg le blanc, et puis les prisonniers de Morneflammes ne méritaient pour aucun tout ceux qu'ils avaient pu subir là-bas. » Dit-il sincère, après tout personne ne méritait de souffrir autant. Et cela il le sentait d'autant plus aux paroles de l'humain, il ne comprenait pas ce qu'ils avaient endurer là-bas, mais il pouvait tout de même comprendre que cela avait été horrible...

« J'aimerai dire qu'il n'y a qu'un esprit pervers comme celui de Vraorg le blanc qui puisse faire une telle chose, mais je ne suis pas certain qu'à l'avenir celui ne puisse pas se reproduire… Au final c'est nôtre devoir à tous certainement d'empêcher ceci. Mais il reste qu'avant Vraorg le blanc ce continent n'avait probablement jamais été confronté au mal à l'état pur... » Dit-il amère quand à tout le mal qui avait été fait par ce monstre, avant de rajouter.

« Les humains ne remarquent généralement pas que je suis un vampire tant que je ne le leur dit pas. Ils ne voient dans ce cas là devant eux qu'un jeune homme humain ayant la vingtaine ce qui n'est pas forcément très intimidants je pense, par contre c'est différent je confirme quand ils savent que je suis un vampire... » Avant d'ajouter. « Et je vous remercie pour vos efforts bien entendu, et quand aux efforts que je fais disons que c'est l'affaire de plusieurs siècles. » Disons que ce n'était pas du jour au lendemain qu'un vampire développait un caractère mine de rien assez doux, et compréhensif. Puis il ajouta.

« Ahhhh la patience, c'est tout une histoire que cela, mais pour ma part je pense franchement que vous semblez être en bonne voie pour ceci, et au pire la prochaine fois vous y réfléchirait à deux fois avant de faire des enfants. » Ajouta t-il un peu taquin au passage.

[…]

Le ton montait bien visiblement, et Matis semblait assez hargneux ce qui se comprenait, après tout Lewyn lui même n'aurait pas réagit moins violemment, ou agressivement si l'on s'en prenait à l'un de ses amis. Il se dit même qu'il serait sans doute une bonne idée de venir en aide à l'humain si besoin, après tout Viladric avait tout de même une certaine attirance pour la justice…

Et le chef de la petite bande de truand semblait légèrement hésitant même s'il ne perdait guère son air peu amène devant ce que faisait Matis. A croire qu'il se demandait du coup commetn gérer cela, et surtout qu'il n'avait pas envie de perdre la face en vérité.

« L'usurier Thomas, il lui doit trois cent pièces d'or rien que ça. » Ce n'était pas une petite somme en vérité, sauf pour des gens vraiment très riches qui gagnaient cet argent en seulement quelques mois. Pour sa part Lewyn ne pouvait pas se vanter d'avoir souvent une telle somme d'argent à portée de main, bien au contraire. Et à vrai dire cela ne les arrangeait aucunement, car intimider ce genre de truands ne les faisait généralement pas partir pour de bon.

« Pourrions nous aller voir cet usurier ? Je suis sûr que nous pourrions négocier la dette de ce pauvre homme auprès de lui. » Dit soudainement Lewyn d'un ton calme en se joignant à la conversation. L'autre ne devait sûrement pas avoir reconnu qu'il était un vampire, chose normale car il le regardait comme s'il n'avait rien à faire ici. Le truand regarda ensuite Matis avant de serrer les dents, et de dire.

« Et puis quoi encore? » Des mots qui suffisaient en eux-mêmes pour dire qu'il n'était pas du tout coopératif quand à cette idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Lun 4 Juil 2016 - 9:22

Le commandant hochait tristement la tête tandis que Lewyn lui expliquait le fond de sa pensée. Il comprenait parfaitement et partageait sans aucun doute l'entièreté de cette idée, mais il faudrait un jour mettre les choses au clair avec les vampire même s'il faudrait les forcer un peu. Après il n'était pas tout à fait sûr du résultat sur les gens de la nuit, en même temps ne se voyaient ils pas comme de grand conquérants ? Encore un problème à régler un jour peut être pas si lointain.

Je pense que ce sera loin d'être une chose aisée mais il faudra quand même s'en acquitter, ne serait ce que pour garantir la paix dans ce monde. Votre peuple à déjà faillit connaitre l'extinction, en ayant cela en tête personne ne peut vraiment souhaiter revivre une guerre contre les Humains et les elfes. Du moins personne d'un minimum sensé je pense.

Il ne comprenait pas très bien ce côté fanatique que pouvait avoir certain vampire... heureusement pour eux ce n'était pas le cas de tous, sinon il ne saurait pas comment ç'aurait pu se passer. Mal sans doute.

Ce n'est pas lui qui vous dirige mais qui dit qu'aucun des vôtres ne cherche à le faire revenir comme il y en a pour regretter notre cher Fabius ? De toute façon ce serra un problème à régler à un moment n'est ce pas ? Alors d'ici là autant essayer de bâtir une fondation stable dans nos relations et ensuite l'on pourra s'occuper calmement de son cas.

En tout cas il était heureux de voir que Lewyn connaissait bien Luna, en même temps comment passer à côté d'elle ? Elle était extraordinaire à sa manière et ne laissait personne indifférent.

Dire que c'est elle qui m'a sauvé alors que s'aurait dû être à moi de l'aider à aller de l'avant. Cette petite a beaucoup grandit depuis le premier jour où je l'ai rencontré, aujourd'hui je sais qu'elle deviendra quelqu'un.

Il hocha simplement la tête aux mots de son nouvel ami vampirique, il avait certainement raison mais il craignait quand même un vraorg bis ou il ne savait pas quoi d'autre viendrait sur cette terre pour remettre en place toutes ces horreurs. Tout ce qu'il espérait c'est qu'à ce moment là il aurait des gens comme lui pour se dresser et vaincre.

Oh j'espère qu'avec un peu de réflexion ils comprendraient que vous n'êtes pas qu'un simple humain n'est ce pas ? En même temps vous avez de la culture et beaucoup de chose que tellement souhaiterais avoir, un certaine intelligence. On ne l'acquiert pas en vingt années de vie n'est ce pas ? Et puis qu'importe ce que pense les gens n'est ce pas ? L'important c'est de vivre en accord avec ses propres principes.

Et ne vous inquiétez pas tant, faire des enfants ce n'est pas la mort non plus. On abandonne juste un peu de son indépendance.


[...]

Ainsi donc le chef de la bande de truand n'en démordait pas le moins du monde. Et cette somme, trois cents pièces. Matis jeta un coup d'oeil furtif à son ami qui hocha la tête placidement. Et pourquoi avait il emprunter à un gars de la pègre comme thomas. C'était typiquement le genre de gars avec qui il fallait éviter ce genre d'embrouille. Mais le commandant n'en démordait pas le moins du monde, il allait s'occuper de cette affaire. Réfléchissant sur ce qu'il avait sur ce gugusse il se dit que Lewyn venait de lui offrir une belle occasion de casser l'envie de cet énergumène d’ennuyer son ami.

Ainsi donc vous bosser pour Thomas. C'est pas n'importe qui n'est ce pas ?Dire qu'il a réussi à survivre à Vraorg et à ses sbires tout en maintenant son "commerce". Il fait toujours dans le trafic d'arme aussi ? Sans parler des fausses oeuvrer d'art soit disant volés par les inquisiteurs du blanc.

Il avait un sacré dossier sur lui du fait de ses connaissances dans la garde. Mais l'autre avait été suffisamment malin pour éviter le moindre faux pas et se faire coincer. Il n'était pas stupide c'était bien ce qu'il fallait avouer.

Non mais mon ami à raison, tu va nous amener voir ton patron pour qu'on discute entre grande personne doué d'un minimum de réflexion d'accord ? Et si cela ne te va pas disons que j'ai toute autorité pour m'occuper de ton cas dans les plus brefs délais.

Alors évitons de perdre mon temps et ton sang.
Il lui sourit à la manière d'un carnassier, Héritage était là, prête à faire pleuvoir la mort sur ses ennemis, et il le mettait au défi de résister. Mais il n'était pas sûr de se contrôler, surtout quand il s'agissait de son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mar 5 Juil 2016 - 23:12

Les vampires ne supporteraient pas qu'un autre peuple les obligent en quoi que ce soit, cela été un fait. Il faudrait donc pour faire en sorte qu'ils se comportent de la bonne manière trouver un autre moyen, il fallait après tout comprendre qu'une paix sur la longue durée ne devait pas se passer sur le chantage, ou la menace, ou quoi que ce soit du genre. Pour Lewyn en tout cas c'était ainsi que les choses fonctionnaient… Forcer les gens à changer n'était pas le mieux, il fallait au contraire encourager le mouvement…

« Mon peuple a justement faillit connaître l'extinction, et vous savez comment réagissent les vampires à la menace ? Ils ne se terrent pas, ils tentent de détruire la dite menace, de plus le peuple vampirique ne veut pas se sentir inférieur aux autres peuples, de ce fait il faudra se montrer conciliant, et non autoritaire pour obtenir quoi que ce soit de durable en ce sens-ci. » Il connaissait très bien le tempérament vampirique après tout, ce n'était pas du fanatisme, c'était dans leurs nature, c'était quelque chose que beaucoup de vampires partageaient que le fait de ne pas vouloir dominer, ou être inférieur à quiconque. Lui même était conciliant, mais il comprenait au fond de lui cette envie qu'on ne vous force pas la main, envie légitime d'ailleurs qu'importe le peuple.

« Oh, il y a bien entendu des vampires qui regrettent Lorenz, pour eux ce dernier aurait sans doute fait de la race vampirique le peuple dominant de cette terre. Et je suis d'accord sur le fait qu'il ne faut pas que cela arrive. Néanmoins pour bâtir une fondation stable il faudra que cela soit profitable aux deux partis, réciproques, et que ce ne soit pas une histoire de rapport de force. Surtout pas une histoire de rapport de force d'ailleurs. » Sinon il voyait déjà d'avance la catastrophe arrivait, ce n'était jamais une bonne idée après tout de jouer sur les rapports de forces avec le genre vampirique… Quand au sujet de Luna.

« Sans doute, elle reste après tout très jeune pour une humaine mine de rien, à voir ce qu'il adviendra d'elle, mais je pense que nous serons tout deux là pour voir cela de toute manière... » Dit-il avec une pointe d'amusement au sujet de Luna… Puis il réfléchit courtement, oh il comprenait les craintes de l'humain au sujet des vampires, mais Lewyn savait qu'agir d'une manière qui sentait la peur, ou la méfiance n'était pas forcément le plus approprié non plus, donner à manger aux vampires agressifs quand au fait que les autres races voulaient leurs morts ne lui semblait en tout cas pas une idée pour pacifier ces derniers… Quand aux humains, et aux faits qu'ils pourraient deviner qu'il est un vampire.

« Ils ne comprennent pas jusqu'à ce que je leurs disent généralement, à part les rares ayant aperçu fréquemment des vampires auparavant, mais sinon je ressemble à un humain assez jeune tout simpelment. Quand à la culture, je ne sais pas si on peut vraiment dire que je suis cultivé, je ne suis pas spécialement de haut rang, et donc n'ait pas forcément pu avoir autant accès à des connaissances que certains autres vampires. Mais bon oui le plus important est de vivre comment on le désire, quand à vos gosses au pire cela vous encouragera à ne pas en faire d'autres. Sauf si vous tenez à faire honneur à la réputation de lapin que les autres peuples donnent au humains. » Acheva t-il un peu taquin, pour sa part il trouvait cela drôle surtout.

[…]

Tout cela avait l'air bien sordide pensa Lewyn en écoutant ce qui se disait, des histoires d'argent, et de dettes comme il n'en y avait que chez les humains probablement, ces derniers étaient après tout bien plus proches de leurs sou que les autres peuples… Néanmoins il y avait moyen de régler cela sans trop de giclée de sang pensa Viladric, et d'ailleurs Matis semblait ainsi intéressé par l'homme s'appellant Thomas, une connaissance à lui ? Cet homme semblait connaître des personnes de toutes sortes, et de tout origines… Et semblait en tout cas rebondir sur les paroles de Lewyn pour chercher un moyen d'aider son ami, tant mieux et Viladric allait tâcher de voir ce qu'il pourrait faire au passage pour aider...

Enfin en tout cas l'usurier Thomas ne semblait pas du tout être un homme fréquentable, bien au contraire… Bon encore déjà un usurier ce n'était pas très honorable, mais le trafic d'armes, et d’œuvres d'arts de contrefaçons, il ne manquait presque que le trafic d'être humain pour salir encore de tableau peu reluisant...

« Thomas payent bien ce qui bossent pour lui, et il sait très bien châtier ceux qui le trahissent, je doute que ce que vous pourriez me faire soit du niveau de ce qu'il me fera s'il apprend que je vous ai mené à lui. » Dit l'homme d'un air certain aux paroles de Falkire comme s'il craignait plus son patron que le commandant…

« Alors j'ai plus simple, on ne va pas vous demander où il se trouve, on va vous prendre de force si nécessaire la lettre qu'il vous as passé pour que vous la donniez à ce pauvre homme, écrite de sa main je suppose ? » L'homme de main hocha la tête, Lewyn prit la lettre sans qu'ils ne protestent aucunement, avant de glisser à Matis…

« Les vampires ont de l'odorat… Faîtes moi confiance avec cela je peux retrouver vôtre homme. Je suppose après tout qu'il ne fait pas grand-chose pour dissimuler son odeur, ce n'est pas un pisteur qui chasse le cerf en forêt après tout... » Avant de dire à l'égard des voyous. « Et sur ce vous feriez mieux de partir avant que mon ami ne s'énerve » Ce qui ne tarda guère, et il glissa à nouveau à Falkire.

« Bon vous me dîtes quand je commence à pister… C'est qu'il vaudrait mieux commencer alors que la piste est encore un peu fraîche... » Proposa t-il, il y avait sans doute moyen de faire quelque chose vu la finesse de l'odorat vampirique oui, mais comme Gloria était disons remplie d'odeurs, autant dire qu'il serait dur de ne se concentrer que sur une odeur déjà, alors autant ne pas trop s'amuser à jouer avec la chance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Jeu 21 Juil 2016 - 9:23

Matis fit la moue en entendant ce que venait de lui dire Lewyn, il ne savait pas qu'un vampire pouvait être aussi... Enfin bref, il fallait donc se mettre en tête d'oublier tout ce côté, on vous force à faire ce que vous ne souhaitez pas parce que cela ne risquait pas de marcher voire allait entraîner encore plus de problème. Mais du coup, comment faire en sorte que tous se mettent en tête de travailler pour un avenir commun ? COmment faire comprendre aux vampires qu'il était de leur devoir et pour leur propre bien de changer leur société en profondeur ? Il aurait tellement préférer avoir à faire à une seule bande d'illuminé qu'il aurait été facile d'éliminer mais là on parlait de tout un peuple...

Votre race est telle qu'elle est... Et par moment c'est déconcertant et énervant pour rester poli. Mais qu'y pouvons nous ? Il nous faut changer en profondeur vos us pour éviter une nouvelle guerre. Vraorg à profiter de cette soif, sans mauvais jeu de mots, qui vous habite. Il ne faut pas qu'un autre puisse le faire à nouveau, cela serait dramatique pour nous tous.

Quelque chose en eux en faisait des être extraordinaire dans le sens négatif du terme, et pourtant c'était à des gens tout ce qu'il y avait de plus humains d'arriver à leur faire comprendre cela. Ils ne pouvaient continuer sous peine de devoir revivre une possible extinction.

Je ne suis pas pour le rapport de force bête et méchant, mais il faut avouer que tant toute relation avec l'un des vôtres il y a toujours eu ce rapport non ? Peut être pas aujourd'hui certes, parce que nous sommes civilisés. Mais certains des miens n'accepterons jamais de traiter d'égal à égal avec les votres. Et je sais que c'est réciproque n'est ce pas ?

De toute manière il faudra mettre tout le monde d'accord sur ce point, il est totalement impossible de revenir en arrière et il est encore plus impossible de laisser la guerre revenir maintenant.


Le commandant sourit à la remarque du vampire sur Luna avant de conclure sur ce sujet.

Vous plus longtemps que moi n'est ce pas ? De toute façon ce sera à mes enfants de reprendre le flambeau quand je ne serais plus. J'espère qu'ils l'aideront de la même manière que je l'ai aidé par le passé.

Il fondait beaucoup d'espoir en eux, peut être trop à la vérité, mais il savait aussi qu'il devait les former à devenir de bon enfants et de bons humains. Leur but devra être d'aider Luna et Aldaria à rester libre et grand, comme aujourd'hui et par le passé. Un vaste projet en sommes, surtout pour des enfants...

C'est une question de survie de l'espèce, du nom et du sang comme diraient mes confrères. Mais en même temps quand on a l'espérance de vie la plus faible d'Armanda on ne peut pas nous demander de ne pas subvenir à nos besoins d'une autre façon n'est ce pas ?

[...]


Comment son ami avait bien pu se laisser embarquer dans cette sombre affaire ? Il ne le savait pas mais sentait qu'il y avait bien plus qu'une simple question d'argent, c'était bien trop facile. Quoi qu'il en soit l'homme en face de lui ne se laissait pas faire ni impressionné et profita d'un regain de courage pour gentiment dire à Matis d'aller se faire mettre. Même avec les formes c'était bien ce qu'il venait de dire.

Le commandant vit rouge et c'est sans doute au moment où sa main tâtait Héritage que Lewyn intervint comme par miracle pour éviter le bain de sang. Il n'aurait peut être pu qu'en être ainsi, mais il avait eu raison d'agir de la sorte. Les paroles du vampires le réconfortèrent mais il resta quand même à se demandait ce qu'il allait devoir faire d'eux. Mais la bande de bandit de grand chemin ne resta pas longtemps pour demander ses restes car elle prit déjà la tangente et sortie du bar.

Matis n'avait qu'une envie, retrouver cette ordure de Thomas pour le mettre en prison pour l'ensemble de ses méfaits. Si la pègre commençait à s'en prendre à lui ce ne serait pas gratuit ça il pouvait s'en douter...

Nous allons nous mettre en chasse de cette ordure et allons lui faire comprendre qu'il est dans son intêret de mettre rapidement fin à ses activités. Néanmoins il y a des rumeurs comme quoi il aurait le soutient d'une partie réactionnaire de la noblesse. J'ai peur de ce que notre visite pourrait orchestrer.

Bha après tout, cela ne me fera pas plus d'ennemi que je n'en ai déjà n'est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis) Mar 26 Juil 2016 - 23:06









[Hrp : J'ai ouvert un autre rp à la suite de celui-ci qui commençait à être assez long, et vu qu'on change disons de "thème", du coup j'espère que cela te conviendra, et t'inquiète je ferai les demandes pour ce rp-ci demain catkiss .]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Ou comment penser à autre chose (Pv Matis)

Revenir en haut Aller en bas

Ou comment penser à autre chose (Pv Matis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]
» " - Mis à part ça, tu fais autre chose dans la vie ? "
» Je veux vivre autre chose que cette vie } Chelsea
» BELLE (+) Je veux vivre autre chose que cette vie.
» M. Gaillard prône autre chose que le consensus actuel...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-