Observateurs : les milices chiites irakiennes soutenues par l’Iran menacent la souveraineté de l’Irak

« combien de meurtres et d’enlèvements supplémentaires sont nécessaires avant que les Irakiens restent unis contre cette menace ?

A lire également : Le rappeur Young Dolph décède à 36 ans après avoir été abattu à Memphis

L’analyste principal Nicholas Heras du Newlines Institute à Washington voit la tentative d’assassinat d’al-Kadhimi indiquer que « l’Iran n’a pas un contrôle total sur ces milices fantômes et cela devrait inquiéter les décideurs américains ». Il pense qu’al-Kadhimi essaie d’utiliser une approche de la loi et de l’ordre pour freiner les milices.

« L’Iran a essentiellement créé une hydre de milices à l’intérieur de l’Irak. Vous coupez la tête de l’une, une autre émerge à sa place. C’est le défi auquel le Premier ministre Kadhimi est actuellement confronté. Il a adopté une approche d’application de la loi pour essayer d’enquêter, identifier puis extirper ces milices en utilisant la justification qu’il s’agit de groupes armés illégaux et que cela va à l’encontre de la loi irakienne. Le problème est qu’il y a de multiples acteurs en Irak qui font partie du système politique qui ont des liens avec ces milices. Ainsi, Kadhimi est essentiellement essayer de poursuivre des hommes armés qui opèrent pour une organisation de milice-mafia. C’est très difficile. « 

Avez-vous vu cela : L'intelligence artificielle aide à rechercher de l'eau dans les cratères lunaires

Osama Al Sharif, un commentateur politique du Moyen-Orient à Amman, considère al-Kadhimi comme un nationaliste irakien non partisan essayant de maintenir la neutralité de son pays dans la confrontation en cours entre les États-Unis et l’Iran pour l’influence. Il souligne les efforts d’al-Kadhimi pour ramener l’Irak dans le giron arabe avec des accords économiques avec la Jordanie et l’Égypte et des efforts de médiation entre l’Arabie saoudite et l’Iran. Il a déclaré que ces mesures étaient « un anathème pour les mandataires pro-iraniens ».

Al Sharif, écrivant sur le site en ligne Jordan News, déclare qu’al-Kadhimi « a peu de choix s’il veut survivre politiquement et empêcher son pays de sombrer dans un sombre chapitre d’assassinats politiques et d’une possible guerre civile ». Al-Kadhimi doit trouver un moyen « de neutraliser et de contenir les milices », dit-il, car les Arabes sont – selon ses propres termes – « fatigués de l’ingérence de l’Iran et de son agenda régional perturbateur ».