Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Père et Maîtresse [PV Erdrak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Irina Faust
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
4/10  (4/10)
Xp disponibles: 1

Princesse de la cour des miracles

MessageSujet: Père et Maîtresse [PV Erdrak] Ven 26 Mai 2017 - 19:48

27 novembre de l'an 7 d'Obsidienne

La guerre venait de frapper une nouvelle fois les terres d'Armanda, prouvant, s'il en fallait, que mon propos sur la stupidité des peuples tenaient la route et qu'elle ne se limitait pas aux seuls peuples connus. Avais-je besoin de le prouver encore ? Non. Je savais parfaitement que les peuples ne sont faits que pour se battre entre eux. Les humains jalousent ce que possèdent les autres, les vampires rongent leur colère contre les autres peuples à cause de la malédiction qui nous frappe, et les elfes paniquent parce qu'ils se voient au bord de l'extinction.
Ma dernière virée en campagne m'avait également prouvé que ces tares s'appliquaient autant aux individus qu'aux masses. Kälyna et Arya avaient été prêtes à se battre pour une clé dissimulée au fin fond d'une grotte, pour que personne d'autres qu'elles ne la récupèrent. Erdrak, pour sa part, avait été prêt à se battre pour que je puisse la récupérer. Mais dans son cas, je sais que c'est surtout parce qu'il était sous l'influence de mon anneau qu'il était prêt à cela. Mais il n'empêche qu'il eût su provoquer mon respect d'une certaine manière.
Courtois et correcte, même avec des gens qu'il ne connaissait pas, j'avais dû utiliser mon influence uniquement parce qu'il était sous le contrôle d'une magie qui nous menaçait. Je n'avais pas eu d'autre raison de le placer dans cette situation. Et bien que je ne me sente pas fautive ou que je n'éprouve aucun remords à l'avoir fait, j'éprouve quand même une certaine part de respect à son égard. Chose rare. Car, en règle générale, lorsque je soumettais quelqu'un avec mon anneau, je n'éprouvais pour la victime, au mieux que du dédain et que je voulais m'assurer que mon ordre soit effectué à la perfection.

Je m'étais installé dans une taverne du centre-ville de Gloria pour profiter du soleil couchant en sirotant une chope de sang frais issu des réserves du Commerce Ecarlate. Je savourais un moment de détente, tandis que mes affaires poursuivaient leurs cours à travers la ville.
Je portais inconsciemment la main à la poitrine, où reposait la clé qui pendait au bout d'une chaîne, que je gardais là, à l'abri des regards et des mains indiscrètes. Je regardais alors, distraitement, les gens passer au dehors, ignorant de là ou ils se rendaient. Mais en même temps, je n'en avais que faire. Je les regardais en me demandant juste combien me servaient d'oreilles et d'yeux dans cette citée et combien était les sujets de mes observations, anciens ou actuels créanciers, ou cibles de diverses manipulations nécessaires à mon commerce. Je savais que je ne manquais pas de petites mains. Mais au final, à combien je pouvais réellement me fier. Même Noxia ne me donnait plus de nouvelles. Et les derniers rapports me laissaient présager que quelque chose se tramait sans que je sache quoi.
Devrais-je, une fois encore user de mes outils pour faire comprendre que l'on ne m'échappe jamais complètement? je l'ignore, mais je n'en excluais pas la possibilité. Je prendrais les sanctions nécessaires en fonction des évènements. Il me fallait juste être patiente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erdrak Geflorth
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 6

Mercenaire

MessageSujet: Re: Père et Maîtresse [PV Erdrak] Sam 3 Juin 2017 - 11:10

La bataille contre les chimères avait eu lieu depuis un bout de temps, mais les blessures du Loup Solitaire étaient encore douloureuses. Les ecchymoses que lui avait infligées Basith avec sa masse, alors qu’Asmo avait pris le contrôle du corps de l’humain, lancinaient faiblement à chaque pas. Erdrak aurait dû s’arrêter un certain temps, sans son armure et se reposer pour accélérer et faciliter la guérison. Mais il se sentait appeler. Sinestra, sa fille ne l’attendait pas, mais il avait besoin de la revoir et surtout de savoir si elle était vraiment le fruit de son amour avec Lorelei. C’était si improbable et pourtant si évident, les sentiments que l’homme avait ressenti pour Lorelei ne pouvait que s’être concrétisés en donnant la vie. Tu me ferais presque verser une larme de pitié devant tant de niaiserie. La gamine, même si elle est ta fille, t’a déjà repoussé une fois, non, deux. Sans ménagement. Et toi tu crois que la troisième sera la bonne ? Asmo avait raison. Le Loups Solitaire se berçait d’illusion mais il avait besoin de savoir et de la revoir. Pourquoi ? Parce que sinon sa vie n’avait aucun but.

Le mercenaire était arrivé à Gloria en fin d’après-midi, accompagné de Vétéran, un mercenaire qu’il avait rencontré après la bataille contre les chimères. Ils s’étaient liés d’une amitié de guerriers, celle qui ne nécessite que le respect, et pas forcément de confiance. On pouvait les considérer maintenant comme amis, bien que ce ne soit pas l’amitié qui lie Erdrak et Alford. Pourtant, la Colère n’arrivait pas à se sentir à l’aise avec Vétéran, comme si elle la connaissait d’avant et avait un grief contre lui. Il est vrai que le Loup Solitaire avait l’impression de le connaitre, mais il était incapable de savoir d’où, ni pourquoi. Sa mémoire n’était pas exceptionnelle, Erdrak considérait que l’homme avait été croisé au cours d’une bataille, rien de plus, mais Asmo pensait à quelque chose de plus grave, de plus profond.

Errant dans Gloria, cette ville qu’il exécrait au plus haut point, il ne cherchait qu’un endroit, où dormir, manger avant de repartir pour le territoire elfique où il espérait rejoindre Sinestra. Pas question de rester plus longtemps que nécessaire. Erdrak avait maintenant suffisamment d’or pour ne pas avoir à prendre une mission d’escorte pour se payer le voyage. Il partirait à l’aube avec Akhela, laisser à une écurie à l’entrée de la ville. Les rues de la ville dépravée était bondée, ce qui énervait le mercenaire, qui se frayait un chemin, la hallebarde rangée dans un tissus, à la main, l’épée au côté. Il devait avoir fier allure dans son armure avec sa cape. Ou alors un aspect miteux à cause de la poussière accumulée par le voyage.

Elle est là, regarde ! Qui ça ? La vampire. Irina Faust. Celle de la grotte glacée. Et alors que veux-tu que j’y fasse. Elle vit à Gloria, C’est normal de la croiser. Va lui parler. Pour quoi faire. Parce qu’elle nous a sauvé la vie avec un enchantement. Tu ne t’en souviens peut-être pas avec ta mémoire de piaf, mais tu étais sous l’emprise de la magie de la sphère et elle t’a ensorcelé, ce qui m’a pleinement libéré et m’a permis de te sauver les miches, encore. Ce n’est pas dans tes habitudes d’être reconnaissant. Mais tu as raison, c’est la moindre des politesses. Le comportement d’Asmo était étrange. La Colère n’avait de gratitude pour personne et un respect que pour le sang versé. Bizarre qu’une vampire qui ait ensorcelé l’homme provoque tant d’émois chez la seconde personnalité du Loup.

Toutefois, force fut de constater la véracité d’Asmo. Erdrak avisa donc Irina assise à la fenêtre ouverte d’une taverne. L’homme entra dans la taverne et se plaça doucement à côté de la vampire, puis toussa doucement. Bonjour dame Faust. Cela fait longtemps depuis la grotte. Le mercenaire sembla hésiter. Erdrak ne savait pas trop quoi dire, mais Asmo prit la parole à la place de son maître. La Colère parla par la bouche de l’humain avec une voix douce et respectueuse, presque admirative. Le rictus sadique qui déformait habituellement les traits d’Erdrak quand Asmo prenait le contrôle, n’apparut pas, remplacé par une grande déférence. Vous rappelez vous de moi, je suis As… Erdrak Geflorth. Nous avons combattu ensemble. Je n’ai pas eu l’occasion de vous remercier pour m’avoir sauvé la vie, dans la grotte. Sans vie, qui sait ce qu’il me serait arrivé. Puis-je me joindre à vous ? J’aimerai savoir ce qu’il vous est arrivé, quand nous nous sommes séparés sans un au revoir.


Erdrak et Asmo parlent en gras et pensent en italique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Père et Maîtresse [PV Erdrak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Le père noël est une ordure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Gloria la Rescapée :: Centre-ville-