Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore) Dim 7 Mai 2017 - 16:44

Fin Avril

Gloria, une belle cité il fallait le dire, ce malgré les quelques défauts qu'elle pouvait avoir, mais au final ne restait-elle pas la plus peuplée et riche des cités humaines ? Gorder en tout cas avait l'impression que cette ville représentait très bien le genre humaine à sa manière, l'on pouvait y trouver à la fois toutes les qualités et tout les travers du genre humain et c'est sans doute cela qui la rendait si unique et fascinante à ses yeux.

Et dans les faits, il était plutôt pas mal occupé à cet instant à traîner dans la magnifique place du centre-ville qui servait dans les faits de cœur à la cité, se disant qu'il avait du mal à imaginer qu'une telle force et prospérité puisse encore se dégager d'une cité qui au cours des dix dernières années avait tant souffert et avait été reconstruire par deux fois, mais au final. Cette dernière reconstruction ne permettait-elle pas une sorte de nouveau départ ? Il se demandait bien ce que cela donnerait en tout cas à l'avenir, mais il avait bon espoir que le futur soit meilleur que le passé à terme. La paix était déjà un bon signe pour cela à ses yeux au moins.

Par contre, à trop regarder les environs et surtout à trop rester dans ses pensées, Gorder ne faisait pas trop attention à là où il aller et c'est dans les faits comme ça qu'il percuta sans le vouloir une jeune femme de maigre carrure qui avait été sur son chemin. Gorder en voyant cela d'un air gêné lui tendit la main comme pour l'aider à se relever, ce avant d'ajouter légèrement embarrassé.

« Veuillez m'excuser, j'étais perdu dans mes pensées et je ne vous avais pas vu. J'espère que vous n'avez pas trop mal ? » Car bon, certes il ne l'avait pas percuté trop brutalement, mais elle semblait mine de rien assez fragile et lui plutôt de solide carrure, il s'en voudrait donc un peu de lui avoir cassé quelque chose si tel était le cas. En dehors de cela, elle pouvait voir que le mercenaire sans avoir le visage totalement dissimulé, l'avait en grande partie par une sorte de bure qu'il portait, pourquoi ? Dur pour elle de le deviner sans indice, mais pour sa part Gorder le faisait en grande partie pour garder un minimum d'anonymat. Certes, presque tout le monde le connaissait de nom et pas de visage, mais il fallait bien prendre certaines mesures quand on voulait vraiment passer une journée paisible comme un gars tout à fait normal.

Dans tous les cas, il espérait ne pas lui avoir fait trop de mal à cause de son étourderie, mais sinon il se dit qu'il devait être tombé sur une gentille dame à bien la regarder, donc au fond il n'était pas vraiment trop inquiet quant au fait qu'elle en soit vexée. Même si bien entendu au cours des dernières années il avait pu apprendre que l'habit ne fait pas le baptistrel.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore) Sam 13 Mai 2017 - 21:52

Rien ne vaut une belle journée de printemps pour visiter la ville. Gloria était une grande ville, et malgré le temps que j'ai passé ici, je n'en ai toujours pas fait le tour. Je ne sais que penser de cette cité. La capitale de l'ancien empire humain est tellement riche. Pourtant, il y règne un très important contraste. D'un côté, la ville riche, commerçante, travaillant le jour, et d'un autre, une zone pauvre, où règne les souverains de la nuit. C'est exagéré, mais pas tant que ça. La capitale a un développement très inégal, engendrant comme un déséquilibre entre les différents quartiers. Et ce déséquilibre a tendance à se creuser, empêchant de plus en plus les gens tombés du mauvais côté de se relever.

C'est pour ça que très rapidement je me suis installée dans le quartier Ouest, la tentacule Ouest comme elle est appelée. Il y a beaucoup de gens qui ont du mal à survivre, alors l'hygiène n'est pas leur priorité. Si bien que quand il tombe malade, et cela arrive souvent, beaucoup n'ont pas les moyens de se soigner. Alors je propose mes soins, gratuitement pour les enfants, car il faut bien que je vive un peu. Toutefois, il m'arrive de donner de guérir ou offrir un baume sans contrepartie. Certaines personnes sont dans un tel état, que je ne peux pas les abandonner à leur sort pour des raisons aussi ridicules que l'argent. La vie n'a pas de prix. D'autant que beaucoup de mes remèdes ne me coûtent rien puisque je vais cueillir les ingrédients moi-même. Toutefois, ma bourse se vide de façon dramatique, et aucune solution ne s'offre à moi. Je pourrais quitter la ville, mais dans l'une des bibliothèques ouvertes au public, il y a un livre sur la guérison magique que je n'ai pas fini de lire. Alors je reste et essaye de survivre en économisant.

Pour l’heure, je me ballade dans le centre de la ville, le nez plus souvent en l’air que sur la route, jetant des œillades curieuses sur les présentoirs et les étals. Je porte mon habituelle longue robe bleue claire, avec mes longs cheveux blonds détachés ondulant jusqu’au bas de mon dos. Ma sacoche bat comme à son habitude à mes Mon inattention me fait bousculer quelques personnes, et je m’en excuse à chaque fois, ne recevant souvent comme réponse au mieux qu’un grognement sévère malgré les sourires que je distribue. En faisant plus attention aux personnes qui m’entoure, je constate une forte tendance aux visages fermés. Beaucoup de passants ont l’air pressé, préoccupé. Même les flâneurs donnent l’impression qu’un drame a eu lieu. C’est assez perturbant.

Perdu dans mes pensées et dans mes observations, un puissant choc rend ma vision trouble. Quand elle revient, je constate que le monde est plus haut que tout à l’heure avant de connaitre une vive douleur au visage. Je souhaite poser mes mains sus les zones douloureuses avant de me rendre compte qu’elles y sont déjà. Mes sens reviennent. Je suis assis par terre au milieu de la rue, face à un homme de stature militaire. J’ai dû le percuter dans mon inattention et en comparant nos carrures, il n’est pas surprenant que je finisse sur les fesses. Par contre ce qui est surprenant, c’est qu’il s’excuse et m’aide à me relever poliment. Il a son visage cacher à moitié mais je peux lire dans son regard une grande gentillesse.

Oui, tout va bien, plus de surprise que de mal. J’étais moi aussi perdu dans la contemplation de la ville. C’est plutôt à moi de m’excuser, vous n’êtes pas le premier que je bouscule par inadvertance. Je dois avouer que venant d’un petit village, je n’arrive pas à m’habituer à cette grande ville. Que dis-je grande, plutôt immense. Je regarde autour de moi, et fronce les sourcils. Je ne sais pas où je suis. Je crois d’ailleurs, que je me suis encore égarée. Je n’arrive toujours pas à me repérer dans la cité. C’est assez incroyable car en forêt, je trouve toujours mon chemin, de jour comme de nuit. Pourtant, faîtes-moi entrer dans une ville et ce sens de l’orientation disparait complètement. Mais je manque à la politesse, je ne me suis pas présentée. Je m’appelle Aurore Lapsida, mais appelez simplement Aurore. Puis-je vous demander votre nom et pourquoi cachez-vous ainsi votre visage ?

Je fais preuve d’une curiosité presque insolente, mais c’est ainsi que je suis. J’ai bien remarqué que malgré la chaleur, il dissimule une partie de son visage. Porte-t-il des stigmates des guerres qui ont secoué si fort Armanda ? Trouve-t-il son visage si défiguré qu’il ne veut pas le montrer par honte ou peur des regards indiscrets ? Ma question est bien indiscrète cependant. Ce n’est pas très poli, mais je ne peux pas m’empêcher. Je dois savoir. Je ne sais pas retenir mes questions. De toute manière, j’ai quitté la maison pour découvrir le monde et apprendre tout ce qui est possible et rendre le monde meilleur. Cet homme n’a pas l’air malveillant ni agressif, et n’a pas de raison de le devenir.

Je ne manque pas de remarquer non plus qu’il porte des armes. Une épée bat ses côtés comme ma sacoche bat les miens. C’est un peu comme dans les contes, la rencontre entre la jeune fille et le guerrier géant. Bon, il est grand mais pas tant que ça par rapport à moi. Il faut dire que je ne suis pas petite, je tiens ça de papa et aussi un peu de maman. Mais il me dépasse d’une tête une fois que je me suis entièrement redressée, défroissant ma robe élégamment en lui souriant, comme je souris toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore) Dim 14 Mai 2017 - 21:25

Alford ne manqua pas de sourire aux paroles de la dame, en effet celle-ci était bien gentille et d'une certaine manière il l'appréciait déjà bien sans la connaître. Elle lui faisait après tout l'effet d'une femme noble et généreuse. Un caractère digne d'une guérisseuse dans les faits, même si pour sa part il était loin de se dire qu'elle devait en être une, par contre il ne put que répondre sincèrement aux questions de cette dernière.

« Je me nomme Alford Gorder dame Aurore. » Sans doute qu'elle avait entendu parler de lui pensa-t-il, aurevoir l'anonymat, mais en même temps il préférait cela que de mentir à quelqu'un qui semblait si gentil. Il ne manqua pas d'ailleurs d'ajouter quant au fait qu'il se couvrait le visage. « Je fais ça pour conserver un peu d’anonymat dans la foule, disons que sinon certains risquent de me reconnaître et que je n'aime pas trop attirer l'attention des fois. » Que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raison, après tout un lié de l'ours comme lui appréciait des fois un peu de solitude.

« Dans tous les cas, en tant que fils de la campagne je peux comprendre qu'une grande ville comme Gloria ce soit déstabilisante au début. Puis-je faire quoi que ce soit pour vous aider à mieux vous y repérer par hasard ? » Proposa-t-il calmement et d'un ton bon bougre, en même temps Gorder n'avait pas vraiment mieux à faire sur l'instant, de plus il était disons curieux à l'égard de cette femme pour le coup. « Que faîtes vous à Gloria d'ailleurs ? Vous êtes venu y acheter des produits qu'on ne trouve pas dans la campagne ? » Demanda-t-il donc par pure curiosité, il est vrai que l'on ne vient généralement pas ici sans raison, sauf si on veut faire du tourisme disons… Ce dont les marchands locaux ne se plaindront pas bien entendu. De plus, comme Aurore lui avait posée des questions, il avait prit cela pour une invitation à en poser en retour, après tout lui aussi aimait bien apprendre des choses ou tout savoir, ne serait-ce que car l'ignorance à un sujet le concernant plus ou moins avait une certaine tendance à le gêner… Alors autant ne pas hésiter à demander, surtout quand la personne en face semblait plutôt du genre disposée à converser et à répondre à ses questions, tant que ces dernières n'étaient pas trop indiscrètes bien entendu.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore) Mar 16 Mai 2017 - 19:10

Je ne peux m’empêcher de rougir lorsqu’il m’appelle Dame. Je n’ai pas vraiment l’habitude qu’on me nomme ainsi. C’est un comme être considérée comme une grande dame à la cour, comme dans un conte que papa me racontait quand j’étais petite fille. Mais je crains hélas que cet homme est loin d’être le prince charmant de ces histoires. Charmant, il doit l’être, prince c’est moins probable mais tout de même possible, on ne juge pas un livre à sa couverture. Si ça se trouve il est chevalier comme le port de l’épée pourrait le justifier. Comme il pourrait être un simple mercenaire plein de bonnes manières.

Alford Gorder ? J’en ai entendu parler. C’est un héros je crois, ou un traitre. Il fut un temps un traitre avant de devenir un héros. Je ne l’imaginais pas comme ça. En fait je ne l’imaginais pas du tout. Ce n’est pas très malin de révéler son identité si on veut garder de l’anonymat, vous ne pensez pas ?Je lui fais un clin d’œil et un sourire taquins. Je ne veux pas le mettre mal à l’aise mais cette blague était assez facile et pas forcément très gentilles. Désolé, c’était une blague, je ne voudrais pas vous offenser Sire Gorder.

Il est très poli de me proposer son aide pour m’orienter dans la ville et je serai folle de refuser. Je suis probablement déjà perdue depuis longtemps. Retrouver mon chemin est réalisable, mais y arriver avant demain ou la semaine prochaine sera peu probable. Alors je pense que son aide sera plus que nécessaire, d’autant qu’un peu de compagnie à travers la ville ne sera pas de refus. Avec plaisir ! Si ça peut m’éviter d’errer sans repère à travers Gloria jusqu’à ce que la nuit tombe. Je dois avouer que les ombres projetées par les lampes m’effraient quelque peu. On dirait que d’affreux bandits vont sortir des ténèbres, comme dans les histoires qu’on raconte aux enfants. Je ne suis pas peureuse, mais pas téméraires non plus. C’est stupide je sais, mais l’esprit se fait des frayeurs de pas grand-chose n’est-ce pas ? J’imagine qu’un guerrier comme vous ne doit pas avoir peur de grand-chose. En réalité, je suis en voyage. Je suis partie de chez moi pour découvrir le monde, apprendre, venir en aide aux gens. Je suis guérisseuse voyez-vous. Et très curieuse. Il y a ici des bibliothèques pleines de connaissances sur les soins, la botanique. C’est pour ça que je reste ici pour quelques temps. J’aide aussi les plus démunis dans le quartier Ouest en procurant des soins gratuitement aux enfants et parfois aux plus pauvres des adultes. Il y a tellement de pauvreté ici que cela me fend le cœur et je ne peux pas passer outre. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus intelligent pour ma bourse, mais je suis botaniste, alors la plupart des ingrédients dont j’ai besoin, du coup je me débrouille pour faire des remèdes à moindre coup. Pourtant, l’argent ne revient pas aussi qu’il disparait. Je ne suis pas avide, et n’aime pas trop le concept d’argent. Mais il en faut pour vivre, c’est bien là le problème. Toutefois vous avez raison, on trouve ici beaucoup de choses qu’on ne trouve pas à la campagne comme du monde. Je n’ai jamais vu autant de personnes aussi souvent regroupées aussi longtemps. C’est assez impressionnant. Et les produits sur les marchés sont si nombreux et diversifiés. Il y a tellement de choses à voir ici. Je ne sais plus où donner de la tête. Je ne devais rester qu’un mois mais je pense rester bien plus longtemps au vu de ce qu’il y a dans les bibliothèques et de ce qu’il y a découvert ici. Ce sera formidable de pouvoir tout lire ou tout visiter.

Je me rends compte que j’ai beaucoup parlé sans lui laissé la parole. Ni même poser de question. En réalité, je viens de faire un grand monologue. Je me sens gênée et me remet à rougir. Il faut que je lui montre que je ne suis pas qu’une pipelette. Et vous ? Que faîtes-vous dans la vie ? Et à Gloria ? D’où venez-vous de la … campagne ? Je viens de… d’un village près de la frontière avec le Royaume d’Aldaria. J’ai toujours cru qu’il n’y avait qu’un seul empire humain. Ce n’est que récemment qu’on m’a expliqué pleinement les évènements. Dans mon village, nous n’avons que les échos. Mais ça a été terrible. Et voilà je parle encore trop. C’est terrible. Désolé, je parle trop. Alors Que venez-vous faire à Gloria ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore) Jeu 18 Mai 2017 - 8:32

« Vous ne m'avez pas offensé, ne vous en inquiétez pas. » Ne manqua-t-il pas de répondre gentiment après avoir rit pendant quelques instants à la remarque remplie d'humour d'Aurore quant au fait que ce n'est pas forcément très malin de révéler son identité lorsque l'on désire garder un certain anonymat. En effet, il ne le prenait pas mal, il répliqua d'ailleurs taquin. « C'est juste que je ne pouvais pas décemment mentir à une gentille dame comme vous. » Ce n'est pas en tout cas le genre de personne à qui il apprécierait de mentir.

Par contre, par son ours ! Visiblement elle ne semblait pas avare en parole comme il le remarqua avec une certaine surprise lorsqu'elle se déchaîna et démontra assez rapidement qu'elle était-ce que l'on pouvait appeler une pipelette. Eh bien, soit, cela ne gênait pas spécialement le mercenaire, au contraire même, disons qu'il était le genre d'homme à apprécier écouter les autres parler. Alford ne manqua pas d'ailleurs de rire quelques instants gentiment quand la dame finit par s'excuser à ce sujet d'ailleurs après avoir légèrement rougi. Elle était vraiment adorable !

« Nul besoin de vous excuser, cela prouve au moins que vous ne manquez pas de conversation, c'est toujours agréable. » En effet, il n'aurait pas besoin de beaucoup d'efforts ainsi pour meubler la discussion… « Je viens d'un hameau paisible dans la campagne, rien de bien prestigieux disons, quant à ce que je viens faire à Gloria… Visiter la ville et trouver du travail, disons que je suis mercenaire et maître d'armes. Rien de bien exceptionnel en soit. D'ailleurs, je suppose que cela doit être très sympathique comme profession botaniste, qu'est-ce qui vous as incité à la choisir ? » Après tout, elle avait sans doute beaucoup à dire à ce sujet, surtout qu'il était au final du genre assez curieux.

« Bon, du coup… Vu qu'on est d'accord pour que je vous aide à vous repérer ici, où désiriez vous aller et que désiriez vous faire surtout ? Histoire ainsi de vous mener au bon endroit assez prestement. » Après tout, il n'allait pas lui-même deviner quels étaient les désirs de la jeune dame à ce sujet, autant de ce fait être prudent et demander calmement à cette dernière ce dont elle désirait, même si bien entendu il s'attendait à des choses assez communes ou pas trop excentriques pour quelqu'un qui semblait être venu à Gloria pour des raisons d'éruditions. Il ne manqua pas d'ailleurs de conclure d'un aimable.

« D'ailleurs, si jamais vous désirez converser ou me poser des questions, n'hésitez pas et sachez que cela ne me gêne point disons de converser avec quelqu'un de bavard, au contraire j'apprécie assez d'écouter les autres parler, cela m'aide à mieux les comprendre. Et à mes yeux, il est important disons de bien comprendre son prochain pour s'entendre avec lui. » Après tout, il était de nature empathique, donc il essayait naturellement de comprendre comment les autres fonctionnaient, histoire ainsi de ne pas les juger injustement, mais surtout pour pouvoir s'ouvrir sur le monde et essayer disons de bien s'entendre avec son prochain et ce le plus possible.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore) Mer 24 Mai 2017 - 13:58

Tant pis pour le prince cherchant à garder l’anonymat. Cet Alford est un mercenaire, peut-être un ancien héros de la guerre qui souhaite rester discret, ou peut-être un criminel de guerre qui veut vivre en tout impunité. Non, cette dernière hypothèse est complètement absurde. Quoi qu’il en soit, je ne connais pas assez l’histoire de la guerre pour que son nom m’évoque quelque chose. Notre village ne recevait que les rumeurs apportées par les convois, ces derniers venant chercher les outils que le village fabriquait pour l’effort de guerre. Papa n’était pas d’accord et l’idée de voir des soldats gênée beaucoup maman. Donc si ce n’est pas un criminel de guerre, que c’est peut-être un héros, ce peut être aussi un maître d’armes de renom. Je ne m’y connais absolument pas en ordre et classe martiaux, et je ne veux pas m’y intéresser, mais ça pourrait expliquer son anonymat. Cet inconnu est tellement mystérieux, ça égaye ma curiosité.

C’est bien plus que sympathique. Toutefois, je ne l’ai pas vraiment choisi. Ca vient de l’éducation de mes parents. Je ne me plaints pas de ce manque de choix, je suis ravi de vivre la vie telle que mes parents me l’ont donnée. Ma mère est guérisseuse et herboriste dans mon village natal, et mon père est forestier. J’ai hérité de leur deux travaux. Je suis sculptrice sur bois aussi. Les deux métiers réunis me permettent de rencontrer des gens, d’apprendre énormément sur le monde. Je suis extrêmement curieuse, c’est d’ailleurs pour ça que je voyage autant, pour apprendre, découvrir et partager les connaissances. Il y a tant de merveilles dans le monde. Mon ton enjoué s’assombrit un peu le temps d’une phrase pour repartir dans des tonalités plus joyeuses. Et tant d’horreur aussi. C’est aussi pour ça que j’apprends à guérir. Pour aider les gens et rendre le monde meilleur. Toujours étant que maman m’a transmis ses connaissances en herboristerie, et un livre contenait énormément de plantes médicinales. Je m’en sers très souvent et je le complète aussi. La nature est si bien faite, pour chaque maux, elle a prévu une solution paisible et douce. Il suffit de prendre le temps de la chercher et de l’appliquer. Ce qui est regrettable, c’est que les gens veulent toujours aller trop vite, c’est pour ça qu’il y a tant de conflits.

Après sa question, je regarde les alentours de façon interrogative. En réalité… je ne sais déjà pas où nous sommes, à part que c’est à Gloria. Et je cherche surtout à visiter, flâner. Et aussi la bibliothèque. Le vrai problème est que je ne pourrais pas retrouver mon chemin pour rentrer à l’auberge où je crèche. Et puis, je ne suis pas pressée de toute manière, mais de l’aide ne serait pas de refus, ni de la compagnie. Les visites en solitaire sont bien souvent tristes. Vous devez bien connaître la ville. Que diriez-vous de me la faire visiter ? Excusez moi, je m’emporte encore un. Je ne voudrais pas vous importuner. La bibliothèque ce sera bien suffisant. Merci. Je reprends un air contrit, bien consciente du caractère cavalier de ma proposition. Papa et maman ont bien essayé de calmer mes ardeurs, mais rien n’y a fait, je continue à parler aux gens comme si nous étions des amis.

Mais Alford me rassure. Il aime parler au gens, enfin si je comprends bien, il aime surtout les écouter. Pour ma part j’aime autant écouter que parler. Quand on est curieuse, savoir se taire est très important. Savoir écouter l’est encore plus. Je suis sûre qu’il a plein de chose à m’apprendre, ou au moins des histoires à me raconter. Je pourrais en savoir un peu plus sur les événements qui ont secoués Armanda, ou sur le monde car il semble avoir beaucoup voyagé. Ce dernier point m’intéresse beaucoup plus.

Parlez-moi un peu de vous aussi dans ce cas. Je suis d’accord avec vous, pour bien s’entendre, il faut bien se comprendre et se connaître. Avez-vous beaucoup voyagez ? Pourquoi gardez-vous l’anonymat ? Qu’avez-vous fait pour être célèbre ? Pas des choses affreuses j’espère, sinon je vous préviens je crie. Je lui souris pour lui montrer que je plaisante. Comment un homme aussi gentil pourrait être coupable de chose horrible. Et en quoi consiste votre travail de mercenaire ? Nous sommes en temps de paix, vous ne devez pas avoir grand-chose à faire. De même avec votre métier de maître d’armes. Cela veut bien dire que vous entraîner les gens, n’est-ce pas ? Mais s’il n’y a plus de conflits, ça aussi ce n’est plus très utile, sans vouloir vous offenser. A part ceux qui s’éduquent pour le plaisir ou les convenances, le traité des trois peuples rend votre activité beaucoup moins courante, je me trompe ? Tant de questions d’un coup, ça frôler l’insolence. Et puis elles étaient impertinentes pour certaines. Ma voix est toutefois enthousiaste, mon visage souriant, ce qui donne à cet interrogatoire un côté chaleureux et agréable plutôt qu’une inquisition au cœur de sa vie. C’est tout simplement de la curiosité pas forcément bien placée. Je suis navrée, je dois paraître un peu abrupte. Ce n’est pas contre vous, c’est que je suis très curieuse d’en savoir plus sur vous. Votre mode de vie est à la fois proche du mien, nous voyageons tous deux, mais aussi très différent de part votre métier. N’hésitez pas à m’arrêter si je parle trop, ou que je dépasse des limites, je ne m’en vexerai pas. Ce n’est pas dans ma nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore) Jeu 25 Mai 2017 - 16:53

« C'est super que vous ayez trouvé votre voie, rien de mieux après tout que d'exercer le métier que l'on aime, mais surtout de vivre d'une manière qui nous plaît pour trouver le bonheur et s'accomplir. Pour ma part disons que je suis mercenaire parce que cela me permet de voyager tout en offrant mes services pour de l'argent, bien entendu, j'évite les boulots qui seraient trop inappropriés moralement parlant, mais cela me permet par exemple d'aider mon prochain des fois en tirant parti de ce que je sais faire. Il n'y a aucun talent néfaste après tout, c'est la manière dont on l'emploie qui le détermine ou non. » 

Il ajouta d'ailleurs avec un certain enthousiasme et un grand respect à l'égard de la guérisseuse. « Il est bien en tout cas que vous désiriez rendre le monde meilleur, c'est une bonne chose après tout de suivre un idéal et d'user de ses talents pour accomplir ce dernier. Quant au fait qu'ils y ait des conflits, je crois que c'est plus compliqué en vérité et vient probablement plus d'intérêts divergents entre les êtres qu'autre chose. Mais bon, de toute manière actuellement la paix règne et j'ai bon espoir qu'elle dure. » La manière dont il le disait témoignait d'ailleurs de son optimisme naturel, en effet Gorder était du genre à prendre la vie du bon côté et à espérer que les choses s'améliorent sans cesse. C'était en tout cas sa particularité.

« Eh bien, nous sommes dans le centre-ville dans les faits, d'ici vous pouvez accéder au reste de la cité et vous trouverez pas mal de commerce dans le centre-ville lui-même et des bâtiments de fonctions publics importants. » Expliqua-t-il sinon diligemment à la jeune dame aux cheveux blonds, ce avant d'ajouter d'un ton aimable.

« Oh, si vous voulez que je vous fasse visiter la ville, je ne suis pas forcément contre vous savez, j'avouerai après tout que je cherchais un peu quoi faire pour m'occuper et que trouver de la compagnie ne serait pas désagréable. Et nul besoin de vous en excuser, c'est mieux après tout de pêcher par excès d'enthousiasme ou de gentillesse que de brusquerie ou de méchanceté. »
En tout cas, il n'avait aucune raison de se vexer du comportement actuel d'Aurore, bien au contraire même. Et si cette dernière désirait son aide, c'était avec joie que Gorder la lui offrirait bien entendu. Ce dernier n'était pas un mauvais bougre après tout et il appréciait bien au fond de se faire aimer des autres.

« Ah moi… Oui, j'ai beaucoup voyagé, un peu partout et surtout j'ai fais beaucoup de rencontres inoubliables, en faîte tout le monde je crois en a un peu entendu parler, ce qui n'est pas très confortable pour mon anonymat je vous avouerais... Disons que j'ai vécu des aventures très spéciales… Rien d'affreux bien entendu, disons juste que cela concerne une prophétie qui a permis de sauver Armanda indirectement et une épée à rassembler pour pourfendre Vraorg le blanc. En gros. Et pas mal de mésaventures dont je me serais bien passer aussi. » Mais bon, cela il n'avait pas trop envie d'en causer, sur ce il ajouta d'un ton léger.

« Je suis maître d'armes aussi vous savez, je peux donc enseigner l'art de l'épée à des nobles ou bourgeois qui chercherait un excellent bretteur pour leur apprendre deux trois choses. Disons que cela paye bien et a tendance à être un peu moins risqué que le métier de mercenaire en général. Quant au fait que je manque d'emploi, pas vraiment. Vous savez, dans la noblesse savoir bien se battre est honorable et puis il y a des gens qui se disent qu'il vaut mieux être sûr de pouvoir se défendre que non si jamais il venait à arriver quelque chose de grave. »

En somme, non il ne manquait pas vraiment d'emploi et il n'allait pas forcément s'en plaindre, surtout que le continent n'était pas encore totalement sûr. Certes, il l'était beaucoup plus qu'il y a quelques années, mais il y avait par exemple encore beaucoup de bandits qui rôdaient par-ci par-là…

« Arrêtez de dire que vous êtes navrée ou de vous excuser. Est-ce que j'ai l'air contrarié ? Non, alors pas besoin de vous en faire dame Aurore. Car pour ma part, je vous avouerai que cela me gêne plus qu'autre chose de vous entendre vous excuser sans cesse, puis croyez-moi, moi aussi je ne me priverais pas pour vous poser beaucoup de questions. Même si pour l'instant, je préfère vous laisser mener la conversation. » Ajouta-t-il sinon avec amabilité, sur ce il l'invita à le suivre et se dirigea vers l'une des bibliothèques que l'on pouvait trouver au centre-ville, probablement plus une publique que privée, après tout certains riches gloriens ne se privaient pas d'en subventionner quelques unes dans le but d'offrir une certaine aide à la recherche, mais aussi de permettre à ceux qui savaient lire de s'éduquer un peu, du moins s'ils en ressentaient l'envie...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore)

Revenir en haut Aller en bas

L'ours et le phoque, une grande histoire d'amitié (Pv Aurore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Théorie] Lippoutou, une grande histoire
» Je crois que c'est le début d'une grande histoire ... (Clayton) FINI
» La plus grande fraude de l'histoire?
» [FB Solo] Bout d'histoire d'une grande guerrière du Puma
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Gloria la Rescapée :: Centre-ville-