Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Sortez-moi d'ici! - Artane -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Sortez-moi d'ici! - Artane - Lun 27 Mar 2017 - 20:35

Début Juin de l'an 7 d'Obsidienne

La Cour des Miracles est un lieu bien étrange. C'est une ville dans la ville. Ceux qui m'y ont conduite l'ont sûrement pour une bonne raison. Voilà un mois que je vis ici et je dois bien avouer ne pas en être sortie une fois. Peut-être ai-je été autorisée à pénétrer cet endroit si secret parce qu'on savait que je ne pourrais pas en partir seule. Ce qui est bien vraie car je n'ai pas fait attention aux chemins pris pendant le trajet, ce que j'aurais dû faire. Toujours étant que je suis où je suis et bien à l'abri. La Cour est pleine de vie de bien nombreux différents types de personnages, certains froids, distants, menaçants même et qui m'inquiètent un peu mais j'ai rencontré des gens très simple aussi, qui m'ont bien accueillie et qui contre mes services me fournissent de quoi vivre. C'est vraiment étrange cette sensation. Il semblerait qu'une majorité des personnes présentes n'ont rien mais donnent tout ce qu'ils ont par pure générosité. Enfin c'est l'impression que j'en ai.

Quoiqu'il en soit, en ces lieux, j'apprends beaucoup. Certaines choses que je n'aurais pas voulu connaitre. Mais quand on soigne, les gens ont tendances à s'ouvrir à vous bien plus facilement. Parfois, on me raconte gentiment sa vie alors que je recouse une plaie pas trop importante, ou parfois comment elle et toutes ses petites sœurs se sont tracées dans la chaire de mon patient. Mais le plus souvent, les gens me parlent alors que je prépare un baume, un remède, comme s'il n'avait rien d'autre à faire. Ce qui est sûrement vrai et leur présence ne me gêne pas. Parfois, il y a des gens un peu trop entreprenant, mais j'ai bien l'impression que les quelques soins que je donne m'ont offert une protection car il y a toujours quelqu'un pour intervenir. Et quand il m'arrive de manquer d'un ingrédient, il ne faut pas beaucoup de temps pour que je puisse en trouver dans une des nombreuses échoppes de ce lieu. J'ai maintenant assez de patients pouvant payer par argent ou par troc. Si on m'avait dit qu'un endroit à la fois si riche et si pauvre existait, malgré ma naïveté et mon caractère rêveuse, j'aurai probablement ri au nez de mon interlocuteur. Et pourtant, la Cour des Miracles est mon nouveau lieu de vie.

Je vis dans une tente de taille moyenne au sein d'une petite famille. Le garçon souffrait d'une maladie aux bronches, mais maman m'avait expliqué comment soigner cette infection et j'avais d'jà eu l'occasion de m'entrainer au village car cette maladie est assez répandu chez les enfants. Les parents n'avait rien à m'offrir d'autre que le logement. Après avoir refusé poliment, j'ai dû revenir sur ma décision remarquant que j'étais coincée dans la Cour, incapable de trouver une sortie.

La vie n'est pas triste ici, entre bouffon, artiste, voleur, et autres travailleurs de l'ombre, il y a toujours des évènements, des répétitions, des spectacles. Toutefois, je voudrais bien partir, un jour, le plus tôt possible en fait. Ce n'est pas ce que je pensais faire de ma vie en partant dans le monde. Il y a encore trop de chose que je voudrais apprendre et qui me sont inaccessibles ici. Il n'y a pas de grande bibliothèque et l'accès à la nature me manque cruellement. Parfois, je rêve que je cours dans les bois, que grimpant dans un arbre, je glisse pour être rattraper par un elfe, ou alors qu'étudiant dans une grande bibliothèque, une puissante reine me prend sous son aile pour m'apprendre tout ce qu'elle sait. Ce sont là des rêves de jeunes filles, je le sais et ne veux pas les voir partir. Cependant quand je me réveille, j'entends la respiration lente et régulière de mes hôtes. Dans ces moments de détresse, je me saisi du collier que papa m'a offert et la douce lueur qu'il émet me rassure, me calme.

Comme tous les jours, alors que j'installe quelques remèdes et mon matériel de préparation sur une table, je pense au ciel bleu que se lève sur une prairie, sur le village de mon enfance. Mais sans être prisonnière, je suis coincée ici. Au loin, j'aperçois un homme, se tenant le bras, le teint pâle, semble-t-il à la recherche de quelque chose. Je vais le voir pour m'enquérir de son état car cela m'inquiète, mais le sourire aux lèvres dans le but de paraître rassurante, ce qui marche toujours-. Bonjour monsieur, vous avez besoin d'aide?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artane Nordan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Modératrice
Mercenaire

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Mer 29 Mar 2017 - 16:33

En même temps, comment ne pourrait-on pas remarquer la mine palote d'Artane quand il arriva là où il devait se rendre. Maintenant, il lui restait plus qu'à trouver cete fameuse guérisseuse. Grâce à la description que lui avait faite Erdrak, il pourrait, normalement, la reconnaître. Et puis, par les Esprits ! Que son bras le tenaillait ! Il ne s'était pas loupé et puis l'autre mercenaire aurait dû être plus prompt que lui à trouver une idée ! D'accord Artane était dans ses torts, il l'avait reconnu. Mais pour ne pas finir en prison, voir pire, avec une corde autour du cou, alors que ce n'était qu'un accident. Non merci.

Il avait mis plus de temps qu'il n'aurait cru pour rejoindre les lieux de la Cour. Quelques regards s'étaient posés sur lui, mais ce n'était pas si rares de voir des âmes égarées blessées comme il l'était se faufiler dans les parages. Au moins, Artane pouvait lire dans ces quelques regards qu'il croisait qu'ils ne paraissaient pas inquiets. En effet, si Artane avait manqué de vigilance, en faisant venir des gardes et autres tout en cherchant refuge à la Cour des Miracles, cela se srait su très vite. Et là, il aurait été très très mal.

Mais la chance était avec lui. Et elle se montrait bonne avec lui dirait-on. Une jeune femme à la longue crinière cascadante sur ses belles épaules vint à sa rencontre et lui demanda s'il avait besoin d'aide. Les yeux à demi écarquillés, Artane fixa la nouvelle venue et comprit qu'il venait de tomber sur la femme qu'il recherchait. Elle paraissait bien jeune en comparaison des détails donnés par Erdrak. Mais peu importait. Il avait trouvé la guérisseuse.

Après avoir cligné plusieurs fois les yeux, il réussit à balbutier :

''On va dire que oui. Et cela tombe bien. Car justement je vus cherchais. "

Comme quoi le hasard faisait bien les choses. Et en même temps, Artane prenait le temps, malgré sa fatigue et l'épuisement engendré par la perte de sang de sa blessure, d'étudier ce bout de femme qui lui faisait face. Elle était plutôt mignonne. Il regretta alors d'avoir mis son bras en charpie. Là, il aurait pu tenter une approche bien plus différente. Bon ! Il n'était là pour draguer de toute façon.

''Je pense que comme vous pouvez le constater, je n'ai pas le bras dans un bel état. ''

Il était aisé de le voir d'ailleurs. Le bandage de fortune était imbibé de sang. Les entailles n'avaient pas perdu de temps à se réouvrir. La prochaine fois, Artane réfléchira à deux fois avant de se blesser de la sorte. Quel idiot il était parfois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Jeu 6 Avr 2017 - 12:48

L'homme est assez pâle, il a dû perdre pas mal de sang. Un bandage enveloppe son membre blessé mais il est complètement imbibé du liquide rubis. J'espère qu'il n'est pas trop tard et surtout que la plaie n'est pas infectée. Si c'est le cas, ça sera coton de le soigner. Il faut d'ailleurs le coucher au plutôt avant qu'il ne s'écroule. Quand je l'accoste, je vois ses yeux papillonnés avant qu'il ne bafouille quelques mots. Des mots qui me surprennent quelque peu. Il semble qu'il me cherche. Mais je ne me suis même pas présentée. Et surtout... pourquoi aurait-il entendu parler de moi? Et pourquoi me cherche-t-il? Puis mes yeux retombe sur son bandage. D'accord, la réponse à la seconde question est probablement à cause de sa blessure, ce qui est logique.



Il faut agir maintenant. Mon air perplexe laisse vite place à un petit sourire aimable puis à un air sérieux. Je ne vais pas le soigner au milieu du passage, donc je le prend délicatement par les épaules et le dirige vers la cabane. Heureusement on a pas loin à aller. Oui je vois ça. Je m'appelle Aurore, je vais vous soigner. Venez avec moi jusqu'à cette hutte. . Une fois arrivés, je le pousse doucement sur ma paillasse, avant de me laver les main rapidement. De toute manière, l'eau est déjà sale par nature, me récurer les doigts en profondeur ne servir à rien car je les rincerais pour mieux les salir. En revenant vers l'homme, j'attrape quelques baumes, du tissu propre et m'assoie face à côté de lui sur un tabouret.



Détendez-vous, ça va bien se passer, je suis guérisseuse. Parlez moi un peu de vous, comment vous appelez vous? Comment vous êtes vous fait cette blessure? Qu'avez-vous aujourd'hui? Que faîtes-vous dans la vie? Ou dîtes moi un poème, n'importe quoi en réalité. Contentez vous de me parler. Et si je vous fais mal... Bah serrez les dents ça ne fera que commencer. Je lui fais un petit sourire taquin en essayant de le détendre avec ma boutade mais je ne sais pas si ça fait de l'effet. En tout cas je fais comme maman m'a dit de faire, comme il semble que la blessure est grave, pour être sûre qu'il ne s'évanouisse pas et ne risque pas de mourir inconscient, j'espère vraiment qu'il ne va pas mourir, il faut le faire parler, de n'importe quoi. Et de temps en temps, lui demander des informations précises dont je connais la réponde.



Lentement je retire le bandage improvisé imbibé de sang. Ce n'est qu'un morceau de tissu, sale qui plus est. Et qui cache une blessure assez profonde, mais peu grave en elle-même. Le seul problème est qu'elle a été faite sur le bras, d'où l'origine de cette quantité abominable de sang. La plaie est nette, clairement un coup de lame. Je me prend d'une jarre de l'eau que j'ai essayé de rendre la plus propre possible, y trempe le linge propre et entreprend de nettoyer la plaie du sang, pour y voir un peu plus clair. J'apporte ainsi les soins nécessaires à cet inconnu alors qu'il ne cesse de me parler. J'y applique un onguent cicatrisant et rebande la plaie de frais. Régulièrement au cours des soins, je l'enjoins à répéter son nom, et la provenance de sa blessure et le force à continuer à parler, ne le laissant s'arrêter que pour boire.



L'homme est pâle ce qui est normal, vu ce qu'il lui est arrivé. Pour retrouver un teint correct et des forces, il doit manger quelque chose et boire. Un rapide coup d'œil me fait remarquer qu'il n'y a pas grand-chose à manger dans la hutte. Je sais qu'il y a de la nourriture dans une des armoires cachées, mais je ne pense pas qu'il soit juste de prendre de la nourriture à la famille qui m'accueille si gentiment sans leur demander la permission. Je rechigne à prendre, mais aussi à laisser mon patient seul. Cependant, je dois vraiment lui fournir quelque chose à manger.



Je prends ma décision. Il me reste un peu d'argent, ce n'est pas ce qu'il y a de plus sain, mais je vais acheter quelque chose dans la cahute d'à côté, en grande vitesse. Restez allonger et ne bouger pas, je reviens tout de suite. Je vais vous chercher quelque chose à manger. En attendant, buvez un peu. Je le laisse là avec un pichet d'eau et un verre avant de partir à grandes enjambées. Je reviens quelques instants après. L'homme m'a remis sur une tranche de pain trop dur pour être mangé, des morceaux de ce que je pense être de la viande, mais dont je n'ose essayer de deviner la provenance. Du rat ou du chien serait ce qu'il y a de plus rassurant mais rien n'est moins sûr.

Je lui tends la nourriture avec un doux sourire en m'asseyant à son chevet.Tenez manger. Je ne sais pas trop ce que c'est, mais j'espère que c'est bon et vous avez besoin de reprendre des forces. Là, je me rends compte que malgré le nombre de fois où je lui ai fait répéter, je n'ai pas retenu son nom. Alors qu'il parlait, je n'ai fait que vérifier la cohérence mais pas retenu réellement les informations. Un peu gênée, je lui demande donc timidement. Pouvez-vous me répéter votre nom s'il vous plaît?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artane Nordan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Modératrice
Mercenaire

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Mer 12 Avr 2017 - 16:03

Artane s'était laissé faire. Maintenant qu'il avait trouvé la personne qu'il recherchait, c'était comme s'il se détachait quelque peu. D'ordinaire, mais en présence d'une jolie femme, il serait rester prudent. D'accord elle était guérisseuse et de ce qu'il entendait, elle paraissait connaître son affaire.

Quand elle lui posa des questions les unes à la suite de l'autre, il crut être tombé sur une femme un peu trop curieuse, avant qu'il ne se rappelle que c'était une méthode pour ne pas sombrer. Il ne risquait pas de s'évanouir aux dernières nouvelles, ce n'était qu'une vilaine blessure. Mais quand elle commença à retirer ce qui lui servait de bander, il comprit pourquoi elle faisait une drôle de tête. A voir tout ce sang. D'ailleurs, c'est peut être pour cela qu'il se sentait aussi flottant depuis quelques instants... Il ne pensait pas avoir perdu autant de sang. En fait, il en avait perdu lentement, mais sûrement, assez pour qu'il commence à sentir les effets.

*Par les Esprits, la prochaine fois, je chasse ce genre d'idées débiles. Je suis trop vieux pour agir comme cela, aussi stupidement*

Il fit un léger sourire pour montrer qu'il n'était plus un gosse.

''Vous affolez pas. Je dois être blanc comme un linge, mais je ne vais pas mourir sur votre plancher. Je sais pourquoi vous me demander de causer. Bo, autant en profiter pour faire causette et connaissance n'est ce pas ? ''

La guérisseuse s'occupait déjà des premiers soins.

'Hum.... Nordan est mon nom. Cette vilaine entaille, c'était lors d'une bagarre. Je sais, ce n'est pas bien. Ensuite... ce que je fais ? euh.... je sis mercenaire. Normal de se prendre des blessures non ? Et vous chanter des vers, je risque de vous faire fuir. Et peut être que vous voudriez savoir pourquoi je vous cherchais...''

Il serra les dents pendant qu'elle poursuivait ses soins. Il avait même contracté les muscles de son bras mais avait réussi à ne pas le retirer pour fuir la douleur lancinante de sa blessure, réveillée par les soins d'Aurore.

''Nordan est toujours mon nom très cher, même si vous redoutez que je le perde en cours de toute. Et non, je ne tournerai pas de l'oeil...''

Il était sur la paillasse, donc il ne risquait pas d'avoir des soucis normalement.

Elle décida d'aller chercher quelque chose à manger. Vu la tête qu'elle tirait, elle rechignait à le laisser seul. Elle lui préconisa de boire de l'eau. Et une sortie, Artane lorgnait bizarrement la jarre d'eau.

''De l'eau... juste bon à rouiller dans mon état''

Il se permit un petit rire et but malgré tout trois verres d'eau. Il avait soif mine de rien.

La jeune femme ne mit pas longtemps pour revenir, mais juste assez pour qu'Artane restait encore blême et paraissait épuisé. Le contre coup sans nul doute du coup reçu. Pourtant Artane avait déjà eu des blessures au cours de sa vie et des sérieuses même. Il fit donc mauvaise grâce en prenant la nourriture qu'elle lui tendit. Il savait qu'il devait reprendre des forces, mais pas au détriment des moyens même de la jeune femme. Il réussit à sourire avant de mordre dans ce qui paraissait être de la viande. Et après avoir durement machouillé le truc...

''Hum... Nordan... Et c'est bon votre morceau de rat. Faudra me dire où vous l'avez acheté....''

Il termina de manger et eut un instant de flottement.

''Oh bon sang ce vertige.. je crois que je vais abuser de votre générosité... Dame Aurore. L'impression d'être bourré là...''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Jeu 20 Avr 2017 - 15:16

Cet Artane, ce mercenaire est quelque peu surprenant je trouve. Poli et aimable, je ne le vois pas se battre ou même avec une arme à la main. Je ne sais pas pourquoi, d’où me vient cette impression mais j’arrive pas à concevoir cet homme comme un guerrier. Toutefois, je sens bien qu’il cache quelque chose, qu’il n’est pas entièrement franc. Alors pourquoi j’ai cette impression, c’est une grande énigme, et surtout ce n’est pas mes affaires, il n’est pas obligé de tout me dire, je ne suis pas sa confidente, ni sa mère. Quoi que à nous voir ainsi, moi saignant son bobo, inquiète, on aurait pu me prendre pour sa sœur, prête à gronder son ainé de ses galipettes. Mais ce n’est pas le cas et son état de fatigue m’a fortement frappée. Cette blessure, bien que peu grave mais profonde, a dû saigner pendant un certain temps pour que le teint d’Artane devienne aussi blême.

D’ailleurs, l’histoire de la bagarre, je n’y crois pas trop. Ou alors ce n’était pas un si simple combat d’ivrogne. Si des lames ont été tirées, ce devait être un règlement de comptes entre différents groupes de malfrat. C’est assez courant comme évènement, et Artane ne sera pas le premier à venir me voir pour un pansement, ou parfois un soin magique. Pourtant, cette fois, mon client à l’air tellement loin de tout ça. J’aime bien me dire qu’il a plutôt reçu cette estafilade en combattant un de ces malotrus, en défendant des innocents ou au pire son honneur, à la limite pour sa propre survie, lui-même victime de quelques voleurs. Mais c’est bien là, le rêve de la jeune idéaliste que je suis.

L’homme croque à pleine dent la viande que je lui ai offerte, affirmant par la même occasion qu’il s’agit de rat. S’il reconnait le gout, je ne lui reconnais pas la forme. Toutefois, je n’ose le contredire ignorant plus de détail sur l’origine de ce produit carnier et puisqu’il a besoin de reprendre des forces, il lui faudra tout manger. Je vois aussi qu’il a suivi mon conseil en buvant plus que son content d’eau. C’est rare d’avoir un patient aussi obéissant, mais rien que son amabilité est une grande surprise en ces lieux. Ce n’est pas qu’il n’y a que de grossiers personnages, mais les plus agréables ne viennent pas me voir pour se faire soigner, soit par ce qu’ils ne se blessent pas, ou alors ils ont leur propre guérisseur. Toujours est-il, Artane m’inspire confiance par ses manières et par l’intelligence que je peux voir briller dans son regard. Et si ? Non, il faut que je voie plus en avant dans le personnage qui me fait face.

Comme toujours quand on m’appelle Dame, je rougis violement. Vous n’aurez pas bien loin à aller, car c’est une… un boutiquier juste à côté qui chasse cette viande. Et abusez donc Monsieur Artane. Mais je vous en prie, ne m’appelez pas Dame. Aurore, juste Aurore, cela suffit. Restez allongé et ne bougeait pas trop, vous avez perdu plus de sang qu’un corps peut en contenir. Ce vertige est normal, inquiétant mais pas trop, vous êtes arrivé à temps. Un peu plus, et qui sait qui vous aurez, où et dans quel état. Laissez-moi voir encore une fois.

Je lui saisis doucement le bras, pour voir la blessure fraichement pansée. Le linge laisse déjà deviner une petite tache de sang. La plaie saigne encore, moins fort grâce au bandage serré, l’écoulement se ralentit. La cicatrisation sera lente et Artane risque d’être fatigué et faire attention à lui pendant un temps. A moins que j’essaie quelque chose. Je ne l’ai encore jamais fait mais il faut bien une première fois. Celle-là n’est pas la meilleure occasion, mais tant pis, je veux m’y tenter. Il n’y a rien à craindre, il faut juste que je ne m’épuise pas trop, sinon il devra se refaire un bandage seul, à une main. Monsieur, avez quelque chose contre la magie ? Si non, permettez-moi de tenter ceci. Je sors de sous mon col, l’amulette à l’effigie d’un phoque, tenant une perle bleuté entre ses nageoires avant, libérant une douce lueur. Ça a toujours eu le don de me calmer et de m’aider à me concentrer. Regardez, comment le trouvez-vous, c’est un cadeau de mon père avant que je parte à l’aventure. Maintenant, commençons.

J’enlève lentement le bandage, pour mettre à jour l’estafilade. Comme attendu, elle saigne toujours un peu, pulsant le rubis liquide de la vie. Mais elle est nette et fine. Je dois faire vite avant que la pression ne prise le premier barrage de coagulation et recommence à jaillir comme une fontaine. Je place doucement mes mains de chaque côté de la plaie sans pour autant toucher sa peau. Je ferme les yeux, puisant dans l’énergie qui sommeille en moi, cherchant la magie et l’amenant au bout de mes doigts. Je visualise la blessure d’Artane se refermer doucement. Je sens l’énergie quitter mon corps pour se plonger dans celui de mon blessé. Je sens que ça marche, je sais que ça marche. J’arrive à utiliser ce sort, si bénéfique et si puissant. Je rouvre les yeux, mon ouvrage fini. La tête me tourne mais je suis fière de ma réussite. Le vertige ma gagne, heureusement que je suis assise, sinon je me serais écroulée, mais il me faut maintenant m’allonger. Or mon lit est occupé, tant pis il me faudra résister.

Voilà Monsieur, votre plaie n’est plus. Par contre pour l’anémie, je ne peux rien faire. Demain, vous devriez vous sentir bien mieux.

Objet utilisé:
 
Sort:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artane Nordan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Modératrice
Mercenaire

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Lun 24 Avr 2017 - 20:20

A la voir rougir, Artane lui aurait bien volontiers fait un compliment. Mais comme les vertiges l'assaillaient doucement, il préféra s'abstenir. Et il se préparait à répondre quand Aurore lui saisit délicatement le bras. Il ne put s'empêcher de blêmir quand à son diagnostic. Il ne s'était pas rendu compte qu'il avait perdu autant de sang. Une fois encore, il se fustigea contre son inconscience. D'accord, quand on disait qu'on était prêt à tout pour ne pas finir pendu était une chose, mais de là à manquer d'y rester par bêtises... Heureusement, il n'avait guère tardé à trouver la guérisseuse sous les dires d'Erdrak.

A la demande de la jeune femme, il fixa le pendentif et le trouva beau... et il se sentit pris dans un relâchement pas désagréable. Il y avait de quoi se sentir en sécurité en quelque sorte avec ce brin de femme. Elle savait faire son boulot, ne le bousculait pas à cause de la gravité de son entaille et en plus... elle n'est pas si mal à regarder. Au fond de lui, quelque chose lui soufflait que ce n'était pas normal. Mais devant le ressenti d'apaisement, il en lâcha même un très léger soupir...

''Je n'ai rien contre la magie.... et il est beau votre bijou... attention qu'un voleur ne vous le chipe pas. ''

Une petite habitude qu'il pouvait dire rien que pour le simple fait de causer. Et pendant ce temps, Aurore avait retiré le bandage et avait fixé l'étendue de la blessure qui s'était remise un tout petit peu à saigner. Puis elle avait fait appel à la magie. Pendant qu'elle oeuvrait, Artane sentait la chaleur qui émanait des deux mains proches de son bras blessé. Une douce et tentante chaleur. Et quand elle eut fini, Artane fixa l'entaille qui n'est plus visible ; hormis une très fine ligne qui se résorberait sans doute dans les prochaines semaines.

Il fut tentée de la remercier. Mais il ne savait quoi dire. Surtout qu'il avait encore besoin de se reposer pour récupérer de la perte de sang, que son corps devra composer. Et il regarda la jeune femme, qui était légèrement blême elle aussi. Il connaissait le sort, mais n'était pas capable de le lancer. Qui sait combien de ses forces elle avait utilisées pour le soigner lui... à cause de sa propre bêtise.

''Vous devriez vous reposer vous aussi. Vous avez tiré sur vos propres réserves pour soigner mon bras...''

Même si le vertige restait présent, il commença à se lever et se retenait ce qu'il pouvait pour ne pas manquer de tomber.

''Prenez place. C'est votre lit après tout. Même si je suis plus esquinté que vous, vous avez besoin d'être en meilleure forme que moi. Et appelez moi simplement Artane...Allongez vous, car je doute que vous accepteriez d'être à côté d'un parfait inconnu pour dormir contre lui''

Il ne put s'empêcher de faire un léger sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Jeu 4 Mai 2017 - 18:18

La tête me tourne doucement et je me sens un peu euphorique. C’est souvent ce qu’il m’arrive lorsque je m’épuise par la magie. Un sentiment de bien-être et de douceur parcourt tout mon corps, comme si j’étais au fond d’un grand lit douillet, sous une couette me gardant au chaud mais pas trop. Ce n’est pas désagréable comme sensation, mais ce n’est jamais bon signe car souvent c’est le précurseur à des vertiges beaucoup plus forts et parfois à des nausées. Ce qui n’est pas plus mal car sinon, on pourrait vite en devenir accro, et s’épuiser par la magie en quête de cette sensation, jusqu’à détruire son propre corps.

Mon blessé est guéri, j’en suis plutôt fière. Cette puissante magie guérisseuse est vraiment efficace et avec de l’entrainement, je ne devrai plus trop me sentir épuiser pour une blessure aussi simple. Artane est prévenant, et ne mérite probablement pas de se faire blesser dans une bagarre comme ça. Mais ça remarque à propos de voleur qui pourrait me voler mon bijou m’inquiète et je le range rapidement sous ma robe, à sa place.

Alors qu’il essaye de se lever pour laisser la place, je le vois bien tenter de se retenir à quelque chose, mais il n’y a rien d’assez solide pour ça. Et surtout il est hors de question qu’il quitte le lit sans avoir pris au moins quelques heures de repos. Je me lève à mon tour, avec tonus, malgré un léger vertige, mais sûrement moins fort que le sien. Ma voix se fait un peu sévère, comme celle de maman quand on a un mauvais rhume et qu’on essaye de sortir du lit sans sa permission. Où croyez-vous aller comme ça ? Hors de question que vous bougiez. Vous allez me faire le plaisir de rester là et de vous reposer. Je le repousse doucement en arrière, le forçant à tomber dans le lit. C’est peut-être mon lit, mais vous êtes surtout mon patient et blessé. Alors c’est moi qui commande. Et pour la peine. Je me retourne pour fouiller dans des fioles et dans des plantes. Je trouve finalement ce que je cherche.

C’est une petite bouteille en terre cuite, marron fermée d’un bouchon de liège. Je souris devant ma trouvaille en regardant de coin Artane. Il n’en a pas vraiment besoin, mais ça ne peut pas lui faire de mal et j’ai de quoi en refaire. J’ouvre la bouteille et sans ce qu’il y a à l’intérieur. L’odeur provoque une grimace de dégout. Elle n’a pas changé, c’est bon signe. J’ai essayé de nombreuses méthodes pour adoucir et le goût et l’odeur de cette potion, mais rien n’y fait. C’est toujours une infection. Mais papa disait toujours que si ça sent vraiment mauvais c’est que ça marche. Je secoue la bouteille pour entendre la quantité de liquide épais qu’il reste. Suffisamment pour lui.

Tenez ! Buvez tous ce qu’il reste. Ça va vous aider à récupérer, c’est un tonifiant. Et ne vous inquiétez pas pour moi, je peux en refaire. Attention, l’odeur va vous déplaire tout comme le goût. Quant à dormir auprès d’un inconnu, tant que celui-ci sait se montrer respectable ça ne me gêne pas. Toutefois, je ne suis pas du genre à occuper les lits alors que je travaille, donc profitez-en. Et dîtes-moi plutôt dans quel genre de bagarre avez-vous pu obtenir une telle blessure. Ce n’est que de la curiosité, vous n’êtes vraiment pas obligé d’y répondre. Ma voix s’est adoucie, et mon air, d’abord sévère a repris l’expression de curiosité qui me caractérise. Je souris à Artane, impatiente de partager ces aventures.

Une idée me vient à l’esprit. J’aimerai partir, et comme je viens d’aider cet homme, qui m’a l’air sincère, et pas trop malhonnête, car soyons sérieux, on ne se blesse pas comme il s’est blessé, si on ne traine pas dans quelques embrouilles. Mais ce n’est pas important et je n’ai pas à le juger, on survit comme on peut. Je disais comme je viens de le soigner, peut-être pourrait-il me guider à travers les passages jusqu’aux portes de la ville. Je suis coincée ici car je ne sais pas me repérer en ville et la forêt me manque. Je souhaiterai tellement reprendre la route, et partir, découvrir autre chose. Je voudrai parcourir le monde de nouveau libre et rencontrer de nouvelles personnes et surtout apprendre. Or ici, je suis un peu utile mais je n’apprends rien. Il y a certains maux que je ne peux encore guérir et il faut donc que je voyage pour en savoir plus. Bon je me lance.

Je toussote doucement et d’une voix très douce, lui présente ma requête. Hum, Je voudrais vous parler de quelque chose, disons, ce n’est pas convenable de le dire comme ça enfin. Voyez-vous, je vous ai soigné. En utilisant la magie et cette potion. Et tout travail mérite salaire, vous comprenez. Attendez, je ne demande pas de l’argent, ni quoi que ce soit de physique. Voilà, c’est un peu gênant pour moi de vous le demander. Pourriez-vous me rendre un service ? Je suis, comment dire, bloquée ici. Je serai bien incapable de retrouver mon chemin dans les ruelles et les passages et j’ai peur de m’y essayer seule. Or, je voudrai partir. Quitter Gloria et reprendre mon voyage. Ce qui est impossible dans l’état actuel des choses. Alors, auriez-vous l’amabilité de me sortir d’ici s’il vous plait ? Comme reconnaissance de dette ? Je n’aime pas ce que je viens de faire, j’ai l’impression de faire du chantage, et ma gêne transpire dans ma voix. Je me suis rassise mais je suis mal à l’aise et j’ai les mains crispées. J’espère juste qu’il acceptera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artane Nordan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Modératrice
Mercenaire

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Ven 5 Mai 2017 - 21:49

Il allait protester. Mais il opta pour ne pas insister. Ses jambes étaient bien trop flageolantes pour qu'elles concèdent à le porter plus longtemps. Ce fut un homme vaincu par ses jambes et l'autorité de la guérisseur qui s'allongea dans le lit sommaire. Et pour la peine ? Quoi pour la peine ? Artane la regarda farfouiller dans ses fioles et il grimaça à l'idée de boire encore une potion. Et à voir la mine dégoûtée de la jeune femme, il eut comme un doute.

''Vous êtes sûre que c'est buvable votre truc ? L'odeur va me déplaire ? J'en doute pas une seule seconde, quand je vois l'air que vous avez affiché en sentant le contenu de cette fiole...''

Il prit la fiole à contre-coeur, grimaça d'avance et la vida d'une traite.

''... Vous manquez de tuer vos patients avec ce goût atroce. Rajouter de la menthe ou du clou de girofle pour la rendre plus buvable... Beurk. Me faudrait un mauvais vin à boire maintenant pour ne plus l'avoir en bouche... Mais merci. Quand au lit... ca me gêne vraiment. Et pour cette entaille. Une rixe d'auberge... Vous voyez le genre. Le gugusse pensait que je lui devais de l'argent. ''

Il mentait bien entendu, mais moins la jeune femme en saurait, mieux elle serait à l'abri si jamais il venait à se faire attraper et condamné pour meurtre. La malchance s'amoindrissait à chaque heure qui passait, mais avec sa poisse habituelle...Mais il finit par ne plus y songer. Surtout quand la donzelle eut une requête à lui demander.

Il fut tout ouie, même s'il se retenait de bâiller. L'épuisement était en train de le rattraper. Il manqua de rire devant la gêne de la jeune guérisseuse qui ne demandait pas moins comme paiement, que de sortir de la Cour des Miracles, faute de connaître les sorties. Il leva une main pour la rassurer.

''Tout travail mérite salaire et vous demandez en paiement que je vous mène à la sortie même de la capitale. Il n'y a pas de honte à marchander ce genre de salaire vous savez. Et puis, vous m'avez grandement aidé. Je ne peux pas refuser ce que vous demandez''

En même temps, ce n'était rien en comparaison des soins qu'il avait reçus. Il aurait dû sérieusement déboursé en or pour les remèdes et l'intervention de la jeune femme. Quand à un paiement en nature... hum... elle n'était pas si mal la guérisseuse au final. Allez Artane, un peu de sérieux !

''Demain, je vous jure sur mon honneur que je vous sors d'ici, cela vous convient ?''

Après, il se laissera aller dans les bras du sommeil. Il l'avait bien mérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Mer 10 Mai 2017 - 17:03

Je rigole doucement devant sa grimace. Si seulement il savait que j’en déjà tout tenter pour améliorer le goût. Mais rien n’y fait. Dans certains cas, c’est même pire. Alors il faut savoir se rendre à l’évidence. Tout ce qui guérit n’est pas forcément bon, loin de là. Il faut souffrir pour être beau, voilà ce que disait souvent papa, bien que ce soit la plupart du temps lorsque maman me démêlait les cheveux. Toutefois il faut croire que la nature est ainsi faîte. L’équilibre entre le bien et le mal. La potion a très mauvais goût mais aide à récupérer plus vite que prévu. C’est ainsi que se crée et se maintient l’harmonie.

Quant à son explication sur l’origine de sa blessure, je sens qu’il ment. Je ne saurai dire pourquoi, mais je suis convaincue qu’il ne dit pas la vérité. Mais bon, il fait ce qu’il veut, cela ne me regarde pas. J’espère juste que cette histoire ne lui retombera pas dessus à nouveau. Qui sait dans quel état Artane sortira la prochaine fois ? Et il n’y aura peut-être pas de guérisseurs à proximité. C’est une vie dangereuse que celle qui semble animé mon patient, mais s’il l’aime ainsi, c’est bien qu’il y trouve son compte. Je veux juste qu’il ne prenne pas de risque inutile, mais je ne peux pas lui dire. Je ne suis pas sa mère après tout, juste sa guérisseuse. De toute manière, il n’est pas près de faire de cabriole avant demain.

Et justement, il semble accepter de me conduire hors de la ville et de me libérer de ces lieux clos et étroit. Je lui fais un sourire radieux. L’idée de pouvoir de nouveau courir dans les bois, grimper dans les arbres, repartir sur les routes, rencontrer de nouvelles personnes, apprendre et partager. Ce n’est pas ici que je découvrirai de nouvelles choses. Pas que les gens sont méchants, c’est juste qu’ils ne sont pas très cultivés, voir même pas du tout pour la plupart. D’adorables personnes, mais que je ne peux aider plus en restant ici. En apprenant plus, je pourrais peut-être changer leur vie en leur apportant plus du confort. Après d’un autre côté, ils ont l’air déjà heureux comme ils sont. Ai-je vraiment besoin de faire quelque chose pour eux à part leur donner des soins à plus grande échelle ?

Nous verrons cela demain alors. Reposez-vous, vous en avez besoin. Je n’ai pas fini ma phrase qu’Artane dort déjà profondément. Je lui dépose une couverture dessus. Il ne fait pas froid mais dans son état, il vaut mieux qu’il l’enlève parce qu’il a trop chaud, plutôt qu’il frissonne dans son sommeil. Son repos semble tranquille. Je m’assois dans un fauteuil en ruine à côté du feu. Moi aussi je suis épuisée, mais la journée ne fait que commencer, il y aura sûrement d’autres personnes qui auront besoin de mon aide. C’est là la dernière pensée que j’ai avant de m’endormir, s’en m’en rendre compte.

Je suis réveillée doucement par la mère de la famille qui m’héberge. Le soir est déjà là et j’ai dormis toute la journée. Je fais une petite moue de surprise. Je me sens reposer mais encore fatiguée, l’énergie que la magie m’a demandée, prend plus de temps que prévu pour revenir. La mère me demande avec un sourire entendu si mon ami mange avec nous ce soir. Oh non, ce n’est pas mon ami, c’est un de mes patients. Il a juste perdu beaucoup de sang et il était épuisé quand il est arrivé ce matin. Oui, je comprends. Mais combien vous a-t-il payé au juste ? Elle me fait un clin d’œil entendu, et je rougis. Non pas de gêne face à son sous-entendu mais plutôt parce que le prix qu’il a accepté de payer était mon départ d’ici. Mon visage se fait grave et la mère prend une mine inquiète. Qu’y a-t-il mon enfant ? C’est ce que j’ai demandé en échange. Je lui ai demandé de me montrer le chemin jusqu’à l’extérieur de la ville, afin que je puisse de nouveau reprendre la route. Je vous remercie pour votre accueil et votre bonté, mais ma place n’est pas ici. Pas dans une ville. Je suis une fille de la nature et … N’en dit pas plus. Je vois ce que tu veux dire. J’ai très bien compris. Alors demain tu partiras avec cet homme, de toute manière, nous n’avons plus rien à t’offrir. La femme, si accorte quelques instants plutôt avait fait passer toutes les expressions de tristesse, de déception et de colère sur son visage avant de se figer sur cette dernière. Elle se détourna sèchement et repart voir son fils.

Le père entra à ce moment et me surprit à pleurer. Il y eu peur que ce soit Artane l’origine de mon chagrin, pour quelques affreux crimes que je n’osais pas avouer avoir subi. Il fut soulagé quand je lui explique alors la réaction de son épouse devant l’annonce de mon départ. L’homme me sourit tendrement, en me prenant les mains me dit gentiment que c’est la manière dont sa femme se protège du chagrin. Que pour elle, j’étais rapidement devenue comme sa fille et que me voir partir lui fend le cœur. Alors je sèche mes larmes et lui sourit d’un air désolé et lui d’un air paternel.

Je réveille Artane doucement. [b]Venez, il est l’heure de manger. Mes hôtes vous invitent.
Une fois qu’il est levé, je le précède jusqu’à une deuxième pièce. Le fils est déjà installé à table et je remarque que la mère à elle aussi les yeux rougis. Mais en me voyant entrer, elle prend un air coupable avant de me prendre dans ses bras. Je suis désolée, je voulais te garder pour moi, mais tu n’es pas ma fille. Tu as raison de déployer tes ailes de nouveaux. Le monde t’attend. Ces mots chuchotaient à mon oreille réchauffe mon cœur.Merci, pour tout. Et tout ce qu’j’arrive à dire. Elle me relâche, et regarde Artane. Elle parle d’un air gai, qui contraste avec ses yeux rouges. Alors Aurore, tu ne nous présentes pas ton… ami ? Le clin d’œil coquin qu’elle nous fait me fait rougir de gêne. Mais je ne vais pas essayer de lutter sinon, cela ne fera qu’envenimer les choses et ils me taquineront toute la soirée avec ça. Je vous présente Artane Nordan, qui est arrivé ce matin avec une méchante entaille. Comme il a perdu beaucoup de sang, est-ce qu’il pourrait passer la nuit ici. C’est lui qui demain, m’aidera à m’orienter dans les ruelles de Gloria.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artane Nordan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Modératrice
Mercenaire

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Lun 15 Mai 2017 - 11:42

Artane était déjà éveillé en fait quand la jeune guérisseuse était venu gentiment le secouer pour le réveiller. Dès le moindre bruit qui indiquait une reprise d'activité chez l'habitant, Artane se réveillait. Faut dire qu'à dormir dans des piaules de riches quand ils ne sont pas chez eux -de temps en temps quand il n'avait pas envie de dormir à la rue-, il avait appris à vite se réveiller pour se barrer en douce et ne pas se faire surprendre par des domestiques ou les propriétaires eux-même. Il avait donc entendu la conversation qui s'était déroulé entre Aurore et ceux qui l'hébergeaient. Guère surprenant ce genre de discours. De toute manière, il n'aurait rien à redire, car ce n'était ses oignons.

Malgré tout, il serra les dents en croyant entendre quelques petits sanglots provenir de la jeune femme. Mais il comprit vite pourquoi la réaction de la femme à l'égard de la locatrice. Aurore avait du vraiment les marquer pour qu'ils regrettent déjà son départ. En même temps, une femme aussi gentille qu'elle dans un monde assez dure et guère amical....Puis Aurore était venue le réveiller.

Il fit parfaitement le gaillard qui avait eu un sommeil bien lourd et qui se réveilla comme s'il sortait d'une grotte profonde. Il bâilla et se frotta sa tignasse décoiffée. Il salua la jeune femme, faisant fi de rien en voyant son regard rougi par la tristesse de toute à l'heure.

''oh, c'est déjà l'heure de se lever ? Diantre, j'ai dû jouer la marmotte. Le temps de me recoiffer un peu pour être plus présentable et j'arrive. ''

Aussitôt dit, aussitôt fait. Il avait veillé à défroisser un peu sa chemise et entra dans la pièce qui servait pour les repas. Aurore venait de se retirer d'une chaude étreinte avec la mère de famille. Il souriait intérieurement. Au moins les choses se réglaient bien pour les deux femmes. Et quand Aurore le présenta, il s'inclina dignement. Il avait eu le temps de remarquer le petit clin d'oeil très évocateur que leur hôte avait adressé à Aurore. de quoi en sourire, plus encore quand la guérisseuse manqua d'en rougir plus encore.

''Pour vous servir, nobles gens. Je vous remercie d'avoir permis à Aurore de m'accueillir au sein de votre demeure. Si jamais vous avez besoin d'un petit service, je puis y répondre.''

Autant montrer de la bonne grâce pour éviter de mettre Aurore dans l'embarras. Car dans le Tentacule Ouest, on trouvait de n'importe quoi dans les gens du crû et du coin. Donc autant paraître comme de bonne nature et éviter de donner une mauvaise image à la jeune femme auprès de ses hôtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Mer 17 Mai 2017 - 13:17

L’agitation de la cabane ne semble pas avoir perturbé le sommeil d’Artane ou alors il joue très bien la comédie. J’ai l’impression que j’aurai pu le laisser dormir jusqu’à demain matin sans problème. Toutefois ce ne serait pas raisonnable car il a besoin de se restaurer pour recouvrer ses forces, sinon je crains qu’au matin, il soit reposé mais toujours en proie d’une grande lassitude. Il est mignon quand il e réveille, avec ses cheveux ébouriffés, comme un jeune adolescent. Mais à ce moment, mon esprit est trop préoccupé par la réaction de la mère pour remarquer ce côté adorable de mon patient.

Dans la cuisine, la situation s’est vite arrangée. Après les présentations, je donne un dernier coup de main pour le repas, après avoir obligé Artane à s’asseoir, soutenu par la mère de fille. Si Aurore a dit de vous asseoir, vous ne pouvez que vous pliez à sa volonté. Cette jeune fille est adorable, mais aussi têtue qu’elle est jolie. Je n’ai jamais vu ça. Je lui tire la langue en faisant la grimace. Je ne suis pas têtue, disons que je ne déroge pas sur certains points. Bon d’accord, je suis têtue, pas toujours, mais très souvent. Dès que cela concerne mes patients, les soins, la connaissance, rien ne pourrait m’empêcher d’obtenir ce que je veux, sans pour autant qu’il me faille être agressive, ce que je ne suis pas d’ailleurs. La violence n’est pas une solution, bien au contraire, c’est plutôt l’origine de bien des problèmes. On obtient bien plus des gens par la gentillesse. C’est ce que mes parents m’ont appris et que le peu d’expérience que j’ai, ont mis en évidence.

Le repas se passe paisiblement. La nourriture est simple, il n’y a pas de viande. Quelques féculents et ce qui semble être un légume, le tout déposé dans une morceau de miche de pain comme assiette. L’opulence de cette famille leur permet juste de se nourrir tous les jours de manière suffisante. J’ai participé sans qu’ils s’en rendent compte, avec un peu de l’argent que je gagnais, à l’alimentation de la famille. Hors de la cour des miracles, beaucoup de gens manquent de tout, et n’avaient pas les moyens de me dédommager. Ça ne m’empêchait pas de leur venir en aide. Par contre, ici, les gens semblent pouvoir s’offrir des soins. C’est assez étrange en fait car, beaucoup ne peuvent pas vraiment, mais s’offusquent si on refuse leur paiement ou dédommagement. Je me suis donc retrouvée à avoir de nouveau de l’argent alors que je n’en avais plus vraiment besoin. Enfin si, surtout pour récupérer des ingrédients car n’ayant plus accès à l’extérieur de la ville, il me fallait refaire les réserves.

Les discussions tournent surtout autour d’Artane et des sous-entendus de la mère de famille, provoquant mes rougissements successifs sans que je puisse rien répondre. Toutes contre-attaques seraient vaines et surtout je n’ai pas la moindre idée de comment l’arrêter. Je jette des regards désespérés au père de famille, qui rit de bons cœurs aux attaques discrètes de sa femme. Quand il fait mine de me défendre, c’est pour fournir de nouvelles armes à son épouse sous couvert de vouloir la calmer. Je n’ose pas regarder Artane. Je ne sais pas ce qu’il pense, mais s’il ne savait pas que je n’étais pas mariée, il est maintenant convaincu que ma famille hôte me voit déjà à son bras. La fin du repas vient me sauver de ces assauts sur mes relations amoureuses. Cette famille va me manquer beaucoup.

Après avoir débarrassé la table, je m’éclipse pour rassembler mes affaires, les fioles, quelques vêtements, et surtout le livre de maman. Je range tout ça doucement dans ma sacoche. Demain, mon voyage va reprendre. Ou bien peut-être ce soir. Non, ce ne serait pas une bonne idée. Les portes seront fermées, et j’ai appris à mes dépends que les rues ne sont pas sûres lorsque le soleil est couché sur Gloria. C’est une bien triste réalité que celle-là. Bien que je ne doute pas de l’habilité d’Artane à se défendre, je ne souhaite pas le soigner encore une fois. Ce n’est pas parce qu’on sait faire quelque chose, qu’il faut forcément vouloir le faire. C’est valable pour le combat comme pour les soins. Un jour, peut-être, nous n’aurons plus besoin de soigneur, ou alors ce ne sera plus une nécessité absolue. Ce jour-là, le monde sera réellement en paix. C’est pour ce monde que j’étudie et que je travaille dur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artane Nordan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Modératrice
Mercenaire

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Lun 22 Mai 2017 - 8:19

Artane s'était contenté de faire un pâle sourire légèrement contrit quand à l'intervention de la mère. Il avait vite compris à quoi s'attendre avec cette mère de la famille qui abritait si généreux la jeune guérisseur. Il s'était donc bien assis, en lâchant un sympathique :

''Oui M'dame''

Rien de sarcastique ou de moqueur. Juste qu'il se pliait volontiers à l'autorité de la maîtresse de maison. En même temps, il ne voulait pas mettre dans l'embarras sa ''soigneuse''. Il avait réussi à retenir un petit rire à l'attitude enfantine d'Aurore quand elle avait tiré la langue comme une enfant têtue

Le repas se déroula tranquillement. Le repas était simple mais nourrissant pour notre voleur-mercenaire. Et la conversation tourna beaucoup autour du nouvel invité. Artane sut avec brio jongler avec les dires et les sous-entendus de leur hôtesse. Toujours pour ne pas mettre dans l'embarras Aurore. Ainsi, la mère ne pourrait profiter de perche tendue. Mais elle était tenace et on comprenait aisément qu'elle adorait réellement Aurore. Mais la conception d'être avec quelqu'un serait... quelque peu à revoir. Cette généreuse femme avait dû être mariée dès qu'elle avait été en âge de l'être. Et pour ne pas mettre plus mal à l'aise la jeune femme qu'elle ne l'était, il avait évité de la regarder droit dans les yeux. Il avait bien vu qu'elle avait rougi à de nombreuses reprises.

Une fois le repas terminé, Aurore en profita pour s'éclipser un peu après avoir débarrassé le contenu de la table. Artane se mit à discuter de tout et de rien avec cette famille, après les avoir remercié de ce délicieux repas. Il évita d'aborder des sujets sur lesquels la mère aurait pu rebondir avec joie. Puis quand il fut temps pour tous de se coucher....

[...]

Le soleil venait à peine de se lever qu'Artane était déjà prêt... En même temps, il n'avait pas eu grand chose à préparer. Il paraissait vrai comme un gardon et avait même donné un petit coup de main pour préparer le petit déjeuner. Sa capacité à cuisiner avait donné un petit plaisir à la mère. Peut être qu'elle insisterait à nouveau auprès d'Aurore pour... vous savez quoi. Il en souriait déjà d'amusement. La pauvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Mer 31 Mai 2017 - 22:46

La nuit était passée vite et le sommeil long à venir. L’excitation dû à mon départ proche a surpassé de loin la tristesse de quitter cette famille d’adoption. Ma place n’est pas ici et malgré l’aide que j’apporte alentour, je sais que je pourrai faire beaucoup plus ailleurs. Et apprendre, rencontrer d’autres personnes et devenir quelqu’un de plus puissant, afin de pouvoir régler plus de déconvenues. Mes rêves furent habités de forêt, course dans les bois, bibliothèques, de nouvelles rencontres, certaines complètement incroyables. Un chevalier en armure venu me sauver, une impératrice m’accueillant dans sa famille, un elfe et un renard apprivoisé.

Et l’heure du départ arrive. Quand je me lève Artane est déjà prêt, et aide à la cuisine. Nous déjeunons légèrement, la famille n’ayant pas tant que ça à offrir. Mon patient parait complètement remis, le soin magique et le repos aillant fait leur office, et ça fait plaisir de le voir donner un coup de main à la mère de famille. Je suppose que je devrais être gênée par cette bonne intention car cela ne fera que renforcer les sous-entendus de la mère de famille, pourtant je ne ressens rien de ce genre. Il est très agréable de voir quelqu’un de bien éduqué dans la Cour des Miracles.

Le déjeuner prit, j’enlace les membres de la famille qui a été si gentille avec moi alors que j’étais dans le besoin. Je les remercie chaleureusement et leur remet un paquet. Ce n’est pas grand-chose, juste quelques potions pour leur prochain rhume et une statuette de l’esprit de la Tortue, afin qu’elle protège leur famille. Ils s’apprêtent à refuser poliment, mais mon doux regard, plein de gratitudes, les fait tendrement sourire et ils acceptent ce cadeau sans grande valeur pour moi dans les faits. La mère me redit qu’on ne peut rien me refuser, trop têtu que je suis. J’obtiendrai toujours ce que je désire d’après elle, par autorité ou par tendresse, mais que jamais je ne devrai en abuser. Pourquoi voudrai-je forcer les gens à faire ce que je veux ? Ils sont libres de leur geste.

Après je suis Artane à travers les ruelles qui s’éveillent et s’endorment à la fois, les travailleurs de nuit reviennent avec les fruits de leur labeur alors que d’autres partent gagnaient leur pain, le tout plus ou moins honnêtement. Je ne les juge pas, ils font comme ils peuvent pour survivre. Moi-même n’ai-je pas dû voler pour survivre il y a peu ? La nécessité pousse les gens à faire ce qu’ils pensent juste. Cette nécessité ne devrait pas exister, tout le monde devrait pouvoir manger à sa faim et avoir une place où dormir s’il le souhaite. Ce n’est pas normal qu’on doive enfreindre des lois pour survivre.

Monsieur Artane, en avons-nous pour longtemps ? Vous venez souvent à la Cour des Miracles ? Et comment avez-vous connu mon existence ? Vous avez dit hier que vous me cherchiez justement ? Je ne pensais pas être aussi connue que ça. Et comment va votre bras ? Je n’ai pas besoin de vérifier, je l’ai déjà fait alors que vous dormiez. Excusez-moi pour cette attitude cavalière, mais je n’arrivais pas à dormir à l’idée de repartir en voyage, alors je me suis permise de m’occuper de vous. La magie a fait un miracle, vous ne garderez qu’une fine cicatrice de votre blessure qui disparaitra définitivement d’ici deux ou trois ans. Un soin traditionnel aurait dû vous laisser avec un bras en moins pour quelques semaines et une marque bien plus grande pour bien plus longtemps. Mon père a une cicatrice sur la jambe. Avant ma naissance, il était en train de couper du bois et la hache s’est cassée et lui a profondément entaillé la jambe. Rien de grave mais si ma mère avait connu la magie, elle aurait pu lui éviter une grosse cicatrice. Vous devez vous battre souvent, car j’ai pu remarquer quelques cicatrices. Pourtant je ne vous imagine pas bagarreur, ni même soldat en fait. J’ai hâte d’être de nouveau hors de la ville. Le vent, la forêt, le voyage. N’avez-vous jamais envie de partir loin de la ville ?

Je parle et pose énormément de questions à mon guide alors que nous tournons à droite, à gauche sans que je ne parvienne à prendre des repères. Je sais que je devrai compter le nombre de virage et même le nombre de pas, mais je ne compte pas revenir ici avant longtemps, et pas sans y être invitée. Et même ainsi je pense que je me perdrai tout de même. Je ne suis pas faîtes pour la ville. Nous arrivons finalement à la porte de la ville, la matinée a avancé, mais il n’est pas trop tard pour partir. Merci beaucoup monsieur Artane pour m’avoir remis sur le chemin du voyage. Je vous suis redevable. Et pour longtemps. Si vous avez besoin d’aide, eh bien… bon vous ne savez pas où me trouver, mais si nous nous recroisons, je serais prête à vous venir en aide. Jusqu’à un certain point.

Ici recommence mon chemin à travers le monde. Maintenant redémarre ma destiné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artane Nordan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Modératrice
Mercenaire

MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane - Sam 17 Juin 2017 - 9:23

Les séparations furent émouvantes. Artane avait l'impression d'assister au départ d'une enfant devenue adulte au sein de sa famille protectrice. Il attendait patiemment que les embrassades et les derniers dons de la jeune guérisseuse soient acceptés. Il était ravi que la donzelle était tombée sur cette famille honnête et droite, qui refusait même ses cadeaux utiles. Même dans la Cour des Miracles, d'ordinaire, on prenait ce qu'on nous offrait. D'ailleurs, il n'était pas resté en marge lui aussi. Quand la petite famille mettra un peu d'ordre chez elle, elle aura tôt fait de découvrir une petite bourse d'argent. Artane payait toujours ses dettes. Ces braves gens auraient de quoi se nourrir décemment durant plusieurs semaines. Et oui, détrousser aux riches du coin permettait de faire plaisir au plus démunis.

Puis il fut temps de partir. Le mercenaire-voleur prit les devants et il guida silencieusement Aurore à travers les ruelles, qui prenaient vie de si bon matin. Et durant le trajet, Aurore lança la conversation. Elle avait encore quelques questions inassouvies. Artane lui répondrait, mais en gardant toujours pour lui les circonstances de comment il avait reçu sa blessure.

''Pas longtemps. Le temps de converser un peu de tout et de n'importe quoi. Nous y serons très vite. La Cour des Miracles n'est pas aussi étendue que la ville à la surface. Et donc, pour répondre à vos questions, très chère, oui il m'arrive de venir de temps en temps. J'avoue que je préfère rester sur la vraie terre ferme. Celle où on voit le soleil. Quand à qui m'a recommandé à vous, c'est un mercenaire. ''

Il lui décrivit Erdrak, sans révéler le nom de ce dernier. Peut être qu'elle le connaissait. A voir si cela lui évoquera quelque chose. Quand à son bras....Il retroussa sa manche et remarqua en effet l'état de la cicatrice. Il se tourna vers la jeune femme avec un petit sourire.

''Il va bien et ne vous sentez pas coupable d'être passé me voir pour soigner ce qui devait être soigné. Je vais juste regretter d'avoir dormi si profondément. Mais merci. Quand à l'esthétique, ce n'était pas nécessaire. L'essentiel est comme vous le dites, que je ne me sois pas retrouvé avec un bras inutile durant des semaines. C'est un don précieux que vous avez eu de votre mère. Votre père aurait pu se retrouver incapable de marcher sans cette magie qui es t vôtre désormais. Et à mes autres cicatrices, bah.... disons que certaines sont des erreurs de jeunesse et d'autres sont venus par la suite quand je me suis battu pour des causes justes. ''

Là il ne mentait pas et Aurore pourrait comprendre qu'il s'était battu sans aucun doute du temps des Rebelles et par la suite contre Vraorg.

''Si j'ai envie d'être loin de la ville juste pour voyager ? J'y songe parfois, mais je ne crois pas avoir autant ce besoin que vous. A la lueur qui nait dans vos yeux, vous avez hâte de tout découvrir. Vous avez une soif que je n'ai guère : celle de la connaissance. ''

Et pendant qu'ils discutaient, ils avançaient. La sortie fut bientôt là. Artane veillait à aider Aurore à sortir pour qu'elle n'ait plus qu'à faire le pas ultime qui la rendrait à la vie du dehors et à sa soif de nouvelles aventures. Il fit un sourire malicieux.

''Je veillerai à ne pas trop me blesser alors pour recourir à vos services. Et c'est tout naturel de vous avoir rendu service. Je vous devais bien cela. Donc, vous ne me devez rien. Faites attention à vous, damoiselle Aurore et ce sera un plaisir de vous revoir. ''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Sortez-moi d'ici! - Artane -

Revenir en haut Aller en bas

Sortez-moi d'ici! - Artane -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La mort la plus lente de tout le cinéma : Sortez le pop-corn
» Sortez vos chapeaux de fêtes et vos divers accessoires de festivités.
» MI3 ► enfermez des gens qui se détestent, attendez quelques minutes et sortez le pop corn
» [event cal] 30/08/2009 : sortez vos monstres !
» Vamos a la playa (et sortez les serviettes !) Marie ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Gloria la Rescapée :: Tentacule Ouest :: La cour des miracles-