Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Deux soleils (Pv Aurore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Deux soleils (Pv Aurore) Mar 31 Jan 2017 - 21:14

Mi Octobre

Aramis se permit de faire un arrêt à Aldaria pour sa part alors que l'armée elfique se dirigeait vers l'Ouest, après tout le cheval des nués de l'impératrice lui permettait d'avoir une certaine avance sur eux, et aussi de rallier rapidement leurs destination quand cela serait nécessaire. Ainsi elle profita du gains de temps que lui offrir son destrier particulier pour se préparer aux épreuves futures. Mais aussi pour pouvoir penser ne serait-ce qu'un temps à autre chose, c'est pour cela d'ailleurs qu'elle se promenait actuellement au sein de l'avenue lumineuse Aldarienne. Ce alors qu'il commençait doucement à faire nuit et que la cité se recouvrait peu à peu de ses beaux atours nocturne.

Où se dirigeait-elle d'ailleurs au cours de cette promenade ? Dans l'une des bibliothèques de l'avenue lumineuse aldarienne, un établissement fort honorable qu'elle avait pu découvrir lors de sa dernière venue à Aldaria. Et qui avait l'avantage de plus d'être toujours ouvert à cette heure. Le propriétaire des lieux comprenant tout à fait le côté nocturne de certains de ses clients, après tout quel meilleur moment pour lire et consulter des ouvrages en toute sérénité que lorsque le silence nocturne se fait roi de la cité ?

Ainsi Thredë pénétra aussi silencieusement dans la bibliothèque qu'une brise matinale. Elle se rendit rapidement au milieu des rangés d'ouvrages et en prit un qui lui semblait d'excellente qualité. Ce livre traitait des nombreuses vertus des plantes magiques telles que les fleurs élémentaires pour les soins par exemple. Ainsi la chantebrise déposa avec douceur l'ouvrage sur une table, et commença à feuilleter ce dernier et ainsi à remplir un besoin assez particulier à sa personne… Sa légère bibliophilie qui l'obligeait à lire assez souvent au risque sinon de devenir nerveuse ou de voir son humeur s'assombrir à terme. Heureusement, cela faisait un certains temps qu'elle n'avait pas été privée de lecture, ne serait-ce qu'à court terme…

Néanmoins elle ne manqua pas de lever légèrement les yeux lorsqu'elle remarqua par ses sens de baptistrelle les vibrations d'une jeune âme qui avait visiblement elle aussi entreprit d'entrer à cette bibliothèque à cette heure tardive. Mais pour ne pas être indiscrète Aramis conclut qu'il valait mieux se concentrer sur l'ouvrage et ne pas possiblement déranger une jeune âme en quête de savoir. Pourquoi jeune âme ? Aramis déduisait des quelques vibrations qu'elle ressentait que ça devait être une jeune femme, néanmoins elle ne poussa guère plus loin l'étude de ces vibrations. Ne serait-ce que parce que c'était intrusif de trop inspecter le chant nom de quelqu'un… Après tout ce dernier définissait entièrement celui qui le constituait, que ce soit son passé ou ce qu'il était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Jeu 2 Fév 2017 - 8:41

Le soleil finit sa course et la nuit commence. J’aime bien Aldaria la nuit, la ville est calme. Je m’y sens en sécurité, bien plus qu’à Gloria en tout cas. Est-ce que le fait que je dorme à la caserne entourée d’hommes entrainés joue ? Oui sans aucun doute, contrairement à Gloria où j’ai vécu essentiellement dans les bas-quartiers. Mais en ce moment, il y avait beaucoup trop d’activités. On se prépare pour la guerre. J’hésite à me joindre à eux, mais les soldats comme les médecins me l’ont fortement déconseillé. "Les champs de batailles, tel celui où on va, sont bien différents des escarmouches que tu as vécu à nos côtés. Les blessures là-bas seront bien plus graves que les égratignures que tu as soignées jusqu’à présent". Je me doute bien que ça ne va pas être très joli. C’est pour ça que je veux y aller, pour aider comme je peux, pour apprendre sur le terrain. Pour les sauver. Je me suis attachée aux soldats, et j’ai bien l’impression qu’ils m’ont adoptée aussi. Un soir, je suis rentrée après la tombée de la nuit et un vétéran de la compagnie m’a grondé, comme une petite fille, j’ai bien cru qu’il allait me punir et m’envoyer dans ma chambre.

Et maintenant, tous ou presque se préparent pour partir au front, et je vais devoir les attendre ici, en sécurité, sans savoir qui ne reviendra pas. Si je ne pouvais participer en tant que médecin, je vais en profiter pour continuer à apprendre, dans les bibliothèques pour commencer, et s’ils prennent trop de temps, je partirai. Enfin ce n’est pas pour tout de suite. Je m’inquiéterai plus tard, si je ne peux rien y faire. Ils partiront et reviendront, c’est une certitude.

Pour ce soir, je vais à l’une des bibliothèques. J’ai dans l’idée d’étudier quelques ouvrages d’herbologie. Je connais maintenant plutôt bien les plantes de la région et leur propriété mais j’aimerai approfondir le domaine des plantes magiques. Les possibilités dans les domaines des soins sont extraordinaires, et il faut dire que les troupes de Weren, si elles m’apportent des connaissances en chirurgie, ces dernières restent très succinctes. J’apprends rapidement, mais je vois bien que le domaine est immense. D’ailleurs, niveau soin magique, si je n’étais pas une pointure, j’avais une certaine avance sur la plupart des médecins dans ce domaine et si je veux me rendre indispensable, il faut que je développe plus mes capacités magiques. Je ne dois pas oublier tout ce que maman m’a appris et aussi que l’un des meilleurs moyens de venir en aide aux gens est tout simplement de leur offrir des remèdes à leur maux de tous les jours.

La bibliothèque est toujours ouverte à cette heure et il y a un ouvrage que j’ai repéré il y a peu mais que je n’ai pas encore eu le temps d’explorer. Il présente les vertus de nombreuses plantes magiques et leur utilisation. C’est ça aussi qui est merveilleux dans cette ville. Je peux y aller à toute heure. Généralement, il n’y a personne dans le bâtiment à l’heure qu’il est. Mais ce soir, je ne serais pas seule. Il y a une autre femme, assise à une table qui lit un gros ouvrage. Elle est vraiment belle, avec ses cheveux blonds et cette aura qui se dégageait d’elle. Je suis sûre que c’est une elfe. Je n’ai pas souvent croisé d’elfe et encore moins parlé à l’un d’entre eux. Ce serait enrichissant comme discussion, je pourrais apprendre plein de trucs sur la culture elfique et sur cette race si semblable pourtant si différente de nous. Mais je ne peux pas, la bibliothèque est un lieu de tranquillité, ce n’est pas le moment de l’aborder.

Je me dirige donc vers les étagères discrètement, sans faire un bruit pour ne pas déranger ma silencieuse comparse de ce soir. Je me souviens où est ce livre à peu près et à quoi il ressemble. Pour un néophyte, tous les gros ouvrages sont identiques. Gros, avec souvent une reluire en cuir ou en peau, parfois la reluire est visible et il n’y a pas de couverture. Le mien est donc un gros ouvrage, relié, avec son titre écrit sur la tranche, enfin plutôt gravé. Et il devrait être… là. Mais non, il n’est pas à la place où je l’ai laissé hier. Peut-être quelqu’un l’a déplacé. Mais il y a un trou à son emplacement. Et si quelqu’un l’avait volé ? Attends, personne ne volerait un livre, encore moins un seul livre et en particulier sur les plantes, même magiques. Il doit être quelque part. Je regarde autour de moi, inquiète et un peu déçu. Je me faisais une joie de lire cet ouvrage, et il a disparu. L’elfe entre dans mon champ de vision. Une idée absurde me traverse la tête. La probabilité est trop faible. Et même qu’est-ce que je pourrais faire ? Elle lit le livre que je suis venue chercher, je reviendrai plus tard, je peux en lire un autre.

Je me retourne pour de nouveau explorer les rayonnages. Il y a des précis et des traités tout aussi intéressants. Mais ce livre paraissait si complet. Il faut que je passe à autre chose. Tiens un livre sur les plantes aquatiques. D’un autre côté, ça permettrait d’engager la conversation avec elle. Non, elle n’est pas là pour ça. Je vais lire ce livre. Je regarde en direction de l’elfe et l’observe un instant. Elle est vraiment très jolie. Quel âge peut-elle avoir ? Et que fait-elle ici à Aldaria ? Il doit avoir plein de bibliothèque dans son royaume. D’ailleurs, comment fonctionne leur royaume ? Est-ce qu’elle était magicienne ? Assez de questions, je ne vais pas me torturer toute la nuit sur des inconnus. Et finalement ce livre ne me plait pas. Je le repose donc à sa place et prend son voisin. Il n’est guère mieux. Je me retourne, indécise et j’aperçois encore l’elfe à travers les rayonnages. Est-ce que tous les elfes sont aussi beaux ? Elle lit un livre sur les plantes, elle doit s’y connaitre. Et puis, elle doit en savoir des choses si elle passe ses soirées dans les bibliothèques. Comme j’aimerai lui parler et apprendre d’elle et de son peuple.

Le livre sous le bras, je me dirige vers sa table et me place en face d’elle. Bonsoir, je peux me joindre à vous ? Mais pourquoi ? Il n’y a pas assez de place dans cette bibliothèque vide ? Je suis irrécupérable. Ma curiosité a encore dépassé mes pensées. Bon pour maintenant. Je regarde le livre, et oui, c’est bien celui que je cherchais, je reconnais la page que j’ai feuilleté hier. Veuillez m’excuser de vous déranger. Vous vous intéressez aux plantes ? Surtout ne pas l’assommer de questions comme je le fais si bien, sinon elle voudra pas le répondre et je vais l’agacer. Je lui souris en remarquant que de près elle est encore plus belle. C’est sans aucun doute une elfe. Je ne devrais vraiment pas la dévisager comme je le fais, je ne peux pas m’en empêcher. Vous venez souvent ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Sam 4 Fév 2017 - 11:37

Aramis n'avait pas eu besoin de regarder l'humaine pour sentir que cette dernière semblait assez curieuse en sa présence. Ce qui au final était assez habituel, après tout beaucoup d'humains ne rencontraient pas souvent d'elfes, ou n'en avaient même jamais rencontrés. Ainsi en voir un n'était pas souvent chose courante pour eux. Néanmoins il semblerait que malgré sa possible curiosité, l'humaine n'ait pas décidée d'aborder la chantebrise, soit. Cette dernière en profita pour continuer de lire calmement l'ouvrage qu'elle avait en mains, notamment le chapitre qu'elle était en train de consulter et qui évoquait l'utilité des fleurs élémentaires pour les potions de soins et celles censées avoir un effet bénéfique ayant un rapport quelconque avec les éléments sur son utilisateur.

Dans les faits Aramis n'était pas une néophyte dans ce domaine, et une bonne partie des informations qu'elle pouvait consulter dans cette ouvrage elle les connaissait déjà, mais c'était toujours mieux de rafraîchir ses connaissances dans les faits, de plus il y avait en effet une parcelle de connaissance qu'elle ne connaissait pas déjà qui était renfermé dans cette ouvrage. Celui qui l'avait écrit ayant visiblement consacré une bonne partie de sa vie à l'étude des plantes magiques, ce qui était tout à fait honorable. Après tout si personne ne prenait la peine de se spécialiser dans l'étude d'un domaine précis, il était difficile de pouvoir explorer ce dernier parfaitement en profondeurs. C'est grâce de ce fait à l'investissement dévoué de certains érudits que des connaissances utiles peuvent ensuite être répandues.

De plus, d'après elle le savoir n'était pas quelque chose qui devait être l'apanage seulement d'un petit nombre, d'une élite comme le diraient certains. A ses yeux au contraire le savoir lorsqu'il était bénéfique devait être partagé par tous. Il devait être protégé et surtout transmis. Car au final c'est le savoir qui permettait à la société dans sa globalité d'avancer. Mais surtout, le savoir permettait de mieux connaître la nature du monde qui nous entourait et était un type de richesse bien plus précieux que tout l'or du monde. Pour Thredë au final la véritable richesse était donc intellectuelle et en ce domaine s'enrichir ne pouvait qu'être vertueux…

Et en parlant de personne désireuse de s'enrichir. La jeune humaine décida de l'aborder après avoir errer un temps au milieu des étagères. Aramis en entendant cette dernière la saluer sourit donc légèrement, un sourire non dénuée de bienveillance alors qu'elle lui répondit agréable.

« Bien entendu. » Oui Aramis avait bien remarqué qu'il ne manquait absolument pas de place dans cette bibliothèque et qu'il n'y avait pas vraiment de raison que l'humaine s'assoit spécialement à côté d'elle. Sauf si bien entendu cette dernière voulait discuter avec une fille du beau peuple, ou si sa curiosité l'avait poussé à tenter d'entamer ainsi la dialogue. Aramis se montra donc assez indulgente à ce sujet et tout à fait ouverte et cordiale.

« Oui, les plantes. Notamment celles qui guérissent sont un grand objet d'intérêt pour moi. Que ce soit en tant que baptistrelle, ou par pure curiosité. » Ajouta t-elle ensuite calme, de sa voix qui était aussi douce que la brise du printemps alors que l'humaine lui demandait si elle s'intéressait aux plantes. Elle ne paraissait dans les faits, embêtée le moins du monde par l'humaine qui venait de l'aborder.

Elle était d'ailleurs assez amusée comme en témoignant son léger sourire de la manière dont l'humaine l'avait dévisagée pendant quelques instants. Aramis paraissait dans les faits telle une mère indulgente et bienveillante qui ne se fâchait point de l'excès de curiosité de qui que ce soit.

« Je ne viens pas spécialement souvent ici. Je ne suis que de passage à Aldaria. » Après avoir dit cela elle invita Aurore à s'asseoir à côté d'elle et décida pour sa part d'avancer la conversation. « Comment vous nommez-vous d'ailleurs ? Pour ma part l'on me nomme Aramis Thredë. » Peut-être que la jeune humaine avait entendu parler de la nouvelle impératrice des elfes,? Peut-être. Pour sa part la reine des elfes ne tenait pas vraiment à s’enorgueillir de son rang, de ce fait elle ne l'évoqua pas. Sur ce elle acheva toujours aussi agréable. « Auriez-vous par hasard quoi que ce soit à me demander jeune dame ? N'hésitez point, je vois bien que vous êtes curieuse à mon égard après tout. » Sans aucune subtilité, mais avec un manque de subtilité bienveillante, Aramis appréciait après tout d'aller directement aux faits… Elle n'était guère amatrice de ronds de jambes de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mar 14 Fév 2017 - 12:04

La voix de l’elfe est douce et son acceptation de mon intrusion est courtoise. Sa présence me change de ce que je vis d’habitude. Déjà parce que ce n’est pas une humaine, mais bien un fier représentant du beau peuple, du sexe féminin qui plus est. Et elle était manifestement bien plus raffinée et intelligente que les hommes qui m’entourent. Je les aime bien mais en dehors des médecins, les niveaux des discussions n’étaient jamais très élevés. Les soldats sont adorables mais ils brillent plus par leurs compétences de combat, comme leur commandant, que par leur culture.

Devant la gentillesse de cette elfe, ma gêne et ma timidité s’amenuisent et un sourire illumine mon visage. Je m’assois donc en face d’elle. Elle répond même à ma question toujours avec douceur pour le moment. Je ne sais pas si ça va durer. Elle s’intéresse aux plantes ! C’est génial. Surtout en particulier pour les plantes médicinales. Je suis sûre qu’elle doit en savoir des choses. Est-ce qu’elle pourrait m’apprendre des choses ? Sûrement, mais il est hors de question de lui demander, je ne vais pas m’imposer à chaque fois que je rencontre quelqu’un. Si maman et papa me voyaient faire ça, je ne pense pas qu’ils me laisseraient repartir un jour de la maison.

Elle est baptistrelle, quelle soirée. Je parle à une elfe baptristrelle pour la première fois. Ça fait beaucoup d’excitation mais je dois me contrôler. Mon sourire s’élargie et mes yeux se mettent à briller. Vous vous y connaissez donc bien en guérison magique et par les plantes ? Je regrette immédiatement ma question. L’excitation transparait clairement dans ma voix et je m’en veux de n’avoir pas pu contrôler mon ton. Que va penser l’elfe de moi ?

En plus je suis d’une impolitesse, telle que je rougis lorsqu’elle me demande mon nom. Je ne me suis même pas présentée et je suis sur le point de l’inonder de question. Veuillez m’excuser pour mon attitude cavalière, dame Thredë. Je me nomme Aurore Lapisda. Vous pouvez m’appeler Aurore si vous le souhaitez. Je ne sais plus trop où me mettre, mais je reprends pour ne pas paraître trop maladroite, ni sauvage. Il faut que j’apprenne à ne plus réagir au quart de tour, que ce soit dans l’expression de sentiments ou que ce soit que je dois parler. Ma curiosité a tendance à s’exprimer avant que mon esprit ait pu formuler la question dans une tournure correcte. Et bien souvent, je suis sûre que mes émotions sont visibles à des kilomètres et que je dois donner l’impression d’être très changeante.

Mais, Aramis ne semble pas s’émouvoir de mon léger trouble et continue à me parler comme un professeur à son élève, ou plutôt comme une mère à son enfant. Cette sensation est assez étrange, mais je sens un certain maternalisme de sa part. Je m’apprête à répondre à son invitation à l’interroger par une pluie de question mais je me retiens de justesse. Ma résolution de contrôle commence maintenant. Je respire profondément, toujours le sourire aux lèvres, en fermant les yeux. Et voilà, j’ai contrôlé ma curiosité, mais pas mon expressivité. Mais bon, ça viendra plus tard. D’une voix calme, je vais lui poser les premières questions que je me pose en espérant ne pas la gêner.

Je ne veux pas paraitre inconvenante. Mais il est vrai que c’est la première fois que je rencontre et peut parler à une elfe, baptistrelle qui plus est. M’autoriser à vous demander quelque chose assez risqué. Je change mon sourire pour lui donner un petit côté mutin. Au départ, je me suis approcher car vous lisez un livre que j’avais remarqué hier, c’est ce qui m’a poussé à vous interpeller, Dame Thredë. Mais votre intérêt pour la guérison m’intéresse encore plus. Voyez-vous, je suis ce qu’on peut appeler une guérisseuse, je soigne les gens à l’aide de plantes ou de la magie. Je voyage à travers les royaumes pour apprendre et accumuler le plus de connaissances possibles. J’ai tellement de questions à vous poser, de chose que je voudrais savoir. Mais je ne souhaite pas vous importuner, alors n’hésitez pas à m’arrêter si je vais trop loin, je ne le prendrai pas mal. Je laisse un petit silence avant de continuer. Puis-je vous demander ce qui vous amène à Aldaria ? Ce que vous faîtes pour vivre ? Et … Je me coupe dans ma question, deux ça suffit pour le moment sinon, elle ne voudra jamais me répondre.

Elle semble franche, alors je le serai aussi, mais ce n’est pas une raison pour la harceler. La franchise est-elle un trait de caractère des baptistrelles ? Je me souviens qu’ils ne peuvent pas mentir, mais je ne sais pas s’ils doivent toujours être direct ou si c’est un trait propre à Aramis. En tout cas, j’apprécie beaucoup cette personne, avec son petit côté maternel. Je suis sûre que certaines personnes seraient énervées par cette façon d’être, mais moi ça me rappelle ma famille. Elle me manque parfois. Quel âge a donc cette elfe ? Tant de questions se bousculent dans mon esprit, mais j’attendrais les réponses qu’elle sera prête à me donner.

En ce moment, je travaille pour l’armée Aldarienne, en tant qu’aide médicale. J’espère y apprendre leur méthode de soin, mais ça va me prendre du temps. Et les alayiens ne se tournent que très peu vers la magie. C’est d’ailleurs pour ça que leur commandant me garde, pour mes connaissances en magie, bien qu’assez faible. Je préfère répondre moi aussi aux questions que je pose, pour rendre l’appareil et montrer que je n’ai rien à cacher. Après, je ne pense pas que ma vie l’intéresse, d’ailleurs, elle n’est pas intéressante. Je ne suis qu’une humaine errante parmi tant d’autre. Alors qu’au vue des vêtements de la dame, elle devait être d’une grande famille elfique. Du moins si on peut comparer leur société à la nôtre. Je pourrais lui demander peut-être. A quoi ressemble son pays ? Est-ce que les humains y sont autorisés ? Tant de nouvelles questions se pressent aux bords de mes lèvres. J’ai l’impression que ma tête va exploser, j’espère juste que ça ne se voit pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mer 15 Fév 2017 - 19:47

Le sourire radieux de la jeune humaine témoignait du fait que cette dernière était plus à l'aise grâce à l'attitude ouverte et chaleureuse à sa manière de la chantebrise. C'était une bonne chose, après tout Thredë n'aimait pas spécialement inquiéter qui que ce soit, sauf quelqu'un qui essayait de lui marcher sur les pieds… Donc sûrement pas une jeune humaine agréable qui semblait tout à fait aimable et curieuse. Sans oublier qu'elle faisait preuve de cet enthousiasme sans limite qu'appréciait tant de voir Thredë à sa manière chez ses enwrs qu'ils soient elfes ou humains. D'une certaine manière l'impératrice ne pouvait donc pas s'empêcher de commencer à se comporter avec cette jeune femme à la chevelure d'or comme elle se comportait souvent avec ses élèves. Avec bienveillance, patience et attention .

« Oui j'ai des connaissances très appréciables au sujet des plantes, quand à la guérison par la voie de la magie c'est tout simplement ma spécialité. » Répondit-elle agréable à Aurone quand cette dernière demanda au sujet de ses talents en guérison magique. En effet les baptistrels étaient tout simplement les meilleurs mages guérisseurs d'Armanda, aucune méthode de soins magiques n'égalait la leur. Quand à ce que pensait Aramis d'Aurore… Rien de méchant soirt, elle appréciait même de voir un tel enthousiasme chez l'humaine, une professeur née comme Aramis ne pouvait après tout qu'aimer voir quelqu'un désireux d'apprendre et de recevoir possiblement son enseignement.

« Il n'y a rien à excuser Aurore. » Reprit-elle ensuite parfaitement indulgente quand l'humaine s'excusa pour son attitude soit disant cavalière. Dans les faits Aramis n'en avait pas vraiment été gênée, mais elle appréciait le souci de bien faire de la jeune guérisseuse. Une enfant charmante il fallait dire, un spécimen rare sans aucun doute au vu des événements des dernières années… En tout cas rien chez Aurore ne semblait vexer ou gêner la baptistrelle, au contraire cette dernière appréciait d'une certaine manière d'avoir affaire à quelqu'un qui ne cachait pas ses sentiments et son enthousiasme. Lorsque l'on fréquente de plus en plus le milieu plus ou moins austère de la politique cela a tendance à être rafraîchissant après tout…

Quand à la franchise de Thredë, ce n'était pas vraiment un trait baptistrel. La sincérité en était un, mais la franchise sans beaucoup de subtilité non. C'est juste que Thredë aimait ne pas devoir faire de ronds de jambes quand ce n'était pas nécessaire et surtout qu'on ne lui en fasse pas. Elle aimait que les choses soient dîtes directement et clairement surtout. Ainsi elle ne se privait pas d'être franche avec l'humaine et appréciait dans les faits que celle-ci le soit aussi à sa manière. Cela simplifiait grandement les choses et permettait de discuter directement de ce qui les intéressaient toutes deux après tout.

« Je vous y autorise. » Reprit-elle donc simplement quand Aurore lui demanda l'autorisation de lui demander quelque chose. Dans les faits Aramis aurait préféré qu'Aurore n'hésite pas à parler de ce dont elle voulait parler, mais si cette dernière préférait être sûre et certaine avant de faire cela… La chantebrise ne pouvait que comprendre une telle attitude après tout. Surtout de la part d'une jeune humaine qui rencontre sa première elfe baptistrelle.

« N'hésitez pas à poser vos questions Aurore. Sachez que l'art de la guérison est une noble pratique et que je ne peux qu'encourager une dame comme vous qui cherche à perfectionner ses talents en ce domaine. Sachez de plus que j'ai passée plus d'un siècle à enseigner entre autres à de nombreux élèves les arts et les manières pour guérir. Ce n'est pas offrir mon enseignement à vous qui va me dégoûter de cette passion qui me pousse à enseigner. » Elle resta ensuite silencieuse puis répondit aux questions de l'humaine. « Je suis l'épouse d'Aegnor Evanealle l'empereur des elfes et de ce fait impératrice du peuple elfique. Je me trouve en cette belle cité aux murailles de marbres pour des raisons diplomatiques. Je suis donc à la fois chantebrise et reine des elfes. » Elle laissa un léger silence paisible s'installer pour laisser à l'humaine le temps de digérer cette nouvelle, après tout cela risquait de faire son petit effet de savoir qu'elle se trouvait en face d'une reine. Puis Aramis reprit à l'égard d'Aurore.

« Je suis heureuse d'apprendre que les alayiens finissent par s'intégrer à leurs manières. » Cela elle dit avec sincérité même si dans les faits les alayiens s'intégraient surtout aux autres humains, cela n'incluait donc pas qu'ils aient réellement de l'estime pour les elfes et les vampires. Mais bon, c'était déjà bien qu'il se fassent à la paix. « Il est honorable en tout cas d'offrir ainsi vos services à ceux qui pourraient en avoir besoins. La vie est une chose irremplaçable après tout et en sauver une est un acte à la fois noble et généreux. » Aramis ferma doucement la livre en sa possession et le glissa de sa mains droite vers Aurore avant de reprendre de sa voix qui avait la volupté de la brise automnale.

« Souhaiteriez-vous d'ailleurs que je vous prodigue quelques enseignements quand aux soins magiques ? Je devine en vous voyant un grand potentiel, un potentiel qui ne demande qu'à être cultivée. Si vous êtes prête à faire les efforts pour cela bien entendu. » Pourquoi lui proposer ceci ? Probablement car Thredë aimait partager son savoir, de plus... En apprenant à Aurore à mieux prodiguer des soins magiques elle aiderait indirectement des vies à êtres sauvées, il serait donc dommage de ne pas profiter de cette occasion pour par extension faire le bien autour de soi. Il ne restait donc qu'à voir la réaction de la jeune blonde à la proposition de la reine à la chevelure dorée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Dim 19 Fév 2017 - 9:26

Cette elfe est vraiment d’une grande gentillesse. Elle me rappelle maman, elle aussi aimait bien partager ce qu’elle savait avec les autres, toujours douce et accueillante. En présence d’Aramis, je me sens presque à la maison. Mais c’est le presque qui me gêne, mon cœur se serre un peu. La maison et mes parents me manquent. L’aventure, c’est bien mais je me dis que revenir chez mes parents, les revoir et pouvoir les serrer dans mes bras, leur raconter ce que j’ai vécu et leur dit qu’ils me manquent et combien ils comptent pour moi. Cependant si je fais ça, je ne repartirai jamais de la maison.

Je suis bien mieux là. Dame Thredë est très agréable et surtout, si j’ose, elle pourrait m’apprendre tant de chose. Sur les plantes, sur la magie, sur son peuple, sur l’histoire sur… sur… absolument tout. Les baptistrels sont à mes yeux les mages les plus puissants, bien que je ne connaisse que des rumeurs sur eux. Mais si elles sont vraies ne serait-ce que de moitié, je pense avoir trouvé ma voie. Cette voie serait le meilleur moyen d’atteindre mes objectifs, à savoir soigner le plus de personnes et rendre ainsi le monde meilleur en apportant du bon. Voilà ce que je veux faire de ma vie. Bien sûr, je sais que c’est un doux rêve, que même si je le pouvais et le voulais vraiment, devenir baptistrel est assez compliqué et qu’il y a de nombreuses règles et obligations. C’est pour ça que je veux garder cet objectif comme un rêve plutôt que le réaliser.

L’elfe fait preuve de beaucoup d’indulgence envers moi, essayant de me mettre à l’aise auprès d’elle. J’ai l’impression qu’elle me pousse à lui poser des questions, l’interroger. Cette femme ne peut être qu’un puit de savoir. Un siècle de connaissance, c’est plus que je ne pourrais jamais savoir sur toute ma vie. Cette perspective me désole un peu. Tout ce que je vais rater car l’espérance humaine est trop courte, beaucoup trop courte. Bien sûr, il y a un moyen d’avoir le temps, il est simple et dangereux et je ne serai certainement plus la même après ça. Donc cette solution est hors de question, je me contente donc de ma courte de vie pour essayer de rendre le monde meilleur. Mes réflexions m’apportent un peu de tristesse, mais j’arrive parfaitement à contrôler mon expression pour ne rien en laisser paraître, je deviens plutôt douée pour ça.

Attends une minute, je suis entre de parler à l’épouse de l’empereur des elfes ? Autrement dit à une impératrice ? Tant pis pour le contrôle des émotions, la stupeur est trop grande. Je suis en train de rêver, ça doit être ça. Qu’est-ce que c’est que cette soirée de dingue ? Je rencontre une elfe qui lit le livre que je voulais lire, elle se trouve être une spécialiste guérison, normal pour une baptistrelle, et là j’apprends qu’il s’agit de l’épouse du souverain du Beau Peuble. C’est tout bonnement impossible, les bras m’en tombent, littéralement. Je viens de me rendre compte que mes bras reposent mollement sur la table et que j’ai la bouche quelque peu béante à cause de la surprise de l’annonce. Mon trouble est léger mais apparent. Il faut que je me ressaisisse pour ne pas paraitre inconvenante, surtout qu’elle ne porte pas son titre comme un vêtement, c’est donc qu’elle ne cherche pas à subir les formalités d’usage. Encore une fois, veuillez m’excuser, dame Thredë, cette rencontre est beaucoup plus que ce que j’attendais de cette soirée. Pouvoir discuter avec une elfe, guérisseuse qui plus est, est déjà un moment exceptionnel pour moi. Parler à l’épouse d’Aegnor Evanealle, ça fait beaucoup d’information et d’émotion d’un coup. Je laisse échapper un petit rire nerveux, sûrement le stress de passer pour… Pour quoi ai-je peur de passer ? Pour une humaine sortie de sa campagne natale ? En quoi est-ce un problème ? C’est bien ce que je suis. Alors je me rattrape en riant de manière plus détendue. Ce rire me retire la tension de faire un faux pas. L’elfe que j’ai devant moi et prête à répondre à mes questions, ne m’a pas repoussée que je l’ai abordée, donc tant que je ne dépasse pas les limites, je pense que je peux assouvir ma curiosité.

Ou, enfin je leur ai un peu forcé la main. Pas trop non plus, mais j’étais tellement curieuse de voir leur méthode que j’ai peut-être… insisté… beaucoup. Mais oui, ils s’intègrent à leur manière, toute particulière. Leur commandant, Christan Weren est un personnage original. Mais il est invincible et représente bien son peuple, ils semblent tous vouloir lui ressembler. Du moins c’est l’impression que j’en ai. En parlant de mon sauveur, mes yeux brillent d’admiration. Car bien qu’il se cache derrière son devoir, il n’en a pas moins sauvé ma vie au risque de la sienne, et m’a même accepté dans son équipe médicale. La vie est un don précieux des Esprits. C’est ce que mes parents m’ont toujours appris et ce en quoi je crois particulièrement. Surtout pour les humains, pour qui elle peut paraître courte. Je suis convaincue qu’il faut tout faire pour qu’elle ne soit pas raccourcie. Toutefois, je ne pense que je sauve des vies, je ne fais que retarder l’inévitable. Sauf peut-être si je soigne un elfe, ou un vampire. Peut-on seulement soigner un vampire ? Où un humain peut-il soigner un elfe d’ailleurs ? Ce sont des questions que je ne me suis jamais vraiment posées.

D’autres interrogations se bousculent dans ma tête, mais au moment où je m’apprête à lui poser, la chantebrise referme le livre et le fait glisser vers moi. Va-t-elle partir ? Est-ce un signe pour moi de la laisser tranquille ? Je ne veux pas partir alors que j’ai tant de questions mais je peux pas la forcer à y répondre, surtout l’impératrice. Mais sa voix s’élève, douce comme le vent. Pincez-moi je rêve. Sa proposition provoque en mot un indescriptible raz-de-marée d’émotion. La joie me submerge, suivi d’une excitation comme je n’en ai jamais ressenti. J’ai du mal comprendre ou bien la reine des elfes me proposent de me prodiguer quelques enseignements. Je ressens tant d’émotions. Elles ne sont pas contradictoires ce qui ne fait que renforcer leur impact. Je n’arrive pas à réfléchir. Depuis combien de temps est ce que je suis sous le choc ? Quelques secondes ? Quelques minutes ? Quelques heures ? Mon regard se remplit de larmes de joie que j’arrive à contenir difficilement. J’arrive à ne pas avoir les yeux humides. Je n’arrive pas à avoir de pensées cohérentes. Je… Ca se… je ne… Avec… Il faut vraiment que je me calme et pour se faire, je pose doucement la main sur le livre de plantes. La texture ferme de la couverture sous mes doigts m’aide à m’ancrer dans la réalité. S’il n’y avait pas eu la table, j’aurai sûrement sauté dans les bras de la chantebrise. Madame, je serais honorée et plus qu’heureuse d’apprendre auprès de vous. Je suis prête à tout pour acquérir la connaissance. Rien que dire ceci, réanime cette entropie d’émotion qui m’a secouée il y a à peine quelques secondes. Un sourire radieux illumine mon visage et j’ai l’impression que je vais exploser de bonheur. Je suis une grande travailleuse, et les efforts ne me font pas peur. Je ferai tout ce que vous voudrez, si vous m’accordez ne serait-ce qu’une poussière de votre connaissance.

En disant cela, je me rappelle mon engagement auprès de Christan Weren et des médecins alayiens. Leurs connaissances uniques dans la chirurgie auraient pu m’apporter beaucoup, mais la possibilité d’apprendre d’Aramis Thredë, Impératrice des Elfes et Baptistrelle, ne risque d’arriver qu’une fois dans ma vie, aussi longue soit-elle. De plus, je ne pense pas que les médecins soient prêts à tout partager, comme l’a si bien dit leur commandant. Les alayiens semblent jaloux de leur savoir, et se contenteront sûrement de m’enseigner uniquement les bases, alors que la proposition de la Chantebrise parait tellement plus grande. Je me trompe peut-être, je fais peut-être le mauvais choix, mais si je ne le fais pas, je regretterai toute ma vie cette décision. Quant à mon engagement, Christan lui-même a dit que j’étais libre de partir. Les événements en cours dont on semble vouloir m’écarter à cause du danger pourrait être une bonne occasion.

Dame, que dois-je faire pour mériter votre enseignement ? Enfin plutôt pour pouvoir en profiter au maximum et ne rien perdre ? L’enthousiasme et l’excitation coule à travers ma gorge et je rayonne à l’idée, non seulement d’apprendre, mais aussi de le faire hors de l’armée. En y repensant, n’est-ce pas stupide que d’apprendre à soigner auprès de ceux qui provoque les blessures ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Lun 20 Fév 2017 - 19:36

Aramis ne manqua pas de sourire de façon amusée mais gentille quand l'humaine prit un air tout à fait ahuri quand elle apprit qu'elle faisait face à l'impératrice des elfes. Certes, Aurore n'était pas vraiment mise en valeur par la tête qu'elle tirait, mais c'était mignon d'une certaine manière. Aramis en tout cas ne s'étonnait pas d'une telle réaction et supposait que cela valait mieux que de voir la jeune femme en face d'elle tomber dans les pommes. Car étrangement, Aramis avait l'impression qu'Aurore serait tout à fait le genre de femmes capable de tomber dans les pommes si on y allait trop fort avec elle… Aramis dans tous les cas répondit avec une certaine indulgence à la jeune guérisseuse.

« Il n'y a rien à excuser. Je ne vois pas pour ma part en quoi je devrais être vexé par vous dame Aurore, vous paraissez après tout pourvue des meilleures intentions et tout à fait agréable. Quant au fait que tout cela vous surprend… Je ne peux que le comprendre, vous ne vous y attendiez pas après tout. » Dans tous les cas Aramis ne put que se satisfaire de constater que la jeune soigneuse se détendait un peu et poussait un rire moins nerveux finalement. Il n'y avait après tout pas de réelles raisons d'être nerveuse et en soit la chantebrise ne tenait pas spécialement à faire peur à Aurore. Certes, elle comprenait qu'elle avait l'air assez intimidante dans les faits et qu'elle pouvait impressionée que ce soit par sa grande taille ou son aura, mais elle préférait ne pas trop jouer là-dessus dans une telle situation…

« Je ne crois pas que les alayiens soient tous des militaristes, certes comme beaucoup d'elfes, je n'ai pas vraiment la meilleure image qui soit d'eux. Mais je sais que comme tout peuple, ils ont leurs érudits, j'ai entendu dire que leurs ingénieurs étaient les meilleurs et que les armuriers et intellectuels provenant de leurs rangs sont plus que talentueux. Je pense qu'ils auront beaucoup à vous apprendre. » Quant à Christan Weren, elle se contenta de doucement sourire à Aurore, dans les faits Aramis connaissait l'homme de réputation même si pas vraiment d'une façon très élogieuse à l'égard de ce dernier, mais il était bon de voir que ceux anciennement considérés comme des monstres se fassent à la paix actuelle. « C'est une bonne manière de penser que de considérer la vie comme un trésor qu'il faut préserver. Quant à la vie humaine, je ne pense pas qu'elle mérite forcément moins d'être sauvée que celles d'un elfe ou d'un vampire. Rien n'est éternel après tout et chaque vie est irremplaçable à sa manière. »

Une manière de penser très baptistrelle en soit. Néanmoins, Aramis était dans les faits pour une certaine égalité et liberté. Elle ne pensait pas que les humains méritaient d'être considérés comme des insectes, mais plutôt qu'un respect mutuel était essentiel à une paix qui espérait être durable. Ainsi, il ne fallait pas selon elle douter de l'intérêt de sauver des vies, mais tâcher de préserver celle-ci de son mieux en tout temps. Certes, l'on sauvait des fois certaines vies pour qu'elles se fassent au final mieux tuer plus tard, mais d'autres fois, une seule vie sauvée peut faire toute la différence. De plus, il serait toujours plus désirable de faire au mieux pour préserver la vie sous toutes ses formes que d'oeuvrer à la détruire ou la corrompre. Tuer n'était pas une victoire après tout, tandis que la bataille contre la mort était la seule qui méritait d'être livrée en tout temps.

Par contre, la proposition d'Aramis sembla frapper Aurore au vif. Certes, la réaction joyeuse de cette dernière était plaisante à voir, mais elle était si intense que Thredê se demanda si elle n'aurait pas dû émettre sa proposition avec plus de pincettes. D'ailleurs, elle se dit qu'en effet Aurore serait probablement une bonne élève et une bonne candidate au poste d'enwr. Après tout, elle avait le cœur bon et surtout elle semblait dévouée corps et âmes à sa tâche de guérisseuse. Des qualités essentielles à une possible enwr. Sans parler de son potentiel magique qui la prédestinerait certainement à des grandes choses si elle devenait baptistrelle et avait l'honneur peut-être un jour… De devenir une cawr baptistrelle et ainsi de maîtriser les vibrations du monde. Chose qui n'arriverait pas si vite, mais qui serait certainement dans l'horizon des possibles pour la jeune Aurore. Quelque chose qui pourrait lui apporter tant, ce tout en lui permettant d'offrir bien plus à Armanda, de concourir au mieux à la paix et au bien du continent et des peuples y vivants… Aramis fit donc un calme geste de la main pour encourager Aurore à rester silencieuse et à l'écouter, puis elle reprit de sa voix éthérée comme le vent.

« Je voulais te proposer de devenir une enwr Aurore. Cela ne t'empêchera pas, je tiens à te le dire de continuer à travailler de temps en temps avec les alayiens si tu le désire, mais ça nécessitera que tu soit assez souvent à mes côtés ou en compagnie d'un cawr qui puisse t'offrir son enseignement. Ainsi que de respecter les préceptes de mon ordre et surtout de te rendre bientôt au domaine baptistrel pour rendre officiel ton entrée dans notre ordre et te présenter à tes futurs frères rhapsodiens. » Dans les faits, on trouvait des baptistrels partout en Armanda, mais ces derniers avaient comme demeure le domaine situait dans les montagnes des elfes. Ainsi, l'apprentissage d'Aurore ne nécessiterait heureusement pas que cette dernière soit toujours au même endroit… Ensuite la chantebrise reprit avec sérieux.

« Je vois en toi la bonté nécessaire pour être baptistrelle ainsi que l'honnêteté qui fait que tu peux prétendre à rejoindre notre ordre. Je vois en toi la soif d'apprendre nécessaire à l'érudite que tu pourras devenir ainsi que le dévouement qui honore la guérisseuse que tu es. » Elle resta un instant silencieuse, puis se leva. Se rendit aux côtés d'Aurore et demanda alors qu'elle posa doucement sa main droite sur l'épaule gauche de l'humaine. « De ce fait très chère, désire-tu rejoindre l'ordre baptistrelle ? » Alors qu'elle demandait cela son regard semblait scruter l'âme même de la jeune humaine. Non pas avec lourdeur, mais avec une bienveillance digne d'une femme à laquelle l'on aurait pu se confier corps et âmes. Celle d'une dame ayant consacré sa vie à aider son prochain et à la paix. Et qui désirait aider tout ceux qui étaient animés par d'aussi nobles buts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Jeu 23 Fév 2017 - 12:12

Cette soirée est définitivement pleine de surprises et de joie. Je sens une douce chaleur à travers tout mon corps, une sensation proche de celle qu’on a lorsqu’on est enlacé par les gens qu’on aime et qui nous aime en retour. La sensation d’être désirée, acceptée, que quoi qu’on fasse, quelqu’un sera là pour nous soutenir. La belle Dame me fait cette impression, sa voix douce et mélodieuse me fait oublier que dans la journée, je sers l’armée et que dans quelques temps, ils partiront mourir pour des inconnus. Et je ne serais pas là pour les aider, les sauver. Je suis bien, là maintenant, dans la bibliothèque, lieu que j’aime, avec une personne gentille, raffinée et affectueuse.

Elle est plein d’indulgence, et je reconnais dans ses paroles, la vision exacte que j’ai du monde, que maman m’a enseigné et que mes aventures, bien que rudes et dangereuses pour certaines, ne m’ont pas fait rogner. Un monde de paix et de respect de la vie. Elle ne l’a pas encore dit, mais je peux voir dans son regard que c’est aussi sa vision, son espérance. Je perds lentement dans son regard, elle parle des alayiens, je comprends ce qu’elle dit mais je n’écoute pas vraiment. Ils ont beaucoup à nous apprendre à tous les armandéens en générale s’ils acceptaient de partager leurs connaissances plus facilement. Mais ce que je vois et tout ce qui focalise mon attention, c’est la paix et la sagesse qui transpire de la chantebrise. Elle partage la même vision que moi, ou plutôt je pense que je partage la même vision qu’elle. Je ne souhaite que lui ressembler, entre aussi sage et être une force pacifique, qui pourrait s’imposer sans violence.

La joie et l’excitation engendrées par la proposition de l’impératrice laissent place à un calme et une sérénité infinis ainsi qu’à une volonté encore plus grande : je ne veux plus apprendre pour seulement aider les gens, mais je le veux aussi pour être comme elle et je ferai tout ce que je peux et même plus pour y arriver. L’intensité de mes émotions s’est lentement muée en une détermination inébranlable. Je suis Aurore Lapsida, et j’ai vingt ans. J’ai toujours su ce que je voulais faire de ma vie et ce soir, j’ai découvert le moyen de dépasser mon rêve. Dans mon esprit tout est clair, je ne veux pas me contenter des quelques brides de connaissances que Dame Thredë peut m’offrir en quelques semaines et continuer ma route après. Je veux suivre son enseignement complet, le sien et celui de tous ces semblables. Je sais que c’est parmi les baptistrels que je m’épanouirai le plus, il n’y a aucun doute la-dessus.

Je prends mon courage à deux mains, je vais abuser sûrement de sa gentillesse, mais même en cas de refus, je trouverai un autre baptistrel pour me prendre sous son aile. Au moment où j’ouvre la bouche pour lui demander de m’aider à entrer dans son ordre, la voluptueuse voix de la dame laissa glisser ces mots : Je voulais te proposer de devenir une enwr Aurore. C’est trop pour moi, mes jambes ne me porte plus et je tombe sur la chaise derrière moi. Je suis définitivement en plein rêve. Je venais juste lire, tranquillement. J’hésite à me pincer mais le regard franc de la Chantebrise me confirme que la réalité de la scène. Je n’aurai jamais pu rêver un être aussi beau. Devenir une enwr, c’est avoir accès à toutes les connaissances du monde, suivre l’enseignement des meilleurs professeurs, ce serait merveilleux. Cependant, si je dois devenir une enwr, il me faut un cawr avec qui travailler. Mais Dame Threndë semble se proposer en tant que tel. Je pourrai passer du temps à ces côtés, puiser dans son savoir, les connaissances qui me font tellement défaut.

Mon cœur s’emballe, et mon ventre se serre comme quand les brigands me poursuivaient et que la peur avait envahi chaque fibre de mon corps. Si je ne réagis pas rapidement, je risque de perdre connaissance. J’ai décidé de ne plus être trop émotive, et ça commence maintenant. Je fais plusieurs respirations profondes, mon trouble n’a pas duré plus de deux secondes mais il m’a paru bien plus long. Si les conditions pour qu’un tel rêve se réalise sont de suivre les préceptes baptistrels, je ne vois pas d’inconvénients. Ma vie me parait n’avoir été qu’un long chemin pour en arriver là, comme si une main formidable m’avait orientée pour ce soir. Ma quête solitaire va peut-être prendre fin, pour laisser place à un long voyage vers la connaissance entourée de personnes qui me seront proches. Des frères et des sœurs. Le motif semble parfait.

Alors la Dame posa la question fatidique. Oui. Ma réponse est spontanée, presque brutale. La Chantebrise n’a presque pas fini sa question que je lui ai répondu. Je reprends plus calmement et humblement, baissant légèrement la tête comme pour faire amende honorable ou rendre hommage. Je veux dire, ça sera pour moi un grand plaisir d’entrer dans l’ordre baptistrel et de suivre votre enseignement. Il n’y a pas de plus grand bonheur pour moi que de servir la vie et je suis convaincue que votre ordre et le meilleur moyen d’y parvenir. J’ai soif d’apprendre et je suivrai quiconque pourra étancher cette soif et je ne vis que pour servir la vie des autres. Redressant la tête je soutiens le regard de l’Impératrice des elfes, qui semblait lire en moi. Je le lui rends en souriant, voyant de la bienveillance et de la confiance dans mon choix et dans ce que je suis.

Je vous suivrai quand vous voudrez et irai où vous me direz d’aller. Ce n’est pas de l’obéissance aveugle, mais je sais que je peux vous faire confiance. Et que nous sommes animés par la même flamme. Parlez-moi un plus de l’ordre, plus exactement de l’organisation interne, de… je ne sais pas. De tout ce qu’on ne voit pas à l’extérieur. Ma voix est calme est sérieuse, mon bonheur complet, mes yeux pétillants et le visage toujours illuminé par un sourire jusqu’à ce qu’une pensée me traverse l’esprit. Dame, vous avez dit que vous n’étiez que de passage à Aldaria. En tant qu’Impératrice, accompagniez-vous votre armée vers l’Ouest ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Ven 24 Fév 2017 - 18:17

Aramis était satisfaite de constater qu'un certain calme et une grande sérénité emplie de détermination s'était emparée d'Aurore. Cette dernière avait déjà tout à fait l'air d'une baptistrelle digne de ce nom. La chantebrise était déjà sûre et certaine qu'elle aurait toutes les raisons d'être fière de sa nouvelle élève à l'avenir. Car Aurore avait vraiment toutes les qualités nécessaires pour rentrer dans la Rhapsodie et avait aussi celles nécessaires pour faire une baptistrelle. D'ailleurs, Aramis estimait qu'elle la verrait bien chanteciel, même si dans les faits cette décision n'appartiendrait qu'aux éléments eux-mêmes si jamais Aurore devenait cawr un jour.

En attendant, l'impératrice ne put que sourire avec indulgence quand elle vit Aurore tombé sur sa chaise sous le coup de l'émotion, c'était en effet un grand moment pour elle. Un tournant de son existence, l'intégration en quelque sorte à une nouvelle famille. En tout cas, c'était ainsi qu'Aramis voyait la rhapsodie, comme une grande famille. Une famille où Aurore serait sa petite sœur en quelque sorte. Une famille où la jeune humaine pourrait s'épanouir et apprendre énormément de choses. Où elle pourrait à la fois devenir une érudite et une diplomate. Une guérisseuse de talent et une artiste encore plus talentueuse. Devenir un baptistrel n'était pas rien et les responsabilités qui concernaient ces derniers étaient grands, celle de gardiens de la connaissance, de protecteurs de la paix et de guérisseurs entre autres. Tous ces rôles seraient ceux d'Aurore et bien plus encore. Plus que jamais elle pourrait ainsi contribuer à rendre le monde meilleur si elle le désirait.

« Dans ce cas-là, c'est avec joie que je ferais en sorte que tu intègres l'ordre de la rhapsodie Aurore. » Répondit donc Aramis avec bienveillance et sincérité quand Aurore avait accepté sa proposition, non sans se justifier auparavant. Thredë reprit d'ailleurs d'une voix qui paraissait somme toute maternelle. « Je considère mon ordre comme ma famille, une famille dont tu fais partie maintenant Aurore. Libre à toi de partager ou non avec moi ce sentiment d'appartenir à la même famille, mais sache que tu pourras compter sur moi. » Elle ébouriffa légèrement la chevelure de sa nouvelle élève comme pour faire preuve d'une certaine familiarité, puis reprit avec sérénité. « N'hésite pas à me considérer comme ta grande sœur si tu le désires. » Puis ensuite elle sembla silencieuse, alors qu'elle réfléchissait. Puis elle reprit avec un grand sérieux au sujet de ce qui allait suivre pour Aurore.

« Je pense qu'il vaut mieux que je te parle en détail de l'ordre en un autre lieu et plus au calme. Peut-être quand nous voyagerons ensemble pour nous rendre au domaine de la rhapsodie ? Je te parlerai alors avec force et détails de l'organisation de l'ordre et de ceux en faisant partie. En attendant, sache qu'en choisissant de devenir une baptistrelle tu choisis de devenir à la fois une mage guérisseuse, une artiste, une érudite et une diplomate. Sache que tes responsabilités seront nombreuses, mais surtout que ces dernières te permettront à ta manière de contribuer à ce que le monde soit meilleur ma chère élève. Comme je le dis, la force de la volonté est la force qui fascine ce monde. Soit déterminée dans tout ce que tu accompliras ma sœur, ne renonce jamais et alors de nombreuses possibilités te seront ouvertes. » Aramis prit ensuite avec douceur la main droite d'Aurore et aida cette dernière à se relever, puis elle reprit avec douceur.

« Oui, j'accompagnerai l'armée à l'Ouest, pour soutenir les troupes et surtout guérir les soldats blessés. Je tiens de plus à être au côté de mon mari pour l'aider si nécessaire. Je te promets d'ailleurs de revenir saine et sauve de ceci et que nous pourrons commencer ensemble ton apprentissage. Sache que tu ne seras pas obligée de me suivre en tout temps, mais que tu vas devoir souvent m'accompagner. » Puis Aramis afficha un sourire malicieux et ajouta. « D'ailleurs, si tu me permets un peu de familiarité, j'aimerais t’accueillir à ma manière au sein de l'ordre Aurore. » Ceci dit, Aramis prit l'humaine dans ses bras pour lui offrir une étreinte chaleureuse, puis elle lui glissa au passage. « Voilà une preuve, qu'en acceptant de rejoindre mon ordre, tu es devenue ma sœur à mes yeux. J'espère que tu saura trouver dans le rhapsodie une seconde famille pour toi et que nous pourrons devenir d'excellentes amies... » Ceci fait, elle libéra en douceur l'humaine de cette étreinte sans doute surprenant et acheva avec bienveillance. « J'espère que la nouvelle voie que tu as choisi saura t'apporter bonheur et satisfaction. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Dim 5 Mar 2017 - 11:41

C’est tout ? Pas de test ? Pas de vérification ? Et si je joue la comédie depuis le début pour… rien. Je ne sais pas pourquoi je pense à ça maintenant. Peut-être parce que trop de bonne chose m’arrive sur un lapse de temps trop court. Ça me rend un peu suspicieuse et bête. Parce qu’il n’y a aucun intérêt à s’infiltrer chez les baptistrels et deuxièmement ils peuvent détecter le mensonge. Donc oui, Aramis peut se permettre de m’inviter à la rejoindre pour mon plus grand bonheur.

Une fois ce très court instant de doute passé, je recommence à concevoir mon avenir au sein des baptistrels. Je ferai partie d’un tout, un motif géant que je pourrai voir et peut-être comprendre. Apprendre, comprendre et savoir. Aider les autres et servir. Au sein d’une grande famille. Je pourrai avoir peur de perdre la famille que j’ai déjà, m’éloigner définitivement de papa et maman, mais je sens que ça ne sera pas comme ça. J’ai l’impression qu’en entrant dans la rhapsodie, mes parents y entreront un peu avec moi. Ceci fait partie du motif.

Mes yeux sont pétillants de bonheur et mon visage est ébloui par un sourire heureux. La main qui vient ébouriffer mes cheveux sans trop les décoiffer est douce et chaleureuse. J’ai grandi en fille unique, ce qui est rare, et je n’ai donc pas pu connaitre ce que c’est d’avoir une fratrie. Je n’ai pas été seule pendant mon enfance et j’ai reçu tout l’amour qu’il faut, mais je n’ai pas pu gouter aux joies partagées avec un frère ou une sœur. Chose que la vie vient de m’offrir. Si la chance existe, il semblerait que j’en ai reçu plus que ma part ses derniers temps. J’espère juste que ça ne va se retourner contre moi.

Je sens mon esprit tourner au ralenti afin d’assimiler toutes ses nouvelles qui ne cesse de s’accumuler. L’excitation a laissé place à une béatitude léthargique. Je viens d’intégrer l’ordre de la rhapsodie. Aramis le considère comme sa famille, mais il faut qu’elle énonce à pleine voix une évidence que je n’ai pas comprise tout de suite. J’aurai donc des frères et des sœurs, mais surtout Aramis comme grande sœur. L’Impératrice des Elfes mais surtout la plus belle créature que j’ai vu de ma vie va devenir ma grande sœur. Si je n’étais déjà assise, je pense que je tomberai à la renverse. Je m’en veux d’être aussi émotive, il faut vraiment que ça change. Alors je regarde Aramis. Ça sera avec joie que je te… vous… te considère comme me grande sœur. Une hésitation m’a prise, à savoir si je pouvais la tutoyer ou non, mais si elle devient ma sœur, je pense que le vouvoiement est très surfait et qu’elle comprendra que je le tutoie dorénavant.

Quand Aramis reprit d’un air sérieux qu’elle me parlera plus en détail de l’ordre une autre fois, une pointe de déception me pique le cœur mais je n’ose pas protester ni insister malgré la curiosité qui me caractérise. Si tout ce qu’elle me dit est vrai, et ne j’en doute pas, alors devenir baptistrelle sera merveilleux et peu difficile tant tout ce qui fait l’ordre me fascine. Mais au fur et à mesure qu’elle parle, de nouvelles questions m’assaillent : quels genres de responsabilités ? Quelles missions doivent remplir les baptistrels ? Je vois comment leur enseignement peut rendre le monde meilleur, comment se regrouper pour partager un enseignement et organiser des actions pour ce noble but, mais je ne sais pas en quoi consiste l’action réelle des rhapsodiens. Mais je refreine ces questions, sachant que j’aurais bientôt les réponses et que rien ne sert de précipiter les choses.

Mon cœur se sert à l’idée qu’elle aussi parte pour la guerre. Bien que je ne pense pas qu’elle y aille pour se battre, je crois me souvenir que les baptistrels n’en ont pas le droit. Elle y va pour protéger son mari. Une autre question me vient à l’esprit. Est-ce qu’elle l’aime ? Est-ce un mariage d’amour ou d’intérêt ? Est-ce qu’un baptistrel peut ressentir l’amour pour une personne ou bien se sentiment se dilue-t-il dans le motif ? Tant de questions qui devront attendre leurs réponses.

Puis ma nouvelle sœur me prend dans ses bras. C’était agréable, une douce chaleur maternelle émane de cette étreinte. Je lui réponds volontiers en la serrant tendrement contre moi comme elle le fait. Je suis heureuse de pouvoir devenir ta sœur, connaitre ton enseignement et celui de l’ordre. Tu seras fier de moi et j’espère un jour t’offrir quelque chose en retour. Et l’étreinte se termine. Je la regarde droit dans les yeux avant de l’enlacer à mon tour, plus fortement, comme le jour où mes parents m’ont offert ma sacoche et son contenu, comme quand je suis parti de la maison. Une partie de cette étreinte vient de l’amour, neuf que je porte à l’elfe, mais une autre d’une grande inquiétude. Malgré ses paroles rassurantes, le futur de la Chantebrise au sein de la bataille à venir ne me laisse pas sereine. Je voudrai venir avec toi. Si tu protèges ton mari, qui va te protéger. Je voudrai aussi aider ce qui tomberont, essayer de sauver des vies. Les mises en gardes des soldats, leurs conseils, tout disparait à l’idée qu’Aramis aille se battre et que je reste aussi. A l’idée qu’elle servira à quelque chose, qu’alors que le monde sombrera une fois de plus dans la guerre, elle se dressera pour endiguer la mort. Je ne veux pas qu’elle le fasse seule. Je veux être à ses côtés.

Je relâche mon étreinte pour la regarder droit dans les yeux, l’air déterminé, le regard franc. Mon sourire a laissé place à un profond sérieux. Je ne veux pas attendre sans savoir ce que tu deviens, ni ce que les hommes d’Aldaria deviennent. Parmi ces hommes, certains me sont très proches et je voudrai pouvoir les aider s’ils sont blessés. Je sais ce qu’elle va me répondre, probablement la même chose que tout le monde, que Christan. Mais je veux l’entendre me le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mar 7 Mar 2017 - 13:27

Aramis regarda avec une certaine affectation la jeune humaine qui venait d'intégrer l'ordre rhapsodien et dont l'intronisation dans ce dernier n'était plus qu'à officialiser auprès des autres cawrs. Elle était satisfaite d'avoir une nouvelle sœur baptistrelle, de constater qu'une nouvelle âme au cœur bon venait rejoindre la cause rhapsodienne. Celles des gardiens de la paix et de l'harmonie Armandéenne. Thredë ne doutait pas en tout cas qu'au sein de l'ordre Aurore saurait s'accomplir et trouver sa place. Que l'avenir se présenterait plein de promesses pour elle et qu'elle ferait de son mieux pour rendre la chantebrise fière.

Aramis dans tous les cas se disait qu'avec une femme telle qu'Aurore, Armanda ne pourrait que mieux se porter. Les autres baptistrels seraient sans doute ravis de la rencontrer d'ailleurs et de lui offrir leurs amitiés et leurs enseignements. Ils étaient, après tout, une grande communauté donc chaque membre tâchait de se soutenir mutuellement tout en respectant les préceptes de la rhapsodie qui étaient basés sur les vibrations harmonieuses du monde lui-même.

« Que tu fasses de ton mieux pour le bien d'Armanda et que tu écoutes avec enthousiasme mon enseignement sera déjà une récompense bien suffisante pour moi. »
Répondit d'ailleurs Aramis avec satisfaction après avoir partagé une première étreinte avec Aurore. D'une certaine manière Aramis considérait en effet qu'Aurore était comme une petite sœur ou une fille symbolique. Une fille dont elle serait fière de voir les progrès et les accomplissements à l'avenir.

Et d'une certaine manière Aramis fut touchée par le fait qu'Aurore lui rendit à son tour une étreinte, une étreinte qui débordait de sincérité. Thredë ne manqua pas de passer sa main droite dans les cheveux d'Aurore avec une certaine douceur, tout en écoutant les paroles de cette dernière qui étaient remplies d'une inquiétude et prévenance touchante à son égard. Oui, elle avait décidément bien le cœur d'une rhapsodienne. Aramis lui répondit dit donc avec une certaine douceur.

« Ne t'inquiète pas, je suis capable de me protéger moi-même… Je te promets de revenir vivante de tout ceci et crois-moi. Une baptistrelle fait seulement des promesses qu'elle compte honorer. »
Elle tâchait de lui dire ainsi de ne pas s'inquiéter. Qu'Aramis tâcherait d'être forte et d'une certaine manière qu'à l'avenir Aurore pourrait s'inspirer de cette même force si elle le désirait. Sur ce, la chantebrise écouta les paroles très sérieuses d'Aurore. Et finit par répondre pensive.

« Je n'aimerais pas que tu sois en danger Aurore. Je pense qu'à l'avenir tu pourra beaucoup aider ton prochain, mais là c'est peut-être un peu tôt. Patience ma sœur, Gloria ne s'est pas bâtit en un jour après tout. L'attente est des fois frustrante, mais il vaut mieux profiter de celle-ci pour devenir meilleure que de risquer sa vie et la perdre par manque d'expérience. » Elle posa doucement ses mains sur les deux épaules d'Aurore, puis ajouta sereine.

« Tu me fais penser à moi quand j'étais plus jeune. Sache que j'apprécie beaucoup ton enthousiasme et ton désir de faire au mieux. Mais je pense aussi que tu seras plus à même de faire le bien plus tard en ne risquant pas ta vie cette fois-ci et en attendant de devenir plus forte, que ce soit une meilleure mage ou une rhapsodienne. » Elle resta un instant silencieuse, puis ajouta calmement. « Des fois, le courage, c'est aussi de savoir rester en arrière et d'attendre la prochaine occasion de faire de son mieux. Sache qu'il n'est jamais un mal de connaître ses limites Aurores, car c'est les connaître qui permettra de te surpasser. » Elle laissa le temps à l'humaine de réfléchir à ces quelques propos, puis conclut avec sagesse.

« N'oublie jamais une chose Aurore. Le chemin de la vertu passe aussi par son propre bonheur. Si tu le désires, tu peux dédier ta vie à aider les autres, mais n'oublie jamais qu'il est plus aisé de faire le bien lorsque l'on vit soi-même une vie épanouie et heureuse. Ce n'est pas de l'égoïsme, il s'agit juste de prendre autant soin de ton prochain que tu prends soin de toi. En exultant la vie et la joie par ta personne, tu apporteras ainsi vie et joie autour de toi. » Elle espérait que cet enseignement serait utile à Aurore et surtout l'aiderait. Après tout, elle espérait que la route qu'elle prenait en devenant une baptistrelle soit pavée d’accomplissements et de cette harmonie même que la rhapsodie cherchait à offrir à toute chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Lun 13 Mar 2017 - 12:01

Je ne sais pas ce qu’on va attendre de moi mais tout ce que je sais c’est que je ferais mon possible pour être meilleure, la meilleure afin de pouvoir à mon tour, former quelqu’un d’encore meilleur et d’agir sur Armanda pour un monde paisible. J’espère ne jamais perdre mon enthousiasme à apprendre et à donner. Voilà ma quête, mon but, celui que je m’étais fixée en quittant mon village et mes parents. Mais l’ombre de la guerre est toujours là, et tous ceux que je rencontre en ce moment se font happer par elle. Pourquoi doivent-ils tous partir ? Pourquoi n’apprennent-ils pas de l’histoire ? Je n’ai pas vraiment compris contre qui toutes ces armées vont se battre. En fait, je ne veux pas le savoir. Tout ce que je veux c’est qu’ils reviennent. Mais beaucoup resteront là-bas.

La tendresse que je vois dans les yeux dans l’Impératrice des elfes me réchauffe le cœur mais partage aussi mon esprit. Aramis rassure mon inquiétude par sa bienveillance et sa sérénité alors qu’elle se tient devant moi en souriant, inébranlable. Elle transpire la force, mais pas la même que Christan. Sa force est plus calme, plus stable. Ces paroles se veulent rassurantes et rien ne me permet de mettre en doute ses capacités. Et je crois sincèrement qu’elle reviendra. Mais une autre partie refuse de la laisser partir. Je le refuse. Je ne veux pas la perdre de vue, pas maintenant qu’elle ma ouverte les portes de toutes ses connaissances, pas maintenant qu’elle m’a inondée de tendresse. J’ai peur pour elle, d’une peur irrationnelle. J’ai peur qu’elle m’oublie, ou qu’elle ne puisse pas revenir me chercher. C’est stupide et je refuse de lui confier ces pensées. Mais alors qu’Aramis a calmé mes vraies inquiétudes, ces peurs infantiles se retrouvent exacerbées.

Maintenant que je lui parle, que je vois un avenir au sein d’un ordre, comme dans une grande famille, j’aperçois la solitude dans laquelle je vis depuis quelque temps. Je ne suis pas réellement isolée, mais je suis seule avec du bruit autour. Personne à qui réellement me confier, avec qui partager des secrets. Les soldats sont intentionnés, mais ils restent des militaires un peu rustre, vivant dans un autre monde que le mien. Si Aramis est sincère, et je n’en doute absolument pas, je vais donc bientôt dire au revoir à ma première grande amie depuis longtemps. Est-ce par pur égoïsme que je lui demande de rester avec moi ? Peut-être.

Je sais qu’elle a raison. Je n’ai rien à faire à la guerre. J’ai déjà eu un avant-gout de la violence des armées avec mon sauvetage par Christan et ça m’a bien dégoûtée. Je suis, en plus, bien incapable de me défendre seule et je ne suis pas encore assez efficace pour être utile en tant qu’infirmière, je n’ai pas assez de connaissance et de puissance magiques ni même en médecine de bases. Je ne pense pas que mes talents de guérisseuse serviront à quelque chose pour un soldat avec une plaie ouverte. Je dois me rendre à l’évidence.

Cependant je ne vois pas ce qu’elle essaye de me dire en parlant de mon propre bonheur. Rien ne me rends plus heureuse que voir quelqu’un aller mieux, de savoir les gens heureux. Je ne me suis jamais demandée ce qui ferait mon bonheur. Je me fais plaisir, je mange à ma faim et je suis heureuse de façon naturelle. Le sourire de la mère quand j’ai offert un remède qu’elle ne pouvait pas acheter pour soigner son enfant, ce genre de chose, voilà vraiment ce qui fait mon bonheur.

Je ne comprends pas. Son propre bonheur ne passe-t-il pas par celui des autres ? Savoir que les autres sont heureux, reconnaissant et se dire qu’un jour quelqu’un fera pareil pour nous, n’est-ce pas là le plus grand bonheur ? Je ne vois pas comment le bonheur pourrait venir d’une action pour soi. Aider les autres et les voir heureux suffisent à mon bonheur, de même que quand quelqu’un est dans la détresse, je ne me sens pas bien. Alors bien sûr je prends soin de moi, mais rendre heureuses dix personnes n’est-ce pas mieux que d’en rendre une seule comblée ? C’est d’ailleurs pour ça que je veux changer le monde. Pour que tout le monde travaille au bonheur des autres afin de se rendre heureux. Ma réflexion me parait évident. Si au lieu de s’occuper de soi, tout le monde s’occuper de deux autres personnes alors, il y avait plus de personnes pour s’occuper de soi.

De plus, je peux souffrir les malheurs des autres. Je sens quand ils sont tristes, qu’ils ont peur, ou qu’ils sont heureux. Papa m’a toujours dit que c’était la plus belle des malédictions et Maman parlait du plus dur des dons. Celui de l’Empathie. Ce n’était pas magique comme pour certaines personnes, c’est juste que je me préoccupe trop des autres et que je me mets à leur place beaucoup trop facilement. Ils disent que c’est pour ça que je veux aider les gens, parce que je m’imagine inconsciemment à leur place et que l’idée de ce qu’ils endurent m’est insoutenable.

Je te crois quand tu me dis que tu reviendras. Je t’attendrais en continuant d’apprendre. Cependant, j’aimerai savoir quand reviendras-tu ? Dis, au moins le sais-tu ? Peux-tu m’expliquer ce qui pousse autant de monde à aller se battre ? J’en ai entendu parler, mais je n’ai pas vraiment voulu le savoir. Je ne me sentais pas prête, mais maintenant, je veux connaitre ton ennemi, ce pourquoi ton mari va se battre et contre quoi tu vas devoir te défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mer 15 Mar 2017 - 17:17

Aramis réfléchit à la réponse d'Aurore qui était assez originale et qui dénotait surtout de la grande bienveillance naturelle de sa nouvelle sœur. Cette dernière disait que son bonheur venait du fait d'aider les autres et que c'est grâce à cela qu'elle s’accomplissait. Thredë se disait qu'il était émouvant de croiser une âme si douce, mais que peut-être que penser à soi ne ferait pas de mal à Aurore. Quoique, ce n'était peut-être pas dans la nature de cette dernière.

« La manière dont on trouve le bonheur dépend de tout un chacun Aurore. Certains comme toi sont heureux en rendant service aux autres, d'autres en accomplissant de grandes choses ou en vivant une vie paisible et prospère. Si ton bonheur vient du fait de venir en aide à ton prochain, alors il est juste que tu fasses de ton mieux en ce sens. Nous avons après tout tous notre propre manière d'être heureux et si tu penses être heureuse en dédiant ta vie à aider ton prochain, alors je suis heureuse pour toi et pense que ton cœur recèle une grande noblesse. » Elle lui prit à nouveau doucement les mains, en ajoutant au passage avec une sourire qui paraissait comme toujours assez maternel. « Pour ma part tant que tu es heureuse de ton existence, je ne peux qu'en être satisfaite. Et je me réjouis d'avance de ta rencontre prochaine avec nos frères baptistrels, car je ne doute point que tu trouvera l'inspiration parmi nous. »

L'aspiration et la liberté, les baptistrels n'étaient pas, après tout, un ordre qui imposait une manière de vivre stricte en dehors bien entendu du fait d'être pacifiste et de ne jamais mentir. Mais dans les faits le fait de ne jamais mentir pouvait être une force, car personne ne pouvait ainsi remettre en doutes les paroles d'un baptistrel. Il ne resterait qu'à voir si Aurore saurait en faire une grande force, mais cela Thredë n'en doutait point. Après, Aramis sentait que bien entendu, son élève serait bien moins martiale que sa cawr qui savait se battre même si elle ne tuait jamais et ne blessait jamais gravement ses adversaires.

« Je reviendrai dans quelques semaines, je ne peux pas te donner un jour exact, mais je pense que ce sera au début du mois de novembre. Je reviendrai à Aldaria et nous irons ensuite rejoindre ensemble l'armée elfique qui rentrera à Estellïn. » Expliqua-t-elle ensuite calmement à Aurore, avant de parler ensuite avec sérieux de la menace à laquelle elle allait faire face. « Je ne saurais te dire ce que c'est exactement, cette menace nous l'appelons chimères, ce sont des êtres venant du plan astral où résidaient les esprits quand ils existaient encore. Des créatures pouvant prendre possession du corps d'un être vivant si celui-ci faiblit mentalement face à elle. » Elle se rappelait très bien les explications d'Ashy à ce sujet et poursuivit avec réflexion. « Ce que je sais, c'est que ces chimères en ont après nous et désirent pour là plupart d'entre elles obtenir une enveloppé physique. Nous sommes donc obligés de nous défendre, car elles s'en sont prises à nous et ne renonceront probablement pas. » Elle resta ensuite un instant silencieuse, puis reprit avec plus de légèreté.

« Ne t'inquiète pas pour moi, je pense qu'aucune chimère n'arrivera à prendre possession de mon corps. J'ai une volonté de fer et je me pense capable de tenir bon si jamais l'une d'entre-elle essayait malgré tout de prendre l'ascendant sur moi... » Elle parut un instant réfléchir, puis conclut de sa voix apaisante comme la douce brise du printemps.

« Dis-moi Aurore. Si bien entendu, tu ne désires blesser ou tuer personne. Aimerais-tu apprendre à défendre ton prochain sans avoir forcément besoin de nuire à qui que ce soit ? Que ce soit en immobilisant des personnes dangereuses, en les endormant ou en protégeant tes alliés ? » Après tout le grand potentiel magique d'Aurore pourrait servir à tout cela et Aramis ne voyait aucune raison de ne pas enseigner à la jeune soigneuse comment en tirer au mieux parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mar 21 Mar 2017 - 15:55

Alors qu’elle me parle, ma nouvelle sœur et guide me prend doucement les mains. Son contacte est doux est chaleureux, son sourire serein et rassurant. Elle parle et agit comme une mère, avec tendresse et gentillesse. Elle me rappelle la maison et à quel point mes vrais parents me manquent. Instinctivement, je libère délicatement ma main gauche de son étreinte et la porte à mon cou, touchant mon collier. C’est cadeau que papa m’a fait avec que je parte. C’est un petit phoque en bois, tenant une perle luisant d’une lueur bleutée. Son contact dans ma main me rassure et baissant les yeux pour la regarder, je sens une grande partie de mes inquiétudes s’envoler. Aramis m’a promis de revenir, alors elle reviendra. Je n’ai aucun doute là-dessus. Et ensemble nous découvrirons le monde. Dans quelques semaines, je pourrais suivre l’enseignement baptistrel et alors réaliser mes rêves : apprendre et aider.

Dans quelques semaines, elle reviendra, saine et sauve. Il faut que je garde cette idée en tête, non pas comme un espoir mais comme une certitude. Dans quelques semaines, je pourrais quitter l’armée. Je reviendrai apprendre la chirurgie mais plus comme maintenant. Car même si le fait de pouvoir apprendre une nouvelle façon de soigner m’emplit de joie, le fait d’être au sein d’une organisation dont le but principal est le maintien de l’ordre par la force. Même si je ne suis pas un soldat, je profite de ce système, hélas nécessaire. Je ne veux pas qu’il disparaisse car sa disparition serait à l’origine de trouble pire que ceux que j’ai subis sur la route pour Gloria, mais quand j’y pense, ça me gêne de recevoir une solde pour soigner de potentiels blessés qui repartiront se faire blesser ou tuer.

Dans quelques semaines, elle reviendra. Il n’y a que ça qui compte. Dans quelques semaines et entre temps, alors que je ferais mon rat de bibliothèque, la Chantebrise combattra des chimères, des êtres capables prendre possessions du corps de ses victimes et dont on ne connait ni le nombre ni la puissance. Et surtout, ces êtres nous en veulent. Pourquoi ? Pourquoi faut-il toujours qu’il ait des guerres ? Pourquoi cherche-t-on toujours à détruire ce qui est différent ? Mais ces chimères sont bien plus vicieuses en plus. Non contente d’agresser les gens, elles obligent leurs semblables à tuer leurs êtres chers pour détruire la chimère qui a pris possession du corps. Je te crois et je t’attendrais. Je reviendrai à cette bibliothèque tous les soirs de Novembre pour t’y attendre. Je sais maintenant que tu ne te laisseras pas posséder par une chimère. Mais… si l’empereur se fait posséder ? S’il perd le contrôle de son corps, que vas-tu faire ? Et d’ailleurs, je voudrai te poser une question personnelle. C’est à propos de toi et de l’empereur ? Est-ce que c’est… Je ne sais pas comment poser ma question. Je sais que c’est une question candide, une question dont la réponse attendue est celle des contes de fées mais bien souvent la réalité est bien plus triste que l’idéal, pas forcément pour le pire. Non, oublie. Je ne devrais pas te poser ce genre de question. Je suis désolée.

Je me sens un peu trop curieuse et très maladroite d’avoir voulu m’immiscer dans la vie sentimentale d’Aramis. Même si on est destiné à être très proche et qu’elle me considère comme sa petite sœur, ça ne se fait pas alors qu’on se connaisse à peine. Et puis, elle n’a peut-être pas la même définition du mot petite sœur. En plus elle va devenir mon professeur. Ce n’est donc vraiment pas le genre de chose qu’on demande spontanément. Je profite qu’elle me propose autre chose pour changer de sujet.

Avec enthousiasme, j’acquiesce à sa demande. Ça sera ma première leçon avec elle et je pensais justement étudier la magie pour me défendre, enfin me protéger. Jusqu’à récemment je ne me préoccupais que de la magie guérisseuse, mais l’accident des brigands m’a fait changer d’avis. Et aussi le fait que Christan m’a fait remarquer que j’étais irresponsable de me balader dans la campagne sans savoir me défendre, je pense que je dois lui montrer qu’il n’a pas embaucher une sotte incapable d’apprendre de ses erreurs et des conseils des autres. Cependant,faute de professeur, je n’ai pas pu développer ces compétences et il est hors de question que je me serve d’une armes. Ces objets ne servent pas à se défendre mais à attaquer. En posséder une est un signe qu’on est prêt à se battre. Je ne peux pas m’y résoudre. La proposition d’Aramis tombe au point nommé.

Oui avec plaisir ! bien sûr que je ne veux blesser personne. Mon but est de soigner les gens pas de les envoyer se faire soigner sur des brancards. Mon enthousiasme laisse place à un peu de sérieux alors que j’évoque ma mésaventure. Je voudrais apprendre à me défendre seule. Jusqu’à présent, il y a toujours eu quelqu’un pour me venir en aide, mais comme le commandant me l’a dit quand on s’est rencontré la première fois, c’est extrêmement dangereux et stupide de voyager sans défense. Il a raison et je ne veux plus que des gens risquent leur vie pour me défendre. Ou s’ils le font, je veux pouvoir leur apporter mon soutien et aussi les protéger à mon tour. Mes amis comme tous ceux qui sont dans le besoin. Les protéger pour ne pas à avoir à soigner leur blessure.

Reprenant un grand sourire et une voix enjouée, bien qu’une légère inquiétude fait vibrer ma voix. Je n’ai jamais fait de magie réellement, juste des sorts basiques de soin, dont l’entropie potentielle n’était pas grande. Qu’en est-il d’une magie défensive ? Mais qu’est-ce que tu vas m’apprendre comme magie ? N’est-ce pas un lapse de temps un peu court, même pour les bases ? Et puis, dans la bibliothèque ? Enfin je ne sais pas. Je crois que je m’emballe. C’est le fait d’apprendre d’une part et venant de toi d’autre part qui m’enthousiasme. Prenant de grandes inspirations pour me calmer et me concentrer, mon visage prend une expression très sérieuse, le même que quand je sculpte, soigne ou lit. Je mets mon esprit dans une prédisposition pour retenir ce que je vais apprendre ce soir. Je suis prête à apprendre, Aramis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mer 22 Mar 2017 - 17:28

Aramis sourit avec une certaine douceur à Aurore lorsque celle-ci lui dit avec sincérité qu'elle la croyait et qu'elle l’attendrait. Que chaque soir de novembre, elle se trouverait à cette bibliothèque et qu'Aramis n'aurait qu'à la retrouver ici dès que possible, ce que ne manquera pas de faire Thredë prestement après la bataille bien entendu. La guerre était, après tout, un contre-temps malheureux quant au début de l'enseignement d'Aurore, mais Aramis ne voulait pas que celui-ci tarde à commencer. Ainsi, très prochainement, la jeune humaine pourrait sublimer le sens qu'elle avait donné à sa vie et s'accomplir au mieux dans la voie bénéfique et altruiste qu'elle avait choisi de suivre.

« Si Aegnor se fait posséder ? Je m'assurerais qu'il soit neutralisé sans être tué et j'userais au mieux de mes pouvoirs pour le libérer. Je ne sais pas si cela suffira, mais je pense qu'il vaut mieux essayer que de ne rien faire. » Répondit sinon Aramis avec sérieux à ce sujet, elle semblait tout à fait envisagé cette situation et se préparer à devoir l'affronter si nécessaire. Quant à la question que voulait poser Aurore et que cette dernière préférait éviter de poser en s'excusant… Aramis n'eut pas vraiment de mal à deviner où elle voulait en venir. « Oui, je l'aime, sincèrement. C'est un mariage d'amour qui nous lie et non politique ou quoi que ce soit de ce genre. Je pense que sinon, il aurait pu trouver un meilleur parti de ce côté-ci que moi. » Oui politiquement, elle n'était pas forcément le meilleur choix, même si elle n'était pas non plus embarrassante. Dans tous les cas Thredë avait répondit à cela avec un certain amusement, comme si elle trouvait la légère innocence dont faisait preuve Aurore à ce sujet agréable.

Quant au reste, elles allaient pouvoir débuter leur première séance de magie et Aramis pensait que ce ne serait clairement pas plus mal. Elle voyait pour sa part mal la douce humaine en face d'elle manier une arme, mais qu'elle use de magie pour se défendre lui semblait déjà plus naturel. Cela voulait d'ailleurs dire que Thredë n'envisageait absolument pas le moins du monde d'offrir un exercice concernant le maniement d'une quelconque arme physique à Aurore. Cela ne semblait pas, après tout, quelque chose qui irait à Aurore. Même dans la simple optique de se défendre ou de protéger les innocents comme pouvait le faire Thredë par exemple…

« Bien, j'apprécie ton enthousiasme à ce sujet. » Ne manqua pas d'ailleurs de souligner Aramis suite à la réponse affirmative d'Aurore, avant de sembler ensuite légèrement pensive quand celle-ci lui expliqua sa mésaventure. « Ce commandant ne mâche pas ses mots visiblement. Je pense que c'est une qualité d'être franc, mais je suis bien consciente que des fois un peu de tact n'est pas un mal. Même si je ne suis pas forcément douée moi aussi pour en avoir, je t'avouerai. » Acheva-t-elle avec un peu d'auto-dérision avant d'ajouter avec un grand sérieux. « Tu as raison dans tous les cas, il est bon de vouloir être capable de défendre les autres ou d'être assez compétente pour ne pas avoir besoin en permanence de leur aide. Je vais donc tâcher de faire en sorte que tu soit capable de parfaitement te défendre en temps normal, ce sans blesser quiconque. » Après tout la magie offrait de nombreuses possibilités par sa simple existence.

« Non, nous n'allons pas faire cela dans la bibliothèque. Il y a disons une académie de magie non loin d'ici qui laisse volontiers entrer les mages désirant s'y exercer dans la cour d'entraînement. » Expliqua-t-elle ensuite calmement avant de son air rassurant. « Je vais t'enseigner la magie elfique, je ne pense pas pouvoir bien tout t'enseigner ce soir en effet, mais j'ai bon espoir de pouvoir déjà te montrer quelques bases que tu pourras approfondir plus tard, notamment alors que tu attendras mon retour. » Elle tapota au passage l'épaule d'Aurore en ajoutant avec amusement.

« Quant à ton emballement, ne t'inquiète pas. Je préfère avoir des élèves enthousiastes que de devoir enseigner à quelqu'un qui s'ennuie et qui n'a pas envie d'être là. Sur ce, suis-moi et n'oublie pas au passage de ranger ce livre. Tu n'auras qu'à venir le consulter plus tard. » Cela, elle le dit d'un air légèrement taquin, puis quand ce fut fait elle invita Aurore à la suivre, ce en concluant néanmoins à son égard. « Au passage, pure curiosité de ma part. Te sentirais-tu liée à un quelconque élément par nature ? Ou plutôt, penses-tu posséder une certaine affinité avec l'un d'entre eux ? » Après tout qui sait ? Aurore serait peut-être une cawr à l'avenir, il était donc intéressant de se demander quel type de cawr elle pourrait être dans ce cas, certes ce ne serait pas tout de suite, mais… Aramis serait très certainement encore là pour le voir si ça devait arriver et surtout elle aurait le plaisir de pouvoir ressentir la fierté typique qu'un maître pouvait ressentir devant un disciple prometteur qui avait fini par aller loin à force d'efforts et de bonne volonté. C'était sans doute cette même fierté et ce même plaisir de voir les autres progresser qui faisait au final que Thredë aimait tant offrir son enseignement en général et qu'elle était toujours prête à offrir des conseils à ceux qui en avaient besoin, même ceux qui l'avaient plus ou moins irritée par le passé. Même si elle avait tendance à être assez exigeante envers ces derniers comme ils avaient certaines choses à prouver par leur comportement anciennement déplacé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mer 29 Mar 2017 - 11:55

C'est comme dans les contes. Je pense que je suis en train de rêver en fait. J'en suis sûre même. Parce que tout ce qui vient de se passer est complétement surréaliste. Je vais à la bibliothèque pour rencontrer l'Impératrice des Elfes, qui se trouve aussi être une baptistrelle. Déjà, le hasard vient de jouer un grand tour de force et mon esprit aurait dû tiquer à tous ces détails. Ensuite, Aramis me propose de rejoindre son ordre, ce qui pourrait être logique, mais aussi de devenir mon professeur et de me transmettre son savoir. C'est à ce moment là que j'aurais dû me pincer et me réveiller. Je ne suis rien, ni personne. Rien qu'une herboriste, une guérisseuse de village et je deviens la sœur spirituelle de l'Impératrice des Elfes sur son invitation. C'est juste n'importe quoi. Quoi que si c'est un rêve, je ne veux pas en sortir, car je vis presque la rencontre avec un conte, puisqu'elle s'est mariée avec son prince charmant, plutôt un empereur, par amour. Tous ces détails séparément, ça peut passer, mais mis but à but, il est clair que ce n'est pas réel.

Pourtant, je sens que ce n'est pas un rêve lucide. Premièrement parce que je me souviens de la raison de ma présence dans la bibliothèque et comment je suis parvenue ici. Ensuite, ces évènements sont ancrés dans ma journée, pas apparus de nulle part. Et surtout le décor est stable. En regardant autour de moi, la bibliothèque n'a pas changé, les étagères n'ont pas bougé, ce qui ne manquerait pas d'arriver dans un rêve. Ou alors j'ai un cerveau suffisamment puissant pour maintenir tout mon rêve dans un état proche du réel. Lorsque vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, si improbable soit-il, est nécessairement la vérité. Donc tout ceci est réel.

Je me sens rougir alors qu'elle me répond, toujours aussi gentiment, comme si ma question était bégnine. Elle partait en guerre, avec tous les risques que ça comprenait, pour être avec son amour, et pouvoir le protéger, le sauver en cas de besoin. Elle ne part pas de façon téméraire comme certains soldats, elle semble avoir connaissance des failles possibles, et de sa mortalité.

Toutefois, elle prend le temps de m'offrir un peu de son enseignement, ce qui me rempli de joie et d'enthousiasme en plus d'un peu d'appréhension. Est-ce que je serais à la hauteur? Suis-je assez puissante pour pouvoir manipuler les flux magiques? Est-ce que je vais garder le contrôler? Toutes ses questions sans réponse m'inquiètent quelque peu mais bientôt, j'aurai les réponses. La peur n'évite pas le danger, et refuser serait soit retarder l'inévitable, soit un abandon dans ma quête du savoir. Alors je la suivrai pour commencer mon apprentissage à ses côtés. A commencer par la magie elfique. Rien de bien surprenant venant d'une elfe, d'un autre côté. L'excitation remplace très vite l'inquiétude. Si les ouvrages sur la magie humaine peuvent se trouver facilement, ceux sur celle du Beau Peuple sont plus rare et plus complexe à comprendre, mais pas introuvable. Avec les bases, je pourrais plus vite progresser et peut-être même surprendre la Chantebrise à son retour. Mes yeux s'illumine de curiosité et de détermination. Cette soirée continue à être... magique.

Direction l'école de magie et le début d'une nouvelle vie. Je m'empresse d'obéir à Aramis. J'avais presque oublié le livre que j'étais venue consulter ce soir et celui que j'avais pris pour entamer la conversation. Sans courir mais rapidement, je les replace dans son étagère mais avant de repartir, je garde la main sur la reliure en cuir de celui qui avait attisé ma curiosité. Jusqu'à présent, je n'était qu'une herboriste, un peu guérisseuse, en train d'être formée pour devenir infirmière. Maintenant, j'allais peut-être devenir Baptistrelle. J'allais pouvoir passer ma vie à apprendre et aider les gens, à travailler pour rendre le monde meilleur. Il y a encore trois ans, je vivais chez mes parents, une vie simple, ordonnée mais merveilleuse. Cette vie est toujours merveilleuse aujourd'hui mais pleine de rebondissement. Est-ce que maman a vécu tout ceci avant de rencontrer papa? Quand est-ce que cela va cesser pour moi? Est-ce que cela va cesser un jour? Qu'en sais-je et qu'importe.

Je reviens prestement vers Aramis. Je suis prête, en route pour l'école de magie. Mais, elle sera ouverte à cette heure avancée? Il est vrai qu'à travers les fenêtres, on apercevait la nuit et les lumières de la ville. Est-ce que je me sens liée à un élément en particulier? Je ne sais pas. J'aime bien l'eau. Elle apporte la vie, chante doucement dans les rivières, rafraichit quand le temps est trop chaud et rassérène quand l'espoir semble perdu. Mais parfois, c'est un élément assez violent dans ses tempêtes. Alors autant j'aime son côté doux et nécessaire à la vie, autant ces moments de rage m'éloigne de cet élément. Mais n'est-ce pas là le comportement de toute chose? Avoir un côté doux, tendre et généreux, et un autre usant de force. Il semblerait que ce soit ainsi que le monde ce soit équilibré, et pourtant, il tend vers l'harmonie tout de même. C'est assez drôle de ce dire que tout cherche à vivre en paix, et pourtant chacun à une part plus ou moins grande de violence.Pourquoi cette question? Tu as un élément auquel tu te sens plus d'affinité? Il est vrai que cette question est assez étrange et que je ne me l'étais pas posée avant pourtant, la réponse m'est venue spontanément. J'aime bien l'eau, sa liberté de couler à travers les obstacles, que rien arrête du moins sur le long terme. Et sa nécessité à la vie. De tous, l'eau est aussi l'élément suivant un motif le plus stable, de la pluie à la mer pour revenir à la pluie, apportant avec elle la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Sam 1 Avr 2017 - 17:32

« Oui, elle est ouverte à toute heure. » Répondit Aramis avec patience à Aurore lorsque celle-ci voulut savoir si l'académie était fermée ou non. Une question légitime dans les faits étant donné qu'il faisait pleinement nuit en cet instant. Néanmoins, ce n'était guère étonnant le fait que l'académie soit encore ouverte, après tout, certains citadins et dont mages membre de cette école avaient une vie que l'on pouvait qualifier nocturne et il était, de ce fait, normal qu'ils puissent continuer à étudier ou à travailler à cette heure tardive...

Aramis elle-même se rappelait avec une certaine nostalgie les nuits blanches qu'elle avait passé auparavant à travailler sa magie ou à étudier seule pour espérer devenir une grande baptistrelle un jour. C'était sans doute le dévouement dont elle avait fait preuve qui avait d'ailleurs permit à Thredë de mettre bien moins de deux siècles à finir son apprentissage en tant qu'enwr, ce alors que deux siècles était la durée d'apprentissage standard pour n'importe quel apprenti baptistrel elfique.

« En effet, l'eau est un élément qui te correspond bien en dehors de son caractère violente. » Répondit sinon Aramis avec sincérité quand Aurore lui confia se sentir proche de l'élément de l'eau, sur ce Thredë ajouta. « Pour ma part, je me sens proche de l'élément du vent, le même élément qui m'a choisi lorsque je suis devenu une cawr baptistrelle. Le vent porteur de bienfait, symbole d'indépendance et de liberté. Mais aussi force de changement et d'adaptation, un élément que les miens associent souvent au genre humain d'ailleurs. » Aramis était une elfe bien entendu, mais cela voulait sans doute dire qu'elle était de quelques caractéristiques associés aux vents que beaucoup se plaisaient à décrire comme l'élément représentatif de l'humanité.

« Il y a 5 éléments qui peuvent choisir un baptistrel si celui-ci est appelé à devenir un maître. Le feu, le vent, l'eau, la terre et les étoiles. Peut-être que si tu deviens un jour cawr, ce sera l'eau qui te choisira ? Qui sait ? Pour ma part, je pense que l'eau et les étoiles t'iraient bien en tout cas. » Sur ce Aramis prit doucement la main gauche d'Aurore dans sa main droite et ajouta calmement. « Sur ce allons-y, car plus tôt nous serons arrivés serons arrivés à l'académie, plus tôt nous pourrons débuter notre entraînement après tout. » Ainsi, elles ne tardèrent guère ensuite à sortir de la bibliothèque pour se diriger juste après vers l'académie. Ce alors qu'elles arpentaient l'avenue lumineuse qui s'était entourée du drap frais et sombre de la nuit.

« J'aimerais savoir Aurore, es-tu à l'aise à l'idée un jour de servir potentiellement de diplomate ou de médiatrice pour les hommes et femmes d'importances de tous les peuples Armandéens ? Penses-tu arriver au mieux à te faire la messagère de la paix et de l'harmonie en faisant preuve de neutralité, mais aussi de diplomatie quand cela sera nécessaire ? Que ce soit avec ceux de toutes conditions ou origines ? » Elle préférait après tout savoir si Aurore était mal à l'aise à cette idée ce qui était probable, car ce n'est pas donné à tout le monde que la capacité de ne pas avoir le trac dans de telles situations. Mais bien entendu, tout cela n'était rien qu'un bon entraînement ne pourrait pas régler et Aramis comptait bien faire en sorte que sa nouvelle élève soit à l'avenir une aussi bonne oratrice que mage. Et qu'elle découvre ainsi pleinement que bien utilisée, la plume était plus forte que l'épée. Thredë avait déjà quelques idées d'entraînement pour aider Aurore en ce sens, mais bien entendu, cela attendrait un autre jour. Elles auraient de toute manière tous leurs temps par la suite et Thredë comptait bien s'investir grandement dans l'enseignement que suivrait sa nouvelle sœur dès que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mar 11 Avr 2017 - 22:09

Ainsi, la magie peut se pratiquer à toute heure à Aldaria. Tout comme l’apprentissage dans les faits puisque la plupart des bibliothèques ne paraissent pas fermer pour la nuit. Cette ville est si différente de sa sœur Glorienne. D’un autre côté, je ne connais pas vraiment Aldaria depuis longtemps, peut-être a-t-elle aussi un sombre visage que j’ai eu la chance de ne pas rencontrer. Ce dont je remercie les Esprits, car il me semble que la chance et le destin m’ont bien aidé ces derniers temps. Ainsi donc ce soir, je vais commencer mon apprentissage avec ma nouvelle sœur et par une belle leçon, celle de la magie elfique. Je la suis donc à travers les rues, impatiente, me retenant presque de lui prendre la main et de me mettre à courir pour commencer plutôt cet entrainement. Des connaissances inédites me tendent les bras ce qui me comble de bonheur.

Je souris à Aramis. Ma nouvelle sœur semble tellement douce, tendre et sûre d’elle. Il émane d’elle une si grande puissance et pourtant une telle sérénité. Je me dis que nous sommes quelque peu semblables, dans nos intentions, dans notre volonté. Toutefois, tout comme nos cheveux de la couleur du blé, nous avons pourtant de bien grandes différences. Nos origines, notre âge, et probablement notre manière d’être. Elle est prête à prendre les armes, pour défendre ce qui lui est cher, ce dont je suis parfaitement incapable, voilà le premier point qui nous sépare. Et si ce gouffre me sépare grandement des soldats que je fréquente habituellement, cette distance me semble si insignifiante quand elle nous sépare, Aramis et moi. Ce n’est sûrement pas notre seule divergence, mais leur nombre me paraît si faible comparé aux nombres de points communs que nous avons.

Le vent. Il est vrai que l’elfe semble tellement libre. Elle accompagne l’armée elfique et pourtant se permet un arrêt à Aldaria, sans donner l’impression qu’elle rend des comptes à quelqu’un. Les gens savent que tu es ici ? Je veux dire ton mari ou quelqu’un ? Cette question me trotter dans la tête mais le fait qu’elle parle de son indépendance et da la liberté du vent, me fait penser que si je faisais cela à Christan, même si il m’a dit que je suis libre de mes allers et venues, il me fera emprisonner. J’aime bien les étoiles. Mais elles paraissent si lointaines, si inaccessibles. Elles sont si belles, qu’elles brillent seules ou toutes ensembles. Pareil à des rêves, elles sont inatteignables et pourtant on ne vit que pour les toucher. Mais c’est l’eau qui m’attire le plus. La pluie qui tombe, distribuant la vie, apportant le calme. Bienfaisante, et pourtant, pouvant faire preuve d’une rage terrible mais jamais cruelle. Enfin c’est comme ça que je vois la violence d’une tempête. C’est plus un surplus, un moyen de revenir à l’équilibre après les bienfaits donnés. Alors je ne m’inquiète pas pendant les orages. Ils sont comme un bon signe. Je souris en repensant aux histoires que mes parents me racontaient sur l’équilibre du monde, sur le motifs que respecte toujours la nature, que seuls les êtres vivants avant la force de bouleverser mais qui finissait toujours par revenir. Cet équilibre entre le bien et le mal, la vie et la mort. Et si nous voulons vivre dans un monde parfait, nous devons faire l’effort de nous venir en aide tout le temps. Ce sera un combat éternel pour imposer notre motif. C’est aussi le seul combat auquel je souhaite participer

Mon impatience à commencer ma première leçon semble être partagée par la Chantebrise ce qui augmente encore mon empressement. Toutefois je réfrène l’envie de me mettre à courir pour arriver plus vite. La choisie par le vent était donc proche des humains ? Je ne suis pas sûre d’avoir compris ce qu’elle entendait en disant que les siens associés le changement à l’espèce humaine. Les elfes sont-ils incapables de changement ? J’en doute fortement, c’est juste qu’ils ne doivent pas le voir. En tout cas nous ne tardons pas à arriver. Heureusement, car je pense que j’aurais exploser à force d’attendre mon premier enseignement.

Je ne sais pas. Je n’ai jamais eu à le faire vraiment. Papa le faisait au village, mais c’est ma maman qui avait toujours le dernier mot à la maison, alors on peut espérer que j’ai ça dans le sang. Et si ma présence et mes actions, par la diplomatie peuvent éviter des conflits ou trouver des solutions, alors je le ferais. Si je ne sais pas le faire alors j’apprendrais. Et ce sera une joie. Quant à devenir messagère de la paix et de l’harmonie en soutenant honnêtement quiconque sans distinction de race, d’origine ou autres, Nous sommes de toute manière tous vivants, enfin plus ou moins. Je me sais encore jeune et idéaliste, mais je veux rendre le monde meilleur et cette voie est la meilleure. Servir les autres est le meilleur moyen de rendre le monde plus beau et plus juste. N’est-ce pas ce que tu fais ? Si c’est le cas, alors je l’apprendrai. Je veux connaitre tout ce que tu sais et plus encore. Je ne me suis jamais vu diplomate mais ce serait une grande expérience, et une action aussi très utile, pour venir en aide à ceux qui n’ont bien souvent que la force des armes pour communiquer. L’éloquence est de plus, la seule arme que je pourrais manier sans peur. Si les paroles peuvent blesser, je sais que les miennes ne le feront jamais. Je suis honnête, mais pas franche comme Christan et Aramis. Mes parents m’ont bien appris que ce n’est pas parce que c’est la vérité, que l’énoncé clairement est une idée juste. Détruire les certitudes des autres n’est jamais bénéfique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mer 12 Avr 2017 - 14:46

Aramis hocha doucement la tête quand Aurore lui demanda si quelqu'un savait qu'elle été là, ce qui était le cas en effet. Elle avait pris la peine de prévenir Aegnor avant de venir ici bien entendu et de toute manière ce n'est pas comme si un tel crochet l'empêcherait de rejoindre rapidement l'armée de son peuple grâce à son destrier des nuées.

« Tu crois ainsi à l'équilibre ? Moi aussi, même si d'une manière peut-être différent de la tienne. Au final, sache que la rhapsodie croit en l'harmonie naturelle du monde, à l'équilibre fondamental en toute chose. Une harmonie que nous cherchons autant à préserver qu'à instaurer pacifiquement pour le bien de tous. C'est mon ordre qui a instigué une alliance entre les peuples Armandéens et a permit à terme la paix. Une paix que nous allons tâcher de préserver au mieux et tu pourras nous y aider. Et si jamais la guerre devait revenir, ce sera à nous de faire en sorte qu'elle fasse le moins de dégâts possibles à Armanda en général et que la paix revienne au plus vite. »
Tel était le credo de l'ordre baptistrel. La paix et l'harmonie. Mais les baptistrels ne faisaient pas que cela, ils étaient aussi les gardiens du savoir d'une certaine manière et les plus grand mages guérisseurs d'Armanda. Ceux qui contribuaient avec le plus d'aisance et le plus activement au bien commun du continent et des peuples le constituant.

« Tes intentions sont louables et tes idéaux sont nobles Aurore, certes tu es encore jeune, mais être idéaliste n'est pas mauvais en soit. Avec le temps, tu apprendras et tu t'amélioreras dans ta quête au nom du bien et de la paix. Et je t'aiderais à devenir meilleure en ce sens, ainsi qu'à trouver pleinement ta voie au sein de la rhapsodie. » Ajouta sinon Aramis avec son habituelle bienveillance maternelle à Aurore lorsque cette dernière lui fit part du fait qu'elle était confiante quant à son devoir futur de baptistrelle. Un devoir qu'elle accomplirait certainement à merveille à l'avenir pensa Aramis. La plume est plus forte que l'épée après tout et la jeune Aurore était promise comme toutes les rhapsodienne à le démontre admirablement bien.

Et dans les faits, Aurore serait peut-être une diplomate plus subtile qu'Aramis à terme. Après tout le fait de ne jamais mentir n'incluait pas forcément qu'on soit aussi franc qu'un coup de masse derrière la tête. Il y avait des moyens après tout de dire la vérité d'une façon moins brusque ou plus acceptable pour ceux dotés d'une certaine susceptibilité… Et Aurore semblait plus capable à terme de faire les choses ainsi qu'Aramis, car cette dernière malgré ses talents d'oratrice incontestables détestait tourner autour du pot dans les faits… Ce qui était une qualité dans certains cas et un défaut dans d'autres.

Et en dehors de cela, elles ne tardèrent guère à entrer dans l’académie dont avait parlée Aramis et qui était visiblement conçue dans un style purement aldarien. Avec des parures de bleus et d'or et des gravures délicates sur les murs représentants des dragons et des mages de toutes sortes qui lançaient des sorts. Thredë sans tarder invita sinon Aurore à la suivre à l’intérieur et mena assez rapidement cette dernière jusqu'à une salle parfaitement circulaire dépourvue de meuble et de décorations, sans doute pour des raisons assez évidentes… C'était une salle d'entraînement et les mages préféraient éviter de devoir se soucier de l'intégrité de meubles pendant qu'ils s'exerçaient entre eux ou avec des apprentis. Aramis laissa donc Aurore regarder quelques instants la dite salle, puis ajouta en s'éloignant de quelques pas de cette dernière.

« Je te propose que nous débutions l'entraînement de ce pas si tu n'as rien contre. » Sur ces bonnes paroles, elle esquissa donc un premier geste clé. Comme Aurore était une mage assez puissante de ce qu'elle pouvait déduire grâce aux ondes, elle décida de commencer avec un sort elfique de puissance correcte. Ce serait sans doute difficile pour un premier essai pour Aurore, mais un excellent début tout de même si elle arrivait à maîtriser un tel sortilège...

Ainsi, Thredë ouvrit grand les mains avant d'écarter les bras tout visualisant l'effet du sort, elle commença ainsi à léviter d'une bonne soixantaine de centimètres au dessus du sol. Aramis parcourut ensuite quelques bons mètres en gardant ce sort actif puis le désactiva. Ceci fait, elle ajouta à l'adresse d'Aurore avec un ton de pédagogue.

« Si tu veux faire de même, il te faudra bien visualiser l'effet du sort et exécuter le geste clé. » Elle refit ensuite ce sort devant elle, avant de poursuivre avec clarté. « Essaye à ton tour de le lancer maintenant, cela risque d'être très difficile au début, mais c'est en essayant plusieurs fois que tu t'amélioreras. Et sache que comme la magie humaine, le plus important dans la pratique de la magie elfique c'est de visualiser l'effet du sort. Ne l'oublie jamais. » Et sur ces quelques instructions, elle laissa donc Aurore s'y essayer dorénavant, ce tout en observant attentivement la performance de cette dernière.



Sort utilisé :

[Autre] Vol gracieux
Permet au lanceur de léviter à quelques centimètres du sol pour éviter un obstacle, tel que le vide, l'eau ou même un piège, plus le niveau du Magicien est élevé plus la distance parcourue et celle le séparant du sol est élevé. Il s'agit d'une lévitation et non d'un sort de vol, l'utilisateur ne pourra pas quitter le sol de plus d'un mètre. 

Geste clé : Ecarter les bras, mains ouvertes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mar 18 Avr 2017 - 22:23

Comme je le pensais, nous avons beaucoup de points communs avec Aramis mais aussi de divergences. Mais ces divergences sont essentielles je trouve. Non seulement pour la diversité des peuples, mais aussi pour bien apprendre. Connaitre l’enseignement d’une personne qui me serait en tout point identique peut être formateur mais ne m’offrira qu’une seule vision du monde, la mienne sans remise en question possible. Alors que là, même si elles ne sont pas extrêmement grandes, ces différences me permettront de m’améliorer en restant très ouverte d’esprit.

Si l’ordre qu’Aramis m’a invité à rejoindre croit en l’harmonie, alors cela veut dire que la vision du monde de mes parents n’est pas tout à fait fausse, sans pour autant être vraie. Qu’une opinion soit acceptée par une variété de personnes différentes ne signifie pas qu’elle est vraie, mais simplement qu’elle n’est pas complètement absurde et donc potentiellement véridique. Que veux-tu dire par d’une manière différente de la mienne ? Cette question reste sans réponse pour le moment, non pas parce qu’Aramis se refuse d’y répondre, mais plutôt parce qu’elle n’a pas dû l’entendre, obnubilée que je suis par la démarche légère de la Chantebrise. Je ne pense pas l’avoir formulée à voix haute mais j’aurais le temps de lui demander. Bien que je ne connaisse que très peu l’ordre dans lequel je viens d’être accueillie, je m’y sens déjà comme chez moi. Et surtout avec Aramis qui fait pleuvoir les compliments en toujours, je sais que ma nouvelle vie sera merveilleuse.

L’académie est extraordinaire. Elle semble sortie tout droit de l’esprit d’un architecte très imaginatif. Toutes ses sculptures fantastiques, ces couleurs sont comme sorties d’un rêve. Je m’étonne de ne l’avoir jamais remarquée. Peut-être parce que toute la ville est construite comme si un songe s’était matérialisé dans la réalité pour faire fleurir des constructions plus folles les unes que les autres. Ce qui faisait de la capitale Aldarienne une merveille de pierre et de magie.

La salle qu’Aramis a choisi est complètement vide. Je m’apprête à poser la question lorsque la réponse me vient à l’esprit. J’espère juste que je ne serai pas une des raisons pour laquelle mettre des meubles dans les salles d’entrainements est inutile. D’abord parce que je ne veux pas développer des pouvoirs agressifs et encore moins blessé Aramis par surprise, puisque je me doute bien qu’elle ne craint absolument pas ma puissance magique, mais on ne sait jamais, un accident est si vite arrivé.

L’entrainement va commencer et mon cœur est partagé entre une excitation infinie et une angoisse toute aussi grande. L’afflux de nouvelles connaissances, la promesse d’apprendre une magie nouvelle font front à la peur de ne pas être à la hauteur. Et si Aramis s’était trompée ? Cela peut arriver à tout le monde et si les baptistrelles ne peuvent pas mentir, rien ne les empêche de faire des erreurs. Non, je ne dois pas avoir ce genre d’idée. Il faut avoir confiance en soi, et alors rien n’est impossible. D’ailleurs impossible n’apparait que dans le dictionnaire des ignorants.

Mais j’ai beau me mettre en confiance, la démonstration de vol d’Aramis m’arrache une immense admiration. La bouche bée devant le vol gracieux de ma nouvelle grande sœur, je ne peux m’empêcher de vouloir faire pareil en sachant pertinemment que je n’y arriverai pas du premier coup. Pourtant cela, une fois expliquer, ce sort a l’air si simple. J’ai presque eu l’impression de ressentir la magie sortir du corps de la Chantebrise.

Je hoche la tête aux conseils d’Aramis. Ainsi soit-il. Je souffle discrètement. C’est ce que nous nous disions avec mes parents quand on travaillait ensemble qet que quelqu’un donnait un ordre ou un conseil. Avant de commencer, je sors l’amulette de phoque, tenant sa perle bleutée entre ses nageoires. Comme d’habitude, le voir me rassure et apaise mes angoisses. Puis je ferme les yeux et me concentre, me mettant en position.

Je me vois d’abord flotter à quelque centimètre du sol, pas grand-chose. Je sens la magie affluée en moi, se consommer à réaliser ce que je vois en esprit, mais rien ne se passe, je sens toujours le sol sous mes pieds et la magie reste prisonnière de mon corps, brulant à essayer de me faire léviter. Mon visage se plisse sous l’effort, mais je sens bien que quelque chose ne va pas. La magie que j’utilise d’habitude pour guérir de petites plaies, ou depuis peu pour diminuer ma fatigue physique ne semble pas vouloir suivre le chemin que je lui demande. Je vais puiser plus profondément dans mes ressources, à la recherche d’une solution, mais rien ne vient. Ma magie humaine ne veut pas sortir pour faire ce que je lui demande. Attends une minute. Ma magie humaine ne peut pas le faire, mais ce n’est ce que je dois utiliser.

Je rouvre les yeux, vacillant légèrement. Je me suis épuisée inutilement à essayer d’utiliser une magie peut-être pas entièrement compatible avec le sort qu’Aramis m’a montré. Je prends appui sur le mur. Je crois avoir un peu trop forcer et un début de migraine pointe le bout de son nez, pourtant je ne pense pas avoir essayé bien longtemps bien que ça me soit paru être une éternité. Quelque chose me bloque et je pense savoir ce que c’est. Quelle est donc l’essence de la magie elfique ? Je n’ai pas réussi à faire sortir la magie de mon corps, ce que j’arrive à faire pourtant d’habitude, mais est-ce possible que cela provient du fait que je sois humaine et que l’origine de ma magie ne soit pas la même que la tienne ? J’ai beau puiser de l’énergie en moi et concentrer les flux, je sens bien qu’il manque quelque chose, un élément qui me permettrait de réalisé le sort.

Je suis à la fois déçu d’avoir échouer mais bien plus encore curieuse de savoir ce qu’il me manque. Si la magie elfique pouvait s’utiliser comme la magie humaine, on ne ferait pas de distinction et Aramis n’aurait pas besoin de me la faire découvrir.

HRP : Suite à un jet de dés, j’ai échoué avec un 67.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Mer 19 Avr 2017 - 18:16

Aurore sembla beaucoup apprécier la démonstration d'Aramis, ce malgré le fait qu'au final ce n'était pas le sort le plus impressionnant de la magie elfique que l'impératrice lui avait montrée, mais ce serait déjà en effet un bon début pour une dame qui commencée l'apprentissage de cette magie. À l'avenir, la jeune humaine pourra après tout devenir une maître mage reconnue et il y avait bien un début à tout. Aujourd'hui, ce serait le sort lévitation et plus tard ce sera le tour des arcanes de sort bien plus puissants que contient la magie elfique et humaine.

Et comme Aramis s'y attendait, le premier essai d'Aurore ne fut pas forcément couronné de succès, mais ce n'était bien entendu que le premier essai. Reprochera-t-on après tout à un apprenti archer de rater la cible à son premier tir avec un arc ? On pourrait bien entendu, mais ce serait absurde et surtout ridicule. C'est avec de l'entraînement de la rigueur qu'on devenait meilleur, certes il existait des prodiges, mais pour Thredë rien ne valait de toute manière le travail appliqué et méthodique dans le but de s'améliorer. Gloria ne s'était pas bâtie en un jour après tout.

« La magie elfique est différente de la magie humaine par le fait qu'elle ne dépend pas uniquement de celui qui en use. » Expliqua Aramis calmement avant d'ajouter ensuite d’un ton pédagogue. « Mais aussi de la nature l’entourant et de la magie qui coule dans tout Armanda en permanence. Quand tu uses de la magie elfique, tu n'es pas tant la source de la magie que celle qui sert de catalyseur à cette énergie. » Elle s'approcha d'Aurore ensuite et l'invita à respirer calmement pour mieux se concentrer, ce avant d'ajouter ensuite avec sérieux. « Lorsque tu uses de la magie de mon peuple, tu dois laisser la magie t'entourant venir en partie en toi et laisser l’occasion à celle-ci de s'exprimer par l'intermédiaire d'un geste clé. Concentre-toi et tâche de laisser ton esprit et ton corps s'ouvrir à la magie qui englobe tout Armanda. Il faut que tu soit en harmonie avec celle-ci, que tu ne fasses qu'un avec elle et ensuite que tu la laisse s'exprimer par l'intermédiaire du sort que tu veux lancer. » Et alors qu'elle disait cela, elle ajouta ensuite avec prudence, ce car elle était soucieuse de la fatigue de son élève.

« Si tu as besoin d'une pause par contre avant d'essayer à nouveau, n'hésite pas à en prendre une. Nous avons tout notre temps après tout. Sache d'ailleurs qu'il est courant d'échouer la première fois lorsque l'on essaye d'user de la magie des miens, car cela reste complexe et difficile d'apprendre à employer une nouvelle magie. Alors ne soit pas déçue de ta première performance, dis-toi plutôt que tu feras mieux par la suite et que c'est une bonne raison de chercher à t'améliorer. C'est comme cela que tu deviendras je pense une grande mage et même mon égale un jour. En tout cas, c'est ce que j'espère. » Conclut donc la chantebrise aussi encourageante qu'elle pouvait l'être avant de laisser ensuite Aurore se reposer un peu ou faire un deuxième essai si elle le désirait. Après tout cette dernière ne devait pas être habituée à un tel exercice et la reine des elfes préférait donc la ménager. Dans le pire des cas, Aramis pourrait toujours la revigorer à l'aide de sa magie baptistral. Mais dans tout les cas elle avait hâte de voir les progrès que ferait rapidement sa nouvelle enwr maintenant, cette dernière lui semblait après tout prometteuse et la chantebrise ne doutait pas le moins du monde qu'Aurore le prouverait rapidement. Et ce d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Ven 21 Avr 2017 - 15:13

Aramis avait perdu de son ton maternel pour le remplacer par une voix plus pédagogue, qui me semble plus distante. Ca ne me dérange pas outre mesure, il est toujours bon de séparer les activités des relations. Papa faisait pareil, lui qui était si gentil à la maison, pouvait se montrer tyrannique lorsque nous partions dans la forêt ou lors du travail du bois dans son atelier. Maman le faisait aussi, devenant plus autoritaire lorsqu'elle m'apprenait l'art des soins. Mais elle avait toujours été celle qui commandait à la maison bien que papa affirmait toujours le contraire aux hommes du village par simple fierté. Aramis semble faire pareil, creusant une légère séparation mais toujours aussi douce et gentil, marquant la différence entre le travail et le loisir.

Son explication est claire et maintenant qu'elle est énoncée, elle me parait évidente. Les quelques brides de magie elfique que j'ai réussi à lire, parlait de ce mélange entre force du porteur et lien avec la nature, mais n'était pas clairement présenté. La puissance des mages elfes vient de leur lien plus fort avec le monde, contrairement aux humains qui se concentre essentiellement sur le mage, en puisant légèrement dans l'énergie magique qui l'entoure mais surtout celle qui le compose. Voilà pourquoi je n'ai pas réussi. Je dois chercher cette source d'énergie quasi illimitée pour influencer l'environnement et non pas créer une force nouvelle. C'est encore un peu confus sur le fonctionnement dans mon esprit, mais n'est-ce pas là toute la beauté de la magie? On ne comprend pas comment mais ça marche. Pour beaucoup, c'est là l'essentiel, mais pour ma curiosité, ces phénomènes devrait être étudiés en profondeur, de même que les liens unissant les peuples à leur magie alors qu'ils sont tout à fait capable de manier n'importe quelle magie.

Je roule des yeux lorsqu'Aramis me propose de faire une pause. Echouer, je peux le comprendre. Si on pouvait tout réussir du premier coup, il n'y aurait plus de raison d'apprendre, et on perdrait beaucoup de plaisir et de fierté dans nos exploits. Mais il est hors de question de faire une pause maintenant, je viens juste de commencer. Certes j'ai un peu la tête qui tourne, mais c'est dû à une trop forte concentration, et je n'étais pas prête. Maintenant ça ira mieux, j'ai compris comment faire et vu le bout de mes limites. Une pause!? On vient à peine de commencer. Non, pas question, je vais bien. Juste surprise par l'intensité que j'ai mise dans l'exercice. Même si on a le temps, je souhaite recommencer pas plus tard que tout de suite. Je lui souris, déterminée. Et je te préviens aussi, que je suis plutôt têtue. Puis je rougis à son compliment. Ce serait merveilleux d'être un grand mage, un jour, et transmettre aux autres un jour. Toutefois je doute pouvoir dépasser Aramis. Elle a bien plus d'expérience que moi et vivra plus longtemps. Peut-être que je serais aussi puissante qu'elle aujourd'hui, mais bien plus tard. Mais ce peut être un objectif à atteindre, la surpassait serait un exploit dont je me contenterai. Reprenons.

Je me redresse et vais me placer au centre de la pièce. Il est temps de voir si j'ai saisi correctement le principe de la magie elfique, et si je peux l'appliquer correctement. Les vertiges ont disparu, ils n'était que passagers. Je me tiens droite avant de me détendre et de fermer de nouveau les yeux. Pourquoi ferme-t-on les yeux pour se concentrer? Plus tard les questions. La magie d'abord. Je vais rechercher comme tout à l'heure l'énergie magique qui réside en moi, avant d'étendre mes sens sur ce qui m'entoure, je distingue d'abord vaguement toute cette énergie, cette présence, cette force si grande qu'on ne peut la concevoir et qu'on préfère ignorer tellement elle englobe le monde. Maintenant je comprends, enfin je crois. Comment l'attirer jusqu'à moi? Comment l'utiliser? Cela parait tellement naturel en fait. La manipuler me semble si simple. Rien ne vient perturber ma concentration.

Je visualise ce que je veux faire maintenant. Je veux utiliser cette force magique extérieur et celle qui est en moi pour m'élever dans les airs lentement, sans heurt. Je sens toutes ses énergies circuler et contrairement à tout à l'heure, elles ne restent pas bloquer et ne semblent pas se disperser inutilement. Je ne perd pas non plus la notion du temps. C'est assez extraordinaire, j'ai sent le temps se ralentir dans mon esprit mais je sais clairement qu'il ne sait passer que quelques secondes depuis que j'ai formé les yeux. D'ailleurs, cette question m'interpelle vraiment. Pourquoi ferme-t-on les yeux pour se concentrer? Peut-on vraiment s'isoler du monde juste en fermant les yeux? Je rouvre les yeux lentement. Je sais comment m'élever dans les airs, pas besoin de rester aveugle plus longtemps. Je veux me voir voler. Je ressens un calme immense en moi, issu de ma concentration.

Lorsque mes yeux se rouvrent, Aramis n'est plus en face de moi, de même que la porte a disparu. Ce n'est pas normal. Je lève un sourcil interloqué avant de baisser mon regard. Je suis en train de flotter à cinquante centimètres du sol en tournant sur moi-même et là je tourne le dos à la Chantebrise. La surprise me fait hoqueter et perdre ma concentration. Cette perte de concentration me fait tomber à la reverse et cesser de flotter en même temps. Peut-on tomber quand on est déjà en l'air? Je ne sais pas, mais en tout cas, je pousse un petit cri ridicule et aigu en chutant et l'atterrissage sous le coup de la surprise est douloureux. Je retombe sur le coccyx avant de l'étaler lamentablement sur le dos. Position allongée dans laquelle je reste. Comme la chute n'est pas trop haute, je m'en sortirai avec un petit hématome mais rien de bien méchant. Une fatigue assez importante envahit mon corps, accompagnée d'une euphorie incroyable. J'ai volé. Pour quelques instants peut-être, mais j'ai réussi. J'ai vu ce que la magie pouvait faire, et c'est bien plus que je ne pensais. Je n'essaye pas de me redresser, je sais que vu mon état ce sera un ridicule. Je lâche un rire joyeux. C'était incroyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Sam 22 Avr 2017 - 18:08

Aramis acquiesça doucement en arborant un air satisfait et surtout une once de fierté lorsqu'Aurore lui dit avec détermination qu'elle ne comptait pas faire de pause, mais poursuivre l'entraînement dès maintenant. Thredë pour sa part pensait que c'était le bon état d'esprit dont faisait preuve son élève en cet instant et que cela ne pourrait que lui réussir. Elle attendait donc de voir les résultats que ça donnerait.

« Oh ne t'inquiète, je pense qu'être têtue peut être une qualité. » Ne manqua pas d'ailleurs de souligner Aramis taquine et sincère quand son enwr lui dit qu'elle pouvait être têtu. L'impératrice était après tout le genre d'elfe à penser que la volonté faisait tout en ce monde et que rien n'est impossible à celui doté d'une volonté de fer et qui ne renonce jamais. Elle était donc heureuse d'apprendre qu'Aurore était le genre de femme déterminée qui ne lâche rien tant qu'elle a une idée en tête, car c'est exactement cela qui démontrait que l'on était quelqu'un de déterminé selon elle.

Aramis en tout cas ne manqua pas de se placer derrière son élève lorsque celle-ci se plaça au centre de la pièce et ferma les yeux, pourquoi cela ? Tout simplement pour éviter disons que sa présence n'inquiète inconsciemment Aurore, disons juste que certaines personnes avaient tendance à moins bien faire lorsqu'elles se sentaient observées par exemple. Elle doutait que ce soit le cas d'Aurore, mais par pure prudence, elle fit ainsi. D'ailleurs, elle ne manqua pas de sourire avec contentement quand elle vit que cette dernière commença à s'élever. Un sourire qui néanmoins se transforma en grimace compatissante quand elle fit Aurore s'étaler au sol… Mmmmh, peut-être qu'Aramis aurait du commencer par un autre sort ? Peut-être en effet, mais maintenant, il était de toute manière trop tard pour revenir en arrière et heureusement il y avait sans doute eu plus de peur que de mal de toute manière pour la jeune enwr.

« Et ce n'est qu'un début, la magie elfique offre de nombreuses possibilités, selon moi autant que la magie humaine et quand tu deviendras une meilleure mage, tes horizons dans ces deux domaines ne feront que s'agrandir. » Ne manqua pas tout de même d'ajouter Aramis avec bienveillance lorsqu'Aurore dit que cela avait été merveilleux après avoir poussé un rire joyeux.

D'ailleurs, Aramis ne manqua pas de s'approcher de son élève pour aider cette dernière à se relever, après tout même si elle supposait que le sol était confortable, il serait sans doute dur de poursuivre efficacement la leçon si sa jeune amie restait dans cette position. Aramis espérait en tout cas qu'elle ne s'était pas fait trop mal et écarta l'idée de continuer à peaufiner ce sol. Elles n'auraient qu'à le faire plus tard avec un sol un peu plus mou disons, en attendant, elle opta donc pour autre chose et quelque chose de théoriquement moins risqué… 50 centimètres par contre, c'était déjà excellent pour un début en lévitation.

« Le prochain sort que je vais te montrer se nomme hypnos de lumière. Il te permet d'attirer l'attention des personnes présentes autour de toi et te permet ainsi de les distraire plus ou moins grandement et de les pousser par exemple à stopper un combat, du moins pour un temps en les hypnotisant. Cela dépend bien entendu de ta force d'esprit. » Et sur ces belles paroles, elle esquissa donc le geste clé correspondant au sort et libéra les lueurs lumineuses caractéristiques de l'hypnos. Supposant que cela devait avoir beaucoup d'effets sur Aurore étant donnée la force d'esprit d'Aramis, cette dernière ne tarda guère néanmoins à dissiper le sort ensuite, ce avant d'ajouter calmement. « Ce sort te permettra de te défendre, que ce soit en te donnant le temps de prendre la fuite ou de neutraliser tes adversaires sans les blesser. Pour cela, il te faudra par contre une grande force d'esprit, mais je ne doute pas qu'à terme tu en développeras une. N'hésite donc pas à essayer de lancer ce sort, que ce soit maintenant pour l'apprendre ou en situation de péril. Car c'est un sort sans danger pour toi ou ton entourage. » Et sur ce, elle invita donc Aurore à essayer à son tour l'hypnos de lumière. Normalement, celle-ci devrait d'ailleurs arriver à ne pas se blesser en essayant de lancer ce sortilège.





Sort utilisé :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Jeu 27 Avr 2017 - 14:16

Ce fut une sensation purement grisante. Voler, peut-être pas bien haut mais suffisamment longtemps pour que ce ne soit pas comparable avec un saut. Bon, l’atterrissage reste à travailler mais c’est déjà un bon début. La magie elfique offre des possibilités nouvelles. Bien que voler soit extraordinaire, je dois toutefois avouer que ce n’est pas vraiment ce qui m’intéresse. Bien sûr, je pourrais me rabattre sur ce qu’Aramis a promis de m’apprendre, à savoir des sorts défensifs, mais ce n’est pas ce qui me plaît, ce pourquoi j’apprends avec le plus de force. Je me doute bien que ce n’est pas pour tout de suite, que je n’ai probablement pas encore le talent pour y arriver, mais je souhaiterai vraiment apprendre ne serait-ce que les bases pour continuer à m’entraîner en attendant le retour de ma sœur. Cependant, je ne dirai rien. Je ne suis pas la première élève d’Aramis, et elle sait ce qu’elle fait.

Si elle dit vrai, savoir utiliser les deux magies empêcheraient un humain de maîtriser l’une d’elle en une vie. La magie humaine offre déjà tant de possibilités, en y ajoutant celle de la magie elfique et pour peu qu’on décide de composer avec les deux, les capacités seraient quasi illimités. Je me fais cette réflexe alors que la Chantebrise m’aide à me relever. Je ne sais pas ce qui me donne le plus le vertige, les horizons ouverts par la magie, ou la fatigue. Je ne m’en suis pas rendu compte sur le coup, mais maintenant j’ai encore l’impression de planer alors que ma tête est comme dans un casque de coussin duveteux. C’est à la fois agréable est déstabilisant. Je m’agrippe au bras de l’elfe quand celle-ci me lâche car je me sens vaciller et peu stable sur mes jambes. Ces dernières tremblent quelques instants avant de redevenir stable. Avant de continuer je ne serai pas contre une petite pause cette fois. C’est plutôt épuisant comme magie, non ?

Après un petit moment de repos, je signale à Aramis que je suis prête à reprendre. Elle m’explique alors le nouveau sort, permettant d’hypnotiser temporairement les gens. Je n’aime pas trop cette idée, mais ce n’est pas encore de la manipulation, plutôt une distraction pour permettre de retarder l’inévitable ou gagner du temps si je me retrouve encore dans de beaux draps. Des boules de lumière apparaissent autour d’Aramis et … je ne me souviens pas exactement de ce qui s’est passé quand elles disparaissent. Une impression de ne pouvoir détacher mon regard de ces lueurs, et une petite brûlure dans les yeux, comme si je n’avais pas cligner depuis trop longtemps. C’est comme si j’avais été éblouie aussi, des étoiles dansent en diminuant, me permettant de revoir Aramis. Non, ce n’était pas des étoiles en réalité, ni un effet de mes yeux, c’était les sphères qui se dissipaient. Quel surprenant pouvoir !

Si c’est sans danger alors tout va bien. Un texte me revient en mémoire, qui parlait de problèmes d’entropie magique, phénomène qui apparaît lorsqu’on exécute un sort et que celui-ci échoue. Les conséquences étaient imprévisibles et bien souvent catastrophiques. Je ne comprends pas bien son origine et ne suis pas sûre de sa véracité car seul un ouvrage en parler. Après, je n’ai pas tant lu de livre sur la magie. N’existe-t-il pas un phénomène d’entropie ? Par exemple, les boules qui se mettent à exploser par euh… magie. On verra bien. Sans attendre la réponse, je m’éloigne un peu d’Aramis, et sans fermer les yeux cette fois, je vais puiser les énergies magiques. Cette fois-ci, c’est plus simple, j’ai déjà fait le chemin une fois, je le connais. Je lève le poing comme Aramis l’a fait, toujours en la fixant intensément, à cause de la concentration. Ce n’est pas parce que c’est plus facile que ça ne me demande pas beaucoup de force.

J’ouvre ma main en direction de l’elfe, et c’est avec joie que je vois apparaître cinq globes, semblables à de petits soleils, voleter doucement vers Aramis et entamer comme un ronde très maladroite et vacillante. Je souris devant ma réussite, fière d’avoir pu imiter mon enseignante. Mais en quitter les orbes et en posant mon regard sur Aramis, une petite déception vient entacher cette joie. L’elfe ne semble pas affecter le moins du monde par le sort. Ce n’est pas que je lui veuille du mal, ou en faire un cobaye de mes expériences, mais la réussite aurait été complète si l’hypnose avait pu affecter Aramis. L’élève aurait atteint le maître. Mais je balaye ce ressentiment, je ne fais que débuter, la Chantebrise est plus expérimentée et puis, ça ne se fait pas tout simplement. On ne doit pas vouloir utiliser la magie pour se prouver quelque chose. Je regrette cette pensée et dissipe le sort.

Je souris à Aramis et ouvre la bouche pour parler mais la referme immédiatement, titubant terriblement. L’effort de ce sort, accumulé à ceux des précédentes tentatives, ajoutant mon peu d’entraînement auront eu raison de mon endurance manifestement. Je me dirige tant bien que mal vers le mur le plus proche pour prendre appuis dessus. Le dos collé contre la pierre, je glisse doucement jusqu’au sol. Je ne suis pas essoufflée, juste terriblement fatiguée.

Je suis pour faire une pause un peu plus longue pour le coup. Je me suis sur-estimée un peu trop, portée par l’enthousiasme. Si je m’attendais à passer une soirée comme celle-là, j’aurais mangé quelque chose de plus consistant. Pour une soirée lecture à la bibliothèque, c’est très sportif. Mais c’est extraordinaire comme moment. Merci beaucoup pour m’avoir partagé cela.Je souris d’un air fatigué à Aramis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Sam 29 Avr 2017 - 18:43

« La première fois, c'est assez fatiguant en effet, mais crois moi avec le temps et la pratique user de cette magie ne sera plus aussi fatiguant que cela pour toi. » Répondit Aramis avec bienveillance et patience lorsqu'Aurore lui dit qu'elle ne serait pas contre une petite pause et qu'elle trouvait cela assez exigeant en énergie de pratiquer la magie elfique. Aramis pour sa part ne doutait pas le moins du monde qu'à terme Aurore saurait maîtriser à merveille la magie du beau peuple, mais aussi que dans un avenir plus ou moins lointain, même si elle ne serait pas une maître mage dans le domaine elfique, elle resterait certainement une mage très honorable pour user de cette magie, ce qui lui offrirait déjà beaucoup de possibilités quant aux sorts bénéfiques dont elle pourrait user à loisir si elle le désirait.

« Il peut y avoir un phénomène d'entropie en effet si tu exécutes mal le geste clé de ce sort, mais comme celui-ci n'est pas dangereux à la base, tu risques surtout de voir l'effet se retourner contre toi dans le pire des cas ou les petites boules de lumières invoquées t'aveugler pendant quelques instants. » Expliqua sinon la chantebrise avec calme quand Aurore lui demanda quels étaient les problèmes d'entropie pouvant résultés de l'emploi de ce sortilège, heureusement d'ailleurs l'entropie liait à aux sorts qui n'étaient pas spécialement dangereux à la base avait rarement de graves conséquences…

Et en dehors de cela, Aurore sut lancer ce sort à merveille dans les faits, les lueurs liées à l'hypnos de lumière ne tardèrent guère à apparaître et Thredë regarda le tout avec une certaine satisfaction, avec le temps et surtout un gain de force de caractère, elle ne doutait pas qu'Aurore saurait user efficacement de ce sorts face à de nombreux adversaires. Et c'est avec une certaine approbation qu'elle sourit à son amie lorsque celle-ci finit par dissiper la sort, puis la chantebrise tâcha assez vite d'offrir son soutien à son élève lorsque celle-ci se mit tout à coup à tituber et à s'accrocher au mur. Elle se disait après tout que son amie aurait sans doute besoin d'un peu d'aide, mais surtout qu'il était évident qu'elles devraient mettre fin à l'entraînement.

« Et merci à toi d'avoir écoutée avec enthousiasme et attention mes enseignements Aurore. » Répondit d'ailleurs Aramis avec douceur lorsqu'Aurore la remercia de lui avoir offert cet entraînement, sur ce Thredë aida son élève à se relever et conclut avec complicité.

« Où comptais-tu dormir cette nuit ? Laisse-moi t'aider à t'y rendre, après tout, tu es assez fatiguée et il ne vaut mieux pas trop tirer sur tes forces, je crois sinon ne pas exagérer en disant que tu mérites bien de te reposer ma sœur. » Après tout, il était normal selon Thredë de se rendre service entre sœurs rhapsodienne et elle comptait bien dès maintenant faire part de cet esprit de sororité qui l'animait avec Aurore, que celle-ci puisse ainsi déjà se faire une bonne idée de ce qui l'attendrait au sein de l'ordre et de leur nouvelle relation maître-élève. Une relation qui allait sans doute être source d'une amitié forte et durable entre les deux femmes, cela Aramis n'en doutait point.




[Hrp : Je te propose qu'on conclu le rp ici ou à ton prochain post si tu n'as rien contre o/ . Merci à toi d'ailleurs, c'était super 8D .]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurore Lapsida
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Enwr

MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore) Ven 5 Mai 2017 - 14:52

Aramis essaye de me rassurer sur les efforts que demande la magie. La magie est comme tout, elle nécessite de l’entrainement pour être plus facile et moins fatigante. Pendant son absence, je compte bien m’entrainer et épluchait des livres de magie pour en apprendre encore plus. Grâce à ça, Aramis sera fière de moi mais surtout, je pourrais soigner plus facilement par magie et surtout, je pourrais me protéger seule ainsi que d’autres personnes peut-être. Et puis, ce sera amusant d’apprendre à faire des choses semblables à ces orbes de lumières. Par contre le phénomène d’entropie m’inquiète un peu mais je me montrerai prudente.

Ce fut géniale. Je continuerai à m’entrainer pour avoir plus d’endurance. Encore merci pour ton temps et ton enseignement. Tu vas devoir aussi te reposer, pour être en forme pour le reste de ton voyage vers… A l’idée de la destination et du but du voyage de l’elfe, une profonde tristesse et de la crainte emplissent mon cœur, mais je les balaye rapidement. La peur n’empêche pas le danger et la Chantebrise saura se défendre. Si je lui montre que je suis inquiète, elle risque d’être déstabilisée. J’en doute, mais on ne sait jamais alors je lui souris chaleureusement mettant plutôt en avant le bonheur de la soirée qu’on a passé ensemble.

Je vais rentrer à la caserne. Les gardes ont l’habitude de me voir sortir la nuit. Au début ils se moquaient, croyant sûrement que j’allais à me livrer aux mêmes activités qu’eux, mais ils ont vite arrêté. Maintenant, il me souhaite juste une bonne lecture avec un sourire paternelle pour les plus âgés. Ils me font rire, avec toutes leurs petites attentions. J’aimerai voir leur réaction à ta vue. Je ne pense pas qu’ils te reconnaitront, mais tu es tellement belle qu’ils risquent de rester bouche bée pendant plusieurs jours. A cette idée, j’éclate de rire, d’un rire qui lézarde les murs.

Je me relève et suis la Chantebrise dehors et dans les rues d’Aldaria, là où la paix et la tranquillité règnent. Il est trop tard pour les flâneurs, et trop tôt pour les fêtards alors nous nous déplaçons seules dans les grandes avenues désertes, parlant de tout, et de rien. Je me retiens de l’interroger sur son passé, sa vie. Mais je n’y manquerai pas à son retour. Je m’intéresse plutôt au mode de vie des elfes, pour voir s’il est bien différent. En discutant, nous arrivons rapidement à la caserne. Comme je m’y attendais, les garde me reconnaissent et me sourient gentiment avant de remarquer Aramis. Leur réaction ne se fait pas attendre et leur air béat me fait sourire. Je me retiens cependant de rire pour ne pas les gêner.

Encore merci pour cette soirée. Ce fut génail. Puis je me jette dans ses bras, dans une dernière étreinte avant de lui souffler. Sois prudente et revient vite, toi et ton mari ainsi que tous ceux qui vous accompagne. Mes prières sont avec toi. Je me détache d’elle et la regarde partir dans les ruelles. Je remercie la nuit et l’obscurité qui me permettent de cacher mes larmes. C’est une séparation dont je me serai bien passée. Même si je sais qu’on se reverra, je ne peux m’empêcher d’avoir peur pour elle et de la perdre. Je sens qu’on est destinée à devenir des amis et même plus. L’attente sera longue. Je me retourne et passe en coup de vent entre les gardes, jusqu’à ma paillasse sur laquelle je m’écroule de fatigue et toujours en larme. Je pleure à chaude larme avant de m’endormir d’épuisement et de chagrin. La nuit sera sans rêve et le réveil difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Deux soleils (Pv Aurore)

Revenir en haut Aller en bas

Deux soleils (Pv Aurore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» DEUX SOLEILS COUCHANTS-KARL EDWARD WAGNER
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-