Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Entretien avec un vampire (PV Keziah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Nolan Kohan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
9/10  (9/10)
Xp disponibles: 0

Prince héritier du trône d'Aldaria

MessageSujet: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Mar 6 Déc 2016 - 22:19

Début Novembre de l’an 7 de l’ère d’obsidienne

Le soleil se levait lentement à l’horizon et les lueurs dorées de l’aube caressaient l’herbe des plaines du Royaume Vampirique. Nolan jeta un regard embué de sommeil à travers la fenêtre du carrosse impérial dans lequel il se trouvait. Une escorte de soldats chevauchant de fringants destriers, l’accompagnait afin d’assurer sa protection au cours de ce voyage diplomatique qui s’annonçait pour le moins…singulier.
En effet, après des mois de guerre civile, un nouveau prince noir s’était hissé sur le trône du royaume ténébreux. Ce dernier se nommait Konrad Von Drake. Hélas pour lui, celui-ci n’avait pas fait long feu et peu de temps après un autre souverain vampirique s’était emparé du pouvoir.

Le vampire en question se nommait Keziah Soen et les plus sombres rumeurs circulaient à son sujet. Certains le disaient sanguinaire et avide de pouvoir, rivalisant en cruauté avec le terrifiant Lorenz Wintel…
Ce nouveau prince noir n’avait pas hésité à assassiner tous les membres de son conseil dans le but d'éliminer tous ses opposants et régner sans partage, ce qui n’augurait rien de bon pour l’avenir.
Plusieurs membres du conseil Aldarien pensaient qu’étant donné la situation, mieux valait renforcer la garde armée aux frontières avec le Royaume Vampirique. En revanche, d’autres estimaient qu’il fallait se méfier des Gloriens et continuer à surveiller en priorité la frontière avec leur pays.

En raison de son jeune âge et de son inexpérience, le petit prince avait des difficultés à saisir toutes les subtilités de la politique. Néanmoins, une chose était certaine, mieux valait se renseigner sur ce Keziah Soen et en apprendre davantage sur ses futurs desseins. Dès lors, un voyage diplomatique s’imposait afin de le rencontrer et discourir avec lui au sujet de l’orientation de sa politique, notamment sur ses relations avec Aldaria.

Quand l’adolescent proposa au Conseil Aldarien de se rendre en terre vampirique pour rencontrer le prince noir, il eut à faire face à une véritable levée de boucliers. La plupart de ses conseillers lui déconseillaient fortement un tel périple pouvait se relever très risqué. Si ce vampire était assez fou pour supprimer ses conseillers, le prince saphir ne risquait-il pas de se retrouver à croupir au fond de ses geôles ?

Le jeune Kohan haussa les épaules, bien déterminé à se rendre sur place et à rencontrer le prince des vampires avant de se faire la moindre opinion préconçue à son sujet. L’adolescent rédigea de son écriture fine et soignée une missive et la fit parvenir à Keziah Soen pour l’informer de son prochain voyage diplomatique. Etant donné la distance importante qui séparait leurs deux pays, Nolan n’arriverait pas avant le début du mois de Novembre.

Dans le lointain, l’adolescent discerna la forme massive et sombre de la tour noire, surplombant les plaines sauvages, tel un phare au milieu d’un océan déchaîné.
Le monument dégageait une impression de force et de beauté austère et le petit prince la contempla avec un plaisir fasciné.

La caravane et l’escorte de soldats qui accompagnaient le jeune garçon s’arrêtèrent au pied de la tour, le temps qu’on vérifie leur autorisation de passage. Puis, ils pénétrèrent à l’intérieur de Dureroc, la fameuse cité vampirique.
La troupe s’achemina le long d’un chemin, illuminé par des plantes murales fluorescentes ; celles-ci luisaient de lueurs bleutées, verdâtres ou rougeâtres et le jeune garçon ne put s’empêcher de les fixer avec des yeux émerveillés.
Pendant qu'il circulait dans les galeries, une forte odeur saline et marine chatouillaient ses narines, indiquant que l’océan se trouvait à proximité.

Après avoir traversé un pont de bois, ils poursuivirent leur avancée à l’intérieur de la ville, stupéfiant mélange de la rigueur d’une forteresse et d’une architecture gothique. Certes, cela n’égalait pas en splendeur la cité d’Estelin, la féerique capitale des Elfes, néanmoins, l’héritier d’Aldaria devait bien reconnaître que Dureroc possédait un charme particulier et une atmosphère pour le moins ténébreuse et mélancolique.

Au centre de la capitale, se dressait la tour blanche, le cœur du pouvoir vampirique, et la superbe demeure de l’élite vampirique. A son sommet, se trouvait un mystérieux globe de magie illuminant les cavernes de sa lumière diaphane et artificielle.
Décidément, Dureroc regorgeait de nombreux secrets, pensa Nolan en s’aventurant à l’intérieur de la tour blanche, en compagnie de plusieurs de ses conseillers et de son escorte de gardes du corps.

Une fois à l’intérieur, un vampire les guida jusqu’à la salle du trône où Keziah devait les recevoir en audience. Leur guide vampirique ouvrit une lourde porte à double battants et les invita à entrer dans une immense salle à l’architecture gothique, au plafond soutenu par d'épaisses colonnes de pierres. A travers les vitraux chatoyants des fenêtres, filtrait une légère lumière argentée qui donnait à la pièce une atmosphère tamisée. Des statues marmoréennes, représentant des vampires dans des postures guerrières garnissaient le lieu et lui conférait une touche militaire.

Au fond de la salle, se trouvait un trône sur lequel siégeait un individu au teint diaphane et à la chevelure aussi écarlate que la lave incandescente d’un volcan.
Le petit prince sentit la nervosité le gagner, toutefois, il tâcha de ne rien en laisser paraître et s’avança dignement, avec un port de tête altier, en direction du trône.

Ensuite, il s’inclina révérencieusement et dit d’un ton posé :

- Mes honneurs messire Keziah Soen, je suis Nolan Kohan le prince héritier d’Aldaria et j’ai fait un long voyage depuis ce royaume afin de vous rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Jeu 15 Déc 2016 - 6:47

« Une lettre pour vous, mon prince.» fit le messager, arrachant à Keziah un petit haussement de sourcils, alors que sa tête balançait sur le côté en voyant le sceau des Kohan apposé sur le papier. Un sourire traversa ses lèvres, il le congédia après l’avoir remercié et pris la lettre. Le vampire s’assied à son bureau et attrapa le couteau à papier qui n’était pas bien loin, pour défaire le sceau et lire le contenu de ce message. Il n’avait jamais encore fait vraiment de diplomatie. Si ce n’était ces conseillers qui étaient décédés et les nouveaux, quelques individus auxquels il faisait confiance. Mais le prince prenait son temps, il choisissait de manière patiente et judicieuse, refusant de faire la même erreur que le dernier empereur déchu.

Un petit Kohan, prince héritier d’Aldaria, viendrait le visiter, alors ? Un sourire espiègle se traça sur le visage du Soen, cela pourrait-être agréable, voir divertissant. Aldaria ressemblait plus à sa ville natale que Gloria, mais Keziah avait sans hésitation trahi le père de ce petit prince lors de la bataille de l’aube rouge, général de son armée, il n’avait été qu’un pantin inanimé, sous son règne. Keziah envoya une réponse positive à la lettre, acceptant d’accueillir le jeune héritier. Après avoir laissé sécher l’encre et reposé sa plume, il plia le papier et approcha le même messager pour livrer sa lettre.

***

Il regarda la porte de la salle du trône s’ouvrir en silence, Keziah gardait sa prestance qui avait quelque chose de gracieux, presque féminin, sa silhouette longiligne sur ce trône, droit et posé, il se sentait bien seul sans son arme favorite à ses côtés. Mais Kyne n’avait pas l’obligation d’être présente à tout moment. Le vampire était habillé plutôt simplement, mais il se permettait des débordements dans les détails, cela devait rester subtil : Une bague enfilée dans le plus long doigt de sa main gauche, et à l’extrémité des manches blanches assez large, mais serrée aux manches qui se terminait en couleur bleues et pourpres. Des bordures dorées parcouraient le vêtement. Au torse, l’étoffe était bleue, agencée à l’extrémité des manches. Ses cheveux las se laissaient trainer de manière peu disciplinée, il aimait cette tignasse et ne voyait pas de raison de la soigner de manière trop simple, au risque d’y perdre son charme.

Un visage si juvénile, des yeux qui reflétaient l’innocence, ce teint aussi clair que sa peau, ce petit prince était joli et il avait de bonnes manières. Keziah sourit, d’un coin des lèvres, retenant un regard espiègle. « Nolan Kohan, j’ai reçu votre lettre, j’espère que ce premier voyage vers Dureroc ne vous a pas été trop difficile. Grâce à votre message, nous avons pu nous préparer à la visite d’humains. De la nourriture sera donc à disposition de vous, ainsi que de vos hommes. »

Évidemment, des chambres leurs seraient fournies, mais l’heure n’était pas au repos, son arrivée était imminente et la partie ne faisait que commencer. Le prince vampirique se leva de son trône et fit quelques pas avant de faire une révérence. « Keziah Soen, si je dois vraiment mentionner mon nom. » Souvenirs de vielles coutumes qui lui avaient été apprises, avant de mourir. Des automatismes qui se perdaient difficilement, bien qu’un nom fût peu significatif pour un vampire et que les années à être traité comme une bête avaient effacés la bienséance. Il avait retrouvé ses racines, beaucoup plus tard. Un jeune humain, à l’héritage aussi grand que sa candeur, Keziah se souvenait de cette personne qu’il avait été, cet attachement étrange envers quelque chose qu’il ne serait plus jamais.

« Mais d’abord, jeune prince, je crois que je puis me permettre de vous demander la raison de votre visite. Évidemment je suis un nouveau souverain et bâtir de bonnes relations entre les royaumes est nécessaire pour préserver la paix. Mais je ne suis pas sans regret de savoir les rumeurs courant à mon sujet. »
Il leva un sourcil, un sourire restant sur ses lèvres. « Bien exagérées, selon moi. Mais les vôtres sont souvent…méfiants envers les vampires. »

Le souverain devient un brin plus sérieux en se retournant pour retrouver son trône. « Évidemment, je comprends qu’exécuter la totalité de mes conseillers n’est pas un acte qui aurait passé inaperçu. Mais je ne l’ai fait que par nécessité. Auriez-vous exécuté le régicide de votre prédécesseur ? Ou l’auriez-vous gardé à votre conseil ? La deuxième option est absurde et chez les vampires, avoir un adversaire entraîne un combat. »

Si ce n’était que de sa propre sécurité, peut-être aurait-il été moins drastique. Mais maintenant que Kyne était sa princesse, il ne pouvait prendre le risque de la mettre en danger, si son règne venait à tomber, il voulait qu’elle survive.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Kohan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
9/10  (9/10)
Xp disponibles: 0

Prince héritier du trône d'Aldaria

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Lun 19 Déc 2016 - 23:58

Nolan gardait ses prunelles dorées rivées sur le prince vampirique, installé avec prestance sur son trône majestueux et détaillait le moindre de ses traits. Il émanait du fier souverain cette aura ténébreuse, si caractéristique des enfants de la nuit qu’étaient les vampires et qui faisait naitre en lui un mélange diffus de crainte et de fascination.

Keziah était étrangement beau et sa chevelure d’un rouge ardent formait un curieux contraste avec la blancheur neigeuse de sa peau. Le prince des sangs-froids arborait une tenue simple, une chemise blanche avec un plastron bleu, bien que non dénuée d’élégance et de fantaisie, avec un soin tout particulier apporté aux détails.

« Cela doit être un vampire méticuleux et qui ne laisse rien au hasard », pensa le jeune Kohan en contemplant les poignets d’azur et de pourpre qui terminaient les longues manches de sa chemise. Par ailleurs, ce dernier ne devait pas manquer d’une certaine créativité à en juger par ses goûts vestimentaires.

Après que l’adolescent eut exécuté une révérence et prononcer une phrase de salut, le visage marmoréen du roi des ombres parut s’animer et ses lèvres s’étirèrent en un sourire. Le brasier de ses cheveux indisciplinés masquait un peu l’éclat de son regard espiègle, mais il se mouvait avec une grâce presque féminine et sa silhouette longiligne évoquait la souplesse féline. Le charismatique nocturne renvoyait une impression de douceur et de cruauté mêlées, comme s’il était issu de l’improbable union d’une colombe et d’un lion.

Dès après, il prit la parole et s’adressa à l’héritier d’Aldaria afin de lui demander si ce dernier avait fait un bon voyage. Puis, le roi des vampires ajouta que grâce à la missive princière précédant l’arrivée de Nolan, celui-ci avait pu s’organiser et prendre des dispositions pour que de la nourriture soit fournie à ses hôtes humains.
Les paroles de Keziah étaient emplis d’aménité et le petit prince esquissa un sourire et répondit d’une voix calme et posée.

- J’ai fait un très bon voyage, merci de vous inquiéter. Bien que je doive vous avouer que la traversée des plaines sauvages fut parfois…un peu plus « mouvementée », si vous voyez ce à quoi je fais allusion. Néanmoins, la présence de mon escorte de soldats a suffi à assurer ma sécurité durant cette expédition et à me permettre d’arriver jusqu’à Dureroc sans encombre.

Quand le souverain évoqua les repas destinés à ses invités, une lueur espiègle s’alluma dans les yeux dorés du jeune petit prince, mais il poursuivit du même ton posé :

- Je vous remercie votre majesté pour cette délicate attention car mes hommes et moi-même avons grand besoin du repos après un aussi long voyage ainsi que de nous sustenter.


Nolan se demanda quels plats leur seraient servis à Dureroc, d’autant plus que les vampires n’étaient guère réputés pour leur gastronomie, du moins pas celle qui correspondait aux goûts de la plupart des humains.

L’adolescent avait pour habitude de participer à de somptueuses réceptions et de croiser les grands de ce monde, mais ce périple en pays vampirique possédait un goût de mystère sulfureux. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’on avait l’occasion de rencontrer le dirigeant du peuple des ténèbres et de visiter ce sombre royaume ; Nolan sentait la curiosité et l’excitation l’envahir à l’idée de toutes les découvertes qui s’offraient à ses yeux juvéniles.

Après s’être levé de son trône, Keziah exécuta une révérence et ses gestes distingués et son maintien révélaient une éducation soignée. Le vampire semblait rompu aux règles de courtoisie et son rôle de souverain lui allait à ravir comme s’il était né pour siéger sur ce trône.

Le jeune Kohan ressentit un certain soulagement à cette idée, car l’une de ses craintes avant d’entreprendre ce voyage diplomatique était de se retrouver face à un être frustre ou incapable de dominer cet instinct prédateur que possédaient la plupart des nocturnes. Mais le nouveau souverain semblait au contraire étonnamment maître de lui et pourvu d’un grand charisme. Il n’en fallait pas moins si l’on souhaitait régner dans la durée, d’autant plus que le peuple des ténèbres ne tolérait pas les faibles ni les incapables.

- La raison de ma visite diplomatique en vos belles contrées est d’en apprendre davantage sur votre personne ainsi que sur vos desseins politiques. Comme vous le savez, nos royaumes sont voisins et il est d’une importance cruciale en tant que futur souverain d’Aldaria que je m’informe sur ce qui se passe un peu partout sur Armanda afin de pouvoir gouverner sagement et prendre les meilleurs décisions en ce qui concerne le bien de mon royaume et de mes sujets.

Ensuite, le petit prince poursuivit avec un léger sourire :

- Il est vrai que de nombreuses rumeurs courent à votre sujet…tout comme c’était le cas sur feu votre prédécesseur. Toutefois, j’ai pour habitude de ne pas me fier aux on-dit mais de vérifier et de m’assurer des choses par moi-même. C’est l’un des motifs de ce voyage et une autre de mes raisons et qu’une importante guerre civile a régné sur les terres vampiriques dans l’attente d’un successeur au trône et les remous sont parvenus jusqu’à Aldaria. Je m’interroge afin de savoir si désormais une ère de paix et de stabilité est possible à présent que vous êtes sur le trône.

Les paroles suivantes de Keziah firent écho chez Nolan et il demeura silencieux un bref instant avant de poursuivre avec tristesse :

- Je suis encore bien jeune et je ne maîtrise pas les arcanes du pouvoir, mais mon vécu et mon expérience personnelle m’ont prouvé que la présence d’un rival pouvait gravement compromettre l’avenir d’une couronne…


En prononçant ces mots, le petit prince songeait à Fabius Kohan, cet être abject qui avait usurpé le trône qui revenait de droit à son père, l’accusant de trahison et le condamnant à un exil à Aigue-Royal, siège de la Rébellion. Comment pourrait-il jamais gommer le souvenir d’une telle infamie de sa jeune mémoire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Lun 2 Jan 2017 - 7:43

Le prince fronça les sourcils un moment, évidemment il ne pouvait pas contrôler tout ce qui se passait dans les plaines sauvages, mais il ne croyait pas les criminels capables de manquer de respect aux humains au point de s’attaquer à un diplomate, visiblement noble s’il était escorté de sa garde royale et sans qu’ils ne soient forcément informés, de sang royal. Le prince aurait aimé avoir une main plus habile sur ce qui se passait en son royaume, il avait encore quelques problèmes à régler, beaucoup de choses à remettre en ordre. Entre autres, il n’avait pas l’intention de laisser les vampires dans l’état que la guerre civile avait créé.

Oh, jeune, inexpérimenté, c’était les mots justes. Keziah ne parlait pas en matière de stratagème de pouvoir. Un opposant qui le vaincrait en duel pouvait véritablement prendre sa place, tant que ses menaces étaient sérieuses et qu’un combat était demandé. « Délicate. Ce sont vos besoins les plus normaux. Nul besoin de tenter de me flatter, jeune héritier. Ne vous laissez pas influencer par ce qu’on vous a appris de la diplomatie. Je comprends votre difficulté à me faire confiance dans l’immédiat, mais ne craignez rien. Vous êtes en sécurité, je regrette les incidents arrivés sur la route, cela ne devrait pas se produire. »

Il n’avait pas intérêt à voir mourir le petit prince d’Aldaria, à moins qu’il parle de prendre le trône vampirique et cela était une idée douteuse voir improbable. « Aussi n’ai-je pas l’intention de déclarer de guerre. J’ai vu le chaos s’emparer de mon peuple, de cette citée et j’ai refusé de la voir sombrer plus. C’est pour cela que j’ai monté jusqu’au trône. Je désire mettre de l’ordre, reconstruire cette citée, réglementer les morsures et les transformations. Lorsque les esprits sont morts, nous avons eu l’ordre d’être sages, s’ils nous ont créés, je crois que nous pouvons leur accorder cette dernière volonté. » Keziah ne savait réellement d’où venait cette spiritualité, mais il avait le sentiment que les esprits étaient supérieurs à lui et qu’ils avaient la sagesse, le savoir de ce qui était bon pour eux, ce qui était important. L’hypothèse de son éducation humaine, probablement un peu religieuse, était venu à son esprit. De ce qu’il avait appris, dans les derniers centenaires, la religion prenait une place importante dans la vie des gens, elle pouvait devenir une certitude, intériorisée, il n’y avait plus besoin de réfléchir pour savoir ce qui était bien et mal, lorsqu’elle était suffisamment étudiée. Le Soen avait gardé ces quelques parties de son humanité, enfouies et automatiques, bien souvent.

« Il ne s’agit pas d’arcanes du pouvoir, jeune Kohan. Il n’y a pas d’autre moyen pour un vampire de prendre le trône que de défier les prétendants en duel. Et les combats se terminent toujours par la mort. Je ne pouvais donc pas attendre que mon propre conseil se débarrasse de moi dans les règles, en avantage de nombre. Et laisser plonger cette citée dans le désordre à nouveau. Si ce n’était que ma vie que je devais défendre, j’assumerais la position risquée que j’ai prise. Mais je ne suis pas seul sur ce trône. Ma fille, qui était à mes côtés pendant mon ascension porte le titre de princesse. Sa vie est plus importante que n’importe quel jeu de pouvoirs. »


Il marqua un temps de pause et regarda autour de lui avant de souffler un soupir. Ses manières habituellement féminines, sa main se posait près de ses lèvres, comme montrant un moment de réflexion. Puis, gracieux, il fit un mouvement pour inviter Nolan à le suivre. « Marchons, cette tour a bien des endroits plus agréables à voir que de rester immobile ici. Prenez une escorte, si vous le désirez. » Il s’était battu pour son père, il se souvenait des histoires un peu compliquées des Kohan. Ce petit avait déjà un peu trop de vécu pour son âge, il n’aurait pas dû être mêlé à tout cela aussi tôt. Naître au cœur d’une guerre, grandir dans une guerre, Keziah était désolé de voir cela.

« La paix est tout ce que je désire, soyez rassurés. Tant que le marché écarlate fonctionnera encore, je ferai de mon mieux pour faire en sorte que des agressions arrivent le moins souvent possible. »
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Kohan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
9/10  (9/10)
Xp disponibles: 0

Prince héritier du trône d'Aldaria

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Lun 9 Jan 2017 - 1:20

Le froncement de sourcils du vampire n’échappa pas au regard perspicace du jeune Kohan ; à observer l’expression sombre de son visage, le prince des ténébreux ne semblait pas apprécier le fait que certaines zones de son territoire demeuraient en proie au désordre.

En effet, les plaines sauvages étaient un endroit de non-droit où des bandes de brigands se terraient pour attaquer les caravanes marchandes ou les voyageurs assez téméraires pour s’y aventurer. Par ailleurs, la guerre civile qui s’était prolongée durant de longs mois avaient vu apparaître des vampires Renégats. Toutefois, Nolan n’en tenait guère rigueur au souverain vampirique, devinant le souci de ce dernier de garantir l’ordre et la prospérité de son Royaume.

Il faudrait certainement encore un moment à celui-ci pour asseoir son autorité sur ces terres arides, mais cet individu empli de fermeté et charismatique avaient de grandes chances d’y parvenir.

Après tout, la guerre avait duré trop longtemps et il était temps qu’un dirigeant puissant s’installe durablement sur le trône de Dureroc. Ensuite, le monarque à la chevelure incandescente prit la parole et répondit au jeune héritier d’Aldaria que ce dernier n’avait guère besoin de le flatter et qu’il était en sécurité avec lui, malgré les malencontreux incidents rencontrés durant son voyage.

Le jeune prince esquissa un sourire amusé et dit d’un ton calme :

- Je n’en doute pas un seul instant et notre rencontre est un excellent moyen de réaffirmer la paix qui unit nos deux royaumes. J’ai conscience que diriger un pays est une tâche ardue, en particulier après une période d’instabilité, je ne peux donc pas vous blâmer pour les faits qui se sont produits durant la traversée des plaines sauvages.

En effet, l’adolescent doutait que Soen soit l’instigateur des attaques survenues pendant son voyage ; le vampire n’avait aucun intérêt à le voir périr, car la mort du futur empereur d’Aldaria sur ses terres pourrait même mettre en péril le traité de paix signé entre ces deux pays.

Quant aux regrettables incidents rencontrés sur la route, ceux-ci étaient peut-être l’œuvre de bandits assez stupides pour oser s’en prendre à un diplomate royal ou de vampires Renégats tentant de causer du tort ou d’entacher la réputation de leur nouveau Prince Noir.

De plus, le jeune garçon était pratiquement convaincu que Keziah ne laisserait plus de tels actes se reproduire à l’avenir et chercherait à rétablir l’ordre sur l’ensemble de son territoire le plus vite possible.

Le charismatique nocturne commença à expliquer à son jeune invité les ambitieuses réformes qu’il envisageait de mettre en œuvre, notamment reconstruire sa cité et réglementer les morsures ainsi que les transformations.

- Majesté, je pense qu’il s’agit d’une décision très sage et que la guerre civile qui a frappé le peuple vampirique l’a plongé dans un grand chaos, il serait sans doute profitable que renaisse un certain équilibre et de la stabilité pour le bien de chacun.

Nolan songea que seul un homme de poigne pouvait rétablir la paix, car les vampires de par leur nature prédatrice avaient besoin de discipline afin de contrôler leurs instincts ainsi que d’un leader charismatique, capable de les unifier.

Autrefois, c’était le tyrannique Lorenz Wintel qui jouait ce rôle, suivi de Kylian Wallam puis de Konrad Von Drake. Mais, tous avaient disparus ou péris plongeant le pays de la nuit dans un chaos innommable.

- En ce qui me concerne, j’ai également de grandes ambitions pour mon Royaume une fois que je serais monté sur le trône. Je désire ardemment poursuivre les projets de mon père qui voulait que les Aldariens puissent bénéficier des bienfaits de l’instruction et d’un certain bien-être. Le bonheur et la sécurité de mes sujets seront donc mes principales préoccupations une fois que je serai sacré empereur.

La sagesse des paroles de Soen concernant les Esprits firent écho chez Nolan, sans doute car celui-ci avait reçu une éducation religieuse et était également empreint d’une certaine spiritualité.

- Je crois également que nous devons faire preuve de discernement et de sagesse pour être digne du rôle que nous ont laissé les Esprits, celui d'être les seuls maîtres de notre propre destinée et de nous montrer conformes à leurs espérances, c’est notre responsabilité aussi bien en tant que simples individus qu’en tant que dirigeants, répondit l’adolescent en arborant un air solennel. Pour ma part, je veux également me montrer à la hauteur de mon père, c’est un grand roi…

Le prince Saphir sentit naître de légers tremblements dans sa voix et il préféra s’arrêter, reportant son attention sur le souverain des ténèbres. Dès après, celui-ci expliqua à Nolan que pour un vampire, défier son adversaire était le seul moyen d’accéder au pouvoir et qu’il avait également pour but de protéger, sa fille, la princesse.

L’adolescent pensa que la manière de procéder du peuple des ténèbres était très différente des complexités et des intrigues de la politique humaine ; en entendant Soen évoquer son désir de veiller sur la princesse vampirique, le jeune Kohan se sentit légèrement troublé et darda ses prunelles mordorées sur celui-ci.

L’attention et sans doute l’amour qu’il vouait à un autre être le faisait apparaître soudain plus « humain », comme si une profonde sensibilité transparaissait derrière le masque diaphane de son beau visage.

En outre, le vampire possédait des gestes gracieux, presque féminins, et l’une de ses mains se posa près de ses lèvres, comme pour indiquer un moment de réflexion. Puis, ce dernier proposa au jeune Kohan de se promener en sa compagnie à l’intérieur de la Tour, avec d’une escorte s’il le désirait. Le Prince aux cheveux de feu ajouta également que la paix était la seule chose qu’il désirait et que celui-ci ferait en sorte qu’aucune agression ne se reproduise.

Un sourire ravi éclaira le visage juvénile du petit prince et il répondit :

- Majesté, je serai ravi de marcher en votre compagnie. Je vous avoue que je préfère bouger un peu plutôt que demeurer statique. Nous pourrons ainsi poursuivre notre conversation seul à seul.

L’adolescent se tourna ensuite vers plusieurs gardes qui composaient son escorte et dit d’un ton plein d’autorité.

- Attendez-moi ici, je préfère pouvoir m’entretenir avec son altesse en privé.

Dès après, Nolan s’avança vers Keziah, prêt à le suivre dans les lieux où celui-ci désirait le mener. Nulle crainte n’habitait son cœur et il ressentait de la confiance envers le souverain de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Mar 17 Jan 2017 - 7:12

Il sourit, presque doucement lorsque le petit prince parlait avec tant de naïveté de ses projets, ainsi que de ses ambitions, c’était un garçon qui admirait son père, Keziah était désolé de savoir les évènements qui avaient empêché Korentin de régner. Le jeune homme perdait un père, mais il voyait en cet humain un dirigeant juste. Si les humains étaient plus faciles à apprivoiser que les vampires, Keziah voyait de la noblesse en ses paroles, à conditions que les années ne changent pas ce petit prince en tyran et que ses enfants soient aussi raisonnables que lui. Malheureusement, le pouvoir pouvait être toxique, un poison qui salissait les mains, Keziah y avait déjà goûté, mais il n’était pas monté sur ce trône par luxure et envie, il l’avait fait en étant conscient du sang que cela impliquait.

Il sentit le petit plus fragile, se demandant un instant s’il était seul, dans cette incertitude de la vie de son père ? Était-il accompagné, dans ce deuil qui ne pouvait vraiment être commencé ? « Mes servants pourront montrer leur chambre à vos hommes, s’ils ont envie de se reposer. » affirme-t-il en posant un regard insistant sur la servante la plus près. Elle s’empressa de saluer les Aldariens pour les inviter, malgré leur hésitation, à des chambres prêtes pour leur séjour.

« Je suis ravi de la confiance que vous me portez, jeune prince. »
Dit-il en faisant les premiers pas. Il évita de partir en direction de la salle qu’il avait fait condamner, tenant à ce qu’elle reste dans le passé, avec la mort des sept régicides. Keziah n’avait pas forcément envie de rester enfermé dans cette tour, aussi n’hésitait-t-il pas à se diriger vers les portes d’un balcon qu’il affectionnait particulièrement. Au premier étage, la clôture du balcon semblait être présente que par pure esthétique, mais au dehors, on pouvait voir les rosiers que le vampire avait fait planter, et la végétation propre à la citée se mêler à l’odeur de la mer.

« Je n’ai jamais vraiment rencontré votre père. Cependant je désire être honnête avec vous, jeune Kohan. Sous le règne de Wintel, j’étais général. Mais sachez que la personne que j’étais à ce moment n’est plus celle que je suis. Je n’aurais pas eu autant de légitimité si je n’avais fait mes preuves en tant que militaire. Je ne vais pas vous mentir, j’ai trahi votre père lors de la bataille de l’aube rouge. Je me suis battu pour lui puis j’ai suivi les ordres de mon prince lorsqu’on me l’a demandé. Pendant la guerre, je n’ai rien fait d’autre qu’obéir aux ordres. Jusqu’à ce que Kyne m’ouvre les yeux. Je n’ai rien d’humain, je n’aime pas croire en une part d’humanité. Mais si quelqu’un me rappelle que je l’ai déjà été, c’est elle. »


Comment pourrait-il lui faire confiance, s’il lui mentait sous le nez ? Quelque part, Keziah voyait en ce petit garçon le jeune homme curieux qu’il avait été. Il ne se souvenait pas, mais parler d’éducation ramenait le souvenir d’un visage paisible, éteint, le seul dont il se souvenait. Il savait que cela faisait partie de son ancienne vie, mais il ne pouvait mettre le doigt sur ses souvenirs. Ce petit prince lui rappelait le sentiment qu’il avait retrouvé à Elena, la naïveté, la tranquillité.

« Les humains ont besoins d’éducation. Les vampires…ont besoin d’apprendre, de tout autre manière. Parfois, les gens qui prennent la décision de transformer une personne n’assume pas leur responsabilité. C’est cela qui crée les criminels, les problèmes, la discorde. C’est de même pour les humains, un enfant ayant appris à se débrouiller n’auras pas besoin de voler pour se nourrir. Une jeune fille n’aura pas à être payée pour sa jeunesse si elle sait coudre, cuisiner, ou même s’occuper d’un enfant. Beaucoup de familles engagent des gouvernantes. C’est un travail difficile, que d’éduquer tout un royaume, mais c’est un projet noble. Si vous y croyez, gardez détermination. »


Il fronça les sourcils, détournant son regard clair vers les rosiers. « Et surtout, ne cédez pas sous la pression. Vous êtes jeune, prenez le temps de vivre et ne craignez pas de ne pas être à la hauteur. Votre père serait fier de vous, j’en suis certain et vos actions, ainsi que vos paroles sont déjà justes. »

Sa voix se faisait plus basse, discrète, il était calme, loin des airs un peu plus tape à l’œil qu’il se donnait quelques instants plus tôt. Retournant la tête, il sourit, sans montrer ses dents, au petit Kohan. Son regard était calme, il entra de nouveau dans la tour afin de continuer leur marche. Le petit n’avait-il pas dit lui-même qu’il préférait marcher à rester immobile ?
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Kohan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
9/10  (9/10)
Xp disponibles: 0

Prince héritier du trône d'Aldaria

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Mer 25 Jan 2017 - 22:04

Un léger sourire, presque imperceptible, glissa sur les lèvres du vampire qui gardait ses prunelles rivées sur l’adolescent pendant que ce dernier parlait. Nolan, quant à lui, ne pouvait s’empêcher de contempler la chevelure aussi incandescente qu’un volcan qui cascadait sur les épaules du vampire, formant avec son visage opalescent, un contraste aussi grand que celui du sang sur la plus pure des neiges.

Le souverain semblait amusé et le jeune prince se demanda quelles pensées se dissimulaient derrière le masque marmoréen de son visage. Keziah paraissait si secret, si énigmatique mais c’était ce qui le rendait si fascinant aux yeux du jeune héritier d' Aldaria.

Peut-être celui-ci s’étonnait-il de sa fougue ou de sa candeur enfantine ? Quels sentiments pouvaient germer dans l’âme d’un être aussi âgé ? Le jeune Kohan du haut de ses quinze printemps peinait à s’imaginer les ressentis d’un vampire plusieurs fois centenaire. Il savait que nombre d’entre eux finissaient par éprouver une profonde lassitude de l’existence, voire sombraient dans la folie en raison de leur grand âge et du fardeau de l’immortalité. A bien y songer, il s’agissait à la fois d’un trésor inestimable et d’un cadeau empoisonné.

Soen ne paraissait pas encore arrivé à un stade de « vieillesse », mais avait, de tout évidence, dompter les sombres instincts prédateurs qui animaient les jeunes vampires. De même, son ambition et son goût du pouvoir n’étaient nullement dénués d’une certaine sagesse et d’un désir de maintenir l’ordre et la paix. Certes, Keziah n’était que depuis peu de temps à la tête du Royaume des ténèbres et on ne pouvait présager de sa politique future, malgré ses intentions pacifiques. Cependant, le Prince Saphir sentait son cœur prompt à espérer que Soen se montrerait un Roi juste et avisé. Après tout, Armanda avait besoin de dirigeants clairvoyants afin d’affronter les dures épreuves et les défis que l’avenir leur réservait.

Ensuite, le prince noir proposa que ses serviteurs conduisaient les hommes accompagnant Nolan jusqu’aux chambres qui leur étaient réservées. Disant cela, celui-ci jeta un regard insistant à une jeune servante qui s’empressa d’obéir. A cet instant, l’héritier d’Aldaria songea que le ténébreux, en plus d’un puissant charisme, possédait également une grande autorité sur ses sujets.

Soen se leva d’un mouvement gracieux et invita le jeune prince à le suivre, ce que le gamin accepta avec grand plaisir. Jeune et impétueux, ce dernier désirait se dégourdir les jambes et visiter davantage ce lieu étrange. Son hôte le mena jusqu’à un balcon d’où ils pouvaient des splendides rosiers, prisonniers de l’écrin d’émeraude de la végétation. Nolan respira la fraîcheur de l’air où se mélangeaient le délicat parfum des roses et le souffle salé de l’océan.

Pendant que l’adolescent contemplait le paysage d’un air rêveur, le prince de la nuit prit la parole et lui raconta avoir été général sous le règne de Lorenz Wintel. Durant cette sombre période, le nocturne avait trahi le père de l’enfant lors de la bataille de l’Aube Rouge…

En entendant ses paroles, Nolan ne put s’empêcher de frissonner, bien que cette confession ne soit guère étonnante. A l’époque, Lorenz Wintel dirigeait son peuple d’une main de fer et quiconque lui résistait, périssait par le feu ou par le feu.
Keziah crut bon de préciser que désormais il était un individu différent et qu’à l’époque, il ne faisait que suivre les ordres. Mais Kyne lui avait ouvert les yeux et que malgré sa condition inhumaine, ce dernier se plaisait à croire qu’elle représentait la parcelle d’humanité qui lui restait.

Ces mots sincères touchèrent le petit prince qui répondit d’une voix calme et empreinte de gravité.

- Je vous remercie de m’avoir dit cela…votre confession me touche beaucoup, d’autant plus que vous n’aviez aucune obligation de me révéler toutes ces choses vous concernant et certains détails de votre passé…Pourquoi l’avez-vous fait ? J’aimerais beaucoup le savoir.

Puis le prince Saphir leva vers lui ses grands yeux mordorés où luisaient à la fois l’innocence de l’enfance et la sagesse précoce d’un jeune être déjà tourmenté par la vie.
- Cette Kyne, votre princesse, vous devez beaucoup l’aimer n’est-ce pas ? Est-ce que l’Amour possède un tel pouvoir, celui de changer un être et de réveiller en lui certains sentiments et même une humanité qu’on croyait à jamais disparue ?


Lorsque Soen évoqua les grandes ambitions du futur souverain concernant son Royaume et lui conseilla de garder l’espoir, coûte que coûte.

Le prince noir fronça les sourcils et détourna son regard afin d’admirer les rosiers et ajouta que malgré son jeune âge, il ne devait pas céder à la pression et que Korentin serait fier de son fils.

Ayant achevé ses sages paroles, le souverain se tourna à nouveau vers son jeune invité et il esquissa un sourire ne dévoilant pas ses dents, peut-être afin de ne pas effrayer ou dérouter l’adolescent. Nolan lui rendit un sourire en retour avant de murmurer d'une voix si basse qu'elle en était presque imperceptible:

- Mon père me manque énormément, j'aimerais tant qu'il soit à mes côtés. C'est un grand Roi vous savez...J'ai peur de ne jamais pouvoir l'égaler quand mon tour sera venu de régner. Mais je sais aussi que je dois m'endurcir et faire preuve de courage comme il l'aurait voulu.

Dès après, ils reprirent leur marche à travers la tour.

Le jeune Kohan était avide de découvrir les lieux et ses yeux dorés détaillaient attentivement l’endroit avec une curiosité non dissimulée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Ven 3 Fév 2017 - 4:34

Petit garçon, les yeux encore pleins d’espoirs candide et de naïveté autant émerveillée que dangereuse. Et si les intentions du prince n’avaient pas été aussi bienveillantes à son égard, que serait-il devenu, ce petit prince ? L’emmener ainsi seul dans son château, sans garde rapprocher. Ce petit devait apprendre à se faire plus prudent, ou peut-être suivait-il simplement ses instincts ? Keziah se le permettait, à l’occasion, après tout. Il sourit, amusé par ce que voyait ce jeune homme dans les paroles qu’il avait pour Kyne. L’aimer ? Aimait-il Kyne? Comme un père, il lui disait, sans se le demander. Maintenant que le garçon lui posait la question, cela le dérangeait. Ça avait pourtant toujours été indubitable et non questionnable, elle était sa fille, son arme et une partie de lui, de son règne. Sans elle, il ne se serait jamais posé de questions sur Lorenz, ou sur quoi que ce soit qui ne concernait pas son petit monde fermé. Sa fierté vampirique, sa mémoire, son humanité lointaine et manier sa lance avaient été ses seules préoccupations très longtemps.
[color=#471a1a]
« Par honnêteté. » Répondit-il d’un court regard posé sur lui, fuyant vers les roses et les feuilles. « Qu’est-ce la valeur de crédibilité d’une visite de diplomatie si la personne à laquelle vous vous adressez est un ancien traître et vous ment au nez. » Il fronça les sourcils, peut-être aussi évasé d’esprit que le jeune Kohan.

« Je ne suis pas votre ennemi et si vous me l’accorder, je ne souhaite pas que vous me voyiez comme le traître que j’ai été. C’est pour cela que je vous partage ce que les dernières années m’ont fait faire. C’est à vous de juger ce que vous désirez accepter. » Keziah n’avait jamais été rancunier, mais il aurait compris que le petit prince lui en veuille. Cette guerre, il l’avait probablement subie. Il entendait sa voix faiblir, cette tristesse dans ses paroles et se retint de corriger le jeune Kohan d’un ''était'' . Non, Korentin n’était pas encore mort, mais il n’était certainement pas roi.

« Elle est ma fille. C’est bien évident que je l’aime. La guerre nous a tous… »


Sa voix s’interrompit, les sourcils froncés, il échappa un soupir mêlé d’un « mh… » dans son arrêt et d’un geste impulsif, posa une main sur le bras du garçon qui semblait tout près de s’écrouler. Il était trop, beaucoup trop jeune pour ces histoires de diplomatie. Il réalisait qu’en parlant en père, il réveillait peut-être des souvenirs chez Nolan. Il savait avoir déjà été père, de vrais enfants, simplement par son totem qui avait évolué, mais bien avant sa vampirisation. « Elle nous a tous pris quelque chose. Elle m’a prise ma conscience. Kyne a comblé le vide, d’un petit souffle sur le feu, elle a tout allumé. » alors que cela faisait plus de quatre cents ans qu’il nageait dans le vide, à la recherche d’une parcelle de vie. Keziah cherchait à regarder nolan dans les yeux, sérieux, il voulait aussi montrer sa bonne foi, ce qui était authentique dans ses intentions. Il s’inquiétait pour lui, peut-être d’un instinct paternel étrange ? « Je ne peux pas savoir tout ce qu’elle t’a pris, petit, même si j’ai mes doutes. Mais tu es déjà, très courageux. Te voilà seul dans un couloir avec un prince vampirique qui t’es inconnu. Qu’est ce qui t’as donc poussé à faire confiance à ce vieux vampire? » Il le relâcha, ne souhaitant lui faire peur, Keziah avait tendance à passer le professionnel. Étais-ce son impulsivité ou simplement ce désir de ne pas être totalement inhumain dans ses échanges ?
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Kohan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
9/10  (9/10)
Xp disponibles: 0

Prince héritier du trône d'Aldaria

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Dim 12 Fév 2017 - 22:35

Nolan contemplait ce parterre de roses écarlates, délicates fleurs de sang, disposées dans un écrin d’émeraude. Leurs pétales étaient caressés par le souffle du vent, qui mélangeait leur senteur sucrée et l’air salé. Quel spectacle incongru que d’observer la délicatesse de ces fleurs au milieu de cette cité ténébreuse et pierreuse, pensa l’adolescent. Cette vision lui rappelait celle d’une lueur d’espoir au milieu d’un puits de noirceur ou les Edelweiss qui s’épanouissaient dans un désert glacé. Elle évoquait également la rencontre de la douceur, de la sensibilité avec la cruauté.

Quand Nolan l’interrogea sur la raison de ses confidences, le prince noir répondit, en laissant courir son regard sur le parterre fleuri, que c’était par honnêteté. Puis, celui-ci crut bon d’ajouter qu’il n’était pas son ennemi et, pour cette raison, souhaitait partager son passé avec lui. Quant au reste, le jeune prince demeurait seul juge de ce qu’il désirait accepter.

L’Aldarien l’écouta d’un air pensif ; les pensées se bousculaient dans son esprit. Certes la trahison était une horrible chose à ses yeux, surtout concernant son père. Pourtant, il ne parvenait pas à en vouloir à Keziah ; après tout, à l’époque, celui-ci était encore sous l’emprise de Lorenz Wintel et sa franchise semblait démontrer un sincère désir de débuter une relation sur de nouvelles bases. A quoi bon conserver d’anciennes rancœurs ?

La haine qui sommeillait dans le cœur des Homme ressemblait à un serpent, tapi dans l’ombre, et prêt à les contaminer de son venin. Toutefois, si Nolan sentait qu’il pouvait passer outre le passé de Soen, il ne parvenait pas à oublier l’ancien Tyran. Est-ce que ce dernier était toujours en vie ? Le jeune Kohan en était persuadé et ne croyait nullement que sa disparition signifiait sa mort…

Quant à la valeur d’une visite diplomatique dans laquelle son hôte lui mentait au nez ? Sans doute aucune, du moins permettant de construire une alliance saine et respectueuse. En sa qualité de prince héritier, Nolan était habitué à faire l’objet de flatteries et de tentatives de manipulation. Son instinct s’était aguerri à ces jeux d’intrigues et de faux semblants qui, hélas, paraissaient constituer une seconde nature chez un grand nombre de conseillers et de courtisans.

Mais Keziah était un vampire, pas un humain, sa manière de penser et d’envisager sa politique semblait très différente de celle à laquelle le petit prince était habitué.

- Je pense qu’une visite diplomatique et une relation basée sur le mensonge et la manipulation n’a aucune valeur, dit l’adolescent avec sincérité. Cependant, vous n’étiez pas obligé de m’avouer tous ces détails sur votre passé, vous auriez pu les passer sous silence ou vous tenter de vous en dédouaner en rejetant la responsabilité sur autrui. Mais vous semblez avoir tiré les leçons de votre passé et être à présent très différent. Je vous suis reconnaissant d’une telle franchise.

En effet, le jeune Kohan ne put s’empêcher de penser que le souverain faisait preuve de droiture et d’une certaine noblesse d’âme. Il imaginait mal Lorenz Wintel se comporter de la sorte. Au contraire, ce monstre lui aurait sans doute tendu un piège pour l’assassiner ou fait mariner dans l’une de ses geôles…

- Oh certes, je déplore que vous ayez trahi mon père, mais je pense que le fait que vous soyez honnête avec moi nous permettra de construire de bonnes relations à l’avenir. Je trouve également qu’il est stupéfiant que vous ayez renoncé à votre ancienne matière de penser et d’agir, car nombre de personnes ne font pas cette remise en question. Effectivement, votre princesse y est sans doute pour beaucoup et a dû réveiller une part d’humanité en vous, telle une parcelle de lumière n’attendant que l’instant propice pour jaillir du cœur des ténèbres.


L’héritier d’Aldaria regardait avec fascination ce vampire, jadis guerrier, à présent souverain, à la fois fier dirigeant, et père aimant envers sa fille…Que de complexité et de facettes différentes chez ce souverain, au regard lointain et pareil à celui des statues.

Soen parut dérangé par la question du gamin, et fronça les sourcils en détournant les yeux…

Nolan regretta aussitôt sa maladresse et se mordit les lèvres avant de répondre :

- Excusez-moi je ne voulais pas vous importuner en posant une question aussi indiscrète, concernant votre fille. J’avais entendu dire que nombre de vampires ne possédaient pas d’instinct paternel ou maternel et abandonnait leur progéniture, la laissant se débrouiller par ses propres moyens. J’ai eu l’impression qu’elle devait avoir quelque chose de « spécial » à vous yeux pour que vous en ayez fait votre enfant…Mais j’avoue ne pas connaitre bien les usages des vampires à ce sujet…

Le petit prince acquiesça d’un hochement de tête, quand le nocturne parla des pertes causées par la guerre et du vide comblé par Kyne…

Tandis que le gamin paraissait sur le point de s’écrouler, Soen posa sa main sur son bras, dans un geste instinctif, comme pour le soutenir. Le futur souverain leva les yeux et plongea son regard dans le sien, avant d’ajouter dans un murmure.

- Oui, la guerre nous arrache des choses ou des êtres chers, elle brise des millions de vies et lorsqu’elles sont terminées, beaucoup oublient pourquoi elles avaient commencé…

Depuis son enfance, le jeune Kohan ne connaissait que la guerre et celle-ci l’avait privé de son insouciance, de la présence de son père et de la chaleur d’un foyer. Il avait dû grandir et s’endurcir trop vite et parfois ce dernier le déplorait. Toutefois, rien ne pouvait modifier le cours du temps et il était de son devoir d’aller de l’avant.
Ensuite, le prince des ténèbres le questionna sur la raison pour laquelle il se trouvait avec lui dans ce couloir, sans crainte à son égard :

- D’ordinaire je suis quelqu’un de méfiant et je n’accorde pas ma confiance à n’importe qui, pourtant mon intuition m’a dit que je ne risquais rien avec vous
. Puis, pragmatique Nolan ajouta avec un petit sourire. Du reste, si vous étiez mal intentionné, vous auriez pu me faire assassiner mille fois déjà, ce n’est pas ma petite escorte de gardes qui aurait changé grand-chose. Vous êtes ici sur vos terres, vous avez en quelque sorte le plein pouvoir sur les vies qui se trouvent dans votre palais. Sans compter, que je trouve plus agréable de pouvoir m’adresser à vous en tête à tête, sans avoir tous ces yeux de soldats braqués sur nous et ces oreilles indiscrètes à l’affût de nos moindres paroles.

Le jeune garçon continua à marcher, heureux de pouvoir se dégourdir les jambes et de découvrir davantage cette mystérieuse tour. A un moment, il s’arrêta net et posa sa main sur le bras de Keziah avant de se tourner vers lui :

- Il y a une chose que j’aimerais savoir concernant Lorenz Wintel. Je sais qu’il est porté disparu et que beaucoup le pensent mort, mais je suis d’un autre avis…Selon moi, il est toujours vivant.

Le regard de Nolan se fit plus intense et une lueur de haine s’alluma dans ses prunelles dorées.

- C’est le responsable de l’empoisonnement de mon père et je suis prêt à tout pour le venger. Cependant, nul n’a pu retrouver sa trace mais je pense qu’il se terre en lieu sûr, attendant le moment propice pour resurgir. Quel est votre avis sur la question ? Est-ce que vous avez pu recueillir des informations concernant ce monstre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Mer 1 Mar 2017 - 18:26

Il avait l’impression d’apprendre une leçon à ce petit garçon un peu déchiré, un peu brisé par les années qui avaient bercées son enfance. Il n’avait pas eu de chance, Keziah qui connaissait la paix souhaitait à ce petit prince de la chérir, le jour où elle serait stable et certaine. Il pourrait grandir, malgré les cicatrices et les séquelles, il pourrait accomplir tout ce qu’il désirait pendant que Keziah, lui, resterait encore figé dans le temps de la bête qui l’emprisonnait. Keziah n’était en effet pas obligé d’être aussi honnête avec Nolan, ni de lui parler de la manière dont sa conscience s’était éteinte. Mais s’était-il surpris lui-même à se prendre d’une affection pour ce petit ? Le vampire se plaisait à se dire que personne n’avait le droit de lui interdire, ni de le juger.

Il prenait très légèrement la remarque de l’héritier, il n’était pas plus soulagé ou alourdi que le garçon le pardonne ou non. Cela faciliterait leurs relations, en effet et ça n’avait pas plus d’importance que cela qu’il n’apprécie pas sa trahison. S’il savait avoir été sincère, Nolan était tout petit et sa naïveté finirait par lui faire du mal.

Le prince se pencha vers l’autre, se faisant plus discret dans leur marche, sa voix était basse et ses pas plus silencieux. « Malgré que je sois touché de votre confiance, jeune prince, je vous déconseille de laisser votre méfiance tomber si rapidement. Une personne peut être patiente avant de mettre fin à la vie de quelqu’un. Vous devriez surveillez vos gardes, chez vous autant que lors de vos voyages. »

Si Keziah était paranoïaque ? Oui, certainement, mais s’il parlait d’expérience, encore plus, lui qui avait attendu cent ans avant de tuer son maître, de la manière la plus insultante qui puisse être. « Je ne me souviens plus, mais j’ai été un père. J’ai toujours eu l’impression d’avoir été coupé dans cet instinct. Je ne sais pas pour les autres vampires, mais je trouve déplorable de transformer quelqu’un sans prendre ses responsabilités. C’est ce genre de choses qui créent des vampires traumatisés et des tonnes de problèmes. Il n’y a pas d’ordre, ici, depuis trop longtemps et le chaos a fait déjà trop de ravages. Je ne laisserai pas cette citée tomber en cendres. »

Explication brève et très évasive, le prince des cendres avait tout sauf envie de parler d’amour, surtout pas dans une visite de diplomatie. Il écouta le petit parler de son père, de son désir de vengeance et de ses suspicions. Le vampire fronçait les sourcils, mais il était d’accord, disparaître ainsi suite à un tel attentat, bien qu’il ne soit que celui l’ayant ordonné…On ne pouvait pas simplement croire en sa mort. On ne peut pas oublier quelqu’un qui désirait être oublié.

Il comprenait son désir de vengeance, il était prêt même à l’aider, mais qui ne craignait pas Lorenz Wintel ? Si l’ancien prince désirait revenir sur le trône, il n’y avait aucune chance pour que Keziah puisse y rester et il était certain qu’il y laisserait sa vie. Prendre parti contre Wintel était risqué, considérant le nombre de vampires qui étaient restés fidèle à lui longtemps. Et énoncer sa crainte était un signe de faiblesse. Keziah était coincé, il ne pouvait se prononcer. « Il est probablement vivant. » fit-il gravement après un long moment de silence. Un soupire, que dire, alors qu’il aurait fait la même chose à sa place ? « Je n’ai pas mené de recherches, le dernier qui a désiré le faire a disparu lui aussi. » Levant la tête, il se demandait encore, ce qu’on devait dire dans ces situations. « Je n’ai pas peur de disparaître. Mais je...penserai à trouver mieux que de chercher sans réfléchir. Si je trouve des informations, je vous les ferai parvenir.»
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Kohan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
9/10  (9/10)
Xp disponibles: 0

Prince héritier du trône d'Aldaria

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Dim 5 Mar 2017 - 22:12

Tandis qu’ils marchaient côte à côte, Keziah ralentit la cadence et murmura au jeune prince de ne pas accorder sa confiance aussi facilement, car même un allié proche pouvait dissimuler un traitre :

Nolan grimaça en entendant ces paroles ; hélas, elles n’étaient que trop vraies. Après tout, Korentin lui-même, en avait fait la douloureuse expérience. Son fils aurait-il hérité de ce trait fâcheux en dépit du bon sens ? Cela risquait de le conduire à de cruelles désillusions.

- Vous avez raison, malheureusement, vos paroles recèlent une grande vérité. En effet, celui qui veut frapper peut très facilement attendre dans l’ombre le moment propice pour atteindre sa proie. Je ne suis pas à l’abri d’être assassiné par l’un de mes gardes pendant mon sommeil ou d’être empoisonné par un met succulent. Etre au pouvoir veut dire vivre dangereusement. Mon père a même été trahi par la femme qu’il aimait, car les plus beaux masques peuvent dissimuler la fourberie, dit-il avec amertume. Lorsqu’il est question du pouvoir, même les êtres les plus chers peuvent se métamorphoser en ennemis…

Le petit prince demeurait profondément marqué par la trahison de Valentine Kohan, cette femme ravissante et pourtant si abjecte. Enfant, il l’avait profondément aimé, avant de la haïr de toute son âme.

A sa mort, l’adolescent n’avait ressenti qu’une froide indifférence et s’était senti troublé par cette absence de chagrin. Se pouvait-il qu’on ne verse aucune larme au décès de celle qui avait donné la vie ? Mais celui-ci trouva la réponse en son for intérieur ; il existait des liens du sang mais aussi des liens du cœur. Et aux yeux du jeune Kohan, ces derniers surpassaient les premiers.

Celui-ci afficha un léger sourire, un peu triste et désabusé :

- En vous accordant ma confiance, j’ai suivi l’élan de mon cœur tout simplement. Peut-être devrais-je apprendre à tempérer cette tendance qui risquerait de causer ma perte. Sans doute, suis-je trop « humain ». J’aimerais parvenir à m’endurcir, à devenir plus prudent, sans fermer entièrement mon cœur. Trouver l’équilibre en quelque sorte.

Le petit prince écoutait attentivement son interlocuteur et ses propos firent échos en lui :

- Quelqu’un m’a dit un jour qu’un grand pouvoir impliquait aussi une grande responsabilité. Vous les vampires possédez en quelque sorte un pouvoir immense, celui de donner la mort, mais aussi une « non-vie » éternelle. J’imagine que cela signifie une multitude de choses pour le vampire ainsi créé mais aussi pour le monde qui devra l’accueillir…

L’Aldarien hésita un bref instant avant de poursuivre :

- J’ai entendu dire que les vampires nouveau-nés étaient possédés par une soif dévorante, telle qu’elle leur faisait presque perdre la raison…Cela doit être une sensation épouvantable et les premiers temps de leur existence très difficiles.

Ensuite, leur discussion dériva sur Lorenz Wintel et l’héritier princier confia la haine tenace qu’il éprouvait à son encontre ainsi que son désir de vengeance. D’un ton grave, Soen admit que l’ancien prince noir était probablement toujours vivant, mais qu’il lui ferait parvenir les moindres informations en sa possession.

Le visage juvénile de Nolan arbora une expression solennelle et ses yeux d’enfants s’emplirent de gravité.

- De mon côté, je continue à le faire rechercher. Cependant, beaucoup de mes recherches demeurent vaines voire coûte des vies, car plusieurs hommes que j’avais envoyé dans cette quête ne sont jamais revenus…Pourtant, je ne parviens pas à renoncer, j’ai le sentiment que tant que ce monstre sera en vie, je ne serai jamais en paix !

L’adolescent savait à quel point la haine et le désir de vengeance étaient des poisons qui dévoraient l’âme, mais c’était plus fort que lui…

Le futur roi décida de refouler les émotions qui le submergeaient et de retrouver son calme avant de poursuivre leur promenade. Puis, il se tourna vers Keziah et dit d’un ton posé :

- Cette tour m’a l’air immense et possède une architecture fascinante, très différente de celle à laquelle je suis habituée. Serait-il possible que vous me fassiez visiter certains lieux insolites ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Dim 19 Mar 2017 - 6:01

C’était juste de chercher l’équilibre, ce petit garçon au cœur tendre et naïf semblait tirer sur les cordes sensibles du vampire sans le réaliser, ni le vouloir probablement. La transformation d’un vampire, c’était la chose dont un être de conscience se rapprocherait le plus du primal et de l’animal. Il se rappelait, avoir été terrorisé, comme un animal sauvage et féroce qu’on avait frappé et blesser jusqu’à le traumatiser, jusqu’à l’asservir entièrement. Il avait été enchainé, attaché, humilié et affamé. Son maître avait reconnu en lui un talent et il avait voulu l’utiliser, sans lui laisser la moindre dignité. Ce, jusqu’à ce que Keziah obtienne sa vengeance, ainsi que sa liberté.

Il avait attaché Kyne, les yeux passifs, il l’avait regardée se battre contre ses propres pulsions. Mais jamais il ne l’avait laissée affamée et à se battre comme une bête. Il l’avait nourrie, réconfortée et lui avait appris à maîtriser sa nature. Afin qu’elle en ressorte plus puissante encore et libre de tout fardeau. Keziah ne voulait plus permettre qu’on fasse du mal à quelqu’un comme on lui avait fait mal, privé de ses souvenirs et de ses racines. Il s’était senti coupé de sa nature, coupé de ses terres, de son élan paternel dont il se doutait la nature pourtant sans vraiment avoir de mémoires précises. Son maître avait tué une colombe pour la transformer en abomination.

Il laissa l’enfant parler sans répondre à ses réflexions et sourit à sa question, les yeux calmes, songeant qu’il s’agissait bien D’un petit garçon pour formuler une telle demande. Oh il y avait bien cette salle condamnée où les conseillers avaient été brûlés. Mais il ne désirerait probablement pas visiter cet endroit, n’est-ce pas ? Sans prononcer un mot, l’homme fit quelques détours dans des couloirs pour se retrouver vers une porte un brin plus petite que lui. Le prince des cendres se pencha en passant le seuil de la porte, peut-être Nolan passerait il parfaitement dans celle-ci? La porte en bois dans la pierre se démarquait par ses gravures aux tiges de roses épinées, s’entre croisant dans les entrelacs délicats. Par delà cette porte se trouvait un endroit qui pourrait décevoir l’héritier. Ce n’était que le même jardin qu’ils avaient vus par le balcon, mais à présent, ils pouvaient librement y circuler.

Keziah, gracieusement s’avança sur les quelques dalles de pierre, surtout décoratives, amusé de laisser ses pieds sautiller sur celles-ci. Il retint son pas avant de laisser ses pieds se poser sur l’herbe, et pencha la tête d’un air serein devant les rosiers rouges. Il se pencha et priva de sa vie une petite rose en la cueillant doucement. Silencieusement, il s’approcha de l’enfant et tendit la rose à son petit prince. C’était un geste innocent et sans pensées de passion auquel les humains pourraient donner significations. Il lui offrait une partie de l’endroit qu’il affectionnait, un jardin où il aimait se réfugier, simplement et légèrement.
Keziah lanca un regard au garçon pour le faire comprendre qu’il désirait qu’il le suive avant de continuer son chemin. Pas très loin de la roseraie, il trouverait l’endroit où il gardait son destrier vampirique. Une magnifique bête noire à la carrure forte. Le vampire caressa le chanfrein puis la tignasse sombre. Il tendit la main à Nolan, lui faisant signe qu’il pouvait approcher, s’il le désirait. « Je comprends votre désir de justice, ainsi que votre désir d’être en paix, petit prince. Mais réfléchissez aux nombres de pères que vous condamnez lorsque vous envoyez des soldats. » Il n’avait pas dit cela sur un ton agressif, presque paternel et un peu doux, même. « Avez-vous déjà songé que la paix pourrait provenir de vous, lorsque vous y arriverez ? »

La bête hennit, il ébouriffa la fourrure en la frottant gentiment. « Vous visez juste, une transformation vampirique est douloureuse et dangereuse. Certains vampires sont cruels, tout comme certains humains le sont. Cependant lorsqu’être cruel n’est pas réprimandé…C’est bien plus facile de ne pas avoir de regrets. Celui qui a fait de moi qui je suis aujourd’hui est mort de la manière la plus insultante dont un vampire puisse mourir. Mais aujourd’hui, il ne peut plus faire de mal à qui que ce soit. Vous parliez d’équilibre, jeune Kohan. Je vous invite à mesurer combien vaut un bien contre un mal. » Et vice versa. Cents morts ne valaient pas celle d’un monstre, tant qu’il restait passif. Keziah serait de tout autre avis si les choses venaient à changer.
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Kohan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
9/10  (9/10)
Xp disponibles: 0

Prince héritier du trône d'Aldaria

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Sam 25 Mar 2017 - 17:46

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Keziah était énigmatique et auréolé de mystère, semblant ne dévoiler que quelques infimes parcelles de sa personnalité. Cependant Nolan se sentait irrésistiblement attiré par ce vampire qui dégageait quelque chose de fascinant, de ténébreux…mais aussi de paternel…Face à cette haute silhouette dotée d’une grâce féline et surmontée de longs cheveux couleur de feu, l’adolescent se sentait comme un enfant face à son père ou du moins un mentor.

Était-ce un instinct atavique ? Une mémoire oubliée, effacée de l’esprit mais subsistant à l’intérieur de la chair ? Les vampires perdaient toute souvenance du passé, mais peut-être que certaines réminiscences de leur humanité demeuraient intactes et traversaient l’éternité.

Le petit prince se retrouvait privé d’une figure paternelle et avait connu très jeune la séparation d’avec les êtres chers. Était-ce cela qu’éveillait en lui Soen ? Le souvenir d’un âge d’or perdu et le désir de le retrouver ?
D’après les légendes, les créatures de la nuit étaient des monstres assoiffés de sang, guidés par la seule folie meurtrière ; pourtant le prince noir semblait différent, comme délivré de cette forme de barbarie presque animale qui coulait dans les veines de nombres d’entre eux.

Keziah était prêt à éliminer froidement ses opposants et l’avait prouvé avec l’exécution de son conseil. Possédant une grâce, une douceur presque féminine et néanmoins capable de perpétrer les crimes les plus sanglantes. A l’image de sa chevelure aussi rouge que l’incarnat… La bête tapie dans les tréfonds de son être était-elle domptée définitivement ou seulement endormie ?

Le souverain du royaume vampirique était sans nul doute un individu d’une grande complexité, capable du meilleur comme du pire et ses prunelles glacées dissimulaient maints secrets. Par ailleurs, le nocturne semblait se jouer de toute tentative destinée à le cerner…

En temps ordinaires, le prince Saphir faisait preuve d’une certaine méfiance envers les inconnus et craignait les tentatives de manipulation ; néanmoins, il était parvenu à lui confier la haine qui habitait son cœur envers cet être abject nommé Lorenz Wintel.
En raison de sa candeur et de son enthousiasme juvénile, le futur souverain d’Aldaria manifesta son profond désir de découvrir davantage cet endroit fascinant. En effet, l’architecture massive et ténébreuse de cette tour différait énormément de celle de sa cité, dont les hautes murailles à l’éclatante blancheur évoquaient des nuages éclaboussés de soleil. Si Aldaria incarnait la lumière, Dureroc représentait l’obscurité, emprisonnée dans un écrin pierreux.

Sans prononcer un mot, Soen le mena à travers des couloirs tortueux, rappelant à l’enfant le dédale d’un labyrinthe. Il songea que si d’aventure il osait s’y aventurer seul, retrouver sa route s’avérerait une véritable gageure. Enfin, leurs pas les conduisirent jusqu’à une petite porte dérobée et les prunelles mordorées du gamin s’agrandirent de curiosité. Que pouvait-elle bien dissimulée ?

Cette promenade prenait l’allure d’une chasse aux trésors et le prince s’attendait à découvrir une surprise, dissimulée derrière chaque recoin. Le jeune Kohan se remémora son enfance dans le château d’Aldaria et sa fichue manie de faire enrager son entourage en se livrant à de multiples facéties. Enfant turbulent, celui-ci ne pouvait s’empêcher de courir partout et de faire des blagues aux domestiques qui ne savaient plus comment le faire tenir en place. Désormais, il avait grandi et de se devait d’être plus sérieux, mais l’ardeur de la jeunesse l’empêchait de demeurer trop passif.

L’Aldarien remarqua que la porte était ornée de gravures représentants des roses, épanouies ou en boutons, entourées de tiges épineuses, délicatement entrelacées.
Quand la porte s’entrouvrit, dévoilant son secret, le prince Saphir put contempler le jardin aux roses qu’il avait entraperçu lorsqu’ils se trouvaient sur le balcon. Le parfum suave des fleurs chatouilla agréablement ses narines et la luminosité du lieu, après la pénombre des couloirs, lui fit cligner des yeux.

Tous deux s’avancèrent à l’intérieur, faisant résonner leurs pas sur le sol recouvert de dalles blanches. L’adolescent savoura la fraîcheur de l’air et l’indicible bonheur de pouvoir sentir le vent salé caresser son visage.

Ce lieu était empreint d’une grande beauté et pouvoir l’admirer de près éveillait un étrange sentiment dans son cœur, un mélange ineffable d’euphorie et de tristesse. Non pas que le petit prince ne soit guère habitué à visiter des parcs et des jardins d’une rare somptuosité, mais ce qui rendait cet endroit si touchant était moins son éclat que le contraste insolite qu’il formait avec le reste de la tour. La présence de ces roses au milieu de ces ténèbres, désolées et torturées qu’incarnaient la cité du peuple de la nuit représentait presque une sorte de miracle, une petite victoire de la vie sur la mort.
Avec grâce et délicatesse, Keziah cueillit une rose, tranchant par la même occasion le fil de sa jeune existence. Il y avait pourtant de la douceur dans ce geste qui sonnait l’arrêt de mort de la petite fleur. Bientôt ses pétales écarlates se flétriraient et elle se transformerait inexorablement en poussière…Tel était le sort de tout ce qui vivait…
Ensuite, Soen la tendit à son petit protégé qui la prit délicatement.

- Merci, dit-il en acceptant ce présent. On dit que les roses symbolisent la beauté éphémère car mêmes les plus belles sont destinées à se faner un jour…Il ajouta avec un léger sourire. Mais elles sont aussi destinées à renaître à chaque printemps et représentent le cycle de la Nature et de la vie…Tout en prononçant ces paroles, son regard embrassait le reste du jardin.

- Cet endroit est superbe, je suis très content que vous m’ayez amené ici, je mourrais d’envie d’y venir lorsque je l’ai aperçu depuis le balcon et j’espérais que vous m’y conduiriez. Est-ce que c’est vous qui avez eu l’idée de créer un tel jardin ? Le contraste est frappant avec le reste de la cité, qui est si sombre et rocailleuse. C’est comme si une lueur de vie, de beauté et de fragilité subsistait au milieu d’un puits de dureté et d’obscurité.

Du regard, le prince des ombres invita son jeune invité à le suivre et le mena jusqu’à un coin reculé du jardin, un peu à l’écart de la Roseraie. Là-bas, se trouvait un splendide destrier vampirique, à la robe aussi noire que l’ébène, et à la carrure imposante et majestueuse. Un animal à l’encolure puissante et aux muscles taillés pour la guerre.
Keziah caressa son chanfrein et sa crinière fuligineuse avant de faire signe à Nolan d’approcher, s’il le désirait. Le jeune Kohan arbora un large sourire et ses prunelles dorées pétillèrent de malice tandis qu’il s’avançait en direction de la fringante monture.

- Quelle bête superbe ! s’écria-t-il d’un ton admiratif. Est-ce que je pourrais le caresser ? Certes, ce n’était pas un cheval ordinaire et une certaine prudence serait de mise, mais à la vue d’un tel animal, l’insouciance juvénile de l’adolescent refit surface.

Les paroles suivantes du souverain de la nuit firent tressaillir l’enfant et il ne put s’empêcher de baisser les yeux. Pourtant, le ton employé par le vampire était exempt d’agressivité et se voulait paternel et bienveillant :

Nolan resta un moment silencieux, perdu dans ses pensées, ne sachant quoi répondre puis il releva la tête et regarda Keziah avant de dire d’un ton calme, bien que légèrement troublé :

- Sans doute…avez-vous raison…de nombreuses familles sont affligées et pleurent un père, un mari, un frère ou un fils à cause de mon désir de retrouver Lorenz Wintel afin d’obtenir justice et réparation. Je ne souhaite pas qu’il en soit ainsi et mon cœur saigne à cette idée…Malgré tout, une part de moi ne parvint pas à renoncer à le pourchasser. Je suis tiraillé entre mon désir de vengeance et le souci du bien-être de mon peuple…Ce dilemme me déchire l’âme…et pourtant je mesure à quel point vos paroles sont justes et sensées.

L’adolescent continua à réfléchir puis poursuivit d’une voix grave :

- Je crois que je veux que tout s’arrête…Je veux cesser de ressentir toute cette haine dans mon cœur à cause de la douleur d’être à nouveau séparé mon père. Ce chagrin et ce manque je le ressens dès mon réveil et jusqu’à l’heure du coucher, seul le sommeil me permet d’oublier, sauf lorsqu’il est hanté par quelques songes cauchemardesques. Je croyais que chercher à me venger m’aiderait à me sentir mieux, qu’obtenir justice guérirait les blessures de mon cœur…mais…j’ai l’impression que c’est pire…A cause de mon désir égoïste, d’autres enfants pleurent leur père disparu…


En disant ces mots, Nolan sentit ses yeux s’embués de larmes qu’il tenta de contenir car il ne désirait pas pleurer devant son hôte. Bien au contraire, le jeune prince avait à cœur de dissimuler son ressenti derrière un masque de calme et d’impassibilité.

- A mon retour, je donnerais l’ordre qu’on arrête les recherches, du moins pour l’instant. Cela fait des mois qu’il a disparu et trop de vies ont déjà été perdues…De plus, j’ai le sentiment que ce monstre sanguinaire réapparaîtra le moment venu et à ce moment-là je me tiendrai prêt à contrecarrer ses plans.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Sam 1 Avr 2017 - 3:51

Those who are dead are not dead, they're just living in my head



Il sourit lorsque le jeune homme répondit à son présent, dans ses mots qu’il semblait mesurer et maîtriser. Ce petit prince avait été bien élevé et un père serait probablement fier de voir à quel point il était humble en dégageant à la fois beauté et calme dans sa poésie. Éloquent, ce petit ferait un bon leader. « Oui, j’affectionne particulièrement les roses, je ne me suis jamais vraiment demandé pourquoi, mais vos mots semblent les louer si habilement. Je me demande qui vous as appris à parler ainsi… » Souriant de manière un peu malicieuse, il camouflait le compliment dans une taquinerie. Ce petit garçon qui regardait encore le monde avec des grands yeux, s’émerveillait face à la bête, impressionnante certes. Keziah posait une main sur le dos de sa monture qu’il caressait d’un pouce, tendant la main au petit prince à sa demande. Keziah attrapa sans vouloir le brusquer, la petite main et la guida doucement vers la bête afin de ne pas l’effrayer. Elle sembla un peu nerveuse avant de recevoir signal de son maître que tout allait bien lorsqu’il la calma d’une caresse.

Le petit prince, qui ne lui parlait plus du tout de diplomatie à présent, montrait dans sa vulnérabilité, la douleur d’un deuil auquel il n’avait pas même accès. Il le laissa parler, échapper ces mots qui souvent ne se matérialisaient dans l’esprit que lorsqu’ils étaient prononcés. Un hochement de tête lent du roux approuva les paroles du blond, il souriait toujours, sans montrer les dents, peut-être pour rassurer le petit ? « Avec des paroles aussi sages, je n’ai aucun doute que vous pouvez apprendre à être un bon souverain et qu’un père serait heureux de vous voir fleurir ainsi. » La bienveillance, une vertu humaine que Keziah ne possédait plus depuis longtemps. Il louait pourtant ce garçon de la posséder, alors que lui, l’avait perdu, dans la faim de la bête, dans les chaines, dans les années à verser le sang. Même naissant, il n’avait jamais voulu de tout cela.

Le souverain croisa les yeux embués, un peu ému, surtout empathique, quelque chose le tirait vers une envie de le réconforter, alors qu’il posait sa main sur son épaule. Ses mots étaient tristes, malgré sa volonté à se tenir droit et fier, comme un héritier le devrait, cet enfant était tout en droit de vouloir s’effondrer en larmes. « Il viendras, peut-être. Je ne sais pas si Lorenz Wintel serait vraiment capable de renoncer à son trône. Je serai votre allié pour l’affronter s’il le faut. » Il n’avait pas tellement le choix, de toutes manières. La première chose que l’ancien prince viendrait chercher serait probablement son trône et son peuple. Keziah avait su se frayer une place en réfléchissant chacun de ses pas vers la couronne, mais il n’était pas prétentieux au point de croire pouvoir tenir tête à Wintel. « Le trône vampirique ne peut se prendre que par la force. Je suis préalablement son ennemi. » Et il n’allait pas gentiment lui donner son trône pour sauver sa vie, ce serait lâche, de beaucoup trop de manières.

« Je regrette que vous deviez vivre cette douleur. Je n’ai aucun souvenir de parents, mais mon totem et mes quelques recherches m’ont laissés croire que dans une vie très lointaine, j’ai eu des enfants…Je n’ai pas osé chercher plus loin, mais je crois comprendre que les liens du sang sont importants pour les humains. » D’être coupé de quelqu’un qui vous a bercé depuis vos premiers jours, qui a sacrifié une énorme quantité de choses pour sa progéniture. Oh certains ne savaient jamais s’attacher à ces petites choses qu’étaient les nouveaux nés, n’avaient pas cet instinct parental inné. Mais lorsque certains bienveillants chérissaient les leurs, ils pouvaient créer du bonheur et des liens tissés forts. Keziah fronçait les sourcils, un peu troublé, sa main tressaillant un peu l’instant d’une seconde sur l’épaule du prince. « J’ai voulu revoir la citée qui m’a bercée lorsque je me suis affranchi de mon maître. J’ai visité les villes de l’empire humain et, très, très légèrement, j’ai effleuré l’esquisse de souvenirs. Ressentir de la nostalgie, comprendre des sentiments, des traits de personnalité. La candeur, l’affection, l’odeur d’une personne chère ou l’odeur des livres, le son des épées qui s’entrechoquent et celle de la voix d’une femme. Ce que j’ai ressenti, en revenant dans Elena, je ne saurais mettre le doigt dessus mais c’est la même nostalgie qui m’effleure lorsque j’ai posé les yeux sur vous. Peut-être est-ce mes racines qui me tirent vers l’empire humain. Je crois qu’Elena se rapproche plus d’Aldaria que de Gloria. » Si ce n’était son jeune âge, Keziah était resté jeune, très longtemps, émerveillé sans ternir. « Un instinct paternel enterré, très loin, je peux m’imaginer…Sans prétendre pouvoir vraiment comprendre. J’aimerais vous dire que la douleur devient passagère avant de disparaître. Puis elle revient, à l’occasion, et on arrive à la braver parce qu’on sait que jamais, elle ne revient aussi forte qu’avant. » Le Soen laissa retomber sa main en réalisant qu’il pourrait faire peur au petit, ce n’était pas le moins du monde son désir. Il ne se souvenait pas de deuils, si peut-être il en avait vécu avant d’être transformé ? Il se souvenait par contre d’avoir eu mal, très mal, dû aux traumatismes et à la manière dont on l’avait traité. « J’aimerais vous dire que tout ira bien, que tout finira par s’arranger, me croirez-vous ? » C’était une torture d’avoir envie de le prendre dans ses bras et d’avoir peur de l’effrayer.
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Kohan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
9/10  (9/10)
Xp disponibles: 0

Prince héritier du trône d'Aldaria

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Jeu 13 Avr 2017 - 23:06

Lorsque Nolan prononça ces mots plein de poésie, véritable ode à la beauté de la vie et à son coté éphémère, les lippes de Keziah s’étirèrent en un sourire amusé. Puis, ce dernier ne manqua pas de complimenter le jeune prince sur sa sensibilité et son éloquence avant de lui demander où celui-ci avait appris un tel langage.

Le gamin eut un petit rire avant de répondre d’un ton espiègle :

- Il faut bien que les cours dont on m’abreuve depuis l’enfance portent leurs fruits et que je sois capable de m’exprimer avec le langage qui sied à quelqu’un de mon rang. Cela dit, bien que je ne sois pas toujours le plus studieux des élèves, j’ai toujours apprécié la poésie et cette manière que possèdent certains esthètes de faire ressortir l’infinie beauté qui existe dans chaque chose.

L’adolescent savait s’émerveiller même des choses les plus simples et le carcan rigide de son éducation princière n’avait pas altérer son enthousiasme juvénile. Par ailleurs, celui-ci savait manier aussi bien l’épée, domaine dans lequel il était maître, que l’art des mots.

Dès après, le vampire le mena jusqu’à sa monture, une bête superbe que l’enfant brûlait de caresser et qu’il contemplait avec un mélange de crainte et de désir. Sans le brusquer, voire même douceur, le prince des cendres guida la petite main vers l’encolure fuligineuse du puissant destrier. L’animal tressaillit, semblant un peu nerveux, sous ce contact inconnu mais la caresse de son maître le calma.

- Il est magnifique, dit Nolan avec un sourire gai. Est-ce qu’il a un nom ? Je possède moi-même un destrier mais il est très différent de celui-ci et se nomme Etoile du soir. Je l’ai appelé ainsi en signe d’espoir car une ancienne légende raconte que l’étoile du soir est un puissant symbole d’espérance.

Puis au fil de leur discussion, celle-ci dériva sur des sujets pour le moins personnels, très éloignés de ceux abordés habituellement lors d’une rencontre entre deux chefs d’Etat. Le jeune garçon confia la douleur du deuil qui tourmentait son âme et le terrible manque que représentait l’absence de son père…

Le petit prince avait passé la majorité de ses jeunes années, privé de son père et il se retrouvait à nouveau livré à lui-même, avec le fardeau de pouvoir sur ses jeunes épaules.

Face à lui, Soen souriait avec bienveillance, sans laissé transparaître ses canines de prédateur, sans doute par égard pour le jeune humain. Malgré son jeune âge, le prince Saphir possédait une certaine sagesse et avait le cœur empli de bonté, une qualité qu’il espérait conserver à jamais malgré les vicissitudes de l’existence. Combien d’êtres à l’origine bénéfiques ne se transformaient pas en monstres après avoir vécu de terribles atrocités ?

Nolan avait conscience que la douleur pouvait transformer les individus et durcir les cœurs, mais celui-ci savait également que la haine était un poison qui consumait à petit feu et n’apportait que souffrances et malheurs.
Cependant les paroles du prince des ombres firent écho en lui et parvinrent à faire rejaillir certaines émotions qu’il contenait depuis des mois. Il suffisait parfois de bien peu…de simples mots amicaux, d’une main tendue…

Le futur héritier d’Aldaria leva ses yeux d’enfant en direction du roux et répondit :

- Vos paroles me touchent énormément…je désire tellement que mon père soit fier de moi, de l’homme et du souverain que je deviendrais…J’ai l’impression que poursuivre son œuvre, c’est faire honneur à ce qu’il m’a inculqué, c’est le conserver à mes côtés, même s’il n’est pas présent physiquement, il l’est toujours en pensées et dans mon cœur…Mon père poursuivait un rêve, celui de redonner à Aldaria sa superbe et d’apporter la paix et le bien-être à ses sujets. Me consacrer à cette œuvre me permettra certainement d’atténuer ma souffrance d’une manière plus constructive que mon souhait de venger…

Ses lèvres tremblèrent et il se les mordit avant de poursuivre d’une voix vacillante :

- Je pensais que la vengeance m’aiderait à tenir debout, à supporter cette souffrance…mais je me trompais…cela ne m’a pas aidé…au contraire….c’est pire…

Keziah ne le quittait pas des yeux, conservant son attitude empli de chaleur et de bienveillance et alla même jusqu’à déposer sa main sur l’épaule de l’adolescent, dans un geste de réconfort.

Nolan se sentait tiraillé entre des sentiments contradictoires, d’une part son désir de conserver un semblant de maîtrise de lui-même, comme il incombait à un futur dirigeant et d’autre part le débordement de ses émotions…A cet instant, ce dernier se dévoilait dans toute sa fragilité, sa vulnérabilité et ses failles, laissant tomber son masque de dignité protocolaire…En suivant le prince noir et s’entretenant avec lui seul à seul, le gamin avait déjà fait preuve d’une étonnante confiance voire même d’une certaine mise à danger…A présent, comme poussé par une force incontrôlable, il lui révélait son vrai visage, celui d’un enfant sensible, frappé par de funestes événements et l’âme déchirée par la perte tragique d’un être cher…

Ensuite, tous parlèrent de Lorenz Wintel, ce tyran qui avait semé tant de mort et de destruction autour de lui. Combien de vies avaient été brisées par sa faute ? Le souverain du peuple de la nuit dit au jeune prince que si un jour ce tyran revenait, sans doute pour reprendre son trône, il serait son allié pour l’affronter.
Un léger sourire naquit sur les lèvres du blond et il murmura :

- Merci, ce jour-là, nous l’affronterons ensemble, nous ne serons pas assez de deux pour contrer un tel monstre.

Le jeune Kohan se sentait rasséréné par cette pensée et était heureux de savoir que le nouveau prince des vampires le soutiendrait contre leur ennemi commun. Par ailleurs, la compagnie de ce vampire l’emplissait d’un profond sentiment de paix et de réconfort. Leur relation, bien que débutante, semblait déjà dépasser le cadre de la simple visite diplomatique.

Les paroles du nocturne concernant son passé oublié et la paternité révélée par son totem émurent l’enfant. Quel effet cela faisait-il d’avoir perdu toute souvenance de son passé ? De se retrouver amputé d’une part inestimable de son identité ? Le gamin ne pouvait que l’imaginer et sentait l’intensité de la nostalgie qui étreignait le souverain à la chevelure écarlate…

- Peut-être que l’esprit peut oublier…mais pas le cœur et les sentiments demeurent, même enfouis et ensevelis sous le voile de l’oubli…En devenant vampire, la mémoire s’efface mais les souvenirs peuvent sans doute revenir un jour…J’ai entendu dire que certains vampires suffisamment âgés étaient capables de partir en quête de leur passé et de se remémorer leur existence humaine. Le corps possède sa propre mémoire liée aux sens et les nourrissons sont capables de reconnaître l’odeur de leur propre mère et ne l'oublient jamais. De même, je suis moi-même sensible aux parfums, aux musiques et aux lieux qui ont bercé mon enfance et parfois une petite chose suffit à faire jaillir en moi une myriade d’émotions et des bribes de souvenirs oubliés reviennent peu à peu à mon esprit…


Puis, l’adolescent plongea ses prunelles mordorées dans les yeux du souverain des ténèbres et dit d’un ton vibrant d’émotions :

- On dit que l’Amour est plus fort que la mort, que c’est que le plus puissant des sentiments et qu’il est capable de survivre au temps, voire de durer pour l’éternité…Si on a aimé des êtres profondément, ils continuent à « vivre » en nous d’une certaine façon…Pour beaucoup d’humains les liens du sang sont importants et le fait de savoir qu’un autre être est une part de nous, la chair de notre chair et qu’il est à la fois une partie de nous et dépend de notre amour permet de tisser un profond lien affectif. Pourtant, outre ce lien instinctif, il existe aussi des liens qui ne dépendent pas du sang et qui sont des magnifiques liens du cœur…Des humains adoptent des enfants et un incommensurable amour apparaît pour un autre être qui n’est pas issu de leur chair mais à qui ils se sentent profondément liés…

Soen fronçait les sourcils et le jeune garçon sentit sa main tressaillir sur son épaule, avant qu’il ne relâche son étreinte. Puis ce dernier ajouta qu’il aimerait lui dire que tout finira par s’arranger…Nolan gardait son regard rivé sur lui et son cœur se mit à battre plus fort, déchiré par son désir de se blottir dans ses bras et de laisser s’écouler les larmes qu’il retenait, et celui de demeurer digne face à lui.


- Je désire tant vous croire…J’espère de toute mon âme que les nuages des chagrin finiront par se dissiper et que le soleil brillera à nouveau sur mes jours…

Ensuite, mu par une impulsion irrésistible, le jeune Kohan se rapprocha du prince de la nuit et prit sa main dans la sienne, tout en la serrant avec douceur. La peau glacée du roux formait un étonnant contraste avec sa petite main tiède.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Ven 21 Avr 2017 - 1:46

Quel être cruel pouvait être assez insensible pour interdire à un enfant de pleurer? Pour refuser ses larmes et le réconfort dont il a besoin? Keziah observa le regard un peu doré, serrant cette petite main sans lui faire de mal. Quel être pouvait être assez cruel pour imposer à un enfant de rester aussi droit et calme, quand il avait besoin de laisser sa sensibilité parler? Keziah n’avait pas envie, de lui forcer le protocole et la bienséance. Prenant la petite main qui serrait la sienne, il tira un peu pour l’attirer contre lui, tout doucement, ne voulant pas lui faire peur. Il l’entourait d’un seul bras, Nolan pouvait défaire cette étreinte s’il le désirait. Le vampire attendit un moment avant de le serrer doucement contre lui. Son regard triste s’éclaira d’un sourire, le prince des cendres relâcha le petit prince, après un moment, mais sa main était toujours dans la sienne et ses bras prêts à l’accueillir, s’il en ressentait le besoin.

Son expression s’éteint dans une mine un peu surprise, ses lèvres s’entrouvrant, il cligna des yeux en croisant le regard mordoré à nouveau. « J’avais…un fils…non, plus d’un… » Il fronça les sourcils en baissant la tête, semblant chercher, dans sa tête, une réponse, puis le regard verdoyant s’éclaira, comme rempli d’espoir. « Trois, j’ai eu trois enfants. J’avais peut-être…cent ans, ou deux cents, lorsque j’ai retrouvé Elena pour chercher mes souvenirs. Je n’en étais pas certain, mais je les ai vus. Les Soen, ma lignée a peut-être survécu… » Il se souvenait d’un visage éteint, mal éclairé, de la voix douce mais chaude d’une femme, c’était le souvenir le plus précis qu’il n’avait jamais touché jusque-là.
Le vampire laissa s’échapper un petit rire en relevant la tête, il souriait. « Pardon, je ne croyais pas avoir une bribe de souvenir en un moment pareil. » Keziah ferma les yeux, sentant sur son visage le vent qui emmenait avec lui les odeurs de la mer. « Alors ils ont vécu assez longtemps pour voir naître leurs enfants… » Le prince des cendres ouvrit les yeux pour porter son attention sur l’enfant tout près de lui qui n’avait pas demandé une telle scène. « Nolan, tu me semble être un garçon lumineux, plein d’espoir et d’émerveillements. Je suis certain que tu retrouveras ton soleil, quel qu’il soit. Ait confiance en toi et ne laisse personne t’arrêter. »

Il se retourna vers la bête qui, à leurs côtés, s’ennuyait probablement un peu. « Je …ne lui ai pas encore trouvé un prénom. Je n’arrivais pas à en trouver un que j’aime vraiment. M’en voudrais tu, si je m’inspirais un peu de toi ? Que dirais tu de Étoile du matin? »
Revenir en haut Aller en bas
Nolan Kohan
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
9/10  (9/10)
Xp disponibles: 0

Prince héritier du trône d'Aldaria

MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah) Jeu 27 Avr 2017 - 11:41

Nolan demeurait immobile, le souffle suspendu, appréhendant la réaction de Keziah…Son geste enfantin et spontané pouvait paraitre inattendu et inapproprié et lui attirer les foudres de son interlocuteur.
Soen allait-il le repousser ou froncer les sourcils d’un air désapprobateur ? L’enfant attendait, le cœur battant…

Le prince vampirique plongea son regard d’émeraude dans les yeux d’or de l’adolescent et d’un geste délicat, l’attira contre lui, l’enlaçant d’un seul bras afin de lui laisser la liberté de se dégager de cette étreinte, ou de s’y blottir davantage. L’Aldarien se sentit un peu désarçonné par cette intimité soudaine et ses grands yeux dorés s’agrandirent avant de s’embuer de larmes…

Recevoir de la tendresse, une affection toute paternelle, l’emplissait d’émotions et faisait éclater le masquer la bienséance qu’il portait. Depuis des mois de privation, son cœur de fils éploré était affamé de telles marques d’attention. Révérerait-t-il un jour son père adoré ou demeurerait-il plongé à jamais dans un sommeil pire que la mort ? Si proche et pourtant si loin…

Désormais, qui pourrait combler le vide immense laissé par cette absence ? Son pouls s’accéléra sous l’effet de cette déferlante de sentiments et il se serra plus étroitement contre le vampire. Le monde alentour paraissait soudain ne plus exister et tous deux se trouvaient enfermés dans une bulle, hors du temps. A cet instant, Nolan n’était plus le futur empereur d’Aldaria et Soen le roi des ténèbres, mais juste deux êtres, meurtris par la vie et qui pansaient mutuellement leurs plaies. Un même vide les habitait, celui d’avoir perdu une chose précieuse : l’un pleurait son père et l’autre la perte de la mémoire de son humanité.

Et le sentiment de perte et de manque les rapprochait. Le souverain relâcha son étreinte et poursuivit en disant se souvenir d’avoir eu plusieurs fils et pensait que sa lignée avait survécu. Il lui fit part d’une bribe de souvenirs qui l’assaillait et eut un petit rire. Visiblement la présence de l’adolescent éveillait certains ressentis et réminiscences en lui. Puis, le visage du prince aux cheveux de feu se fit lointain et rêveur, pendant qu’il fermait ses paupières, savourant la caresse du vent salé sur sa peau nacrée.

- Je crois que même ce qui a été détruit est parfois capable de renaître de ses cendres. Qu’une simple braise peut faire se rallumer un feu puissant. C’est la raison pour laquelle je veux garder l’espoir de retrouver un jour la paix de l’âme et de conquérir mon bonheur. Tout comme je désir bâtir un monde meilleur et construire mon futur.
murmura Nolan.

A leurs côtés, le destrier couleur de nuit se mit à renâcler, comme pour attirer leur attention et, amusé, le gamin caressa doucement son encolure sombre et majestueuse. Ses prunelles s’illuminèrent de gaieté lorsque Soen lui dit que son cheval n’avait pas de nom et suggéra de le nommer « étoile du matin ».

- Je trouve que c’est un très joli nom, très poétique et synonyme de renaissance, tout comme le nom « étoile du soir » symbolise l’espoir à mes yeux. Au lever de l’aurore, le monde doit renaitre et connaitre un nouveau jour. Les deux noms de nos chevaux expriment une vision complémentaire, tout comme la lune et le soleil, se succèdent dans le firmament, et apportent leur lumière et les bienfaits à l’univers.

Un autre point commun que tous deux partageaient était le fardeau du pouvoir et la charge d’un Royaume. Un sentiment que seuls ceux qui sont appelés à régner peuvent comprendre…
Soudain, une voix féminine résonna, arracha le petit prince à ses pensées.

- « Majesté, veuillez m’excusez d’interrompre votre entrevue avec son Altesse, le prince Nolan ».


Lorsque ce dernier tourna la tête dans sa direction, il aperçut une jeune femme, à la silhouette élancée, vêtue d’une longue noire, ornée de motifs écarlates. Les couleurs du sang et de la mort, songea l’enfant.
Son teint possédait la couleur du marbre et sa longue chevelure d’un noir de jais, aussi brillante que l’aile d’un corbeau, s’écoulait jusqu’au creux de ses reins. Ses pas étaient si feutrés et sa présence si furtive que le jeune Kohan n’avait pas remarqué sa présence avant qu’elle ne prenne la parole. Peut-être les observait-elle depuis un moment ? Qui était-elle ? Sa tenue ne ressemblait pas à celles des servantes…S’agissait-il d’une espionne vampirique, d’une conseillère ou d’une courtisane ?

L’adolescent l’ignorait et darda ses prunelles mordorées sur l’inconnue, l'observant avec curiosité.

La dame des ombres prit à nouveau la parole et ses yeux gris fixaient Keziah :

- Sire, vos ordres ont été exécutés, les chambres et le diner des convives humains sont prêts. Je dois également vous faire part de certaines nouvelles concernant la politique du Royaume.

Au ton de sa voix et à son regard, le prince Saphir comprit qu’elle avait des choses importantes à communiquer au prince noir et que sa jeune présence n’était plus de mise. Juste derrière, une servante apparut et la mystérieuse vampiresse dit à l’enfant, avec déférence :

- Jeune altesse, cette servante est à votre service et va vous conduire jusqu’à votre chambre. Vous devez certainement être épuisé après un si long voyage et affamé…

Le blond acquiesça de la tête et se tourna vers son hôte :

- Merci de m’avoir amené jusqu’à ce lieu merveilleux ainsi que pour notre conversation. J’ose espérer que nous aurons l’occasion de la poursuivre prochainement…


Ensuite, celui-ci disparut dans le jardin des roses, en compagnie de la servante, l’esprit encore troublé par cet entretien avec le vampire.
HRP: voilà c'est ma conclusion ambre est-ce que tu veux ajouter autre chose ou je peux me charger de réclamer l'xp et l'ajouter à la chrono ? Merci pour le RP catkiss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Entretien avec un vampire (PV Keziah)

Revenir en haut Aller en bas

Entretien avec un vampire (PV Keziah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Carnet] Entretien Avec La Vierge
» Entretien avec un vampire
» Entretien avec un vieux
» Entrevue avec le DG des Bruins
» Entretien avec ma future baby-sitter [pv Charlotte]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-