Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« Les vents contraires. » - Alford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: « Les vents contraires. » - Alford Dim 4 Déc 2016 - 15:23

An 7 de l'ère d'obsidienne, 7 février.

Il y avait deux choses qu'elle n'appréciait pas, d'une part l'hiver, le ciel était gris, il régnait une obscurité froide et blanche, d'ordinaire, elle se satisfaisait de l'obscurité, mais l'hiver, il y avait trop de blanc et trop de gris et puis il faisait froid, mais ça s'était bien ce qui la dérangeait le moins, de par sa nature et par le fait qu'elle était emmitouflée dans la veste qu'elle avait empruntée à son géniteur, la fourrure avait quelque chose de rassurant, même si c'était quelque chose qui lui était difficile de sentir.

En fait, elle n'avait jamais réellement pris le temps d'errer dans le monde humain, cette perspective était à la fois amusante et effrayante, une envie furieuse d'explorer qui lui prenait les tripes, une excitation malsaine.. Comme avant d'aller à la bataille, c'était la première comparaison qui lui venait.

Elle observait longuement la ville qui se trouvait devant ses yeux, elle du haut d'une colline, presque les mains dans les poches, elle surplombait tout ça comme on regarde de haut une fourmilière, derrière elle la forêt, en fait, elle n'avait jamais voulu prendre le temps de visiter le royaume du dessus, comme elle aimait l’appeler.

Aphaïa observait la vile qui s'étendait sous ses yeux, enveloppé d'un léger brouillard, elle n'avait jamais su apprécier la manière d'on vivait les humains, toujours au grand jour.. Certains pourraient prendre cela pour de la jalousie, mais c'était loin d'être le cas, le temps avait fini par donner raison à la vampire, leurs défenses étaient bien fragiles..

Si elle avait pu souffler une buée se serait certainement échapper de ses lèvres, il y avait une neige épaisse, rien qu'elle appréciait, décidément, elle détestait l'hiver, l'hiver était une saison morte, elle voulait juste voir un peu le printemps..

Elle battait des semelles dans la neige, qui craquait sous ses pieds, finissant par lever les yeux au ciel, le gris rendait ce geste désagréable. Puis elle finissait par se dire dans un semblant de litanie :

Tout va bien, Aph, tout va bien.
Elle le répétait comme pour se rassurer,
ignorant ce qui se trouvait sous ses yeux.


Puis elle s'enfonçait dans les bois, elle avait une démarche pas vraiment souple, erratique même, en fait, elle était tout sauf discrète, elle avait comme à son habitude cet éternel bruit de ferraille qui la suivait sans cesse, comme si elle portait une armure sous son espèce veste. Avec les années, elle avait fini par ne plus l'entendre. Et l'humidité et le froid n'arrangeaient pas vraiment ce souci.

Bien entendu, la renarde regrettait presque les sous-terrains, quand la nature était ainsi morte, il n'y avait rien qui valait la peine d'être vu et pourtant les humains continuait de s'affairer dans leurs villes. Elle ne les avait jamais compris de toute manière.

La renarde finissait par entendre un bruit, bloquant son bras droit, pour qu'il arrête de produire du bruit, elle s'avançait, sentant comme une espèce de présence, et une odeur semblable à celle qui aurait pu être son repas, mais aujourd'hui la chasse sauvage était interdite, une chance pour la personne qu'elle avait sentie.

Elle soupirait et s'avançait, ne cherchant pas à être spécialement discrète, à cause du craquement de la neige ça serait peine perdue. S'arrangeant pour être dos à la personne, arrivant finalement à distance respectable, sait-on jamais.

Tu ne vas tout de même pas manger ça, non ?
Elle plantait ses yeux gris acier sur l'homme.


Celle qu'on aurait pu prendre facilement pour une gamine, n'en avait pas le regard, elle avait celui de l'acier, de la personne qui avait un vécu fait de bataille et d'autres choses aussi peu joyeuses. Elle était figée, sa voix avait été plus douce que son attitude, presque candide par rapport au reste.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Mer 7 Déc 2016 - 8:27

Les temps difficiles étaient derrière eux, les temps où Alford devaient faire couler le sang de toute provenance étaient révolus, enfin du moins pour un temps… Le plus longtemps possible étant le mieux bien entendu. Grand bretteur ou non il n'aimait pas devoir se battre sans cesse, il préférait tirer parti de sa réputation de grand épéiste pour offrir des cours d'épées aux nobles si possible, et non pour se battre sans cesse. Non se battre sans cesse n'était pas souhaitable, à un moment n'importe qui avait besoin de paix au risque de s'oublier dans la guerre et la violence.

Aujourd'hui encore il en avait vu de ces vétérans désœuvrés qui à force de ne vivre que par le sang et les armes ne savaient pas raccrochés. Ils ne se faisaient pas à une vie civile plus paisible, et d'une certaine manière il fallait savoir ce que c'était que la guerre pour décerner cette lueur dans leurs regard qui témoignait de la vie violente qu'ils avaient dû menés au nom de leurs familles, et de leurs nations. Et surtout voir que l'homme qu'ils étaient avant été morts… Lui-même l'était-il ? Il pensa à ces années à se battre contre tout ce qu'Armanda pouvait receler de dangereux, à la légende qu'il était devenu en sauvant le monde en compagnie des autres marcheurs, et grâce à l'épée astrale qu'il avait permit d'assembler pour pourfendre Vraorg le blanc, sauvant ainsi Armanda à deux reprises d'une certaine manière… Même s'il n'était pas forcément connu que pour cela ou en bien.

Non il vivait encore à l'intérieur, mais maintenant tout le monde sur ce continent savait qui il était. On le nommait aussi bien grand bretteur chez les humains que chez les elfes, ou les vampires. Cela ou protégé du dragon rouge car quiconque envisagerait de s'en prendre à lui périrait par le feu de Verith l'écarlate disaient certains. Oui il était connu sous bien des surnoms au fond, mais une chose qu'il appréciait. C'est qu'il commençait peu à peu à être vraiment apprécié, car d'accord pour la célébrité mais il préférait être connu comme un héro si possible...

Mais bon sang il ne s'y faisait pas vraiment à cette célébrité. Il pouvait se balader a peu près n'importe où il y avait toujours quelqu'un pour le reconnaître, ou pour l'accoster. Même les vampires le regardaient respectueusement, c'était… Déroutant, il avait l'impression d'avoir été propulsé dans un autre monde que celui dans lequel il était né.

Et alors qu'il entrait dans la forêt pour y trouver un peu de sérénité il se disait qu'il était bien loin le temps il était un simple fils de fermier, enfin qu'importe… Quand aux dangers possibles de la forêt il ne s'en faisait pas vraiment, raison d'ailleurs pour laquelle il ne portait pas tout son arsenal sur lui. Si Alford avait survécu 7 ans en étant pleinement concernés par tout ce qui était arrivé à Armanda, on pouvait deviner qu'il savait se débrouiller… De plus il n'était pas spécialement d'humeur à faire son paranoïaque, au final la cueillette des champignons étant plus une excuse pour s'éloigner de la ville quelques temps qu'autre chose.

Et à vrai dire dire s'il avait entendu en effet des bruits de pas dans la neige, il n'avait décidé de réagir que lorsque l'on l'alpagua. Il s'était donc retourné calmement alors qu'il avait un champignon de bonne taille dans la main droite. Dans son regard à lui il y avait autre chose. Pas celui de l'homme qui avait celui de l'acier, non un regard encore plus sombre. Une lueur qui témoignait que pour sa part il en avait trop vue, et fait assez en 7 ans pour suffire à tout humain, vampire, ou elfe mais que cela ne l'avait pas brisé… Mais ça ce n'était qu'une lueur qui se dissipa alors qu'il répondit calmement d'un air presque anodin.

« J'avouerai que c'est assez flasque ce type de champignon dans la bouche, mais bien cuisiné ça a bon goût on m'a dit. En tout cas au pire ça peut toujours se revendre au marché pour acheter quelque chose ayant meilleur goût avec l'argent ainsi gagner. » Puis il sourit d'un air sympathique, avant de reprendre.

« Comment vont les choses ces temps-ci pour toi ? Content de voir que tu te porte bien en tout cas. » Oui après tout il se rappelait qu'ils s'entendaient bien tout deux, notamment parce qu'il l'avait aidé une fois. Au fond Gorder ne le regrettait pas, par contre cela lui semblait toujours étrange de se dire que quelqu'un ayant un corps aussi jeune devait être aussi âgé… Mais bon au final rien ne l'étonnait, encore moins quand on est porteur par sa chair du contrat originel qu'avaient formulés les esprits avec la puissance créatrice de toute chose. Cette impression bizarre qu'il avait que son corps appartenait à quelque chose de cosmique et non pas qu'à lui-même étant assez étrange en vérité… Mais autant ne pas y penser, à ça ou à la responsabilité écrasante qui avait peser et pesait peut-être toujours sur sa simple existence d'une certaine manière.

« Que puis-je faire pour toi ? » Conclut-il donc pensif avec un sourire bourru alors qu'il s'était un peu approché d'elle. Se disant qu'au fond il était bien content d'avoir contribué à ce que tout aille au mieux sur le continent il y a quelques années de cela, et aussi à ce qu'elle se porte bien. Il avait vraiment l'impression d'avoir accomplit quelque chose qui n'était guère futile dans les deux cas, et par sa barbe cela ferait des chouettes histoires à raconter au coin du feu quand il serait grand. Mais par la peste avant de vieillir il comptait bien voyager pour découvrir ce monde de toute manière...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Mer 7 Déc 2016 - 21:27

La paix n'était là que depuis bien peu de temps, elle l'avait attendu assez longtemps, mais maintenant que c'était le cas, elle se sentait vide, comme si un morceau d'elle-même était parti en même temps que la paix arrivait, le retour était bien plus difficile que ce qu'elle aurait cru, elle n'avait mis le nez hors de sous-terrains que pour sortir Louve ou maintenant en fait et l'autre fois où ils s'étaient rencontrés.

D'ordinaire, elle n'appréciait pas de devoir quelque chose à quelqu'un, encore moins à autre chose qu'un vampire, mais cet humain-là était un peu moins détestable que les autres.. Bon très franchement appréciable disons. Elle plissait les yeux pendant qu'elle se posait la question, finissant par s'approcher dans un concert de grincements à cause des plaques de métal qui se frottaient l'une à l'autre, visiblement, elle avait besoin d'une petite révision.

Elle faisait partie de ceux qui appartenaient à une époque révolue, elle aimait bien trop se battre et faire couler le sang pour s'adapter au moule qu'imposait la société actuelle. Et ce même si elle ressemblait à une enfant, tous les soldats qui s'étaient battus avaient perdu quelque chose d'important, leur humanité pour la plupart, leur santé mentale pour d'autres, ou un peu de chaque.

Aphaïa retenait de s’esclaffer en le voyant avec ce champignon, préférant opter pour une moue mi-moqueuse mi dégoûtée, ça ne lui inspirait pas grand chose en tant que vampire et encore plus en tant que gamine.

Vous mangez vraiment n'importe quoi.
Elle avait un ton plus enjoué,
même son regard s'éclairait d'une petite lueur maligne.



Contrairement à la majorité des vampires, elle n'avait absolument aucun souvenir de sa vie d'autrefois, pas même son nom où une impression de déjà vu dans un lieu où elle avait vécu, juste le néant, mais malgré ça elle gardait un dégoût des aliments inconnus propre aux enfants.

La vampire était toujours aussi franche et ses deux côtés toujours singulièrement différents, c'était un ami alors elle n'avait pas à se forcer à paraître supérieure, il était plus un égal que n'importe qui d'autre, elle connaissait sa réputation, et même s'ils n'ont pas toujours été du même côté, elle le respectait pour ses faits d'armes.

Elle grimpait sur le tronc d'un arbre qui était tombé, aimant se donner parfois un peu de hauteur, elle semblait malgré tout d'assez bonne humeur, curieusement. En fait, elle était même plutôt contente de le voir, en oubliant même son racisme ordinaire.

J'explore le monde du dessus. Et toi vieux Alfy ?
Toujours en vie à ce que je vois.
Elle lui accordait même un petit sourire,
un brin moqueur.


Elle mettait rarement le nez dehors quand elle n'avait pas de mission, surtout que la plupart des gens gardaient un mauvais souvenir d'elle, elle en avait déjà fait l'amère expérience et une chance qu'il fut là pour la tirer de ce mauvais pas.

Avançant un peu sur son tronc les mains dans les poches, non sans garder un œil sur l'homme qui semblait si vieux qu'il aurait bien pu être son père, mais elle l'était encore plus, elle n'était pas triste d'être coincée dans le corps d'une enfant pour toujours, bien au contraire.


Ton odeur à éveiller en moi un besoin primaire.
Puis je me suis rappeler qu'on a plus le droit de manger les humains.
Elle disait cela bien entendu sur le ton de la plaisanterie,
juste pour voir sa réaction.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Sam 10 Déc 2016 - 15:39

Il se disait que mine de rien si un simple champignon semblait la dégoûter, qu'est-ce que ce serait s'il lui disait que certains personnes mangent des huîtres, ou des escargots ? Lui-même ayant d'ailleurs mal avec ce genre de régime, c'est que Gorder venait d’une région où on mangeait surtout des produits agricoles, ou ayant un rapport quelconque avec le lait de chèvre, mais autant éviter de trop penser à cela pensa t-il. L'époque où il trayait des chèvres étant révolue après tout...

« Franchement ? Je peux pas te donner tort à ce sujet. » Répondit-il donc avec son humour bourru habituel mais avec une certaine sincérité, en effet on ne pouvait pas dire que les êtres humains n'étaient pas capable de manger a peu près tout et n'importe quoi, cela en devenant presque impressionnant…

Mais en dehors de cela sinon Gorder était d'assez bonne humeur, notamment car Aphaïa l'était aussi et qu'au final il ne fallait pas grand-chose pour que le mercenaire soit pour sa part assez bien lotit de ce côté. Il n'était pas un homme bien difficile après tout, c'était plutôt même l'inverse. Il était de mauvaise humeur quand on essayait véritablement de le mettre dans cet état, et pas autrement en général.
Après il devait aussi avouer être fasciné d'une certaine manière par cette jeune femme, mais plus à cause de grande curiosité qu'autre chose. Après tout elle était une vampire qui devait être plusieurs fois centenaires, et avait le corps d'une très jeune femme, et à vrai dire il s'étonnait même de la facilité qu'il avait à passer par dessus ce fait pour discuter avec elle. En même temps Gorder devait être le genre d'homme capable de s'habituer à tout à bien y réfléchir…

Ce qui voulait peut-être dire qu'il avait une vie assez étrange sur tout ses aspects pour que rien ne lui paraisse tant sortir de l'ordinaire que cela… En somme il devait avoir une vie bizarre en effet, mais le pire étant qu'il semblait l'apprécier, après tout on a qu'une vie. Alors qu'elle soit hors-norme n'est pas un mal…

« J'ai l'impression que tout le monde s'étonne que je sois encore en vie ! » Dit-il ensuite amusé ensuite quand elle lui demanda s'il était encore en vie, par son ours en effet beaucoup de monde lui demandait cela. Avant de reprendre ensuite plus sérieux. « Moi ? Je voyage, je découvre le monde. Je teste de nouvelles choses. Je me dit que comme l'on a qu'une vie autant en profiter pour découvrir ce vaste monde et tout ce qu'il a à offrir. » Cela dit d'un sourire sincère néanmoins, après tout il n'hésitait point à révéler sa grande passion pour le voyage et l'inconnu d'une certaine manière.

C'était un fait, Gorder ne devait pas être le genre d'homme à vouloir rester toute sa vie au même endroit. Non il voulait voyager, découvrir l'inconnu, vivre sa vie et en profiter. Il était un voyageur dans l'âme, et il ne serait guère étonnant sans doute qu'il s'amuse à voyager dans tout armanda dans sa globalité quand il en aurait l’occasion…

« Mon odeur ? » Dit-il ensuite un peu étonné aux dernières paroles de son amie avant d'éclater d'un rire franc et bourru quand elle finit de parler. Et de reprendre bon bougre alors qu'il se reprenait. « Ton humour est toujours aussi percutant… Je suppose que je devrais me sentir toucher d'avoir une aussi bonne odeur. » Cela toujours dit avec humour, il devait être l'un des rares hommes à pouvoir plaisanter sur cela après tout. Sur ce il ajouta toujours de son air bonhomme alors qu'il s'approchait un peu en regardant le tronc…

« Dire que si je m'amusai à faire la même chose que toi le tronc roulerait sous mon poids, et je me vautrerai en beauté… Ce qui est dommage quand on fait ma corpulence au final c'est qu'on a du mal à pouvoir grimper aux arbres car les branches ne sont pas assez solides pour supporter mon poids. Pour ta part tu ne dois avoir aucun mal à le faire... » Ajouta t-il donc d'un ton anodin comme si ça ne lui semblait pas forcément être une mauvaise chose d'être moins massif sur lui. Après ce n'est pas comme s'il était une montagne de muscle… Sur ce il reprit d'un air complice.

« J'avouerai être pour ma part ici pour m'éloigner un peu de la ville, disons que des fois c'est bien de prendre ses distances avec la civilisation. » Avant de prendre ensuite un air pensif pour ajouter d'un ton curieux. « Dit moi est-ce que c'est beau les souterrains ? Et Dureroc est-ce une magnifique cité ? J'avouerai être curieux de visiter tout cela un jour si je le peux… » Avant de conclure sur ce après qu'elle lui ait répondu.

« Sur ce si tu as envie… Disons que j'ai trouvé il y a peu un petit champ de fleurs perce neige. Cela t'intéresse ? » Après tout ce n'est pas commun comme trouvaille, et comme il savait qu'elle avait un certains amour pour les fleurs il se disait que c'était une idée sympathique… Enfin si ça la tentait bien entendu !


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Dim 11 Déc 2016 - 22:55

En fait pour une vampire n'importe quoi semblait assez désagréable à manger, sauf les fleurs la concernant, mais les fleurs ce n'était pas comestible hormis quelques espèces et celle qu'elle préférait était plutôt dans le genre toxique. Tout ce qui est beau cache quelque chose.

Elle ignorait tout des curieuses manies des mortels, à vrai dire, elle ne se préoccupait pas vraiment de la vie de ses ennemis, juste assez pour les vaincre en tout cas, elle se sentait bien supérieure à eux, très peu de non-morts pouvaient se venter d'être son égal, l'homme qu'elle avait en face d'elle faisait donc partie d'une certaine élite à ses yeux. Il y avait quelque chose de rassurant à en faire partie, d'une part, il y avait bien peu de chance qu'elle tente de lui faire du mal et elle ne s'en servirait pas comme repas. Un allié en quelque sorte, un ami peut-être aussi.

Comme toujours la renarde s'exprimait très peu, juste pour dire le nécessaire, elle faisait partie des rares personnes que les guerres n'avaient pas changées, depuis qu'elle s'était réveillée dans la rivière et maintenant en face de l'humain, rien avait changer. C'était à la fois rassurant et inquiétant..

Tu as vu tout ce qu'il t'arrive ?
Franchement, j'en connais qui a ta place auraient peur de sortir de chez eux.
C'était vraiment à se demander si sa chance était ordinaire.


Elle l'écoutait attentivement, elle ne comprenait pas cette passion pour l'extérieur, hormis pour les fleurs, elle trouvait qu'il n'y avait rien à voir et surtout elle supportait difficilement les êtres du dessus, en fait, elle préférait la grotte dans laquelle elle se terrait depuis presque toujours. Elle haïssait le monde du dessus, et c'était sans doute pour ça qu'elle voulait à tout prix le voir, brûler, brûler pas détruit, elle n'était pas malade.

Et pendant qu'elle gardait ses sombres pensées pour elle, elle lui jetait un rapide coup d'œil malicieux, un sourire léger mais froid sur les lèvres.

Je n'ai pas dit bonne odeur..
Son sourire s'étirait un peu.


Aph regardait quelques secondes ses pieds quand il faisait le commentaire sur le fameux tronc d'arbre, il était vrai que sa stature comportait que des avantages, et ça lui convenait parfaitement.

Je suis un vrai chat.. Je grimpe de partout.
Je vis un peu loin de tout, mais c'est très joli la capitale, tu devrais y aller.


Elle se terrait toujours dans le même coin humide depuis presque un siècle, elle était assez débrouillarde pour ne manquer de rien, elle mettait le nez à l'extérieur de son trouve que pour s'occuper de la Louve et de ses recrues. Et peu de gens y trouvaient à redire.

Puis c'est tout naturellement qu'elle se jetait sur lui, de manière à l'attraper par-derrière, elle était plutôt rapide et agile, quand il parlait d'un champ de fleur ce n'était pas ses préférées, mais elle semblait plutôt contente, soufflant dans son cou avant de déposer un baiser chaste sur sa joue. Se hâtant de descendre vite avant de se faire dégager.
Tu sais parler aux femmes toi. ~

Ses yeux brillaient d'une lueur amusée, il avait touché juste, en fait, c'était même la seule manière d'attirer son intérêt, les fleurs, il n'y avait que ça et pour un vampire c'était plutôt surprenant.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Sam 17 Déc 2016 - 8:00

« Comme le disait mon père ! Quoique je ne me souviens pas s'il a dit. Les ennuis ont cette qualités qu'ils rendent vôtre vie infiniment plus intéressantes. Sûr qu'en comparaison si j'étais resté dans ma ferme natale à traire des chèvres je m'ennuierai beaucoup... » Répondit-il du coup assez pensif à la vampiresse qui faisait remarquer qu'en effet il arrivait beaucoup de choses au mercenaire… Mais voyons le bon côté de tout ceci ! Il ne s'ennuyait pas le moins du monde après tout, sûr qu'il n'avait pas vraiment le loisir de s'ennuyer.

« Cela ce sent tant que ça que j'ai bu une pincée d'absinthe ? »
Dit-il ensuite un peu amusé quand elle précisa qu'elle n'avait pas forcément dit qu'il avait une bonne odeur, mais oui sinon il aimait pas mal l'absinthe. Une bonne boisson forte qui avait l'avantage de vous rendre d'humeur plus légère, et d'apaiser vôtre esprit. Oh bien entendu il n'achetait que de l'absinthe elfique, la meilleure sans aucune doute. A se demander d'ailleurs comme cela se faisait que les elfes étaient si doués pour fabriquer un tel alcool…

« Oui, et moi je suis un gros ours. » Dit-il ensuite amusé quand elle dit qu'elle était un chat, avant de reprendre ensuite plus sérieusement. « Je ne manquerai pas d'aller visiter la capitale du coup ! Le seul truc qui m'embête c'est qu'un marchand m'avait dit qu'il fallait des fois attendre des jours pour pouvoir passer les contrôles à l'entrée de la ville. » Mais il haussa les épaules à ce qu'il venait de dire, comme pour dire qu'au fond ça ne le dérangeait pas tant que ça, même si bien entendu l'idée de croupir pendant quelques jours à l'entrée d'une ville n'était pas forcément la plus plaisante qui soit.

Enfin sinon il ne put s'empêcher de sourire de façon amusée et de rire un peu quand elle se jeta sur lui pour l'attraper par derrière, comme une enfant heureuse. Par contre il rougit légèrement quand elle lui déposa un baiser sur la joue, avant de se reprendre ensuite assez vite quand elle souligna en sous-entendu qu'il avait fait mouche. Eh bien visiblement elle savait communiquer son contentement !

« Il faudra qu'on m'explique dans ce cas pourquoi je suis un éternel célibataire. » Dit-il seulement avec un peu d'auto-dérision en réponse aux propos de la vampiresse quand celle-ci dit qu'il savait parler aux femmes. Ce avant de mener celle-ci vers le champ de fleurs dont-il avait parlé...

Un champ de fleurs d'une taille très respectable en effet car il était dans toute une clairière, et cela donnait une allure assez irréelle au paysage qui alternait entre nombreuses fleurs, et couche de neige au sol…

« Quelqu'un m'avait dit un jour, que comme l'espoir plongé dans les plus profonds ténèbres. Les perce-neiges finissent toujours par germer à travers la plus épaisse couche de neige... » Glissa d'ailleurs Alford d'un ton de philosophe de comptoir alors qu'il se baissait pour regarder les perces neiges… Il prit ensuite un bouquet de perce neiges de couleurs bleus, sans doute d'un genre assez rare et les tendit à Aphaïa.

« Tu n'as jamais pensé d'ailleurs à avoir une sorte de petit jardin où tu pourrais faire pousser toutes les fleurs que tu désire ? Ah d'ailleurs quand j'y pense. » Demanda t-il au passage amusé alors qu'il sembla exciser ensuite un sort. Il joignit donc les paumes de ses deux mains, et un bouquet de bouton d'or apparu dedans. Amusé de la surprise qu'il venait de faire il ajouta taquin.

« Quelqu'un m'avait apprit ce petit tour, qu'en pense-tu ? » Bon ce sort avait peu d'utilité pratique dans les faits, mais il supposait que c'était l'intention qui comptait après tout. Et puis ce n'était pas courant les boutons d'or en hiver après tout ! Et grâce à lui elle n'avait du coup pas eu à attendre des mois avant d'en revoir heureusement...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Sam 17 Déc 2016 - 20:44

Je dois t'avouer que maintenant que la paix est là.. Je m'ennui.
Sa voix enfantine tranchait singulièrement avec ce qu'elle sous-entendais.


Elle mentirait si elle disait qu'elle n'aimait pas la guerre, elle aimait se battre, elle aimait tuer, les vampires étaient des prédateurs, il n'y avait rien de mal à cela, mais plus le temps passait plus elle croisait de vampires 'domestiqués', par là imaginez des vampires qui copinent avec la nourriture ou leurs ennemis héréditaires, bien entendu elle n'aimait pas vraiment cela, mais comme elle n'avait pas son mot à dire.. Le problème se réglait de lui-même, et puis elle même copinait avec quelques humains.. Mais les amis ça ne se mange pas.

La rousse contentait de hausser les épaules quand il lui parlait de son odeur d'absinthe, elle n'avait pas vraiment fait le rapprochement à vrai dire, ce n'était pas son idée première. Mais elle préférait se taire là-dessus, se contentant de l'observer distraitement. L'ours oui, voilà, ça le représentait bien, le côté ronchon en moins.

Il est en effet assez difficile d'y entrer, quand tu y iras fait moi signe.
Par là elle entendait qu'elle pourrait probablement l'aider.


L'homme n'était pas un criminel après tout, et puis c'était un assez bon ami, il n'avait même pas tenté de la tuer malgré les passifs qu'elle avait, elle avait fait son lot de victimes sur les champs de bataille avant de devenir théocrate. Autant dire que ce mélange était assez peu apprécié de nos jours.. Et d'un côté comme de l'autre, elle en avait tiré pas mal de plaisir. Sauf qu'elle tournait en rond à présent, mais au moins ces changements la rendaient un peu plus tolérante.

Une fois descendue, elle lui offrait un sourire enfantin, en oubliant sa froideur habituelle et son bras droit, elle pouvait passer très facilement pour une enfant. Et elle avait un petit air minot qui allait dans ce sens, l'homme avait parfaitement cerner la vampire, il ne fallait rien de plus que des fleurs, ou qu'un fait d'armes pour attirer son attention, l'homme combinait les deux, il marquait donc un point.

Pour survivre à l'hiver, leur détermination à pousser malgré la neige est surprenante.
En fait elle ne connaissait pas grand chose du monde extérieur.


Elle prenait délicatement les fleurs et les observait attentivement, se rendant compte qu'il pouvait y avoir du beau dans l'hiver, malgré le froid, la pluie et la grisaille, l'odeur de neige et de bois humide.. Comme quoi il y avait bien des choses qui pouvaient vivre sur les terres désolées par le froid et la glace.. Aussi étonnant que ça pût paraître.

Un jardin ?
En fait elle ne connaissait pas grand chose du monde extérieur.


Puis quand elle le voyait user d'un sort pour faire apparaître des bouton d'or dans ses mains, elle lâchait un éclat de rire franc et enfantin. Même si elle n'appréciait pas vraiment la magie, elle semblait plutôt apprécier, cet autre cadeau.. Il y avait un petit quelque chose de combler à présent dans le regard gris-bleu de la vampire.

Si je ne te connaissait pas je penserais que tu es en train de me séduire.
ça me fait très très plaisir d'en revoir.
Et malgré la guerre de tout le reste il y avait toujours quelque chose..
d'enfantin en elle.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Lun 19 Déc 2016 - 19:44

Alford pouvait comprendre qu'elle s'ennuyait, bon pour sa part ce n'était pas le cas mais il supposait que pour une vampiresse qui aimait se battre ça pouvait se comprendre… Enfin bon il n'allait pas la juger spécialement de ce côté, il n'était pas du genre à juger avec facilité après tout. Gorder étant capable d'empathie au fond, sauf envers ceux qui étaient de l'apanage de Vraorg le blanc, mais Vraorg le blanc avait été un cas spécial et totalement désespéré et désespérant en vérité.

Ainsi il se contenta de hausser les épaules d'un air de « en effet il y a de quoi s'ennuyer je suppose. » Quand elle avait dit cela, avant de reprendre ensuite au sujet de Dureroc. « Ah pour le coup je n'y manquerai pas. Merci à toi. » D'un sourire jovial, et assez reconnaissant d'avance. Après tout si cela pouvait lui éviter une attente de plusieurs jours il ne dirait pas non… Surtout qu'il sentait que les vampires à l'entrée n'hésiteraient pas à lui poser pleins de questions plus ou moins gênantes malgré le fait qu'il n'avait rien à se reprocher.

Car bon, la célébrité n'avait pas que du bon. Et le désavantage quand tout le monde quasiment sait qui vous êtes, c'est que les gens savent à la fois les bonnes, et les mauvaises raisons pour lesquelles vous êtes célèbre. Et s'il avait été prouvé qu'Alford n'avait pas tenté vraiment d'assassiner Korentin Kohan, il restait qu'un brin de cette réputation faussée de traître lui collait encore à la peau.

« Va savoir pourquoi, mais je préfère l'hiver à l'été… Le froid à la chaleur, je ne sais pas. J'ai l'impression que le premier affermit le corps, et le renforce là où le deuxième le ramollit un peu. » Confia t-il d'ailleurs au sujet de l'hiver, en précisant néanmoins. « Ou peut-être mon petit côté solitaire qui se dit que le monde est assez tranquille quand il fait froid, et qui aime bien ça. Peut-être mon totem qui sait ? » Après tout il lui avait sans doute dû lui dire qu'il était lié à l'ours. C'était un totem assez courant au fond, et assez militaire. Celui des guerriers qui étaient à la fois fort et intelligents…

« Oui un jardin. En somme tu fais pousser toi-même des fleurs avec des graines, tu les arrose, tu met de l'engrais. Et tu attend qu'elles poussent. Ainsi tu peux faire pousser autant de fleurs que tu veux, et peux même t'amuser à les entretenir de manière à ce qu'elles soient un peu différentes. » Dit-il ensuite au sujet du jardin avant de sourire de façon légèrement bonhomme quand il vit que l'idée de faire apparaître des boutons d'or était appréciée.

« Te séduire ? Tu sais si ça se trouve je suis peut-être le genre à apprécier les hommes. » Dit-il plaisantin avant de reprendre avec humour. « De toute manière si je devais te séduire, je n'aurai sans doute aucune chance par rapport à un fleuriste ! » Puis plus sérieux. « Blague à part, quelque chose me dit qu'une dame comme toi as déjà dû trouver quelqu'un, ou bien que tu dois avoir en vue un, ou une élue en vie qui sait... » Avant de reprendre en regardant les environs.

« Quand à moi je n'ai probablement aucun talent pour séduire et je n'ai encore personne en vue pour le moment…. Mais mmmmh par hasard, aurais-tu des conseils d'ailleurs ? Enfin si cela ne te dérange pas de m'en donner bien entendu. Disons que mon absence de talent là-dedans doit-être aussi immense que l'ancienneté d'un vampire millénaire. » Après tout c'était une femme, et elle devait sans doute savoir du coup ce qu'appréciait les autres femmes… Ou du moins avoir un peu plus de l'expérience que lui dans ceci. A voir...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Mar 20 Déc 2016 - 17:15

La vampire estimait qu'en temps de guerre, il n'était pas question d'offrir de la pitié aux ennemis, voilà pourquoi elle ne regrettait pas, ni à la sortie des sous-terrains, ni lors de l'invasion alayienne et encore moins quand elle était théocrate. La guerre apportait certes son lot d'injustices et de morts inutiles, mais c'était comme ça. Et puis elle ne se voyait pas mourir autrement que sur le champ de bataille, mais dans très longtemps.

Je te dois bien ça.
Il lui avait bien sauver la vie, après tout.


Et s'il n'avait pas été là, le Fléau Rouge n'aurait été qu'un vilain souvenir d'une époque à présent révolu, et fort heureux qu'il l'eut sauvé ainsi elle pourrait continuer à construire sa légende malgré elle et à servir son pays du mieux qu'elle pouvait.

Elle aimait bien ce vieux grand-père, il ne lui avait jamais rien reproché, mais il parlait beaucoup et elle très peu. Il était vrai qu'elle savait pratiquement tout de la vie de l'homme, et lui hormis ses faits d'armes, il ne savait pas grand chose de la petite rousse. Si ce n'était qu'elle ignorait tout du monde du dessus comme elle aimait l'appeler et de son goût pour les affrontements.

Tu parles beaucoup de toi alors que tu ne sais rien de moi, pose moi une question et j'y répondrais. C'est comme ça que ça marche chez-vous, non ?
Elle ne connaissait de ses ennemis que ce qu'elle avait appris au combat, ses connaissances s'arrêtaient là.


Pour dire, elle trouvait même curieux que les mortels vivent en plein air alors qu'ils avaient subi de multiples attaques ! Elle ne comprenait pas vraiment ce choix de défense qui lui paraissait plutôt surprenant. Où peut-être qu'ils étaient comme les plantes et avaient besoin de soleil pour grandir..

La jeune fille était exactement comme un diamant brut caché dans un bloc de charbon, noire, sombre et mauvaise, mais si on prenait le temps de gratter un peu le charbon.. Elle révélait un certain éclat, au fond, elle n'était peut-être pas si mauvaise, juste qu'elle faisait ce qui devait être fait sans se poser de question.
L'hiver toute la nature est morte, l'hiver sent mauvais, l'hiver est vide. Mais y a quelques battants qui luttent pour ne pas mourir.
Elle se penchait sur les fleurs.


Elle l'observait d'une curieuse façon quand il parlait de faire un jardin, elle aimait beaucoup les fleurs, donc forcément la chose lui paraissait agréable, elle prenait note de cela dans un coin de sa tête, l'idée semblait énormément lui plaire.

Tu sais je n'ai connu que deux personnes dans ma vie. Le secret je dirais.. C'est d'être naturel, car ce que tu caches finira toujours par ressortir.
C'était comme une évidence mais c'était vrai.


Ce n'était peut-être pas la bonne personne pour lui donner ce genre de conseil, elle avait vécu pratiquement toute sa vie avec le même homme et commençait tout juste à se reconstruire, mais sa vie de couple était loin d'être sa priorité, elle avait l'éternité pour ça après tout. Vu qu'elle ne comptait pas mourir tout de suite.

Elle s'arrangeait de manière à lui tourner le dos pour ne pas qu'il voit ce qu'elle faisait dans son coin, ses petites mains se mettait rapidement à l'œuvre, elle avait fait ça toute sa vie..


Baisses-toi, papi.
Tout en continuant à faire son affaire.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Ven 23 Déc 2016 - 8:47

Il se contenta de sourire doucement quand elle lui dit qu'elle lui devait bien cela, eh bien soit. Lui-même ne considérait pas qu'elle avait spécialement une dette à son égard, mais bon certaines personnes avait un honneur qui faisait que… En somme il n'irait pas critiquer ses choix, et encore moins les contester à ce sujet. C'était souvent d'ailleurs la meilleure manière de bien s'entendre avec tout le monde que de ne pas critiquer tout le temps ce que font les gens avait remarquer Alford, donc bien évidemment il avait finit par développer cette habitude.

Surtout qu'au fond Alford était célèbre oui, mais voulait que ce soit pour les bonnes raisons, il faisait donc de son mieux pour qu'on se souvienne de lui comme un héros, et un bienfaiteur. Non pour l'inverse, car il n'y avait au final pire destin que celui d'avoir un nom détesté et honnie pour l'éternité à ses yeux…

« Te poser une question ? Ma foi oui. » Dit-il ensuite pensif quand elle lui proposa cela pour qu'il en sache plus sur elle. Et en vérité il n'avait pas fait ceci jusque là car il n'avait pas l'habitude de le faire au final…

« Eh bien dans ce cas… Est-ce que tu aime la musique ? Danser ? Les arts ? Qu'est-ce que tu aime tant dans les souterrains d'ailleurs ? » Si elle voulait des questions en voilà ! Et des questions qui lui permettrait de mieux la connaître si elle voulait parler d'elle. Enfin en somme il posait les questions qui lui venaient en tête, et qui avaient susciter sa curiosité d'une certaine manière.

Après tout elle avait raison, il connaissait pas tant de choses chez elles alors qu'il parlait pas mal de lui souvent… Après quelqu'un lui avait dit que les femmes aimaient bien parler d'elle, donc il supposait qu'en effet c'était une bonne chose de les encourager à faire ceci, et surtout de les écouter ensuite patiemment quand elles le faisaient.

« L'hiver les ours dorment. » Dit-il ensuite d'un air neutre quand elle disait pour sa part qu'elle n'aimait pas forcément l'hiver, ce qui pouvait se comprendre. Après tout il n'était pas du genre à juger les goûts des autres… Et d'ailleurs elle semblait assez curieuse quand à l'idée de faire un jardin. A croire qu'il avait eut une bonne idée tiens ! Il n'en était pas mécontent mine de rien, et ressortait donc assez satisfait du fait de l'avoir énoncée. Il avait l'impression d'avoir été plutôt utile.

« Oui… Eh bien dans ce cas-là je vais supposer que quand je devrai rencontrer la bonne personne, cela arrivera. » Dit-il ensuite avec réflexion quand elle lui conseilla d'être naturel, même si au final il ne savait pas trop s'il arriverait tout de même à trouver l'amour de sa vie un jour… Il tâcherait de suivre ce conseil tout de même.

Par contre il se demanda pourquoi elle lui demanda de se baisser tout à coup alors qu'elle lui tournait le dos pour faire quelque chose. Curieux Alford s'exécuta donc avant d'ajouter d'un air pensif.

« Voilà. Puis je savoir pourquoi ? » Demandait-il au passage alors qu'il s'était ainsi baisser pour être à son niveau. Il est vrai qu'Alford au final était un homme assez grand mine de rien, il devait être d'une taille respectable même du point de vue elfique tiens… Bon après sûr que face à un glacernois il devait avoir l'air petit, mais en même temps tout est petit par rapport à un homme de glacerne, ou même une femme de glacerne…

Enfin sur ce il se contenta donc de rester silencieux en attendant de voir ce que la vampiresse était en train de faire, car il se disait qu'elle devait avoir une petite idée en tête mine de rien. Et curieux comme il était il ne pouvait donc qu'avoir naturellement une certaine hâte de découvrir ce que c'était...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Mar 27 Déc 2016 - 1:13

La vampire accordait une très grande importance à l'honneur, l'honneur était le moteur du soldat, c'est ce qui empêchait certains de commettre des actes horribles et innommables, c'est ce qui l'empêchait d'abattre froidement un adversaire à sa hauteur ou même des innocents. Sauf si on lui ordonnait, si c'était des ordres tout était bien différent..

Elle ne s'était jamais intéressée au pouvoir, elle préférait faire partie de la minorité des vampires qui devaient obéir aux ordres, bons, elle s'était un peu battue pour obtenir sa place de capitaine, mais elle ne désirait pas plus, elle avait fait ses preuves par le passé et maintenant, elle n'était qu'un vétéran de plus maintenant que la paix était là, ça avait quelque chose de plutôt perturbant.

Raté, je n'aime que les fleurs et puis j'aime bien être seule,
dans l'obscurité pour réfléchir.

La vampire n'avait pour passion que les petites fleurs jaunes.
Aussi étonnant que ça puisse paraître.

Aphaïa n'avait jamais été très bavarde, elle parlait peu et préférait agir, c'était quelque chose de plutôt troublant d'avoir en face de soit quelqu'un qui ne meuble pas, qui ne parle que pour dire le strict minimum. Elle pouvait paraître plutôt froide en apparence, mais si on la connaissait un peu, il est aisé de voir que ce n'est qu'une attitude de façade, professionnelle si l'on peut dire.

Il y avait très peu de vampire qui comme elle étaient encore de l'ancienne école, en fait la plupart des vampires vagabondaient sur le continent plutôt que de servir leur pays. Quant à elle, elle tâchait de ne pas perdre la main au cas où un conflit éclaterait. Ils étaient peut-être ami en cet instant, mais peut-être que cela ne durerait pas et ce jour-là, la pitié n'entrera pas en jeu, elle le savait, sur le champ de bataille les règles changeaient, pas de pitié, pas d'amis, pas de frère d'armes..

Elle était un mélange de petites choses, elle s'intéressait enfin au monde extérieur, comme des ours qui dorment tout l'hiver, comme des paresseux, sans doute qu'eux aussi n'aimaient pas la neige. Elle haussait légèrement les épaules en l'écoutant.

Puis elle continuait de bidouiller son affaire, en tournant bien le dos à l'homme, pour qu'il ne puisse rien voir de la petite surprise qu'elle lui concoctait, puis elle finissait par enfin se retourner pour poser sur sa tête une couronne de perce-neige. Puis elle observait d'un œil critique sa création, semblant plutôt contente de son œuvre.

Il y avait de quoi rire, c'était certes une adversaire formidable, mais aussi une gamine qui aimait les fleurs, une particularité qui lui était propre, deux facettes d'une seule personnalité, diamétralement opposées.

Cela te va plutôt bien.

On avait bien du mal à croire que derrière cette enfant rousse, se cachait un prédateur sans pitié, qui serait prête à égorger son meilleur ami si on lui ordonnait, c'était presque effrayant quand on y repensait, mais c'était l'apanage des enfants transformés en vampire, certains trouvaient que c'était un crime, mais elle avec les années trouvait cela normal, et puis elle n'avait pas le choix. Même si avec le temps, elle s'était découvert des désirs plus adultes.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Ven 30 Déc 2016 - 12:22

Pour sa part Alford non plus n'avait jamais trop désiré le pouvoir, en même temps ce n'est pas comme si c'était vraiment son domaine de prédilection… Après qui sait ? Peut-être qu'avec son immense renommée il aurait pu en effet se faire une chouette compagnie de mercenaire, ou être engagé par un noble pour soutenir politiquement ce dernier par son soutien, mais… Disons que les talents en politiques du mercenaires s'arrêteraient là sans doute, lui il était un militaire pas un politicien. De plus ce n'était pas le genre d'occupation qui le passionnait que de mentir, et manipuler à tour de bras pour diriger un pays…

Il se contenta d'ailleurs de sourire simplement quand elle vint lui dire qu'elle n'aimait que les fleurs, et préférait être seule pour pouvoir réfléchir dans l'obscurité. C'était des occupations tout à fait honorable pensa t-il, ce n'était pas lui après tout qui allait contester les bienfaits potentiels de la solitude. C'est que même s'il était du genre sympathique, lui aussi aimait bien de temps en temps être un peu seul.

Après il était fascinant de se dire qu'elle était professionnel en tout temps mine de rien pensa t-il, du moins qu'elle s'en donne l'air même s'il ne croyait pas en la froideur qu'elle paraissait aborder sinon elle ne passerait pas volontairement du temps avec lui… Mine de rien il se demandait d'ailleurs si ça devait être difficile la vie en tant que vampire lorsque l'on avait le corps d'une gamine de 12 ans disons…

Quand à une potentielle guerre, Alford n'y pensait pas trop. Il avait déjà dû affronter trop d'ami et de frères d'armes dans les temps passés après tout pour avoir envie que cela arrive à nouveau, après… Comme il était merco son implication dans une future guerre était assez ambiguë, surtout si ces prochaines guerres ne seraient rien d'hégémonique ou sombre mais juste des conflits d'intérêts.

Oui dans ce cas-là ce serait un peu lui qui choisirait dans quel camp il se trouverait, mais bon… De toute manière il trouverait sans doute du boulot, tout le monde voudrait probablement ses services, c'était ça l'un des avantages d'une telle renommée. Et au fond ça faisait bizarre de passer de l'anonymat d'il y a 10 ans à cela. Que ce serait-il passé décidément s'il n'avait pas été impliqué dans cette histoire de prophétie, et de marcheurs ? Cela il ne saurait pas trop dire au final…

Mais fichtre il n'allait pas se plaindre d'être le protégé du dragon rouge par exemple, après tout c'était disons un grand honneur d'une certaine manière et aussi une bonne façon d'avoir la paix. La paix… Il avait encore beaucoup à faire mine de rien, ne serait-ce que pour définitivement enterrer ces quelques années à avoir servit la théocratie malgré lui…

« Je fais confiance à ton jugement vu que je n'ai de toute manière pas de miroir à portée de mains. » Ne put-il d'ailleurs s'empêcher de dire sincèrement amusé quand elle finit par lui poser une couronne de fleurs au dessus de la tête. Sur ce alors qu'il toucha légèrement du doigt cette couronne il finit par ajouter pensif.

« Dit, comme nous parlions de jardins… Je me dit qu'il serait peut-être bien de t'en montrer quelques exemples, car disons qu'il y en a pas mal en ville et tous plus magnifiques les uns que les autres. Du coup cela t'intéresserait ? » Après tout c'est bien de cela que les cités humaines ne manquaient pas, de jardins et de magnifiques œuvres architecturales. Même si surtout dans le cas des grandes villes. Cela nécessiterait donc juste qu'ils rentrent à Caladon pour aller voir quelques-uns des plus beaux jardins de la ville, si cela intéressait la vampiresse bien entendu !


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Lun 2 Jan 2017 - 16:17

La politique, elle préférait laisser cela aux grandes personnes, elle n'y comprenait pas grand chose et puis elle préférait l'action à la paperasse et aux longues conversations. Elle appréciait bien peu la maigre autorité qu'elle possédait, elle n'avait pas fait tout ce qu'elle avait fait pour le pouvoir loin de là. Elle aimait juste se battre et de fil en aiguille la voilà capitaine, une ascension plutôt surprenante au vu du physique qu'elle avait.

Quant au fait qu'elle ait passé autant de temps à l'ombre dans les galeries, tout simplement parce qu'elle n'aimait guère le monde extérieur et encore moins les bipèdes qui y régnaient, et puis en ces temps de paix, elle avait besoin de réfléchir un peu à sa condition, son époque était révolue et maintenant, il fallait pacifier au nom d'un traité qu'elle ne comprenait pas. Mais elle savait bien que sa manière de penser n'était pas la norme.

Sa vie en tant que vampire avait toujours été mouvementée, mais elle avait appris rapidement à se faire respecter, s'adaptant sans mal à la première loi des vampires, elle aurait pu continuer à grimper les échelons, mais ça ne l'intéressait pas vraiment, son grade actuel lui permettait de vivre décemment tout en lui permettant de flâner à droite et à gauche et d'avoir certains passes temps.. Sans pour autant se décrédibiliser.

La paix était quelque chose de très fragile, elle se contentait de suivre docilement les ordres, le traité devrait être respecté, mais dès que ça ne sera plus le cas, elle pourra ne nouveau s'amuser. Peut-être qu'elle appréciait la violence à cause de son géniteur ? Où était-ce un vice qui était présent depuis toujours et de toute manière, elle n'avait aucun souvenir d'avant. Mais ça ne la dérangeait pas, la vie qu'elle s'était construite lui convenait merveilleusement à présent.

Elle penchait légèrement la tête sur le côté en voyant que l'homme semblait apprécier le cadeau, elle avait beaucoup de mal avec les émotions des vivants, elle peinait à en comprendre les subtilités, ça faisait partie de son petit charme. Deux faces opposées d'une même personnalité, la vampire froide, raciste, parfois cruelle, et la gamine qui ne sait rien du monde qui l'entoure et qui adore les fleurs.

La rousse relevait les yeux vers l'homme quand il parlait de visiter une ville, humaine qui plus est, elle penchait un peu plus la tête, comme si elle ne comprenait pas. Il n'avait pas peur.. En fait.. Elle n'avait jamais mis les pieds dans une ville autre que la capitale vampirique, du moins sauf lors des guerres, mais le temps n'y était pas à la promenade.

Elle avait du mal à imaginer ce que c'était que de traîner dans un endroit occupé par l'ennemi.. Elle le regardait d'un air un peu incrédule, perplexe, c'était comme de lâcher un chien chez un boucher, bon, elle ne ferait pas de vague

D'accord, je te fais confiance.


C'était déjà une grande preuve de tolérance qu'elle lui faisait, il y a quelques années, elle lui aurait ri au nez, elle progressait doucement et puis il était question de fleurs.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Ven 6 Jan 2017 - 18:42

Alford tâchait pour sa part de ne pas trop cacher ses émotions face à elle, se disant que les vampires devaient disons être spécials de ce côté. Surtout car quelqu'un lui avait expliqué un jour que les vampires avaient du mal avec les émotions. Du coup bien entendu il tâchait de ne pas compliquer les choses inutilement.

Mine de rien il se demandait d'ailleurs ce que ça faisait d'être un vampire… Tiens ce serait peut-être une sujet de conversation à avoir avec elle pensa t-il, bon peut-être que ça tournerait un peu autour du fait qu'elle n'aimait pas la nature humaine, mais ça Gorder pouvait le comprendre. Après tout il n'était point homme à chercher les conflits, ou bien à se choquer des goûts des fois spéciaux de ses amis. Surtout que pour les vampires il comprenait que ces derniers aient une certaine tendance prédatrice disons, rien de bien désespérant donc. Dans sa tête cela nécessitait juste qu'on le prenne en compte.

« Tu va voir, tu ne sera pas déçue ! » Répondit-il d'ailleurs enthousiaste quand elle disait qu'elle lui faisait confiance, et acceptait sa proposition ! Bien, il n'aurait pas pu espérer mieux en réalité pensa t-il alors qu'il l'invitait à la suivre.

[…]

Ainsi ils ne tardèrent pas à arriver dans l'un des jardins de Caladon, celui-ci étant l'un de ceux de la partie riche de la ville. Des fleurs de tout types étaient donc plantés dans le jardin et maintenue en vie par magie qu'importe les saisons. Le décor floral étant splendides et très diverses pour le coup. Tout juste encadré par des fontaines par ci, et de luxueuses statues par là…

Et alors qu'Alford montrait un petit champ de coquelicots et de bouton d'or maintenu en vie ici par magie. Il glissa à cette dernière avec une certaine réflexion.

« En dehors de savoir si tout ceci te plaît, j'ai une question qui me trotte en tête j'avouerai. Une question peut-être un peu bizarre... »
Question qu'il ne tarda du coup guère à poser avec la curiosité qui était sienne du coup. « Cela fait quoi d'être une vampire ? Je veux dire… Comment on se sent ? Comment est-ce la vie de tout les jours ? D'ailleurs désolé au cas où c'est un peu indiscret de demander ça, pure curiosité de ma part disons. » Conclut-il donc de l'air légèrement gêné de l'homme qui ne voulait pas être indiscret, mais qui restait assez curieux du coup. Après tout il était tout à fait du genre à vouloir mieux comprendre les autres. Et d'une certaine manière il ne serait pas contre de mieux comprendre à sa façon ce qu'elle devait vivre en tant que vampiresse.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Lun 9 Jan 2017 - 14:47

La vampire l'avait suivi, vraiment de très près, pour la simple et bonne raison que c'était un peu son phare au milieu de la mer agitée qu'étaient les membres des races inférieures. Traînant derrière elle cet éternel bruit de plaques de métal qui frottent entre elles, quoi qu'un peu étouffé à cause de sa veste.

Puis ils arrivèrent vers les jardins, visiblement dans un quartier riche, elle faisait un peu les gros yeux, ne comprenant pas tellement comment des fleurs pouvaient pousser en plein hiver, comme elle était hermétique à la magie.. Trouvant que c'est une arme de lâche qu'on dissimule en dernière ligne. Mais elle trouvait cet endroit beau, même si selon elle ça manquait un peu de jaune..

Elle observait d'un air curieux ce qui l'entourait, en fait, elle n'avait jamais mis les pieds dans une ville humaine, si ce n'est Gloria sous l'ère de Vraorg, autant vous dire que les choses étaient bien différentes à l'époque.

La question ne l'étonnait pas, certaines personnes avaient besoin de se renseigner sur ce qui étaient inconnus pour eux, et elle se contentait de l'observer un peu surprise, faisant un peu les gros yeux, ne sachant pas trop quoi répondre.

Tu sais, je n'ai aucun souvenir de mon existence en tant que mortelle, ça a toujours été très naturel pour moi d'être ce que je suis. La plupart des filles vivantes de mon âge font des couronnes de fleurs et ne tuent pas et ne prennent aucun plaisir à le faire si elles n'ont pas le choix.
Je ne fais pas partie du commun de mon espèce, tu sais, je peine à me contrôler quand je sens l'odeur du sang ou quand la bataille approche, être un vampire, c'est être un prédateur en quelque sorte, un prédateur cruellement bien évolué.. Je suis bien plus rapide ou agile que n'importe lequel de ton espèce, bien plus forte aussi et ce même avec pratiquement un bras en moins. Vous êtes les proies parfaites en quelques sortes.. C'est comme ça que je vois les choses.
C'est aussi ressentir les choses différemment de manière plus pragmatique, avoir des sens plus développés. Quand on vit éternellement on prend peut-être les choses moins à cœur.


Un fait, elle avait toujours concerné ce comportement de nouveauté à pouvoir difficilement se maîtriser en présence de sang, d'être difficilement prévisible. La plupart des filles vivantes de mon âge font de couronnes de fleurs et ne tuent pas et ne prennent aucun plaisir à le faire si elles n'ont pas le choix. En fait, elle était incapable de lui apprendre autre chose que ce que l'on trouvait dans les livres.

Il y avait une légère supériorité dans sa voix, mais il suffisait de la connaître un peu pour savoir que ce n'était rien de plus que du patriotisme un peu zélé. Elle était fidèle uniquement à son royaume et quelques amis. En fait Alford devait être la deuxième ou troisième personne à connaître son nom, qu'elle n'appréciait pas particulièrement puisqu'elle portait le nom de sa famille vampirique et un prénom de cheval..

Elle était autant connue pour ses capacités au combat que pour ses idées particulièrement arrêtées qui ne font pas l'unanimité à se demander presque comment elle avait pu rester dans l'armée en temps de paix avec un mode de pensée pareil. Pour sa fidélité envers le royaume ? Probablement, le fait était qu'elle n'avait jamais été jugée pour ça.

C'était d'ailleurs tout à fait étonnant qu'elle se promène seule dans l'empire humain, encore plus en la connaissant un peu, ce n'était pas vraiment une bonne idée, encore plus en territoire qu'elle considérait comme ennemi.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Mar 17 Jan 2017 - 17:26

Aphaïa décida donc de lui répondre pour lui dire certaines choses intéressantes, et qui donnaient à réfléchir. Alford reconnaissant du fait qu'elle veuille bien en parler se contenta donc de hocher doucement la tête à ce sujet en souriant de manière sympathique alors qu'il y réfléchissait.

Ainsi il comprit pourquoi les vampires avaient leurs manières de pensée bien à eux, mais quand même il se dit que ce n'était pas forcément le plus sain au monde de ce sentir supérieur aux autres. Oui ça devait être ça entre autres la raison de pas mal des problèmes des dernières années… Il se demandait bien d'ailleurs si lui aussi penserait de manière plus pragmatique, ou froide s'il devenait un vampire. Puis il écarta bien vite cette pensée de son esprit car il ne deviendrait probablement pas un vampire de toute manière…

Quand à elle une fille, non il ne la définirait pas comme une fille, certes elle en avait l'apparence mais comme c'était une vampiresse l'apparence était assez trompeuse. En tout cas pour sa part il ne se fiait pas à l'apparence de quelqu'un dans ce genre de cas pour déduire le caractère de cette personne, après tout les vampires n'étaient pas comme les humains. Il se demandait d’ailleurs si dans les faits une enfance vampirique existait véritablement. Quand à la prédation, bah il supposait que ça devait être une manière de pensée qui pouvait se contrôler, mais qui était courante chez les vampires. Néanmoins une façon de pensée qui semblait se satisfaire de la paix étrangement…

Enfin bon Alford dans les faits y réfléchissait, mais ne savait pas vraiment quoi en penser. Néanmoins il se dit que si certaines choses étaient dans la nature des vampires, et tant que ces dîtes choses ne nuisent pas vraiment il était tout à fait convenable de passer par dessus. Au fond après tout les vampires n'étaient probablement pas des bêtes sauvages incapables de se contrôler conclut-il.

Au fond il repensa aussi à ces dernières années, et se dit que oui les vampires pouvaient se contrôler, et surtout qu'on pouvait cohabiter avec eux sans mal pour peu qu'il y ait un effort des deux côtés. Un effort sincère si possible, après tout le monde n'était ni tout noir, ni tout blanc. Et donc pas tout noir, même dans les ténèbres on pouvait donc trouver un éclat de lumière à contempler.

Quand à lui, par sa barbe il ferait sans doute mieux d'en profiter pour voyager maintenant qu'ils étaient en paix. Ces derniers années avaient été très chargées pour lui, sans doute assez pour que beaucoup de vampires, humains, ou elfes après tant de choses décident de décrocher. Mais pour sa part il avait toujours ce désir de découvrir l'inconnu qui l'agitait, fichu curiosité...

Surtout qu'apprendre l'existence d'origine l'avait amené à réfléchir, avoir été le marcheur du Néant aussi. L'univers était vaste, et au final bien au-delà de quelques futiles problèmes raciaux ou politiques. Le bien, et le mal existaient à ses yeux, mais il fallait voir par delà les différences raciales, car au final tout les êtres n'étaient-ils pas enfants des esprits ? Et ainsi frères ? Il n'avait jamais été très croyant dans les faits, mais il se disait qu'au fond oui le but originel des esprits avait été noble. Et qu'il serait tout aussi noble d'assurer sa pérennité malgré le fait qu'ils aient disparu…

« Dit tu veux que je te montre comment on jardine d'ailleurs ? Histoire que tu puisse le faire toi-même un jour si tu le désire. » Lui proposa t-il sinon à tout hasard sympathique. Après tout il y avait un petit coin de le jardin où l'on pouvait faire cela. Et vu qu'elle n'aimait pas forcément les villes autant faire quelque chose de vraiment utile ici avant de partir, après tout en dehors du jardin il ne comptait pas lui infliger plus que nécessaire le fait d'être en ville. S'il l'avait amené ici c'était pour satisfaire la passion de la vampiresse pour les fleurs, alors autant continuer sur cette voie et quand il en auraient finit. Eh bien ils partiraient.

Et puis bon, Gorder étant un fils de fermier, il était tout à fait logique qu'il sache jardiner, même si dans les faits il ne l'avait pas fait depuis des années. Mais bon, ça c'est pile le genre de chose qu'on n'oublie jamais de toute manière, c'est comme faire du cheval.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Mer 18 Jan 2017 - 0:41

Aphaïa ne se livrait d'ordinaire pas tellement, cependant elle aussi avait des questions le concernant, et elle était d'une nature plutôt curieuse et elle comprenait aussi peu les humains que lui comprenait les vampires. En fait, ils étaient tous les deux à se poser tout un tas de questions sur l'un l'autre..

Elle l'observait un petit moment avec un regard un peu sauvage, des yeux un peu ronds, comme celui d'un animal qui observe curieusement un humain, sans vraiment comprendre ce qu'elle voyait.

Tu sais les humains ne m'aiment pas vraiment.
Alors je ne comprends pas pourquoi tu m'as sauvé ce jour-là.
Ils auraient pu m'avoir facilement sans même que je puisse broncher.
Certains t'auraient acclamé pour ça et tu aurais été riche.

Elle avait bien du mal à comprendre qu'on puisse accepter de l'aider elle..
Ce n'est pas facile de vivre dans un monde en paix..
Je suis obligée de réfléchir, je ne peux plus me contenter d'agiter ma lame..
Et je n'aime pas ça.

Elle avait fait des choses horribles pour son géniteur, puis pour Lorenz, contre les alayiens, et finalement pour Vraorg, sans jamais se poser la question de si c'était bien ou mal. Réfléchir avait toujours été désobéir, elle avait obéi à tous ces ordres sans jamais réfléchir au-delà, le genre de parfait petit soldat que tout le monde aimerait avoir.. En temps de guerre.. Mais maintenant que la paix était là.

La petite révélait un tempérament explosif et difficile à canaliser, ou peut-être était-ce l'instabilité propre à tous les vampires transformés trop tôt ? Voilà pourquoi elle sortait si peu des sous-terrains, et les permissions pour voir l'extérieur étaient bien difficiles à obtenir.. Pour ainsi dire, elle était presque une petite fugueuse.

Elle était un véritable requin, une goutte de sang dans l'air et elle pouvait devenir incontrôlable, presque comme un nouveau-né en fait, elle n'avait jamais vraiment réussi à contrôler cette partie d'elle-même.

En fait, elle présentait le même souci que les autres vétérans de guerre.. Incapable de réussir à revenir à la réalité et à faire autre chose que tuer.. En fait, elle se contentait de faire ce qu'elle avait toujours fait depuis qu'elle s'était éveillée dans cette non-vie.

Oui, je veux bien que tu me montres.
Elle lui accordait un petit sourire mutin.

Pour faire bref, Alford était bien le seul sang chaud qu'elle tolérait aussi près d'elle, peut-être pas juste parce qu'il l'avait sauvée ce jour-là, peut-être parce qu'il n'avait pas essayé de la tuer. Même s'il en avait eu l'occasion, il ne l'avait pas fait. Elle l'avait considéré ironiquement comme un grand-père en quelque sorte, même si elle était bien plus vieille que lui.

Quant au jardin cela lui paraissait être une perspective des plus amusante pour cette vampire qui n'était finalement pas grand chose qu'une enfant. Et puis comme elle aimait particulièrement les fleurs avoir un petit jardin secret rien qu'à elle lui semblait une belle chose.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Mar 24 Jan 2017 - 21:01

« Je suppose que l'on fait parfois des choses difficile à comprendre pour quiconque d'autres que nous.... Quand à l'argent ce n'est pas comme si j'en manquais. » Répondit-il pensif à la vampiresse, après tout ce n'était pas comme s'il manquait de boulot, et puis il y avait sans doute de quoi se payait un magnifique manoir avec ce qu'il possédait en équipement… Enfin en somme il avait fait cela, et c'était tout. Quand à savoir pourquoi, et si il aurait mieux fait de ne pas le faire, c'est une autre question…

« Tu sais des fois on me dit que je suis quelqu'un de bizarre, donc si tu as besoins d'une explication peut-être que c'est la seule que je puisse te présenter quand au pourquoi je t'ai aider. » Essaya t-il ensuite de dire avec réflexion même si dans les faits il sentait qu'il n'y avait pas vraiment de réponse claires et précises à ce sujet. Quand au monde en paix…

« Soit attentive aux occasions, ce n'est pas parce qu'il n'y a plus guerres entre nations qu'il n'y a pas moyens de se battre après tout, ne serait-ce par exemple que contre les bandits… J'avais entendu dire d'ailleurs qu'il y avait des sortes d'arènes pour se battre à Dureroc, mais bon c'est des rumeurs je suppose... »

Dans tout les cas pour sa part il était l'exemple parfait du gars doté d'un certain esprit critique malgré ses humbles origines et qui savait s'adapter à tout. Sans doute que c'était sa plus grande force d'ailleurs, celle de pouvoir se faire facilement aux changements… Et aussi probablement de s'être fait beaucoup de relations avec le temps. Son statut de protégé de Verith le rouge valant toutes les protections d'une certaine manière à ses yeux, et il fallait le dire Gorder était vraiment reconnaissant envers l'écarlate. Car sans lui il aurait sans doute bien eu du mal à avoir la paix suite à ces quelques années, certaines personnes lui en voulant à lui aussi après tout…

« Eh bien tu va voir, en faîte c'est très simple. » Reprit-il sinon sympathique quand elle accepta qu'il lui montre comment l'on faisait un jardin. En effet c'était très simple, cela demandait par contre une certaine patience disons… Il l'invita donc à le regarder faire alors qu'il prenait une poignée de graines. Et ainsi débuta un cours de jardinage ou Gorder tâcha d'apprendre de son mieux à Aphaïa ce qu'il fallait faire pour faire pousser des fleurs, et faire en sorte qu'elle s'épanouissent entre autres. Un art au final plus raffiné qu'on ne pouvait le croire, mais ô combien satisfaisant quand on voyait ses efforts porter leurs fruits...





[Hrp : Je pensai te proposer qu'on conclue sur cette note pour le rp si tu n'es pas contre :3 . Après tout on a pas mal fait o/. A voir ce que tu en pense en tout cas^^.]


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphaïa Makhaïra
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Capitaine dans l'armée

MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford Dim 29 Jan 2017 - 1:24

Elle-même connaissait la réputation qu'elle traînait, pas forcément la meilleure qui soit, mais au fond, elle n'avait fait qu'accomplir son devoir et ses ordres, que ce soit auprès du royaume vampirique ou du voleur de cœur à l'époque, au fond obéir était quelque chose d'inné en elle, elle ne s'était posé aucune question et ce n'était pas plus mal, comme ça elle n'éprouvait aucun regret à agir.

La petite rousse écoutant avec une grande attention la réponse de l'homme à ses interrogations, même si elle ne comprenait toujours pas la raison du fameux pourquoi, au moins cela éclairait son esprit.

Oui, tu es très bizarre comme humain, en fait, je crois que tu es le seul qui me voit comme je suis. Le Fléau Rouge est bien joli comme titre, mais un peu exagéré. Si j'écoutais les rumeurs, je mangerais des bébés tout crus en me baignant dans le sang de mes adversaires. Mais personne ne fait ça. Un éclat de rire enfantin lui échappait. Elle trouvait étonnamment le moyen de rire de sa propre réputation, qui ne prenait en compte que la moitié de sa personne, les tueries, c'était bien joli mais où était la simple enfant qui aimait les fleurs ?

Puis elle haussait les épaules quand il parlait des fameuses arènes, dans le temps, elle y passait quelque temps, mais depuis que la paix était revenue.. Elle n'en avait pas vraiment eu l'occasion. Vu qu'elle avait en quelque sorte déprimer au fond d'un sous-terrain en ne voulant voir personne, le retour à la paix avait été plus difficile que prévu..

C'est vrai, mais jamais rien ne remplacera le frisson de la bataille, et puis parfait, j'ai des jeunes à entraîner. Elle restait une capitaine après tout, elle avait quelques responsabilités et finalement pas vraiment le temps de s'amuser comme elle le faisait en ce moment.

En ensuite elle écoutait attentivement ce cours de jardinage, elle avait une très bonne mémoire, elle n'avait pas vraiment besoin de prendre des notes, ce n'était pas si compliqué que ça, il suffisait juste de suivre quelques règles élémentaires. Ainsi quand elle reprenait sa route, elle avait déjà quelques idées en tête.



Pacifique :Narration : #A2B5BF | Dialogues : #375D81 / P.Dial : #183152 | Pensées : #ABC8E2
Belliqueuse :Narration : #9E8479 | Dialogues : #B9121B / P.Dial : #895959 | Pensées : #E70739
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: « Les vents contraires. » - Alford

Revenir en haut Aller en bas

« Les vents contraires. » - Alford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cyclone IKE se rapproche des côtes Nord d'Haiti avec des vents de 195 kms/h
» Quelques Fûts de bière naine - La Rose des Vents Montpellier
» l'Académie de la Rose des Vents
» Le calendrier de la Rose des vents !
» Siméon Alvaro - Nous sommes faits de l'étoffe dont sont tissés les vents [A.Damasio]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-