Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Funeste renaissance [PV Alford]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Verith
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Dragon adulte
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 5

Modérateur
Dragon Libre

MessageSujet: Funeste renaissance [PV Alford] Dim 20 Nov 2016 - 18:21

¤ Le second éveil ¤

10 septembre, an VII d’Obsidienne

Le sable brûlant du désert était derrière lui depuis trois jours maintenant. Trois jours depuis qu’il c’était rendu dans le cœur d’Esfelia pour se rendre compte de ses propres yeux des dégâts, mais aussi résultat du combat mené par ses protégés sur son ordre. Trois jours depuis qu’il avait retrouvé Alford à demi mort et en plein état de transformation. Trois jours que ce dernier était inconscient, en étant de convalescence sa blessure guérissant sous la magie du dragon. Trois qu’il se transformant, petit à petit et inexorablement. Car même le colérique ne pouvait plus rien maintenant. Hormis le tuer bien évidemment. Sûr que cela règlerait le problème définitivement. Mais Verith avait décidé d’écarter cette option pour le moment. Quoi qu’il en soit, son esprit veillait sur l’état de l’humain. Il sentait que ce dernier n’allait pas tarder à se réveiller. Il sentait en plus une soif insatiable se former. Éternelle et vitale. Une nécessité de sang, ce fluide vital coulant en chacun. Voilà donc que le colérique allait se retrouver à nourrir un bipède. La situation était plus qu’étrange et au combien agaçante pour lui. Si un jour on lui avait dit cela, le rouge aurait arraché la langue de cette personne pour l’empêcher de débiter d’autres folies. Mais voilà, c’était un fait désormais.

Cet humain. En dépit de tout ce qu’il avait subi avec et ce qu’il subissait en dépit de lui … il ne regrettait pas son choix fait il y a quelques années maintenant. Celle de lui révéler la vérité. Celle de lui montrer ce qu’était réellement Edwyn Ruddy. Celle de ne pas jouer le jeu du Tarenth et des Esprits. Oh il avait souffert, mais la liberté méritait largement cette souffrance endurée. Après tout, il s’agissait de la chose la plus importante chez le grand rouge. Bien avant tout le reste, même la vie.

Verith avait quitté Kälyna et sa bande de bipèdes depuis un jour maintenant. Le grand rouge volait en direction de l’Ouest, pour rejoindre la forêt. Il comptait s’en approcher un maximum avant de devoir faire une pause. Y étant contraint par le réveil de son protégé devenu un cadavre assoiffé de sang. Lorsqu’il sentait, au travers de son esprit, que ce dernier entrait dans sa phase d’éveil et allait bientôt revenir à lui, le rouge amorça sa descente. Ses yeux se mirent alors à scruter la terre, à la recherche d’un village qu’il pourrait sacrifier pour le bien d’Alford. Ce village, le dragon ne mit pas bien longtemps à le repérer. Et sans attendre, il fondit sur ce dernier.

L’attaque ne dura pas bien longtemps. Les bipèdes n’étaient pas bien nombreux, une vingtaine tout au plus. Et ils n’étaient pas bien armés. Cela facilita la tâche du colérique, car il devait faire en sorte de ne pas tuer ces deniers. Seulement les maitriser, les assommer. Les empêcher de fuir quoi. Oh, il ne pouvait nier en avoir tué quelques-uns dans le lot. Il faut dire qu’avec sa force et la pitoyable résistance des bipèdes ce n’était pas évident pour lui. Il réussit à en assommer quelques-uns avec son esprit. D’autres perdirent connaissance suite à un choc violent. D’autres encore étaient évanouis, car au bord de la mort. Seul deux trois étaient vivants, mais en piteux état, pleurant et gémissant en invoquant les noms des Esprits décédés pour qu’ils lui viennent en aide depuis l’au-delà.

Le rouge étendit le corps d’Alford au sol. La blessure de celui-ci était entièrement rétablie. Il en gardera cependant une vilaine cicatrice. Mais ce n’était pas un mal. Un grand guerrier n’en était pas un sans plusieurs cicatrices. Du moins, si on pouvait qualifier un bipède de grand guerrier. Quoi qu’il en soit, il était temps pour le dormeur de se réveiller.

Bougeant l’une de ses pattes avant, Verith vint se saisir d’un des bipèdes encore en vie. Sans le moindre état d’âme, il vint le broyer. Le fracas terrible des os se brisant se mêlant au dernier râle d’agonie de l’humain, alors que le sang de celui-ci se déversait à gros flot sur le dos de la seconde patte avant du colosse de flamme. Repliant toutes ses griffes, hormis une dont il posa l’extrémité au-dessus de la bouche d’Alford, Verith inclina sa patte vers l’avant. Le sang ruissela entre ses écailles avant de suivre la courbe de sa griffe d’ébène pour finalement se mettre à goutter à son extrémité, tombant dans la bouche d’Alford et coulant dans son gosier.

« Réveille-toi. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford] Dim 27 Nov 2016 - 18:00

Cela avait été long, la transformation avait prit du temps. Était-ce une une mort, ou une renaissance pour l'homme ayant eu à la subir d'ailleurs ? Difficile à dire, mais d'une certaine manière il finit par ouvrir enfin les yeux lorsque du sang coula enfin dans sa bouche… Sang ! Le goût était si hypnotisant… Et éveillait déjà son appétit alors qu'il venait à peine de se réveiller. Ne pensant presque plus qu'à cela, ne désirant que se nourrir… Alors que sa gorge le brûlait, et que son esprit se présentait déjà bestial.

Il se relevait déjà avec une agilité rapidité étonnante lorsqu'il sentit l'odeur d'humains non loin… Et celle du sang… Sang… Sang, il avait besoin de sang… Il ne pensait qu'à cela en vérité, l'odeur du sang accaparant assez rapidement ses pensées. Celle-ci agissant comme un douce drogue sur son esprit, une drogue qu'il voulait prendre immédiatement, il avait soif ! Soif ! On sentait bien le fait qu'il était un nouveau née vampirique par la manière dont il regardait avec fascination le sang sur la patte de Verith. Mais voyant sur qui était ce sang, et encore dans l'état d'une bête sauvage ne pensant qu'à se nourrir le vampire eut le réflexe de sentir qu'il était peut-être en danger… Oui il devait se nourrir ! Mais pas mourir pensa t-il en voyant le dragon.

L'instinct de survie aidant il regardait le dragon avec un étonnement apparent en se demandant quoi faire, surtout en voyant les humains non loin… Il avait faim, il avait besoin de sang ! Mais il se demandait ce que ce dragon faisait là ! Le faim le brûlait, mais il était difficile de ne pas remarquer le dragon rouge se tenant en face de lui, surtout que celui-ci avait posé sa griffe sur sa bouche avant qu'il ne se réveille…

Il brûlait tant du désir de boire du sang, son esprit en était presque fou, mais quelque chose en lui… l'instinct de prédateur naissant, ou ne serait-ce que celui de survie fit qu'il ne se jeta pas encore sur les humains proches alors qu'un dragon se trouvait non loin… Craignant peut-être inconsciemment une attaque par derrière alors qu'il s'abreuverait, ou se demandant si ces proies n'étaient pas celles du dragon…

En somme il n'avait sur l'instant plus rien de l’humain qu'il était, cela Verith pouvait le remarquer. Il était un nouveau née qui était possédée par sa soif, et agissant plus d'instincts que de raisons. Semblant se demander comment il devait réagir, et brûlant du désir de se nourrir. Néanmoins cela était temporaire, car la soif prenait de plus en plus le contrôle, et le nouveau né risquait bientôt de ne même plus se préoccuper du dragon non loin tellement sa soif se ferait impérieuse… Son esprit n'avait plus rien de rationnel, et il commençait déjà à s'avancer même si prudemment vers les hommes et femmes proches. Son esprit hors de toute pensée morale, mais seulement accaparé par ce besoin vital qui ne permettait aucune réflexion… Un bien triste état que celui de nouveau né, état dans lequel Gorder était pleinement plongé en cet instant.

"Verith." Finit-il néanmoins par dire songeur en s'arrêtant un instant et en regardant le dragon, en se rappelant un mot mais pas son sens ou sa signification, mais étrangement il avait associé ce nom à ce dragon en le voyant.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Verith
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Dragon adulte
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 5

Modérateur
Dragon Libre

MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford] Dim 11 Déc 2016 - 20:56

¤ Dominance ¤

Le dragon rouge dominait de toute sa grandeur le village qu’il venait de raser pour le bien d’un seul être. Une odeur de brulé s’élevait dans l’air, de même que quelques colonnes de fumée noire. Les grincements des habitations menaçant de s’écrouler à tout instant empêchaient le silence de régner. Une renaissance allait avoir lieu. Une renaissance funeste qui méritait bien ce cadre d’ailleurs. Même s’il n’était pas sûr que celui-ci convienne à l’être qui allait se réveiller. Ou tout du moins, à l’ancien être qui allait se réveiller. La créature qui allait naître allait être changée. Même s’il n’avait cure des bipèdes, Verith n’était pas pour autant un ignorant. Bien malgré lui, il possédait des connaissances sur les bipèdes d’Armanda. Il en savait sur les humains, les elfes et les vampires. Oh il ne connaissait certes pas les détails, mais il avait à savoir ce qu’il devait savoir et cela lui suffisait en règle générale.

C’est donc sans attendre plus longtemps que le dragon vint accélérer cette funeste renaissance en portant le sang aux lèvres de l’endormi. Le fluide coula sur les crocs nouveaux de la créature de la nuit, emplissant sa bouche pour finalement s’écouler dans sa gorge jusqu’à ses organes. L’éveille eut lieu une fois que le sang eut fini de s’échapper du cadavre que le colérique pressait d’une patte. Alford se redressa très rapidement, comme son éveil semblant particulièrement brutal. Le rouge laissa planer ses yeux d’or sur son protégé, observant la moindre de ses réactions. Et le constat fut plus qu’attristant. Ce comportement, il l’avait vu tant de fois avant. Celle d’une bête sauvage, d’un animal.

Oh Verith ne dénigrait pas cela pour autant. L’instinct était une chose très importante et il le suivait également. Mais il était attristant de voir que l’humain en avait été réduit à cela alors qu’il avait été plus avant. Sans doute aurait-il à réapprendre ce qu’il avait perdu lors de la vampirisation. Le nouveau-né vampirique semblait farouche et regardait tout autour de lui, jusqu’à ce que son regard se pose sur l’immense dragon tout proche de lui. Mais le regard du vampire ne resta pas bien longtemps sur lui puisqu’il vint osciller entre le colérique et les humains qu’il retenait captifs. La faim se lisait sur chacun de ses traits. Une faim face à laquelle il ne pouvait rien. Verith inclina doucement la tête, sa posture indiquant que l’autre ne devait pas y toucher. Ces choses lui appartenaient pour le moment et c’était à lui de les lui donner et non pas au vampire de lui les prendre.

Alford sembla comprendre puisqu’il ne tenta aucune folie. Son regard se contenant de passer d’une chose à une autre comme pour essayer de s’extirper de cette situation où il n’avait pas l’avantage. Puis enfin vint à mot. Le nom du dragon rouge. Intérieur le colérique sourit. Très lentement alors, l’enfant de l’orage jeta au loin le cadavre pressé qu’il tenait toujours dans une patte. Ainsi libérer, le grand rouge vint attraper un autre cadavre.

« Bien, je dois dire que je suis fier que mon nom soit passé outre le venin qui coule désormais dans tes veines. »


Le dragon vint lâcher le cadavre juste devant Alford.

« Il est encore chaud. Je l’ai tué il n’y a pas longtemps. Nourri toi, tu as besoin de force après ce qui t’est arrivé. Tous ces bipèdes, morts et vifs sont à moi. Je te les donnerais petit à petit. »


Le colérique s’assura que le vampire avait bien compris. Ces créatures ne comprenaient que la force et cela l’arrangeait bien. Il devait donc s’assurer d’établir un lien de domination immédiatement. Cela serait plus facile à l’avenir jusqu’à ce qu’Alford redevienne … et bien plus ou moins Alford.

« Te souviens-tu d’autre chose ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford] Sam 17 Déc 2016 - 8:01

Alford eu besoin de se concentrer pour comprendre ce que voulait dire le dragon, la faim dévorait tant son esprit en vérité qu'il ne pensait qu'à elle. Mais l'espace de quelques instants il arriva à l'écarter assez pour réfléchir à ce que venait de dire le dragon… Alors c'était le nom de ce dragon dragon rouge ? A la manière dont il en parlait ils se connaissent… Gorder ne sachant pas si cela voulait dire si c'était un ennemi, ou non…

En tout cas un constat était clair, c'était ce dragon qui déternait le prochaine repas du vampire, et visiblement lui qui relâcha un cadavre devant Alford. Un cadavre sur lequel le nouveau né ne manqua presque pas de sauter, en tout cas il l'aurait fait s'il n'avait pas l'impression un instant qu'il y avait un piège derrière…

« Pourquoi ? » Finit-il donc par demander en réponse aux paroles du dragon avant de cesser de se retenir et de vider promptement le cadavre encore chaud de son sang. N'ayant l'impression que pendant qu'il faisait cela il n'y avait que ça en ce monde. Cette sensation revigorante, de chaleur qui s'emparait de son corps alors qu'il se nourrissait… Comme s'il venait pendant un temps de récupérer quelque chose dont il avait été privé…

Et c'est quand le corps fut vidé de son sang qu'il arriva à s'extirper de cet état, il avait envie de plus bien entendu ! Toujours plus, mais il était capable d'un peu se contrôler maintenant, ou du moins de supporter sa soif qui venait de s'apaiser pour un temps…

« Un dragon blanc, mort, un sentiment de satisfaction... » Répondit-il pensif au dragon qui venait en effet d'instaurer un rapport de domination, ce qui était assez censé avec un nouveau né qui avait encore beaucoup de mal à être raisonné… Et qui avait été convaincu de le suivre au final, car le dragon lui promettait de la nourriture...

« Rien d'autre, des odeurs, des visages vagues… Mes épées... » Dit-il en regardant ces dernières… Il désigna l'espadon noir, l'arme emblématique d'Alford qu'il avait sur son dos, au sujet de laquelle il dit. « Partie de moi... » Comme si en effet elle était au même rang qu'un bras pour lui, et que cela il le savait d'instinct malgré son manque de souvenir… Ceci fait il regarda le dragon d'un air indécis alors qu'il se tenait encore loin du cadavre qu'il venait de boire, avant de reprendre plus sombre et haineux alors que son regard se portait vers l'horizon.

« Vraorg... » Le nom était associé à une grande douleur et un sentiment de colère immense, mais il ne saurait dire à quoi cela correspondait vraiment. Sur ce le nouveau né sembla plonger dans ses pensées comme s'il essayait de se souvenir de choses bien au-delà de sa portée. D'une certaine manière le dragon venait de le pousser à chercher dans sa mémoire par curiosité, mais malheureusement sa tentative était infructueuse pour le moment malgré les efforts qu'il faisait. Tout n'étant que brume indescriptible et sanglante… « Je ne comprend rien. » Acheva t-il donc de dire d'un ton assez frustré, comme si c'était important de se souvenir de quelque chose ou comme un prédateur qui revenait bredouille d'une chasse qui aurait dû s'avérer fructueuse pourtant...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Verith
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Dragon adulte
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 5

Modérateur
Dragon Libre

MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford] Mer 4 Jan 2017 - 16:40

¤ Vraorg ¤

Le nouveau-né vampirique venait à peine de se réveiller et sans perdre un instant Verith avait déjà entrepris de faire son éducation, mais pas uniquement. Il avait aussi entrepris de raviver sa mémoire. La mémoire était une chose importante, surtout pour Verith. Elle composait, qui on était. Et actuellement, Alford n’était plus Alford puisqu’il avait perdu sa mémoire en raison de sa vampirisation. Mais la mémoire est une chose pouvant revenir ou pouvant être rendue. Malheureusement, le dragon rouge n’avait pas en lui la totalité de la mémoire de l’humain. Il n’en connaissait que certaines parties. Mais ces parties étaient importantes, du moins il en était persuadé, car elle comprenait des fragments de la personnalité de son protéger. Aussi pour l’aider à se souvenir, le rouge avait choisi la méthode de la carotte. Si le vampire se souvenait, il pouvait manger. S’il ne se souvenait pas, il me mangeait. Et autant dire qu’avec un nouveau-né blessé, sa soif devait être grande.

Quand Alford se souvint de son nom, le dragon rouge décida de lui accorder son premier repas en lâchant devant lui l’un des cadavres frais en sa possession. Le vampire sembla hésiter, lâchant un simple « pourquoi » avant de finalement se jeter sur le corps sans vie et commencer à le vider de son sang.

« Pourquoi ? C’est très simple. Tu as mené un combat, tu as perdu ce combat et tu as été mordu par un vampire. Le venin de ces créatures a coulé dans tes veines, il t’a maintenu en vie, puis il t’a transformé en vampire. Cette transformation n’est pas sans conséquence, car ta mémoire a été grandement endommagée, pour ne pas dire effacer. Je cherche donc à savoir jusqu’où cette dernière a pu être altérée. Mais ici, c’est moi qui pose les questions. Pas toi, surtout si tu veux manger. »


Le rouge laissait le vampire finir son repas, ce dernier relevant le visage vers lui, la bouche maculée de sang. Il ne tarda pas à reprendre la parole, lâchant quelques bribes de mots que le dragon libre lia comme s’apparentant à Vraorg. Finalement, l’humain désigna ses épées, les caractérisant comme une partie de lui. Il est vrai que les bipèdes n’avaient pas de griffes, de crocs, d’ailes ou d’écailles. Ils devaient donc s’affubler d’objet pour survivre dans la nature. Des créatures pitoyables sous tous rapports. Verith pouvait presque voir de la fumée sortir des oreilles du bipède tant ses réflexions étaient intenses. Cherchant dans une mémoire quasi vierge de brefs souvenirs de sa vie passée. Tranquillement, le colérique se saisit d’un second cadavre et le lâcha devant Gorder.

« Mange et écoute. Je ne sais rien concernant tes épées et ce qu’elles représentent pour toi. Ni même comment tu as pu les obtenir. Je sais juste qu’à chacune de nos rencontres passées, tu les avais avec toi. En revanche, pour ce qui est de Vraorg, du dragon blanc et du sentiment de satisfaction de sa mort je peux t’aider. Nous étions présents à ses côtés à long moment. De son éveil jusqu’à la mort. »


Le dragon rouge étendit alors son esprit pour venir toucher et entourer celui du nouveau-né. Il commença alors à y déverser une partie de sa mémoire. Tous ceux en rapport avec Vraorg, Alford et Verith. Seulement les souvenirs où les trois étaient présents ou du moins où Vraorg était évoqué en présence des deux êtres. Il ouvrit donc avec la destruction de la dague du passeur, jusqu’à la mort du Tyran Blanc, en passant par la sortie de prison de Vraorg qu’Alford avait partagé avec lui il y a plusieurs années déjà. Puis, il finit par retirer son esprit.

« Vraorg fut l’une des grandes calamités de ce monde. Et c’est en faisant face à cette calamité que j’ai fait de toi mon protégé, Alford Gorder. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford] Ven 6 Jan 2017 - 18:37

Sa brûlure à la gorge avait cessé maintenant qu'il était rassasié, mais étrangement. Étrangement il avait toujours envie de boire plus de cette délicieuse substance rougeâtres. Il avait presque envie de s'oublier dans le fait de la boire en vérité, dans une délicieuse ivresse qui aurait composée son monde l'espace de quelques instants… Mais cela il ne pouvait point le faire malheureusement, de plus… Il devait composer avec de grand lézard qui semblait lui porter un certains intérêt, et qui étrangement semblait lointainement familier à Gorder. Ce même si le vampire ne saurait pas trop mettre de mot sur cette sensation…

Un combat ? Il avait perdu ? Et avait été transformé en vampire ? Alors c'est comme cela que s'appelait ce qu'il était, un vampire… Cela voulait dire qu'avant d'être un vampire il était comme ces choses dans lesquelles il avait bu du sang ? Gorder eu un sentiment bizarre, comme un léger malaise dû à l'impression d'être cannibale. Mais un sentiment qui disparu très vite au souvenir du goût enivrant du sang… Et aussi devant les menaces du dragon qui lui dit que c'était lui qui poserait les questions surtout s'il voulait manger. Alford ce sentant à la fois menacé dans son état de prédateur, et désireux d'avoir de la nourriture facile si c'était la seule condition ne sut du coup plus où se mettre pendant quelques instants…

Par contre il avait un sentiment étrange à l'égard d'une de ses épées, surtout de celle noir et longue. Une épée à deux mains, comme si c'était une véritable partie de son corps. Gorder avait presque l'impression que s'il la déposait au sol cela reviendrait presque dans sa tête à se couper un bras. Un sentiment étrange, étrange. Décidément il était bien perdu dans ce monde dans lequel il venait de se réveiller, un monde où un dragon rouge venait étrangement de le prendre sous tutelle presque.

Néanmoins le vampire ne pu s'empêcher de grogner, presque comme un animal quand le dragon rouge tenta de lui rappeler qui était Vraorg le blanc. Une haine sourde envers le dit Vraorg venant tout à coup fendre l'âme de l'ancien mercenaire, qui avait un désir immense de pouvoir massacrer ce monstre. Comme si d'une certaine manière le souvenir des souffrances qui lui avaient été infligés lui donnait un désir de massacrer cet être ignoble. Notamment aussi pour ne pas avoir à souffrir à nouveau ainsi.

Qui était l'ancien lui ? Voilà une question qui finit par surgir dans son esprit après ce que venait de lui montrer le dragon. Trop de questions en vérité surgissaient dans son esprit, et sa perte de mémoire le frustrait de plus en plus. Il avait l'impression de ne pas pouvoir faire des choses importantes, ou d'avoir perdu quelque chose d'inestimable sans pouvoir rien y faire… Rien de pire comme sentiment…

« Qu'il reste mort... » Avait-il finit par dire colérique après qu'on lui ait rappelle les souvenirs de Vraorg le blanc, soulagé de façon presque animal d'apprendre que ce dernier était mort. Ce avant de reprendre en regardant le dragon avec intensité comme s'il sentait que c'était très important…

« J'ai du mal… A comprendre… Mais je vois… Que suis je censé faire ? » Il ne savait pas pourquoi, mais il trouvait presque rassurant d'avoir ainsi un point de repère qui était incarné par la personne de ce grand dragon rouge. En tout cas c'était maintenant ce qu'était Verith aux yeux de Gorder sur l'instant. Une sorte de pilier auquel il pouvait se soutenir pour supporter la tempête de son début d'existence. Ainsi il attendait du quoi de voir ce que lui réservait ce dragon rouge, surtout que ce dernier lui avait dit d'écouter et de ne pas poser de questions. Du coup Alford tarissait le flots de questions qui lui venait naturellement à l'esprit…


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Verith
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Dragon adulte
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 5

Modérateur
Dragon Libre

MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford] Lun 13 Fév 2017 - 20:47

¤ Commandement ¤

L’enfant de l’orage prit le temps de répondre à la question du nouveau-né vampirique. Vraorg, la calamité qu’avait été cette immonde créature, mais aussi le début de leur coopération à tous les deux. Si on pouvait appeler ça une coopération. Le nouvel Alford sembla comprendra. Peut-être que ses éléments faisaient écho à une partie de ses souvenirs profondément enfoui sous l’effet du venin vampirique. Le colérique n’en savait pas suffisamment sur les vampires pour l’affirmer, mais il pouvait supputer. Et jusqu’ici nombre de ses supputations s’étaient révélées exactes.

« J'ai du mal… À comprendre… Mais je vois… Que suis-je censé faire ? »


La question surprit quelque peu le colérique. Qu’était-il censé faire ? Qu’en savait-il, il n’était pas lui. Le rouge regarda de ses yeux d’or le jeune vampire face à lui avant de soupirer intérieurement.

« Que dois-tu faire ? Dans l’immédiat c’est assez simple. Puisque tu es l’un de mes protégés, je vais t’aider. Je vais donc te dire ce que tu dois faire. Retiens bien ce que je vais dire, car cela devra être pour toi des ordres. »


Verith leva une griffe.

« Premièrement, tu dois vivre. La mort t’est dorénavant proscrite, car tu as encore beaucoup trop à faire avant de rendre l’âme, Alford Gorder. Évite donc de te mettre en danger de manière inconsidérée. Et bien sûr, du fait de ton nouvel état, tu vas devoir te nourrir. Cherche tes souvenirs perdus que je ne pourrais t’aider à retrouver. Cherche qui était l’ancien toi et décide : si tu veux redevenir la même personne ou changer. »


L’héritier de l’orage souleva une seconde griffe.

« Deuxième, tu me dois fidélité. Tu es mon protégé et j’ai contribué à te maintenir en vie. Je ne te demanderais pas de m’obéir aveuglément, seulement tu te fois de me rester fidèle et de me respecter. Ne me trahis donc jamais. »


Le colosse de flamme dressa une troisième griffe.

« Troisièmement, que ta vie soit guidée par l’honneur et l’espoir. L’honneur est ce qui donne la valeur d’une personne. L’absence d’honneur est l’un des pires maux qui puissent être. L’espoir est un élément qui caractérisait l’ancien toi, et je pense qu’il te caractérise encore aujourd’hui, ne l’oublie donc pas. »


L’avatar de la colère argua avec une quatrième griffe.

« Quatrièmement. Trouve ta voie. Et suit là. »


Verith de l’ire reposa finalement sa patte au sol. Il aurait pu continuer. Encore longtemps, donner de très nombreux commandements à ce vampire. Mais il n’était pas là pour cela. Il n’était pas Vraorg. Il n’était pas les Esprits. Comme il l’avait fait pour Saemon, il l’aiderait sur la voie. Ni plus, ni moins. Le regard du dragon venu d’un autre continent dardait encore le bipède face à lui. Il réfléchissait, intensément.

« À présent, si tu as bien compris ce que je viens de te dire, il est l’heure de te récompenser pour tout ce qui tu as accompli pour moi. Je ne suis pas un Esprit, je ne suis pas Vraorg. J’aide ce qui mérite d’être aidé. Je protège ce qui mérite d’être protégé. Je détruis ce qui doit être détruit. Je crée ce qui doit être créé. J’observe la justice des dragons. Tu m’as suivi lors de mains danger. Tu as combattu mes ennemis. Tu as trépassé face à eux. Puis tu es revenu. Et tu me suivras à nouveau. »


Le colérique leva une nouvelle fois une patte et l’arbalète d’un des paysans qui se trouvaient au sol au milieu du massacre se mit à léviter avant de venir se placer entre les deux individus.

« Alford ! Soit honorer par mon présent. Comprends l’étendue de ce qu’il représente. Ta fidélité sera ton salut, ton honneur. Ta trahison sera ta damnation. À toi, protégé du dragon rouge, moi, Verith de l’ire, fils de l’orage et héritier de la lignée des dragons d’orage, je te fais cadeau de mon souffle. »


Verith inspira avant de souffler sur l’arbalète lévitant. Une violente bourrasque balaya la zone et la magie enfla, les paillettes d’or composant la trame apparaissant à la vue de tous. Le ton convergea vers l’arme qui s’enflamma. S’entourant d’un orbe de flamme, l’arme se transforma, se faisant façonner par la magie du colérique. Après quelques instants, le miracle draconique cessa et les flammes se dissipèrent. L’arbalète transformée tomba doucement au sol.

« Saisi-t-en ! »



Dernière édition par Verith le Jeu 6 Avr 2017 - 14:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford] Jeu 16 Fév 2017 - 15:47

Pouvait-on reprocher à Alford d'être perdu en tant que nouveau né ? Dans le début de cette nouvelle vie qui se présentait à lui et qui ne se présentait pas d'une manière tendre à sa personne ? Pas vraiment… D'une certaine manière l'écarlate était un peu le seul repère qu'il avait en cet instant.

Un repère qui lui offrait son aide car il était son protégé, mais cela en échange d'ordres auxquels Gorder devrait obéir avec application. Ce que ce dernier accepta d'un hochement sans même s'en rendre compte, considérant d'une certaine manière le dragon rouge comme un chef de meute… Et fixant avec une certaine fascination les griffes du dragon qui se levaient une à une alors que ce dernier prononçait ses instructions. Des instructions qu'Alford écouta avec une ferveur proche de celle d'un alayien qui écouterait un prêtre prononcer les commandement de l'esprit du Néant…

Rester en vie, voilà un commandement simple et évident. Qui néanmoins dégageait une certaine importance dans les propos du rouge, ainsi Alford avait une certaine importance ? Il se demandait bien laquelle, même si de toute manière il n'avait jamais envisager mourir. « Je le ferais. » Se contenta t-il donc de répondre solennel quand au fait de chercher qui était l'ancien lui soit pour le redevenir soit pour devenir quelqu'un d'autre, oui… Il avait été quelqu'un avant et il était très, très curieux de savoir qui plus exactement. Que ce soit par pur envie de savoir ou bien car il désirait tenir avec plus d'aisance les rênes de son existence.

« Je ne trahirai pas mon bienfaiteur ô grand écarlate. Ma fidélité vous est acquise car vous m'avait montré la voie là où pour l'instant il n'y a que les ténèbres. Une flamme pour m'éclairer dans les sombres débuts de cette existence... » Articula t-il alors qu'il essayait de ne pas trop rêver de boire du sang. Comme si la présence de Verith était trop importante pour se laisser aller à de telles considérations pourtant si séduisantes en cet instant. Quand à trouver sa voie… Il la trouverait, mais d'abord il la sentait écarlate car le sang était son nectar et le rouge son guide.

« L'honneur et l'espoir... » Dit-il ensuite pensif à ses paroles, mais visiblement il les acceptaient tout autant que les autres. Juste que comme il était un nouveau né il n'était pas étonnant qu'il paraisse un peu perdu dans les faits. Devant des concepts qu'il ne saisissait encore que très vaguement, surtout celui d'espoir qui aurait soit disant appartenu à l'ancien lui… Par contre ce qui résonna bien et avec évidence dans l'esprit du dragon ce fut le terme de récompense qu'employa Verith à son égard. Une récompense ? Laquelle ? Plus de sang ?

Il n'aurait pas pu avoir plus tort à ce sujet, mais cela il ne le devina que quand il vit une arbalète quelconque de facture sur l'instant à peine correcte se lever dans les airs pour léviter entre lui et l'écarlate.

Le dragon avait prononcée des paroles tout à fait solennelle et profondes. Pour conclure qu'il lui offrait son souffle en inspirant avant de souffler sur l'arbalète qui lévitait. Très vite celle-ci s'investit en effet de grands pouvoirs. Elle s'enflamma sous la magie vibrante et changea du tout au tout. Ce ne fut plus une vulgaire arbalète de paysan qui tomba ainsi au sol, mais un véritable chef d’œuvre qui n'avait probablement pas d'égale parmi les armes du même gabarit. Verith le rouge venait sans le savoir de peut-être créer la première arbalète légendaire, fait qu'Alford ignorait aussi…

Mais qui n'empêcha pas ce dernier de prendre avec une précaution infinie l'arme qui venait de tomber lorsque l'écarlate le lui ordonna. Immédiatement le vampire sentit le pouvoir de l'arme l'influencer… Il sentait sa vue et son ouïe devenir plus acérées. Il sentait son pas plus léger, mais surtout il avait l'impression qu'il pouvait user de cette arme aussi aisément qu'il respirait.

« Je ferais honneur à vôtre don noble Verith... » Reprit Alford en s'inclinant respectueusement après que ce sentiment soit devenu moins troublant. Suite à cela il se leva et ajouta calmement.

« Connaîtriez-vous des noms… D'hommes et femmes ayant connu l'ancien moi ? Des amis de confiances qui pourraient m'aider sans aucun mal. » Demanda t-il ensuite par hasard mais d'un air déterminé, après tout le dragon lui avait ordonné de chercher qui était l'ancien lui, de ce fait Gorder obéissait à ses directives et conclut. « Je vous suis noble écarlate, où que nous allions. Je veux me de ceux venger qui ont tués l'ancien moi et occire ceux qui sont vos ennemis. Mon arbalète est à vôtre service... » Dit-il étrangement contemplatif alors que ses mains et son regard contemplait cette dernière comme si c'était le plus beau des trésors… Ce qui n'était pas forcément très loin d'être la vérité ! Un trésor peut-être plus beau que le liquide écarlate dont il raffolait et dont il ne tarderait pas sans doute à désirer ardemment à nouveau vu qu'il venait à peine de renaître... Car la soif était éternelle et la présence des cadavres non loin constituaient une tentation à laquelle il ne pourrait guère résister longtemps à force.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Verith
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Dragon adulte
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 5

Modérateur
Dragon Libre

MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford] Jeu 6 Avr 2017 - 15:41

¤ Connaissance ¤

Verith cherchait le respect, non pas l’obéissance. L’obéissance pour la simple obéissance était dépourvue de valeur. Elle était despotique et arbitraire. Et l’exécution des ordres était alors viciée par la rébellion, la rendant bâclée ou mauvaise. Comme l’obéissance à Vraorg ou aux Esprits. Alors que le respect peut conduire lui-même à une certaine forme d’obéissance. Une obéissance chargée de valeur. Cela peut être la ferveur, la peur, admiration ou encore bien d’autre chose. Une obéissance volontaire, bien souvent dépourvut d’ordre, et dont l’exécution était bien faite puisque poussé par une forme de volontariat, une recherche d’un accomplissement correct. Tout ca, pour dire que les fondements ont une valeur très importante et cela Verith l’a bien compris.

Tout cela pour dire que Verith ne cherchait pas l’obéissance aveugle de ceux à qui il peut donner des ordres. Bien au contraire, il souhaite que ces derniers réfléchissent bien au pourquoi il les donne afin de les accomplir au mieux. En particulier dans le cas présent où il venait de donner des ordres presque semblables à des commandements ou préceptes religieux à Alford. Tous avaient une importance capitale. L’obligation de vivre. L’obligation de fidélité. L’obligation de vivre avec honneur et esprit. Et enfin l’obligation de trouver sa voie. Quel pouvait bien être l’étendue de chacun de ces commandements. En particulier du dernier. Que pouvait-il bien signifier.

Puis, comme s’il n’avait pas terminé, le rouge fit un présent au nouveau-né. Un cadeau qui, à bien des égards, peut et même doit être vu comme une récompense pour la fidélité et le travail accompli de son protégé. Une preuve qui différenciait le colérique des défunts Esprits de Vraorg dans sa façon de procédé. Il offrait le pouvoir à ceux qui s’en montrent dignes, qui l’ont, et qui restent constants dans leur fidélité. Le pouvoir de survivre dans ce monde injuste et imparfait. Le pouvoir de tailler leur propre route, leur propre voie. Le pouvoir de protéger leur vie. Le pouvoir de tuer leurs ennemis. Le pouvoir de construire et de détruire. Le pouvoir de faire valoir leurs idéaux.

Cependant, un tel cadeau n’est pas sans risque pour celui qui le reçoit. Un faux pas, un manquement, une trahison, et la punition seraient terribles. Car si les dons d’un dragon peuvent être grands. Ses malédictions sont tout aussi terribles. Prenant conscience de cela, le vampire renouvela son allégeance au colosse de flamme avant de lui demander son aide pour sa quête de souvenir. Verith parut réfléchir quelques instants.

« Je n’ai pas rencontré beaucoup de tes connaissances, Alford. Mais je peux peut-être t’aider. Il y a bien des odeurs que tu portais sur toi qui étais semblable à celle de bipèdes qui ont déjà croisé ma route. L’Épervier de son nom bipède Sighild Arnbjorn. Elle est aussi l’un de mes protégés. Luna Duruisseau, une humaine qui m’est obligée, elle règne actuellement sur l’un des empires des hommes. Ashy, une dragonne aux écailles d’émeraude. Cependant, méfies-toi d’elle. Elle ne t’apprécie guère, je te laisserais lui demander pourquoi. Si tu la croises, n’hésite pas à invoquer mon nom pour te protéger. Elle sait à quoi s’attendre si elle te touche. Il est une autre personne. Arya Vallaël, une elfe. »


Le colérique projeta son esprit contre celui du bipède pour lui montre l’image des personnes dont il parlait.

« Mange et reposes-toi, Alford. Profites-en, car bientôt nous partirons à l’ouest de cette terre où nous attend un ennemi redoutable. Je t’apprendrais à lui faire face du mieux que je peux. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford] Dim 9 Avr 2017 - 18:19

Alford avait faim, il avait beaucoup de mal à vraiment penser à quoique ce soit d'autre et la seule chose qui lui permettait de tenir un peu était de se dire que tant qu'il se montrait respectueux et obéissant, il serait récompensait par le fait de pouvoir boire à nouveau de ce liquide écarlate et savoureux... Ce sang qui l'enivrait encore mieux que n'avait probablement pu le faire l'alcool de son vivant humain. Le sang… Il était tout et le nouveau-né se rendait compte que pour l'instant, il en était l'esclave, mais un esclave étrangement satisfait de cela sur l'instant…

« Merci à vous noble écarlate… Je me souviendrais de ces personnes, mais… Je vais éviter de les croiser pour l'instant. » Ajouta-t-il sinon avec respect à l'égard du dragon lorsque celui-ci daigna lui parler de personnes qu'il avait connu de son vivant tout lui montrant à quoi elles ressemblaient par l'esprit. Pourquoi disait-il cela ? Car il aurait sans doute envie de les vider de leur sang s'il les croisait maintenant, mais en dehors de cela... Étrangement le contact de l'esprit du dragon était réconfortant pour le vampire... Certes, c'était un contact où il était dominé, mais il avait l'impression d'y gagner une certaine sécurité… Et c'était un sentiment agréable pour le nouveau-né qu'il était dorénavant.

« D'accord... » Acheva ensuite de dire le mercenaire alors qu'il avait du mal à cacher une certaine fébrilité lorsque le dragon lui dit de manger et de se reposer, car ils allaient bientôt partir à l'Ouest… Manger, oui ! Il était bien prêt à affronter toutes les menaces qu'il fallait affronter s'il pouvait le faire en échange d'un bon repas, ça c'est ce que sa partie animale pensait en tout cas. Celle plus raisonnable supposait quant à elle que ce serait pour le mieux, mais ce n'était pas elle qui dominait en cet instant. Loin de là… Surtout quand le moment de s'abreuver à nouveau fut arrivé...




[Hrp : Ce sera la conclusion du coup Razz . Contacte-moi quand ce sera bon pour un nouveau rp o/ .]


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Funeste renaissance [PV Alford]

Revenir en haut Aller en bas

Funeste renaissance [PV Alford]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Funeste [Mercenaire & Roublarde]
» Un message funeste
» Funeste adage que celui des ailes de la perdition [pv Ever Alice Redbird - Yukiji Harséïs - Aoyuki Tatsuki]
» Les ailes noires, telles une vision funeste se déploie [Marie Turner]
» Cauchemar Funeste ~ [U.C ] | DATE LIMITE : 13 JUILLET |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-