Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Couper les liens (Aegnor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Couper les liens (Aegnor) Jeu 13 Oct 2016 - 19:37

23 septembre de l’an 7 de l’ère d’obsidienne


C’était la première fois qu’elle se montrait dans Estëllin, sans se faire discrète depuis qu’elle avait disparue sans prévenir qui que ce soit, à Aldaria. Mëryl n’avait pas cru bon de récupérer son bureau et ses fonctions immédiatement, à vrai dire elle ne savait même pas si on l’avait déjà remplacée, peut-être de manière permanente ? La petite rose s’en voulait d’avoir quitté ainsi, mais on ne l’aurait jamais laissé partir et elle ne pouvait prétendre que ses intentions étaient aussi pures que ce qui s’était passé avec le culte de Vraorg lors de son départ. Non elle n’était pas partie à contrecœur, pour éviter le pire. Elle avait suivi sa famille et ses pas l’avaient guidé vers les cultistes. Ces jours dans le désert l’avaient forcé à mentir et le sang versé ainsi que l’inauthenticité dont elle avait fait preuve lui déplaisaient. Arya lui aurait dit qu’il fallait parfois en tuer cent pour en sauver mille, mais le savoir et le faire était deux choses différentes. Il y avait eu des innocents dans le lot, les nomades empoisonnés pour éviter les sacrifices auraient dû être libérés, selon la dragonnière. Mais haïr la mort par désir d’éviter de se salir les mains était hypocrite.

Sa mère serait-elle encore en vie si Mëryl n’avait pas été présente ? Elle avait aussi sauvé le nain la suivant d’une flèche. Et maintenant que sa mère avait enfin accepté sa présence, elle voulait revenir vers le royaume elfique. Pour se faire pardonner, mais aussi pour tenter quelque chose. Peut-être les elfes ne pourraient pardonner sa mère, mais Mëryl voulait au moins qu’elle cesse d’être menacée par des chasseurs de primes.

Évitant le regard de chacun, elle faisait son chemin jusqu’à la salle du conseil. Elle aurait peut-être dû prendre le temps de revêtir autre chose que son armure, il y avait longtemps qu’elle ne l’avait pas retiré. La petite rose, malgré l’incrédulité des gardes, parvint à leur demander d’ouvrir la porte. Elle s’avança jusqu’à se retrouver devant son empereur. Aussitôt qu’elle croisa son regard, elle s’inclina dans son salut cérémonial, croisant les mains sur sa poitrine. La longue tresse, tissée de manière serrée, avait glissé le long de son dos pour retrouver l’avant de son épaule.


Dernière édition par Mëryl Nalwaë le Lun 7 Nov 2016 - 8:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aegnor Evanealle
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 3

Modérateur
Empereur des Elfes

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Jeu 13 Oct 2016 - 20:57

¤ Inquiétude et questionnement ¤

Voilà quelques jours à peine que l’empereur Aegnor Evanealle était de retour dans son royaume après une absence, une longue absence durant laquelle le souverain du beau peuple avait vogué sur les grands fleuves Armandéens pour rejoindre les deux royaumes des hommes, en passant par leurs capitales respectives. Un voyage diplomatique puisqu’il avait traité avec les régents respectifs des royaumes. Mais un voyage également personnel puisqu’il avait participé aux compétitions équestres, la prochaine course se déroulant d’ailleurs dans quelques jours au sein de son propre royaume. Durant son voyage, Aegnor avait été accompagné par sa tendre et chère épouse Aramis, mais également par quelques conseillers, notamment Mëryl Nalwaë qui avait mystérieusement disparu après leur arrivée à Aldaria où un œuf de dragon avait d’ailleurs éclos pour elle. La disparition d’une conseillère avait inquiété l’empereur qui n’avait pas tardé à faire parvenir cette nouvelle afin que des recherches soient organisées pour le retrouver. Malheureusement, les recherches étaient restées jusqu’ici infructueuses. Jusqu’au jour où, la concernée décide d’elle-même de réapparaitre à la frontière du royaume elfique et de rejoindre Estëllin. L’empereur des elfes avait néanmoins dû attendre un petit peu pour trouver le temps de la convoquer, ou plutôt d’accepter une entrevue, ayant pas mal de choses à régler. Mais enfin le moment était venu. Pourquoi l’elfette avait disparu, ça Aegnor aimerait bien le savoir. La conseillère n’allait pas pouvoir échapper à certaines explications.

La porte de la salle du conseil s’ouvrit, Aegnor était assis sur le trône et parlait avec quelques collaborateurs qu’il fit taire d’un mouvement de main alors que sa concentration allait sur la nouvelle arrivante qui ne tarda pas à saluer l’empereur et d’attendre une réponse. L’Evanealle ne lui autorisa toutefois pas à parler immédiatement, il commença par congédier les elfes sur place afin de pouvoir s’entretenir seul avec Mëryl. Puis, doucement, il se leva de son siège et rendit la salue à l’elfette, l’autorisant ainsi à parler, mais la devança cependant bien vite.

« Nous nous inquiétions, conseillère. Vous avez disparu sans prévenir à Aldaria. J’ai envoyé des gens à votre recherche, mais personne n’a su vous trouver ni me dire où vous avez bien pu aller. L’inquiétude fut d’autant plus grande en prenant en considération que vous êtes devenue une dragonnière. Cependant … vous voilà réapparu et mon inquiétude s’envole. Néanmoins une question demeure. Où avez-vous bien pu disparaitre ? Et pourquoi ? Avez-vous choisi de disparaitre ? Ou avez-vous été contrainte ? J’ai bien d’autres questions et autant d’interrogation renouvelle mon inquiétude pourtant envolée. Mais peut-être pourrez-vous y répondre, Dame Nalwaë ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Ven 14 Oct 2016 - 5:41

Elle restait immobile, entendant les pas quitter la salle, ne regardant que le sol de cette salle qu’elle connaissait bien. Lorsqu’elle se redressa, son regard semblait faillir à soutenir celui de l’empereur, elle était intimidée, mais surtout son cœur battait de nervosité dans sa poitrine et elle avait envie de fuir. C’était pourtant elle qui avait voulu revenir et faire face à cela et maintenant qu’on lui demandait des explications, elle ne le voulait plus, elle était déstabilisée. La petite rose laissa quelques secondes emplir l’air d’un silence, ce n’était pas le moment de se mettre à balbutier et elle devait prendre le temps de respirer, sans s’affoler.

Aegnor confirmait précisément ce qui dérangeait l’esprit de la dragonnière. Hormis son poste hiérarchique et l’éclosion d’Aïasil, personne ne l’aurait cherché. Sa famille, pourtant, l’aurait protégé, l’obsidienne n’aurait jamais accepté de la voir disparaître. Il n’y avait personne, dans cette citée, qui l’avait réellement attendue. Sa place était ailleurs.

« Je n’ai jamais eu l’intention de vous cacher la vérité, ou jamais je ne serais revenue et je répondrai, majesté. Je suis partie de mon gré et j'ai fait en sorte que personne ne sache où j'étais. »
Avait-t-elle relâché dans un souffle libérateur. « Ma mère est vivante. » Avoua-t-elle difficilement, Aramis n’avait probablement pas parlé de leur conversation lointaine à l’empereur, mais Mëryl lui avait avoué qu’elle n’aurait pas regretté trahir son peuple si elle avait su les larmes et les journées mornes. « Je l’ai retrouvé à proximité d’Aldaria, mais elle est bornée à refuser d’influencer ma vie et ma réputation. Ma tante était aussi près de la ville. Mes intentions n’ont jamais été bonnes, Arya m’a affirmé savoir où trouver ma mère, alors je l’ai suivi. Nous avons voyagé jusqu’au désert, où nous avons entendu parler d’un culte voulant ramener Vraorg à la vie. Je n’y croyais pas, au début, c’est lorsque j’ai vu le sable rouge et senti la trame aussi puissante que j’ai compris qu’ils n’étaient pas comparables à des charlatans. Nous avons infiltré les cultistes pour les combattre et c’est Kälyna Vallaël qui a été l’instigatrice de ce plan. »

La petite rose prit une respiration silencieuse, relevant un peu la tête afin de s’insuffler un peu de courage. « Je suis venue demander pardon, j’ai commis un acte de trahison en les rejoignant. Mais je suis aussi venue demander…Votre pardon pour les Vallaël. Et je suis consciente qu’il s’agit d’une requête audacieuse. Sans lui permettre l’accès à la cité, je vous demande de leur accorder le droit d’être en vie, sans être recherchée par des chasseurs de primes. Je sais qu’elle ne s’est pas défendue lors de son procès…Mais elle est bien plus innocente qu’elle ne se l’accorde. Je sais qu’elle n’est plus la même, et qu’il l’a modelé, comme il désirait détruire…et séparer nos peuples. Il l’a manipulée, bien plus qu’elle ne l’avouera. »

Si l'empereur refusait sa première demande, elle accepterait la fatalité et quitterait la cité. Jamais Mëryl n'avait osé faire une chose pareille et sa tête bourdonnait d'angoisse. Il y avait tant à défendre, mais Aegnor devait d'abord accepter de l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Aegnor Evanealle
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 3

Modérateur
Empereur des Elfes

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Ven 14 Oct 2016 - 18:14

¤ Va de l’avant ¤


L’elfette envolée avait réapparu. L’elfette disparue avait été retrouvée. Et maintenant celle qui s’était évaporée allait devoir s’expliquer, ou plutôt apport des éclaircissements sur sa disparition. Avait-elle été enlevée ? Et si oui par qui ? Ou l’inverse était-elle partie ? Et si pourquoi ? Le totem hibou de l’empereur avait déployé ses ailes et s’apprêtait à en battre à chaque mensonge. Non pas que l’Evanealle pensait que cette dernière allait lui mentir, mais au contraire, la situation étant particulière il ne préférait pas passer à côté que quoi que ce soit. À ses nombreuses interrogations, l’infante de l’abomination décida d’y répondre avec vérité. C’était louable, même si cela pouvait potentiellement aggraver son cas si les faits étaient répréhensibles, mais cela le serait toujours moins que si elle avait menti. Aegnor préférant de loin la vérité au mensonge. Ainsi Mëryl lui avoua qu’elle était partie de son plein gré. La surprise, mais également l’interrogation put alors se lire sur le visage du blond. Pourquoi ? Pourquoi était-elle partie ? Pourquoi avait-elle tourné le dos à ses fonctions et à son peuple ? Peut-être était-ce parce qu’elle était devenue dragonnière et souhaitait s’éloigner quelques instants pour profiter, mais aussi méditer sur ce qu’elle était devenue et sur la responsabilité qui venait de lui tomber sur les épaules. Mais alors, pourquoi ne les avait-elle pas prévenus ? L’Empereur aurait pu comprendre et lui accorder congé. Ne lui faisait-il pas confiance ? Non, il devait sans doute y avoir autre chose derrière sa fugue.

La vérité tomba alors, elle était partie en quête, celle de retrouver sa mère. Le sourcil de l’Evanealle se fronça alors. Il savait qu’elle était en vie. Et ce depuis quelque temps déjà, mais il n’avait rien fait pour autant vis-à-vis de cela. Lui et le dragon rouge avaient passé un marché. Un marché dont, semble-t-il, il n’avait pas saisi toutes les subtilités. Bien qu’il ait commencé à les supputer sans pour autant avoir pu les confirmer. Peut-être en aurait-il l’occasion durant cette entrevue.

Mëryl continua, avouant avoir rencontré sa mère, une criminelle internationale, mais également sa tante, une autre criminelle recherchée par les royaumes pour ses crimes durant le règne de la théocratie de Vraorg. Elle dit néanmoins des éléments forts intéressants. Ainsi, elle était présente avec sa tante et avec Kälyna lors de l’incident des cultistes. Cependant, aucun rapport ne faisait mention de leur présence. Toutefois, son hibou lui disait que l’elfette ne lui mentait pas. Sans doute qu’au vu des événements et de l’état dans le lequel était le désert aujourd’hui, les troupes alliées n’avaient tout bonnement pas eu l’occasion de les repérer.

Le faciès de l’empereur était resté sévère face aux révélations de la conseillère. Ne se déridant pas un seul instant lors de la demande non pas audacieuse, mais inconsidérée de la dragonnière.

« Il suffit. »


Aegnor avait levé la main alors que Mëryl s’apprêtait à finir sa phrase tout en lui ordonnant de se taire suite aux révélations, et aux confessions de ses crimes.

« Je comprends … ainsi était-ce là les termes de notre marché, dragon rouge. Il semblerait que vous ayez tenu parole. Ce n’est pas exactement ce à quoi je m’attendais, mais il est vrai qu’en vous prenant au mot. La prêtresse blanche est morte en trahissant son maître. »


L’empereur baissa doucement sa main, alors qu’il vint poser son regard volcanique et sévère sur ceux de la nouvelle dragonnière.

« J’entends la confession de vos crimes, Mëryl Nalwaë. Et je les absous, par égard pour la dragonnière que vous êtes, ainsi que pour le service que vous venez de rendre en combattant une dernière fois Vraorg et son culte. Cependant vous faites erreur. »


Lentement, l’Evanealle vint descendre les marches du trône pour s’approcher de Mëryl et lui posa une main sur l’épaule.

« Vous faites erreur, sur votre mère je le crains. Je sens l’amour en vous, l’amour inconsidéré qu’un enfant porte à sa mère. Mais cet amour vous aveugle. Le procès a mis en exergue la véritable nature de Kälyna Vallaël. Je regrette qu’elle ait fini ainsi et peut-être aurions-nous pu y faire quelques choses avant qu’il ne soit trop tard. Mais elle a commis ces crimes en son âme et conscience. Elle n’a point été manipulée, Mëryl. Vous devez accepter cette vérité, aussi horrible soit-elle. Je suis désolé. »


L’ancien prince retira sa main de l’épaule de Mëryl et recula un peu avant de remonter lentement les marches du trône.

« Pour ce qui est de votre requête. Je crains que celle-ci soit plus inconsidérée qu’audacieuse. Elle n’a de plus pas lieu d’être. Je ne peux vous accorder ce qui ne peut être accordé. Kälyna fut condamnée à mort par mon jugement. Puis, lorsque le dragon rouge est venu réclamer sa vie, j’ai dû changer mon jugement. Elle fut bannie de royaume elfique sous peine de mort, libérée puis remise à ce dernier. Et cela n’a pas changé depuis que j’ai su qu’elle n’avait pas été tuée par le dragon rouge il y’a quelques mois. Comprenez-vous Mëryl ? »


Aegnor vint se positionner dos à son trône, observant à nouveau l’infante de l’abomination de son regard de feu.

« Il m’est impossible de revenir sur une décision qui n’existe pas. Je n’ai commandité aucune chasse à son encontre pour faire appliquer mon premier jugement. Car pour une raison que j’ignore encore, elle marche au côté du dragon rouge. Et je n’ai aucune envie de faire entrer mon peuple en conflit avec un dragon. Cependant, si des chasses ont été organisées à son encontre, sachez que je n’y puis rien et que vous vous adresser à la mauvaise personne. Kälyna est une criminelle internationale. Elle est l’ennemie publique des humains et des vampires et si nous les elfes pratiquons rarement l’exécution, ce n’est pas le cas de ces deux peuples. Votre mère a commis des crimes impardonnables Mëryl. Et si les autres royaumes n’ont pas commandités des chasses à son encontre, cela peut parfaitement être des citoyens de ceux-ci, ou même du nôtre. Elle a fait beaucoup de mal à beaucoup de gens. Et pour tous crimes, il y a bien un prix qu’il faut payer un jour. Ceci vaut également pour Arya Vallaël. »


Un petit soupire s’échappa de l’Evanealle qui se détendit et prit un ton plus calme, plus amicale, voire même paternelle.

« Je suis Aegnor Evanealle, empereur et père des elfes. Vous avez une famille ici, au sein de cette ville, de ce royaume. Ne l’oubliez pas Mëryl. Vous êtes une dragonnière désormais, une nouvelle voie s’est ouverte à vous. Une voie emplie de responsabilité. Vous devez aller de l’avant, vous devez vous y engager. Votre liée est désormais l’être le plus proche de vous et vous devez la protéger. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Mar 18 Oct 2016 - 0:45

Alors ainsi était-t-elle, réduite au silence sans droit de répondre. À quoi s’était-t-elle réellement attendu ? Qu’on la laisse défendre sa mère ? Elle le regardait dans les yeux, sentant le poids de son regard sévère, celui des fautes qu’elle avait commises. Aegnor était jeune, plus jeune que la petite rose, pourtant c’est lui qui se trouvait en position d’autorité devant elle, qui se permettait de la conseiller sur sa vie personnelle.

La petite rose baissa la tête, reculer aurait été impoli, incroyablement inconvenant et insultant, mais elle ne voulait pas qu’il le touche. Cette main sur son épaule n’avait rien de rassurant. Elle se contenait, de tout son corps, de rester silencieuse et immobile à part de ce mouvement subtil. Le comprendrait-il ? Sentirait-t-il sa réaction repoussée ? Les prunelles tristes prenaient les airs de sa mère, sous les rayons du soleil, on pouvait voir plus clairement les reflets d’or dans les émeraudes. Il ne savait rien de sa mère, l’avait-il seulement connu un peu avant que Vraorg ne la transforme en monstre taché de noir et de blanc ? Dire impardonnable ce qu'elle avait fait, elle ne lui permettait pas, parce qu'elle l'avait pardonné et elle espérait de tout son cœur qu'un jour Kälyna se pardonne. Comment pouvait-il être certain qu'elle avait fait cela en conscience? Il n'était pas présent, aucun d'entre eux n'avait été là, Kälyna avait été seule, longtemps. Elle était une personne, elle avait été une elfe comme les autres, mais elle avait eu mal.

« Non. »
avait-t-elle soufflé en restant immobile, elle avait attendu qu’il ait terminé, mais ses bras s’étaient ensuite retrouvé croisés, contre son ventre. Ce n’était pas un signe de fermeture, bien que ses lèvres portaient à le croire, ce n’était qu’un corps chiffonné qui tentait de se tenir debout. « Je respecterai votre jugement et j’accepterai votre position. Mais j’avais un père, maintenant j’ai…il est parti. Cette ville, ce royaume ne remplacera jamais ma famille. »

Ce n’est pas la manière dont un deuil se faisait, elle refusait de le remplacer. Il lui demandait d’aller de l’avant, alors que sa famille, qu’elle croyait décimée, était encore là, accessible. Et on lui disait, encore, ce qu’elle devait faire, on lui dictait ses responsabilités. Aïasil n’avait rien à voir dans cette histoire-là, rien du tout. « Majesté, vous…n’étiez pas encore en vie lorsque toutes les rumeurs, la réputation de ma mère et de ma famille ont commencées. Je suis certaine que vous n’êtes pas entièrement ignorant et puisque son procès est déjà terminé, je ne chercherai pas à la défendre, ou changer son jugement…Mais ne serait-ce que pour savoir, accepteriez-vous de m’entendre ? »

Elle s’adoucissait et sa silhouette se détendait, relevant la tête et moins renfermée, elle le regardait, ce regard embrasé, sévère. Jamais elle ne l’avait confronté autant qu’elle venait de le faire aujourd’hui, jamais elle n’aurait osé remettre en question son autorité. Mais Mëryl refusait qu’on dise de sa mère une mauvaise influence, elle refusait cette coquille de verre qui l’étouffait.
Revenir en haut Aller en bas
Aegnor Evanealle
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 3

Modérateur
Empereur des Elfes

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Jeu 20 Oct 2016 - 17:03

¤ Choix et désires ¤


Les liens, choses si importantes, si précieuses. Qui ont une grande influence sur notre vie et nous aides à nous construire, parfois qui nous façonne même. Source de bonheur et de joies … du moins normalement, car il y est des liens remplis de colère, de haine et de tristesse. Mais il y a pire que cela, il existe des liens toxiques qui à l’inverse des liens d’amour, empoisonne la vie de la personne et la conduise sur une voie dangereuse pouvant mener à sa mort ou à son autodestruction. Et l’elfette qui se tenait devant l’empereur souffrait justement de ce type de lien. Mais il s’agissait d’une chose encore plus perverse encore, car ce lien en question était avec la mère de l’elfette. Une mère qui avait choisi une voie, une mauvaise voie, n’étant désormais plus qu’une criminelle très dangereuse. La situation était complexe, mais Aegnor, fidèle à lui-même, voulait aider. Oui, car Aegnor voulait aider les gens, il aimait cela. Il n’était pas un feu cruel comme le désignait son prénom, mais un feu rassembleur et bienfaisant. Comment pouvait-il aider cette jeune elfe ? Comment pouvait-il y parvenir sans le blesser ? Comment pouvait-il y parvenir sans aggraver les choses. Cela ne serait pas une chose aisée, mais il essaierait. Il se devait échouer, alors il en assumerait les conséquences aussi terribles et déchirantes soient-elles.

Et déjà cela ne semblait pas partir sur une bonne voie. La petite rose était réfractaire à son discours qui avait pourtant fonctionné sur tant d’autres avant elle. Peut-être devrait-il en changer spécialement pour elle. Peut-être devrait-il se montrer moins doux, mais plus brusque. La mettre au pied du mur pour l’amener à faire le choix le plus logique. La violence était par moments nécessaires pour faire changer les choses, aussi désagréable soit-elle. Après tout, il avait fallu une grande violence pour faire bouger les elfes.

« Cette ville, ce royaume ne remplacera jamais ma famille. »


Les mots étaient durs, très durs et la petite rose ne se rendait sans doute pas compte du poids de ces derniers. Alors Aegnor se rendit compte qu’il avait peut-être déjà perdu la jeune elfe. Qu’allait-il devoir faire si cela était le cas ? Qu’allait-il devoir si le pire des scénarios se présentait à lui … au il le savait, mais … en aurait-il la force ? Un petit soupire attrister s’échappa de l’Evanealle qui revint poser son regard sur la dragonnière. Il connait les histoires qui circulent au sujet de la mère de Mëryl et de sa famille, mais peut-être pas aussi bien que cette dernière.

« Je suis prêt à vous écouter. J’accepte toujours d’écouter quiconque en fait la demande. Néanmoins j’espère que vous êtes consciente que les choix que vous ferez lors et à la fin de cet entretien m’obligeront à en faire moi-même. Bien que mon désir ne sera pas forcément en accord avec ces derniers. Mais je me dois de protéger mon peuple, envers tous ceux qui le menacent, y compris ceux qui s’associent ou prennent les armes pour défendre ces derniers. Je ne désire pas être votre ennemi, dragonnière. Ne me forcez donc pas à le devenir. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Sam 29 Oct 2016 - 5:03

« Alors, est-ce ainsi ? Revoir ma mère est une menace contre mon peuple ? » Elle fronçait les sourcils, oui elle était consciente avoir commis acte de trahison, mais elle n’avait jamais mis en danger la vie de qui que ce soit en rejoignant les siens. Ils avaient certes versé le sang, celui des cultistes, celui de certains nomades, ais ce n’était jamais que pour empêcher Vraorg de revenir. Personne ne prétendrait ignorer le nombre de morts exponentiel qu’il aurait fait s’il était en vie aujourd’hui. « Détrompez-vous, j’aime cet endroit, du fond de mon cœur j’aimais les bois qui nous ont été arrachés et j’aime mon peuple. Mais j’ai hérité d’un poste qui n’a jamais comblé le vide que mon père a laissé. » Elle baissa les yeux, ses mains se détendaient, se joignant devant elle, ses épaules retombant aussi. Les mots de Mëryl étaient portés par l’impulsion des sentiments, elle devait se calmer, mais évidemment qu’il était plus facile pour Aegnor d’être calme et objectif quand il ne s’agissait pas de sa famille. C’était des siens dont on parlait, de sa famille qu’elle croyait décimée.

« Abomination, ce serait si facile de croire qu’il s’agit du chemin qu’elle a pris, de ses actions, ou juste de cette fois ou elle a tenté de s’enlever la vie. »
Sa gorge se nouait en prononçant ces mots, interdits, mais elle était assez forte pour y faire face à présent, elle devait cesser d’avoir peur de ce souvenir. « Et m’emmener avec elle, par accident. Non c’était juste…un mot pour dire qu’il y avait eu une erreur, de la nature. Le totem l’ayant choisie, l’inséparable, mais sans jumeau, alors ils parlèrent d’abomination, puisque mon père aurait dû être lié à elle…dans le meilleur des mondes. Je suis ainsi née d’une union…qui était l’erreur d’un esprit. »

Mëryl croyait fervemment que la magie d’un totem devait être assez puissante pour empêcher quelqu’un de le combattre. Kälyna était condamnée, depuis le moment que ce totem l’avait choisie, aurait-elle vraiment pu, si elle l’avait voulu, se battre contre la magie de son propre totem ? « Je sais qu’elle est…consciente de ce qu’elle a fait. Mais son totem s’étant attachée à lui, et la certitude de toujours être seule, il s’est servi son amour, un sentiment magique, pour utiliser ses talents. Ça n’excuse rien mais croire qu’elle n’a jamais été manipulée, nier sa propre torture est …injuste. » Le dernier mot s’était effacé dans un souffle, il n’y avait aucune utilité à l’histoire qu’elle racontait, mais au moins, il savait. Et elle ne laissait pas sa mère être souillée par des certitudes immondes. « Je n’ai jamais eu l’intention de me faire ennemie des miens. Je ne sais pas si une vie près d’elle est seulement possible, je sais qu’elle désire que je reste loin d’elle, alors parler de prendre la décision de quitter à nouveau…Je ne sais même pas si cette décision me revient. »

Kälyna était convaincue que Mëryl serait malheureuse si elle restait près d’elle, alors qu’à ce moment même, elle ne pouvait plus continuer à faire comme si tout allait bien. « J’imagine que reprendre mes fonctions ne sera pas simple. Avez-vous eu le temps de me trouver un remplaçant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aegnor Evanealle
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 3

Modérateur
Empereur des Elfes

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Sam 5 Nov 2016 - 15:52

¤ Choix ¤


Si Aegnor considérait l’ancienne prêtresse blanche comme une menace ? Oui. S’il considérait ses alliés comme une menace ? Oui. Et Mëryl était bien naïve de penser le contraire. Kälyna était un danger. Un danger pour les elfes, mais aussi pour la paix. L’empereur ne pensait pas que cette dernière resterait tranquillement dans son coin à vivre une petite ville tranquille en entendant que la vieille la prenne. Et l’action de cette dernière dans le désert en était une preuve. L’ancienne prêtresse agissait encore. Mais pire que tout, elle était au côté du dragon rouge dont les désirs belliqueux n’étaient pas inconnus de toute Armanda. Cette dernière avait choisi une voie allant à l’encontre de la paix. Et si Mëryl continuait de la fréquenter, alors elle serait elle aussi emportée dans cette voie. Peut-être pas de son plein gré, mais elle serait. Et le jour où elle s’en rendra compte, il sera trop tard. L’elfette, en proie au doute, avait une nouvelle responsabilité désormais. Elle était dragonnière. Elle devait s’élever au-dessus de certains problèmes pour embrasser pleinement ce qu’elle était aujourd’hui. Qu’elle ne commette pas les mêmes erreurs que les dragonniers du passé ayant contribué à la guerre.

Avec patience, le blond écouta la brune. Il écouta l’histoire de cette dernière, l’histoire de sa mère. Elle tentait de défendre le cas de sa mère. Elle tentait de démontrer que tout n’était pas de sa faute, qu’il y avait des circonstances atténuantes. Certes, il y en avait peut-être, mais Kälyna avait répandu trop de malheur. Que diraient ses victimes ? Accepteraient-elles de la pardonner pour ce qu’elle leur a fait subir uniquement parce que celle-ci souffrait ? Est-il justifiable de faire souffrir les autres parce que l’on souffre ?

« Même en dépit de ce que vous me dites, Mëryl, mon devoir est envers les victimes de votre mère. J’ignore la volonté des totems, mais s’ils ont fait ce qu’ils ont fait, c’est surement pour une raison, même si nous ne la connaissons pas. Ou si elle nous échappe … »


L’Evanealle respira doucement, joignant les mains.

« Nos décisions nous reviennent toujours. Cependant, avant de les prendre, nous nous devons de prendre en compte toutes les possibilités, toutes les variables et tenter de déduire les conséquences de ces dernières. Afin de choisir la meilleure d’entre toutes. Et dès lors qu’un choix est fait, nous devons nous y tenir et en assumer les conséquences. »


L’empereur vint délicatement s’asseoir dans son trône, s’apprêtant à avoir une discussion assez particulière. Car même s’il avait mis en garde la nouvelle dragonnière, sous souci avait toujours été de l’aider.

« Voyons voir si je peux vous aider. Tâchons de rester objectifs. À mon sens, trois choix se présentent à vous et il vous appartient à vous seule de choisir lequel prendre. Le premier de ces choix est de rejoindre votre mère. Je vous ai mis en garde des conséquences que cela pourrait engendrer entre les elfes et vous. Mais je n’ai cependant pas tout dit. Je sais que Kälyna est compagnie du dragon rouge. Être avec votre mère, signifiera surement être confronté à ce dernier. D’après ce que je sais, il ne nous aime pas beaucoup, que nous soyons elfe, humains ou vampires. Mais il aime encore moins le lien. Vous seriez certes avec votre mère et tout le bonheur que cette relation pourrait vous apporter. Mais combien de temps cela durera-t-il avant que vous soyez confronté à un choix impossible. Le lien avec votre mère ou le lien avec votre dragonne. Qui sait quel choix pourrait-elle faire, elle aussi ? »


Aegnor croisa les doigts avant de continuer.

« Le second de ces choix est de rester ici. J’ai pris à ma charge l’exercice de votre ministère le temps de votre disparition. Si vous désirez rester ici, vous pourrez récupérer vos fonctions. Vous resterez ainsi avec la charge que vous héritez de votre père. Vous resterez auprès d’un lieu et d’un peuple que vous aimez. Vous contribuerez à l’aider. Mais plus encore vous serez avec votre dragonne, ni elle ni vous ne manquerez de rien matériellement parlant. Certes il y a toujours ce vide au fond de votre cœur, néanmoins, en restant ici, vous pourriez essayer de le combler. Par le sentiment envers votre race, vos efforts pour sa pérennité, mais également par votre amour et le lien grandissant envers votre dragonne. Et qui sait, un jour vous vous mariez peut-être et aurez des enfants. Ce vide se comblera de lui-même, il vous suffit juste de le vouloir. Cependant, vous resterez séparer de votre mère. »


Le blond ne rajouta toutefois pas qu’elle pourra continuer à défendre son cas ou si jamais un miracle se produisait et que Kälyna était graciable, elle pourrait parler en sa faveur. Mais à l’inverse, il ne dit rien sur l’éventualité de devenir un jour l’ennemi de sa mère si elle venait à menacer le royaume de manière directe.

« Enfin, le troisième choix est de partir vers l’Est. De prendre l’un des bateaux en direction de l’île du flocon et d’embrasser pleinement votre destin de dragonnière. La caste deviendra comme votre nouvelle famille, car là-bas, tous sont comme vous, des liés. Votre dragonne et vous-même vous développerez pleinement dans cette nouvelle vie. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Mar 15 Nov 2016 - 0:54

Elle bouillonnait, mais son corps entier se contenait, la colère, le dégoût. Il ne comprenait, n’écoutait pas. Elle avait fait tout ce chemin, après l’avoir trahi, pour lui demander pardon. Elle lui avait confié toute la vérité, absolument tout ce qu’elle savait, alors qu’elle aurait pu être bannie du royaume pour ses actes. Elle avait placé en lui confiance, foi, loyauté et il la désignait comme une menace pour Estëllin. Elle n’avait rien fait de mal, strictement rien contre son peuple. Tout ce qu’elle n’avait fait là-bas n’était qu’atténuer le mal, chercher à tempérer Kälyna. Mëryl préférait être présente, elle savait que par sa seule volonté, sa mère pouvait renoncer à un meurtre, elle l’avait vu alors que ceux qui l’avaient attaqué près d’Aldaria auraient pleinement mérité leur mort.

Le dégoût, se marier, avoir des enfants, en quoi cela le concernait-t-il ? En quoi son lien avec l’obsidienne le concernait-t-il ? Ce qu’elle détestait, c’était sa manière de se permettre de se mêler de sa vie personnelle. Il n’avait aucune idée du lien qu’elle avait noué avec la dragonne, il ne savait pas à quoi elle aspirait alors comment osait-il lui parler comme s’il comprenait ce qu’elle ressentait.

« N’oubliez pas que je ne suis que presque liée. Le lien qu’Aïasil et moi ayons est dissonant, ça n’a rien d’épanouissant, ou de simple. Me faire sentir irresponsable dans mes actions parce qu’elle a éclos sous mes doigts et que j’ai choisi de suivre ma famille ensuite…Je ne l’ai jamais abandonné et je ne le ferai jamais. »

Blessée, cela avait certainement quelque chose de vexant, mais la colère parlait, bien plus que quoi que ce soit d’autre. Son regard était fermé, elle tentait de rester calme et ne haussait pas le ton. Mais Mëryl n’avait rien d’amicale, le respect qu’elle avait envers cet empereur à ce jour s’effritait, doucement.

« Je ne suis pas revenue ici pour repartir aussitôt. Mais je vous ai déjà dit que je n’ai pas l’intention de changer la sentence qui a déjà été rendue. Ce sont les mensonges répandus sur ma famille que j’insupporte. Elle était déjà mécontente que je l’ai retrouvée dans le désert, elle ne me laissera pas la retrouver à nouveau. Je ne peux pas vivre avec elle, ce n’est pas une option…Et je ne veux pas. »

Ce n’est jamais ce qu’elle avait demandé, elle ne voulait que du temps, elle l’avait vu disparaître, certaine qu’il était trop tard, certaine que toutes ces années loin d’elle étaient gaspillées. Mëryl avait autre chose auxquelles se raccrocher à présent, mais dire adieu, quand rien ne les séparait vraiment, c’était trop difficile.

« Lorsque je lui ai dit adieu, avant son procès, j’ai réalisé que je n’avais aucune mémoire à honorer. Je n’avais aucun souvenir, si ce n’était le traumatisme de sa tentative de suicide. Que je serais la seule à la pleurer et sans cérémonie. Je lui ai demandé de me donner du temps, un peu de temps pour avoir un souvenir et ne pas oublier son visage, une seconde fois. Je n’ai jamais voulu être sa…disciple ou la suivre comme un animal de compagnie. J’ai voulu être près d’elle, mais pas pour toujours. »


Elle était consciente qu’il était égoïste de revenir, maintenant qu’elle avait eu ce qu’elle désirait, comme une enfant. « Je veux rester ici, si vous me le permettez. Je n’ai pas encore décidé si je rejoindrais la caste, Aïasil aura le droit de se prononcer. Pour l’instant, j’aimerais reprendre mes fonctions. »
Revenir en haut Aller en bas
Aegnor Evanealle
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 3

Modérateur
Empereur des Elfes

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Ven 2 Déc 2016 - 18:47

¤ Aide ¤

Aegnor s’agaçait tout autant que Mëryl. Il essayait de l’aider, il essayait vraiment, mais cette dernière semblait tout prendre de travers. N’était-elle pas venue à lui pour lui parler ? Pour lui demander son aide ? Alors pourquoi refusait-elle son aide si elle l’avait demandé ? Qu’attendait-elle réellement de lui ? Voulait-elle seulement qu’il l’écoute sans rien dire ? Le pensait-elle sérieusement ? Pensait-elle pouvoir se présenter à lui avec ses problèmes sans s’attendre à ce que le souverain tente de l’aider derrière ? Il ne voulait qu’aider cette jeune elfe. Il ne voulait que son bien. Elle était un de ses sujets, elle était l’un de ses enfants en tant que père des elfes. Il ne voulait pas qu’elle suive une voie qui la mènerait à faire des choix impossibles. Il ne voulait qu’elle suive une voie qui la conduirait à devenir l’ennemie de son peuple et du monde. Il ne voulait que la paix. Une paix où tout le monde irait bien. Alors pourquoi cette dernière se conduisait-elle comme un enfant incapable de comprendre !? L’empereur prit une grande respiration.

« Mëryl. Sachez que je n’essaye que de vous aider. C’est la seule chose que je cherche à faire. Vous ne pouvez pas me demander simplement de vous écouter, après ce que vous venez de faire, sans vous attendre à ce que j’essaye de vous aider derrière. Vous ne pouvez pas ne pas vous attendre à ce que je m’inquiète derrière alors que l’un de mes sujets va mal. Vous ne pouvez pas ne pas vous attendre à ce que je ne m’inquiète pas des possibles conséquences de ses choix. Je ne suis qu’un empereur, pas un esprit, je fais de mon mieux, mais j’ai pourtant l’impression de faire tout de travers et de vous offenser. »


Tranquillement, Aegnor se redressa. C’était la dernière fois qu’il serait calme dans cette conversation. Si l’enfant de l’abomination prenait encore une fois tout de travers il serait obligé de hausser le ton pour tenter de remettre les choses en ordre en donnant un bon gros coup de pied dans tout ce bazar.

« Vous êtes libre de vos choix. Si vous décidez de rester ici, alors vous le pourrez. Vous pourrez également reprendre vos fonctions au sein du conseil. Enfin … si je comprends bien après avoir démêlé vos paroles … vous souhaitez que les mensonges sur votre mère disparaissent ? C’est cela ? Vous désirez être aidés sur ce point ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Jeu 15 Déc 2016 - 4:56

Oh mais il l’offensait, paroles qu’elle garderait sous silence, devant un empereur. C’est lui-même, qu’elle avait voulu reprendre, se débarrasser des mensonges, un espoir irréaliste, Mëryl ne pouvait s’attacher à tel objectif. Ce sont les propos de son empereur qu’elle avait voulu corriger sur ses propos qui manquaient terriblement d’informations. Elle aurait pu demander pardon, dire qu’elle avait voulu remédier à son ignorance. La petite rose laissa le silence tomber entre eux, elle tenait des propos bien opposés à la compréhension qu’elle avait eu avant le procès. Comment lui en vouloir d’avoir condamné sa mère à mort, avait-il seulement le choix ? Mais maintenant, elle ne voulait plus être une enfant obéissante, une poupée modelable, un pantin manipulable. Elle voulait assumer ce qu’elle croyait, mais perdre le contrôle et laisser la colère déferler n’était pas une solution.

« Mes excuses, je ne devrais pas réagir ainsi. Je ne suis pas venue chercher votre aide, majesté. C’est d’une personne à l’autre que je m’adresse à vous. Saviez-vous, seulement, que son totem l’attachait à lui ? Le savoir est père de vérité, je comprends votre bonne volonté et votre désir de m’aider mais je ne crois pas trouver ces solutions dans l’immédiat. »


Sa voix, ses yeux avaient quelque chose de vide. Mais elle était calme et les longues secondes de silence avant sa réponse avaient suffi à lui laisser se calmer, respirer. Pourquoi lui parlait-t-il de s’inquiéter, si elle ne représentait qu’un sujet, ou une conseillère. Certes cela pouvait affecter ses fonctions, mais pourquoi prenait-t-il cette histoire de manière personnelle ? « Je regrette de vous dire qu’il n’y ait rien que vous puissiez faire pour moi. Je me suis confiée, à votre épouse, au printemps. Elle m’a dit que je devais trouver quelque chose auquel m’accrocher. C’est personnel… Cela ne relève ni d’un empereur, ni d’un esprit. Et ce n’est pas…une insulte à votre égard. J’ai fait ce que j’ai fait pour me sentir mieux et je vous ai trahi. Je suis revenue pour réparer mes gestes et je me sens perdue. Mais en quoi cela serait pertinent de vous en parler. »

Elle souffla silencieusement, la petite rose avait voulu s’assurer que sa famille ne se fasse pas chasser, au moins, mais maintenant elle savait qu’Aegnor ne pouvait rien sur ce point. « Je sais qu’aucun futur n’est possible près des Vallaël. Même si l’impulsion et la tristesse m’ont poussé à m’y rendre. Je sais que je ne peux pas vivre ainsi. Je ne les poursuivrai plus. J’ai voulu les protéger mais je vous crois, alors il n’y a rien que je puisse vous demander. »

L’enfant de l’abomination ferma les paupières une seconde, elle sentait, dans le pardon qu’il lui avait accordé, une injustice. Où serait-elle si elle n’était dragonnière ?
« Une dernière chose, concernant les cultistes. L’homme qui dirigeait le rituel pour ramener Vraorg à la vie, Casert Jedus, n’a pas été capturé. Il a disparu dans un soulèvement de sable, lorsqu’un sort puissant a été utilisé avant que nous quittions. C’est un mage assez puissant et je crains qu’il puisse encore être en vie. Je ne sais pas si seul, il pourra vraiment tenter à nouveau des plans pareils, mais je n’ai pas envie de le sous-estimer après l’avoir vu à l’œuvre. »
Revenir en haut Aller en bas
Aegnor Evanealle
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 3

Modérateur
Empereur des Elfes

MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor) Mer 4 Jan 2017 - 15:59

¤ Fin ¤

Aegnor voulait l’aider. Il voulait sincèrement l’aider. Elle n’était peut-être qu’un sujet, qu’un individu noyer dans la masse de personnes dont l’Evanealle était le souverain. Cependant, pour l’Éclair chacun d’eux était important. L’empereur et l’impératrice étaient le père et la mère de tous les elfes. Ce n’était pas qu’un titre ou juste une marque de noblesse. Non pour Aegnor c’était une réalité, une chose qu’il prenait très à cœur. Ses sujets n’étaient pas juste ses sujets. Ils étaient ses enfants. Ils étaient tous aussi importants les uns que les autres. Et s’il pouvait personnellement en aider un, alors il le ferait. C’était une vision des choses assez particulière et personnelle de l’ancien prince. Une vision qui pouvait se heurter à celle différente des autres qui ne voyaient en lui qu’un simple supérieur hiérarchique. Tant de choses s’étaient perdues aux fils des années. Tant d’éléments qu’il allait falloir reconstruire. Lentement, le souverain opina du chef.

« J’étais au fait de cela, Mëryl. Malheureusement … je ne pouvais la dédouaner de sa responsabilité. Les crimes qu’elle a pu commettre étaient bien trop graves. Justice devait être rendue. »


L’empereur vint joindre ses mains dans le dos, son regard volcanique pesant toujours sur la dragonnière de retour.

« Si un jour il est une chose que je puisse faire pour vous. Alors, venez me voir. J’essaierais de vous aider si cela m’est possible. Je regrette de ne pouvoir faire davantage aujourd’hui, croyez le bien. »


Doucement, l’elfe respira et agitait positivement la tête en écoutant les paroles de Mëryl. Prenant en note et en considération tout ce qu’elle pouvait bien lui dire. Le plus important était que la jeune dragonnière soit de retour. Le plus important était qu’elle avait appris de cette folle aventure. Le plus important était qu’elle avait fait un choix. Un choix qu’Aegnor espérait être le bon pour elle et pour l’empire elfique. Faire le choix entre sa famille et son devoir n’était pas chose aisée. Mais une fois le choix fait, il faut s’y tenir et ne pas le regretter.

« Si vous avez des inquiétudes au sujet de ce cultiste, alors je vais envoyer des soldats enquêter afin de confirmer sa mort ou non. S’il est bien à l’origine des évènements qui ont meurtri Esfelia, alors il faut nous assurer qu’il ne pourra jamais plus recommencer. »


L’Evanealle ferma les yeux et opina une dernière fois du chef en guise de conclusion.

« Si c’est tout ce que vous aviez à me dire, Conseillère, vous pouvez disposer et prendre repos. La prochaine réunion du conseil aura lieu demain. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Couper les liens (Aegnor)

Revenir en haut Aller en bas

Couper les liens (Aegnor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» mes sources et liens
» Liens emule
» Comment couper une figurine
» Les liens de Ginny
» Tisser les liens de toute une vie... ~ Gabrielle de Vendôme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-