Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Entre deux mercenaires (Geflorth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alford Gorder
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

MessageSujet: Re: Entre deux mercenaires (Geflorth) Mar 11 Avr 2017 - 16:28

« Comme tu le désires mon ami. » Répondit Alford avec sympathie quand Erdrak avançait qu'ils n'avaient qu'à maintenant user du carreau d'arbalète d'Alford ayant détruit la cible comme cible et qu'il aimerait savoir si Alford se classait dans les bons ou excellents arbalétriers. Dans les faits Gorder pensait que la réponse était entre les deux, mais autant vérifier si c'était bien cela. Après tout, il n'était pas du tout aussi doué à l'arbalète qu'à l'épée sans pour autant être un manche dans le maniement de cette dernière... Disons qu'elle pouvait s'apparenter à son arme secondaire qu'il utilisait dans les moments où le fait de se battre à distance était plus conseillé.

Et dans les faits, il n'irait pas jusqu'à dire qu'Erdrak était peu précis, au contraire la précision de ce dernier était tout à fait honorable pour un archer, c'est juste que l'arc et l'arbalète ne sont pas vraiment le même type d'armes. Gorder pour sa part n'avait pas besoin de forcer pour garder le projectile armé et son arme étant plus stable cela aidait pas mal dans les faits… Mais en dehors de cela, il profita du fait que le moment était paisible pour aborder une conversation guerrière avec son nouvel ami.

Et dans les faits le choix de son collègue était tout à fait légitime, celui-ci disait qu'une armure lourde ne lui irait pas forcément très bien et qu'il préférait ne pas devoir compter sur le fait de prendre des coups si possible. Il préférait donc miser sur une armure intermédiaire pour avoir un compromis entre poids et protection et sinon se fier à ses talents guerriers et à ses gantelets pour survivre aux assauts de ses adversaires. Gorder pour sa part fit part de son avis qui était somme tout personnel…

« Eh bien moi ça dépend… Par exemple je possède une armure lourde pour les batailles ou les combats très sérieux et sinon des armures plus légères que je porte selon les situations. Dans les faits, je t'avouerai que j'aime bien l'idée de pouvoir m'adapter et d'être polyvalent en toute situation. Que ce soit au niveau des armures et de l'armement. Après tout, je suppose qu'il vaut mieux être préparé pour chaque cas de figure possible dans notre métier. » En somme Gorder voulait avoir un style de combat versatile qui pouvait s'adapter avec fluidité à chaque situation.

« Je ne sais pas si on peut parler de destin, par exemple... Est-ce que pour toi c'est le destin le fait qu'un carreau d'arbalète te pourfende alors que si tu portais une armure lourde les choses ce seraient passé différemment ? Je pense pour ma part qu'il ne vaut mieux pas partir du principe qu'on puisse mourir à chaque instant, mais qu'il faut faire de son mieux pour survivre et gagner l'affrontement. Je pense même qu'il n'y a pas de destin à proprement parlé... Les dernières années m'ayants prouvées littéralement que le futur n'est pas tout tracé, mais attend que nous le construisions... » Et pas qu'un peu, cela il l'avait appris notamment en révélant la prophétie des marcheurs. Prophétie qui au final ne s'était pas déroulée exactement comme prévue…

Sur ce Gorder tira une nouvelle fois et ce carreau atterrit juste à côté du précédent, avant d'ajouter ensuite avec réflexion.

« Dit d'ailleurs, pourquoi tu n'as jamais pensé à intégrer l'armée pour ta part ? Est-ce comme moi parce que tu préfères garder une certaine liberté ? Je suppose en tout cas qu'au sein d'un régiment tu trouverais facilement une bonne place. Peut-être même que tu pourrais devenir sergent, puis lieutenant, voir capitaine ? Enfin, de toute manière ce genre de choix appartiennent à ceux qui veulent les faire ou non. Pour ma part, je ne suis probablement pas fait pour la hiérarchie militaire, ni pour le fait de devoir supporter longuement que quelqu'un me donne des ordres sans avoir la possibilité de les refuser… Peut-être pour ça tiens que je travaille souvent en solitaire. » Acheva-t-il sinon de dire d'un air bon bougre, en effet Gorder pouvait être un bon tacticien quand il s'agissait de commander un petit groupe de soldats, mais il n'aimait pas trop l'idée de devoir soumettre à une autorité supérieure qu'il ne pouvait pas renier dans le cas où celle-ci se faisait tyrannique ou injuste. Disons que libre-arbitre et surtout la possibilité de faire ses propres choix était sacrée pour le mercenaire. Surtout un mercenaire aussi célèbre que lui qui avait des principes...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.





Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erdrak Geflorth
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 6

Mercenaire

MessageSujet: Re: Entre deux mercenaires (Geflorth) Mer 19 Avr 2017 - 11:17

Comment deux êtres à la fois si proches et si différents pouvaient exister en même temps ? Et comment avait-il pu se rencontrer ? Ces questions tournaient depuis un moment dans l’esprit d’Erdrak jusqu’à ce qu’elles soient pleinement formulées par son esprit. D’un côté, Alford, un maître d’armes, qui maitrisait l’épée avec facilité et qui avait quitté sa vie paisible pour devenir mercenaire, de l’autre Erdrak, mercenaire depuis toujours rêvant d’une vie posée avec une famille, se battant à la hallebarde. Deux points de vue assez différents mais un point commun : leur besoin de combat. Erdrak ne pensait pas pouvoir s’adapter à la vie civile malgré son envie de repos. Le maître d’armes semblait toujours calme et réfléchi alors que le mercenaire avait des tendances colériques et peu de contrôle de lui-même une fois la limite franchie. Là encore, un point commun, leur capacité à reconnaitre la valeur de leur adversaire. En cherchant bien, les deux guerriers pouvant trouver une infinité de points communs et de divergences allant par paire. Ils pourraient former un duo étonnant mais terrible.

Même si je porte une armure lourde, le carreau serait passé. Sans l’armure lourde, je suis une cible mobile bien plus complexe à atteindre. L’un dans l’autre les avantages conféraient par l’un apportent des inconvénients que n’a pas l’autre. Je ne crois pas vraiment que les Esprits ou le Dracos s’intéressent à notre devenir au cœur d’une bataille, ni vraiment au destin. Mais je suppose que si on doit mourir, ce n’est pas une armure lourde qui nous sauvera. Mais en effet le futur n’est pas tracé nettement. L’avenir est comme un fleuve immense, le courant s’écoule vers le futur laissant le passé derrière, nous n’y avons ni port, et il n’a aucun rivage. Il coule et nous ne pouvons que nous orienter dans ses flux pour rester dans la zone calme ou au contraire plonger dans les tumultueux rapides.

Encore un carreau de bien placé. S’éloignant toujours, la cible devenait difficile à atteindre pour l’archer, mais la difficulté ne paraissait pas augmenter pour l’arbalétrier. Erdrak tira une flèche avant de répondre à Alford. La flèche partit parfaitement bien pour se figer contre le carreau cible. Le mercenaire laissa glisser un petit sourire pour son tir réussi. C’était sûrement un coup de chance mais il était toujours agréable d’atteindre une cible. Puis il se tourna vers son ami. Ses questions ravivaient des souvenirs très douloureux, trop douloureux, mais ce soir, Erdrak se sentait le besoin d’en parler un peu et Alford était la personne la plus amène de le comprendre, ou de ne pas le juger. Poussant un léger soupir aux souvenirs de ses camarades et familles tombés par les armes, il aimerait se dire qu’ils étaient morts pour un idéal, mais même lui n’en avait aucun. Ils étaient morts pour de l’argent pour certains, pour rien pour d’autres, par erreur pour beaucoup.

J’ai été rapidement dans l’armée, pendant la guerre contre les Alayiens, c’était le seul moyen efficace de survivre pour un mercenaire solitaire. Sinon j’aurai servi de chaire à flèche en première ligne. Mais la victoire est venue bien moins vite que la défaite et je suis parti. Et… j’avais l’impression de trahir mes anciens camarades. Il est vrai que j’aurai pu devenir gradé au bout de quelques années. Mais j’étais déjà capitaine. Dans mon ancienne compagnie, je faisais partie du commandement. Bien sûr, cela n’a rien à voir avec un grand commandement militaire. Toutefois, je ne sais pas encore capable de suivre les ordres d’une hiérarchie complète. A l’époque je ne rendais compte qu’au commandant et rapidement aux autres capitaines. Quand on a gouté à cette liberté, il est difficile de tout recommencer depuis le début. Je suis un peu comme toi, j’accepterai de suivre un commandant talentueux, mais pas de subir les ordres de toutes une chaîne et surtout, devoir être jugé au combat par des personnes aux compétences douteuses. Erdrak était-il seulement encore capable de commander correctement ? Les derniers évènements l’avaient rendu quelque peu froid envers la vie, la sienne comme celle des autres. Or, un commandant se doit de s’inquiéter de la vie et de la santé, physique et morale, de ses hommes. Non, il en était incapable en ce moment, et il risquait de les mener à la victoire, mais sans faire attention aux pertes. Plutôt que de la solution la plus sûre pour ses hommes, il prendra la solution la plus certaine pour la victoire. Ce n’est pas commandé ceci. C’est être un boucher.

La soirée se passa, Alford toujours d’une précision terrible tandis qu’Erdrak continuait à visait avec précision mais toujours moindre que l’arbalétrier. Après une dizaine de tirs, les deux hommes arrêtèrent leur duel, avec une victoire écrasante du maître épéiste. La nuit fut paisible et la journée suivante signala la fin de leur escorte. Les mur de Gloria, la Décadente, grandissait rapidement et une fois arrivés à destination, les marchands fournirent leur paiement aux guerriers avec une petite prime, tellement ridicule qu’ils auraient pu s’en passer, pour avoir repousser l’attaque des paysans. Une fois payé, Erdrak se tourna vers Alford en souriant, un sourire sincère qui jurait avec son regard, toujours froid et calculateur, impénétrable. Bon, comme nous sommes toujours vivants, tu vas devoir tenir ta promesse. Je ne connais plus trop la ville et ne veut pas trop la connaitre alors, je te laisse le choix du lieu, tu as toute ma confiance là-dessus.


Erdrak et Asmo parlent en gras et pensent en italique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Entre deux mercenaires (Geflorth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]
» Retrouvailles entre deux amis [ PV: Josh ]
» Pique nique entre deux chemins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-