Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Gosse de riche [PV Eleo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Gosse de riche [PV Eleo] Lun 12 Sep 2016 - 20:10

12 Septembre de l'an 7 de l'âge d'obsidienne



Arakjörn était heureux.

Il y avait des tas de raisons, déjà il faisait beau, même si en soit le temps, qu'il soit beau ou non, n'aidait pas en rien l'humeur du nain à décoller, cela en plus du fait qu'il était à Gloria, la ville qu'il avait désigné comme étant sa patrie quelques années auparavant, dans laquelle il s'était plut. Bon, son esthétique avait changé, les rues avaient été salies, le nombre de clochards à soigner était bien plus grand. Mais dans le fond, le Kohan n'était plus au pouvoir, apparemment tué par l'ancienne prêtresse qui lui servait de maître, et le nouveau dirigeant avait été un allié précieux... Et pas aussi arrogant que les rois le sont. Alors il se sentait libre de parcourir à nouveau la capitale, évitant les quartiers riches pleins de gardes... et de riches, et passait maintenant son temps dans celui des pauvres.

Malgré tout, ce n'était que futiles raisons de ce bonheur soudain. Lui qui avait tout raté, ne serait pas heureux pour si peu. On disait que la vie pouvait être belle, qu'il suffisait de s'y investir un peu. Il il l'avait fait, longtemps, souvent, sans jamais aucun résultats. Il avait crus être aimé, mais finit manipulé, il avait été trahit par les esprits, trahit par ses amis, il avait été haït, détesté, à cause de cette chose en lui, qu'il aurait aimé combattre, refouler, pour s'intégrer dans la société : Avoir des amis... Flirter avec une femme... Avoir un travail... Peut-être même, une famille ? Pourquoi pas après tout ? Il avait bien été choisit par la coccinelle ! La chance était naturellement de son coté.

Alors POURQUOI manquait-il de tout ça ?! Pourquoi était-il maudit jusqu'à la moelle ?!

Il ne le savait pas, ne le saurait probablement jamais, mais le fait était qu'il voyait et ressentais des choses que les autres ne pouvaient pas voir, qu'une partie de lui glissait dans la folie alors que le comique et peu crédible petit Arakjörn laissait place au monstre qu'il était au fond de lui. Que cette force divine qui s'abattait sur lui depuis le jour de sa naissance faisait finalement ressurgir cet être malsain, celui qu'il était vraiment.

Alors... en quoi cela faisait-il de lui un être heureux ? Eh bien.. avec cela, de sa détermination et des enseignements de Kälyna, venait la puissance dont-il avait toujours rêvé. Le pouvoir de dominer, il le détenait enfin. La trace de son père, effacée, remodelée, ce n'était pas l'œuvre de sa caste, de ce père mort, qu'il poursuivrait maintenant, mais la sienne, il serait le plus puissant membre que sa famille eu jamais connue, il en était certain. Il aurait sa vengeance, car c'était ça le tableau qu'il voulait peindre.

C'est donc le lendemain de sa découverte qu'il se promenait seul dans les quartiers pauvres, dans un petit jardin naturel abrité des regards. Il avait passé toute la journée à lire la traduction du livre noir et à perfectionner sa technique, il manquait d'entrainement, mais contrôlait de mieux en mieux les déplacements des objets qu'il altérait. Le sort dont il tentait de connaître le moindre secret lui permettait de contrôler la gravité, ainsi était-il assis en tailleurs au sol, la main levée et les yeux fermés faisant léviter une dizaine de pierres tout autour de lui, pendant des heures.
C'était épuisant. Mais Arakjörn se disait que lorsqu'il arriverait à faire ça avec des hommes en armure, les grosses brutes sans cervelles à qui il avait déclaré la guerre n'auraient plus l'ombre d'une chance contre lui. Et c'était bien cette pensée qui lui donnait à ce point le sourire. Il était devenus fort... mais pas encore assez. Il était trop tôt pour qu'il songe à se battre, il ne contrôlait pas encore assez bien ses pouvoirs. Et il se rendit compte que cela n'échappait à ses ennemis.

"Hey ! Le nabot ! On peut savoir ce que tu mijotes ?"

Il baissa la main, ouvrit les yeux, et les pierres tombèrent au sol.

"Il faut qu'on te parle le minus."

Arakjörn observa tout autour de lui. Des hommes encadraient la moindre sortie de ce jardin secret, un carrefour de quatre ruelles non loin de la rue principale du quartier. Le regard intelligent d'Arakjörn se promena sur leurs équipements. Ils étaient quatre, trois étaient en armure, l'épée tirée, des armures solides, de qualité que ne se payait pas un soldat de pacotille, très certainement enchantées qui plus est. L'un d'entre eux était habillé beaucoup plus légèrement et avait à la main un bâton d'invocation, un mage surpuissant sans aucuns doutes.

Le nain se leva, il était calme, c'était étrange, mais il savait que de toute façon ce n'était que d'apparence qu'il l'était. Misérable et sale, ridicule et grotesque, le petit Arakjörn était pourtant soucieux de son apparence. Il réajusta son chapeau et le resserra quelques peu, afin qu'il soit correctement vissé sur son crâne, plongea son nez dans son écharpe, et prit son defendo en main.

"Je vous écoutes, terrifiants mercenaires."

L'écharpe cachait son sourire, il ne devait pas sourire avant un combat, mais c'était plus fort que lui, il mourrait d'envie de réduire tout ce qui se trouvait autour de lui en bouillie. Ses petits yeux verts, à l'ombre de son chapeau pointus, luisirent d'un éclat maléfique lorsque l'un des hommes lui répondit.

"Ta tête est mise à prix, on vient juste te la prendre, je suis sûr que tu pourras vivre sans... Quoique."

Il ne répondit pas, ils n'en valaient pas la peine, ils étaient bien équipés certes, mais n'étaient que de petits humains de pacotille, lui ne l'était plus, il n'était plus petit surtout. Mais on ne changeait pas les vieilles habitudes, ils l'avaient appelé "minus". Ils l'avaient insulté. Ils le paieraient de leurs vies. Ainsi allait le monde du nabot. Ainsi allait le monde tout court, on ne change pas les règles qui font de vous ce que vous êtes et le monde ce qu'il est, comment pouvait-il en être autrement ? Les cadavres de ces quatre morveux seraient bientôt retrouvés dans une marre de sang, l'un peut-être en vie, après une bonne séance de torture... A moins que...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Contrebandière

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Dim 18 Sep 2016 - 23:27

Eleonnora se retrouvait à déambuler une fois de plus dans les bas fond de Gloria. La misère crasse n'avait jamais laissé de marbre la jeune fille. Malgré son goût prononcé pour l'or et le luxe, elle ne méprisait pas ce peuple baigné de gueuserie qui se trouvait au cœur de la tentacule ouest glorienne. Tant qu'il ne s'en prenaient pas à elle ou à son argent évidement. Ces tristes quartiers ne valaient pas la peine d'être visités par quelqu'un de sa condition aurait-elle pu penser cependant c'est dans ces endroits les plus délaissés que l'on trouves les affaires les plus fascinantes. Elle savait bien que l'on pouvait tirer profit de cet espace lugubre et elle ne voulais surtout pas laisser le commerce à ces brigands idiots, il suffisait de savoir réfléchir un minimum pour extorquer de cette boue un beau filon de richesse. C'est ainsi qu'elle s'était lancée dans un trafic d'armes de contrebandes et ce depuis maintenant 1 an. Un commerce pour le moins illégal mais qui à défaut de lui rapporter autant d'argent que son rang d'aristocrate, lui permettait de d'assouvir sa soif de curiosité et d'adrénaline. Un bien curieux passe temps pour une fille de sa condition.

C'est pour ça qu'Eleonnora considérait qu'elle menait une double vie et ces deux deux vies ne devaient jamais eu grand jamais ne s'entrechoquer sous risque d’explosion dévastatrice, et pas seulement pour elle. En effet son père assumait depuis peu le poste de régent de la grande Gloria. Il en allait de soit que si l'on découvrait que sa progéniture se livrait à des activités illégales, son image en serait gravement entachée. La jeune fille serait prête à en payer le prix mais l'honneur du nom Ostiz ne devait en aucun cas être souillé. Elle respectait grandement son père cependant le froid Crissolio Ostiz n'aurait aucun scrupule à déshériter sa propre fille s'il en allait de l'honneur de la famille. Une valeur qu'il avait enseigné à sa fille comme la valeur centrale, à la base de laquelle chacune de ses actions devaient être réfléchie!

La fille du régent avait donc décidé de limiter ces activités anticonstitutionnelles pour se concentrer sur sa vie à la cours car depuis que son père était monté en grade de nombreuses opportunités alléchantes se profilaient. De plus elle avait décidé de se plonger dans l'étude de la magie. Elle possédait un don magique puissant qu'elle comptait cultiver. Elle souhaitait tout d'abord compenser sa faiblesse physique, ce qui lui permettrait de s'aventurer plus aisément dans les endroits sinistres des cartiers indigents de la citée. Et lors sa vie à la cours, une magie des ténèbres lui serais avantageuse dans le domaine du contrôle mental comme lui avait expliqué le régent. Celui-ci ne tardera pas à lui apprendre comment s'en servir. Eleonnora était impatiente de commencer son apprentissage.

Son sourire pensif s'effaça vite lorsqu'elle se rendit compte que son pied avait atterrit dans une immonde flaque boueuse, aspergeant ses jupons d'un liquide bourbeux. Elle étouffa une exclamation d'irritation. Elle n'allait tout de même pas rentrer crottée ainsi! Après avoir maudit une bonne dizaine de fois ce quartier, elle se précipita vers un de ces raccourcis chéris menant rapidement aux quartiers riches. Cependant des éclats de voix arrivèrent aux oreilles de la jeune fille. Un conflit entre racaille? Sur SON chemin? Pleine d'orgueil elle continua sa route, après tout ces sombres individus ne valaient pas la peine qu'elle se préoccupe d'eux. De plus on voyait bien qu'ils n'étaient pas de simples petits soldats, vu leur équipement, de nouveaux riches peut-être un peu brutes mais ne méprisant pas la hiérarchie sociale. Donc au plus grand des malheur, elle pourrait toujours déballer son titre de fille du régent. Et puis ce genre d'homme avaient une philosophie bien idiote qui était de ne pas tuer de femme et d'enfants...

"Ta tête est mise à prix, on vient juste te la prendre, je suis sûr que tu pourras vivre sans... Quoique."

Eleonnora prit compte de cette phrase malgré elle; Une tête mise à prix? Quel prix? Surement un montant élevé...
Elle arriva au carrefour et pu apercevoir que la victime n'était personne d'autre que...un enfant? non, plutôt un homme de petite taille au chapeau ridiculement enfoncé sur sa tête. Ce genre d'individu excentrique était à coup sur dangereux comme la peste mais surtout très puissant. Sinon, pourquoi sa tête serait-elle mise à prix? La jeune fille grimaça de plaisir sous sa capuche, peut-être que sa journée finirait par être rentable en fin de compte! Elle pouvait tirer de cet individu un avantage certain.

Elle se racla la gorge, ce qui fut sursauter les gayards. Ils se retournèrent vivement prêt à attaquer cet étranger. Mais il se retrouvèrent face à une fêle jeune femme dont la beauté attendrissante contrastait avec l'aspect lugubre de la situation. Elle ne se lassait jamais de voir la surprise sur le visage d'un homme, elle prenait un malin plaisir jouer avec les sentiments des tas de muscles sans cervelle.

"Avez vous l'intention de trancher la gorge d'un homme devant sa dame?"Dit-elle en s’interposant devant le...nabot?

Sa petite voix emprunte d'orgueil fit son effet. Les mercenaires semblaient déboussolés par de bouleversement de situation. Ils ne trouvèrent rien de plus intelligent que d'éclater de rire. Typique. Prévisible. Simple d'esprit.

"Arakjörn Nygdmer?! Avoir une dame? ce n'est pas une putain que tu as payé, dis moi?"

Cet individu semblait être un mage, peut-être le plus intelligent du groupe mais il venait tout simplement de la traiter de putain. ce vulgaire individu venait de l'insulter? La jeune fille hésitait soudainement à dévoiler son titre, elle voulais le voir ramper à ses genoux pour avoir proféré de telles insultes...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Lun 19 Sep 2016 - 22:13

...A moins qu'une autre possibilité ne se présente, une possibilité de paix ? Un choix d'amour et de bienveillance, ou tout le monde repartirait paisiblement dans son coin... Pouah ! Rien que d'y penser, Arakjörn en avait la nausée, il n'y avait jamais rien de plus stupide que ce genre de visions utopiques, finalement assez similaires avec ces dictons du genre "le travail paie toujours" et blablablabla...

Cependant, quelque chose, effectivement, se produisit. Arakjörn était content, il allait pouvoir essayer son sort, ils étaient certes quatre, mais s'il se concentrait il était presque sûr de pouvoir tous les maîtriser, même s'il n'avait jamais usé de ce sort là sur des hommes auparavant, il en avait la très grande envie... Mais quelqu'un toussa, un raclement de gorge forcé, mais féminin, il eu beau cherché partout autour de lui, aucun des mercenaires ne semblaient pouvoir correspondre à cette voix. Mais ils lui donnèrent eux-même la réponse qu'il cherchait, lorsqu'ils se retournèrent pour voir, derrière un des gros baraqué en armure qui avait sursauté en entendant le petit son, ce qui semblait être une jeune femme, bien moins grande que l'espèce de colosse, et peut-être.. Ouai, d'une "beauté profonde", il était trop loin pour le savoir, mais le guerrier ne leva pas l'épée. Elle ne fit pas attention à lui, et le contourna pour s'avancer devant Arakjörn, qui fronçait le sourcil devant l'incompréhension.

"Avez vous l'intention de trancher la gorge d'un homme devant sa dame?"

Hein ?

PARDON ?

Oui, c'était une manière bien étrange de lui faire une annonce, et sous le choc, Arakjörn ne comprit pas qu'elle faisait ça pour prendre sa défense, il réfléchissait à la façon dont elle aurait pu le confondre avec quelqu'un d'autre, mais il savait qu'il était... spécial d'apparence, et difficile à confondre. Alors... pourquoi ? Pourquoi elle venait, là, comme ça, de sa petite voix fluette, se poser devant lui de façon protectrice comme si elle pouvait changer quelque chose a une bagarre d'hommes , à raconter qu'ils étaient... en couple ?

Il s'auto-congratula d'avoir mit son écharpe malgré le soleil pesant, au moins ne voyait-on pas ses petites joues d'enfant rougir. Il chercha les yeux de l'inconnue pour l'interroger du regard, mais lui faisant dos, il ne voyait que ses longs cheveux châtains, il hésita alors à le lui demander de vive voix, mais son regard confus et paniqué se tourna plutôt vers l'origine d'un son qu'il détestait, celui du rire des gens, des gens qui riaient de lui. Était-ce parce qu'ils avaient vus malgré sa pile de vêtements inutiles, qu'il était incroyablement gêné ?

Bon, il devait arrêter de se laisser emporter par des émotions aussi débiles, il n'y avait pas moyen d'être plus faible que d'être choq... influencé par une situation aussi farfelue. Et l'explication viendrait, pour l'instant il devait sauver son honneur :

"Ah... Ah oui ?! Et.. euh.. pourquoi je pourrais pas... en avoir.. une.. hein ?"


Ouaip... pas brillant, des larmes apparaissaient au coin de l’œil du mercenaire qui semblait avoir une affinité avec la magie, et son rire se faisait plus insupportable encore. Il devait essayer autre chose, et il se servit de la rage qui montait en flèche au fond de lui pour répondre :

"JE SUIS TRÈS HEUREUX COMME CA ET VOUS NE POURREZ RIEN Y FAIRE !"

Rage qui explosait furieusement, se déversait dans ses veines, faisait rougir son regard d'un profond éclat de folie. Il oublia la jeune femme, il oublia la traduction de Crissolorio, il oublia les leçons de son père sur la magie, et il oublia même qui il était, il s'effaça pour laisser parler de lui que les plus profonds instincts fou de sa caste. Il se tut un instant, avant d'ouvrir la main vers le mago, ressera les doigts, comme s'il avait l'intention de compresser son crâne, ses mains étaient trop petites pour ça, mais sa puissance, non.

Lorsqu'il tira le bras vers lui, le pitoyable petit mercenaire s'envola pour s'étaler tout son long à ses pieds. Arakjörn resta quelques secondes dubitatif devant ce qu'il venait de faire, les mercenaires aux alentours aussi, attendant de voir ce que leur compagnon -peut-être leur leader, allait faire. Cela laissa également à ce dernier le temps de s'agenouiller, et d'entreprendre de se relever complètement, tout en marmonant :

"Toi... Je vais te démol.."

Il se tu sec, coupé par la main d'Arakjörn, paume ouverte vers le sol, devant lui, qui descendait lentement vers le bas, comme s'il désirait lentement aplatir l'air qui séparait sa main du sol, et c'était presque le cas. Le mercenaire commença à flancher, son visage se mit à rougir alors qu'il luttait pour rester debout.

"Ne te relève pas."

Fit Arakjörn, les yeux verts de fureur, la main tremblante alors qu'il accroissait la force de gravité autour du mago, qui ne semblait d'ailleurs absolument pas capable de se défendre, pauvre chose... Il s'écroula au sol, complètement paralysé par la force de pression toujours plus forte, grandissant à mesure que le nain baissait la main. Il faisait moins le malin, là, complètement maîtrisé ! Les yeux d'Arakjörn s'écarquillèrent alors qu'une idée lui vint en tête, il empoigna son bâton, le fit tournoyer pendant quelques instants avant d'en pointer l'extrémité inférieure vers la tête du mercenaire, bleuie par l'effort, dont les yeux fixaient alors la pointe en adamantine qui ne tarderait pas à s'enfoncer au travers de son crâne si personne n'intervenait... Mais qui serait-ce ? Trois guerriers machos sans cervelles ? Ou une jeune femme suicidaire qui pourtant ne supporterait pas la vue du sang ? Ou bien... peut-être qu'elle appuierait elle-même sur le bâton pour avoir été traitée de prostituée ?

sort utilisé:
 





"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Contrebandière

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Mer 21 Sep 2016 - 15:53

Le mercenaire avait l'air de taper une bonne barre devant la situation que la jeune fille avait mise en scène. Elle avait encore fait pari, et si passer par cette étape d'humiliation lui permettait d'arriver à ses fins peut-être que ça en valait le coup? Non, Eleonnora avait beau essayer de se rassurer, elle ne pouvais s'empêcher de mépriser ce vulgaire individu qui était en train de la ridiculiser à l'instant même. Elle essayât de contrôler sa colère du mieux qu'elle pouvait, ces petits points serrés au point de faire blanchir ses phalanges. La jeune fille maîtrisait son expression faciale, ne laissant échapper qu'un léger froncement de sourcils. Elle savait très bien qu'elle ne serait jamais de taille à combattre ces mercenaires et c'est pour ça qu'elle avait, dans cette arène, misé sur un champion.
D'ailleurs elle espérait obtenir un peu de soutient de sa part. Cependant, à sa plus grande surprise, il ne produisit que quelques bredouillement enfantins gênés;

"Ah... Ah oui ?! Et.. euh.. pourquoi je pourrais pas... en avoir.. une.. hein ?"

Elle devait rêver! C'était CA la tête mise à prix? Il n'était même pas capable de se défendre avec les mots!
A moins qu'il soit trop idiot pour comprendre qu'elle était intervenue dans le but de le défendre? C'est vrai que toute personne normale aurait été déboussolé par ce genre d'intervention, surtout que la jeune fille n'apportait aucune protection supplémentaire en intervenant devant le petit mage. Elle se sentit tout de même satisfaite de voir que son petit jeu avait autant d'effet sur sa victime, qui serait sans aucun doute facile à manipuler.

En tout les cas la piètre défense de celui-ci avait enclenché un fou rire chez les mercenaires. A ce moment précis, la jeune fille ne se félicitait pas d'avoir prit partit pour ce nabot qui rendait sa situation encore plus critique, il n'avait fait que l'enfoncer et la ridiculiser encore plus. Elle s’apprêta à riposter quand, le nain s'exclama avec une voix tout droit sortie du fond de son âme comme s'il propulsait une colère auparavant enfoui au tréfonds de celle ci et qui remontait d'un coup, faisant l'effet d'une explosion;

"JE SUIS TRÈS HEUREUX COMME CA ET VOUS NE POURREZ RIEN Y FAIRE !"

Eleonnora, surprise par le ton qui était soudainement monté derrière elle, sursautât de stupeur. En se retournant elle constatât que dans les yeux de son compagnon de fortune brillait une intense lueur de démence. La jeune fille frissonna, il était peut-être quelque peu sous son emprise mais cela n'empêchait pas qu'il s'en prenne à elle dans accès de folie quelconque. Après tout il était sensé être un criminel, n'est ce pas? Elle devait faire face aux conséquences de ses actes, pensa-t-elle à moitié convaincue...
Elle fit un pas en arrière, s'écartant le plus possible, lorsqu'il leva brusquement la main en direction le mage. Elle n'y connaissait pas encore grand chose en magie mais elle pouvait être sure que le cet homme avait activé un sort surement hostile. Et elle ne voulais pas se retrouver avec des dommages collatéraux. Il resserra sa paume ouverte silencieusement créant l'incompréhension et la méfiance chez son adversaire. Celui-ci n'eut surement pas l'occasion de se rendre compte de ce qui lui arrivait car la seconde d'après il se retrouva violemment propulsé aux pieds du petit mage.

Eleonnora était ébahit devant un tel pouvoir..elle n'avait jamais entendu parler d'un tel sort. Elle ressentit un tremblement de peur mais surtout d’excitation. Il était peut-être plus puissant qu'elle ne l'avait imaginé. Elle devrait donc prendre ces précautions avec lui et ne pas essayer de le contrarier. De plus cela lui permit de remettre en question son but, peut-être lui serait il plus utile à ses côtés que en prison?
Si Eleonnora n'était pas encore bouche bée elle aurait volontiers sourit face à la situation. Il semblait que ce nabot ai réalisé son souhait. Voilà ce stupide personnage qui l'insultait vulgairement il y a quelque minutes, rampait désormais à ses pieds. Celui ci essayât d'articuler quelques menaces, se relevant tant bien que mal mais le petit magicien ne lui laissât pas de répit. Par une mystérieuse force de pression, le mercenaire s’aplatit au sol tandis que le nain descendait lentement sa paume ouverte vers le sol, comme pour l'y écraser. Sa victime, le visage rougit par l'effort semblait lutter contre cette force invisible qui l’aplatir au sol.

"Ne te relève pas."

Fit Arakjörn d'un ton dans lequel s'était cristallisé la colère, les yeux toujours luisant d'une lumière de rage. Sa main tremblante exerçait sur le mago une force considérable qui l'empêchait de se défendre. Il s'écroula au sol, complètement paralysé et maîtrisé par la force indétectable de son adversaire. Celui-ci, qui semblait reprendre le contrôle de ses émotion eu un éclair de pensé. Il se saisit de son bâton se terminant par une pointe en adamantine. Il le fit tournoyer joyeusement, ayant l'air d'apprécier la situation puis pointât brusquement la pointe inférieure vers le crâne du mercenaire comme pour le transpercer.

Eleonnora qui s'était laissée dépassée par les événements, reprit soudainement ses esprit. Son compagnon allait tuer le mercenaire qui venait de la ridiculiser? Elle lui jetât un coup d’œil dubitatif mais remarqua cependant que son expression était plus que sérieuse. Elle n'allait pas laisser passer ça! D'un pas plus ou moins déterminé elle s'approcha du petit mais puissant mage. Elle déposa délicatement une main sur son arme et se retournant vers lui pour transpercer son regard, affichant un sourire éclatant. Un faux sourire éclatant bien sur! Il parut soudainement déboussolé de se retrouver défiguré ainsi. Elle s'empara donc d'un coup sec du bâton;

"Ne me dit pas que tu as l'intention d'achever cet homme avant qu'il ne présente des excuses...mon coeur."

Mon cœur? A ce moment Eleonnora éclatait de rire intérieurement. Elle se prenait beaucoup trop au jeu, en plus, "mon cœur"? tellement nunuche! Le pauvre garçon devait être tellement désemparé!
Son attention retourna à l'homme toujours à terre, dans un pitoyable état d'effort. Ses lèvres s'cartèrent en une grimace perfide. Elle n'avait pas l'intention de le tuer, l'autre psychopathe fera ce qu'il en veut après mais elle voulais lu rendre la monnaie de sa pièce. Et puis elle n'avait jamais tué personne, elle ne voyait pas pourquoi elle commencerait aujourd'hui. Surtout qu'elle avait beau traîner dans les bas fond, elle restait une demoiselle et le sang n'était pas son fort.

Elle n'eu pas l'occasion de le menacer trop longtemps car les brutes qui accompagnait cet exécrable individu ce ruait tels des rhinocéros sans cervelle sur eux. Elle les avait complètement oublié ces idiots. Elle eu un petit cris lorsque le premier leva son épée en sa direction. D'un air de demoiselle niaise et apeuré, elle se cacha derrière le magicien...enfin elle fit ce qu'elle put...rha, cette taille avait vraiment le chic pour gâcher n'importe quelle situation!



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Dim 25 Sep 2016 - 22:46

Le sang battait dans ses veines, Arakjörn pouvait sentir les battements de son cœur pulser au niveau de ses tempes, sa vision en arrivait même à se troubler tant cette situation le perturbait, tant il perdait le contrôle de lui même, tant il avait envie de détruire cette vermine qui rampait sous son pouvoir ! Cette sale larve incapable de bouger.. sous SON CONTRÔLE ! ...Ou presque ?
Alors que, dans sa rage il avait décidé de sauter l'étape de la torture pour directement crever le crâne de cet insecte, une main avait retenus ce geste. Une main dont la propriétaire était totalement sortie de l'esprit du nabot.

"Quoi ?!"

"Ne me dit pas que tu as l'intention d'achever cet homme avant qu'il ne présente des excuses...mon coeur."

Arakjörn aurait du se boucher les oreilles, ou faire quelque chose, ne pas la regarder, au lieu de ça il fixait son sourire éclatant, faux, forcément, ça devait l'être, il fallait qu'il le soit, sinon il allait avoir de très gros problèmes. Il sentit le chaleur de son sang remonter encore une fois à ses oreilles et paumettes alors qu'elle prononçait les deux mots qui puaient le plus d'hypocrisie de tout ce qu'il ai jamais entendus ( à part quelques formules de politesse d'Elenya ). Ce n'étais pas possible... mais qu'est-ce qu'elle avait à en faire des tonnes comme ça ?! Elle ne voyait pas que ça l'affectait ? Non.. non ça ne l'affectait pas mais, enfin, un peu quand même...

Cette confusion qu'elle faisait naitre en lui, elle s'en servit pour lui arracher son bâton des mains, lui retirant les pouvoirs de défense qu'il lui offrait. Était-elle stupide ? Elle commença à insulter l'homme à terre de tout les noms, avant que celui-ci ne tombe inconscient sous la pression qu'Arakjörn exerçait -ou le nombre hallucinant d'insultes-, qu'il s'empressa d'apaiser, le sort lui coutait beaucoup d'énergie. Dommage, il ne pourrait pas lire la douleur et la peur dans ses yeux lorsqu'il le tuerait.

Ceci dit il n'en aurait peut-être pas le temps, obsédé par les très étranges actions de la jeune fille, Arakjörn ne remarqua pas tout de suite que les trois autres mercenaires les passaient à l'action : deux chargeant rapière et espadon à la main, le troisième banda son arc, le combat se pouvait être difficile... Peut-être que l’inconnue l'aiderait ? Elle sembla répondre à sa question en se cachant derrière lui comme s'il était son bouclier... comme une femme se cachait derrière son valeureux homme.

Il se donna une tape sur le crâne,tentant de reprendre ses esprits, elle l'avait sorti de sa fureur démente, mais semblait avoir un gros impact sur sa psychologie, c'était très mauvais, mais s'il ne faisait rien, la tête tranchée, il n'aurait plus psychologie à sauver.
Reprenant alors brusquement le contrôle de la situation, il se retourna rapidement vers la froussarde pour lui reprendre avec force son bâton, la fusillant du regard pour lui faire comprendre que c'était soit ça, soit leur mort. Et elle céda sans trop de difficultés tant l'intense vert de ces yeux se faisait foudroyant. Juste à temps en tout cas pour qu'il puisse se retourner et lever le bâton au dessus de sa tête, comme pour parer le coup d'espadon ascendant menaçant de trancher le petit homme qu'il était en deux. Un bâton en bois n'arrêtait pas un coup de cette puissance, mais la magie d'Arkadana si.

Le coup sembla rebondir dans le vide, et dévier vers la gauche pour venir fendre le sol à un mètre du nabot. Le mercenaire le regarda l'air hébété, incapable de comprendre ce que la magie pouvait faire, stupide être inférieur, stupide barbare. S'il se servait un peu plus de ses yeux il aurait aperçut la sphère bleutée qui entourait et protégeait Arakjörn et Eleonnora qui était apparue dès l'instant ou le nabot avait repris la bâton en main. L'archer ne sembla pas plus la déceler et une flèche ricocha sur la surface de l'aura. Le dernier mercenaire lui n'était pas encore à portée d'épée, dès lors qu'il ripostait correctement, il n'était pas une menace.

Arakjörn ferma les yeux et cherche le contact de la trame, qu'il trouva assez vite, cela n'était pas nécessaire mais lui donnait du courage. Il rouvrit les yeux, sûr de lui, avant de fermer les points en directions des deux sauvages à proximité, ses deux bras totalement parallèles, l'un à sa droite, l'autre à sa gauche, les mercenaires se virent frappés par une force invisible, similaire à celle qu'il avait utilisé plus tôt. Il n'était pas encore tout à fait sûr de maîtriser son nouveau sort de façon à épargner l'inconnue de son champ d'action, non pas qu'il s'inquiétait de sa santé, mais il passait pour un courageux amoureux risquant sa vie pour défendre son aimée, bien que cette pensée lui dévorait l'esprit tant il la trouvait utopique et naïve, il fallait qu'il défende cette image qui, à son grand dam, était devenue la sienne.

Les mercenaires volèrent hors de portée, restait l'archer, protection faible, flèche non encochée, il n'avait aucune chance, et tant pis si la folle derrière lui n'avait pas le gout du sang, cette fois elle ne pourrait pas l'empêcher de se venger ! Il planta son bâton dans le sol et croisa les mains devant lui, en direction du pauvre homme, qui devait connaître ce sortilège là, car son regard se fit tout d'un coup paniqué. L'air s'est alors rafraichit tout autour du nain et se cristallisa sous la forme de longs pics de glace, le nain n’eut l'occasion que de tirer la langue sous son écharpe, avant que les trois stalactites vinrent se ficher dans sa poitrine, et se teinter petit à petit d'une couleur rougeâtre alors que le pauvre homme agonisait, se noyant dans son sang. Finalement raide mort.

"Vous tous ! Bande de dégénérés ! Vous voulez survivre ?! Alors BARREZ VOUS ! Ou je vous massacre TOUS !"

Peut-être étaient-ils de simples grosses brutes sans cervelles, mais Arakjörn savait qu'il y avait un langage que comprenaient bien ce genre de personnages : la violence. Et il venait bien de prouver qu'il était très habile de sa langue pour les dissuader de l'attaquer. Eux qui semblaient connaître que très peu la magie, n'avaient pas la moindre chance contre lui, du moins c'est ce qu'il souhaitait leur faire croire, car il commençait à fatiguer sous les efforts, il n'en montra cependant aucun signe.

"On s'en va ! On s'en va... mais je te préviens nabot ! On te retrouvera !"


Fit le colosse à l'espadon, le fusillant du regard... Arakjörn ne répondit pas verbalement, les fixant seulement tour à tour de son regard dément, le mercenaire à la rapière, lui, semblait terrifié, à coup sûr on lui avait simplement dit de tuer un nabot, pas un magicien psychopathe. Ils finirent donc par partir, prudemment sans le quitter des yeux, laissant le cadavre de leur compagnon joncher le sol, et le corps inconscient de leur collègue entre ses mains. Arakjörn hésita d'ailleurs à lui planter la pique de son bâton dans la main, mais il avait autre chose à faire : la fille.

"Toi..."

ça y était , le moment de vérité, le moment ou il comprendrait peut-être ? Non, le moment ou il était seul avec une femme, le moment ou il était seul... pour la faire parler.

"Dis moi pourquoi..."


Pour la faire payer.

"DIS MOI pourquoi tu as fais ÇA !"

Il leva la main vers elle, écartant les doigts comme s'il l'avait posée contre un mur invisible, et fit l'exact inverse du mouvement par lequel il avait attiré le mercenaire vers lui. Les mercenaires étant partis, il pouvait laisser exploser les questions a son sujet dans sa tête, il pouvait laisser remonter sa rage, ce sentiment d'avoir été humilié. Or, elle était seule, en son pouvoir, et pas l'inverse, il n'était au service de personne, sous l'emprise de per-so-nne et ce n'était pas ELLE qui allait changer ça ! Il voyait clair dans son jeu ! Il comprenait déjà tout ! Et cela essentiellement parce qu'il ne le veuille ou non... son petit manège fonctionnait.

La jeune femme se retrouva immédiatement frappée d'une force invisible, moins imposante que celle invoquée plutôt, mais suffisamment pour la plaquer au mur et la paralyser entièrement, le sort lui drainait beaucoup d'énergie, mais sa fureur l'empêchait de le voir. Il s'approcha, lentement.

"Tu as salis mon image ! Tu m'as RIDICULISÉ ! POURQUOI ?!"

Ni son chapeau ridicule ni son écharpe brûlée ne pouvaient cacher son regard dément et sa bouche tordue par la colère. Il fixait son regard à la recherche de vérité, lui résisterait-elle ? Maintenant qu'il la tenait, elle n'avait pas intérêt. Il était maintenant assez proche pour que les rebords de son chapeau frôlent sa peau. Il la baissa très légèrement la main, afin la ramener un peu à son niveau, il voulait l'avoir face à lui.

Une pulsation de colère supplémentaire secoua son esprit, son visage à une vingtaine de centimètres du sien, il sortit le poignard de son père pour en planter brutalement la pointe dans le mur à la droite de son crâne dans un fracas sonore, manquant d’abîmer son doux visage au passage... sous l'effet de la colère, même le nabot ne manquait pas de force. Il commença à remuer la lame dans la fissure qu'il avait creusé, la rapprochant petit à petit du cou de sa fictive bien aimée dans un horrible crissement aïgu, laissant une marque blanche sur le mur, qui pourrait bien devenir rouge si la lame trouvait un nouveau support. Il reprit la parole, lentement.

"On m'a un jour appris, que personne ne faisait rien pour autrui sans intérêt personnel, je ne suis pas dupe, je sais que tu attends quelque chose de moi, que tu ne le veuilles ou non me le réveler, je sais que c'est vrai."

Il venait de repenser à sa rencontre avec la prêtresse blanche, qui s'était passée de manière similaire, alors que Kälyna était au prise avec des gardes quelconques, il était intervenus en se faisant passer pour un enfant, et elle pour sa mère, cela avait fonctionné, ils n'y virent que du feu, mais cela n'avait pas empêché Vallaël de tous les massacrer. Mais au final, il avait quand même eu ce qu'il voulait, en plus de survire a cette rencontre, il était devenus son apprentis. Et il ne faisait là que de répéter les mots de l'ancienne prêtre de Vraorg.

L'histoire se répétait-elle ? Ou est-ce que cette femme était en train d'en créer une autre ?

Arakjörn attendait sa réponse, la lame s'était arrêtée, quelques un de ses cheveux avaient été coupés, la pression qu'il exerçait s'affablit alors un petit peu, lui permettant de respirer plus librement, et s'exprimer. Il la fixait alors dans les yeux son visage du sien, comme s'il voulait l'embrasser, alors qu'il clignait des yeux pour qu'elle se perde dans la lueur maléfique de son regard, consumée par le feu vert dévorant dont il était composé.

sorts et équipement utilisés :
 






"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Contrebandière

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Dim 2 Oct 2016 - 15:38

Eleonnora se cachant tant bien que mal derrière le petit héro, faisait moins la maligne. Cependant elle avait l'habitude de se reposer sur les autres, ne sachant pas se défendre par elle même, elle engageait souvent des mercenaires ou son père lui payait une garde rapprochée lorsqu'elle en avait le besoin. Cela ne lui avait jamais posé aucun problème de conscience et sa fierté ne se trouvait pas blessée par cette action. Au contraire, la protection d'hommes vaillant ne faisait que flatter son ego, de plus elle n'avait pas à bouger le petit doigt pour terrasser ses agresseurs qui se mettaient à s'excuser automatiquement sans qu'elle ne verse une seule goutte de sueur. Pourtant son chevalier n'était pas vraiment conforme l'image de l'homme viril qu'elle s'était faite. Mais celui ci semblait s'y croire donc elle décida de ne pas interrompre son combat. Après tout son rôle était de la protéger maintenant.

Elle le laissa faire lorsqu'il lui reprit vivement le bâton des mains, essayant de lui lancer un regard noir de reproches. Ses yeux verts foudroyant étaient la seule chose intimidante chez lui. Il fit légèrement vaciller le sourire factice de la jeune fille qui n'eut d'autre chose à répondre qu'une grimace navrée. Mais son compagnon de fortune ne réceptionna pas le message, trop occupé à parer le coup d'espadon ascendant qu'elle avait essayé d'éviter en se cachant derrière lui. Elle fut surprise de constater qu'un simple bâton en bois puisse être aussi résistant. Elle douta un instant que cette arme puisse parer le coup du mercenaire et fermât les yeux par réflexe en attente du choc qui allait les percuter avec violence.

Mais le bâton ne se brisa pas. Le petit magicien le tenait entre eux et l'arme qui sembla rebondir contre un bouclier invisible pour terminer sa course dans le sol à quelques mètres de là. Une fois de plus Eleonnora écarquilla les yeux devant les capacités étonnantes de la magie. Elle constat qu'un halo bleuté s'était formé autour d'eux. Elle en apprenait plus sur le terrain que dans tout les livres qu'elle avait put lire auparavant. La magie était bien plus spectaculaire et impressionnante dans la réalité.

Elle n'était pas la seule à afficher de l'étonnement. Bien moins élégamment, le mercenaire regardait, d'un air hébété, tour à tour son arme envoyée au loin et le petit mage qui lui tenait tête. L'archer ne sembla pas plus déceler la protection à peine visible et une flèche ricocha sur la surface de l'aura. Le dernier mercenaire, lui, n'était pas encore à portée d'épée, dès lors qu'il ripostait correctement, il n'était pas une menace.

Le nain fermât les yeux comme pour se concentrer ou se donner le courage nécessaire pour continuer le combat. La jeune fille appréhenda la suite, malgré le fait qu'elle soit protégée, son chevalier semblait manier sa magie à la force de ses émotions qui étaient plutôt...instables. Elle se préparait donc à un imprévu quelconque qui puisse l'affecter. Mais tout se passa avec une rapidité intense. Alors que le petit magicien avait tendu ses bras parallèlement en direction des deux gayards qui les menaçaient, il ferma les poings. Et alors ils furent frappés par ce même sort, une force invisible et puissante qui les éjecta loin.

La jeune fille obsédée par le spectacle que lui offrait une telle puissance se mordait la lèvre de plaisir. Ici elle était reine, et son chevalier remplissait sa fonction à merveille. Il semblait la défendre ardemment comme ce genre de courageux amoureux qui protégeait la vie de son aimée au péril de la sienne. Eleonnora, friande de romans niais à l'eau de rose savourais cette scène qu'elle avait créé, conforme à son imagination. Non, il y avait un détail manquant à cette scène idyllique. Où était son prince? Que ce nabot n'aille pas croire que qu'il pouvait tenir ce rôle! et puis quoi encore?

L'archer restait, désormais seul, face au petit mais redoutable mage. Il lança un regard affolé dans la direction opposé mais il était trop tard, son adversaire avait déjà planté son bâton dans le sol et et croisé ses mains pour activer un sort qui lui sera surement fatal. La jeune fille sentit l'atmosphère se rafraîchir autour du nain puis de long pics de glace se formèrent à travers l'air pour venir transpercer le corps du mercenaire avec un son horrifiant de chair et de sang. La demoiselle regarda avec une expression figée son ennemi impuissant suffoquer, cracher dans une ultime convulsion, les yeux révulsés qui finirent par se figer dans une expression de douleur et de peur. Tout comme son corps qui, animé par un dernier spasme, retomba tel une poupée de chiffon, maintenu par les lances glacées pigmenté de rouge carmin.
La jeune fille reteint un spasme qui remontait du tréfonds de ses entrailles. Ce n'était pas son premier cadavre mais assister à la mort d'un homme était bien plus terrifiant que d'admirer un tas de chair inanimé et sans vie. Toujours sous le choc, elle entendait de loin l’assassin s'égosiller contre ses éventuelles prochaines victimes. Sa vie était entre les main de ce psychopathe et elle devrait garder le contrôle total de ses émotions si elle y tenait. Elle expira longuement, se forçant à reprendre contenance en se claquant discrètement la joue, tant que son partenaire avait le dos tourné, pour faire disparaître son teint d'une pâleur maladive.

Quand son esprit revint à la réalité les mercenaires déguerpissaient déjà, hésitant entre l'effroi et la colère. Réaction logique pensa t-elle, ils étaient peut-être bêtes comme leurs pieds mais surement pas suicidaires. Leur adversaire ne soufflait mot et se contentait de les transpercer de son regard meurtrier lançant des éclair vert de rage. Un regard encore plein de passion destructrice qu'il tourna lentement vers Eleonnora.

"Toi..."

Voilà, le moment qu'elle avait attendu avec appréhension depuis le début, ce moment inévitable où les protagonistes se retrouvaient seul à seul. C'était à son tour de combattre avec ses propres armes; Ses mots étaient aiguisés, ses paroles prêtes à transpercer. Mais elle craignait l'impétuosité dévastatrice du mage, toujours aussi vive.

"Dis moi pourquoi..."

Elle déglutit.

"DIS MOI pourquoi tu as fais ÇA !"

Son éclat de voix ne fit pas sursauter la demoiselle. Cependant elle ne s'attendait pas à ce qu'il accompagne son intonation d'un geste vif activant à nouveau son fameux sort. Violemment projetée contre un mur, elle était désormais paralysée et incapable de fuir. Après tout elle n'en avait pas l'intention. Il s’avança lentement, fulminant d'une rage qui semblait accroître de plus en plus. Ne pas plier, c'était prévisible, il a l'impression d'avoir été prit pour un imbécile, ce qui est le cas d'ailleurs...

"Tu as salis mon image ! Tu m'as RIDICULISÉ ! POURQUOI ?!"

Elle ne serait pas dans une situation aussi critique, elle aurait éclaté de rire. Une image? Laquelle? Celle d'un nain de jardin psychopathe? Et d'ailleurs tant qu'elle y pense, elle n'a pas sali son "image", au contraire! Grace à elle il a eu la chance d'avoir l'étoffe d'un vaillant chevalier servant l'instant d'un combat. Ce qui ne risque pas de se reproduire de si tôt vu sa vulgarité! comment osait-il lui parler ainsi? Il pourrait se montrer ne serais-ce qu'un peu reconnaissant!
Pleine de fierté elle essayait de combattre la crainte qui la tiraillait et qui lui remontait de plus en plus à travers la gorge, formant une boule d'angoisse coinçant les mots de dédain qui refusaient de sortir. Les nombreux attirails cachant son visage n'obstruaient pas la démence des ses iris vert et son expression raidie par la colère qui se rapprochait un peu plus à chaque instant d'elle.

Il était facile de lui faire croire qu'il avait le dessus puisque c'était le cas. Eleonnora était désormais capable d'observer le visage de son agresseur dans les moindre détails. Son expression se déforma une fois de plus sous l'effet de la colère et sortit un poignard qu'il planta brutalement à quelques centimètres du crâne de la jeune fille qui eu un soubresaut à l'idée qu'il aurait pu le planter un peu plus vers la droite. Sans la quitter des yeux il remua la lame aiguisée dans la fissure qu'il avait creusé dans un crissement aigu manquant presque de s’arrêter avant la gorge blanche de sa victime.
Même si elle mourrait d'envie regarder cette lame qui serait peut-être l'arme de son bourreau, elle ne pouvait, non, elle ne devait pas lâcher son adversaire du regard. Cela lui ferait bien trop plaisir qu'elle se mette à pleurnicher ou exprimer sa peur. Elle devait conserver un regard aussi insensible et froid que celui de son père. Elle le remerciait silencieusement. Son regard avait beau rester infaillible, les mots, eux refusaient de sortir. Cependant le nain prit les devants;

"On m'a un jour appris, que personne ne faisait rien pour autrui sans intérêt personnel, je ne suis pas dupe, je sais que tu attends quelque chose de moi, que tu ne le veuilles ou non me le révéler, je sais que c'est vrai."

Sa voix commençait à se poser et malgré l'irritation de son ton, il sembla faire retomber sensiblement la pression permettant à la jeune fille de remplir ses poumons d'air. Il se rapprocha encore un peu plus, ses yeux dont la lueur intense s'atténuait planté dans les siens, leur visages désormais à quelque pouces l'un de l'autre. Comme si...
Les joues de la jeune fille prirent une teinte rosée lorsque cette idée lui traversa l'esprit. Après tout elle était certaine que cela allait marcher avec ce petit homme...il ne serait pas insensible à ce genre de réponse vu son état émotionnel...instable? Mais elle n'était pas ce genre de personne à...enfin...mince! elle ne devait pas avoir l'air d'hésiter sinon son plan allait tomber à l'eau!

Elle profita donc de l'affaiblissement notable de la pression exercée sur elle pour concentrer ses forces dans une seule action; Elle n'eut qu'une courte distance à forcer pour effleurer les lèvres de son agresseur en un baiser chaste et doux.

"J'ai besoin de vous."

Blam! Le coup final pour achever son adversaire! Et avec le sourire s'il vous plait! Il venait de tomber dans son propre piège pensa t-elle triomphante.
Il faudra tout de même considérer, à la suite de cette aventure, une cure de désintox à base de chocolat et de romans à l'eau de rose pour pouvoir effacer un tel souvenir. yerk! Quel infamie, se faire voler un baiser par un homme aussi vil et ridicule. Pourtant il en allait du bon déroulement de ses plans...mais elle le regretterais. Elle était trop pure pour penser qu'un baiser ne valait rien! Il avait grand intérêt à lui servir! Sinon elle s'occupera personnellement de sa torture! De plus il fallait que personne, elle disait bien personne, ne sache qu'elle avait embrassé un criminel, d'autant plus un nain aussi ridicule, il en allait de son honneur!

Cependant cette action eut l'effet escompté sur son adversaire, qui, déboussolé par ce revirement de situation inattendu, relâcha le contrôle de son sort. Et la jeune fille retomba à terre dans un nuage de poussière. Elle se releva tant bien que mal, époussetant ses jupons. Et reprit sans faire vaciller son expression;

"J'ai trouvé votre puissance impressionnante et sublime à la fois. Si vous me le permettez, j'aimerais que vous m'enseignez votre art."

Elle lui parlait, pour la première fois depuis leur rencontre, avec une grande sincérité. Malgré son air désemparé, il finirait bien par reprendre ses esprits. Il semblait un peu fatigué après ce combat, maintenant qu'il avait utilisé beaucoup d'énergie, cela n’étonna pas la jeune fille. Les risques de se faire tuer par ce nabot était dorénavant minimes. Mais comment allait-il réagir? Son côté psychopathe donnait à son caractère passionné une certaine imprévisibilité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Mar 4 Oct 2016 - 22:46

Il dominait, il jubilait, de cette puissance qu'il avait acquise. Il détruirait tout ce que cette femme était ! Pourvus qu'elle s'explique, qu'elle avoue, quelque chose, un secret, une identité, une faiblesse, qu'il dévorerait, qu'il déchirerait. Il eu envie de la faire souffrir, il voulait lire la terreur dans ses yeux, mais même si une lueur au fond avait pu la laisser paraître, son regard était froid et insensible, ne comprenait-elle pas qu'il pouvait la détruire ? Qu'il pouvait réduire son cadavre à néant ? Alors il demanda, pourquoi ?

Mais, au lieu de lui répondre, voilà qui énervait encore plus Arakjörn, elle se mit à.. lui résister ? Dressant la tête vers la sienne, elle profitait de le la régression de la puissance de son sort, pour résister, prendre les commandes, retourner la situation... quoi, elle n'en était pas encore là n'est-ce pas ? Elle était encore broyée contre le mur, en position soumise, à lui, et pas l'inverse, pas l'inverse.

Se convaincre devint futile lorsqu'elle l'embrassa, ce n'était peut-être pas un baiser sincère, mais Arakjörn en était incapable de le savoir, il la laissa faire, laissa approcher ses lèvres des siennes et y laisser leur marque doucereuse. Ce fut rapide, mais dès l'instant ou le contact eu lieu, le sort se brisa, et Arakjörn s'abandonna à la fatigue et à la douceur.. à la bonté ?

C'est de ça que parlait Arakjörn lorsqu'il parlait d'humiliation, c'était quand elle réussissait à faire remonter en lui ce désir, ce besoin interdit de recevoir non pas crainte et respect, mais amour de son entourage, pauvre petit nabot n'est-ce pas ? Que de se faire tromper ainsi.

Parce qu'il était tombé dans le panneau, et beaucoup plus facilement que n'importe qui d'autres, il était tellement facile de le toucher, justement, et littéralement, en plein cœur. Alors l'effet de ce baiser fut dévastateur, la rougeur apparue de nouveau à ses joues alors que la jeune femme prononçait les mots sacrés. Pas de "je t'aime" non, mais l'idée d'être.. utile.. à quelqu'un, d'être gentil, était nouvelle et tout aussi perturbante pour le petit Arakjörn, car cela ne lui paraissait pas ridicule, il en avait même envie.

La confusion, plutôt un malaise profond, se lisait dans son regard, qui fixait celui de la jeune femme, à la recherche de la vérité, qu'il ne trouvait pas, et il n'était même plus sûr de vouloir la trouver. C'était pourtant son truc : analyser le moindre scintillement, le moindre frémissement de la pupilles, la position et l'angle des paupières, Arakjörn savait déceler la vérité dans un regard, il savait lire dans les yeux des gens et savoir ce qu'ils pensaient. Mais ici c'était l'inverse, le petit sourire et le regard non pas tendre ou doux mais simplement neutre, indéchiffrable, peut-être était-ce parce qu'il n'arrivait pas à se concentrer.

Sincère ?

Pas sincère ?

Comment savoir ? Est-ce qu'il avait vraiment envie de le savoir ?

Il décida d'ouvrir les yeux, il tenta de résister -à son tour-, à cette femme qui avait emprise sur lui comme il avait eu emprise sur elle, non pas magiquement, mais mentalement. Il perdait complément cette bataille psychologique, ce rapport de force, de plus le contrecoup du combat et de sa tentative d'intimidation le frappaient a ce moment même, et il tituba sous le choc. Elle se jouait de lui, c'était sûr, mais pourquoi elle faisait ça ? Pourquoi elle avait besoin de lui ?

"Pourquoi tu fais ça... pourquoi tu fais ça... pourquoi tu fais ça..."

Murmurait-il en la fixant. Terrorisé par cette influence qu'elle avait sur lui, terrorisé par ce que son regard à lui pouvait bien révéler, et il le savait, il révélait tout, absolument tout. Il fallait couper le contact, son sort s'était-il retourné contre lui ? Pourquoi n'arrivait-il pas à regarder autre chose que ses yeux marrons ? Il se fit violence en pivotant sur lui-mêmeà la manière d'un pas de danse, faisant voler son écharpe et le bas de son manteau au passage, lui présentant dos et point faible. Qu'elle l'attaque l'arrangerait bien, cela justifierait un nouveau meurtre et cette histoire ne serait qu'un mauvais rêve. Mais elle n'en fit rien, et il n'en fit rien.

Il prit sa décision, il allait simplement partir, et oublier toute cette mascarade, il allait l'oublier, retrouver Vällaël, lui montrer son sort, lui montrer sa nouvelle puissance, et tout oublier, en attendant de pouvoir combler sa faiblesse. Il était déjà dépendant d'une femme, il n'avait pas besoin d'être tenus en laisse par une autre. Tenus en laisse... Cette expression résumait bien la situation qui pourrait arriver pourvus qu'elle sache utiliser les bon mots, ce qui était surement le cas.

Il fit un premier pas, -c'était le plus difficile- vers la sortie du petit jardin sauvage, un deuxième pas, vers la ruelle d’où s'étaient enfuis les mercenaires, un troisième, passant a coté du cadavre de l'archer. Un quatrième -Il y était presque !- et... Elle parla.

Il s'arrêta alors, réalisant qu'il avait vu juste, c'était évident, elle se servait de lui, point à la ligne. Elle voulait l'utiliser pour améliorer sa propre puissance, comme on userait d'un outil. Mais si c'était un prétexte pour passer un peu de temps auprès d'elle et apprendre à la connaître... pourquoi pas ?

Il se donna une pichenette sur la tempe, pris les deux extrémités latérales de son chapeau et tira dessus, l'enfonçant sur son crâne alors que son petit cœur battait, il fallait qu'il parte ou il le paierai cher, très cher. Mais il céda, se souvenant de l'emprunte de ses lèvres sur les siennes, il "décida" -mieux valait employer ce terme là, et se donner l'illusion d'avoir un quelconque contrôle- de céder, pas tout, il céda un peu, un petit morceau de terrain : il n'effectua pas de cinquième pas, fixant la sortie de la ruelle, là ou il pourrait s'enfuir, lui faisant toujours dos, il resta auprès de cette dangereuse femme, et demanda :

"Et qu'est-ce que j'y gagne moi ?"





"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Contrebandière

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Mer 12 Oct 2016 - 21:58

Eleonnora avait compris qu'au moindre signe de faiblesse son agresseur sauterais sur l'occasion et se délecterais de sa souffrance, de sa peur, quelque soit sa faille. Elle avait pu voir cette lueur de plaisir dans le regard du magicien lorsqu'il avait enlevé la vie un peu plus tôt. Et maintenant, elle aussi, comme contaminé par cette joie malsaine, elle jouissait du pouvoir qu'elle avait sur ce puissant magicien. Mais elle était d'avantage soulagée d'avoir échappé à une torture magique qui n'aurait certainement pas été plaisante. Cependant elle sentait peu à peu la fatigue se propager en elle, ses muscles se relâcher et son corps se ramollir. En effet, l'adrénaline qui lui avait conseillé de résister à toutes ces agressions qu'elle avait subit, autant physiquement que mentalement, lui avait pompé, sans qu'elle ne s'en rende compte, le peu d'énergie que son frêle petit corps pouvait contenir. Elle ne devait pas lâcher, pas maintenant, il en allait de sa vie?

Pourtant le nain lui aussi semblait s'être vidé de son pouvoir. Dès l'instant où son sort s'était brisé, dès l'instant où elle s'était approché de lui et...La demoiselle secoua la tête pour oublier. Oublier que le seul contact intime qu'elle avait partagé avec des hommes se résumait à cet instant? Elle avait osé partager l'intimité de ses lèvres, qui était réservé à ses rares amours de jeunesse? Apparemment ce baiser ne lui avait été volé ni par un aventurier, ni par un prince, ni par un elfe mais par...un nabot psychopathe!? Bizarrement, elle s'en voulait surtout à elle même, après tout c'était un stratagème comme un autre, elle aurait pu se contenter de quelques mots...

Cependant cela avait affecté son agresseur à un tel point qu'après quelques longues minutes d'étourdissement, il paru renoncer. Son regard toujours aussi expressif avait perdu sa lueur destructrice et enragée. Un malaise profond avait remplacé cette passion qui l'animait quelques instant auparavant. Maintenant que le sort était joué elle n'avait plus rien à rien à redire. Surtout que le vent avait tourné en sa faveur; Son charisme naturel semblait lui faire gagner cette bataille psychologique, elle le dominait, le surplombait de toute sa grandeur. Tandis qu'il ne semblait ne plus trouver d'attache et se perdait dans l’abîme de sa propre incompréhension.

Le comportement du nabot rendait Eleonnora perplexe, il avait beau avoir du mal à résister aux charmes féminins, ses réactions n'étaient elles pas légèrement excessives pour un simple petit baiser? Il avait l'air de cacher un profond traumatisme du à la gente féminine...Même si la jeune fille avouait être quelque peu innocente elle aussi de ce côté, son adversaire lui semblait juste horriblement éprouvé par la moindre chaleureuse attention. Elle eu en quelque sorte pitié de ce petit être dont le mal d'affection atteignait un niveau tellement élevé qu'avec ses petits malheur la demoiselle n'oserait pas se plaindre. Sa victoire avait un arrière goût désagréable, elle avait l'impression de s'en prendre à plus faible qu'elle et n'y trouvait finalment aucune fierté.

Elle n'avait même pas pensé à l'attaquer lorsqu'il lui avait tourné le dos au prix de son ego. Alors, c'est comme ça qu'il abandonnait? Il s’enfuyait? Aussi vaillamment qu'il avait agi, il était en fait, mentalement, aussi faible qu'un garçonnet. Elle ne voulait pas plus profiter de sa faiblesse, pourtant elle n'avait pas bravé ces vils mercenaires pour rien! Il n'allait pas s'enfuir ,comme ça, sans demander son reste! c'était bien trop facile! Elle énonça sa requête d'un ton clair espérant l'arrêter. Elle était prête à lui courir après lorsqu'il arrêta brusquement son mouvement comme s'il avait soudainement changé d'avis. La jeune fille stoppa net sa progression vers le petit magicien, attendant sa réponse avec fébrilité. Il n'avait surement plus assez de force pour se déchaîner sur elle, n'est ce pas? Il pouvait toujours lui lancer une remarque cinglante et s'enfuir, la laissant au désespoir d'avoir perdu et son temps et son honneur. Après tout ce qu'elle lui avait dit en toute franchise déclarait ses intentions qui n'était, depuis le moment où elle s'était imposée, voué qu'à la manipulation. Ce dont il s'était forcement rendu compte...

"Et qu'est-ce que j'y gagne moi ?"

La demoiselle cligna des yeux un instant. Il restait un espoir qu'il accepte? En fin de compte elle pensait qu'il finirait par s'enfuir lâchement...Pourtant lui aussi voulais sortir son épingle du jeu. Peut-être n'avait elle pas fait tout ça pour rien. Encore confuse par la réponse plutôt inattendue du nain, elle avança d'un pas lent et incertain vers ce dernier qui était toujours de dos. Quelques mètres les séparaient. Il était là, immobile, sans défense et affaibli, ce criminel dont la tête était mise à prix.
Elle franchit les derniers centimètres qui les séparaient et attrapa le petit bonhomme sous les aisselles, comme on porte un enfant.

"Une amie?"

Finalement elle avait décidé de le garder à ses côtés. Il était peut être légèrement psychopathe mais la jeune fille n'avait pas le cœur à jeter ce pauvre être en prison. Il a l'air d'avoir bien trop souffert. Elle était bien placée pour savoir que même les plus grands criminels pouvait cacher des sentiments et que seuls les fou se régalaient de leur propre malheur. Elle s'étonna elle même de son accès soudain de générosité, après tout elle aussi n'était pas si forte mentalement. Et puis elle se retrouvait un peu dans le petit homme; Elle se serait surement évanouie si un homme aussi beau et charismatique qu'elle l'était l'avait embrassée ricana t-elle mentalement avec orgueil.

"A moins que vos préfériez de l'agent? Des bijoux? Je peux vous offrir tout ce dont vous auriez besoin...dans la limite du raisonnable!"

Elle rigolait de bon cœur devant cette petite farce improvisée. Elle se sentait idiote maintenant mais aimait taquiner son public. D'ailleurs il pesait son poids pensa t-elle silencieusement mais l'effort d'Eleonnora était certainement dû à sa force physique qui laissait encore à désirer. Mais celui ci ne tarderait pas à ce dégager, sans doute en colère d'être prit ainsi comme un enfant...Lui qui faisait tellement attention à son image. Cependant le rire cristallin de la petite demoiselle ne laissait paraître aucune agressivité, au contraire. Elle lâchait tout ce stress qu'elle avait accumulé dans ce rire joyeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Mar 1 Nov 2016 - 17:50

Mais qu’est-ce qui lui prenait à la fin ? Cette sensation stupide.. avait raison de lui ? « C’était ridicule » deux mots qu’Arakjörn ne cessait de se répéter inlassablement. C’était ridicule de ne pas faire le cinquième pas, ni le sixième, c’était ridicule de vouloir rester là, auprès d’elle, cette situation, cette nouvelle relation, tout était ridicule, et il n’en pouvait plus. Il demeurait donc de dos à la jeune fille, fixant la porte de sortie de ce malheur, que son corps et une partie de son esprit confondaient avec un bonheur immense.

Elle ne dit rien de plus, mais se rapprocha, il entendit des pas irréguliers, comme timide, était-elle en train de réfléchir à une nouvelle illusion pour l’envoûter ? Peut-être n’était-elle pas sûre d’elle, ou encore lui faisait-il encore peur ? C’était probable après tout, malgré qu’il ait payé ses démonstrations de son talent par un coût en énergie important, il était encore capable de sorts très puissants. Ou alors peut-être avait-elle sorti un poignard de sa belle robe… Qu’importe il ne se retourna pas, et effectivement, elle le poignarda dans le dos, sans lame, mais avec ses mains, et c’était tout comme.

« Une amie ? »


Lui fit-elle d’un ton enjoué, presque enfantin, alors qu’elle passait ses mains sous ses bras pour le faire décoller du sol. Ecarquillant les yeux en réalisant ce qu’il quittait le sol. C’était comme un gros.. câlin, qu’on faisait a un enfant, pour l’amuser. Lui ? Un enfant ? C’était la pire insulte qu’on lui ai infligé, et la jeune dame ne serait pas la première à le faire, en revanche elle serait sans doutes l’une des seules à y survivre. Car il ne fit rien pour se défendre, trop occupé à essayer de comprendre cette situation de plus en plus étrange, et de plus en plus humilliante.

Parce que quoi, c’était vraiment ça qu’on lui proposait ? Sérieusement ? Son savoir contre une amie ! Ah ! Ridicule ! Quel genre de commerçait donnerait sa marchandise contre une flatterie ? Le cas de figure était le même ! Et elle le prenait d’une façon si humiliante.. le prenait-elle pour un enfant ? Elle avait bien vu qu’il n’en était pas un non ? Alors pourquoi y faire référence était-ce.. pour rire ? C’était de l’humour ? Mais c’était peut-être, surtout et sûrement de la moquerie non ?

Arakjörn fronça les sourcils, ses lèvres remuèrent, s’étirèrent, il s’apprêta à lâcher un « NON » majestueux, mais rien ne sorti de sa bouche, et il réalisa qu’il était.. sans-voix, littéralement, de ce geste affectu.. génér.. ridicule, parce que c’était ça le pire, elle se moquait de lui, elle jouait avec, et lui, il ne pouvait rien faire pour se défendre.. Pire que ça, elle le tenait contre elle, pas à bout de bras comme s’il était une chose écœurante, mais tout contre elle, contre sa poitrine, lui procurant une proximité non voulue avec elle, et il pouvait sentir son parfum, et ses cheveux glissant autour de son chapeau.. Elle émit un petit rire, un rire féminin, un rire qui lui était adressé ? On ne lui adressait pas de rires, enfin si, il faisait rire par sa taille, il faisait rire les gens qui se moquaient de lui dans les tavernes, des alcooliques suicidaires qui ignoraient qui il était, mais il n’avait jamais fait rire une femme, sans qu’elle ne se moque de lui, et c’était un rire sincère, un rire détendus, cela faisait vibrer son petit cœur flétrit, et le rendait heureux. Il ne pouvait pas se défendre parce qu’il aimait ça. Elle était terrifiante.

« Je n’ai pas besoin d’amis ! »

Dans un ultime effort, il se libéra de sa transe pour se dégager brutalement, surtout brutalement pour lui en fait : Elle s’en retrouva certes un peu déstabilisée mais lui retomba mal au sol pour s’y étaler de manière totalement ridicule, se rattrapant avec les mains. Il émit un petit cris plus de surprise que de douleur, et roula au sol sur le dos. Il se redressa de moitié, assis au sol, les mains ancrées entre l’herbe et les dalles de pierres, et il la fusillait du regard.

« Je n’ai pas besoin d’argent ou de bijoux ! Je n’ai besoin de rien ! Tu n’es pas la première a vouloir me manipuler comme ça ! Je n’ai pas besoin d’amis et je suis heureux comme je suis ! Je.. »

il se coupa dans son début de tirade, qui se voulait longue et choquante, une bonne grosse tirade de méchant sans cœur, mais là était le problème, il avait un cœur, qui ne demandait qu’à être chérit, là était le point faible d’Arakjörn, et justement, la petite Eleonnora l’avait touché.. en plein cœur.

« Mais je.. euh..je. »

Il chercha ses mots, et ils lui vinrent finalement assez vite : il n’avait pas su dire non, mais il sut dire oui. Dans une honte immense, il regarda ses sandales, dont les semelles étaient trois fois trop grandes.

« Mais..je.. je veux bien essayer. »


Il se demanda si elle pouvait rire encore, il aimait tellement son rire, il se demanda aussi si il pouvait lui tenir la main, il en avait tellement envie, et si elle pouvait de nouveau.. l’embrasser ?

Il ne s’en rendit pas immédiatement compte, mais celui qui avait juré qu’aimer était synonyme de malheurs, était lui même tombé amoureux. Et il oublia momentanément tout les soucis qu’il avait eu par le passé, la fameuse phrase cinglante qui entraîna son complexe de taille, stupide qu’il était, en ferait-il les frais une nouvelle fois ?





"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Contrebandière

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Mer 9 Nov 2016 - 0:01

Elle avouait avoir poussé le jeu un peu trop loin avec ce...contact physique? déjà que cet énergumène semblait déboussolé à l'entente de simples mots alors comment pouvait-il supporter un tel geste? Sera t-il capable de lui pardonner un tel affront? Cependant, il resta ainsi un moment, plongé dans ses pensées. Eleonnora fut surprise de ne pas rencontrer de résistance immédiatement. Peut-être avait elle réussi à percer le petit magicien en plein cœur. Peut-être qu'il appréciait cet échange. Peut-être qu'il n'aimait pas tellement la solitude en fin de compte.

« Je n’ai pas besoin d’amis ! »

Il finit par se débattre péniblement entre les bras de la petite demoiselle qui n'avait pas non plus l'intention de rester ainsi éternellement. Il se dégagea vivement de l'étreinte à grand coup d'épaule, ce qui eu pour effet de les éjecter l'un et l'autre dans des direction opposées, faisant tituber l'une et s'affaler l'autre. Eleonnora qui manqua de s’emmêler dans ses jupons se rattrapa au dernier moment à une des parois de la ruelle d'un geste maladroit. Mais ce n'étais rien comparé au magicien frustré qui s'était, de lui même, étalé sur le sol avec un cri de surprise dont la virilité laissait à désirer.

Et de sa position proprement ridicule il ne pouvait s'empêcher de fusiller du regard son acolyte. Les poings serrés, les phalanges blanchies par la colère, se drapant dans ce qui lui restait de dignité, il s’apprêta à lancer un discours emporté et magistral, n'ayant pour but que de réprimander cette attitude qui semblait tellement le déranger. Malgré toute sa colère il ne pu continuer, et dans un spasme il coupa net sa réplique. C'était proprement apitoyant...La jeune femme se sentait responsable, coupable...mais de quoi donc? d'avoir manipulé ses fragiles sentiments? Il s'en était rendu compte bien assez tôt, alors pourquoi? pourquoi persévérait il?

« Mais je.. euh..je. »

La réponse était claire. En proie à ce dilemme intérieur, il eu du mal à terminer cette phrase mais une partie de lumière semblait gagner son esprit, comme si tout d'un coup il avait décidé de changer de voie. Un pauvre mouton noir, un vilain petit canard, voilà ce qu'il était; Ni un criminel, ni un psychopathe, juste une pauvre âme rejetée de tous qui ne demandait qu'un peu de réconfort.

« Mais..je.. je veux bien essayer. »

Eleonnora poussa un soupir d'attendrissement, elle avait l'impression de se trouver face à un enfant qui avait un gros malheur pesant sur son petit cœur. Elle l'aurait volontiers serré à nouveau dans ses bras ce petit bout de chou! Elle se contenta de s'approcher en lui tendant une main secourable avec un sourire résigné qui se voulait bien veillant.

« Tu ne sais pas ce que tu veux, quel homme compliqué... D'ailleurs tu citais ma soi disant manipulation mais je t'avoue que maintenant, je ne sais plus trop où nous en sommes...J'ai l'étrange impression de t'aider, plus qu'autre chose dans cette situation.»

Penchée vers lui, elle attendit patiemment qu'il prenne sa main. Sa petite main qui s'accrocha à la sienne comme un rescapé s'accroche à celle de son sauveteur.
Un peu gênée de se retrouver dans de telles conditions, elle ne savait plus exactement comment réagir. Devait elle le consoler? Une tape sur l'épaule conviendrait elle? Ou devrait elle faire comme si de rien était? Ce bonhomme lui imposait un tel casse tête! Elle entortillait machinalement une mèche de ses cheveux autour de ses doigts fins, repensant à une attitude qui pourrait convenir à son nouveau compagnon. Elle se racla la gorge, brisant le silence gêné qui s'était installé;

« Erm...Aussi, ta tête est mise à prix, n'est pas? Je n'en ai pas l'air mais je suis d'une famille plutôt influente à Gloria. Alors si tu le souhaite, je peux faire disparaître cet avis de recherche. C'est ce que font les amis...ils se soutiennent les un entre les autres! »Sa curiositée avare la pouss tout de même à poser cette question qui la titillait depuis le début; « Sans vouloir t'offenser, je me demandais...quelle somme est misée sur ta tête?»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Dim 25 Déc 2016 - 5:05

Plus ou moins, il était trop tôt pour le dire, on pouvait simplement extrapoler, un être si facile à manipuler ne pouvait qu'en payer le prix, même si payer le prix d'un défaut n'est pas chose commune dans le monde du commerce, il l'est bel et bien dans le monde social, et le morceau de crème de la haute société qu'est Eleonnora était loin d'un être innocent dans l'art de s'approprier ce qui passait à sa portée, et là gisaient au sol les compétences non négligeables d'un maître mage en manque flagrant de compagnie, oui après tout, il n'y avait qu'à... tendre la main, pour les ramasser, et se les approprier.

Et c'est ce qu'elle fit, Arakjörn, toujours à terre, vit la jeune dame lui tendre la main amicalement - et peut-être hypocritement ? - dans le but de l'aider à se relever, et elle lui répondit. Alors certes, ces paroles se firent douces bien qu'il se demanda si complexe était une remarque positive ou négative, ce qui était généralement un peu des deux dans des cas similaires. Ces paroles titillèrent naturellement le petit Arakjörn qui se vit décrit comme quelqu'un d'hésitant, alors que non, pas du tout ! Il savait ce qu'il voulait ! Il voulait dominer les gens ! Il voulait les voir ramper ! Mais, bizarrement, pas elle, pas vraiment, donc en fin de compte, il ne fit pas de remarques là dessus, car elle avait raison, il ne savait plus ce qu'il désirait, mais une petite voix dans son cœur lui indiquait simplement "soit avec elle", comme étant un désir maintenant véritable, une chose absolument inavouable, en profondeur du moins... Néanmoins ses petits doigts d'enfants vinrent agripper ceux de la jeune dame, dont il utilisa la force pour se hisser sur ses jambes, alors debout, tout proche d'elle.. Et il la vit le regarder avec curiosité, comme si elle ne savait absolument pas quoi faire avec lui, quoi faire de lui, Arakjörn s'en retrouva.. déçut, sans trop en laisser paraître, il savait bien que le baiser de tout à l'heure avait été prompt et irréfléchit, sans sentiments particulier que celui de survivre derrière, il ne valait rien, mais il aurait aimé... Ah il n'arrivait toujours pas à se l'avouer.

Il ne parla pas, et elle non plus, toujours en train de réfléchir, jusqu'à ce qu'elle brise enfin ce silence en parlant de ce qu'on lui avait inscrit sur la tête. Ce qui piqua l'attention d'Arakjörn fut premièrement lorsqu'elle parla de famille apparemment noble si l'on lisait entre les lignes, qui réveilla l'espace d'un instant son regard critique et analytique, en effet, c'était une chose intéréssante. L'autre chose intéréssante, et qui l'était beaucoup plus, était sa proposition : elle ne semblait pas vouloir pleinement se servir de lui, car dès lors leur échange semblait prendre un peu plus de valeur : un ami, ça pouvait avoir de la valeur, si Arakjörn enseignera la magie à sa nouvelle amie, Eleonnora lui avait également apprit cela en retour..

Il ne put dès lors s'empêcher de l'enlacer, un acte puéril, stupide, déshonorant.. Arakjörn avait déjà resentit cela mais la dernière fois c'était sous la contrainte, une tactique pour survivre, cette fois-ci, c'était de plein gré : Arakjörn venait belle et bien de faire un câlin à quelqu'un, un câlin, comme a un nounours en peluche, un gros câlin. Il rougissait d'ailleurs dans la honte, mais il en avait eu envie et ne désirait plus retenir cela, ça lui faisait comme mal au coeur, ça le faisait même souffrir, et il avait envie de lui exprimer sa gratitude, pas pour l'avoir humilié mais pour le traiter au moins convenablement en ami.

"Merci.."

Fit-il. Alors que ses petits bras faisaient le contour de la taille de sa nouvelle superbe meilleure amie - manipulatrice - fermant les yeux pour ne pas voir le jugement dans son regard et se contentant de sentir son parfum et les soies de sa robe contre sa joue. On aurait pu croire qu'il avait remit le masque d'Oscar...

Mais ce n'était pas le cas, il n'avait aucun masque sur la figure et était beaucoup trop à son goût, à nu. Le soucis étant de savoir si son amie, elle, portait un masque, et les probilités devinrent grande lorsque dans un soupçons d'avarice elle lui demanda à combien sa tête avait été mise à prix. Ce qui inspira la méfiance au nabot, qui lâcha prise, ne semblant pas spécialement gêné, mais un peu plus méfiant.

"Je... euh... j'en sais rien, demande à Isukar, je crois que c'est lui qui donne de ses sous pour moi, une bête histoire.. Pourquoi ?"


Il lui donna un coup d'oeil curieux, les traces de rougeur sur ses joues semblaient disparaître. Une idée lui vint en tête.

"Cette famille.. je la connais ? Je.. euh, si tu le penses vraiment, je veux dire qu'on est ami et que tu veux bien faire quelque chose pour moi, sache que je t'en suis reconaissant et m'excuse d'avoir été genre.. un peu brutal.. tout à l'heure. Mais.. je pense aussi que les amis devraient se révéler leurs identitées.. Hmm ? Et tu connais déjà la mienne.. Qui es-tu ?"


Ses pensées ochaient entre la curiosité d'une réponse à une question amenée et posée par un raisonnement réfléchit et la honte d'avoir fait un gros câlin, qu'il essayait d'ignorer autant qu'il évitait de voir sa réaction, ainsi que.. ses sentiments pour elle ?

Hrp : et voilà un super cadeau de Noël ! Le relancement du rp ! Boude pas c'est un cadeau rare et précieux è__é





"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Contrebandière

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Mar 3 Jan 2017 - 23:58

Eleonnora ne s'y attendais pas du tout. Non, pas du tout. Se faire enlacer de la sorte par ce nain, qui, il y a quelques instants à peine, était dans une colère noire et réticent à l'idée de tout contact humain. Elle l'avait convaincu avec une seule petite et légère attention. Les suspicions du petit homme semblaient s'être envolées avec sa fierté. Car on aurait très bien pu penser que cette proposition de la part de la jeune fille avait été pensé dans un objectif purement égoïste. Ce qui n'était pas totalement faux d'ailleurs. En effet, si jamais l'on apprenait qu'elle fréquentait un hors la loi, recherché dans le royaume pour ses crimes, elle n'imaginait même pas les répercussion. Elle faisait très attention à son image et surtout à celle de son nom qu'elle partageait fièrement avec le régent de la grande Gloria. Ainsi elle avait cru sage d'effacer cet avis de recherche scrupuleux. Mais il lui semblait aussi que si à l'avenir ce mage lui enseignerait son art, elle lui devrait quelque chose en échange. Et c'est là qu'intervenait le fameux credo de sa famille: "Un Ostiz paye toujours ses dettes". Et finalement cela passait pour un geste amical, ce qui n'était pas plus mal car elle avait ainsi conquit le petit cœur palpitant de son nouvel ami.

Malgré cette victoire certaine, la demoiselle se trouva tout à fait désemparée, voir paniquée par cette affection soudaine. Cet énergumène venait de s'accrocher à sa taille comme une moule à un rocher, par tout les esprits! Elle ne savait que faire...lui rendre son étreinte? Non, elle ne pouvait opter pour une option aussi embarrassante! Même si en y repensant elle avait fait bien pire en l'embrass...aaaah, effacez ça de cette mémoire! Les bras en l'air, la figure empourprée, la jeune fille commençait à paniquer tandis que son compagnon voulait simplement lui transmettre un sentiment bienheureux.

Il suffit qu'elle lui pause cette question, certes assez avare, mais justifiée, pour qu'il se détache enfin d'elle. Avec méfiance il lui parla d'un certain Isukar...Ce nom rappelait vaguement quelque chose à la jeune fille...En un sursaut de lucidité elle reconnu le nom du célèbre chef des armées Aldariennes. Un Aladarien? Que venait il faire ici et surtout pourquoi venait on le rechercher jusqu'à Gloria? Tout ceci semblait bien louche aux yeux de la suspicieuse Eleonnora tandis qu'une foule de questions se bousculait au bord de ses lèvres.

Cependant le nain fut plus rapide qu'elle et la questionna sur cette famille haut placée qu'elle venait de mentionner. Et avec une franche expression de regret il s'excusa en bredouillant malhabilement quelques mots de plus. C'était assez touchant se dit-elle avec un petit sourire, il ressemble vraiment à un enfant malgré la folle puissance qu'il dégage quand il le veut. En général lorsqu'elle rencontrait des étrangers, surtout dans ce genre de situation peu tolérable, la demoiselle donnait un faux nom mais ici le petit magicien paraissait tellement inoffensif. De plus il n'avait pas l'air de s'intéresser à l'argent ou la gloire au même rang que les hommes que l'on pouvait croiser par ici et qui seraient bien capable de la prendre en otage. Pourtant elle n'avait aucune idée de ce qu'il pensait du pouvoir Glorien; En tant que criminel, n'avait il pas eu d’antécédents avec le régent?

" J'accepte tes excuses, j'ai moi même été malhonnête envers toi, mais n'en parlons plus je t'en prie; Tâchons de prendre un nouveau et bon départ!"

Elle balaya ses doutes en décidant d'être audacieuse, après tout elle l'avait déjà sous son emprise.

" Je me prénomme Eleonnora et je partage le nom du régent de la grande Gloria, c'est à dire, Ostiz. "

C'était avec une fierté non dissimulée qu'elle avait prononcé cette phrase et avec une petite révérence, le salua, comme pour formaliser leur présentation maintenant officielle.

" Pourtant il ne me semble pas que mon simple nom puisse définir mon être entier... D'ailleurs, Arakjorn Nygdmer, tant qu'il est question d'identité, puis je savoir pourquoi un officier Aldarien te poursuis jusque dans un royaume autre que le sien?"

Il serait question de voyager jusque là pour s'entretenir avec ce guerrier. Cela tombait plutôt bien vu que la jeune fille comptais s'y rendre prochainement mais avant de savoir à combien s'élevait la mise, il était évident de se demander quel danger on pouvait courir auprès de cet individu. Enfin, c'était évident pour le commun de mortel. Et Eleonnora n'en faisait apparemment pas partie.




"Rêve de gloire, d'argent et tout ce qui va avec."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Mar 10 Jan 2017 - 18:10

Difficile de ne pas penser à cette situation malaisante dans laquelle il s'était embourbé tout seul comme un grand. Il n'avait pas senti de réaction particulière venant de sa nouvelle amie, dans le sens ou si elle avait apprécié ce témoignage d’affection - ce que l'on pouvait presque considérer comme un honneur tant la chose était rare venant du petit magicien - elle ne le montra pas réellement. Arakjörn imaginait la chose normale, s'il avait été à sa place, il aurait sûrement crié de rage et envoyé des éclairs partout en hurlant qu'il n'aimait pas les câlins, chose évidemment fausse au vu de ses dernières actions. Malgré cela, il ne pouvait se passer de la sensation d'avoir été blessé et il devenait extrêmement difficile de ne pas à nouveau contempler ses grosses et ridicules sandales, assez épaisses pour lui donner dix centimètres de plus, et pourtant sans talons. Il ne le fit qu'à moitié, ne pouvant réellement soutenir son regard, regarda sa poitrine, ce qui était, beaucoup, beaucoup plus malaisant lorsqu'il comprit que la direction de son regard pouvait sous entendre une très longue listes de pensées déplacées.

Pour se débarrasser d'une énième -de cela aussi on pouvait en faire la liste - situation gênante, il se dit qu'il n'avait fait que regarder ses beaux vêtements et hocha la tête précipitamment lorsqu'elle lui parla d'un nouveau départ. Plutôt rassuré, mine de rien, qu'elle accepte de mettre le passé de coté et de se concentrer un peu plus sur.. Ah.

Ce fut la réaction lorsqu'il entendit le nom Ostiz.

"Ah"

Quel crétin ! Quel stupide petit nain débile il faisait ! Bon, pas nain.. Quel stupide puissant magicien il faisait ! Il avait agressé la fille du régent. Il l'avait par magie plaquée contre un mur, l'avait menacé de mort ! Mais.. mais elle s'était jouée de lui, normal non ? Tout le monde aurait fait ça ?

Pas vraiment en fait, elle l'avait aidée, c'est lui qui avait mal joué et s'était laissé emporter, il avait besoin de rejeter la faute sur quelqu'un d'autre mais, cela était tout de fois encore une chose qu'il n'était pas capable de concevoir, toute ces situations débiles et honteuses ne venaient, systématiquement, que de lui même.
Il ne put retenir sa surprise, ses yeux s'écarquillèrent de peur, sa mâchoire s'entrouvrit pendant un instant, mais il se reprit bien vite, fronçant les sourcils et la salua également avec un petit mouvement théâtral, retirant accessoirement son chapeau pendant un instant.

"Mme Ostiz, je m'excuse une énième fois, tant notre rencontre se fit dans des circonstances déplacées."

Dit-il sur un ton bien plus froid et sérieux, sur une touche de respect qui, pour une fois, n'était pas totalement hypocrite.
La situation était grave, car Ostiz l'avait prévenu, s'il ne respectait pas le cadre de la loi à Gloria, le régent afficherait au public le secret du livre noir qu'il avait traduit. C'était une arme efficace contre l'enchapôté dans le sens ou, ne voulant pas que le secret de sa force soit dévoilé à d'autres, il serait bien vite obligé de mettre le feu aux bâtiments qui contiennent les quelques rares copies du livre noir des Nygdmer. Ce ne serait théoriquement pas si difficile de le faire, mais en sortir vivant...

"Eleonnora Ostiz, j'espère que vous ne révélerez rien de tout cela à votre père."

Il ne voulait plus lui faire de mal, mais maintenant elle avait un tel pouvoir sur lui.. C'était alarmant, vraiment, quelle dangereuse femme... Si belle, est-ce dommage ou quelque chose de bon ? Il eu maintenant d'autant plus de mal à la regarder dans les yeux. Elle s'intéressait à autre chose, il aurait mieux fait de lui répondre directement, mais cela demandait réflexion, cherchait-elle un énième moyen de le soumettre ? Se déclarait-elle réellement amie ou cherchait-elle à faire de lui un véritable esclave. Arakjörn n'avait pas le choix, il dut croiser son regard à nouveau.

Le jeu de regard, c'était quelque chose qu'il maîtrisait bien, il fit face à son amour naissant, et à sa peur pour adresser un avertissement à la jeune Eleonnora : Elle pouvait avoir beaucoup de choses de lui, mais elle devait être consciente que si il lui confiait trop de pouvoir, en user contre lui la condamnerait à mort. Cela se comprenait plutôt bien, par un regard froid et méfiant, luisant d'un vert éclair de maléfisme à l'ombre de son chapeau, Arakjörn savait bel et bien se montrer parfois intimidant, il espéra avoir réussi son coup.

"Ouai bon, je lui ai volé un truc en fait"

Il lui présenta son bâton, à son sommet reposait la pierre du Defendo d'origine, un saphir brillant d'une pâle lueur, convenablement magnée, c'est grâce à elle qu'Arakjörn pouvait se protéger de ses fameuses barrières indestructibles - ou presque -. Il la pointa du doigt, le bâton était facilement aussi grand que lui alors c'était assez compliqué de le ramener à son niveau.

"Ceci, il n'a pas vraiment apprécié et il a du poster des avis de recherche, je ne sais pas combien il a dû mettre, mais s'il a mit une prime plus chère que le prix du bâton d'origine, d'ailleurs cet un alayen, je vois pas comment il aurait pu s'en servir, alors il est sacrément débile... Ou il a pas aimé la raclée que je lui ai mise."

Il esquissa un petit sourire au souvenir de l'officier aldarien humilié par ce qu'il avait considéré comme un magelet inoffensif, les alayens ne croyaient pas à la puissance de la magie et celui là en avait été punit par un sort de choc en pleine face, cela avait été vraiment une bonne journée, une humiliation de gros bourrin à l'espadon et une économie de 600 pièces d'or ce qui, en tout cas pour un vagabond comme lui, ne représentait pas rien.

"Ces abrutis de chasseurs de prime ne me dérangent pas spécialement, mais si tu pouvais m'en débarrasser ça serait chouette.. En échange.. je.. euh.."

Non non non, pas d'échange, il devait arrêter de vendre son amitié comme cela, il voulait passer du temps avec elle, certes, et s'il pouvait l’impressionner de sa maîtrise de la magie, c'était parfait, mais elle n'avait pas parlé d'échange, alors il n'en parlerait pas.

"Hmm.. On verra, qu'est-ce que tu comptes faire ?"


Son regard était toujours un peu sombre, montrant plus ou moins sa peur de tomber trop profondémment dans un piège..Elle disait ne pas avoir été totalement honnête tout à l'heure.. l'était-elle maintenant ?





"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 2

Contrebandière

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Mar 17 Jan 2017 - 21:23

La réaction du nain ne se fit pas attendre, et la jeune fille trouvait que la surprise provoquée par la révélation de son identité était toujours aussi jubilatoire. Étrangement, les nombreuses personnes qui s'étaient retrouvées dans cette situation se mettaient à regretter de lui avoir manqué de respect. Ah, qu'est ce qu'elle ferait sans son fameux rang. Et c'est dans une courbette que le petit mage présenta enfin ses excuses. Elle eu un petit sourire à cette image. A utiliser ce titre à tord et à travers, elle ne distinguait plus vers qui ce respect était réellement dirigé. C'était son père que l'on voyait à travers elle dès le moment où le voile était levé. Finalement, elle se sentait entravée par ce nom.

Cependant la fin justifie les moyens, n'est ce pas? Elle se devait de sacrifier un petit bout de sa liberté pour obtenir un moyen de pression sur ses ennemis. Et au dires du petit mage, la peur que son père inspirait était sans aucun doutes très efficace.

"Bien sur, compte sur moi pour rester muette."

Il était dorénavant conscient des dangers auxquels il s'exposait s'il essayait de la toucher, elle ne vit donc pas d’intérêt à l'avertir, d'autant plus que le but était de gagner de sa confiance. Une confiance qui ne semblait pas tout à fait accordée vu le temps qu'il mit à répondre à sa question...A la place il avait plongé son regard perçant dans le sien. Ses yeux qui révélaient tout ce qui en lui pouvait bouillonner. Glacée par la tension que renvoyaient ses iris verts, la demoiselle n'osait plus bouger un doigt. Comment est ce qu'un être aussi insignifiant pouvait bien paraître aussi menaçant? Elle fini par détourner le regard, malgré sa fierté, pour échapper à cette pression à peine supportable. Le magicien avait été clair, sa confiance ne lui était pas accordé aussi aisément.

Eleonnora reprit vite ses esprits, admirant l'objet qui était à l'origine des malheurs (mais bon, c'était de sa faute) de son nouvel ami. C'était donc pour cette pierre magique qu'il avait risqué sa vie, et celle de la charmante demoiselle qui avait essayé de lui sauver la mise à l'occasion! Mais comme il eu la bonne idée de le préciser, cet objet, en plus d'être surement très puissant, devait valoir plutôt cher. Ce nain était une véritable mine d'or!
Il était sur le point de proposer un échange de bon procédé lorsqu'il sembla revenir sur cette décision, comme remit sur ses gardes une nouvelle fois. Elle soupira mentalement, il lui en faudra du temps pour briser la carapace qui recouvrait ce petit être.

"Oh, je ne sais pas si cela te convient mais je compte bien faire enlever ces avis de recherche et crois moi, cela sera facile comme bonjour. Il ne me sera pas bien compliqué d'aborder cet officier, de par mon rang et mes...aptitudes?"

Elle esquissa un petit sourire amusé; La diplomatie ça la connaissait, surtout lorsqu'il était question d'homme et il lui semblait d'ailleurs que les Alayens avaient des mœurs plus débauchés que les fiers Gloriens, et ainsi un faible pour les jeunes femmes, on pouvait toujours jouer sur ça. Mais après tout elle ne le connaissais que de nom, ce fameux Ser Isukar.

"Oh, Mais peut-être que tu avais autre chose en tête...? Dans tout les cas, en ce qui concerne un échange, je n'ai pas de demande particulièrement démesurée..."

Ah oui, la jeune fille remettait ses avantages sur le tapis; Toujours chercher le profit. Elle pourrait simplement vous dire qu'elle n'est pas la fille de Crissolorio Ostiz pour rien!

En vérité elle n’aimait pas l'idée d'abuser un innocent et cet homme ne lui donnait pas l'impression d'être une de ses brutes sans cervelle. Certes, il était un peu bipolaire, très (voir trop) puissant et un peu effrayant sur les bords mais il semblait que la seule chose dont il avait besoin était de l'attention. D'ailleurs il se battait visiblement contre ce besoin viscéral. Eleonnora comprenait très bien qu'il puisse vouloir garder sa fierté cependant il n'en était pas capable vu sa très mauvaise maîtrise de ses expressions. On pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert! Comme si elle n'avait pas remarqué qu'elle lui faisait de l'effet...

"Eh bien, tu sais...je pensais qu'il pourrait être plaisant qu'on puisse se revoir pour parler magie? Et à l'occasion, tu pourrais surement m'en dire plus sur...cette puissance?"

Bon, elle avouait avoir choisi les mots avec précision pour augmenter ses chances d'atteindre son but mais finalement même son sourire bienveillant avait fini par être honnête; Ça lui faisait de une belle paire de manches...Néanmoins comment pourrait-il encore douter d'elle maintenant?




"Rêve de gloire, d'argent et tout ce qui va avec."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo] Mar 24 Jan 2017 - 23:00

Eh bien c'était qu'Arakjörn était quelqu'un de méfiant, alors oui, peut-être qu'il doutait toujours, mais il ne savait plus s'il devait le regretter ou pas. Il buta sur le mot aptitude, elle avait du cran et du courage, il ne pouvait pas lui ôter cela, elle dominait par sa voix.. Si facilement. Alauwyr ne pourra rien faire contre elle, pour ne pas envenimer la relation entre Aldaria et Gloria il céderait c'était évident. C'était une bonne chose de presque-faite, maintenant, il restait à se rattraper quant à son cafouillage, il sentait qu'elle allait lui demander de toute façon, alors autant la devancer

"Oh, ben dans ce cas, en échange.. tu aurais besoin de moi pour quelque chose ?"

Et comme il s'y attendait, elle lui demanda s'il pouvait être son prof de magie.. Il pensait toujours qu'il y perdait quelque chose, mais bon, il était au moins débarrassé des abrutis qui l'attaquaient, même si ces mercenaires étaient les premiers qu'il croisait, ils ne seraient sans doutes pas les derniers s'il ne changeait pas les choses alors.. Et puis.. franchement ça serait amusant non ? Quoiqu'un peu stressant...

Tout semblait être, plus ou moins, au clair avec la belle. Enfin la belle, c'est pas une bonne idée de l'appeler comme ça, cela ne ferait qu'accroître les symptômes de cette terrible maladie qui s'était emparée du nain. Bref, il l'avait avertie, elle ne l'avait pas avertie mais elle n'en avait pas besoin, il savait ce qui lui couterait de réitérer une expérience de cette violence avec elle.

Il était temps de se mettre au point.

Il la contempla rapidement une dernière fois, rassemblant tout ce qu'il croyait savoir d'elle dans un coin de son crâne, ses habits discrets mais ne pouvant appartenir a un clochard, son visage et ses cheveux, son nez son sourire, magn..
Son mental, fort, celui d'une conquérante il en était certain, elle avait su garder son sang froid et contre attaquer de la plus étrange des manières, qui s'est révélée, tout à fait par hasard évidemment, très efficace. Elle savait garder son sang froid, elle avait du pouvoir, de la prestance, du charisme, et un voile cachait ses désirs et sa véritable identité de son regard perçant, un voile tissé par le doute. C'était là le début d'une relation bien étrange n'est-ce pas ? Elle était cette fille mystérieuse dont il ne saura jamais rien, qui ne se confierait jamais, se contenterait de garder le pouvoir pour elle sans lui tendre aucune perche, se servir de lui quand elle en avait besoin, le jeter quand il ne servirait plus. Arakjörn, est-ce vraiment cela que tu veux ?

'Ok bah oui oui, on se retrouve ici-même ou un peu plus loin ? Ou.. je peux te retrouver aux portes de la ville, et puis on sort ens.. Enfin je veux dire qu'on va dans un coin isolé pour.. s'entrainer ! Je préfèrerai qu'on se voit à l’abri des regards tu vois."

Il n'était plus vraiment capable de répondre à la question à vrai dire, il n'avait suffit qu'elle lui refasse son sourire magnifique, avec en plus, une pointe de sincérité dans le sens ou il n'était pas tout à fait sûr qu'elle souriait parce qu'elle l'avait eu. Et puis bon c'était si chouette aussi, d'avoir une amie, enfin une vraie, malgré tout les défauts de cette amitié, qu'il percevait de moins en moins, peut-être qu'il y avait quand même moyen d'en tirer plus de bonheur que de malheur ? C'est sur cette pensée qu'il lui répondit à l'affirmative, en bredouillant quelque peu, et faisant, sans le vouloir des sous-entendus gênant le rendant une fois de plus totalement ridicule, il ne saurait jamais y faire avec les femmes ! Mais sur cette bonne parole, il lui rendit également un sourire, en échange de lui apprendre à manier la magie, peut-être elle pourrait aussi lui apprendre à faire un beau sourire, parce que le sien manquait cruellement d'élégance. Mais à la réflexion il n'en avait pas vraiment besoin, son cœur faisait de gros bonds, il avait les joues roses et un sourire heureux de gamin de huit ans décrédibilisait son visage déjà de base pas très crédible. Il essaya de se reprendre mais bon, au final, il n'en avait pas tant envie. Elle était la seule auprès de qui il acceptait de s'afficher, et c'était bien ça qui ferait que dans leur relation il serait en dessous...

Mais tant qu'il ne s'en rendait pas compte, cela ne le dérangeait pas ! Et cela arrivait même, presque, à le mettre un poil en confiance. Il commença à s'éloigner d'elle, la saluant brièvement avant de s'enfuir avec un au-revoir aux lèvres :

"Eh bien.. A demain ! Qu'on voie ce que tu vaux en magie !"






"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Gosse de riche [PV Eleo]

Revenir en haut Aller en bas

Gosse de riche [PV Eleo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fortune familiale d'une gosse de riche orpheline
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Sanble Erich Riche ta lavalas anba po!!!!
» Astuce pour devenir riche ou "moyen"
» Le Désargenté et la Riche [Hithiel ?]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-