Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le livre noir [PV Criss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Le livre noir [PV Criss] Sam 3 Sep 2016 - 17:56

8 Septembre de l'an 7 de l'âge d'obsidienne



Gloria. ça faisait longtemps que le nabot n'y avait pas mit les pieds... Très longtemps en fait. Arakjörn n'aimait pas les villes, il avait aimé Gloria, mais elle avait été salie par Vraorg, détruite. Il n'en restait que saleté et pauvreté. Même Aldaria avait une population plus respectable, et Dracos savait ce que pensait Arakjörn Nygdmer à leur sujet : "Tous des cons".

Mais le fait est qu'il eu vent de la mort du Kohan qui avait régné sur cette cite, mort causée par Vallaël, et qu'un... érudit s'était emparé de son trône. Le nain ne connaissait pas beaucoup de savants qui défiaient la loi "tous des cons" aussi avait-il choisi de ne pas trop les fréquenter. Mais il tournait encore trop en rond à son goût, il progressait, il devenait plus fort, mieux équipé, mais il lui fallait plus. Et cette fois il avait soif de connaissances et non pas de simple pouvoirs. Alors qu'on ne le prenne pas au sérieux comme érudit était une chose, mais Arakjörn était confiant en ce nouveau détenteur du trône, s'il ne prenait pas la grosse tête à cause de la couronne, le nouveau régent était susceptible d'aider le nabot dans cette quête. Car c'était bien cette soif de connaissance qu'Arakjörn jugeait mutuelle chez les deux personnalités qui le poussa à revenir à la capitale du royaume glorien... et avec de quoi satisfaire la curiosité de chacun.

Alors ce n'est qu'à une centaine de mètres des portes de la ville, qu'une petite explosion retentit, sur un simple carré d'herbe, une lumière bleue fut émise depuis le vide, et des éclairs vinrent parcourir une petite zone, avant que des pieds munit de sandales incroyablement épaisses ne se posent brusquement sur le sol. La lumière cessa et laissa place au caché. Il réajusta son chapeau et son écharpe qui avaient été secoués par le voyage, et rangea la pierre de transport des aînés qui le lui avait permis ce dernier dans une petite bourse.

-Bienvenue chez toi...

Se souffla-t-il a lui même, il était sceptique de reconnaître les familières portes blindées de la cité comme la porte de sa résidence, mais il devait reconnaître avoir passé beaucoup de temps au cœur de la cité des hommes, et la nostalgie lui creusait le fond du ventre, a moins que ce ne soit les effets secondaires de l'utilisation de la pierre. Privé de force magique et de son sens de l'orientation, c'est en se tenant le ventre et en réprimant quelques vomissements passagers que le nabot put accéder à la cité.

De là il passa une petite journée a visiter sa vieille ville, retrouvant le coin de rue ou il avait vécu lorsque la cité avait été assiégée par les alayens... Il trouva de quoi gagner un peu de sous en soignant un ivrogne de sa gueule de bois et des coups qu'il avait prit sous les effets de l'alcool, une mauvaise soirée sans doutes. Il passa ensuite quelques temps à fouiller les boutiques pour trouver quelques objets magiques inintéressants. Il refit ses stocks de provisions avant de se diriger vers ce qui l'intéressait vraiment : le palais impérial.

Là la partie agaçante : ce palais il ne l'aimait pas, c'était toujours la même histoire avec les palais, Arakjörn s'y perdait très facilement, la dernière fois qu'il y était venus il avait été a deux doigts d'y voler Dévoreuse... malheureusement la logique des chemins du palais eu raison de la sienne et il arriva bien trop tard.. et à Aldaria, il s'y était perdus au point de se retrouver dans une classe d'élèves, qui l'ont immédiatement prit pour l'un des leurs et l'ont...hum... bizuté, si l'on peut dire... à cause de son chapeau ridicule, inutile de préciser qu'ils avaient tous frôlé la mort ce jour-là, et doivent leur survie à leur enseignant qui indiqua le chemin au petit nain...

Là encore il dut demander de l'aide pour trouverse repérer, mais il eu moins de problème que d'habitude à trouver son objectif : la salle d'audience, car la file d'attente y était monstrueuse. Il eu beaucoup de mal a ne pas s'énerver devant l'obligation d'attendre, mais prit son mal en patience et malgré de léger sautillement de temps en temps, on pouvait presque le croire tranquille. Il trouva d'ailleurs ce petit temps de pause pour écrire son journal et faire une liste de ses achats, et dédier un peu de temps à la façon dont il allait faire sa requête. Finalement, après deux bonnes heures d'attente, il arrive finalement aux portes entrouvertes de la salle d'audience... qui ne s'ouvrirent pas.

-Ou sont tes parents ? On accepte pas les enfants ici.

Arakjörn ne répondit pas à ce qu'il prenait habituellement pour la pire insulte qu'on puisse lui faire, pas verbalement en tout cas. Il plongea son regard vert luisant dans celui du garde, tout en armure, qui lui barrait le passage. Un regard meurtrier, terrifiant, qui prouvait bien qu'il n'était pas un enfant.

-C'est quoi ce regard ? Allez dégage de là.

L'ordre était froid et direct, et si Arakjörn ne faisait rien, il se ferait jeter dehors par la peau des fesses, ce qui pourrait très mal finir pour celui qui commettrait cet acte... a moins qu'une aide extérieure calme la situation.



Dernière édition par Arakjörn Nygdmer le Mar 13 Sep 2016 - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: Le livre noir [PV Criss] Jeu 8 Sep 2016 - 17:50

La journée avait été longue, aujourd'hui Ostiz avait décidé qu'il serait temps d'écouter les demandes que pouvait bien faire le peuple de Gloria, après tout en tant que régent il devait aussi gouverner au nom du bas peuple. De ce fait il serait tout à fait adéquat d'écouter ce que ce dernier pouvait bien vouloir lui dire, et c'est ainsi qu'en ce jour nombre de demandes furent formuler devant lui par des hommes de modestes origines.

Des demandes plus, ou moins censées. Les moins censées étant celles de ceux lui demandant de faire gravement punir des actes relevant du privé comme l'adultère, les relations entre hommes, en somme rien qui ne concerne l'état… Et des demandes plus censées comme celle de cet homme qui demandait des réparations pour avoir perdu un bras lors d'un accident de chantier lors de la reconstruction. Au final les hommes, et les femmes purent donc passer devant lui aujourd'hui, et arriva un moment où visiblement au lieu de faire passer quelqu'un d'autre la porte resta immobile pendant un moment… Ostiz décida donc d'aller voir ce que c'était, bien entendu accompagné des lames noires lui servant de garde du corps.

« Que se passe t-il ici ? » Demanda t-il donc une fois arrivé à environ 6 mètres de la porte, et on l'informa tout de suite après qu'un enfant essayait de passer, Ostiz regarda donc quel enfant, avant de dire.

« Un enfant ? » Il semblait sceptique à ce sujet en regardant Arakjörn, ce dernier ne semblait pas du tout se vêtir comme un enfant après tout, de plus Ostiz avait déjà rencontré des hommes de petites tailles, voir même des elfes de petites tailles par le passé…

« Enfant, ou non faîte le entrer, j'écouterai sa requête comme pour tout les autres. » Se contenta t-il donc de dire dans tout les cas, et les gardes finirent ainsi par laisser passer Arakjörn qui pu entrer dans la salle du trône où Ostiz se trouvait assit sur le dit trône, et où une bonne quarantaine de lames noires s'occupaient de la sécurité, sachant que les lames noires étaient un ordre de guerre d'élite redouté... On pouvait tout à fait comprendre que ce soient eux qui soient affilés à la protection du dirigeant glorien, et ce depuis plus d'un millénaire.

« Comment vous vous nommez-vous, et quel est vôtre requête ? » Finit donc dans tout les cas par dire Ostiz d'un ton neutre, et poli à Arakjörn lorsque celui-ci pu entrer dans la salle du trône, et s’arrêta comme tout ceux qui venaient ici à 6 mètres du trône. Après tout c'était la procédure habituelle…

De plus curieusement Ostiz sentait, ce peut-être à cause de son totem que cela pourrait être assez intéressant, de ce fait il darda un regard patient et tout à fait calme vers l'homme de petite taille, et attendit que ce dernier présente sa requête. Après tout on ne venait pas voir le régent sans raison ? Bon en effet certains venaient le voir sans véritables raisons, mais il valait mieux si Arakjörn désirait que sa requête soit exaucée que celle-ci soit légitime, et un minimum productive. Après tout le régent d'un empire n'avait pas que cela à faire...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Le livre noir [PV Criss] Mer 14 Sep 2016 - 20:56

-Que se passe t-il ici ?

Oui, ça c'était une excellente question. Que se passait-il ? Un inconnus aurait découvert là une scène tout à fait amusante ou un garde empoignait un gosse par la manche d'un long manteau pour le trainer loin d'une longue fille d'attente. Un gosse qui était habillé comme au plus froid des hivers, avec des sandales énormes et un chapeau ridiculement disproportionné. Et qui faisait son caprice à lancer des :

-JE vous ferai REGRETTER ça !

ou des :

-Je ne suis PAS un ENFANT !

Car oui, clairement, le régent avait pris son temps pour venir sauver la situation de sa présence, et Arakjörn, les yeux fous, avait perdus patience et vociférait maintenant dans toute la pièce. Les gardes furent perturbés par les paroles du gosses mais n'en firent pas moins leur travail. Jusqu'à ce que l'Ostiz fit son apparition et ordonna qu'on le relâche, et le laisse entrer. Arakjörn libre, il lança un regard foudroyant aux gardes, et l'éparpilla sur la masse d'êtres ignorants et inférieurs qui avaient fait la queue avec lui. Aucun ne riaient, c'était déjà ça.

Il put enfin pénétrer dans la fameuse salle d'audience, qu'il n'avait jamais vraiment eu l'occasion d'admirer auparavant, remplie de lumière, il suivit l'escorte d'Ostiz juqu'a ce qu'elle lui interdit de gravir les marches qui menaient au trône, l'une des lames noires lui pointa du doigt un cercle noir dessiné sur le sol. Il supposa que c'est là qu'il devait être s'il voulait s'adresser au ro... régent. Il se maudissait lui même d'avoir été stupide et s'être quelque peu emporté, ou alors ces stupides gardes et ces stupides traditions ?

Quoi qu'il en soit il se plaça au centre du cercle, encadré de nombreux gardes, oui, il était évident que s'il s'était emporté, il aurait également mal fini. Il ne s'agenouilla pas ou quoi que ce soit, il ne connaissait de toute façon pas les traditions. Et le régent n'était pas, c'était chose qu'il peinait à comprendre, mais si cela lui permettait d'éviter de s'humilier ne serait-ce qu'en baissant la tête, il était preneur. Il dépoussiéra son large manteau et ajusta son chapeau, de manière a parfaitement positionner la boucle de la ceinture maintenant le-dit chapeau ancré sur son crâne parfaitement centré sur son front. Toussota avant de s'adresser au tout-puissant.

-Hum...hum.. Donc comme je l'ai dis je ne suis pas un enfant. On m'a dit beaucoup de bien de vous, mon régent. Un homme intelligent, véritable stratège l'économie et bibliothèque humaine de savoir sur l'histoire de ce continent.

Toujours commencer par graisser la patte, certes c'était déshonorant, mais il en était obligé et Arakjörn savait mettre son honneur, ou le peut qu'il avait, de coté pour parvenir à ses fins, et puis cela lui servait d'excellente transition.

-J’insisterai d'avantage sur ce dernier point en fait. Je me nomme Arakjörn Nygdmer, dernier membre de ma caste connus à ce jour. Héritier de leur puissance et de leur savoir, du moins en partie. Pour ses années de service auprès dès leurs, et dans l'armée de Gloria, vous devez connaître ce nom qui est miens, et savoir que tous ici, doivent au moins avoir reconnaissance de leurs actes de bravoure.

C'était un fait, et certains le savaient, la caste des Nygdmers avait autrefois été très puissante et avait servit dans l'armée humaine, avaient largement contribué grâce à leur sensibilité particulière à la trame. Il espérait ainsi attirer l'attention sur sa puissance potentielle puissance, tirer un peu ce nom qui avait autrefois été grand de l'oubli, et donner de l'importance à sa requête, car évidemment, là était le sujet : L'héritage des Nygdmers.

-Je suis propriétaire de quelques uns de leurs ouvrages, et un en particulier, il s'agit du livre noir, celui qui renferme les secrets de ma caste, qui permettrait à ceux qui le lisent cette grande maîtrise de la magie dont étaient capables mes aïeuls... J'aurais dus pouvoir le lire, je le devrais, mais je ne le peux pas, il est actuellement indéchiffrable, car codé. Voilà donc la raison de ma présence : Aidez-moi a le traduire, je sais bien que ce n'est pas le genre de lieu pour de telles demandes, mais... Imaginez... Vous tous.

Il sortit le livre de sa sacoche qui pendait au niveau de sa hanche, le livre de son pères... Il en montra la couverture noire, ornée d'un grand N salis par le temps, mais autrefois a n'en pas douter plus rayonnant que le diamant. Il le montra à tout ceux qui voulaient le voir, à tout ceux qui voulaient son savoir.

-Imaginez ce que cette puissance pourrait vous apporter, gloriens, en échange de cette traduction, de cette aide à acquérir mon dus, je vous en offrirait le savoir. Crissolorio Ostiz... Alors, qu'en dites vous ?







"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: Le livre noir [PV Criss] Sam 17 Sep 2016 - 17:06

Il écouta l'homme au chapeau excentrique commencer à faire sa requête, enfin plutôt commencer par lui lécher les bottes avant de la faire. Chose pas forcément nécessaire avec Ostiz, mais ce dernier devait bien reconnaître que ces flatteries étaient vraies de toutes manières. Et que cela devait être l'usage pour certains de parler en propos élogieux de quelqu'un avant de lui faire une demande qui devait sans doute révéler d'une certaine importance. Ostiz se contenta donc d'écouter silencieusement les propos du jeune mage, ce sans avoir la politesse un seul instant de le faire s'interrompre. Sauf quand le mage parla des Nygdmer, et que Crissolorio décida donc de lui répondre avec politesse et calme.

« En effet j'ai pu entendre parler de l'honorable caste des Nygdmer, et du fait que la plupart des membres de vôtre famille ont malheureusement disparus dans les flammes d'ailes de mort. Vous avez là un bien solide héritage Arakjörn, et je ne peux que vous souhaiter en tout cas d'être digne de vos ancêtres, et de redonner ses lettres de noblesses à la fière caste des Nygdmer. Ce n'est jamais facile de faire face à une telle responsabilité, mais je suppose que vous saurez vous en montrer digne. » Dit-il comme pour montrer un certain respecte à l'ancienne famille de mage d'Arakjörn. Après tout il était au courant d'une bonne partie de l'histoire de cette dernière, et assimilait donc le fait que ce n'était pas forcément n'importe quel mage qui était en face de lui. Ou du moins un mage qui devait être écraser par le poids de son héritage maintenant qu'il était le seul survivant de sa famille. Néanmoins il se disait que si le jeune mage abordait un tel sujet c'était pour une bonne raison…

« Vous désirez que je fasse traduire vôtre ouvrage ? Ce fameux livre noir ? » Dit-il d'un ton neutre qui ne proclamait en rien s'il allait dire oui, ou non. Avant finalement de dire. « J'accepte vôtre demande Arakjörn Nygdmer, je m'occuperai moi-même de déchiffrer vôtre ouvrage, et je vous ferai revenir ici dès que cette tâche serait terminée. Néanmoins. Étant donné que vous nous proposer le savoir de cet ouvrage, je suppose que vous accepterez que j'en fasse une copie traduite ? N'ayez point peur je vous rendrai l'original, et la première version traduite sire Nygdmer. Néanmoins je préfère être franc avec vous. J'envisage d'en faire une copie, que ce soit par intérêt scientifique, ou tout simplement pour qu'une partie de l'héritage de vôtre famille soit conservée en sécurité dans la bibliothèque de Gloria. » Après tout il serait dommage que tout ceci parte dans le feu comme une grande partie de l'héritage de cette grande famille de mages. Et sur ce il acheva pragmatique.

« A vous donc de décider si oui, ou non cela vous convient. Et j'accepterai ainsi vôtre demande à cette simple condition, ce savoir que vous proposiez de nous offrir, n'est-ce pas là un marché honnête ? » Arakjörn avait juste à dire oui, et Ostiz s'occuperait de cela assez vite. Si ce n'est pas aujourd'hui, dans le courant des prochains jours. Après tout une traduction pouvait pendre plus, ou moins de temps. Néanmoins Ostiz était un homme avec un esprit pénétrant il arriverait sans doute à atteindre son but, il faudrait donc juste qu'Arakjörn soit patient.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Le livre noir [PV Criss] Dim 25 Sep 2016 - 0:43

Arakjörn avait fait sa demande, on ne pouvait pas dire qu'il était effrayé, il avait fait du mieux qu'il pouvait et il sentait avoir parlé avec franchise ET respect, pas forcément sur les mots, mais sur le ton. Cependant cette assemblée de garde du corps, et l'ambiance condamnatoire qui y régnait était très impressionant, tant de regards braqués sur lui, tant d'attention pour trois fois rien... Le monde était décidément très très étrange.

Mais le "roi" avait parlé, il l'avait parlé car il l'avait écouté, il avait été écouté d'un dirigeant de royaume, c'est pas mal. Il avait prononcé des mots agréables à l'oreille, il avait dit "honorable", "fière" en parlant de sa famille. Il s'était souvenu ! Voilà des années que les Nygdmers ont disparus, des années que leur rang de redoutable mages était passé à celui de simple érudits, puis avait même fini par sombrer dans le néant. On parlait là d'êtres malsains, d'êtres mauvais pour la plupart et calculateurs, aux traditions barbares et aux pensées altérées par quelconque folie, folie qui, justement, faisait peut-être partie de ce fameux héritage ? Alors... Si Ostiz savait tout cela, le disait-il pour lui renvoyer ses bonnes manières et simplement pour cela ? Pensait-il vraiment ce qu'il disait a ce nabot qu'il était ? Peut-être même, cherchait-il à se moquer, en glorifiant un passé maudit, le maudissant au passage, lui qui hériterait de cette malédiction.

-Je vous remercie de vos mots, et tâcherai de me montrer digne de les recevoir à nouveau, ainsi qu'à mon nom.

Peut-être que oui, peut-être que non... La politique pouvait aussi se traduire comme "l'art de dire le contraire de ce que l'on pense", et cet homme y était forcément confronté, mais bien qu'il ne puisse juger de la bonté de quelqu'un, Arakjörn doutait que le régent cherche à provoquer ses sujets, et c'était le seul argument qu'il avait pour faire face à cette paranoïa qui le dévorait.

Argument néanmoins efficace, tant l'intérêt celui qui peut vous apporter profit est innutile. Et Arakjörn avait su donner de la valeur à sa demande, car le régent semblait très intéressé. Il était même plutôt fier de son exploit : qu'est-ce qui disait que ce bouquin n'était pas un simple documentaire sur la pilosité des elfes ? Comment pouvait-il prouver sa valeur a quelqu'un qui ne pouvait pas le lire ? Arakjörn n'était pas nul en marchandage, mais sans doutes que la curiosité du régent avait joué là une grande partie : il se proposait lui même de le traduire ! Les étoiles brillaient dans ses yeux.

-Je serais très honoré que vous vous occupiez vous même de cette tâche, et vous remercie infiniment de recevoir ma requête , et... j'accepte vos conditions, vous pourrez en faire des copies...

Il se tut, laissant planer un petit silence, marquant le "mais" de son discours. Il y avait un problème a régler :

-... mais je vous demanderai de ne pas en faire dans l'excès, et avec un accès restreint, je, euh, préfèrerai que les secrets de ce livre ne soient pas trop connus...

Oui, le choix était difficile, traduire le livre et en acquérir les secrets, mais en les vendant aux blibliothèques du royaume ? N'était-ce pas là un blasphème ? Et s'il commettait là l'erreur de sa vie ? Et si c'était un secret que la caste avait toujours cherché à protéger ? Et s'il se condamnait lui-même à mort ? Et si...

-Et j'ai moi-même une dernière condition... Je ne me séparerai pas de ce livre. Je veux aider à sa traduction, et je ne peux pas m'en séparer sans être pris d'angoisse. Alors je vous le demande, régent de Gloria, puis-je rester dans ce bâtiment le temps nécessaire ? Puis-je vous assister dans la tâche ? Peut-être demande-t-elle une information que seul son héritier peut avoir ?


Cette hypothèse n'était pas stupide, peut-être était-elle même fondée, mais elle servait surtout à convaincre Ostiz. Arakjörn le fixa dans les yeux, ignorant son entourage intimidant, serrant le livre contre lui, comme pour montrer qu'il était encore à lui, et qu'on ne pouvait pas le lui voler.






"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: Le livre noir [PV Criss] Mar 27 Sep 2016 - 11:48

C'était plus par politesse qu'autre chose qu'il avait ainsi parlé des Nygdmer, après tout il avait aussi entendu certaines choses moins glorieuses au sujet de cette caste, mais dans les faits cela importait peu maintenant qu'il n'y avait plus qu'un seul membre de cette famille encore vivant, et que ce dernier se tenait juste devant lui. Un pauvre hère qui n'avait sans doute pas dû être gâte par l'existence d'ailleurs.

Ce ne serait-ce que pour sa petite taille pensa t-il, après tout il devait faire l'objet fréquent de quolibets par exemple, ou être sous-estimé, et pris pour un enfant assez souvent à cause de sa petite taille justement. En somme l'existence ne devait pas être très tendre avec ce jeune homme, et Ostiz ressentait peut-être d'ailleurs une pointe de pitié pour lui, néanmoins cela n'allait sûrement pas obscurcir son jugement quand à ce que le mage allait lui demander.

Quand au fait que ce bouquin ne soit pas inutile, Arakjörn devait se douter après tout qu'un souverain était légalement en droit de châtier quelqu'un qui se serait fichu de lui ainsi en lui offrant un ouvrage ridicule. En somme il comptait tout simplement sur le fait que cet jeune homme soit un minimum raisonnable pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Après tout ce petit mage ne semblait pas être quelqu'un de particulièrement stupide qui se ficherait d'un souverain avec des très mauvaises raisons. Quand au reste bien entendu Ostiz ferait attention quand il ouvrirait cet ouvrage au cas où ce dernier serait piégé. On ne savait jamais après tout… Et sur ce il reprit calmement à l'égard du jeune homme visiblement très content que l'on ait accepté sa demande. Mais qui néanmoins finit après avoir précisé qu'il acceptait qu'on en fasse des copies par ajouter tout de même une condition au fait qu'Ostiz en fasse faire des copies.

Et la condition qu'ajouta le mage tout de même aurait eu de quoi donner à sourciller à beaucoup de monde si ce n'était pas quasiment qu'Ostiz, et les lames noires qui l'avaient entendu. Ce dernier finit d'ailleurs par reprendre la parole après un court instant de silence.

« Vous êtes donc de ceux qui pensent que le peuple n'a aucunement le droit d'accéder à la connaissance ? » Demanda t-il sceptique à la demande du jeune homme, est-ce que ce dernier savait après tout que l'empire glorien avait des tendances assez populistes ? Enfin sur ce il reprit tout de même conciliant. « Mais soit j'accepterai vôtre demande, et je respecterai cette promesse que je vous fais tant que vous serez irréprochable avec ma nation du point de vue légal bien entendu. »

Après tout il n'allait pas accorder ce privilège à quelqu'un qui était un criminel, ainsi tant qu'Arakjörn serait légalement irréprochable, ou du moins n'avait pas commit de véritables crimes il n'aurait rien à craindre pour le fait que son ouvrage ne soit offert qu'à accès restreint. Et sur ce Ostiz écouta d'ailleurs la dernière condition du jeune homme, et finit par dire après une certaine réflexion...

« Vous voulez rester dans le palais pour aider à la traduction de cet ouvrage ? Soit, mais dans ce cas là vous serez encadrer bien entendu en permanence par des lames noires pour des raisons de sécurité, et n'aurez qu'un accès restreint au palais pour pouvoir aider bien entendu à la traduction de l'ouvrage si j'ai besoin de vôtre aide. » Après tout il ne voyait pas de raison de refuser sinon, après tout le seul cas où le jeune homme pourrait être dangereux serait celui où c'était un puissant mage, ou bien un espion et dans ces deux cas là il suffirait de le faire encadrer par des lames noires comme cela était de coutume pour les visiteurs peut-être étrangers qui n'étaient pas ici pour des raisons diplomatiques. Ce qui expliquait pourquoi Ostiz acceptait aussi aisément cette condition, et sur ce dernier finit d'ailleurs par ajouter pour conclure d'un air pragmatique.

« Avez vous autre chose à demander, ou à dire ? Sinon j'en conclurai que cet arrangement vous convient parfaitement sieur Nygdmer. » Après tout autant conclure ce marché sans trop tarder non plus, ce car bien entendu il devait encore y avoir nombres de gens derrières les grandes portes qui attendaient de pouvoir présenter leurs requêtes, ou leurs demandes au régent.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arakjörn Nygdmer
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
2/10  (2/10)
Xp disponibles: 2

Assistant
Tortionnaire

MessageSujet: Re: Le livre noir [PV Criss] Dim 2 Oct 2016 - 12:44

Arakjörn sentit vite que sa demande en avait perturbé plus d'un, le silence se faisait gênant, peut-être ne demandait-il trop... Peut-être faisait-il tout ça pour rien, que le livre demeurerai de toute façon indéchiffrable mais... si c'était la découverte du siècle ? Et si c'était un secret que les Nygdmer avaient toujours voulus cacher aux autres armandéens ? Et s'il était le maillon faible qui livrerait ce secret ? S'il serait celui qui détruirait sa propre famille ?

Non, sa famille était déjà détruite, elle s'était détruite toute seule, et il n'avait que cette chance pour reprendre tout ce qu'il pouvait d'eux, qu'importe s'il déshonorait les Nygmder, s'il accroissait sa puissance, c'était l'essentiel, c'était le but, il sacrifierait cela, mais que ce secret ne soit pas d'accès à tous, Arakjörn voulait être le seul à pouvoir profiter de ce bénéfice. Le SEUL !

-Voilà qui serait bien bête de ma part, moi qui fait tout aussi partie du peuple que ceux derrière cette porte. Cependant, je préfère garder une certaine protection, vous comprenez ? Peut-être que ce livre contient quelques secrets, qu'il est préférable de mettre de coté... J'ai dis peut-être hein.

La réponse du régent le choqua. D'un point de vue légal ?! Est-ce que le régent ne chercherai pas à lui mettre une muselière ? Un serment était un serment ! un pacte un pacte ! ça sentait l'embrouille à plein nez... pourtant Arakjörn avait fait attention, a ne pas s'attirer trop d'ennemis ( chose pourtant un peu ratée très franchement ) du moins pas de manière publique, que les meurtres occasionés restent mystère et boule de gomme : si dans la très grande majorité des cas ils n'étaient dus qu'à la légitime défense, ce qu'il faisait aux cadavres pouvaient prouver le contraire, même s'il regrettait la plupart de ses gestes sadiques... mais.. de moins en moins ?

-C'est entendus, vous n'entendrez pas parler de moi.

Il avait peut-être choisit la pire tournure de phrase possible, car il ces temps-ci il était plutôt doué pour faire parler de lui, et comme il aimait cette attention des autres, sans se l'avouer, il ne faisait absolument rien pour être discret, même si cela lui paierait de recevoir des mercenaires réclamant sa tête le lendemain même...

-J'imagine que je n'ai pas d'autres choix que de me soustraire à cet entourage, c'est entendus.


Et c'était plutôt énervant de surcroît, il s'imaginait déjà attendre sur un banc qu'on vienne le chercher pour lui demander la signification de telle ou telle période de l'histoire de sa caste, ou sur la magie en général.

-Je ne.. crois pas. Nous verrons bien. J'imagine que nous pouvons nous occuper de nos arrangements.

Bon, il aurait peut-être ce qu'il voulait, mais il était un peu perdus, Arakjörn perdit soudain confiance en lui comme il perdait contrôle de la situation. Il sortit du cercle noir qu'on lui avait attribué comme espace vital pour se diriger vers le trône du régent, le livre en main. Désirant l'approcher pour tout simplement le lui remettre. Une main froide, métallique et brutale l'arrêta : la "lame noire" avait voulu l'empêcher de franchir la distance de sécurité dont il n'avait pas réellement conscience en lui posant la main sur l'épaule, mais Arakjôrn était tellement petit qu'il du lui poser la main sur la tête, comme on empêche d'une main un enfant de se battre. Oui, un enfant... Rester sain d'un point de vue légal n'allait finalement pas être si facile que ça.

Il recula un peu, tandis le livre au garde non sans le fusiller du regard, qui, respectant sa fonction, ne lâcha pas sa lance pour le saisir, et restait là sans bouger. Arakjörn était sur le point d'exploser de colère quand un homme dédié à la fonction de rapporter les papiers,objets ou autres débilités vint à sa rencontre pour lui prendre le livre et l’amener au régent.

Arakjörn détestait cette organisation stu-pi-de.

Il recula, tourna un peu en rond, cherchant ses repères... Puis se tourna vers le régent.

-Euh.. je vais ou maintenant ?

Voilà, il se ridiculisait bien comme il faut. Arakjörn avait un don pour ça, et a ce moment précis il se trouvait vraiment très très nul.












"La haine n’est pas un poison. Elle est une force. "

.Thème actuel :

Code couleur : Ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: Le livre noir [PV Criss] Jeu 6 Oct 2016 - 16:51

Crissolorio écouta calmement la justification du mage qui sonnait assez… Insatisfaisante disons à ses yeux, lui qui savait lire dans les hommes avec un grand talent se doutait bien après tout que ce n'est pas pour des raisons telles que celles-ci que l'autre voulait garder ses petits secrets, mais soit !

Ses petits secrets seraient mis à l'abri, sauf bien entendu pour quelques hautes personnalités gloriennes telles Crissolorio Ostiz, ce tant qu'Arakjorn serait irréprochable du point de vue légal. Donc pas un meurtrier par exemple. De toute façon même si Crissolorio ne l'aurait pas précisé cela aurait couler sous le sens qu'il n'aurait pas laissé certains privilèges à un criminel. Ainsi il précisait juste une évidence au mage, et il répondit donc au sujet des justifications de ce dernier.

« Soit, nous ferons donc en sorte que le savoir de vôtre ouvrage soit protégé d'une certaine manière si telle est vôtre condition. » Et il précisa bien que cela était la volonté du mage, s'excluant ainsi la responsabilités du fait que la distribution des copies de ce bouquin soit élitiste dans un premier temps. Après tout ce n'était pas lui qui demandait à ce que tout le monde n'y ait pas accès.

Et il hocha ensuite simplement la tête ensuite quand le mage confirma qu'il ne poserait pas de problème, soit. Il avait parlé, et le régent l'avait bien entendu de ce côté-ci. Il pourrait être certain que Crissolorio n'oublierait donc pas les propos qu'il venait de prononcer en ce jour, et qu'il s'en souviendrait si jamais l'autre enfreignait sa parole donnée.

Et il ne répondit sinon rien quand le mage accepta son exigence quand au fait qu'il sera solidement entouré par des lames noires le temps de la traduction, et aussi en partie surveillé. Après tout il valait mieux faire attention par exemple avec un espion potentiel, ce même s'il ne payait pas de mine. Et il hocha suite à nouveau la tête quand la jeune mage confirma que pour le moment les arrangements lui allaient… Bien, au moins ils ne traîneraient pas trop sur ce sujet-ci.

Et on lui apporta ensuite le livre au bout d'un certain temps en invitant un peu petit incident qui aurait sans doute été très agaçant. Ostiz pu ainsi vérifier rapidement si le livre était piégé par un sort, ou scellé par magie, puis prit ce dernier en main. Un ouvrage ésotérique, et ancien qu'il devrait traduire d'ici quelques jour… Nul doute que la tâche serait assez intéressante. Mais en attendant il devait encore se consacrer aux autres personnes venu se présenter à lui, et aussi répondre à la question du jeune mage qui maintenant qu'ils en avaient finit se demander où il devait aller.

« Un serviteur du palais va vous montrer les quartiers où vous pourrez vous installer pendant les quelques jours nécessaires à la traduction. » Il appela ainsi d'un geste l'un des serviteurs qui alla donc montrer les quartiers aux jeunes mages, et Ostiz conclut ensuite à son égard. « Sur ce maintenant que vous avez obtenu ce que vous désirez, je vais poursuivre mes audiences pour le reste de la matinée, et je me pencherai dans l'après midi sur la traduction de vôtre ouvrage. D'ici là vous pouvez disposez sieur Nygdmer » Ainsi prit fin cette audience ci. Et fut décidé que Crissolorio Ostiz s'attelle plus tard à la traduction du grimoire de la famille Nygdmer.





[Hrp : Ce sera ma conclu du coup o/. Je vais m'occuper des demandes :3 .]






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Le livre noir [PV Criss]

Revenir en haut Aller en bas

Le livre noir [PV Criss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'OEIL NOIR
» Fête du Livre
» Croisé Caniche noir à la SPA de Dunkerque
» Les Annales de la compagnie noire
» griffon noir & feu 8 mois - adoraaable à Béthune ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-