Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Mar 26 Juil 2016 - 20:58

Mi juin de l'an 5 de l’ère d'obsidienne

Sandur, la cité des sables, l'antre des protégés, émergeait lentement de sa torpeur ensommeillée. Abritée derrière ses hautes enceintes aux teintes dorées et orangées, la ville rebelle se dressait fièrement au milieu du désert d'Esfelia.

Dès les premières heures de l'aube, une foule composée de badauds et de réfugiés, fuyant la tyrannie du dragon blanc, se pressaient dans ses ruelles à la recherche de quelque rare distraction.

L'endroit n'offrait à sa population qu'un confort très sommaire et des abris de fortune, creusés à même la roche . Heureusement, ces refuges rupestres offraient un peu de fraîcheur et d'ombre durant ses journées d'été où la chaleur devenait caniculaire ! Tout ce que détestait un vampire ! En particulier Loren. Adossé comme à son habitude contre la paroi d'une grotte, cherchant un peu de fraîcheur malgré le fait que la pierre lui apparaisse tiède comparée à sa peau glacée. L'ennui commençait à le gagner et il ignorait de quelle façon il allait occuper les heures interminables qui s'annonçaient avant la tombée de la nuit.

Il n'avait jamais autant admiré la splendeur de l'astre lunaire que depuis qu'il se trouvait exilé en plein désert, prisonnier d'un lieu inondé de soleil. Tout comme le sang se transforme en un irrésistible nectar pour un vampire affamé.

A cette pensée, Loren songea qu'il commençait à ressentir le tiraillement de la faim et qu'il devrait songer à se sustenter sous peine de s'affaiblir.

Depuis qu'il se trouvait dans le Protectorat, ce cruel prédateur avait dû modérer ses ardeurs et se contenter de boire le sang provenant de dons de volontaires. En effet, toute agression contre un autre protégé était sévèrement punie par les esprits et l'intendant n'avait pas d'autre choix que se plier à ces lois.

Dans un coin de la grotte, des hommes installés sur une paillasse crasseuse étaient occupés à jouer à des jeux de hasard. De temps à autre, l'un d'entre eux, un grand gaillard hirsute gratifiait Loren d'un regard suspicieux tandis que les autres se contentaient de l'ignorer. Des enfants déguenillés passèrent près de lui en riant, le bousculant au passage.

L'intendant poussa un soupir d'exaspération et partit à la recherche d'une quelconque occupation. Les cavernes formaient un large réseau de galeries souterraines et s'y promener lui permettrait de se changer les idées. De plus, la température était plus soutenable que celle qui régnait à l'extérieur et la semi-obscurité dans laquelle baignaient ces couloirs troglodytes convenait mieux à sa nature de créature des ténèbres.

A son entrée dans une grotte destinée au repos des convalescents ou des militaires après de rudes combat, Loren surprit la mine sombre et l'expression de dégoût de plusieurs soldats. Ceux-ci se mirent à chuchoter et malgré qu'ils se trouvaient à bonne distance, l’ouïe fine du nocturne lui permit de saisir le contenu de leur conversation. C'étaient des Alayiens et en dépit de cette collaboration "forcée" avec les elfes et les vampires, la plupart de ces farouches guerriers conservaient une certaine répulsion à l'égard d'êtres perçus comme des "abominations". Amusé, Loren s'approcha d'eux, arborant un sourire goguenard et leur demanda d'un ton mielleux si l'un d'entre eux accepteraient de l'accompagner à l'infirmerie et de se porter volontaire pour un don de sang. Après tout, il fallait bien s'entre aider entre protégés.

Les hommes lancèrent un regard glacé au vampire et se murèrent dans un silence hostile. Loren fronça un sourcil en constatant qu'aucun de ces soldats ne se montrait particulièrement enthousiaste à cette idée. Toutefois, il ne comptait pas repartir sans avoir trouvé un volontaire pour le don de sang frais. Après tout, peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse et il n'avait pas encore eu l'occasion de déguster un cru venu tout droit d'Alaya. Pourquoi se priver d'un tel plaisir gustatif ?

Derrière lui, Loren entendait le vas et viens d'hommes qui sortaient, de toute évidence, ils préféraient s'éclipser de crainte de devoir servir de garde-manger vivant au vampire.

Soudain, l'intendant perçut grâce à ses sens sur-aiguisés des battements de cœur familiers.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Mer 27 Juil 2016 - 21:57

Le soleil se levait à peine que les habitants grouillaient tels des fourmis à la tâche. En même temps, quoi de plus normal pour des personnes vivant dans le désert où atteint une certaine heure, l'air devenait chaud à respirer et où le soleil cognait à vous en donner une isolation en peu de temps. Donc il fallait bien s'activer tant qu'on avait de la fraîcheur à profiter. Même les personnes surveillées de loin par la garde.

Alauwyr faisait partie du lot des Théocrates qu'on gardait à l'oeil, malgré leur revirement sincère. Quand on trahissait une fois, on était capable de changer de bord aussi vite que la précédente fois. Donc le temps de s'assurer de la bonne foi des dites personnes ''repenties'', pour être certaine qu'il ne s'agissait pas d'espion. Le cas d'Alauwyr n'échappait pas à la règle, même s'il avait été mené par Lören ici, à Sandur, à la demande en personne de Christan. D'ailleurs, s'il pouvait l'éviter celui-là le temps de se remettre un peu mieux sur pied...

En effet, l'Alayien avait encore une sale mine, même après une ou deux semaines à l'infirmerie. Il paraissait bien plus en forme qu'à son arrivée, mais avait encore besoin de repos. On l'avait autorisé à marcher et à prendre l'air au moins une heure dans les rues de Sandur et sous la surveillance d'un ou deux gardes qui le suivait à bonne distance, mais pas trop loin. Quelle veine que voilà..En même temps, il aurait cru qu'une fois un peu rétabli, on l'aurait collé dans le fond de la prison. A croire qu'on accordait une seconde chance, sous réserve bien entendu de voir comment le ''chanceux" se comporterait.

Le soleil commençait déjà à se faire sentir. Pour éviter d'en souffrir, Alauwyr tira une capuche en toile de jute sur sa tête chauve... enfin pas si chauve, on voyait que les cheveux repoussaient même si cela donnait un effet brosse à l'ensemble de sa tête. Et puis avec la journée qui s'annonçait encore très chaude, il préférait ne plus traîner. Plus encore qu'il s'épuisait vite, même pour une petite sortie. Être réduit à cet état de faiblesse était agaçant et insupportable. Autant se rendre à l'infirmerie.

Il n'y étiat pas si loin quand il cessa de marcher. Non loin de lui, il reconnut la silhouette de Lören... L'avait-il remarqué ? Ce fichu vampire... et faire demi-tour était hors de question. Qu'est ce qu'il fichait ici celui-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Jeu 28 Juil 2016 - 11:57

Loren se retourna et son regard tomba sur un homme, de grande taille, dont le visage était recouvert d'une cagoule en toile grossière. L'intendant fronça les sourcils et le dévisagea avec suspicion avant de s'avancer vers lui d'un pas résolu.

- Tiens donc, on dirait bien...que je te connais toi ! Je reconnaîtrais entre mille la puanteur que tu dégages et tes battements de cœur rapides. Et où crois donc aller comme ça ?

Puis avant même que l'homme ait pu faire un geste ou ouvrir la bouche pour répliquer, le nocturne se précipita avec l'extraordinaire rapidité propre aux êtres de sa race et se positionna devant l'Alayien, de manière à lui barrer toute retraite.

- C'est juste au cas où il te viendrait l'envie de prendre congé avant même que tu nous ayons une petite discussion entre...vieilles connaissances. Et comme je sais que la politesse n'est pas ton point fort, j'anticipe et cela dans le seul but de t'empêcher de commettre une nouvelle grossièreté.

Ayant achevée sa phrase, Loren arracha d'un coup sec la cagoule qui protégeait le visage raviné et parsemé de balafres d'Alauwyr Iskuvar. Son crâne où les cheveux repoussaient de manière désordonnée conservait le souvenir de l'humiliante tonsure. Mais si ce dernier pouvaient retrouver sa chevelure argentée, il n'en serais pas de même pour son honneur bafoué. Connaissant l'arrogance du soldat, Loren savait pertinemment que celui-ci ruminait de lourds griefs à son égard.

- Mon intuition était donc juste, tu es bien cette jolie petite souris que j'ai prise au piège avant de la livrer à Christan Weren. Le petit interrogatoire qui a suivi fut très délectable et j'y ai pris énormément de plaisir, même si je doute qu'il fut partagé de ta part. Cela dis il est peu courant de capturer un Alayien Théocrate et au Protectorat les distractions sont hélas fort limitées.

Dans le groupe des soldats Alayiens, de murmures de désapprobation s'élevèrent et plusieurs d'entre eux fixèrent Alauwyr avec dédain et colère. Ce peuple fier de guerriers avait souvent pour habitude de mener la vie dure à ceux qui se révélaient coupables de traîtrise.

- Mais trêve de bavardages, j'aimerais savoir comment se passe ta "rééducation" car avec un esprit aussi fourbe et retors que le tien, je crains une nouvelle trahison ou alors que tu ne sois un espion Théocrate. Cela te ressemblerai bien. J'espère également que tu écopes des pires corvées car c'est bien la moindre des choses que tu puisses faire pour laver la souillure de ton ignore trahison.

Loren croisa ses bras face à son interlocuteur, attendant sa réponse, tout en le gratifiant d'un sourire narquois.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Jeu 28 Juil 2016 - 21:35

Par Néant, à croire qu'il était maudit. Bien entendu, Alauwyr ne pouvait pas passer inaperçu. Lören le connaissait que trop bien pour réussir à l'identifier au premier regard. Rien que sa façon de marcher suffisait pour un être tel que le vampire. Et bien entendu, l'idée de l'éviter lui vint, mais ce ne fut que peine perdue que le vampire était déjà en face de lui. Il ne put s'empêcher de grimacer. Et Lören s'en donnait à coeur joie. Et que de mieux que de lui arracher la capuche qui lui couvrait le visage.

Alauwyr ne put s'empêcher de plisser les yeux agressés par la perte de l'ombre de la capuche. Toujours avec sarcasme, le vampire exprimait son plaisir d'avoir reconnu l'Alayien. Dire que son petit jeu n'était là que pour son propre plaisir. Et bien entendu, il ne faisait pas dans la discrétion. Que de mieux que de rappeler à certaines oreilles présentes la situation de l'homme qui se tenait devant Lören en usant d'une voix forte et claire. Là aussi l'épéiste s'en serait bien passé. Il sentit le regard pesant de certains alayiens dans son dos et évita de se retourner. Les conforter dans leurs pensées seraient de leur donner raison. Et puis ils ne savaient rien de son histoire !

Alauwyr manqua de lâcher un juron en voyant Lören lui sourire avec son air narquois. Comme à leur première rencontre.

''C'est Christan qui t'envois ? Ou tu viens de ta propre initiative pour t'occuper joyeusement la journée ?''

Sans demander la permission, il reprit sa capuche et la remit en place. Tant pis si cela ne convenait pas à messire l'enquiquineur.

''Que veux-tu ? Si tu redoutes tellement ce que tu affirmes, pourquoi n'as-tu pas fait appel aux gardes ? ''

Il le toisait avec froideur. Même ici à Sandur, il y en aurait toujours un pour lui rappeler son infâmie.

''Arrange toi avec Christan pour déterminer si je suis un espion ou non, tout comme de mon affaire de trahison. Tu as peut être contribué à m'emprisonner mais ne te crois pas au-dessus des autorités Protégées quand à mon cas... Et là tu m'empêches de retourner à l'infirmerie...''

Par Néant, qu'l aurait aimé l'insulter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Ven 29 Juil 2016 - 10:57

Lorsque Loren s'est retourné dans sa direction, Alauwyr se sentant repéré avait tenté de rebrousser chemin. Mais à son grand dam, il ne put même pas faire un pas avant que le vampire se campe devant lui, le narguant en souriant de toutes ses dents.

Et comble de malchance, ce dernier arracha la cagoule qui dissimulait à tous son crâne tondu, symbole de son opprobre. L'intendant s'amusa beaucoup de l'expression courroucée qui apparut sur les traits de l'Alayien. Visiblement, il ne goûtait pas cette petite plaisanterie mais cela ne l'étonnait guère. Iskuvar n'était pas connu pour son sens de l'humour et n'appréciait pas qu'on s'amuse à ses dépens.

Cependant, l'intendant n'avait nullement l'intention de le laisser filer, du moins pas avant de l'asticoter un peu. Après tout, quelques brimades ne pouvaient faire que le plus grand bien à cet esprit rebelle.

De plus, la présence de ce groupe de soldats Alayiens ajoutait du piment à ce petit jeu car ces derniers n'éprouvaient aucune envie de laisser l'ancien transfuge s'en tirer à si bon compte.
S'il y avait bien une chose qu'ils abhorraient par dessus tout c'était la trahison. Et après des années passées à servir le dragon albinos, Alauwyr devrait écoper de bien des corvées et autres bizutages avant de remonter un tant soit peu dans leur estime. Leurs regards sombres et emplis de mépris témoignaient de cette dure réalité.

Retenant l'injure qui montait à ses lèvres, l'Alayien se contenta de demander à son interlocuteur si c'était Christan qui l'envoyait ou s'il venait de sa propre initiative. Puis, celui-ci reprit sa capuche des mains du vampire pour en coiffer de nouveau sa tête hérissée de mèches blanches.

Sans se départir de son attitude goguenarde, le vampire recroisa les bras sur sa poitrine et braqua ses prunelles dorées dans les yeux sombres de son vis-à-vis.

- Aurais-tu la mémoire courte par hasard ? Car si tu as oublié notre petit interrogatoire en compagnie de Christan, je me ferai un plaisir de rafraîchir tes souvenirs. Tu sais pertinemment que ce dernier ne te porte plus dans son cœur après ce dont tu t'es rendu coupable.

Puis Loren renchérit en prenant soin de hausser la voix afin que toutes les personnes présentes entendent ses propos distinctement:

- D'ailleurs je suis certain que tes petits camarades seraient ravis d'en savoir plus sur certaines confidences que tu as faites alors que tu te trouvais ligoté comme un ver et les fesses en l'air !

Les murmures reprirent de plus bel et des rires gras s'élevèrent du groupe d'Alayiens, d'autres soldats protégés s'étaient même rapprochés afin de ne pas perdre une miette de la confrontation.

Le toisant avec froideur, l'épéiste demanda à l'intendant qu'est ce qu'il voulait et pourquoi celui-ci ne faisait pas appel aux gardes, puisqu'il craignait une délation de sa part. Ensuite, il termina sa tirade en lui disant de s'arranger avec Christan et qu'il n'était pas au dessus des autorités compétentes pour déterminer sa situation.

Loren garda un calme olympien et le regard rivé sur l'Alayien. Même si ce dernier gardait une apparence impassible ainsi qu'un ton glacial et formel, l'intendant devinait la colère qui bouillonnait en lui. Ses battements de cœur accélérés ne pouvaient tromper le vampire sur les émotions qui agitaient l'humain. De toute évidence, ce dernier cherchait à tout prix à fuir une éventuelle altercation et à regagner l'infirmerie.

- Tu cherches à te rendre l'infirmerie ? C'est très bien, tu te feras bichonner par l'une ou l'autre soigneuse. D'ailleurs, je me ferai un plaisir de t'accompagner là bas et comme je cherche un volontaire pour un don de sang, tu feras le candidat parfait. Mais pas de suite, cela serait dommage que tu quittes tes copains Alayiens sans leur avoir raconté quelques uns de tes exploits chez les Théocrates. Pas vrai les gars ?

Des cris d'approbation parcoururent l'assemblée de soldats d'Alayiens.

Puis Loren saisit une nouvelle fois de la cagoule de son interlocuteur et la lança dans le groupe d'Alayiens où plusieurs hommes levèrent le bras pour s'en emparer.
Et dès après, le vampire donna une tape, prétendument amicale, dans les côtes de l'homme, à l'endroit même où celui-ci avait été blessé un mois auparavant. Malgré sa convalescence, la blessure ne devait pas être totalement cicatrisée et cette "caresse" ne semblait pas se révéler particulièrement agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Ven 29 Juil 2016 - 14:08

L'Alayien restait parfaitement stoïque devant Lorën même quand un attroupement intéressé les entoura. Bon nombre de ses compatriotes s'étaient levés pour écouter avec le plus grand intérêt ce qui se passait. Il ne put empêcher un bref rictus de dépit apparaître à son visage quand les siens crièrent d'approbation aux dires du vampire. Voilà qu'après l'avoir eu en pâture, Lören l'offrait aux soldats présents. Que de mieux d'ailleurs que de les exciter en arrachant à nouveau la capuche et la jeter cette fois dans la foule, comme si c'était là un précieux trophée de guerre. Et juste après, rien que pour le plaisir du moment, le vampire le tapota là où il avait eu les côtes cassées. C'était encore sensible à cet endroit. Il en grogna et se retint de reculer, portant une main à la zone douloureuse.

Le vampire le provoquait sur bien des plans, sans doute pour le pousser à commettre une faute. Par Néant, il ne faisait cela que pour jouer ! Pour son propre amusement ! Alauwyr ne pouvait guère avoir de soutien ou plaider sa défense, tout se retournait contre lui par le simle fait d'avoir été un théocrate. Et ça, Lören le savait très bien.

''Ma mémoire fonctionne très bien, pas la peine de t'en soucier. Le fait que Weren ne me supporte plus ne l'empêche pas d'agir directement ou indirectement. Est-ce toi qui aurait oublié qu'il veillerait quand à la façon à appliquer pour que je me repente jusqu'à ce que je sois solvable à ses yeux ? ''

Et cela dit en toute sincérité, mais le vampire n'aurait que faire de ses paroles. Et il n'oublia pas la présence des membres de son propre peuple, qui paraissaient attendre avidement la suite de l'échange. Soit, puisqu'ils souhaitaient en profiter de toutes leurs oreilles, ils ne seront pas déçus. Là il leur jeta un regard noir et froid, tout en retirant sa main de ses côtes tourmentées

''Tu as besoin de sang donc.. c'est étonnant que tu aies jeté ton dévolu sur moi alors que ce ne sont pas les humains qui manquent. ''

Lui aussi parlait assez fort pour se faire entendre et il dressa le bras en direction de l'assemblée présente autour d'eux.

''D'aucun s'est proposé ? Aucun volontaire ? Peut-être parce que ce sont des Alayiens comme moi et que ce ne serait que souillure que de te satisfaire, toi un vampire alors que tu es tout comme eux un Protégé ? ''

Et là il n'allait pas en démordre.

''Si un des présents veut entendre mon histoire, alors qu'un d'eux se propose pour offrir son sang. N'est ce pas un des ''devoirs'' des protégés d'apporter le nécessaire à un autre Protégé ? Pour se soutenir mutuellement dans l'effort à apporter dans la lutte menée contre Vraorg ? Doit-on se fier à sa propre fierté ou à la raison ? Si d'aucun présent ne veut faire ce qu'il faut et qu'il désire entendre mes... exploits, alors qu'il sorte des rangs et vienne lever sa lame contre moi ! ''

Restait à voir si un audacieux oserait approcher. Alauwyr n'était pas en état de grâce mais il avait encore une solide réputation de bretteur. Peut-être que son état actuel ne lui permettrait d'être à la hauteur de ce qu'il était d'ordinaire, mais cela découragerait les moins téméraires. Puis ne préférant pas attendre qu'un fasse un pas en avant, il leva son bras, retroussa sa manche.

''Si tu as si soif, sers toi. Tu seras ainsi ravi de me voir devenir un des tiens peut-être. Je ne suis qu'un sale théocrate, mais je connais l'un des principes des protégés. Alors qu'attends tu ? ''

Intérieurement, il était dégoûté à cette idée, à en frémir, mais il montrait un regard déterminé et dur. N'avait-il pas fait le premier chemin sur la longue voie de la rédemption ? Lören se complaisait à le tourmenter pour la preuve d'arrogance qu'il avait commis à son égard auparavant...Peut-être qu'il était encore loin d'en avoir fini avec lui...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Ven 29 Juil 2016 - 17:06

Face à Loren, l'Alayien demeurait figé dans une attitude hiératique et conservait un sang-froid remarquable étant donné la situation. Toutefois, l'intendant n'était pas dupe et savait que derrière ce masque d'impassibilité, le fier guerrier éprouvait une cuisante humiliation. Quoi de pire que d'être ainsi désavoué par son propre peuple ? Et devant un vampire qui plus est. Non vraiment, la situation devenait de plus en plus amusante, pensa l'intendant.

Alauwyr soutenait son regard doré, sans ciller, et demeurait prudent, peut-être car il ne connaissait que trop bien les fourberies du nocturne. Par ailleurs, en tant qu'ancien Théocrate, sa situation restait délicate et il devait encore prouver sa loyauté envers les protégés.

D'une voix glaciale, ce dernier répliqua que sa mémoire fonctionnait très bien et que Christan Weren était le seul juge de la façon d'obtenir son repentir.

Loren haussa les épaules avant de répondre d'un ton cynique:

- Certes mais tu sais aussi bien que moi qu'il ne désapprouverait pas le fait que je te donne quelques leçons d'humilité. D'ailleurs s'il était là, il se délecterait certainement d'un tel spectacle...A l'instar de tes chers compatriotes.


Disant cela le vampire embrassa du regard les soldats Alayiens qui les encerclaient.

Quelle bande de charognards, songea t'il. Les humains avaient beau accuser ceux de son espèce de n'être que de vils prédateurs, dénués de la moindre empathie et de toute grandeur d'âme. Mais ils ne valaient guère mieux, parmi les leurs il n'avait souvent côtoyé que bassesse et couardise. Et certains possédaient une âme aussi sombre qu'un puits de ténèbres. Même si beaucoup l'ignoraient, ils n'avaient rien à envier aux créatures de la nuit.

Sans en démordre, Alauwyr continua à toiser son interlocuteur et émit une remarque lourde de sous-entendus quant au fait que celui-ci avait besoin de sang. Il en profita pour lancer une pique aux Alayiens présents, mettant en évidence le fait qu'aucun d'entre eux ne s'était proposé comme volontaire.

Le calme se fit soudain dans l'assemblée et un silence gêné succéda aux rires moqueurs et aux bavardages médisants.

Loren n'en connaissait que trop bien la raison, bien que protégé il demeurerait à jamais un être abject, mais cela lui était bien égal. Peu importait les pensées ou les préjugés des humains à son égard, il se considérait au dessus de tout cela.

Ayant regagné un peu de son panache, l'épéiste en profita pour lancer une tirade et inviter ceux qui voulaient entendre le récit de ses exploits à se porter volontaire pour un duel. Plusieurs soldats reculèrent en baissant les yeux, mal à l'aise. Bien qu'encore convalescent, Alauwyr demeurait un bretteur redoutable et rares étaient ceux assez téméraires pour l'affronter en combat singulier.

Ensuite, l'Alayien offrit son bras au vampire lui proposant de s'abreuver de son sang et de le métamorphoser en vampire.

En voyant le visage déterminé de l'ancien Théocrate et sa manche retroussée, Loren ne put s'empêcher d'éclater de rire. Puis, sans crier garde il empoigna le cou du soldat, pas assez fort pour le faire suffoquer mais suffisamment pour laisser la marque écarlate de ses doigts lorsqu'il relâcha son étreinte glacé.

- Je sais que tu frémis de dégoût à l'idée d'être changée en créature des ténèbres mais je ne te ferai pas cet honneur. Tu l'ignores peut-être mais dès l'instant où tu sera changé en vampire, tu perdras le plus infime souvenir de ton existence humaine. Ta fierté mal-placée, tes souffrances, tes joies, tout cela s'effacera et ne laissera place qu'à un vide incommensurable et à l'avidité du sang. Que peuvent valoir quelques heures de douleurs si tu devais goûter à la béatitude de l'oubli ? Je préfère que tu vives et que tu endures les tourments et les vicissitudes de ta condition de mortel. De plus, je suis respectueux des lois protégés, non pas parce que je me préoccupe de ta misérable carcasse mais car il y va de mon intérêt.

Loren darda ses iris mordorés dans ceux de son interlocuteur et poursuivit d'un ton mielleux:

- Crois moi, je boirai un jour ton sang mais tu l'offriras de ta propre volonté. Après tout, il faut bien s'entraider entre protégés. Par ailleurs, je suppose que je n'ai nul besoin de te rappeler toutes les courbettes que tu faisais à tes supérieurs vampiriques lorsque tu servais le blanc.

Tout d'un coup, un homme fendit la foule et s'approcha d'eux d'une démarche téméraire. Il avait une chevelure d'un noir de jais, des yeux couleur d'ébène et le visage parcouru par une longue cicatrice. Grand et dotée d'une musculature imposante, il empestait l'odeur âcre de la transpiration et la graisse d'oie qui servait à l'entretien des armures. Solidement armé, il dégaina son épée et la pointa en direction d'Alauwyr. Dans sa main, il tenait la cagoule de l'Alayien et la jeta aux pieds de ce dernier.

- Mon nom est Arank Kuskar, je suis Alayien et mon jeune frère est mort sous les coups des soldats Théocrates ! Puisque tu recherches un adversaire, que dirais tu d'un combat ? Un simple entrainement bien entendu car il nous est interdit de nous entre-tuer entre protégés, ajouta-il en arborant un sourire carnassier.

Autour d'eux, la foule était devenu fébrile et l'atmosphère électrique, les yeux se posaient successivement sur les deux Alayiens.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Sam 30 Juil 2016 - 12:06

Alauwyr porta par réflexe ses mains autour des poignets à la peau froid du vampire, grimaçant sous sa forte poigne qui lui enserrait le cou. Lören serrait juste assez pour imposer la marque de ses doigts. Quand celui-ci retira sa main, l'Alayien se frotta le cou malmené, avec un rictus grimaçant. Il ne s'était pas attendu à cette réaction, pourtant, il avait tout fait pour la provoquer. Il garda un instant le silence, avant de finalement de décider à ouvrir la bouche. Mais un homme fendit la foule présente et déclara son identité, tout en sortant son épée et de jeter la capuche d'Alauwyr à ses pieds.

Le message était clair : le dénommé Arank Kuskar le défiait. Enfin pour un défi... on y verrait plus là un désir de vengeance histoire de se défouler de la perte de son jeune frère, mort sous les coups des Théocrates... Et comme Alauwyr avait un peu ouvert de lui-même les confrontations. Alauwyr le fixa d'ailleurs en silence avant de plonger son regard sombre dans ceux plus que ravis de ce fichu vampire.

''Ne viens pas te plaindre de l'occasion raté. Et tu as une sacrée notion de l'acte volontaire... et pour te répondre, je n'ignore pas ce que provoque la transformation d'un mortel en vampire. Mais peut-être que ce que tu évoques quand à ça n'est que mensonge... Qui sait réellement ce que devient l'être en revenant à la vie.. Tu dis qu'il perd ses souvenirs, mais qu'en est-il de son essence même ? ''

A ces yeux, l'essence profonde d'une âme ne changeait pas. La personnalité d'un individu se conditionnait certes par les souvenirs, mais l'âme en elle-même, pour l'Alayien, jouait beaucoup.

''Peut-être qu'à ton retour à la vie, la perte de tes propres souvenirs a fait que tu as ressenti une profondeur frayeur, une peur panique même... Pour en parler avec une si grande profondeur, tu évoques cela par ta propre expérience n'est ce pas ? ''

La question était plus affirmative qu'interrogative. Alauwyr reporta son attention sur celui qui le défiait.

''Je suis à toi Arank Kuskar.''

Il n'eut qu'à faire quelques pas pour prendre un bâton qui traînait à côté. Il l'avait pas le droit au port d'arme à cause de sa situation et comme l'autre prétendait que ce ne serait pris que comme un entraînement... chose qu'il doutait d'ailleurs... Il devra jouer sur son agilité pour esquiver l'épée de l'autre Alayien et le frapper comme il en convenait.

Il fit face à son adversaire.

''Ton frère est dans les Bras de Néant, mais là tu agis en son nom pour réclamer vengeance et cela contre un autre Alayien. Agis pour son honneur et non pour ta soif de représailles''

Il se tenait prêt, attendant que l'autre duelliste ouvre les offensives. Et Lören de son côté devait être en train d'afficher un sourire des plus ravis.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Sam 30 Juil 2016 - 21:54

Au moment où Loren saisit Alauwyr par la gorge, ce dernier s'agrippa à son poignet et le vampire put lire de la surprise et de la colère dans ses prunelles exorbitées. Visiblement, il ne s'attendait pas à un tel geste de la part de l'intendant et cela en dépit de ses provocations répétées. Décidément, cet humain m'étonnera toujours, pensa Loren.

Quand ce dernier relâcha sa prise, l'Alayien s'empressa de masser son cou endolori et de reprendre son souffle. Il releva la tête et lança un regard vipérin à son vis-à-vis avant de répliquer d'une voix encore haletante.

Les yeux dorés du vampire s'étrécirent et il répondit d'un ton glacial mais parfaitement calme.

- Ne me prends pas pour un imbécile, tu sais très bien ce qui se passerait s'il me prenait l'envie de te planter les crocs dans l'avant-bras. Lorsque je parlais de don volontaire, il s'agissait simplement d'offrir ton sang pour que celui-ci soit conservé dans des jarres et serve à sustenter les vampires protégés.

Puis après un bref instant de silence, ce dernier poursuivit:

- La peur d'avoir perdu mes souvenirs d'humain ? Détrompe toi, je considère au contraire qu'une existence d'immortel m'a libéré des vicissitudes de la condition humaine. Or, je préfère que tu continues à porter ton fardeau de mortel, cela représente une meilleure punition que de te changer en créature des ténèbres. Quant à ce que tu nommes "essence" des êtres, je ne la crois pas immuable mais changeante, rien ne prouve que si je te transformais en un Alauwyr vampirique tu conserverais des traits de ton ancien "moi". Peut-être ta personnalité serait radicalement différente de celle que tu possèdes à présent.

Soudain, un homme s'avança vers eux et provoqua l'épéiste en duel sous le regard médusé de l'assemblée.

D'où sort-il celui-là ? se demanda le nocturne en tournant la tête dans sa direction. Le nouveau venu se présenta sous le nom d'Arank Kuskar, un soldat Alayien. Celui-ci désirait venger son frère défunt et à ses yeux Iskuvar représentait le coupable idéal. Après tout, la haine et le ressentiment constituaient les plus puissants des stimulants pour un affrontement. Un bretteur animé par le désir de vengeance était souvent capable de se battre avec plus d'acharnement que celui pour qui l'art de la guerre ne représentait qu'un simple divertissement.

Fidèle à lui-même, l'épéiste accepta le duel; probablement à cause de sa suffisance légendaire, songea Loren. L'homme s'arma d'un simple bâton alors que son adversaire avait dégainé une solide épée. Vu de l'extérieur, cela ressemblait au combat inégal d'un géant contre un nain. Mais Alauwyr espérait sans doute utiliser son agilité et sa rapidité, supérieures à celle de Kuskar afin d'avoir le dessus.

Autour d'eux la foule formait un cercle et suspendait son souffle, concentrée sur le moindre geste des deux combattants. L'intendant, lui-même, n'en perdait pas une miette et ses lèvres fines affichèrent un sourire moqueur.

Kuskar se tenait à plusieurs mètres d'Iskuvar, le jaugeant du regard et braquant son épée dans sa direction, prêt à bondir. Tout d'un coup, il se rua sur son adversaire en poussant un beuglement animale et son arme fendit l'air avant de frapper violemment le sol.

Le premier coup venait d'être esquivé mais l'homme ne comptait pas en rester là et il porta un deuxième coup qui cette fois heurta le bâton dans un bruit sec. D'autres tentatives furent suivies de plusieurs parades de l'épéiste.
L'affrontement se poursuivit pendant de longues minutes et de la sueur commença à dégouliner sur le front de Kuskar. Son armure le gênait dans ses mouvements et la chaleur de la journée rendait l'atmosphère de la grotte quasi suffocante.

Après qu'Alauwyr ait contré une nouvelle attaque, Kuskar fut déséquilibré par un croche-pied et s'effondra sur le sol. Ce dernier en profita pour s'emparer d'une poignée de sable, se releva et la lança vicieusement en pleine figure de son assaillant afin de l'aveugler !

Ensuite, le souffle court, l'homme dit d'une voix dédaigneuse:

- Assez perdu de temps à ces enfantillage, que dirais tu de nous affronter comme de vrais hommes ? Au corps à corps et à mains nues !

Disant cela, il s'empressa de retirer sa lourde armure et jeta son épée au loin. Puis il serra les poings, faisant craquer ses articulations. Mesurant prés d'un mètre nonante et semblant peser presque cent kilos, ses muscles épais et noueux montrait un homme vigoureux, aguerri à la lutte et à l'exercice physique.

Un sourire mauvais se dessina sur son visage et sans avertir, il chargea sur Iskuvar en hurlant !

- Par Néant ! Sus au traître ! Vermine, tu vas payer pour tous nos soldats morts au combat !

Kuskar l'agrippa par la taille et le déséquilibra en tombant sur lui de tout son poids et lui flanqua une volée de coup de poing en plein poire ! A voir la hargne qui l'animait, on aurait dis qu'il déversait des mois de rancœur contenue sur le visage du pauvre Alauwyr.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Dim 31 Juil 2016 - 15:26

Peut-être que la présence impromptue du demandeur du combat fut une veine comme une aubaine pour Alauwyr, qui n'eut pas besoin de répondre à Lören. de toute façon, c'était peine perdue n'est ce pas ? Autant chercher à causer à un mur de pierre pour le faire pleurer des larmes de sang. Alauwyr s'était donc résigné à ne pas répliquer de mots ou autre au vampire et s'était concentré sur son adversaire, qui paraissait bien déterminé à assouvir sa vengeance. Quoi d'autres si ce n'était que cela ?

Le combat s'engagea donc quand l'autre Alayien chargea Alauwyr comme un boeuf. Comme si se jouait dans la force physique. Alauwyr n'eut aucun mal pour la première charge à esquiver mais il dut serrer les dents pour ne pas se faire frapper par les autres coups que Kuskar tentait de lui asséner. Mais au bout de quelques minutes, Alauwyr en eut assez et ayant suffisamment évalué son adversaire, il réussit à le faire choir d'un croche-pied. Kuskar s'effondra lourdement sur le sol. Mais il n'avait pas dit son dernier mot. Il attrapa une poignée de sable qu'il jeta à la face de l'épéiste. Alauwyr trébucha de surprise devant cette attaque sournoise. Il se frotta les yeux.

Le temps qu'il éclaircisse sa vision, Kuskar eut le temps de retirer son armure et de se défaire de son arme. Alauwyr grimaça. La soif de vengeance aveuglait l'autre bourrin. Plus encore quand ce dernier chargea sans prévenir, attrapant sa cible à la taille. La rencontre avec le sol fut douloureuse pour l'épéiste. Mais ce n'était rien en comparaison ce qui lui tomba dessus à renfort de coups de poings bien percutants.

Alauwyr réussit à mettre ses bras devant son visage pour tenter de se protéger de la pluie de coups, qui manqua de l'assommer sérieusement d'ailleurs. Sans doute par force d'expérience, il sut décocher un coup de poing direct, qui lui offrit assez de temps pour se permettre de repousser la masse de muscle d'un coup de jambe. Là, malgré le sang qui lui aveuglait la vue, les lèvres grimaçantes, il décocha un autre coup de pied et cette fois dans la figure de Kuskar. Peut-être entendit-il un craquement cartilagineux, ou peut-être pas, mais cela suffit à son forcené d'adversaire de reculer encore. Alauwyr se redressa sur le côté et n'attendit pas pour décocher un autre coup de poing, délivrée avec hargne.

Quand il se redressa en vacillant sur ses appuis, Kuskar était encore à chercher à se redresser, tout en injuriant Alauwyr de tous les noms possibles et inimaginables. L'Alayien l'écoutait à peine, voguant dans une brume qui lui donnait l'impression d'entendre des sons étouffés. Là où Kuskar saignant d'un nez qui gonflait à vue d'oeil, Alauwyr n'était pas mieux : Les lèvres éclatés et les pommettes en train de tuméfier, à défaut de saigner par des entailles reçues des coups de poings, dont une au front qui saigner abondamment.

D'un pas encore chancelant, Alauwyr se frotta les yeux du revers de la main et lorgna froidement Kuskar.

''Fin de l'entraînement ! ''

Et il décocha un dernier coup de pied dans le flanc de l'Alayien, l'obligeant à se retrouver à plat ventre une fois encore. Alauwyr cracha le sang qui avait envahi sa bouche, avant d'essuyer ses lèvres d'un autre revers de la main.

''Vraorg n'aura pas besoin de nous anéantir si d'autres comme toi décident de se laisser aveugler par ses propres ressentis. Garde ta soif de vengeance pour les adversaires se trouvant de l'autre côté de la Frontière ! Au lieu de prendre le premier repenti venu pour te défouler. ''

Il ravala sa salive qui avait un fort goût de sang et adressa un dernier regard glacial à Kuskar. Il pourrait le plonger dans le déshonneur s'il le souhaitait, mais sa défaite lui suffirait pour lui remettre du plomb dans la cervelle ; du moins il l'espérait. Il inspira un bon coup et s'en retourna pour rejoindre l'infirmerie... quand il refit face à Lören. Le vampire n'était pas prêt à le lâcher.

''Satisfait ? Et que vas tu dire cette fois ? Toute cette perte sanglante gaspillée n'a pas du te déplaire, au contraire. Maintenant si tu veux bien, j'ai affaire....''
Avec la grande question de comment il allait se justifier pour expliquer son état. Autant le guérisseur allait faire un sacré saut au plafond, mais les gens chargés de veiller à son "repenti'' auront de quoi avoir bien des pensées et à exiger eux aussi des explications.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Dim 31 Juil 2016 - 20:14

L'intervention d'Arank Kuskar ne laissa guère à Alauwyr l'opportunité de répondre aux propos acides de l'intendant. Sans doute préférait-il déclarer forfait car Loren usait de sa verve comme d'une lame acérée. Rares étaient ceux capables de lui tenir tête dans ce domaine et l'Alayien semblait plus prompt à brandir une arme qu'à faire preuve de finesse d'esprit.

Mais qu'importe, le spectacle qui allait se dérouler sous ses yeux promettait d'être particulièrement divertissant. Les deux hommes se faisaient face, s'évaluant mutuellement du regard, à l'intérieur du cercle formé par la foule compacte de soldats.

Le vampire pouvait percevoir le rythme sourd de leurs battements cardiaques et ressentir l'excitation croissante qui emplissait l'atmosphère.

Kuskar tenait fermement son épée, la garde levée, en position d'attaque tandis qu'Iskuvar, armé d'un simple bâton, se contentait d'adopter une posture défensive, prêt à esquiver.
Chacun retenait son souffle, attendant que s'amorce le début des hostilités. Ce fut Kuskar qui s'élança le premier sur son adversaire tentant de le gratifier d'un coup d'épée. Hélas, caparaçonné dans sa lourde armure, ce dernier rata à plusieurs reprises sa cible.

Loren observait le duel avec perplexité et laissa s'échapper un soupir de mépris en songeant que ce soldat Alayien était un lourdaud doublé d'un benêt. Quelle idée de se lancer à l'assaut, affublé d'un attirail d'acier, surtout face à un opposant plus léger et rapide ! Loren n'aurait jamais commis une erreur aussi grossière s'il s'était trouvé à la place de Kuskar.

Ce dernier transpirait et soufflait comme un bœuf et le combat paraissait tourné à son désavantage. Quant tout d'un coup, il tenta de prendre l'épéiste en traître en l'aveuglant avec une poignée de sable. Ce geste pernicieux lui laissa l'occasion de se débarrasser de sa prison de métal et de sa lame.

Loren ne quittait pas les deux humains du regard, apparemment les choses allaient se corser pour Alauwyr. Le soldat Kuskar paraissait déterminé à poursuivre l'affrontement et n'avait pas prononcé son dernier mot.

Avec une force décuplée par la colère, il se jeta sur son adversaire et le roua de coups de poings. De l'endroit où il se trouvait, Loren jouissait d'une vue parfaite et se délectait du spectacle.

Après quelques minutes durant lesquelles les coups pleuvèrent avec férocité sur son visage, Iskuvar parvient à se libérer de la vindicte de son assaillant. Il le repoussa d'un violent coup de pied et lui rendit coup sur coup avant de le faire s'effondrer, ventre à terre, sur le sol.

Cet acte signifiait la fin de l'entraînement: Kuskar avait perdu et l'épéiste préférait en demeurait là. Par ailleurs, le visage tuméfié des deux hommes et les nombreuses ecchymoses qui parsemaient leurs corps montraient qu'ils étaient parvenus à la limite de leurs forces.
Mieux valait donc en rester là avant que l'un d'entre eux, voire les deux, ne soient blessés.

Le vampire afficha une moue boudeuse et maugréa entre ses dents:

- Quoi ? Déjà ? J'aurais préféré que ce combat dure plus longtemps, c'est tellement amusant de voir des humains se taper dessus. Puis, il ajouta avec un sourire faussement contrit.
- Mais quel dommage que vous fatiguiez si vite et soyez des êtres si fragiles. L'odeur fraîche du sang chatouille mes narines à plein nez...

En effet, le sang dégoulinait du nez et de la lèvre fendue d'Alauwy, formant des traînées écarlates, et son adversaire n'était pas en reste.

L'épéiste s'avança en direction de Loren qui se tenait campé devant lui, les bras croisés sur sa poitrine et barrant le passage.

D'une voix glaciale, l'Alayien lui lança une pique concernant l'effusion de sang qui venait d'avoir lieu et s'apprêtait à quitter l'endroit pour se rendre à l'infirmerie.

- Si tu tiens tant à aller te faire soigner, je t'accompagne, susurra le nocturne d'un ton patelin. Comme je te l'ai dis tout à l'heure, ce n'est pas ton joli petit numéro qui te fera te débarrassé de moi. Et je doute fort qu'il te reste suffisamment d'énergie pour une nouvelle séance d'entraînement avec moi comme adversaire, d'autant plus que je suis beaucoup plus rapide et coriace que notre ami Kuskar...

Disant cela, les iris mordorés de l'intendant se tournèrent vers l'homme qui venait de se relever péniblement. Celui-ci fusilla Alauwyr du regard et cracha du sang, dans un geste dédaigneux, à l'instar de son assaillant. Ensuite, il dressa un doigt accusateur dans sa direction et cria d'une voix haineuse.

- Tu prétends qu'il faut garder nos forces pour combattre Vraorg, certes mais les choses ne vont pas en rester là Alauwyr Iskuvar, tu as peut-être gagné ce combat mais crois moi, un jour...j'aurai..
.Le soldat ne parvient pas à poursuivre sa phrase car son visage était déformé par un rictus de douleur et ses pupilles se dilatèrent.

Soudain, ce dernier s'écroula sur le sol, le corps saisit de violentes convulsions qui durèrent plusieurs minutes. Lorsque les soubresauts cessèrent, un jeune homme s'approcha de lui et l'examina avec anxiété.

- Il ne respire plus et je crois que son cœur s'est arrêté de battre, s'écria t'il d'une voix blanche en jetant un regard affolé en direction de Loren et d'Alauwyr.

L'intendant se tourna vers l'épéiste et le morigéna:

- Hé bien bougre d'imbécile, ne reste pas planté là il faut que nous le transportions en urgence à l'infirmerie, sauf si tu désires avoir sa mort sur la conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Lun 1 Aoû 2016 - 20:00

Alauwyr se retint de lâcher un juron et se contenta de serrer les lèvres. Après avoir jouer une fausse déception quand à la durée du duel, Lören exprima joyeusement son désir de l'accompagner et de faire une sournoise allusion à un possible entraînement en sa compagnie. Alauwyr serra les lèvres, préférant de rien répliquer. S'il l'ouvrait, il ne ferait que tendre une perche avec laquelle se faire battre. Car il avait bien compris où Lören voulait en venir : rappeler à Alauwyr leur première rencontre où l'humain l'avait pris de haut.

Si le vampire cherchait à démontrer de sa forte supérieure, il devrait attendre que l'Alayien soit en meilleur forme. Bien plus rapide et plus fort qu'un être humain, pour sûr qu'il aurait de quoi l'emporter. L'Alayien ne se rabaisserait donc pas à ces futilités.

Kuskar avait fini par se relever. Alauwyr gardait l'oeil sur lui, s'attendant encore à une vilenie de sa part. Ses vindicatives hargneuses auraient pu aboutir s'il n'avait pas été pris soudainement d'une violente douleur, à voir son visage tordu par une souffrance venue d'on sait où. Et quand il s'effondra sur le sol, ce fut pour être pris de spasmes. Jouait-il la comédie ? Pas à la confirmation d'un jeune homme sorti des rangs de la foule pour aller de quoi il en retournait. Et à l'entendre paniquer....

Alauwyr était resté de marbre. Ce n'était pas la première fois qu'il voyait la mort emporter son dû et pour Kuskar, sans doute un de ses coups de pieds avait dérangé quelque chose dans le corps de ce bovin. Il foudroya du regard le vampire qui était en train de l'enguirlander.

''Il n'en serait pas là si tu ne m'avais pas empêché de passer. Tout ce que tu cherches est... ah et va te faire voir ! ''

Non pas qu'il allait avoir la mort de l'autre bougre sur la conscience, c'était plus la responsabilité dans cette histoire qui serait question. Toute la foule -et Lören- avaient été témoin du combat. Il ne perdit pas de temps pour rejoindre le corps inanimé de Kuskar et poussa le gosse d'une main ferme. Il plaqua son oreille contre le torse immobile de Kuskar et se pinça les lèvres. En effet son coeur ne battait plus. Il n'allait pas avoir le choix.

Il osa sa main gauche, paume contre l'emplacement du coeur de l'homme à terre et ferma le poing droit, avant de frapper sa main posée sur la poitrine. Les dents serrés, il frappa avec une force mesuré plusieurs fois de suite. S'il venait à crever celui là...

Kuskar eut un soubresaut et se mit à tousser. A demi-soulagé, Alauwyr commença à se relever.

''Surtout ne bouge pas et attend qu'on t'emmène en civière à l'infirmerie. ''Il désigna deux autres personnes non loin de lui''Toi et toi... Trouvez de quoi l'emmener et vite... Et perdez pas de temps par Néant !

Son ton injontif les fit presque sursauter et ils s'activèrent à faire ce qui devait être fait. Et quand Kuskar fut rapidement emmené à l'infirmerie, Alauwyr passa une main sur son visage las. Déjà il se mit à suivre le sillage de Kuskar, avant de lâcher à Lören.

''Suis moi donc si tu as vraiment du temps à perdre...''

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Mer 3 Aoû 2016 - 14:52

A la fin de cet duel pour le moins tourmenté, Alauwyr se dirigea vers le vampire, espérant le déloger de l'endroit où il se tenait campé afin de se rendre à l'infirmerie.
Mais visiblement, Loren ne l'entendait pas de cette oreille et semblait encore prêt à en découdre; il n'hésita d'ailleurs pas à faire une allusion perfide concernant une éventuelle séance d'entraînement entre lui et l'épéiste.

Certes, le nocturne n'ignorait pas l'issue d'un tel affrontement car sa condition de vampire le rendait supérieur à n'importe quel combattant humain, peu importe le niveau de maîtrise de celui-ci. En un sens, les dès étaient pipés et Alauwyr ne pouvait pas l'emporter.

Toutefois, l'attitude bravache de l'Alayien pouvait le conduire aux pires extrémités comme la fois où ce dernier l'avait menacé avec son épée devant un poste de garde à Caladon.

Iskuvar se contenta de gratifier son vis-à-vis d'un regard vipérin, en serrant les dents et s'apprêtait à quitter les lieux. Lorsque tout d'un coup, Kuskar dont le visage portait les stigmates du récent affrontement se releva péniblement et lança des paroles menaçantes à l'attention de adversaire.

Loren songea que celui-ci n'avait pas encore eu sa dose de bastonnade et qu'il semblait prêt à reprendre le combat. Mais contre toute attente, l'homme fut défiguré par la douleur et s'écroula sur le sol, en proie à une crise de convulsion. Dans sa poitrine, le cœur de l'homme battait la chamade avant qu'il ne s'arrête brutalement et que cesse les soubresauts.

- Un arrêt cardiaque, pensa Loren. Ce n'était guère étonnant car après un affrontement aussi physique et les coups reçus en pleine figure, l'humain devait certainement souffrir d'une commotion cérébrale et d'une hémorragie interne, ce qui avait provoqué une attaque cardiaque ou un accident cardio-vasculaire.

Un gamin, mal dégrossi, s'approche du corps du soldat inerte et s'écria, les yeux remplis de terreur, que l'homme ne respirait plus et qu'il ne percevait aucun pouls.

Des murmures inquiets parcoururent la foule des soldats, occupés à observer la scène mais aucun ne fit un seul geste. Tous demeuraient figés et leurs regards se tournèrent en direction du vampire et de l'Alayien.

Loin de se laisser gagner par la panique, Alauwyr demeura impassible, ne laissant aucune angoisse transparaissait sur son visage marmoréen. Il renvoyait l'image d'un combattant aguerri par des années de lutte acharnée durant lesquelles celui-ci avait côtoyé l'ombre de la mort à de nombreuses reprises. Un phénomène aussi banal que voir un homme passé de vie à trépas ne pouvait guère l'émouvoir ou perturber son mental d'acier.

Cependant, la situation actuelle se révélait quelque peu délicate car Kuskar était un protégé et que de nombreuses personnes pouvaient témoigner de leur affrontement.
A coup sûr, cette histoire risquait de lui retomber dessus et il risquait de sérieux démêlés avec la justice du Protectorat.

A la remarque de l'intendant, Alauwyr se contenta de grincer entre ses dents que ce pauvre hère n'en serait pas là si le vampire l'avait laissé passer pour se rendre à l'infirmerie.

- Non mais quel toupet, je te signale que c'est toi qui lui a balancé un coup de pied en pleine tronche. Tu l'as sûrement gratifié aussi de coup de poings mal placés et je ne vois pas en quoi c'est moi le fautif. De plus rien ne t'obligeait à accepter ce duel "d'entraînement", à peut-être ton fichu orgueil.
..lâcha le nocturne d'un ton vibrant d'agacement.

Gardant son sang froid, l'épéiste se dirigea vers le corps inerte du soldat inconscient et entreprit de lui faire un massage cardiaque pour le ranimer.
Après un instant où chacun demeurait immobile, le souffle suspendu, dans un silence pesant; Kuskur se mit à tousser, reprenant doucement connaissance. Son visage conservait une pâleur cireuse et il paraissait très mal en point.

D'une voix impérieuse, l'Alayien ordonna à deux personnes présentes de l'installer sur une civière et de le transporter. Puis, il lâcha à Loren de le suivre si celui-ci avait du temps à perdre.

Le vampire haussa les épaules:

- Allons donc, j'ai tout mon temps car j'ai l'éternité devant moi. Tu devrais pourtant savoir que pour moi quelques heures valent à peine quelques secondes d'une existence humaine.

Ensuite, ils s'acheminèrent vers l'infirmerie et une grosse matrone, une soigneuse, s'avança vers eux fixant le corps de l'homme allongé sur la civière. Elle s'agenouilla et posa la main sur son front blême et en relevant la tête, son regard tomba sur le visage d'Alauwyr.

- Par le grand Dracos ! Que vous est il arrivé ? Vous m'avez l'air bien amoché avec votre lèvres fendue et vos yeux au beurre noir ! s'écria t'elle d'un ton alarmé. Puis d'une voix sévère, elle demanda en fronçant les sourcils et en désignant Kuskar du menton.

- Et lui qui l'a mis dans cet état ? . Son visage est couvert d'ecchymoses et son nez est aussi gonflé qu'une patate. J'attends une réponse honnête de votre part.

Loren pouffa de rire et chuchota malicieusement à l'oreille de l'épéiste.

- Tu comptes tout lui expliquer ou tu veux que je m'en charge ? Madame n'a pas l'air commode.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Dim 7 Aoû 2016 - 15:59

Forcément, Lören n'avait pas apprécié la réplique de l'humain. Mais peu importait sur l'instant qui appelait à l'urgence. Même pas fichu d'assumer le lien de cause à effet. Et après c'était lui qui osait parler d'orgueil ? L'Alayien aurait eu de quoi ricaner. Mais heureusement, il ne pensa qu'à faire le plus important à savoir sauver cet imbécile de Kuskar. On l'emmena d'ailleurs à l'infirmerie et quand l'Alayien suivit le sillage de l'autre mal en point, Lören chemina non loin de lui, non sans un certain plaisir intérieur ; qu'Alauwyr pensait. Et une fois à l'infirmerie....

Une infirmière bien en chair et qui démontrait déjà de son sale caractère par le regard qu'elle jeta aux arrivants s'était vite approché de Kuskar pour poser sa main sur le front du blessé. Le vampire n'en perdait pas une miette et bien entendu, se fit un devoir d'ouvrir sa bouche pour asticoter Alauwyr. L'humain grimaça et retient une insulte. Il repoussa doucement son interlocuteur à dents longues trop collant à son goût.

''Je n'ai pas besoin de toi pour faire ce que j'ai à dire. ''

Lui au moins n'avait pas peur d'assumer ses actes. Même s'il n'était qu'un Théocrate sous la surveillance des Protégés.

''C'est moi qui l'ai mis dans cet état. Un simple règlement de compte que celui-ci qui gît dans cette civière a voulu faire passer pour un entraînement. Vous feriez mieux de vous en occuper en premier, sa poitrine n'a sans pas apprécié un coup reçu de ma part. ''

Au vue de son statut actuel, ce n'était pas qu'à la soigneuse qu'il devra rendre des comptes. Et en plus avec Lören à ses côtés, il ne doutait pas une seule seconde que ce bougre guettait le moins de ses mots pour ensuite rajouter sa couche. Mais le connaissant, cette sale fouine contestera ses dires. Par fierté ou par nécessité ou peu importe la raison, Alauwyr n'évoqua pas que la rixe s'était déroulée à cause d'un attroupement provoquée par Lören

''Cet homme là a cru bon s'en prendre à moi pour passer la douleur de la perte de son frère tué par des Théocrates et comme j'en suis un à ses yeux, il a tenté de passer sa vengeance sur moi. Mal lui a pris de croire qu'il le remporterait...

Il était inutile de rappeler à cette matrone dans quel état il se trouvait. Fort de constater qu'elle parut sceptique quand à ces révélations, ayant sans du mal à croire que l'épéiste avait pu mettre dans un sale état un homme de la carrure de Kuskar.

''Il a été pris de convulsions et son coeur s'était arrêté avant qu'on ne vous l'amène. D'om la priorité des soins pour lui. Quand à moi, je serai dans la salle commune. N'hésitez pas à prévenir les responsables protégés, car je ne doute pas un seul instant que cette histoire leur soit déjà arrivée aux oreilles. ''


Sur ces derniers mots, il rejoignit alors la dite salle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Dim 7 Aoû 2016 - 18:06

Après que Loren ait tenu des propos un tantinet espiègles à l'oreille de l'épéiste, ce dernier se contenta de grommeler, retenant les injures qui lui montaient aux lèvres. Il se contenta de répliquer qu'il n'avait nullement besoin du vampire pour savoir ce qu'il devait dire.

La Matrone rondelette continuait à les fixer d'un air sévère et fronça les sourcils de désapprobation lorsque Alauwyr lui fit part de l'affrontement qui avait eu lieu.

Le visage de la femme arbora une expression de scepticisme suite à votre explication pour le moins sujette à caution. Iskuvar s'empressa d'ajouter certaines précision sur l'état de Kuskar en rapportant la crise de convulsions ainsi que l'arrêt cardiaque qui avait suivi.


- Ce n'est pas à moi de régler ce genre de situation mais sachez qu'il interdit de se battre entre protégés. Elle soupira avant d'ajouter: je suis donc dans l'obligation d'en informer l'un de vos supérieurs et c'est lui qui fera la lumière sur cette sordide affaire. Quel est votre nom et votre fonction ?


Puis, la soigneuse se pencha et examina la poitrine de Kuskar durant quelques instants avant d'ajouter d'une voix grave à l'intention de l'épéiste.

- Vous avez eu de la chance qu'il ne soit pas mort car son cœur aurait pu ne jamais repartir. Dès lors, vous auriez du en répondre devant la justice du Protectorat. Un règlement de compte ne justifie pas de tuer quelqu'un. Mais vous avez de la chance car cet homme est très costaud, quelques jours de repos et il sera de nouveau sur pied.

Après cela l'Alayien s'empressa de rejoindre la salle de repos, suivi du Vampire qui visiblement ne désirait pas le laisser en paix. Dès leur entrée, plusieurs hommes, fatigués, et blessés pour certains tournèrent leurs regards en direction des deux acolytes.

Loren s'adossa contre un mur, les bras croisés sur sa poitrine, tout en affichant un sourire amusé à l'attention de l'épéiste.

- Puisque nous sommes là, que dirais tu de donner un peu de ton sang à une soigneuse pour qu'elle le récolte dans une jarre et pour que j'en fasse mon prochain repas ? Il est interdit aux vampires de tuer pour se nourrir et je n'ai encore jamais goûté de sang Alayien. Et je commence à avoir un petit creux.

Pendant ce temps une jeune fille à la chevelure rousse et au visage piqueté de tâches de rousseurs, s'approcha du soldat et lui proposa de commencer à soigner ses blessures au visage.

Elle venait à peine de commencer sa tâche, qu'un officier entra dans la pièce et avança d'un pas ferme en direction d'Iskuvar.

- On m'a rapporté qu'un homme venait d'être blessé à cause de vous; je tiens à vous rappeler les lois du Protectorat. Il est interdit de combattre un autre protégé, nous avons déjà suffisamment de pertes comme ça sans que des duels entre alliés ne causent de nouveaux blessés voire des morts. En plus en tant qu'ancien Théocrate, vous êtes encore dans une période de mise à l'épreuve. Qu'avez à dire pour votre défense ? Termina t'il d'un ton autoritaire, gardant les yeux rivés sur l'épéiste.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Mar 9 Aoû 2016 - 11:07

Sans blague que les protégés n'avaient pas le droit de se battre, avait-il songé.

''Faites ce que vous avez à faire. Je ne cherche pas à dissimuler mes actes...''

En même temps, il n'avait pas à narrer tous les faits et leur profondeur à la guérisseuse. N'étant pas celle qui viendra après exiger des explications et appliquer les lois protégées en question... Puis quand à la chance qu'il avait eu que Kuskar soit encore en vie... Il avait répondu ceci :

''Il a surtout eu de la chance qu'on n'était pas sur un champ de bataille..''

Il sous entendait là qu'il aurait très bien pu le tuer ou le laisser mourir sur le sol, au lieu de s'en préoccuper. En tout cas, il n'avait pas été étonné que la soigneuse n'ait pas fait de commentaires à l'égard de Kuskar. Plus costaud et surtout en meilleur santé que lui juste avant de commencer les hostilités.

Dans la salle de repos, Alauwyr se trouva une chaise et se contenta de plisser les yeux à l'encontre de Lören, toujours décider à ne pas le quitter comme une sangsue accrochée à sa proie... D'ailleurs il était une sangsue mais sur deux jambes et il eut l'affront de lui demander du sang... Tout cela parce qu'il commençait à avoir un petit creux.

''Tu attendras qu'elle te confirme si c'est possible. Tu sauras bien tenir ton appétit en berne le temps de toute cette histoire, dont tu es indirectement le responsable. Et ne le nie pas ! ''

Oh pour sûr qu'il allait attendre le vampire...S'il avait vraiment faim bien entendu, il aura l'estomac sur les talons. Une jeune rouquine se présenta et proposa de s'occuper de l'entaille aux lèvres de l'Alayien ainsi que des ecchymoses qui étaient désormais bien visibles sur son visagea. Alauwyr se contenta d'un simple hochement de la tête et à peine la jeune femme avait-elle commencé à tamponner sa lèvres fendue qu'un officier protégé se ramena vers lui. Par Néant ! Jamais il n'aura la paix ! Et tout cela rien que par la présence de Lören... Il provoquait et attirait les ennuis à lui tout seul celui là !

Il regarda l'interrogeant droit dans les yeux.

''Que je n'ai pas été le premier à provoquer les hostilités. Je reconnais avoir relevé le ''défi'' lancé par Kuskar. J'ai néanmoins respecter les autres lois, à savoir en vue de mon statut actuel de pas avoir d'armes en même. Lui avait son épée et moi juste un bâton pour me défendre. Un entraînement qu'il avait évoqué. C'est lui qui a décidé d'en venir aux poings par la suite. ''

En somme, il aurait du se laisser corriger sans rien dire. Mais il y avait des limites qu'il ne pouvait accepter.

''J'aurai pu très bien le laisser crever à terre, au vue de son comportement. Mais il est là-bas, dans de bonnes mains et survivra. Un autre protégé ne doit pas combattre un autre protégé, mais je ne crois pas qu'il prenait mon cas comme intégrant cette loi. Est ce qu'un ancien théocrate qui est en ''épreuve'' est considéré comme un Protégé à part entière ? Allez le lui demander...Et demandez lui aussi si la rage de la perte de son frère de la main des théocrates étaient une excuse pour lancer l'affrontement. Et pour parfaire votre rapport, ce ne sont pas les témoins qui manquent pour vous narrer les faits...''

Il ne quittait pas du regard l'officier. Au moins ne voyait-il pas Lören... Car celui-ci pourrait très bien rajouter sa propre sauce à l'histoire pour la rendre encore plus fade... S'il pouvait l'oublier celui-là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Mar 9 Aoû 2016 - 15:00

Aux remarques de la guérisseuse, Alauwyr répliqua avec la verve qui le caractérisait qu'il ne cherchait pas à dissimulait ses actes. Par ailleurs, Kuskar était chanceux qu'ils ne soient pas trouvés sur un champ de bataille car l'épéiste aurait pu l'abandonner à son triste sort, sans l'ombre d'un remord.

Puis, il quitta l'endroit pour rejoindre la salle de repos, accompagné du vampire qui le suivait comme son ombre. Celui-ci lui fit même l'affront de lui demandé un peu de son sang afin de combler sa soif.

Agacé par cette demande, inappropriée étant donné les circonstances, l'Alayien répondit d'un ton cassant que Loren pouvait bien attendre que cette histoire soit réglée, d'autant plus qu'il en était indirectement le responsable.

Dès après leur arrivée, une jeune rouquine commença à prodigué à Alauwyr les premiers soins sous le regard amusé du nocturne. En effet, l'homme n'était pas beau à voir, du sang coagulé et des ecchymoses violacées recouvraient son visage. Kuskar possédait des poings d'acier et représentait un redoutable combattant, en dépit de sa défaite.

Quelques minutes s'étaient écoulées depuis le début des soins de la jeune fille, lorsque un officier protégé fit irruption dans la salle, un air sévère inscrit sur son visage.

- On dirait bien que les ennuis continuent pour toi...murmura Loren tandis que l'homme s'avançaient dans leur direction. Et il avait vu juste car le militaire s'empressa de faire une "remontrance" à Iskuvar.

Mais loin de se laisser intimider, l'Alayien répondit d'un ton ferme, fixant son interlocuteur droit dans les yeux qu'il n'avait fait que répondre au défi lancé par Kuskar. Ensuite, il expliqua, pour sa défense, respecter les autres lois du protectorat. Sans compter que le fait que le jeune de Kuskar ait été tué par les Théocrates donnait à cet affrontement l'allure d'un sordide règlement de compte.

L'officier gardait un air impassible et ne cilla pas du regard pendant qu'Alauwyr débitait ses explications, visiblement il en avait vu d'autres et ne comptait pas laisser tomber si facilement.

- Vous n'auriez jamais du accepter ce défi, répondit-il d'une voix froide. Si Kuskar vous faisait des misères et vous provoquait, vous auriez du en référer à votre supérieur. L'homme aurez écopé d'un blâme ou d'un avertissement. Bref, il n'y a aucune excuse à votre inconduite car l'affronter n'était pas la bonne solution ! Kuskar est un imbécile d'avoir agi de la sorte mais vous aussi car vous l'avez suivi sur ce terrain épineux. Vous pensez sincèrement que je vais en rester là et que vous allez vous en tirer sans aucun blâme ou corvée ? C'est bien mal me connaître. D'ailleurs votre ami Kuskar en aura aussi pour son compte dès qu'il sera remis sur pied et vous ferai vos corvées ensemble, cela permettra de "resserrer" vos liens. Je ne tolérerai plus jamais ce type de comportement, est-ce que c'est clair ?

Loren pouffa de rire, visiblement amusé par une telle situation; pauvre Alauwyr, décidément, chaque fois que sa route croisait celle du vampire la malchance semblait s'acharner sur lui.

- Quelle sage décision, monsieur l'officier. D'ailleurs est-ce qu'une partie de la punition de ce soldat ne consisterait pas à donner son sang. Après tout, les humains doivent faire des dons de sang pour que les vampires protégés puissent se nourrir, susurra t'il d'un ton mielleux à l'attention du militaire.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Mar 9 Aoû 2016 - 17:26

Alauwyr ravala une injure. Plus facile à dire qu'à faire de refuser un défi ! Il aurait voulu lui voir lui ! Et comme il n'était pas un lâche... Mais il ne reviendra pas sur ce détail là. Ce qui était fait était fait. Il n'avait pas détourné une seule fois son regard sombre, gardant bien de dire le fond de ses pensées à ce protégé.

''Ai-je dit que j'étais entièrement hors de cause ? J'accepte ma mise en cause dans l'histoire. J'assume la teneur des conséquences de mes actes. Quand au comportement de chacun, allez surtout le préciser à l'autre imbécile, pendant qu'il est encore conscient. Je n'ai pas demandé à être pris à parti et encore moins à devenir la cible d'un homme rongé par la soif de vengeance et qui est près à la déverser au premier venu qu'on pense incapable de se défendre. Cela ne se reproduira pas s'il réussit à se tenir. ''

Il lâcha un soupir à peine audible et grinça des dents rien qu'à entendre la voix de Lören. Qu'est ce qu'il ne fallait pas entendre tiens quand il se mit à susurrer à l'encontre de l'officier venant enquêter. Celui-ci se frottait le menton tout en réfléchissant à l'avis du vampire.

''Ma foi, ce n'est pas vraiment considéré comme une punition mais comme il faut bien que vous et les vôtres ayez de quoi remplir la panse...''

Il n'eut qu'à adresser un regard lourd de sens envers l'ancien Théocrate. Alauwyr pestait intérieurement.

''Il crève de soif, tout simplement. Voilà pourquoi il en fait la suggestion. Laissez la jeune guérisseuse terminer les soins, et après elle veillera à aller chercher quelqu'un capable de faire ce qu'il faut. Sinon, ce vampire ici présent risque de plus se tenir et de coûter un peu de sang à tout le monde. Même vous'', balança-t-il tout en regardant l'officier qui blêmit un peu. Mais il sut se reprendre.

''Et après cela, vous apprendrez très vite de ce que vous aurez écopé comme punition. J'y veillerai personnellement''

Puis l'officier se retira et la jeune femme put reprendre les soins. Alauwyr jeta un bref coup d'oeil vers Lören. Le vampire avait une mine réjouie

''Ca va ? T'e content ? Tu n'as vraiment aucune patience, vampire de mauvaise foi. ''

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Mer 10 Aoû 2016 - 17:47

Après que l'officier l'ait admonesté pour avoir accepté le duel de Kuskar, Alauwyr réprima un juron, le regard sombre. Apparemment, ce dernier n'appréciait guère la remontrance du protégé mais jugeait sans doute plus prudent de garder le fond sa pensée pour lui-même.

Toutefois, il ne détourna pas un seul instant son regard couleur d'ébène et répondit aux accusations du militaire qu'il ne demandait pas à être pris à parti par un homme avide de vengeance. Il poussa un soupir mais grinça des dents lorsqu'il entendit la demande du vampire prononcée d'un ton mielleux.

L'officier réfléchit et se gratta le menton avant de répondre que même si cela n'était pas considéré comme une punition, il fallait bien que les vampires puissent se nourrir. Bien qu'en apparence impassible, Alauwyr rageait intérieurement et l'intendant pouvait percevoir les accélérations de son rythme cardiaque. L'Alayien lança une phrase pleine de sous-entendue concernant l'intarissable soif du vampire à l'attention du militaire, qui ne put s'empêcher de blêmir.

Après le départ du militaire et quand la jeune rouquine recommença à soigner les plaies de l'épéiste, ce dernier jeta un regard à Loren avant de lui lancer "Ca te va ? T'es content ? Tu n'as vraiment aucune patience, vampire de mauvaise foi."

Le nocturne continuait à le fixer en arborant un sourire espiègle et répondit d'une voix enjouée:

- Que veux-tu, moi j'ai les crocs, disant cela, il dévoila ses canines acérées. En plus ça fait quelques jours que je n'ai rien bu et je ne suis pas un assez vieux vampire pour pouvoir tenir aussi longtemps sans me nourrir. C'est bien parce que les lois du Protectorat l'interdisent sinon je n'aurais pas pu me retenir de...


L'intendant n'acheva pas sa phrase et commença à lorgner sur la nuque nacrée de la jeune fille. Sentant peser sur elle son regard, cette dernière s'empressa d'acheva sa tâche de soigneuse et de disparaître.

Quelques instants plus tard, la matrone revêche qui les avait accueillis à leur arrivée pénétra dans la salle tenant une jarre et ce qui ressemblait à une trousse.

- Le patient Kuskar va mieux, il est à présent endormi et son pouls est redevenu régulier. L'officier m'a dis de vous prélever un peu de sang pour le récolter dans une jarre pour ce vampire. Je vais faire une incision sur votre avant bras à l'aide d'un instrument, cela permettra de récolter votre sang et d'en remplir cette jarre.

Elle ouvrit sa trousse et en sortit une sorte de scalpel puis elle prit le bras de l'Alayien et demanda avant de débuter l'entaille:

- Vous êtes prêt ? J'espère au moins que vous n'avez pas peur. C'est sûr que c'est un mauvais moment à passer mais c'est nécessaire pour nourrir les vampires protégés.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Jeu 11 Aoû 2016 - 12:34

Qu'il était décidément horripilant à afficher son sourire enjoué de la sorte. Il pesta intérieurement et préféra ne pas répondre. Ce ne serait que perte de temps et lui donner raison. Vivement qu'il aille voir ailleurs celui-là ! Et il fut même à demi-écoeuré de voir le vampire lorgner avec envie le cou délicat de la jeune rouquine qui était en train de soigner l'Alayien. La jeune soigneuse s'activa pour se dépêcher de terminer les soins et de se retirer. Le regard pesant et avide du vampire devait l'avoir fait frémir. Heureusement que l'Alayien n'avait eu que des coups de poings à faire traiter et non des blessures plus graves et plus profondes.

La grosse guérisseuse revint, avec dans ses mains le nécessaire pour remplir une jarre de sang. D'ailleurs, elle avait la dite jarre. Alauwyr imaginait sans mal le vampire saliver à l'idée d'avoir une bonne gorgée sanglante à se mettre sur la langue. La femme sortit un scapel, à la courte lame très affûtée. Alauwyr n'avait pas bougé et s'était laissé prendre le bras. Et avant de débuter l'entaille, un coup d'oeil sourcillant à la main armée du scalpel, il fit remarquer :

''Avant d'entailler, il vous faut désinfecter avant. Vous avez peut être la magie pour soigner les maladies, mais pour les prévenir, avant tout incision, on nettoie. Vous avez une bouteille d'alcool et un bout de chiffon en coton... ''

La matrone lui jeta un regard supérieur avant de se rappeler qu'il était Alayien. Ces gens là et leurs fadaises qu'ils proféraient sur la magie... elle haussa des épaules et fit le nécessaire, avant d'entailler savamment le bras de l'Alayien. Alauwyr ne grimaça même pas à l'entaille donnée. Le sang coula déjà sur sa peau que la matrone orienta le bras de façon à recueillir le précieux fluide dans la jarre.

Une fois le volume visé atteint dans le récipient, elle posa un bandage serré sur la blessure. Lören allait pouvoir se rassasier. D'ailleurs, cette jarre se retrouva vite dans les mains de qui de droit. Un sang encore bien chaud et bien rouge, comme n'importe que sang humain. A la différence que celui-ci était Alayien. Lören sera capable d'affirmer que ce sera un excellent crû à tester pour ses papilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Ven 12 Aoû 2016 - 23:15

Pendant qu'il se délectait de la vue de la nuque délicate de la jeune fille, Loren surprit l'expression de dégoût qui se peignait sur le visage de l'épéiste. Cela amusa fortement l'intendant de constater qu'une fois encore, l'homme avait du mal à se départir de ses préjugés d'Alayien. C'était un fait indéniable que les vampires se nourrissaient de sang et qu'avant l'utilisation de sang provenant de dons, ils étaient obligés de tuer leur proie.

A ses yeux, cet acte représentait une chose fort naturelle et ses regards appuyés provenaient de son instinct de prédateur. En effet, cette jolie rouquine aurait constitué un casse-croûte plus qu'appétissant en d'autres temps et en d'autres lieux.

Gênée par les regards insistants du nocturne, la soigneuse aux cheveux de feu s'empressa de s'éclipser dès qu'elle eut achevé ses soins. Quelques instants plus tard, la matrone rondelette qui s'était occupée de Kuskar à leur arrivée fit son apparition dans la salle de repos. Elle apportait avec elle une jarre destinée à récolter le précieux liquide ainsi qu'un instrument, un scalpel, pour réaliser l'incision.

Alors qu'elle se préparait à faire sur une entaille sur l'avant bras d'Alauwyr; celui-ci ne put s'empêcher de lui faire une remarque concernant le fait de désinfecter le scalpel avant de procéder. La matrone s'exécuta en ronchonnant à l'aide d'un coton et d'un peu d'alcool.

- Il est vrai que vous autres Alayiens utilisaient une technologie différente de celle des Armandéens. Et en plus, vous êtes opposés à toute forme de magie qui est considérée comme une chose impure à vos yeux, pas vrai ? dit Loren d'un ton malicieux. Je me demande quel effet cela fait pour quelqu'un comme toi de te retrouver ici, au milieu d'humains qui utilisent la magie, d'Elfes et de vampires.

Pendant ce temps là, le liquide écarlate emplissait la jarre et quand celle-ci fut suffisamment remplie, la soigneuse banda le bras d'Alauwyr avant de tendre le récipient à l'intendant.

- Merci ! Cela fait si longtemps que j'attendais d'épancher ma soif !

Puis, il porta la jarre à ses lèvres et la vida cul sec avant d'essuyer d'un geste de la main un peu de sang qui s'était écoulé jusqu'à son menton.

- Hmm, je dois dire que ce nectar sanguin est un peu rugueux avec un arrière goût ferreux mais il se laisse boire. Même si je préfère déguster du sang un tantinet plus doux et sirupeux.
Mais je ne constate pas de différence entre ton sang Alayien et celui d'un Armandéen. J'imagine qu'un humain reste un humain, peu importe d'où il vient,
termina t'il avec un large sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Dim 14 Aoû 2016 - 15:12

Lören n'avait plus qu'à se gaver du sang fraîchement prélevé d'une entaille au bras de l'Alayien. La grosse matrone se retira en pestant intérieurement de cette habitude barbare qu'avaient les Alayiens.... Barbare était le mot pour des pratiquants de la magie, mais pour des gens tels qu'Alauwyr. Ce dernier manqua de garder le silence quand à la remarque du vampire. S'il

''Tu as presque la réponse à ta question, alors pourquoi la poser ? Mais peut être que tu attends une confirmation n'est ce pas ? Pourquoi avoir recours à la magie alors qu'il y a des choses qui nous permettent d'y remédier avec rien que de l'usage de choses manuelles ? Tu serais étonné de voir ce qu'un médecin alayien est capable de faire sur un champ de bataille pour sauver des vies. Quand un Armandéen n'a pas de lanceur de magie à disposition alors qu'il se vide de son sang, il aura plus de chance d'y rester qu'un Alayien. Un magicien sera épuisé pour avoir soigné quelques hommes, là où des miens pourra encore soigné. Basiquement peut être mais il pourra continuer là où ton magicien devra se reposer. Quand aux effets que cela me fait d'être entouré d'humains, d'elfes et de...''

Il regarda fixement Lören.

''... vampires. On s'y adapte. Sinon, il y a longtemps que j'aurai fui dans le désert pour y crever. ''

Et quand le vampire étancha enfin sa soif, il laissa un peu de sang coulé sur son menton. Sans doute fait exprès.

''Tu avais besoin de goûter mon sang pour avoir une confirmation qu'un homme reste un homme quelque soit ses origines. C'est peine à entendre cela... ou tu le fais exprès. Et puis si le goût de mon sang ne te convient pas, il ne fallait pas avoir un tel empressement à en vouloir. ''

Il posa une main sur son bandage, comme si cela s'était avéré une perte de temps. De toute façon, il ne pouvait guère s'éloigner de l'endroit où il était maintenant. Nul doute qu'on reviendrait le chercher pour voir de quelle corvée il serait capable de faire en fonction de son état. Et Alauwyr ne doutait pas que Lören resterait à voir cela, comme pour s'assurer que les choses se dérouleraient pour le ''mieux''

''Tu n'as rien d'autres à faire des fois ? D'autres hommes à aller tourmenter, d'autres femmes à aller lorgner comme un plat à boire ? ''



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Dim 14 Aoû 2016 - 19:09

Après que Loren ait fais une remarque cynique à propos de la technologie des Alayiens et de leur répugnance à propos de la magie. Alauwyr répliqua froidement que ceux-ci estimaient n'avoir guère besoin d'user de procédés magiques afin de soigner leurs blessés car leur médecine suffisait amplement à cette tâche. Par ailleurs, elle possédait le mérite de ne pas s'user comme les pouvoirs de soigneur d'un Armandéen.

Ensuite, il ajouta en rivant ses yeux sombres sur Loren qu'il n'avait eu nul autre choix que de s'adapter à la présence des vampires; la seule alternative possible était de fuir dans le désert pour y mourir.

Les propos de l'épéiste firent naître un sourire amusé sur les lèvres du nocturne:

- Certes vous possédez une médecine plus "évoluée" que celle des Armandéens, bien que je n'ai pas le "plaisir" de la connaître et je ne suis pas certain qu'elle soit efficace sur moi si je venais à être blessé. Cependant, l'un n'empêche pas l'autre, vous pouvez user de magie tout en gardant votre médecine curative. Deux possibilités valent mieux qu'une n'est-ce pas ? Qu'est-ce qui empêche un Alayien d'utiliser nos pouvoirs hormis sa religion et ses préjugés ?

La deuxième remarque de l'humain n'était pas dénuée de sous-entendus; après tout le vampire lui en faisait baver à chacune de leur rencontre et ce dernier n'avait probablement pas oublié leur traversée du désert.

- Il est vrai qu'il te serai difficile de fuir la présence des vampires ici sauf si tu préfères à notre compagnie celle des scorpions et des serpents du désert. Sans compter que notre traversée de cette immense étendue de sable t'as fais prendre conscience que c'était la mort qui t'attendais si tu osais t'y aventurer.

Puis il poursuivit en plongeant ses prunelles dorées dans celles de l'épéiste et en arborant un large sourire, qui dévoilait légèrement ses crocs.

- Et avoue que le chemin parcouru ensemble t'as montré que nous étions devenus, à présent, "inséparables".

Après cela, Loren avala d'un coup sec le liquide sanguin qui emplissait la jarre avant d'essuyer ses lèvres et son menton barbouillés de sang. Il n'hésita pas à faire une critique en concernant la saveur et la texture.

Ce à quoi l'Alayien répliqua que si le goût de son sang ne convenait pas à l'intendant, ce dernier n'avait qu'à pas montrer un tel empressement à le boire.

Loren se contenta de hausser les épaules avant d'ajouter en faisant la moue:

- Certes, j'avoue avoir dégusté de biens meilleurs millésimes sanguins mais à la guerre comme à la guerre. Qui se contente de peu possède toutes les qualités et si ton sang n'est pas des plus savoureux, il demeure néanmoins très nourrissant et m'a redonné force et vigueur.

Quand le vampire eut achevé sa phrase, Alauwyr en profita pour lancer des piques en lui demandant s'il n'avait rien d'autres à faire ou d'autres personnes à tourmenter.

Loren allait répondre quand tout d'un coup la grosse soigneuse refit son apparition dans la salle et s'approche de celui-ci.

- Loren Arcae ? Je crois que votre supérieur vous cherche depuis un bon moment, apparemment vous n'avez pas encore débuté l'inventaire des stocks de munitions et il se demandait où vous étiez encore passé. Il m'a demandé de vous passer la commission de vite rejoindre l'entrepôt de stockage et vite commencer votre travail.


- Ha tiens c'est vrai, répondit l'intendant. Je pensais juste faire une petite promenade avant de me mettre au boulot et finalement je suis resté absent plus longtemps que prévu. Que veux tu, le temps passe si vite lorsqu'on s'amuse, termina t'il en fixant malicieusement l'Alayien.
HRP: Je crois qu'on peut bientôt penser à conclure ce RP catkiss
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
1/10  (1/10)
Xp disponibles: 4

Modératrice
Vagabond

MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr) Lun 15 Aoû 2016 - 16:17

Alauwyr regarda d'un air sceptique cette sangsue à deux pattes. La médecine alayienne pourrait se montrer en effet bien efficace pour un vampire, mais pas pour certaines choses qu'un de ces êtres gardait en commun avec les vivants.

''Tu serais surpris de ce qu'on serait capable de faire sur toi. Peut-être que ce sera limité, mais bon... Mais cela ne sert à rien de parler de choses qu'on use pour les vivants. Les vampires usent de magie, donc notre technologie ne serait que perte de temps''

Sauf pour empêcher un vampire de se vider entièrement de son sang peut être. Et encore, comme ces bestioles là se régénéraient assez vite. Il préféra ne pas chercher plus loin ce qu'un médecin de son peuple serait capable de faire sur un vampire.

''Un Alayien qui pratique la magie n'est plus un Alayien. N'en sais-tu pas assez sur les miens pour le savoir ? Néant est notre voie, je ne vois pas pourquoi nous devrions en changer. ''

C'était l'évidence même, même si l'épéiste n'était pas un adorateur zélé

''Je ne suis pas encore devenu fou au point de m'aventurer tout seul dans cet environnement aride. Mais avec ta compagnie, c'est me pousser à le devenir, toi qui prends cela pour un jeu. A croire que tu n'as rien d'autres à faire de tes journées que de venir apporter les tourmentes. Inséparable hein... Bien sûr...''

Oh qu'il aurait voulu l'insulter à ce moment, mais l'épéiste se sentait las et préférait garder le silence. Chercher à avoir raison sur Lören était comme de boire du sable pour se désaltérer.

Puis quand le vampire décrivit la teneur de son fluide sanguin, Alauwyr ne put s'empêcher de grimacer. Point de goût mais il lui avait apporter vigueur et force... Manquerait plus qu'il demande à avoir l'Alayien comme source principale de sang pour son repas tiens. Et au moment où son enquiquinant compagnon allait répliquer, la grosse matrone arriva pour lui préciser qu'on le cherchait. A croire que finalement, les épreuves se terminaient. Quel soulagement ! Mais Alauwyr grimaça devant la mine réjouie de Lören.

Alauwyr garda le silence et quand enfin le vampire partit, il lâcha un bon soupir. Enfin il était parti. Mais il serait amené à le revoir malheureusement, car il était lui aussi dans le camp des Protégés... Par Néant, quel galère !


[HRP : merci pour cette partie catkiss]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr)

Revenir en haut Aller en bas

Distraction d'une journée d'été (pv Alauwyr)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pendant la distraction pre-electorale, 30000 haitiens font face a la deportation
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-