Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

A un détour de Caladon (Pv Ombeline)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Jeu 7 Juil 2016 - 22:23

4 Juillet

Caladon était une jeune cité, mais déjà très vivante cela il fallait le dire, et pour tout avouer cette cité fascinait assez Viladric par sa liberté, et son gouvernement si particulier. Élire le dirigeante de la cité ? C'était du jamais vu jusque là sur Armanda, et pour sa part il trouvait ce genre de méthodes fascinantes… Que valait un dirigeant ainsi élu ? Il ne savait pas, mais il se disait que cela donnait encore plus de liberté au peuple que de pouvoir ainsi décider qui le dirige, et c'était sans doute bien moins sanglants comme forme de gouvernements que celle des vampires, ou des royaumes humains dans une certaine mesure pour ces derniers… Après tout pas de guerre civile pour décider de l'arrivée au pouvoir d'un prince, ou d'un roi ! Il trouvait cela presque idéale d'ailleurs, lui qui était lasse de la violence quasi constante, et stupide de la société vampirique, encore plus quand il s'agissait de désigner quelqu'un pour diriger…

En somme il ce sentait presque chez lui à Caladon d'une certaine manière, et il rôdait dans les rues de cette dernière alors que la nuit tombait, les vampires n'étaient pas très nombreux, à Caladon mais étaient bien présent donc les rares personnes qu'ils croisaient à cette heure ne se formalisaient pas de voir quelqu'un rôder de nuit ici en se demandant si c'était un homme du soir, ou un sang froid. Il pouvait donc profiter du calme de l'obscurité pour explorer les lieux…

Et ses pas le menèrent hors du cœur de la cité qui était aussi la partie la moins riche de cette dernière, on ne pouvait pas parler d'un taudis suintant la misère comme le quartier pauvre de Gloria, mais ses habitants n'étaient pas particulièrement aisés, et les ruelles devenaient tortueuses… Il s’aventura néanmoins de ruelles en ruelles, et il finit par tomber sur quelqu'un d'autre qu'il reconnut comme un congénère à l'odeur bien éloignée de celle d'un autre humain. Sans rien dire il se montra toute de suite prudent, après tout on ne savait jamais avec les autres vampires depuis le début de la guerre civile pour nommer un nouveau prince… Néanmoins il venait de se dire que ce serait peut-être un bon moyen qui sait pour avoir plus d'informations sur ce qui se passe actuellement chez les vampires… Il s'avança donc calmement sans se départir de sa prudence, et arrivé à une certaine distance minimum de sécurité il aborda calmement la vampiresse…

« Bonjour ? Puis je un peu solliciter vôtre attention ? » Il le disait d'un ton calme, et neutre, ni soumis, ni dominant mais poli. Essayant ainsi de ne pas instituer un rapport de force avec l'autre vampiresse, chose qu'il valait mieux éviter de faire avec un vampire inconnu, que ce soit dans un sens ou dans l'autre. Il ne savait pas qui elle était après tout, et si cela se trouve elle pouvait avoir un ego frileux… Dans autant rester neutre dans ses rapports pour le moment, après tout les vampires étaient encore plus méfiant entre-eux que les humains abordant des inconnus humains… Pas parce qu'ils craignaient les inconnus, mais car un certain esprit de compétition, et d'individualisme régnait souvent chez les vampires, esprit que n'appréciait pas Lewyn, mais donc il ne pouvait pas faire abstraction dans ses rapports avec les autres vampires pour là plupart...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Lun 11 Juil 2016 - 16:55

Ombeline errait dans les ruelles de Caladon, vêtue d'une longue robe noire richement ouvragée, le collier d'argent et d'améthyste de sa mère et la bague d'argent et de lapis de son premier et dernier amour Marius brillants dans la lumière lunaire, comme elle avait eut l'habitude de le faire à l'époque où elle résidait de manière permanente dans la cité qu'elle considérait comme libre, du fait que le dirigeant soit élu par le peuple plutôt qu'héritier d'une lignée royale. Elle ne cherchait rien de particulier, appréciant simplement le calme de la nuit qu'elle chérissait, observant de temps à autres la lune et les étoiles de ce ciel d'été de tout début Juillet.

Finalement, elle s'arrêta dans une ruelle où il lui était possible de voir convenablement le ciel, s'adossa au mur de pierre brute d'un habitation les bras croisés sur sa poitrine, et ses pensées se perdirent parmi les étoiles. Les étoiles, ces petits diamants lumineux de la nuit, surveillés par leur mère la lune. Elle rêvassait, mais malgré tout, ses sens restaient en alerte au moindre signe qui aurait pu paraître suspect.

Cela faisait plusieurs minutes qu'elle était ainsi quand elle sentit l'odeur d'un autre vampire dans l'air de la ruelle, et elle sortit, à contrecœur, à demi de ses rêveries, prête à toute éventualité. Mais, curieusement, son congénère ne se montra pas agressif ou supérieur à elle, ce qui lui fit un effet étrange, car elle avait été habituée au rapports de forces entre vampires quand elle avait vécu à DureRoc, et cette manière de faire n'étant pas habituelle, cela la déstabilisa quelque peu, bien que, comme à son habitude, son visage resta de marbre. Après une fraction de seconde de réflexion, elle se dit que, s'il ne s'était pas montré agressif, elle n'avait par conséquent aucune raison de le faire elle-même.

Tout en gardant les yeux rivés à la voûte céleste nocturne, mais s'arrachant définitivement, du moins pour le moment, à ses pensées vagabondes, elle répondit à l'inconnu :

- Bonsoir. Vous m'arrachez au magnifique spectacle des étoiles, mais peu importe, je pourrai le reprendre plus tard : la nuit est encore longue. De quoi souhaitez-vous converser ?

Enfin, elle posa les yeux sur le vampire qui lui faisait face ; elle aurait pu le prendre pour son jumeau, tant sa ressemblance physique avec elle lui paraissait grande, bien qu'elle ne soit pas totale : une chevelure aussi noire que la sienne, des yeux d'un bleu glace étrangement semblables, la même peau diaphane du fait qu'ils soient tous deux des vampires, et ils faisaient pratiquement la même taille. Les esprits étaient farceurs parfois, pour faire se ressembler autant deux personnes…

Elle laissa retomber ses bras contre ses flancs et décolla son dos du mur de pierre, cette ressemblance éveillant sa curiosité. Avant qu'il ne réponde, Ombeline s'approcha, lentement et sans agressivité, de cet inconnu si semblable à elle par sa nature vampirique et son physique, resté, lui, à une distance respectable du fait qu'il ne la connaisse pas. Elle s'arrêta à environ un mètre de lui, pencha légèrement la tête de côté, les mains jointes au niveau du nombril :

- Je vous écoute très cher.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mar 12 Juil 2016 - 14:59

Lewyn pour sa part portait un costume d'hiver de bonne facture, mais de facture humaine de même là plupart des choses qu'il portait sur lui étaient de facture humaine jusqu'à l'armure dissimulé en dessous de son costume… Il avait sinon des bijoux à ses oreilles, et un bracelet noir à son bras, rien de bien spécial. Il ne semblait pas particulièrement riche, ou pauvre. L'armure de plus n'était pas signe qu'il comptait se battre, mais plutôt celui de l prudence, ce n'était après tout qu'une armure en cuir n'ayant de réels intérêts que dans la magie avec laquelle elle avait été enchantée… Mais bon ce n'est pas comme s'il en avait souvent besoin heureusement.

On pouvait donc trouver de tout à Caladon, et la vampiresse qu'il était venu voir en était bien une preuve, après une question se posait. Était-elle habitante permanente de Caladon ? Si c'était le cas ses questionnements sur le royaume vampiriques n'auraient pas les réponses qu'il désirait, mais d'autres questions se poseraient, néanmoins avant de s'amuser à poser des questions autant quand même se montrer poli, et cordial. Les vampires avaient leurs temps après tout.

Et il était certain qu'elle devait avoir une armure sur elle, ou une armure dans les faits, les vampires sans armes sur eux c'était bien difficile à trouver, le pacifisme n'était disons pas une qualité très vampirique déjà, et le fait de n'avoir aucune compétences martiale un défaut rare chez les vampires à part peut-êtres aux mages les plus puissants, et encore… Il ne perdait donc pas de vue que même si pour le moment aucune tension ne régnait dans cette échange, cela pourrait dégénérer pour peu que l'un d'entre-eux en exprime la volonté, ce qui ne serait probablement pas son cas à lui, mais il ne connaissait pas encore la personne qui lui faisait face…

« Veuillez m'excuser de ce fait, il est vrai que la voûte céleste peu avoir des vertus apaisantes quand on la contemple, quand à ce dont je voulais converser avec vous... » Dit-il en réfléchissant courtement après avoir regardé la voûté céleste un instant lui aussi. Après tout elle avait dit qu'elle avait fixé ce magnifique spectacle donc il fut curieux un instant, puis il consacra à nouveau son attention à sa congénère qui le regardait dorénavant.

Il n'était pas faux de dire qu'ils se ressemblaient beaucoup, enfin physiquement parlant oui car au niveau du caractère Lewyn en plus de violer là plupart des standards vampiriques au niveau du tempérament aller délibérément dans l'inverse de plusieurs d'entre-eux, donc trouver un autre vampire lui ressemblant au niveau du caractère serait une gageur… Néanmoins une vampiresse calme qui ne semblait faire preuve d'aucune agressivité lui convenait parfaitement pour converser.

« Je voulais savoir, seriez-vous par hasard une habitante permanente de la cité marchande ? » Questionna t-il à tout hasard avant de reprendre.

« Si c'est le cas pour quelle raison cette cité mérite t-elle un tel intérêt de vôtre part ? Je demande cela par simple curiosité mais ce n'est pas souvent que je croise d'autres vampires par ici, et enfin j'aurai juste une autre question si vous le permettez. » Dit-elle avant de faire un simple geste de salut et de regarder sereinement la vampiresse qui se trouvait à un mètre de lui avant de dire.

« Comment vous nommez-vous ? Pour ma part je m’appelle Lewyn Viladric. »
Dit-il simplement avant de jeter un regard aux environs rendu calme, et silencieux par la nuit qui avait fait tombé son voile sur la cité marchande… Enfin pour sa part en tout cas pour le moment il était assez curieux lui aussi. Pas que par ce qu'elle lui ressemblait que pour d'autres raisons n'ayant pas vraiment grand-chose à voir avec l'apparence de son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mar 12 Juil 2016 - 16:45

Ombeline écouta le vampire s’excuser, bien qu’elle ne lui en veuille pas de l’avoir dérangée dans ses pensées. Puis il marqua une courte pause, semblant réfléchir à la manière de lui poser ses questions.

Quand il eut fini et qu’il se fut présenté comme se nommant Lewyn Viladric, en posant sur elle un regard paisible qu'elle n'avait jamais vu que chez Marius, elle lui fit une petite révérence et se présenta en retour :

- Enchantée de faire votre connaissance, très cher. Je me nomme Ombeline Umbrarum.

Puis elle marqua une courte pause, pendant laquelle elle étudia un peu plus Lewyn. Décidément, cette ressemblance la perturbait, bien qu’elle n’en laissât rien paraitre. Puis elle répondit aux questions que venait de lui poser le vampire :

- J’ai vécu dans la cité marchande de manière permanente après la défaite de Vraorg, jusqu’au mois de mai de cette année, mais je suis retournée à DureRoc par la suite. Bien qu’il m’arrive de revenir ici de temps à autres. Le calme de cette cité me plait. Je ne suis pas de ceux qui apprécient les souterrains, surtout depuis que nous n’avons plus de Prince… Et Caladon est la seule cité où nous soyons acceptés, bien que nous n’y soyons pas nombreux. C’est pour cela que je suis ici. Je cherche pour ainsi dire ma place en ce monde.

Tout en disant les deux dernières phrases, la vampiresse caressa la bague que lui avait offert son défunt amant, le matin de sa mort. Cette bague était la seule chose qui subsistât de lui. Ses ossements étaient depuis longtemps retournés à la poussière. A cette pensée, une unique larme de sang involontaire perla de l’œil gauche de la jeune femme et roula le long de sa joue, laissant un sillon sombre sur la peau diaphane de son visage figé sans aucune expression. Penser à Marius lui faisait toujours invariablement du mal, et toujours bien plus qu’elle ne l’aurait cru possible après 200 ans passés sans lui. Elle se demanda si cette douleur éternelle finirait par s’apaiser un jour ou si elle durerait, toujours aussi forte, jusqu’au jour où sa fin viendrait.

Se ressaisissant, elle passa la manche longue de sa robe sur sa joue afin d’effacer la larme et secoua la tête, comme pour chasser ses pensées mélancoliques :

- Pardonnez-moi. Un douloureux souvenir qui refait surface à ma mémoire.

Après une courte pause, elle reprit :

- Et vous M. Viladric, que venez-vous faire en cette belle cité libre qu’est Caladon ? Vous ne semblez pas être comme les autres de nos congénères vivant dans les souterrains. Vous semblez plus… humain. Sans vouloir vous offenser. Sinon pourquoi venir ici ?

Puis elle se rapprocha encore de quelques pas, toujours aussi lentement qu’avant, se retrouvant assez près de Lewyn pour le toucher en avançant simplement légèrement le bras.

- Votre ressemblance avec moi me perturbe très cher… et peu de choses sont capables de me perturber depuis que je suis devenue une enfant de la nuit. Les esprits son facétieux ne trouvez-vous pas ? Se faire se ressembler autant deux personnes, qui plus est deux vampires, et de les faire se rencontrer.

Et, malgré elle, un infime sourire se dessina sur ses lèvres maquillées de rouge sombre : elle appréciait la compagnie de Lewyn, il n’était pas comme les autres vampires. Il lui faisait penser à Kylian, ce vampire qu’elle pensait fou, mais Lewyn, en comparaison de l’ancien souverain vampirique, ne lui paraissait pas dément le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mer 13 Juil 2016 - 8:53

Les vampires n'étaient pas tous pareil c'était un fait, et si Lewyn bien entendu faisait preuve de la prudence habituelle quand on traite avec d'autres membres de son peuple… Il restait tout de même assez ouvert sur mes possibilités. Et il avait visiblement raison de base car de ce qu'il entendait quand elle dit qu'elle était enchantée de le voir elle semblait sincère surtout qu'elle faisait une petite révérence. Cela ne lui déplaisait aucunement dans les faits.

« Le plaisir est visiblement commun dame Ombeline. » Dit-il avec un fin sourire après que tout deux ce soit légèrement incliné, et il la regarda aussi quelques instants pendant qu'elle le regardait calmement, se demandant si elle avait quelque chose à dire, mais d'ici là il regardait un peu aussi. Il faisait en effet tout deux partis des rares noirauds de cheveux à avoir les yeux bleus il aimait bien ce fait il ne savait pas pourquoi…

« Nous cherchons tous nôtre place, et celle-ci est bien souvent différente de celle qu'on veut nous fixer souvent, la liberté ? Peut-être est-cela qui vous attire ici ? Je ne saurai le dire, mais si vous trouvez quelque chose de satisfaisant à Caladon c'est une bonne chose. Et il est vrai que les souterrains manquent disons de charme… De plus vous n'aurez pas une aussi belle vue du ciel nocturne dans les galeries je suppose. » Dit-il avec un peu d'humour sur ce fait avant d'ajouter avec une certaine gentilesse. « J'espère en tout cas que vous trouverez ce que vous chercher. »

Il remarqua d'ailleurs du coin de l’œil qu'elle caressait une bague, peut-être une légère manie de sa part ? Cela arrivait, pour sa part il lui arrivait bien des fois de toucher du bout des doigts ses bijoux aussi. Il n'était pas quelqu'un de très matériel mais quand il trouvait un bijoux vraiment beau qu'importe sa valeur il lui arrivait de l'acheter. Étrangement Lewyn avait d'ailleurs une certaine fixette sur l'argent, il lui trouvait un éclat paisible, et surtout cela allait bien selon lui avec la peau pâle d'un vampire, et le noir fréquent de ses vêtements. Bon par contre il se posa des questions quand il vit que la vampiresse devant lui avait émit une larme de sang ?! Ce n'était pas courant de voir cela, les vampires pleuraient rarement, et n'arrivaient que rarement à simuler cela voulait dire quelque chose sans doute, mais cela ne le concernait pas, et ce serait plus qu'impoli de demander, et il dit compréhensif quand elle lui demande de la pardonner.

« Ce n'est rien, la vie est rarement tendre avec nous enfant de la nuit, et certains obtiennent plus d'amertume que d'autres de l'existence. » Dit-il lui aussi un peu mélancolique avant d'écouter ce qu'elle dit peu après, en faîte elle lui poser quelques questions auxquelles il comptait bien répondre…

« Je ne la cacherai pas, j'ai une fascination aiguë pour les humains. Et des fois j'aime bien étancher ma curiosité à leurs sujets, sans parler de la liberté de cette cité qui me plaît. Les galeries par contre… Je ne me sens pas libre là-bas, ni dans le royaume vampirique, libre et sans maître voilà ce qui semble pour moi la meilleure manière de vivre. » Puis il sourit légèrement avant de dire. « Non ça ne me vexe pas qu'on me dise que je paraît humain. Je n'entretiens pour ma part aucun mépris envers les autres peuples. Ce n'est pas leurs faute s'ils sont ce qu'ils sont après tout, de plus je préfère me faire une idée des individus que de l'ensemble. »

Tout cela il le dit en laissant Ombeline s'approcher, et lui toucher le bras si elle le désirait avant de rajouter ensuite.

« Il est vrai que nous ressemblons beaucoup, les yeux au même bleu profond, la peau presque aussi blanche que le marbre le plus pur, et des cheveux noirs. Vous savez pour ma part je suis du genre à croire aux destins, ou aux caprices de la fortune, cette rencontre en est peut-être un en effet. » Dit-il d'un ton qui mélangeait amusement, et une pointe de mystère avant de rajouter. « Je vais néanmoins vous avouer une chose, les miens pour ceux qui me connaissent me nomment le sans crocs, voulez vous savoir pourquoi ? » Dit-il en montrant ses crocs pour montrer qu'il les avait bien toujours avant de dire.

« Les versions divergent, mais ont souvent un rapport avec le fait que j'aurai un caractère trop doux, trop tendre pour un vampire, oh vous savez les nôtres aiment beaucoup la force, et le fait d'être impitoyable en toute circonstance, mais pour part cela me fatigue que cette éternelle compétition entre vampires. Ce n'est pas que je ne me défend pas quand nécessaire, mais je n'ai goût ni pour la violence, ni pour la domination intempestive. » Dit-il simplement avant de finir par dire.

« Je ne m'attend pas après à ce que les autres vampires soient comme moi, mais je trouve que ce genre de détail dépend de nôtre choix et non celui des autres. Je vis pour moi et mes amis, non pour satisfaire les caprices de ceux qui me jugent, et vous dame Ombeline, pour qui vivez-vous ? » Finit-il donc par demander curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Ven 15 Juil 2016 - 18:36

Ombeline écouta le vampire lui exposer son ressenti sur Caladon, sur les autres races. Elle avait bien vu qu’il avait paru troublé, voir déstabilisé par le fait qu’elle ait pleuré, il est vrai que les vampires ne pleuraient que fort rarement. Elle se douta qu’il ne souhaitait certainement pas paraitre impoli en lui demandant pourquoi elle pleurait, alors elle lui expliqua :

- Cette larme que vous avez vue… s’explique par le fait que j’ai aimé un de nos congénères, mon géniteur… il y a de cela environ 200 ans… mais… il est mort, tué par des mercenaires dans la forêt près de la Wilorel… il m’avait transformée pour m’éviter la mort… car il avait été mon maitre d’armes lors de ma vie humaine… et il m’aimait… Il m’a raconté ma vie humaine et je l’ai cru sur parole… pourquoi me mentir alors qu’il était resté de manière volontaire auprès de moi et que je voyais bien qu’il se montrait très protecteur envers moi… ? Cette bague que je porte, était la sienne… elle lui permettait de paraitre plus humain… il me l’a offerte en gage de son amour pour moi le matin de sa mort… Et depuis, j’ai l’impression que tout ma joie de vivre est morte en même temps que lui…

Elle n’avait jamais parlé de cela à quiconque. Lewyn était le premier et serait certainement le seul à savoir.

Puis elle écouta son interlocuteur lui expliquer pourquoi les vampires le connaissant le nommaient le « sans crocs » et cela lui rappela encore une fois Kylian, mais elle trouvait que ce surnom était sans doute bien trouvé pour Lewyn et ne le trouvait pas insultant pour un vampire qui avait choisi de son plein gré de se modérer envers les humains et de leur pardonner leur haine envers les vampires. Quand il lui demanda pour qui elle vivait, elle répondit :

- Je vis pour lui, pour mon défunt géniteur que j’ai aimé et qui m’a aimé en retour et a donné son existence pour que je puisse vivre.

La vampire marqua une pause puis reprit, hésitante :

- Vous savez Lewyn… Vous êtes le seul à savoir pour Marius… pour mon géniteur… je n’ai jamais parlé de cela à personne.

Puis elle reprit, bien que l’on lise clairement la peine et la souffrance dans son regard :

- Pour ma part, les humains me haïssent et je leur rends leur haine, sauf ici, à Caladon, car ils nous acceptent. Les gens qui me rencontrent me surnomme « visage de marbre » car j’ai pour habitude de ne pas montrer mes émotions, d’autant plus que mon bonheur est parti en fumé à la mort de Marius…

Elle leva les yeux vers la voûte céleste nocturne quelques secondes, puis reporta son regard bleu glace sur Lewyn :

- J’ai fait l’acquisition d’une demeure dans les quartiers bourgeois à l’époque où je résidais ici de manière permanente, voulez-vous y aller ? Cela sera certainement plus confortable que de converser en pleine rue comme cela.

Tout en disant cela, elle se plaça à côté de ce vampire lui ressemblant étrangement et lui offrit son bras, attendant qu’il le prenne pour le conduire à sa demeure. Il faut croire que les bonnes manières de ses parents étaient tenaces.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Dim 17 Juil 2016 - 9:14

Pour tout avouer... Il ne savait pas si c'était parce qu'il s'était montré très gentil, ou particulièrement ouvert mais visiblement il était doué pour gagner la confiance des gens, ou du moins celle d'Ombeline, cette dernière allait même jusqu'à se confier à lui. Et Lewyn dans tout les cas écouta celle-ci parler avec une attention respectueuse, et compréhensive car ce que racontait la vampiresse restait très… Triste.

Un amour perdue… Oui il y avait vraiment de quoi être attristé, pour sa part il prit un air légèrement attristé en tout cas en entendant cela, il était après tout assez sensible pour un vampire, et il fallait dire que l'histoire d'Ombeline était à la fois belle, et triste. Après il ne saurait répondre à la question qu'Ombeline lui contait dans cette histoire, mais partait du principe que le géniteur vampirique de cette dernière l'avait sincèrement aimé, et était d'une certaine manière mort pour elle… Il en aurait presque la larme aux yeux tiens, d'ailleurs il l'avait un peu… Une larme de sang car les vampires pleuraient du sang, mais il l'essuya assez vite. Et quand elle finit de parler il se contenta de dire simplement.

« Peut-être… Je pense qu'il voulait que vous viviez heureuse malgré cela, il vous aimait, et il est mort mais je pense qu'il serait malheureux de savoir que vous êtes malheureuse. Enfin c'est ce que je pense, mais dans tout les cas vôtre histoire est touchante... » Dit-il avec un léger sourire triste.

C'est qu'il était sensible au fond le Lewyn en effet, surtout devant ce genre de choses. Car oui il trouvait cela très triste, surtout que les vampires ne trouvaient pas si souvent que cela l'amour, et rarement sincèrement, alors qu'il soit à la fois les deux. Cela était beau… En comparaison pour sa part il ne l'avait jamais trouvé, enfin après il n'avait pas forcément particulièrement cherché… Mais il continua dans tout les cas à l'écouter avec attention avant de dire.

« Puis je faire quoi que ce soit pour vous aider ? » Demanda t-il donc gentiment après qu'elle ait raconté qu'elle vivait pour son défunt géniteur, il savait qu'elle était sincère dans ce qu'elle disait, et il en était touché. Il avait au fond de lui envie de l'aider dans les faits, elle lui semblait perdue et en manque de repère ou du moins malheureuse…

« Je vois, je tâcherai de garder cela pour moi, et je vous remercie de vôtre confiance... » Dit-il ensuite sincère, et d'un air doux quand elle lui disait qu'il était le seul à qui elle avait raconté cela. Puis il l'écouta parler des humains, et répondit calmement.

« Les humains me haïssaient aussi à l'époque, mais j'ai fais des efforts pour que cela change en partie, et je peux maintenant me vanter d'avoir plusieurs ami sincères parmi eux, et parmi les elfes même si il y a encore vraiment beaucoup à faire, et de toute manière je suis bien conscient d'être l'un des rares vampires à faire des efforts dans ce sens-ci, mais bon c'est mon choix après tout. Et pour Marius je comprend. De plus il est difficile de confier cela à qui que ce soit, après tout c'est assez intime et douloureux. Et pour ma part je ne peux que compatir à vôtre douleur. » Dit-il d'un air sincèrement compatissant

Puis ensuite il regarda la vampiresse qui porta son regard bleu glace sur lui après avoir regardé la voûte céleste, et qui lui proposa d'aller discuter ailleurs…

« Allez discuter chez vous ? Mais je suis tout à fait pour cela si c'est ce que vous désirez. Et vous avez raison cela sera certainement plus confortable que de converser en pleine rue. » Dit-il avec un fin sourire en acceptant le bras d'Ombeline pour se laisser conduite par cette dernière, il appréciait au fond sincèrement les manières aimables de cette dernière, et dit d'ailleurs.

« Vous savez je commence déjà à vous apprécier beaucoup, nous nous connaissons à peine mais je me dit que comme nous sommes immortels nous aurons sans doute tout le temps pour pallier à cela, et j'ai sincèrement envie de vous connaître davantage ainsi que de vous revoir à l'avenir Ombeline… Je voulais donc vous demander, accepteriez-vous que nous soyons amis ? J'aimerai en tout cas pouvoir vous aider à ne plus être malheureuse en tant qu'ami, et d'ailleurs si vous le désiriez vous pouvez me tutoyer. » Dit-il avec un sourire amical, aucun sous entendu là-dedans il voulait vraiment être son ami, et visiblement il voulait vraiment aussi son bien, c'est que l'histoire d'Ombeline l'avait beaucoup toucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mar 19 Juil 2016 - 0:32

Ombeline voyait bien que Lewyn compatissait à sa douleur et elle lui en était reconnaissante, rares étaient les vampires capables de ressentir autant, ou presque, de sentiments que les humains et d’arriver à composer avec, car parfois, cela s’avérait réellement compliqué.

Quand elle eut raconté pourquoi elle avait pleuré à Lewyn, ce dernier lui demanda s’il pouvait lui être d’une aide quelconque :

- Je ne saurai vous dire Lewyn… je suis seule depuis bien longtemps et je n’ai pas l’habitude d’une compagnie si agréable, je dois bien l’avouer…

Puis, quand il la remercia pour la confiance qu’elle lui accordait par le biais de ce qu’elle venait de lui raconter sur la mort de Marius, elle sourit légèrement :

- Vous n’êtes pas comme les autres vampires que j’ai côtoyé dans les souterrains, Lewyn, je sens que je peux avoir confiance en vous.

Quand il accepta son bras, elle se sentit touchée, après tout, il aurait tout aussi pu marcher simplement à ses côtés, mais il n’en avait rien fait. Puis il lui dit qu’il l’appréciait, malgré le fait qu’ils ne se connaissent que depuis quelques dizaines de minutes au plus, et qu’il aimerait qu’ils soient amis. Il lui sembla qu’elle ressentait une légère bouffée de chaleur, mais cela ne devait être que des réminiscences de ce qu’impliquaient des émotions sur son corps lorsqu’elle avait été humaine. Car, après tout, comment aurait-elle pu ressentir quoi que ce soit qui soit lié aux émotions, alors qu’elle était morte ? Ah moins que non ? Elle ne savait que penser de cela. Elle se sentit donc perdue du fait de cette réaction et se mit à bégayer quelque peu, malgré elle :

- Je… Moi aussi je vous… hum… t’apprécie déjà beaucoup Lewyn et c’est avec grand plaisir que j’accepte que nous devenions amis. Je pense… que ta présence pourra m’aider à apaiser ma douleur.

Elle dit cela tout en commençant à marcher à travers les ruelles, en remontant vers les quartiers bourgeois de Caladon, où était située sa demeure, qui n’était, somme tout, pas non plus un palais, mais restait néanmoins assez spacieuse et agréable. D’ailleurs, cela fit penser quelque chose à la vampire :

- Lewyn, possèdes-tu une habitation à Caladon ? Si ce n’est pas le cas, tu pourrais vivre chez moi, si tu le désire bien entendu, je ne vais pas te contraindre non plus. D’autre part, si tu décides de résider de manière permanente ici, tu pourrais également occuper ma demeure, que j’y réside également ou non, cela ne me dérangerait pas.

Elle parlait, tout en marchant et se rendit soudain compte qu’elle ne faisait habituellement pas preuve d’une telle exubérance envers les autres et se dit que cela était peut-être lié au fait qu’elle appréciât Lewyn. On aurait presque cru voir un couple banal se promener par cette belle nuit.

La demeure n’était pas située très loin, car ils ne s’étaient pas avancés de manière importante dans les ruelles des quartiers pauvres et par conséquent, ils l’attinrent en assez peu de temps. Ombeline leva les yeux vers le ciel toujours sombre : le jour ne se lèverait pas avant un long moment.

De l’extérieur, elle dépareillait déjà des autres habitations alentours : les murs étaient faits de pierres lisses d’un gris sombre tirant vers le noir, veinées çà et là de blanc, le toit était recouvert de tuiles d’un gris cendré plus clair que les pierres des murs. Un petit escalier de trois marches menait au perron, protégé des intempéries par un auvent possédant les mêmes tuiles que le toit et soutenu par deux piliers assez fins mais résistants, taillés dans les mêmes pierres que les murs. Pour agrémenter le tout deux grandes et larges fenêtres de verre rouge ornaient la façade du rez-de-chaussée, et cinq plus petites les deux étages supérieurs. La lourde porte d’entrée quant à elle était sculptée dans un bois noir et brut, bien que poncé et enduit de vernis afin de le protéger, parée d’un bouton de porte en argent et flanquée de deux lanternes où brillaient des bougies. Cette maison reflétait d’une certaine manière l’âme de sa propriétaire.

La jeune vampire retira une fine chaine d’argent de son poignet, où pendait une clé ouvragée en acier ornée d’une pierre de lune. Puis elle l’incéra dans la serrure et la porte s’ouvrit sans un bruit et elle entra, suivie de Lewyn, dans un long couloir donnant sur un escalier du même bois noir que la porte, assez large, recouvert d’un tapis tissé de rouge sang et d’argent en de complexes arabesques, menant aux deux étages. Contre les murs, trônaient deux guéridons où reposait des vases remplis de roses d’un rouge profond et quelques tableaux représentants des paysages, ainsi que des chandeliers à intervalle régulier. Lesdits murs, ainsi que le sol, étaient recouverts de tapisseries et tapis du même ton que celui de l’escalier. Sur la droite, une porte fermée, ornée d’une poignée d’argent. Sur la gauche, une double porte ouverte sur un salon assez grand pour servir de petite salle de réception aux murs tapissés de noir et or en motifs baroques et éclairés par d’autres chandeliers, agrémenté de fauteuils et de deux canapés assortis aux tapisseries, de quelques tables de bois noir et d’une petite cheminée de pierre noire dans le fond de la pièce.

C’était pour l’instant tout ce que Lewyn pouvait voir de la demeure. Ombeline sourit légèrement, referma la porte d’entrée à clé et l’invita à s’asseoir sur un des divans :

- Si tu veux bien te donner la peine, très cher, je vais nous chercher quelques rafraichissements.

Avant de passer la porte fermée donnant accès à la cuisine et à la réserve où se trouvait ses provisions de sang dans des jarres. Elle sortit un plateau d’argent et posa deux coupes de cristal dessus, puis partie chercher une jarre dans la réserve et apporta le tout dans le salon.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mar 19 Juil 2016 - 16:07

La solitude était une chose fréquente chez les vampires malheureusement, lui-même devait avouer l'avoir pas mal ressentit à l’occasion, et le fait de rester seul trop longtemps sans jamais avoir quelqu'un sur qui compter pouvait finir par être pesant cela il ne le savait que trop bien… Et il devait avouer qu'il ressentait une certaine empathie envers cette vampiresse aux yeux bleutés, ce qui le poussait donc à vouloir aider cette dernière de son mieux.

« La solitude, voilà quelque chose qui finit par tous nous peser à force, et personne au final ne mérite de rester éternellement seul, dans tout les cas j'espère que vous arriverez à retrouver le bonheur, et d'ici là j'espère qu'au moins ma compagnie vous fera un peu oublié vôtre peine. » Dit-il d'un fin sourire avant d'ajouter assez sérieusement.

« Alors je tâcherai d'être digne de la confiance que vous m'accordez Ombeline, ce n'est pas souvent que nous faire confiance à d'autres vampires, mais malgré cela pour ma part je pense que vous aussi êtes parfaitement digne de confiance d'ailleurs. » Ajouta t-il agréable, et sur ce…

Il restait à se rendre maintenant à la maison où vivait Ombeline. Il se demandait d'ailleurs bien dans quel genre de maison cette dernière devait vivre, mais il supposait que ça devait être quelque chose d'assez honorable dans tout les cas. Et il serait en effet tout à fait heureux de pouvoir compter Ombeline dans ses amis malgré le fait qu'ils la connaissait depuis peu de temps, mais bon ce détail là ils pourraient largement le corriger à l'avenir. Et puis au fond de lui il désirait vraiment apprendre à la connaître, et d'ailleurs il sourit de manière tout à fait indulgente aux paroles assez hésitantes de la vampiresse. Il fallait avouer que ce n'était pas souvent qu'il voyait un être de la nuit bégayer, mais pour sa part il prenait cela pour une marque de sincérité de la part d'Ombeline.

« J'espère vous aider à vous sentir mieux, je ne sais pas vraiment ce que je pourrai faire véritablement pour y arriver, mais je suppose que c'est là le devoir d'un ami, et merci à vous. C'est un grand honneur que vous me faîtes là en m'acceptant comme ami. » Ajouta t-il sans cacher sa joie, ce en espérant que cette dernière soit assez communicative. Mais sinon quand elle lui proposa quelque chose au sujet de sa demeure il ne sut pas vraiment quoi répondre sur l'instant, mais il parut l'air sincèrement touché par le petit sourire qu'il faisait, car cette proposition était très génereuse, et gentille dans les faits. Et il répondit donc confiant.

« Non je ne possède pas de maison à Caladon, Car à vrai dire je suis le genre de vampire qui aime bien voyager donc je n'ai pas vraiment d'habitation fixe. Mais je dois dire que ta proposition est très généreuse mon amie… Je ne sais pas après si ce serait vraiment convenable de ma part de l'accepter, après comme je voyage je ne serai pas toujours là, mais je viendrai sans doute te rendre visite assez souvent, et… Mais au fond je ne vois aucun mal avec le fait d'habiter avec toi dans la même demeure en vérité, mais je n'ai pas envie d'abuser de ta gentillesse ma chère, ou bien pas sans te rendre la pareille. Mais sache que dans tout les cas j'apprécie beaucoup ta générosité. » Dit-il en lui lançant un regard débordant d'estime pour elle. Visiblement plus il passait de temps avec elle plus il commençait à développer peu à peu une grande estime à son égard.

Et d'ailleurs ils ne tardèrent pas à arriver devant la demeure d'Ombeline, une maison qui paraissait assez différente de celles alentours, tout en restant tout de même très plaisante à observer. Elle semblait d'ailleurs bien conçu, et il devait donc avouer que sa propriétaire avait très bon goût, chose dont il n'avait pas douté une seule seconde d'ailleurs. Après elle semblait assez sombre tout de même mais bon Lewyn se disait que c'était une maison plutôt habituel pour un représentant du peuple vampirique, et puis le plus important c'était sans doute qu'Ombeline s'y sente parfaitement chez elle. Et il regarda donc avec un silence respectueux Ombeline qui s'apprêta à ouvrir la porte de cette demeure pour qu'ils puissent entrer à l'intérieure. S'il avait dit que la proposition de cette dernière était généreuse il devait bien souligner ce point-ci encore une fois… Et il entra donc avec une certaine curiosité dans la demeure de sa nouvelle amie, et il ne se priva pas de regarder la décoration au passage. Oh Lewyn n'était pas du tout quelqu'un de matérialiste dans les faits, mais il était très sensible à l'esthétisme, et la beauté des décors, et œuvres d'arts. Et si cette demeure correspondait tout à fait à une vampiresse elle restait très belle. Mais il s’arracha de toute manière de sa contemplation des lieux des lieux quand Ombeline l'invita à s'asseoir sur un divans. Ce qu'il fit sans se faire prier, et ce avec des mouvements assez fluides.

« Mais bien entendu chère amie, et je dois dire que vôtre maison est très belle, j'aime beaucoup la décoration. » Et quand elle revînt peu après avec quelques rafraîchissements il dit un simple. « Merci. » Avant de boire doucement le contenu de la coupe de cristal, il n'était pas du genre gourmand comme vampire en vérité, mais il n'allait sûrement pas refuser un tel cadeau d'une amie, et sur ce il regarda cette dernière avec une pointe de bienveillance avant de dire.

« Dite moi chère Ombeline… Accepteriez-vous que je vous joue un peu de flûte ? Disons que ce serait ma manière de vous remercier de vôtre hospitalité, et puis qui sait ? Vous vous sentirez peut-être un peu mieux suite à cela. » Dit-il d'un ton qui indiquait bien qu'il voulait faire preuve d'une certaine bonté, et gratitude, et sur ce il sortit sa flûte magique de la sacoche accroché à sa ceinture, sacoche qu'il avait posé sur une table basse non loin, et vu qu'il avait obtenu assez vite l'autorisation d'Ombeline, et il se mit donc à jouer de cet instrument…

Inspirant l'air qui lui été inutile en tant que vampire, mais utile en tant que musicien il fit donc émettre une douce mélodie à la flûte, une mélodie teinté de magie… Une mélodie douce qui apaisait, et dissipait le ton de sa mélodie les sentiments néfastes, et qui apportait paix, et sérénité. Et un certain réconfort, et il espérait dans les faits que cela ferait du bien à Ombeline, et trouvait pour sa part que ce serait une bonne manière de remercier cette dernière… Donc il joua, et laissa sa nouvelle amie profiter de la douce musique émanant de la flûte de paix.





Une petite musique pour te donner une idée :3 : https://www.youtube.com/watch?v=eghJcO3ufcg

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Jeu 21 Juil 2016 - 0:50

Ombeline sourit légèrement quand Lewyn dit qu’il essayerait d’apaiser sa peine au mieux : il ne s’en rendait peut-être pas encore compte, mais sa simple présence apaisait déjà la jeune vampire. Et son sourire s’élargie un peu quand il lui fit part du fait qu’il appréciait sa générosité. Etait-ce réellement Lewyn qui réussissait à la faire sourire autant, même de manière discrète ? Elle ne se souvenait pas d’avoir été aussi souriante depuis la mort de Marius, Lewyn avait réussi un véritable miracle !

[…]

Quand Lewyn joua de la flûte, elle eut l’impression que toute sa peine s’envolait, comme emportée par les notes qui coulaient comme un ruisseau tranquille. Elle ne savait pas si cela était dû à un enchantement de la flûte ou non, mais c’était agréable. Elle pouvait enfin penser à Marius de manière sereine et sans mélancolie, tout en écoutant le son limpide s’échappant du petit instrument de bois.

Elle était à côté du divan et s’assit donc sur ce dernier, à côté de son nouvel ami musicien, la tête délicatement posée contre le dossier rembourré de plumes, les yeux clos, les jambes repliées sur le côté sur les coussins et les mains doucement croisées sur ses genoux. Le sourire sur ses lèvres rouges pu enfin s’épanouir et elle se laissa bercer par la douce mélodie.

Elle imagina une étendu d’eau calme et limpide, s’écoulant lentement, parmi les arbres d’une forêt paisible où elle entendrait chanter des oiseaux. Le calme, la paix, la sérénité. Son être entier en rayonnait, du moins, l’imaginait-elle. Un blanc pur prenait progressivement le pas sur la grisaille noirâtre de son âme, l’apaisant.

Au fond, c’était là tout ce qu’elle souhaitait, être sereine et en paix, ne plus haïr les autres races et pouvoir aimer de nouveau. Elle avait été heureuse avec Marius, mais il n’était plus là depuis 200 ans, elle devait surmonter sa perte et aller de l’avant. Car, elle s’en rendait compte désormais, pendant toutes ces années, elle n’avait que stagné dans sa mélancolie et sa tristesse. Elle devait avancer dorénavant. Et elle pourrait trouver la paix et le bonheur, peut-être auprès de Lewyn, lui qui était si différent des autres vampires.

Et elle laissa ses pensées vagabonder au gré de la paix intérieure qui l’habitait depuis que Lewyn avait commencer à jouer.

Elle n’aurait su dire combien de temps il joua, mais lorsqu’il s’arrêta, la sérénité qu’Ombeline ressentait persista légèrement, puis la grisaille revint peu à peu prendre la place de la lumière dans l’âme de la vampire. Malgré cela, elle réussit à conserver un peu de cette paix et passa lentement ses bras autour des épaules de Lewyn, dans une douce étreinte, tout en posant sa tête contre son cou. Puis elle murmura, avec un ravissant sourire, bien plus prononcé que ceux qu’elle avait eu auparavant, comme pour conserver la quiétude qui s’était installée dans la demeure :

- Merci Lewyn. Vraiment, cela m’a fait beaucoup de bien.

Puis elle s’écarta un peu, les bras toujours autour de ses épaules et le regarda avec, cette fois, un sourire chaleureux et un brin moqueur :

- Tu sais, Lewyn, tu peux me tutoyer également, cela ne me gêne pas.

Elle relâcha son étreinte, se leva doucement et rempli encore la coupe en cristal de Lewyn de sang et s’en servit pour elle ensuite.

Puis elle se souvint de quelque chose et dit avec un autre sourire :

- Attends-moi ici, je reviens, ce ne sera pas long.

Avant de partir comme une flèche vers la bibliothèque située au premier après avoir franchi la double porte du salon, d’attraper du parchemin vierge et les partitions pour sa flûte de pan, qu’elle avait composées et de s’asseoir au secrétaire disposé dans un coin de ladite bibliothèque afin de les recopier pour Lewyn. Après tout, elles conviendraient certainement à la flûte de Lewyn si elles convenaient pour sa flûte de pan.

En quelques minutes seulement elle avait fini et disposé les répliques à plat sur le dessus du secrétaire pour les laisser sécher tranquillement et elle redescendait au salon avec les originaux pour Lewyn.

- C'est pour toi, mon cher Lewyn. J’espère qu’elles te plairont. Ce sont les partitions que j’ai écrites pour ma flûte de pan, mais je pense qu’elles conviendront pour ta flûte également.

Elle avait dit cela en tendant les partitions au vampire, en souriant. On aurait presque cru voir une autre Ombeline tant elle semblait changée par le sourire qui éclairait son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Ven 22 Juil 2016 - 21:22

Il ne regardait pas Ombeline prendre ses aises pendant qu'il jouait de sa flûte de paix, mais il savait que l'effet de cette dernière devait bien se manifester chez elle tout de même, particulièrement quand il sentit qu'elle s’essaya non loin de lui, et encore plus quand la mélodie s'acheva car il porta un regard légèrement en biais à son amie assise non loin de lui qui semblait très souriante. Une bonne chose...

Car il n'avait jamais lui-même pu vraiment profiter des effets de son instrument à vrai dire, mais il était content de voir que cela avait eu son efficacité avec la vampiresse, cette dernière avait eu l'air d'en avoir sacrément besoin après tout. Mais cela il pouvait le comprendre. Après tout n'avait probablement pas encore pu tourner la page avec son cher Marius malgré tout le temps qui était passé depuis la mort de ce dernier… Au fond oui il était lui-même triste pour elle, il se disait qu'elle devrait sans doute retrouver le bonheur un jour car à quoi cela servit-il de vivre éternellement si c'était uniquement pour être malheureux ? La vie d'un vampire était souvent difficile oui, mais il était convaincu qu'un membre du peuple nocturne pouvait tout de même trouver le bonheur pensa t-il, et que rien n'était perdu…

Et d'ailleurs il devait avouer qu'il fut légèrement étonné de sentir Ombeline le contact d'Ombeline qui passait lentement ses bras autour de ses épaules pour l'étreindre, mais il la laissa faire malgré tout et sourit un peu à cela. Visiblement cette dernière semblait de bien meilleure humeur et c'était tout ce qui comptait en cet instant. Il passa donc lui même un bras autour d'Ombeline, et ferma légèrement les yeux quand il la sentit poser sa tête contre son cou. Comme pour la soutenir moralement d'une certaine manière, et il l'écouta ensuite avec une certaine satisfaction confirmer que cela lui avait fait beaucoup de bien… A cela il répondit lui aussi d'un murmure.

« Bien, car c'était le but de la manœuvre après tout. » Et ensuite il se contenta de la regarder calmement s'écarter, et sourit de manière amusé aux paroles qui suivirent de son amie… En effet il aurait pu la tutoyer, et c'est ce qu'il ferait maintenant qu'elle lui avait donné la pleine autorisation de le faire.

« Je n'y manquerai pas. » Dit-il donc souriant en réponse à cela, et il accepta ensuite toujours avec politesse la coupe de cristal qu'elle venait de lui remplir à nouveau de sang. Il n'était pas habitué à boire autant pensa t-il, mais il bu tout de même allègrement la coupe remplit de sang avant de dire à son amie qui visiblement avait quelque chose à faire avant de revenir.

« Prend ton temps mon amie. » Après tout aux dernières nouvelles ils n'étaient ps pressés, ils étaient des vampires donc ils avaient de ce fait toute la nuit devant eux, et aucune urgence ne semblait les étreindre ni l'un l'autre en ce moment. Il serait donc bête de ne pas pouvoir patienter un peu en cette nuit paisible. Et c'est ce qu'il fit donc en en profitant au passage pour regarder un peu la décoration a la pièce, en se posant une simple question. Où Ombeline était arrivé à acheter toutes ces décorations-ci pour son intérieur ? Mais bon c'était plus de la curiosité qu'autre chose ce questionnement, et pendant qu'il réfléchissait à ce dernier la vampiresse finit par revenir avec des partitions en main comme elle le lui révéla assez rapidement.

« Je suis déjà certain qu'elles conviendront parfaitement Ombeline, et je t'avouerai après ne pas être un vrai musicien, mais la flûte reste tout de même un bon passe temps pendant les longues nuit d'une vie éternelle... » Dit-il un poétique en acceptant gracieusement les partitions qu'elle lui offrait tout en disant ensuite après avoir eu une petite idée.

« Tu joue donc de la flûte toi aussi ? Pour tout t'avouer tu m'as rendue assez curieux maintenant, et si ce n'est pas trop m'avancer que de demander cela, accepterait tu donc de jouer un peu de ta flûte de pan pour moi ? Ne soit pas timide, je suis certain que tu dois être assez talentueuse. » Acheva t-il donc d'un air encourageant en l'invitant à s'asseoir à nouveau à côté de lui, avant d'ajouter ensuite.

« Et si tu veux nous pourrions même jouer de la flûte ensemble ensuite, car je suis sûr que nous pourrions faire un excellent duo après tout. » Cela il le disait d'un air presque légèrement rêveur à cette idée, et sur ce il resta parfaitement silencieux en attendant de voir ce que désirerait faire Ombeline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Dim 24 Juil 2016 - 15:37

Ombeline sourit, heureuse que Lewyn accepte ses partitions. Quand il lui avoua ne pas se penser vrai musicien, la jeune vampire prit un air compatissant, en faisant une petite moue septique, car elle ne trouvait pas que son compagnon ait raison : il avait très bien joué de sa flûte.

- Tu te considères sans doute comme amateur en musique, mais je peux te certifier que tu n’en as absolument pas donné l’impression mon cher Lewyn.

Puis le vampire lui demanda si elle pouvait lui jouer de la flûte de pan, après l’avoir invitée à se rassoir à ses côtés. Il lui proposa même de jouer ensemble. Il ne se doutait pas que ce n’était pas le seul instrument dont elle savait jouer. Et elle sourit encore. Décidément, elle se sentait bien auprès de Lewyn, comme jamais elle ne l’avait encore été depuis plus de 200 ans. Et cela la transformait. Son visage habituellement si inexpressif, si neutre dans tous ce qu’elle faisait, si stoïque, était maintenant éclairé par un sourire sincère et l’on pouvait voir le bonheur briller dans ses yeux bleus glace.

La jeune vampire prit la main de Lewyn et l’entraina à l’étage, dans une pièce servant de salle de musique, oubliant complétement la coupe de sang qu'elle s'était servit et qui coagulait lentement. Cette pièce était décorée de tableaux représentants des paysages, ainsi que de tentures et de tapis ornés d’arabesques baroques saphir et noir. Dedans se trouvaient une harpe d’ébène presque aussi grande qu’elle, ainsi qu’un fauteuil placé derrière, et plusieurs autres dispersés dans la salle, assortis aux tentures. Il y avait également un petit guéridon où était posé un large coffret de bois d’acajou sculpté.

- Prends place mon cher Lewyn et profite de la musique, lui dit doucement Ombeline avant de rapprocher un fauteuil du guéridon et d’ouvrir le coffret d’acajou où reposait, nichée au creux du velours rouge, une flûte de pan d’ébène poli.

Musique à la flûte de pan

La vampire prit délicatement la flûte et commença donc à jouer. La mélodie était lente et calme, tantôt grave, tantôt un peu plus aigüe, sans l’être trop. Sa flûte n’était pas enchantée, mais les doigts d’Ombeline avaient gardé la mémoire de ses apprentissages de la musique lors de sa vie humaine et elle s’était perfectionnée par la suite, après la mort de Marius. La musique lui permettait d’apaiser un peu son âme, malgré le fait que la douleur restât tout de même bel et bien présente. Mais en cet instant, c’était la présence de Lewyn qui apaisait son âme.

La jeune vampire joua un long moment. Puis elle reposa lentement la flûte dans son coffret et se leva, toujours lentement, afin de ne pas briser l’atmosphère qui s’était installée, comme lorsque Lewyn avait joué de la flûte, et s’assit dans le fauteuil derrière la harpe.

Musique à la harpe

Une musique douce et harmonieuse s’éleva alors des cordes d’argent de l’instrument. Une mélodie tout aussi calme que celle à la flûte, mais peut-être plus sentimentale. Pour l’une comme pour l’autre, c’était l’âme d’Ombeline qui parlait, elle ne jouait pas une partition qu’elle avait apprise. Elle voulait transmettre à Lewyn ce qu’elle ressentait depuis qu’elle l’avait rencontré, quand elle était avec lui. Par le biais de la musique, son âme disait à Lewyn qu’il devenait toujours plus important pour elle, malgré qu’ils ne se connaissent que depuis quelques heures. Il avait réussi à la transformée en si peu de temps, alors que seule, elle n’y serait jamais arrivée. Il avait réussi un miracle, tout simplement. Il avait réussi à apaiser son âme de son chagrin, par sa simple présence.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Lun 25 Juil 2016 - 14:25

Lewyn se sentait bien lui aussi, après tout rien de mieux que la présence d'une personne agréable, et amicale pour être à l'aise, surtout pour sa part il aimait la chaleur des conversation et n'était pas trop du genre à affectionner le solitude comme certains vampires. Et d'ailleurs il ne regrettait aucunement la compagnie d'Ombeline dans les faits, surtout que cette dernière ne manquait ni d'humour, ni de gentillesse visiblement. Et de plus pour sa part il ne pouvait pas vraiment lui prêter de défaut sur le moment… Et d'ailleurs il répondit aimable aux paroles se voulant gentille de la vampiresse.

« C'est gentil de ta part, même si après j'ai sans doute encore beaucoup de progrès à faire malgré tout. » Dit-il agréable en voulant rester un minimum modeste malgré tout. Dans tout les cas il restait très content à l'idée d'avoir visiblement ramener une certaine joie de vivre à Ombeline dans les faits, au fond il aimait beaucoup apporter le bien autour de lui, et encore plus à l'égard d'une personne qu'il appréciait.

Et visiblement après qu'il ait demandé à Ombeline si cette dernière accepterait de jouer de la flûte de pan pour lui, cette dernière pour lui répondre se contenta de lui prendre la main, et de l'emmener à l'étage, ce qui sonnait littéralement comme un oui dans les faits selon Lewyn. Et cela se confirma quand il vit la grande harpe d'une taille presque impressionnante se trouvant à l'étage, un instrument qui devait sans doute émettre une musique douce, et apaisante entre des mais exercées, et un petit quelque chose lui disait qu'Ombeline était en effet quelqu'un d'exercé…

« A vos ordres dame Ombeline. » Dit-il dans tout les cas sur le ton de l'humour quand Ombeline lui dit avec douceur de prendre place, puis de profiter de la musique, ce qu'il fit donc assez prestement pour ensuite consacrer son entière attention sur le mélodie qu'allait bientôt jouer Ombeline.

Une mélodie lente calme, et d'une certaine manière douce malgré le son grave. Ce n'était pas quelque chose qu'il avait souvent entendu mais il appréciait assez le son, et devait reconnaître sincèrement le talent de la musicienne qui jouait de la flûte, il se disait qu'Ombeline avait dû prendre un certain temps pour s'exercer tout de même ce qui était un nouveau détail charmant sur sa personne car cela signifiait qu'elle avait certains passe temps demandant une certaine sensibilité, et pour sa part en tout il tâchait d'apprécier cela à sa juste valeur…

Et le temps passa à mesure que la musique résonnait, ce même si pour sa part Lewyn ne le vit presque pas passer dans les faits car il avait été en grande partie prit par la musique, mais il vînt du coup le moment où Ombeline arrêta de jouer de la flûte, et heureusement une surprise agréable suivit cela car la dame de la nuit se dirigea ensuite bien vite vers sa harpe dans le but de jouer de cette dernière…

Et alors que Lewyn écoutait la mélodie de la harpe, et qu'il appréciait cette dernière il se mit au final à se lever doucement lorsque la mélodie finit par prendre fin, et il s’avança calmement d'un pas félin vers Ombeline pour dire doucement à cette dernière…

« Auriez-vous…. Je ne sais pas c'est une possibilité… Quelque chose à me dire éventuellement ? » Dit-il avec un doux sourire, car il avait tout à coup une petite impression pour tout avouer, rien de bien folichon, mais dans les faits il avait trouvé la musique assez touchante, et il avait l'impression qu'il y avait une raison pour laquelle Ombeline lui avait jouer ainsi de la harpe alors qu'il n'avait rien demandé… Mais de toute manière suite à cela il finit par dire à Ombeline d'un sourire fin.

« Dans tout les cas sache que tu joue très bien toi aussi, et je dois te dire que cette mélodie était magnifique. Et l'on voit aisément rien qu'en l'écoutant que tu y avait consacré pleinement tout ton être, et d'ailleurs si ce n'est pas indiscret de ma part… Quelle a été d'ailleurs la source de ton inspiration pour cette mélodie ? » Demanda t-il avec une curiosité légèrement innocente, après tout c'était peut-être l'ancien amant d'Ombeline Marius qui avait inspiré cette dernière, ou tout autre chose. Mais dans tout les cas il était satisfait de voir qu'elle semblait se sentir assez bien pour jouer une musique aussi touchante sans être forcément triste… De plus précisions que Lewyn restait un homme même si avec pas mal de jugeote, donc il ne pouvait pas forcément comprendre qu'on avait des sentiments pour lui avec ce genre de sous-entendu. Après il se doutait de quelque chose bien entendu, mais cela voulait aussi dire que c'était peut-être le moment pour Ombeline de se jeter à l'eau ? A voir… Après tout la suite dépendait de cette dernière dorénavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Lun 25 Juil 2016 - 15:18

Quand la jeune vampire termina de jouer de la harpe, Lewyn s’avança lentement vers elle, sans aucun bruit. Il donnait l’impression d’avoir compris ce qu’elle voulait lui dire par sa musique, mais il semblait tout de même hésitant, voulant certainement qu’elle lui confirme de vive voix. Le fait qu’il la vouvoie lui confirma qu’il était quelque peu perturbé et ne savait sans doute trop que penser. Car, après tout, cette mélodie à la harpe, bien que teintée de ses sentiments, pouvait lui avoir été inspirée par le souvenir de Marius, devenu moins douloureux à porter pour elle. Mais ce n’était pas le cas. Ce n’était pas Marius qui lui avait inspiré cette musique.

Après que son compagnon lui eut demandé quelle était sa source d’inspiration pour sa musique à la harpe, Ombeline se leva doucement de son fauteuil, hésitant quelques secondes. Mais elle devait se résoudre à lui dire, après ce que lui avait sans doute fait penser la musique, elle ne pouvait décemment pas le laisser comme cela dans l’expectative. Elle devait lui dire. Ou bien lui montrer, mais elle devait faire quelque chose.

Alors elle retira son collier d’améthyste, qu’elle posa sur le guéridon, s’avança lentement vers Lewyn, posa une main sur sa joue, se baissa légèrement, du fait qu’elle soit plus grande que lui et déposa un chaste baiser sur ses lèvres blanches.

- C’est toi ma source d’inspiration, souffla-t-elle doucement, après s’être légèrement reculée, leurs visages à seulement une dizaine de centimètre l’un de l’autre.

Au moins, ce baiser et cette réponse ne laissaient guère de doutes quant à ce qu’Ombeline ressentait envers Lewyn. Il lui rappelait Marius, par sa gentillesse et son humanité bien supérieure aux autres vampires. Et il avait réussi à la métamorphoser en une nouvelle femme. Ce que personne n’avait jamais réussi à faire par le passer, sauf son premier amour.

Elle se demandait s’il pouvait être sa réincarnation, mais cela semblait peu probable. Elle se rendait compte que ses sentiments pour Lewyn éclataient en elle de manière très rapide, mais elle n’y pouvait rien. Elle l’aimait. Peut-être trop fort et trop rapidement, mais elle n’avait pas aimé depuis si longtemps. Et il était si gentil, si attentionné, malgré le fait qu’ils ne se soient rencontrés que depuis quelques heures. Cela avait été une sorte de coup de foudre, qui avait explosé d’un seul coup dans son cœur mort et dans tout son être. Elle pourrait être capable de tout pour lui, pour le voir heureux et le voir sourire. Et elle serait prête à donner sa vie pour lui, si cela s’avérait nécessaire.

Elle comprenait maintenant ce que devait ressentir Marius pour elle. Cet amour si fort qu’il vous poussait à tout pour prendre soin de l’autre, le protéger, le chérir. C’est ce qu’il avait fait autrefois pour elle. Et c’est ce qu’elle ferait désormais pour Lewyn.

- Je t’aime Lewyn, murmura la jeune vampire, les yeux plongés dans ceux, presque identiques aux siens, de celui qu’elle se promettait de protéger, coûte que coûte.

Ces mots, qu'elle n'avait pas prononcés depuis plus de 200 ans. Et elle était heureuse de les dire pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mar 26 Juil 2016 - 11:28

Il regarda Ombeline qui visiblement n'avait pas décidé de répondre tout de suite à sa question, ou du moins pas par des mots alors qu'elle se levait, et resta silencieux pendant quelle hésita quelques secondes, alors que lui se demandait pour sa part de plus en plus ce que cela pouvait vouloir dire… Peut-être qu'il avait touché sans le vouloir un point sensible ? Pensa t-il calmement, mais comme elle ne semblait pas forcément triste sur l'instant donc ce n'en était pas certain...

Et de toute manière avant qu'il ne puisse en réfléchir plus avant Ombeline retira son collier d'améthyste pour ensuite s'avancer vers lui lentement, mais ce qui surprit Lewyn en faîte c'est qu'elle posa sa main sur sa joue avant ensuite de se baisser lentement pour lui offrir un chaste baiser… Se pourrait-il que ? Pensa t-il confus intérieurement même s'il tâcha de n'en laisser rien paraître à part un léger écarquillement des yeux… Est-ce qu'elle avait des sentiments pour lui ? Il avait du mal à assimiler ce concept à vrai dire, après tout il ne voyait pas vraiment pourquoi on pourrait avoir des sentiments pour lui alors qu'il d'était comporté avant tout comme un ami…

« Je. Je vois... » Dit-il donc calme, et doucement pensif alors qu'elle lui disait que c'était lui sa source d'inspiration, car pour tout avouer il ne savait pas quoi faire du coup… Et elle semblait le regarder avec une telle affection. Méritait-il vraiment tout cela, et comment devait-il réagir en retour ? Étrangement il se rendait compte que même s'il ne se connaissaient que depuis peu lui aussi éprouvait une certaine affection pour elle. Pouvait-on appeler cela de l'amour ? Peut-être, il ne connaissait pas assez l'amour pour le savoir après tout, mais il est probable qu'avec le temps il en saurait davantage, et peut-être que cela se développerait s'il laissait sa chance à cette union pensa t-il. Mais dans ce cas-là que devait-il faire pour rendre Ombeline heureuse, et faire en sorte que tout deux soient heureux de cela ? Une question difficile… Néanmoins il était décidé à faire de son mieux...

« Je ne sais pas ce que je suis censé répondre à cela à vrai dire… Et je pense que de toute manière je peux d'offrir une meilleure réponse que des simples mots... » Dit-il donc doucement après que Ombeline lui ait avouer d'un murmure l'aimait, et alors qu'elle plongeait son regard dans le sien… Ainsi il s'avança vers elle légèrement, et entoura avec douceur le cou d'Ombeline de ses bras pour ensuite unir à nouveau leurs lèvres mais cette fois-ci plus longuement. Comme s'ils ne faisaient pendant quelques instants qu'un, et la sensation dû à ce baiser était remplie de chaleur… L'impression d'être aimé à quelqu'un, et de pouvoir aimé en retour. Celle de pouvoir se faire confiance mutuellement, et de pouvoir implanter durablement leurs amour à l'avenir… Oui il avait envie de tout cela.

Et cette douce étreinte dans laquelle ils furent unit prit fin après un certain temps, et suite à cela il regarde à nouveau Ombeline de son regard bleu ténébreux avant de dire avec un sourire qui se voulait aimant.

« Je ne sais pas vraiment ce que c'est d'aimer quelqu'un, et ce qu'il faut faire après une telle déclaration mais je promet de faire de mon mieux pour toi chère Ombeline… Je suis heureux que tu me fasse confiance, et sache que c'est réciproque. » Cela dit avec une grande douceur alors qu'il prenait doucement la main droite de cette dernière avec la sienne en la serrant doucement avant d'ajouter sur un ton bienveillant, mais plein de questionnements.

« Dit moi... Que désire tu donc pour l'avenir chère dames des ombres ? » Cela formuler sur un ton qui se voulait aussi empreint d'une certaine poésie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mar 26 Juil 2016 - 17:00

Quand Lewyn s’approcha à nouveau d’elle, après qu’elle l’ait embrassé, et qu’il l’entoura de ses bras et posa de nouveau ses lèvres sur les sienne, la jeune vampire aurait pu jurer que son cœur mort avait émis un battement, bien que cela soit impossible. Elle passa un bras dans le dos de Lewyn et posa sa main libre sur sa nuque, afin de le rapprocher encore d’elle et rendre leur baiser plus profond. Et elle ferma les yeux, savourant ce contact. Elle aurait voulu rester ainsi à jamais.

Après que celui qui aurait pu faire battre la chamade à son cœur si elle avait été humaine eut rompit leur baiser, et lui ait avoué implicitement qu’il n’avait encore jamais aimé personne avant elle, Ombeline lui sourit tendrement et lui répondit doucement :

- Alors je t’appendrai ce que c’est qu’aimer, mon trésor. J’ai entièrement confiance en toi et je ferai tout pour te protéger, te rendre heureux et te voir sourire. Absolument tout.

Puis il lui prit la main et lui demanda ce qu’elle voulait pour l’avenir. La réponse tenait en un mot : Lewyn. Tout ce qu’elle désirait pour l’avenir, c’était qu’il soit avec elle. Comme Marius avait été présent chaque jour et chaque nuit pour elle avant qu’il ne meure. Et elle serait là pour lui. A jamais, dans le bonheur, la guerre, la joie ou la peine.

- Te savoir à mes côtés me suffit mon amour, répondit la jeune vampire en le prenant dans ses bras et posant la tête sur son épaule.

Elle était bien dans ses bras, elle aurait voulu y rester pour l’éternité. Mais elle savait bien qu’il fallait vivre. Aussi desserra-t-elle son étreinte et, après avoir déposé un baiser léger comme un pétale de rose sur les lèvres de Lewyn, lui prit la main et lui demanda doucement :

- Voudrait visiter le reste de la maison ?

Elle ne remit pas son collier d’améthyste, après tout, l’enchantement s’y trouvant pouvait être dangereux pour Lewyn si elle l’embrassait avec.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mer 27 Juil 2016 - 16:03

N'avait-il jamais réellement aimé avant ? Il pouvait avouer avoir un quelque chose en lui qui lui disait par exemple qu'il avait un certain faible pour un certain autre vampire roux, mais on ne pouvait pas appeler ça de l'amour tant que ce n'était pas révélé au grand jour ni partagé pour l'instant, donc en effet il n'avait jamais encore réellement aimé auparavant, en tout cas pas comme amoureux, en tant qu'ami oui, en tant que frère oui. Mais cette autre manière de faire qu'il était promis à découvrir… Lui était encore assez mystérieuse en effet.

Il n'avait d'ailleurs jamais embrassé quelqu'un comme cela, mais la chose avait été très plaisante. Et d'ailleurs la proposition d'Ombeline était touchante même si aussi légèrement gênante pour une bonne raison qu'il ne tarda guère à évoquer avec gentillesse.

« De même inversement je te protégerai de mon mieux, et ferait tout pour te rendre heureuse en retour, mais s'il te plaît ne te met pas non plus trop en danger pour cela… Je n'ai pas envie qu'un être cher se blesse pour me protéger, ou qu'il meurt à cause de moi. Alors tâche de faire aussi attention à toi Ombeline... » Cela il le dit en dévoilant une certaine sensibilité, non il ne tenait pas à ce quelqu'un se blesse où meurt par sa faute… Encore moins quelqu'un qu'il aimait.

Quand à l'avenir la réponse d'Ombeline fut aussi très touchante même si assez vague, à vrai dire il ne savait pas tout ce que cela impliquait, mais il tâcherait donc d'être à ses côtés. Après tout l'éternité paraissait moins dure, et amère à deux que seul… La vie serait sans doute plus douce et agréable ensemble, et il auraient plus de chance de vivre longuement aussi.

« Et te savoir à mes côtés me comble de joie... » Ajouta t-il donc en acceptant à nouveau l'étreinte d'Ombeline alors que cette dernière posait sa tête sur son épaule… S'il avait cru un jour qu'une vampiresse l'aimerait… Enfin c'était une douce surprise, et ils auraient bien le temps de voir ce que cette union donnerait pendant leurs éternelle existence.

Et un léger baiser plus tard de la part de sa dame cette dernière deserra leurs étreintes, et lui proposa doucement de lui faire visiter sa demeure, proposition à laquelle il n'existait qu'une seule réponse possibles aux yeux de Viladric.

« Mais bien entendu, je te suis volontiers très chère. » Finit-il ensuite par répondre avec un sourire doux à la proposition d'Ombeline de visiter le reste de sa demeure. Peut-être après tout qu'elle avait quelque chose à lui montrer ? Dans tout les cas il la laissait donc volontiers le guider, et ajouta au passage finement après une légère réflexion hésitante.

« J'espère ne pas être trop brusque en te proposant cela... Mais peut-être pourrions nous ensuite emprunter un lit si tu en possède un pour disons… Unir nos corps le temps d'une nuit, car les mots je pense ne suffisent pas à eux seuls pour définir nos sentiments, et cela conclura le début de cette union que j'espère éternelle... » Et il disait cela non comme un homme qui désirait simplement coucher avec une femme, mais plutôt ne faire un temps qu'un avec elle corps, et âmes, à la serrer contre lui et qu'ainsi ils puissent faire parler leurs sentiments de manière plus éloquentes qu'aucun mot ne le permettrait jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Jeu 28 Juil 2016 - 1:26

Lorsque son beau vampire lui demanda de ne pas prendre de risques inconsidérés pour lui ou qui pourraient être fatals la jeune vampire, Ombeline sourit et lui répondit doucement :

- Je te le promets Lewyn, mais alors, il en va de même pour toi mon amour. Me promets-tu de ne pas prendre de risques inconsidérés ou qui pourraient nuire à ton existence ?

Puis Lewyn la laissa le guider dans la maison mais, alors qu’ils sortaient tous deux de la salle de musique, son compagnon fit proposition inattendue qui fit légèrement rougir la jeune vampire :

- Ne t’inquiète pas, il y a trois chambres, il y en aura bien une qui te plaira plus que les autres, répondit-elle dans un murmure avec un sourire et un clin d’œil. Et j’espère également que notre couple sera éternel, tout comme nous.

Il fallait dire que, depuis qu’elle avait embrassé Lewyn, un désir passionnel lui donnait l’impression de réchauffer son bas-ventre, malgré le fait qu’elle soit morte. Elle ne savait pas si elle résisterait à ce désir jusqu’à la fin de la visite de sa demeure. Malgré tout, elle se fit violence et se persuada qu’il n’y avait pas tant à montrer à Lewyn, et donc que ce moment arriverait bien vite.

Sur ces mots, elle entraina donc Lewyn au rez-de-chaussée, afin de commencer par le début. Elle ouvrit la porte de la cuisine, faite de bois et de pierre pour les plans de travail. Contrairement au reste de la maison, elle était dans des tons clairs, du fait que, si jamais Ombeline venait à avoir des invités, il serait plus simple de leur préparer des repas ainsi et de nettoyer par la suite. Puis elle lui indiqua la porte de bois blanc au fond à droite de la cuisine :

- Cette porte donne sur la réserve. Tu y trouveras aussi bien des jarres de sang que de la nourriture convenant aux humains ou aux elfes, conservée par magie, si jamais je venais à avoir des invités. Ce n’est pour l’instant encore jamais arrivé, mais on ne sait jamais.

Puis ils passèrent dans le salon, dont les rideaux de velours or étaient tirés devant les larges fenêtres aux vitres rouge sang et elle le conduisit à une arche au fond de celui-ci. Arche qui donnait sur la salle à manger décorée de tentures dans les tons ambrés et doré. Les fauteuils disposés autour d’une longue table en acajou étaient assortis aux tapisseries des murs et un vaisselier, d’acajou lui aussi, trônait contre un mur, rempli de vaisselle, plats, tasses et coupes, en argent, en porcelaine ou en cristal. Aucune poussière ne trainait, tout comme dans le reste de la demeure, bien que cette partie ne soit pas utilisée.

- La salle à manger, pour les invités vivants. Elle non plus n’est pas employée à ce pour quoi elle est prévue, mais sait-on jamais, cela pourrait être le cas un jour.

Ils repassèrent ensuite dans le couloir de l’entrée et Ombeline indiqua une porte près de l’escalier :

- Une salle d’eau, avec baignoire de cuivre, deux lavabos de porcelaine surmontés de miroirs d’argent et du linge de toilette propre.

Ils remontèrent au premier étage, où la jeune vampire tourna à gauche de l’escalier pour ouvrir une porte : celle de la bibliothèque où elle était monté un peu plus tôt pour recopier les partitions pour Lewyn. Cette dernière s’étendait sur les trois quarts de ce côté de la demeure, qui n’était pas petite, bien qu’il y en ait certainement de plus conséquentes dans Caladon. Les rayonnages de bois noir, recouvrant les murs du sol au plafond, croulaient sous les ouvrages de toute sortes, anciens ou plus récents. Un secrétaire de bois, noir lui aussi, était disposé dans le coin droit au fond de ladite bibliothèque et plusieurs fauteuils d’ébène tapissés de tentures bleu sombre aux arabesques complexes d’un bleu plus clair étaient disposés dans la pièce et devant le secrétaire, ainsi que quelques guéridons ornés de chandeliers d’argent :

- La bibliothèque où je suis venue recopier les partitions que je t’ai offert tout à l’heure, présenta-t-elle, en posant sur Lewyn un regard empli de tendresse. Il y a de tout, des ouvrages traitant aussi bien de musique, que de peinture, de politique un peu, ou encore de contes ou légendes, de poèmes, de géographie ou d’astronomie, de botanique ou bien de magie. Si jamais il te viens l’envie d’écrire ici, il y a du parchemin dans les tiroirs du secrétaire ainsi que des plumes et des flacons d’encre de diverses couleurs.

Ils passèrent rapidement la pièce suivant, étant donné que c’était la salle de musique qu’ils venaient de quitter quelques minutes plus tôt. Ombeline, tenant toujours Lewyn par la main, traversa l’entresol, aux mus tendus de tapisseries tissées d’améthyste et d’argent en motifs baroques, agrémenté de fauteuil assortis, de guéridons et décorés de tableaux de natures mortes. Devant les fenêtres étaient tirés de lourds rideaux de velours pourpre. Le long des murs de la salle de musique et de la pièce en face trônaient deux petits escaliers, du même goût que celui du rez-de-chaussée.

La porte en face de la salle de musique était une chambre, dans différentes teintes de bleu. Un grand lit à baldaquin aux draperies assorties aux murs, comme dans les deux autres chambres de la demeure, assez grand pour que deux personnes puissent y dormir à leur aise était placé contre le mur droit, flanqué de chaque côté d’une table de nuit de bois sombre surmontée d’un chandelier. Une coiffeuse, deux armoires, ainsi qu’une commode et une table décorée d’un bouquet de rose rouges fraiches, comme toutes celles décorant la maison, étaient réparties dans la chambre. A côté du lit se trouvait une porte :

- La porte du fond, à côté du lit, donne sur une salle d’eau. Les trois chambres sont conçues et agencées sur le même modèle et chacune possède une salle d’eau privée attenante, identiques à celle du rez-de-chaussée. Seules les tentures et les draperies différents par leurs couleurs. Dans une des armoires se trouvent des vêtements de femme, dans l’autre, des vêtements d’homme, dans la commode, des draps et couvertures propres.

La pièce à côté de la chambre bleue était également une chambre :

- Celle-ci est la chambre verte, indiqua rapidement Ombeline, cela n’étant pas nécessaire de rentrer du fait qu’elle était identique à la précédente.

Elle emmena ensuite son amour au deuxième étage, par l’escalier près de la chambre bleue et indiqua que la porte la plus proche donnait sur la chambre rouge.

Elle passa à la porte suivante : un bureau aux murs, non pas ornés de tapisseries, mais de boiseries acajou. Au centre était placé un immense secrétaire, lui aussi d’acajou, sur lequel était disposé des feuilles de parchemin, ainsi qu’une plume et un encrier. Derrière le secrétaire, accrochée au mur dans un cadre de bois noir, se tenait une carte détaillée d’Armanda.

La pièce suivante était le boudoir d’Ombeline, où était placées une coiffeuse et un guéridon d’ébène, ainsi qu’une armoire contenant les robes et souliers de la dame.

A côté du boudoir, la salle de peinture. Le planché, laissé brut, était constellé de taches de pigments de diverses teintes, trois chevalets étaient répartis, un retenant une toile encore inachevée d’une nature morte représentant une rose rouge. Plusieurs autres tableaux achevés ou non, pour la plupart assez sombres dans leurs couleurs comme leurs thèmes, étaient posés le long des murs et une armoire ouverte laissait voir un large assortiment de pots de pigments de toutes les couleurs possibles, de vernis et de pinceaux de toutes tailles et de toutes formes, plats, ronds, allongés, carrés… Un tablier taché reposait négligemment sur un tabouret haut, sur un autre une palette bariolée. Une odeur de vernis et de peinture flottait fraiche flottait dans l’air. Cette pièce dénotait avec le reste, bien plus ordonné, de la demeure.

- Voici mon atelier de peinture. Je te l’accorde, le désordre règne en maitre en comparaison du reste de la maison. D’ailleurs, tous les tableaux que tu as vu aux murs sont mes œuvres, expliqua-t-elle à son aimé avec un sourire.

Le désir revint avec force se rappeler à la mémoire de la jeune vampire. Bientôt. Plus qu’une pièce et elle pourrait enfin se laisser emporter et ne faire plus qu’un avec celui qu’elle aimait.

Elle passa enfin à la dernière pièce. Sa roseraie d’intérieur, comme elle l’appelait. Et pour cause, sitôt passé la porte, en se retrouvait transporté dans un jardin luxuriant de roses d’un magnifique rouge sombre. Elles étaient arrosées par des réservoirs d’eau suspendus au plafond, qui délivraient le liquide en goutte-à-goutte continu, les deux fenêtres n’étaient pas pourvues de rideaux, afin de laisser rentrer la lumière du jour dès l’aurore dans la pièce.

- Et enfin, ma roseraie d’intérieur personnelle. Les roses de la maison sont aussi une culture personnelle. C’est pour cela qu’elles sont toujours fraiches, car je les change dès qu’elles fanent.

Le parfum doux et enivrant des fleurs les environnait, faisant vaciller la raison de la jeune vampire. Alors elle se retourna face à Lewyn, le serra doucement contre elle et l’embrassa avec tendresse, mais il pouvait certainement sentir la passion, toujours retenue, qui en irradiait. Leurs lèvres toujours celées entre elles, elle l’entraina lentement hors de la roseraie, laissant la porte ouverte, l’odeur grisante de fleurs se répandant alors rapidement dans toute la demeure, embaumant chaque pièce. Elle resterait d’ailleurs très certainement plusieurs jours, voire peut-être une semaine ou deux, tant le parfum était puissant, bien que doux.

Ombeline reculait doucement vers la chambre rouge. Rouge, couleur du sang, de la passion, de l’amour charnel, de la sensualité aussi. Grâce à sa parfaite connaissance des lieux, elle ouvrit la porte sans même s’arrêter et ils pénétrèrent dans la pièce couleur sang et passion, tandis que Lewyn retirait tant bien que mal ses bottes sans rompre le contact de leurs lèvres.

La jeune vampire plaqua doucement Lewyn contre le mur près de la porte, soufflant son nom alors que son baiser descendait vers le cou de son aimé, afin de le picorer, sans toutefois le mordre. Et tandis qu’elle lui mordillait et lui embrassait fiévreusement la gorge, elle lui retira sa tunique d’hivers, en ouvrant habilement les fines fibules d’argent la fermant sur le devant, la laissant tomber au sol près d’eux. Puis elle le débarrassa rapidement de son armure vampirique, la faisant rejoindre la tunique. Et quelques secondes plus tard, ce fut au tour de son pantalon de tomber au sol.

Le ténébreux vampire se retrouva alors totalement nu, tandis qu’Ombeline rompait doucement leur baiser afin de se reculer légèrement et d’observer son corps. Il était magnifique. On aurait pu croire son corps sculpté dans de l'albâtre, parfait et pâle, figé dans toute la beauté de sa jeunesse. La nature l’avait bien fait, c’était indéniable. Et ce constat ne fit que raviver encore plus l’envie qu’elle avait de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Ven 29 Juil 2016 - 16:52

La réponse d'Ombeline ne pu que le faire sourire, au moins cette vampiresse en plus d'être très dévouée semblait aussi savoir être raisonnable, une bonne chose qui le rassura en partie dans les faits.

« Je vais tâcher de faire de même, même si je t'avoue être du genre à prendre des risques pour aider les gens, mais je tâcherai de rester prudent malgré tout. » Après tout autant être franc sur le fait qu'il était un altruiste n'hésitant pas des fois à risquer sa vie pour autrui… Et d'ailleurs pour dévier sur un autre sujet, visiblement sa proposition sembla faire rougir, et ne pas vraiment déplaire à Ombeline… Bien.

« Je vais t'avouer être impatient pour le coup de découvrir ces chambres. » Dit-il d'un air sensuel malgré le fait qu'il n'était pas très expérimenté avant d'ajouter au sujet de l’éternité de leurs couple. « Et nous ferons du mieux je sens pour qu'il en soit ainsi donc pourquoi s'en inquiéter ? » Cela d'un air légère poétique, et sur ce il ne restait donc qu'à entamer la visite du reste de la demeure d'Ombeline avant de pouvoir exprimer tout deux leurs passions.

Ils visitèrent donc d'abord la cuisine, une chose qui étonna Lewyn car une vampiresse n'avait pas besoin de cela, et puis quand il déduit la raison de la présence de cette cuisine il sourit légèrement car c'était assez attentionné mine de rien de la part d'Ombeline, de même que de garder des réserves de sang, et de nourriture. « Je trouve que c'est une très bonne idée. » Dit-il donc au sujet des réserves avant ensuite de suivre sa dame dans le salon… Qui encore une fois démontrait qu'Ombeline était assez prévoyante, et Lewyn devait avouer qu'il aimait bien la décoration. « Tu sais visiblement très bien décoré les pièces de ta demeure ma chère. » Lui glissa t-il donc peu avant ensuite de découvrir les pièces d'hygiène qu'il nota aussi dans son esprit pour quand il en aurait besoin, et ensuite ils montèrent au premier étage main dans le main.

Pour qu'il lui d'abord présenter une bibliothèque très bien construite, et fort bien remplie ce qui était tout à fait à son goût.

« Un très bel endroit. »
Dit-il en renvoyant un regard doux à Ombeline avant de reprendre. « Dans tout les cas je risque fort de souvent fréquenter cette pièce, et merci à toi d'avoir la gentillesse de me le permettre. » Ajouta t-il ensuite sincère peu avant qu'ils ne poursuivent la visite. Pour passer rapidement la salle de musique, et se concentrer sur les chambres du premier étage. Des chambres très belles, et assez identiques à part pour les décorations, et la couleur de ces dernières.

« J'aurai bien du mal à choisir une chambre à vrai dire vu qu'elles semblent toutes assez belles de ce que tu m'a montré et décrit... » Avoua t-il un peu perplexe pour le coup après qu'elle lui ait présenté les chambres. Car en effet cela lui demandera une légère réflexion, mais cela un peu plus tard sans doute car la visite continuait… Et il passèrent devant plusieurs pièces que Lewyn nota dans son esprit avant d'arriver dans la salle de peinture qui en effet était plutôt désordonné… Mais il aima bien apprendre qu'Ombeline aimait la peinture.

« Ce que je pense surtout c'est que j'apprécierai de vois les toîles que tu as faîte, et celle que tu es en train de faire lorsqu'elles seront terminés. » Lui répondit-il avec un fin sourire, alors que lui aussi le désir l'étreignait. Mais d'abord il fallait achever la visite, et sur ce ils allèrent donc à la roseraie magnifiquement agencée…

« J'aime beaucoup l'odeur de ces roses, et je vois que tu porte beaucoup d'attention à ce genre de détail. C'est très... » Et il n'eut pas le temps de finir de parler car Ombeline le serra contre elle avant de l'embrasser avec tendresse, alors sans même réfléchir Lewyn s'engagea lui aussi dans ce doux baiser. Et il pouvait sentir cette passion qu'il voulait d'une certaine manière sentir l'embrasser bientôt pour qu'ils se laissent s'abandonner à leurs communs désir. Et donc il se laissa entraîner docilement hors de la roseraie par Ombeline, laissant volontiers cette dernière maîtresse des opérations pour le moment. Et il retira en partie certains de ses vêtements, notamment ses bottes quand elle l'entraîna dans la chambre aux couleurs écarlates… Et quand ce fut fait il se fit ploquer contre le mur près de la porte, et il souffla lui aussi le nom de son amante pendant qu'il cédait volontiers aux assauts passionnés de sa belle. Laissant ainsi sa belle le déshabiller délicatement pendant qu'elle l'embrassait avec passion.

Et le résultat de tout cela vu qu'il se retrouva maintenant dépourvu de ses effets pendant qu'Ombeline décida de savourer un peu le spectacle. Lewyn la laissa volontiers faire cela, mais il n'attendit pas non plus trop longtemps car c'était son tour maintenant… Il se rapprocha de sa belle et défit délicatement cette dernière de sa robe, et de ce qui pouvait se tenir en dessous tout en joignant à nouveau avec passions ses lèvres aux siennes comme s'il voulait s'offrir tout entier, ce qu'il faisait déjà à sa manière… Et quand elle aussi fut dénudé, plutôt que de contempler le spectacle il décida de l'inonder dès maintenant sous l'assaut des caresses sensuelles et d'une étreinte aimante pendant qu'il la poussait doucement vers le lit en lui disant.

« En cette nuit il n'y aura que nous deux... »
Et sur ces douces paroles il la laissa à nouveau mener la danse si elle le désirait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Sam 30 Juil 2016 - 23:40

Alors que son amour la délestait de sa robe, ses jupons et qu’elle-même retirait ses bottines tout en l’embrassant de nouveau passionnément. Et il la serra dans ses bras, collant son corps nu contre le sien, tout en reculant lentement vers le lit.

- Oui, mon aimé, cette nuit est la nôtre, comme toutes celles à venir et pour l’éternité, murmura la jeune vampire à l’oreille de Lewyn.

Elle soupira de plaisir sous les caresses de son beau vampire. Plus rien ne comptait qu’eux deux, unis maintenant et à jamais. Elle l’aimait plus que tout et le protégerait toujours, elle s’en fit la promesse. Pourtant, elle n’avait pas oublié Marius. Après tout, comment aurait-elle pu oublier son premier amour ? Mais il n’était plus désormais, il était retourné depuis deux siècles auprès des esprits. Peut-être avait-il trouvé la paix, peut-être s’était-il réincarné ? Il s’était sacrifié pour elle, et elle savait qu’il n’aurait pas souhaité la savoir désespérée et pleurant sa perte. Alors, tandis qu’elle s’offrait à son nouvel amour, elle lui adressa une prière, où qu’il puisse se trouver, lui disant qu’elle avait trouvé le bonheur, comme il l’aurait voulu.

Ombeline embrassa encore Lewyn, mais de manière plus langoureuse, faisant lentement courir ses longs doigts sur son corps pâle, sur ses muscles. Puis ses mains blanches fourragèrent dans la chevelure ténébreuse de son amant, l’attirant à elle. Elle le voulait, certes, mais elle n’était pas du genre à se précipiter, bien que chaque fibre de son corps lui criât le contraire. Après tout, pourquoi se hâter ? Ils avaient toute la nuit et toute l’éternité pour s’aimer.

- Je serai à jamais à toi, plus qu’à n’importe qui d’autre mon amour : je n’aimerai jamais personne comme je t’aime, souffla-t-elle alors qu’elle embrassait la gorge de Lewyn.

Non, elle n’aimerait jamais personne comme elle l’aimait lui, jamais aussi fortement, aussi passionnément, de cet amour presque fou qui pouvait vous faire vous donner corps et âme à l’autre, cette personne sans qui le monde ne tourne plus. La jeune vampire savait qu’elle n’était pas du totem des inséparable, mais pourtant, elle ressentait un tel amour pour Lewyn ! Peut-être son cœur resté trop longtemps seul qui la faisait se jeter corps et âme dans cette passion aussi brutale et brûlante qu’un éclair tombé des cieux, mais ce n’était pas pour lui déplaire.

Elle mordillait légèrement le cou de son aimé, les anneaux d’argent qu’il avait aux oreilles. Elle ne savait pas trop si elle pouvait le mordre et, dans le doute, elle préféra s’abstenir : elle ne voulait pas risquer de gâcher un si beau moment.

Les deux amants roulaient ensemble sur les draperies couleur sang, enlacés et unis, dans le parfum capiteux des roses. Tout comptes fais, Ombeline se disait que c’était ce moment-ci qu’elle aurait voulu figer dans le temps. Elle souhaitait que leur étreinte ne s’arrête jamais, que ne vienne jamais l’aurore, qu’ils restent tous deux enlacés ainsi, jusqu’à la fin des temps. Mais elle savait bien que l’aurore viendrait, que leur étreinte prendrait fin et que leurs corps se sépareraient. Certes, pas à jamais, car ils avaient l’éternité pour eux. Mais ce moment se terminerait tout de même.

- Lewyn, je t’aime, susurra la jeune vampire à l’oreille de son amant.

Dans ses bras, elle ne voyait pas le temps passer. D’autant plus que la chambre ne comportait pas de fenêtre. Mais après tout, qu’était-ce donc que le temps, pour des immortels ?
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Dim 31 Juil 2016 - 20:28

Enivré voilà ce qu'il était par cette étreinte passionnelle, et fusionnelle et par la fougue de sa dame des ombres. Alors qu'elle s'offrait à lui, et inversement presque corps, et âmes. En cette nuit majestueuse, et qui s'annonçait déjà inoubliable. Alors qu'ils tachaient tout deux de donner preuve de leurs amours par un langage bien plus expressifs que tout mot, et qu'ils se liaient ainsi pour toute leurs existence immortelle. Mais dans tout cela une question se posait.

De quoi serait fait le lendemain ? Cela ils ne le savaient sans doute tout deux guère, mais au moins ils pourraient tout compter sur une personne de plus pour y faire face. Il était déjà décidé à trouver une famille à Ombeline, une famille qui n’inclurait pas que lui, il la présenterait certainement à Orfraie ainsi qu'à certains de ses amis, et espérait ainsi que le sentiment de bien être de la vampiresse ne dépendrait pas que de lui même s'il en serait sans doute le principal pilier, et surtout qu'il durerait longuement. Et au fond c'était probablement ce que ce brave Marius avait dû espérer pour sa belle pensa t-il, et qu'il puisse si possible reposer en paix car Lewyn venait de prendre en grande partie sa succession, et tâcherait de faire au mieux.

Et en faîte lui même n'était pas aussi à l'aise avec les mots qu'Ombeline pour s'exprimer donc il se contentait de ses réponses silencieuses, et de répondre un doux, et sincère. « Tant que nous sommes ensemble tout ira bien. » Qui ne sonnait pas tant comme une promesse que comme une prédiction pour le futur. Une promesse qu'il comptait respecter jusqu'au bout envers cette vampiresse qui ne manquait pas de passion à son égard. Pour un peu il se demanderait presque ce qui lui valait tant de dévouement en faîte ou s'il le méritait en vérité, mais plutôt que de se questionner là dessus il préféra accepter et rendre ce qu'elle lui offrait que ce soit les douces étreintes, ou les baisers langoureux d'Ombeline.

Et elle ne cessait de lui offrir tant de passion, elle brûlait d'un feu qui la consumait au point qu'il se demanderait presque si cela aurait seulement une fin, mais surtout il se disait que cela ne lui déplairait pas au fond… Que cela n'ait pas de fin. Et il frissonna lui aussi de plaisir quand elle le mordilla, et qu'ils se mirent ensuite à rouler ensemble sur les draperies rouges du lit. En une danse voluptueuse, et presque onirique par sa signification. Celles de deux immortels qui avaient décider d'unir leurs éternités.

« Pour ma part je pense que je n'ai pas besoin de mot pour que tu sache ce que je ressent. » Susurra t-il ensuite pour sa part à la fois sensuel, et légèrement taquin alors qu'elle lui murmurait qu'elle l'aimait. Car oui pour sa part il trouvait qu'il aurait du mal à exprimer vraiment ce qu'il ressentait seulement avec des mots…

Et c'est ainsi que débuta une nuit de passion oùs ils ne tardèrent à ne faire plus qu'un alors que leurs corps s'unirent dans cette étreinte, et volupté. Un moment qui aurait été sans doute désirable qu'il dure une éternité, mais qui était peut-être rendu encore plus savoureux par le fait qu'il n'était qu’éphémère même si ce ne serait pas le seul dans l'éternité de leurs existence certainement, car voilà ce qu'était cette union dans laquelle ils s'engagèrent longuement, un début rempli de promesses, et un engagement pour l'avenir…

[…]

Qui aurait pu dire combien de temps cela avait durer ? En tout cas il n'était pas cette personne, et il ne pensait guère à cela. Sans doute que s'ils avaient été deux humains ils seraient là endormis tout deux dans les bras l'un de l'autre après un tel déchaînement, mais immortels qu'ils étaient ils se trouvaient plutôt calmement dans les bras l'un de l'autre, pour sa part entourant ses bras derrière le cou, et la chevelure de sa douce pour l'étreindre doucement et calmement et profiter de l'instant présent alors qu'il lui susurrait une question.

« Dis moi... Maintenant que tu m'as, et que tu n'es plus seule… Qu'envisage tu pour l'avenir pour ta part ? » Une question sérieuse, qu'il ne posait pas pour avoir une réponse romantique en vérité, mais pour savoir avec un réel souci de sa personne ce qu'elle désirait faire dorénavant de sa non vie, et ce qu'elle comptait changer maintenant qu'il entrait en jeu, lui-même devrait d'ailleurs y réfléchir quand à ce qu'il comptait faire… Mais il voulait d'abord savoir ce qu'envisage Ombeline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Lun 1 Aoû 2016 - 14:03

Ombeline était à présent dans les bras de son aimé, la tête doucement posée sur le torse nu de Lewyn. Tous deux, dans le silence et les ténèbres de la chambre, simplement. Quand son amour lui posa une question, dans un murmure, bien qu’elle soit sérieuse, la jeune vampire lui donna un baiser léger comme la caresse d’une rose, avant de répondre avec un sourire, sur le même ton, l’air légèrement rêveur :

- L’avenir… Et bien… Etre à tes côtés, sans pour autant t’étouffer par ma présence… Je ne suis pas vraiment possessive et je pense que tu as le droit d’avoir d’autres personnes dans ta vie et mon cœur me dit que nos sentiments l’un envers l’autre sont sincères alors pourquoi devrais-tu te montrer exclusif envers moi… ? Peut-être nous marier un jour, qui sait, si tu en as envie toi aussi bien sûr… peindre, faire des tableaux pour toi et de toi et jouer de la musique ensemble… et parcourir le monde tous les deux également si tu le désire… d’ailleurs, cette demeure est aussi la tienne désormais. J’irai faire faire un double de la clé dans quelques heures. Voilà comment j’imagine et envisage l’avenir dorénavant, maintenant que tu es là, mon trésor. Et toi mon chéri ?

Elle ne mentait pas quand elle disait qu’elle sentait que leurs sentiments l’un envers l’autre étaient sincères et elle ne désirait rien de plus que le bonheur de Lewyn. Elle ne voyait donc pas pourquoi il aurait dû être plus avec elle qu’avec quelqu’un d’autre s’il en avait envie. Tant qu’il était heureux, elle le serait aussi. Et c’était là tout ce qui comptait pour elle.

La jeune vampire demeura silencieuse un instant, puis lui demanda, toujours dans un murmure :

- Dis-moi… as-tu de la famille ? Ou du moins ce qui s’en rapproche le plus pour nous, immortels ? Et des amis ? J’aimerai pouvoir les rencontrer si l’avenir le permet. Et si tu le veux bien également. Je n’aimerai pas t’imposer cela.

Après tout, ils avaient tout le temps qu’ils désiraient. Il n’était pas la peine de se presser… Elle était bien dans ses bras et pour l’instant, c’était tout ce qui comptait à ses yeux, Lewyn et elle. Seuls dans le calme de la demeure, enveloppés par le parfum, toujours présent, des roses rouges.

Soudain, elle eut envie d’une chose, mais elle ne voulait pas troubler ce moment… Alors elle s’écarta doucement de son aimé, se leva lentement du lit, laissant Lewyn sur les draperies et lui dit tendrement :

- Je reviens dans une seconde mon trésor.

Avant d’aller dans son atelier de peinture, de prendre des pots de peinture déjà prête afin d’éviter de salir la chambre, une palette, une toile de taille moyenne, des pinceaux, un chevalet, deux tabourets et son tablier, et de revenir avec dans la chambre rouge, en faisant toutefois deux voyages.

- J’aimerai te peindre, mon cœur, expliqua-t-elle à Lewyn avec un sourire. Si le fait que je fasse un nu te gêne, tu peux remonter les draperies afin que l’on ne voit que ton torse. D’ailleurs, ne t’en fais pas, je garderai ce tableau dans mon boudoir et cette pièce n’est accessible à personne à part toi et moi. Le reste du temps, s’il y a des invités, elle sera fermée à clé.

Et tout en disant cela, elle posait son matériel et attendait l’avis de son amour. Car, après tout, s’il ne voulait pas qu’elle le peigne, elle ne le forcerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mer 3 Aoû 2016 - 15:35

La moment était paisible, et agréable. Sans doute le meilleur moment au final pour réfléchir posément à l'avenir qui se présentait à eux. Un avenir obscure par bien des manières, et très mystérieux, mais un avenir qu'il pensait pouvoir aborder avec confiance en compagnie de quelqu'un qu'il aimait. Et c'est donc avec une grande attention qu'il écouta après un léger baiser de sa dame les paroles légèrement rêveuses de cette dernière. Puis qu'il y répondit avec un tendre sourire.

« Tu es une femme très… Je ne sais pas quoi dire d'assez flatteur pour le définir, mais j'apprécie ton désir de vouloir me laisser une certaine indépendance, et sache qu'il en est de même. Je ne suis pas non plus quelqu'un de possessif, et je n'aurai rien à te reprocher tant que nos sentiments l'uns envers l'autre seront sincères. Quand au mariage… Je ne sais pas vraiment car pour tout avouer tout cela est assez nouveau pour moi. Quand à la peinture, et la musique si tu en as envie je ne peux que te dire oui quand à voyager ensemble nous n'irons disons pas de trop de toute l'éternité pour découvrir ce vaste monde. Et merci encore pour ta demeure, quand à comment j'envisage les choses... » Dit-il songeur avant de reprendre sincèrement.

« Faire en sorte que toi mon amour, et mes amis se portent bien. Pouvoir voyager en ta compagnie sans t'étouffer de ma présence aussi, et… Faire en sorte que tu puisse autant goûter à cette liberté que je chérie tant que j'ai pu y goûter, et que ta vie éternelle soit heureuse. Quand au reste je suis assez du genre à vivre au jour le jour ma chère, à profiter de l'instant présent mais disons que je tiens à faire en sorte que ce continent devienne un endroit meilleur pour tous, tu n'es pas obligé de m'aider dans cela. Je comprendrai après tout que tu ne soit pas aussi idéaliste que moi, mais que tu comprenne mon désir de changer les choses, et respecte mes idéaux peut-être un peu rêveurs me comblera déjà. » Et il la serra fort, mais avec douceur contre lui suite à ces propos. Comme pour lui dire que lui aussi désirait la protéger, et il devint à nouveau silencieux ne serait-ce que courtement...

Et Ombeline après un moment de silence finit par lui poser une question au sujet de sa potentielle famille s'il en avait et des amis en disant qu'elle serait enchanter de les rencontrer à l'avenir si il n'était point contre. Un fait qui en vérité l'enchanterait comme il le dit avec douceur.

« Oui j'ai une famille, une fille vampirique que je te présenterait le moment venu, et beaucoup d'amis divers et variés provenant de tout peuple, et origines. Plusieurs elfes, et humains, quelques vampires. Et te les présenterai donc tous en temps voulu avec joie bien entendu... » Dit-il en lui déposant légèrement un baiser sur le front. Profitant lui aussi de l'instant présente, de l'odeur agréable des roses, et de la présence d'Ombeline dans ses bras. Pour sa part en tout cas il pourrait restait calmement dans ses lits pendant encore plusieurs heures, mais visiblement sa douce Ombeline avait une idée en tête, et il la laissa simplement s'écartait si elle se désirait. Et pendant que pour sa part il restait dans le lit il se contenta de lui dire avec un fin sourire quand elle lui promit de revenir bientôt.

« Prend tout le temps qu'il te faut. » Après tout ils n'étaient pas pressés, et quelque chose lui disait qu'elle avait une idée derrière la tête pour se lever ainsi, donc autant la laisser faire tout simplement et pouvoir ensuite s'apercevoir ce qu'elle avait eu en tête en revenant.

Et visiblement il put s'apercevoir au cours des deux voyages qu'elle fit que cela avait un rapport avec de la peinture visiblement ce qui le rendit d'autant plus curieux quand aux intentions d'Ombeline que celle-ci finit par lui dévoiler assez vite, et qui disons le surprirent assez… Tout en chatouillant un peu sa modestie en faîte car il ne ce serait pas attendu à ce qu'on veuille le prendre pour modèle dès maintenant dans les faits.

« Si tu désire me peindre c'est volontiers même si pour tout t'avouer ta demande me surprend assez, et oui je pense monter un peu le drap pour cacher une certaine partie de mon corps... » Dit-il en faisant ainsi en glissant avec un peu d'humour « Des fois après cela permet de laisser jouer l'imagination de cacher certaines parties du corps disons. » Avant d'achever plus sérieux. « Du coup le reste ne dépend que de toi ma chère Ombeline, et je suis déjà certain que ta toile sera très belle. » Après il ne savait pas si pour sa part il était un excellent modèle à peindre, mais il lui faisait confiance pour faire du très beau travail, et puis au fond il n'était pas du genre à se vexer parce qu'on aurait pu le peindre avec un peu de maladresse même s'il était certain que sa chère saurait ne point en faire preuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Ven 5 Aoû 2016 - 19:34

Ombeline écouta calmement son amour lui parler de ce qu’il envisageait pour l’avenir, avec un certain respect pour ses idéaux de paix en Amanda. Maintenant, elle en était certaine : elle s’était trompée en désertant sous Kylian, tout comme elle s’était trompée en rejoignant les troupes de Lorenz dans la bataille contre Vraorg. Elle se rendit compte que cette envie, ce désir de paix avait toujours été là, enfuit en elle. Après tout, elle avait accepté Marius malgré qu’elle ait été élevée dans la haine des vampires, lors de sa vie humaine. C’était lui qui lui avait rapporté cela, mais pourquoi lui aurait-il menti alors qu’il était resté avec elle pour l’aider à maitriser sa soif et qu’il l’avait aimée, allant même jusqu’à sacrifier sa propre existence pour protéger la sienne tout juste débutée dans l’éternité qui était devenue sienne ? Et ce désir de paix entre les races avait refait surface plus tôt, quand son compagnon avait joué de la flûte. Et il perdurait encore. Il ne pouvait pas être apparu d’un seul coup. Il était là depuis toujours. La mort de son premier amour l’avait simplement trop déboussolée et sa souffrance avait été telle qu’elle avait enterré ce désir pacifique au plus profond de son âme torturée.

- Je suis aussi assez de ceux qui vivent dans l’instant présent, mon chéri et je respecte tes idéaux et t’aiderai dans ta quête de paix pour le continent. Car, je le sais maintenant, je désire aussi cette paix entre les races. Je désire aussi qu’Armanda devienne un monde meilleur, que les guerres s’arrêtent. Elles ne servent qu’à la souffrance.

Puis, son aimé parla de sa famille et ses amis, qu’il serait heureux de lui présenter le moment venu :

- Tu as une fille vampirique ? Qui est-elle ? Peut-être l’ai-je déjà rencontrée ou croisée par le passé ? ne put s’empêcher de demander la jeune vampire.

Et il accepta de se laisser peindre par Ombeline. Cela aurait pu gonflé son cœur de joie s’il n’avait été mort, mais même sans l’afflux de sang, le sentiment de bonheur était bel et bien là tout de même. Elle était heureuse de ressentir plus d’émotions que la plupart de ses congénères. Cela lui rappelait qu’elle n’était pas un simple prédateur conduit par une logique froide et stérile. En ayant des sentiments, elle était plus que vampire. Elle était aussi toujours un peu humaine. Encore un peu fragile malgré qu’elle ne fût plus aussi éphémère. Elle était douceur et férocité mêlées, fragilité et force, la lumière et les ténèbres, le soleil et la lune, le jour et la nuit. Et Lewyn l’était également, car il avait des sentiments lui aussi.

Elle sourit, l’air à la fois grave et illuminé par la joie :

- Tu es l’étoile qui m’éclaire dans les ténèbres de mon existence. Tu es ma Lumière, Lewyn. Celui qui a réussi à exhumer la paix, la joie et l’amour, de la tourbe noire dans laquelle mon cœur et mon âme s’étaient enlisés depuis la mort de Marius. Grâce à toi, je peux penser à lui sans tristesse. Grâce à toi, je peux poser sur le monde un regard sans haine.

Elle marqua une pause, attachant son tablier constellé de taches sur sa poitrine et ses jambes nues, afin de les protéger de la peinture et préparant sa palette. Elle posa la toile en forma paysage sur le chevalet et choisi un pinceau large, afin de passer une couche de vernis pour protéger la toile. Et elle posa son regard bleu, empli d’amour, sur cet homme qui lui ressemblait tant et qu’elle aimait déjà énormément, malgré le peu de temps passé avec lui :

- Tu as fait renaitre mon âme à la lumière Lewyn, tu m’as purifiée des ténèbres qui me rongeaient. Pour tout dire, je ne pensais pas que cela serait possible, mais tu as réussi. Tu es mon Miracle.

Tout en disant cela, elle avait passé un vernis à séchage rapide sur la toile et l’odeur piquante emplissait la chambre. Alors la jeune vampire ferma la porte de la chambre rouge et alla ouvrir les deux hautes et étroites fenêtres de la salle d’eau ainsi que la porte de cette dernière, afin de faire courant d’air. Et elle revint se placer devant le chevalet :

- Maintenant, ne bouge plus s’il-te-plais mon trésor, je vais commencer à peindre.

Quand Lewyn se fut exécuté, elle entama le tableau. D’abord le fond. Un rouge sombre, légèrement plus que les draperies rubis, qu’elle passa en une fine couche afin qu’elle sèche un peu plus rapidement. Elle répéta l’opération deux fois encore, afin que le fond soit opaque.

Quand l’arrière-plan fut sec, elle commença à peindre le beau et ténébreux vampire allongé dans le lit aux draperies couleur sang. Il la regardait en souriant, la main droite posée sur sa hanche recouverte de l’étoffe rouge. Le drap avait été remonté pour couvrir tout juste l’intimité de Lewyn et cela la fit sourire également. Il semblait assez joueur en amour, malgré le fait qu’il ne soit pas expérimenté.

Ombeline savait qu’elle était plus douée pour peindre des paysages que des personnes, et cela se verrait certainement dans son tableau, mais elle s’en moquait. Elle ferait de son mieux pour peindre Lewyn et pour que ce tableau lui rende hommage.

Cela dura plusieurs heures, car il fallait laisser le temps à la peinture de sécher. Mais, finalement le tableau fût terminé. Elle passa alors deux autres fines couches de vernis afin de protéger la peinture et, quand il fut sec à son tour, la jeune vampire tourna le chevalet vers Lewyn pour qu’il puisse voir le tableau.

- Qu’en penses-tu ? demanda-t-elle alors à son aimé.

Elle espérait que, malgré les défauts certains qu’elle avait, la peinture lui plairait. Ce tableau n’allait pas être exposé dans la maison, alors il serait un peu comme leur secret à tous deux. Et elle aimait l’idée qu’ils aient des secrets de ce genre, rien qu’entre eux deux.


Portrait de Lewyn:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Sam 6 Aoû 2016 - 22:03

Il ne savait pas vraiment quoi dire dans les faits, mais il était content de voir qu'en plus de comprendre sa manière de voir les choses elle le soutenait dedans…

Mais en même temps il finit par se dire que cela était normale, si elle avait été une vampiresse comme une autre elle n'aurait pas voulu de lui, et inversement. Non elle aussi été différente à sa manière même si peut-être de manière moins extrême que lui, et il ne put donc que sourire aux propos de sa chère dame… Il avait cru en elle d'une certaine manière, et il n'était pas déçu pas le moins du monde de voir qu'elle semblait tout à fait aussi vertueuse qu'il l'aurait espéré, au final elle n'avait pas été en faute auparavant, juste dévastée par la peine, et la tristesse mais maintenant elle aurait davantage son destin en main pensa t-il. Maintenant que les chaînes de l'amertume étaient brisées d'une certaine manière, maintenant son éternité lui appartenait, et il était déjà impatient de voir à sa manière ce qu'elle en ferait à l'avenir.

« Nôtre continent a faillit périr à cause de toutes ces guerres, au final on ne fait que tourner en rond c'est pour cela que je veux cette paix. Et aussi car je ne veux pas passer mon éternité à me battre, à ne faire que survive et non vivre comme beaucoup des nôtres, et j'espère pouvoir vivre à tes côtés de ce fait, et ne peux que te dire merci pour ton soutien... » Dit-il sincèrement reconnaissant avant de dire ensuite.

« Elle se nomme Orfraie Ataliel, c'est une ancienne amie elfe, et ancienne princesse des elfes qui m'a demandé de la transformer car elle était au bord de la mort… Du coup elle est devenu en quelque sorte ma sœur, et j'ai bon espoir quand au fait que vous vous entendiez bien. » Ajouta t-il sincère, après tout le contraire le peinerait probablement plus ou moins mais comme selon lui il était probable qu'elles s'entendent ils ne s'inquiétait guère trop...

Et il était un peu surpris de voir qu'Ombeline était à ce point là contente de savoir qu'elle pouvait le peindre… Et il sourit un peu gênés mais touché aux paroles de cette dernière. Touché car c'était gentil, mais gêné car une telle avalanche de compliment faisait un peu qu'il ne savait pas où se mettre… C'est qu'il était quand même très modeste mine de rien, enfin par rapport aux standards vampiriques, mais il restait tout de même content d'avoir été d'une grande aide pour Ombeline.

« Je… Je suis en tout cas content d'avoir fait en sorte que tu ne te sente plus aussi malheureuse… » Arriva t-il à articuler avec un peu d'effort puis à ajouter en prenant sur lui. « Et c'était tout à fait normal de faire cela selon moi… C'est que je n'ai pas l'impression d'être exceptionnel pour avoir fait cela, l’altruisme pour moi est normal, et ma récompense pour cela est le fait d'avoir pu te rendre le sourire. » Avoua t-il. Pour lui il ne fallait pas s'attendre à de récompense en retour d'un acte bon, l'acte en lui-même n'était-il pas une récompense après tout ? S'il rendait service ce n'était pas pour passé un marché avec quelqu'un, ou avoir des faveurs en retour. Il voyait l'altruisme, et la bonté comme quelque chose qui se suffisait en soi, et il était plus du genre à refuser les récompenses qu'on pouvait lui offrir pour son aide que l'inverse dans les faits… Après ce n'était que son point de vue, et il ne pensait pas connaître la vérité générale, et absolue. Tout ce qu'il savait c'était qu'il ce sentait bien avec sa manière de vivre, et de voir les choses, et c'est tout ce qui lui suffisait au fond de ce côté-là…

Et du coup il essaya ensuite de rester disons assez immobiles le temps qu'elle puisse le peindre car il supposait que cela allait durer assez longtemps, et qu'il valait mieux qu'il ne s'agite pas trop… Heureusement pour un vampire le temps était son doute moins longuet à passer que pour un humain, surtout un vampire un minimum patient…

« Je n'ai fais que t'offrir sans doute quelque chose que tu attendais depuis si longtemps ma chère… Réveiller quelque chose en toi pour que tu reprenne espoir, au final je n'ai pas tout fait, mais je suis content de t'avoir ramener l'espoir d'une certaine manière... » Dit-il ensuite quand elle lui disait qu'il était son miracle avant de prendre sur lui ensuite pour ignorer l'odeur piquante qui emplit la pièce lorsqu'elle appliqua un vernis sur son tableau… Le temps en tout cas qu'elle ouvre un peu les fenêtres, et ensuite il acquiesça tout simplement quand elle lui demanda de ne plus bouger le temps de le peindre…

Et il tâcha donc de faire de son mieux pour ne pas bouger pendant les heures que dura la séance de peinture, il devait avouer que c'était la première fois qu'il servait de modèle pour cela, et quand la séance était terminée du coup il regarda avec attention le tableau qu'elle venait de faire de lui… Un certain temps car franchement il ne s'y connaissait pas beaucoup en peinture. Enfin plutôt car c'était la première fois qu'on le peignait.

« Je suppose que c''est réussit vu que j'aime bien ? » Dit-il agréable avant de sortir doucement du lit, il mit vite un petit quelque chose pour cacher son intimité avant de s'approcher d'Ombeline, et de dire enjoué.

« Ma chère Ombeline… Ne serait pas tu contre de m'apprendre un peu la peinture ma chère ? J'avoue ne rien y connaître, mais je suis curieux, et puis si je suis immortel autant en profiter pour peaufiner mes talents dans divers domaines n'est-ce pas ? » Demanda t-il un peu philosophe avant d'attendre ensuite une réponse de sa belle. Dans tout les cas il espérait aussi que le fait qui lui demande de l'aider à lui apprendre à peindre lui ferait plaisir d'une certaine manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Mer 10 Aoû 2016 - 20:31

Quand Lewyn la remercia pour le soutien qu’elle comptait bien lui apporter dans la constitution d’une paix et d’une harmonie durables en Armanda, elle sourit simplement, le couvrant de son regard bleu.

Puis il répondit à sa question sur sa fille vampirique et la jeune vampire pencha la tête de côté, cherchant dans ses souvenirs. Il lui semblait en effet connaitre au moins de nom cette demoiselle. Elle l’avait peut-être croisée de son vivant.

- Elle t’a demandé de la transformer ? interrogea Ombeline, les sourcils légèrement froncés. Cela m’étonne un peu, les elfes ne sont pas de ceux qui choisiraient de devenir vampire plutôt que de mourir, il me semble. Mais si elle te l’a demandé, elle devait avoir confiance en toi. Et je pense effectivement bien m’entendre avec elle, j’ai un bon pressentiment, poursuivit-elle avec un sourire.

La jeune vampire vit ensuite Lewyn bégayer légèrement, suite au fait qu’elle venait de lui faire bien des éloges et compliments. Elle comprenait le fait qu’il se sente gêné, après tout, la plupart des gens se sentait ainsi quand l’on les complimentait. Et il lui dit ensuite qu’il ne voyait pas ce qu’il avait pu faire de particulier pour mériter autant de louanges, car c’était une chose normale pour lui. Ce à quoi elle répondit, avec un sourire :

- Tu sais, je ne dis pas cela pour que tu te sentes mal à l’aise, Lewyn, je le dis parce que c’est vrai. Et tu mérites ces éloges. Mais tu sais, je n’ai plus jamais connu la gentillesse ou même l’altruisme depuis la mort de Marius, jusqu’à ce que je te rencontre. Et tu as, de mon point de vue, réussi une chose que je pensais ne jamais connaitre un jour. Et tu mérites tellement plus pour avoir réussi à mettre fin à plus de deux siècles de souffrance… tellement plus…

Elle marqua une courte pause, l’écoutant lui dire qu’il n’avait, de son avis, pas fait grand-chose, alors que pour elle, c’était bien tout le contraire :

- Tu as fait bien plus que tu ne penses, mon trésor. Je pensais ne jamais plus connaitre le bonheur, et pourtant, j’y ai droit de nouveau. Et c’est grâce à toi Lewyn.


[…]


Quand elle eut enfin fini le tableau, il répondit à sa question par une autre question, qui la fit sourire. Lewyn ne s’y connaissait peut-être pas en peinture, mais s’il aimait ce portrait alors c’était qu’il était réussi pour lui et cela suffisait à Ombeline.

Puis il sortit de sous les draperies rubis, revêtit son pantalon et s’approcha de la jeune vampire. Et il lui demanda si elle aimerait l’aider à apprendre à peindre. Ombeline sourit, retira son tablier encore plus taché, le posa sur un des tabourets et prit Lewyn dans ses bras, le serrant doucement contre son propre corps maintenant totalement nu.

- Bien sûr mon chéri, ce sera avec plaisir. Et nous avons en effet tout le temps pour que tu maitrise cet art. Je pourrai également t’aider à progresser en musique, si tu le désire.

Et elle déposa un baiser, léger comme une plume, sur les lèvres de son amant, le regardant ensuite dans les yeux en souriant. Sa main gauche vint doucement caresser la joue de Lewyn, ses cheveux aussi noirs que les siens. Oui, ils avaient tout le temps et elle pouvait l’aider à se perfectionner à la flûte.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Jeu 11 Aoû 2016 - 18:39

Lewyn se sentait vivant en cet instant, et se disait qu'on ne pouvait qualifier l'état d'un vampire de non vie alors qu'au final il avait une âme, et existait à sa manière. Car oui en cet instant s'il se sentait bien quelque chose avec Ombeline c'était vivant tout simplement. Une vie qui l'animait, et qu'il appréciait se ressentir en sa présence. Avec cette femme avec laquelle il partagerait sans doute beaucoup à l'avenir, et d'une certaine manière en qui il pourrait faire confiance, et inversement pour cette longue existence commune qui serait la leur...

« Oui elle m'a demandée de la transformer. » Avoua t-il sincère au sujet d'Orfraie avant d'ajouter ensuite. « Cela est peut-être étonnant, mais c'est ce qui est arrivé, et quand à ses raisons je peux te dire qu'elle ne voulait pas mourir avant d'avoir pu accomplir ce qu'elle désirait faire pour Armanda. Et en effet elle devait avoir confiance en moi… Et je suis d'ailleurs certain que vous vous entendrez bien. » Dit-il avec un sourire légèrement teinté de tristesse à l'évocation de la transformation d'Orfraie, car ce n'était pas vraiment quelque chose dont on pouvait dire qu'il était fier en vérité…

Mais sinon oui il pensait qu'elles s'entendraient bien, après tout Orfraie n'était pas de caractère difficile sans oublier qu'il avait sans doute un peu déteint sur elle... Enfin pour sa part en tout cas tant que les vampiresses dont il était proche se supportaient ne serait-ce qu'un minimum il n'aurait guère à se plaindre, ou à s'inquiéter à leurs égards… Quand aux compliments de sa belle.

« Je pense que ton amour suffit largement comme récompense pour ma gentillesse, et celui ou celle qui méritait tellement plus au final ce n'était pas tant moi pour avoir fait preuve de bonté à ton égard que toi qui ne méritait sans doute pas de souffrir pendant deux siècles… Et au final je suis content que tu te sente heureuse surtout... » Acheva t-il avec un fin sourire, après tout cela la réjouissait de voir les gens qu'il aimait bien se portaient, et il espérait au fond que les choses restent ainsi avec Ombeline, que celle-ci soit heureuse, et il ajouta suite à cela…

« J'ai fait preuve d'un altruisme, et d'une bonté qui selon moi contribue à rendre le monde meilleur pour peu qu'on sache en faire preuve au bon moment. Et si cela a suffit ne serait-ce qu'à te rendre heureuse cela valait bien tout les efforts que j'ai déployé pour être tel quel. »
Ajouta t-il donc au sujet du fait qu'il avait longuement travaillé pour devenir ainsi, et non qu'il était devenu comme cela en claquant des doigts...

[…]

Et d'ailleurs l'instant présent était paisible alors que sa belle avait achevé son œuvre, et il fallait dire qu'une telle paix paraissait d'une certaine manière inestimable à Lewyn après ces années de guerre, une paix sereine, et tranquille partageait avec quelqu'un qu'il chérissait dorénavant…

« Comment pourrais-je refuser une telle proposition ? Je me réjouis déjà de cet apprentissage que ce soit pour ce que je pourrai apprendre grâce à toi, ou bien car je pourrai partager ces moments, et ces deux passions en ta compagnie... » Dit-il d'un ton rempli de promesses, et de tendresse…

Avant ensuite de poser doucement ses main sur les hanche de sa belle pour les caresses avec douceur, et tendresse pendant qu'Ombeline le prenait dans ses bras, avant de glisser aux oreilles de cette dernière après qu'elle ait finit de l'embrasser. Après tout il avait une petite envie disons de faire un tour...

« Que dirai tu que nous sortions de ta demeure pour aller faire un petit tour ensemble dehors ?  Le soleil doit-être à son aurore à l'heure qu'il est et les rues seront sans doute encore assez paisible je pense... » Suggéra t-il, après tout cela pourrait être agréable de profiter de la fraîcheur de la matinée ensemble en marchant dans les rues de Caladon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Sam 13 Aoû 2016 - 18:29

La jeune vampire sourit à ce que lui confiait son aimé sur Orfraie, l’ancienne Princesse elfique avec qui il était ami et qui lui avait demandé de la transformer en vampire. Il est vrai que si elle envisageait également la paix en Armanda, car c’était certainement ce que sous-entendaient les paroles de Lewyn, il était parfaitement logique qu’elle s’accroche à ces idéaux et refuse de laisser la mort l’emporter. Et Ombeline ne voyait pas pourquoi elle n’apprécierait pas Orfraie, après tout, son amant ne semblait pas être du genre à se lier à des personnes malveillantes, c’était du moins ce que supposait la vampire.

Puis elle regarda Lewyn dans les yeux, quand ce dernier lui dit que son amour lui suffirait amplement en récompense de sa gentillesse. Elle ne l’entendait pas vraiment de cette manière. Il avait été le seul, depuis plus de deux-cents années, à avoir été bon et bienveillant avec elle. Car, il fallait se l’avouer, depuis que Marius était mort, elle avait sans cesse cherché sa place en ce monde, sans jamais la trouver, survivant plutôt que vivant, haïe des humains et des elfes et confrontée à la sauvagerie de l’écrasante majorité de ceux de sa race. Il était le seul qui lui avait témoigné de la bonté et de la gentillesse. La seule étoile brillant dans cet océan de ténèbres étouffantes.

- Je ne pense pas que même tout l’amour que je pourrai te donner suffise, de mon point de vue, à te remercier de ce que tu as réussi à faire pour moi, même de manière inconsciente, mon trésor. J’ai passé deux siècles, haïe des humains et des elfes, et essayant de survivre à ceux de notre race. Tu es le seul à avoir été amical et altruiste envers moi. Le seul autre à avoir été ainsi avant toi a été Marius, il est même allé jusqu’à se sacrifier pour que je vive. Personne, jamais, n’a fait cela par la suite. Sauf toi. Mon Etoile dans les ténèbres.


[…]


Ombeline sourit tandis que son aimé lui disait qu’il s’enchantait déjà de perfectionner sa musique et d’apprendre à peindre à ses côtés ou ne serait-ce que partager ces moments avec elle.

- Je ne sais pas si je serai une bonne préceptrice, mais j’essayerai tout de même de faire au mieux, répondit-elle avec un sourire doux, couvrant Lewyn d’un regard protecteur.

Puis, alors qu’il la tenait toujours contre lui, il lui proposa de sortir se promener dans la cité libre. La jeune vampire sourit encore, ce serait l’occasion de peut-être rencontrer quelques personnes matinales.

- Quelle bonne idée, mon chéri. Je pourrai en profiter pour faire faire le double de la clé, ainsi, tu aurais la tienne. Et Caladon doit être agréable au petit matin. Je t’avouerai que depuis que j’y suis installée, je n’ai jamais vraiment eu envie de me promener, mais maintenant, ce n’est plus pareil, car tu es là.

Elle desserra son étreinte autour de Lewyn et, toujours nue, ses longs cheveux ondulants dans son sillage, alla fermer les fenêtres de la salle d’eau, puis elle revint dans la chambre et ramassa sa robe, qu’elle emporta dans son boudoir, laissant la porte de la chambre rouge ouverte. Là, elle rangea la robe dans la grande armoire et s’en choisi une autre, toujours noire. Mais cette robe n’était pas totalement ténébreuse, sa longue jupe se dégradait, passant des ténèbres au sang. Elle avait des manches trois quarts s’évasant à partir du coude et un bustier au col en cœur rehaussé de dentelles, se lassant grâce à un ruban noir dans le dos. La robe était en velours et soie et ses jupons descendaient jusqu’au sol.

La jeune vampire n’eut besoin que de quelque secondes pour serrer le bustier, ce qui trahissait une certaines pratique de ce genre de chose, de la part de d’Ombeline. Puis elle passa ses bottines de cuir noir et s’assit à la coiffeuse afin d’observer sa chevelure. La nuit avec Lewyn avait été agitée et cela se voyait. Elle entreprit donc de brosser ses longs cheveux de jais légèrement ondulés. Une fois sa coiffure de nouveau disciplinée et présentable, elle se fit deux fines tresses de chaque côté de la tête, deux sur le haut du crâne, les deux autres au-dessus des oreilles et les ramena toutes en une seule plus épaisse, au centre de l’arrière de la tête et laissa le reste de sa chevelure libre. Enfin, elle remaquilla ses lèvres d’un rouge sanglant, car celui de la veille n’avait pas survécu à la nuit passée.

Une fois prête elle sortit du boudoir en refermant la porte et attendit avec un sourire que Lewyn la rejoigne dans le couloir pour qu’il descendent ensembles.
Revenir en haut Aller en bas
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Lun 15 Aoû 2016 - 16:43

Lewyn appréciait d'apercevoir le doux sourire de sa belle lorsqu'il parla d'Orfraie à cette dernière, à la fois car cela était de bon augure, et aussi car il appréciait d'apercevoir les gens qu'il appréciait sourires. Enfin que sa nouvelle famille s'entende très bien était au fond tout ce qu'il espérait, après tout ce serait sans doute avec Orfraie, et Ombeline qu'il passerait une bonne partie de sa longue existence, alors que leurs relations soient paisibles, et positive ne pouvait que le satisfaire.

Quand à Ombeline, cette dernière semblait être vraiment plus que reconnaissante à son égard au sujet du bonheur qu'il avait pu inspirer à nouveau dans son cœur. Et si au fond il ne ce sentait pas si exceptionnel que cela il préférait finalement qu'elle se sente bien grâce à lui que l'inverse, de plus il n'allait sûrement pas se plaindre du grand amour réciproque qu'ils commençaient déjà se porter, et qui pourrait encore plus resplendir à l'avenir tel la fleur qui dévoile ses milles pétales. Et qui est radieuse malgré les ténèbres du monde alentour, tel lui qui tâcherait de rester une lumière apaisante, et inspirante à l'avenir pour celle qu'il aimait.

« Je suis heureux dans tout les cas d'être avec toi en cet instant, et de pouvoir passer l'éternité à tes côtés. Et si pour toi je suis une étoile sache que tu es ma lune, et que tu n'es dorénavant plus seule, cela je t'en fais la promesse... » Lui dit-il sincère à voix basse, il lui promettait ainsi de rester en vie pour elle malgré tout les risques qu'il lui arrivait de prendre, et ajouta d'ailleurs. « Nous serons à la fois plus heureux, et plus fort maintenant que nous sommes ensemble. Et cette journée restera certainement gravé éternellement dans nos mémoires comme celle du début d'un avenir meilleur pour tout deux... » Cela en prenant doucement la main de sa belle.

[…]

Ombeline restait d'ailleurs modeste quand à ses talents de professeur en peinture, mais au fond Lewyn restait optimiste, et puis il était assez du genre autodidacte donc il arriverait sans doute à progresser avec le temps tout en se basant sur les cours que lui offrirait Ombeline.

« Et moi j’essayerai d'être le meilleur élève possible pour toi. » Ajouta t-il avec un regard remplie d'une certaine affection, et d'un certain amusement adressé à Ombeline, et il ne tarda d'ailleurs point à proposer à cette dernière de faire un petit tour dehors dans la cité libre, idée qui sembla d'ailleurs plaire à Ombeline au vu du sourire, et surtout de la réponse de cette dernière.

« En effet faire le double des clés sera une très bonne idée, quand à la promenade je suis certains qu'elle saura se révéler plaisante pour tout deux. Après tout il suffit simplement d'ouvrir les yeux, et de savoir contempler pour apprécier ce que le monde, et la vie ont à nous offrir... » Ajouta t-il légèrement empreint d'une certaine poésie.

Avant de laisser ensuite Ombeline se libérer de son étreinte pour aller s'habiller, chose qu'il tâcha aussi de faire d'ailleurs. Après tout il n'allait pas se balader torse nue en pleine Caladon, et puis il se disait que mettre son armure du chat en dessous de ses vêtements serait un bon moyen de se protéger si jamais il se passait quelque chose de dangereux, et inattendu. Chose improbable, et qu'il ne désirait pas, mais comme la vie pouvait des fois être pleines de surprise autant être un minimum prudent… Tout en mettant par dessus des vêtements de bonnes factures trouvés dans une armoire d'Ombeline histoire d'être un minimum bien habillé pour être ainsi assorti avec la magnifique robe de son aimée.

Et une fois qu'il fut préparé, et qu'Ombeline l'était elle aussi, et ce de manière très raffinée il suivit cette dernière pour la rejoindre dans le couloir en affichant lui aussi un fin sourire. Avant de prendre doucement le bras d'Ombeline, et de dire un peu taquin.

« Je m'étais toujours demandé ce que cela faisait de se promener bras dessus, bras dessous comme les couples humains le font. Cela tombe bien car je peux enfin essayer cela. » Cela dit avec un sourire très jovial avant ensuite d'emprunter le couloir de la demeure pour entreprendre ensuite de descendre l'escalier, et rejoindre peu après l'extérieur de la splendide demeure d'Ombeline, et quand ce fut le cas il dit avec une légère touche d'humour.

« Je vous laisse mener la marche très chère si cela ne vous dérange point, après tout je suis moins familier de cette belle cité que vous. » Cela avec un ton galant un peu forcé histoire de faire dans l'un peu trop solennel, sans oublier d'un peu vouvoyer. Histoire de faire peut-être ainsi un peu rire Ombeline avant qu'ils ne commencent réellement cette promenade, promenade dans laquelle elle serait en quelque sorte son guide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline) Dim 21 Aoû 2016 - 11:51

Lorsque son aimé lui fit la promesse qu’elle ne serait plus jamais seule, Ombeline rayonna de joie. Et elle n’avait pas l’intention de le laisser seul non plus ! Elle le protégerait et resterai à ses côtés quoi qu’il arrive. Elle avait déjà perdu Marius, elle ne comptait en aucun cas le perdre lui aussi. Elle savait que si celui lui arrivait, elle ne pourrait le supporter. Cela avait déjà été trop dur quand elle avait perdu son premier amour, si le second disparaissait lui aussi, son existence n’aurait plus aucun but… Mais elle ne voulait pas qu’il sache qu’il était devenu en si peu de temps sa plus grande force, mais aussi sa plus grande faiblesse.

- Et je te promets également de veiller sur toi de mon mieux et de te protéger, mon chéri, répondit-elle alors d’une voix douce. Et j’espère pouvoir vivre longtemps à tes côtés.

Lewyn souligna le fait qu’ils étaient désormais plus forts et plus heureux, ensemble, ce qui était vrai.

- Cette journée est déjà gravée dans ma mémoire comme le début d’un avenir heureux pour nous deux, sourit la jeune vampire tandis que son amant prenait sa main et qu’elle serrait légèrement la sienne en retour, comme pour ponctuer la promesse qu’elle venait de lui faire.


[…]


- Je sais que tu feras de ton mieux pour apprendre, répondit Ombeline avec un sourire, quand Lewyn lui dit qu’il essayerait d’être le meilleur élève possible pour la musique et la peinture.

Elle ne doutait en aucun cas qu’il ferait de son mieux et même s’il avait du mal, cela ne ferait rien, après tout, ils avaient tout le temps qu’ils désiraient dans leur vie immortelle.

Et la jeune vampire sourit encore quand son aimé lui répondit que la promenade serait plaisante et qu’il suffisait, en fin de compte, simplement d’ouvrir les yeux et d’observer le monde alentour et ce qu’il avait à offrir.


[…]


Une fois que tous deux furent prêts et que Lewyn prit son bras, Ombeline sourit encore à ses paroles, dites d’un ton légèrement amusé :

- En effet, tu vas enfin pouvoir savoir ce que cela fait de se promener au bras d’une jolie demoiselle, répondit-elle avec un petit clin d’œil à son amour.

Elle se montrait généralement modeste et cette fois ne ferait pas exception, car elle avait parlé sur le ton de la plaisanterai par rapport à sa beauté. Elle savait qu’elle n’était pas laide, mais elle savait aussi qu’elle n’était pas extrêmement belle non plus et de toute manière son physique lui convenait comme il était.

Ils descendirent donc tous deux, et quand ils furent sur le perron, la jeune vampire referma la porte à clé et remis cette dernière à son poignet par la fine chaine à laquelle elle était accrochée.

Et elle rit aux paroles de Lewyn qui forçait un peu la galanterie :

- Ne vous en faites pas, cher ami, je ne nous perdrai point dans Caladon.

Elle avait répondu d’une voix douce et sur le même ton de l’humour. Elle aimait être en compagnie de Lewyn.

Et enfin, ils partirent tous deux dans les rues matinales, flâner où leurs pas les porteraient et sans oublier de faire un double des clés pour Lewyn.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: A un détour de Caladon (Pv Ombeline)

Revenir en haut Aller en bas

A un détour de Caladon (Pv Ombeline)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-