Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une rencontre fortuite [Orfraie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Elenya Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
3/10  (3/10)
Xp disponibles: 1

Conseillère

MessageSujet: Une rencontre fortuite [Orfraie] Mar 28 Juin 2016 - 13:41

Fin septembre an 7

Une réunion du conseil de plus qui finissait encore tard. Tant de sujets à discuter, et cela avait tourné en rond autour de détails insignifiants. C'était presque une perte de temps et les choses n’avançaient guère. C'était tard dans la soirée et le soleil était déjà couché, seules quelques torchères brûlaient et éclairaient le parc floral herbeux au possible avec de petits arbres et les chemins de pierre était bordés par des mini hais d'un mètre vingt de haut. Il y avait une certaine humidité dans l'air, il y avait-il plu il y a peu ? Alors qu'Elenya marchait avec plusieurs dossiers et notes de la réunion, elle était magnifiquement apprêtée dans une belle robe blanche nacrée en soie. Deux fines bretelles descendaient dans un dos nu se rejoignant au bas du dos ne laissant pas le loisir de montrer quelques parties charnues. Sur le devant, elle affichait un léger décolleté découvrant à peine sa douce poitrine, juste assez pour faire travailler l'imagination de certains, assez pratique comme manière de détourner la concentration de hommes ou de femmes. La robe longue glissait le long de ses fines cuisses ne s'ouvrant qu'après le genou. Le tissu était d'une grande qualité et quelques perles avaient été cousues ici et là pour parfaire la beauté de l'ensemble. Elle portait ses cheveux long et détachés dans le dos, alors que deux bijoux en forme de feuille en argent argumentaient ses longues oreilles et une simple tiare ses cheveux.

La jeune conseillère marchait rapidement et ne faisait guère attention à ceux qui l’entouraient pour le moment râlant dans sa barbe de la lenteur de l'administration, qui n'allait jamais assez vite. Elle joignit deux doigts le long de l'arrête de son nez en soupirant légèrement encore un peu dans ses pensées alors qu'elle découvrit quelqu'un assit sur un banc dans le jardin. La nuit était commençait et était sombre, les torches étaient les seuls sources de lumière avec les étoiles, mais elle n'était pas prête à cette rencontre. Elle ne le serait jamais assez sans doute après une courte réflexion. Elle s'arrêta alors à la seconde où elle reconnut qui se tenait dans le jardin à quelques mètres de là. Son cœur se noua immédiatement en voyant sa charmante cousine, enfin l'était-elle encore ? C'était un cadavre ambulant, un mort vivant, un suceur de sang ou dit vampire dans le beau monde. C'était une corruption de la vie, du cycle naturel, un ennemi naturel depuis la nuit des temps pour son peuple. Son seul souvenir plus ou moins positif avec les vampires avait été l'alliance de fortune à cause d'un mal commun qui voulait les réduire à néant elfe comme vampire. Elle se perdit elle-même en conjoncture dans sa petite tête et elle poursuivit son chemin en gardant la tête haute. Elle passa sa main dans ses cheveux du côté de sa cousine immédiatement pour faire croire qu'elle ne l'avait pas vu. C'était une réaction d'enfant et sans doute idiot pour une jeune femme de plus de trois cent ans. Ses bottines marquaient le pavé de la route jusqu'à dépasser la jeune vampire. Elle s'arrêta à nouveau après l'avoir dépassée de deux mètres. L'ayant dans le dos, elle serra fortement ses dossiers contre sa poitrine à l'aide de ses deux bras croisés. Elle soupira fortement en baissant un peu le visage. Elle se mettait dans un état pas possible, mais elle n'avait pas prévu de la rencontrer ainsi au détour d'un chemin. Elle aurait voulu préparer cette rencontre comme on préparait une négociation diplomatique difficile avec un ennemi. Comment ne pouvait-elle pas penser à cela alors que sa vie entière passée à étudier l'histoire du peuple elfe n'avait été que guerre contre les longues quenottes ? Son père avait été tué par l'un d'eux loin de l'ancienne forêt elfique, et Orfraie ne pouvait l'ignorer, mais elle avait entendu dire que les vampires n'avaient aucun souvenir de son passé comme une maladie du cerveau. Elle voyait le vampirisme comme telle, une plaie pour le monde, même si elle savait sa cousine encore animé dans ce monde à cause ou grâce à cette fameuse maladie. Elle n'avait pas pu encore se décider sur ce sujet si c'était une bonne chose ou non, sans doute que cette rencontre allait avoir beaucoup de poids. Le souci majeur était que c'était quelqu'un de sa famille, quelqu'un de très important pour le peuple elfe qui aurait terriblement besoin aujourd'hui d'une grande héroïne de son calibre plutôt qu'une politicienne comme votre servante.

« Salutation dame Ataliel, qu'elle belle soirée pour une rencontre fortuite... »

Dit alors simplement Elenya d'une voix étrangement douce, agréable et gentille, mais ce n'était que subterfuge de politicienne. Elle était soudainement prise par de multiples sentiments contraires entre colère de voir sa cousine se vendre à des morts vivants pour une autre vie, de cette cruelle perte au pire moment, entre amour de sa cousine, de sa famille qu’elle appréciait. Elle ne savait pas trop comment réagir, lorsqu’elle se retourna lentement vers Orfraie. Elle tenta de garder un visage neutre, voir souriant, mais ses yeux étaient acérés. Elle allait tenter de s’adresser à l’elfe plutôt qu’au vampire uniquement par ce qu’elle faisait partie de sa famille qu’elle le veuille ou non. Elle croisa alors les bras sur sa poitrine en signe de respect à quelqu’un de supérieur et elle s’inclina noblement sans la quitter du regard, mais elle n’attendit pas de signe pour se relever.

« Je ne savais pas que vous étiez revenue en ces nouvelles terres elfiques, mais cela me ravis sans aucun doute. J’espère que vous avez quelques souvenirs de moi ? Votre cousine Elenya ? Je suis devenue haute conseillère de notre peuple. »

Tenta alors l’elfe tout en subtilité de placer quelques mots importants afin de bien sentir comment l’ancienne légende du peuple elfe se plaçait. Elle avait besoin de ce retour, même si tout le monde lui avait déjà dit le contraire. Elle ne pouvait pas croire qu’elle devait se passer d’une personne pareille.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Mar 28 Juin 2016 - 20:07

Si haut dans la montagne, le mois de septembre était frais. Mais cela ne dérangeait pas vraiment Orfraie, qui appréciait la fraîcheur de la nuit. L’obscurité lui permettait d’être relativement tranquille lorsqu’elle se décidait à quitter la Tour du Dracos. En cette soirée, la vampiresse avait quitté le cocon que formait ses appartements pour se promener dans le parc attenant à la Tour, situé entre celle-ci et le Palais. Ce parc, elle se souvenait l’avoir longuement parcouru, lorsqu’elle était encore une Princesse. De l’autre côté de celui-ci, le Palais l’attirait autant qu’il l’intimidait. Elle savait pouvoir y trouver sa famille : ses parents, Aegnor et Aramis... Mais elle n’avait pas envie de s’y aventurer. Il était ... Étrangement douloureux pour elle de ne pouvoir y vivre auprès des siens. Cette interdiction ne faisait que rendre plus nette la fracture située entre elle et son peuple.

Ce fut donc sous une fine bruine qu’Orfraie quitta la tour. Comme à l’accoutumait, elle portait une tenue pratique, sans fioritures. La Princesse des Ombres n’avait jamais eu de considération pour la richesse de sa famille, aussi savait ­elle restait sobre. A l’image de son humeur ces derniers temps, sa tenue était sombre : une tunique courte, un pantalon, des bottes et par-dessus un long manteau donc l’extrémité flirtait avec le pavé. A sa taille, elle portait Fëalócë, son épée, l’épée de sa famille que son père lui avait transmis autrefois. Elle n’avait toujours pas revu ce dernier et appréhendait le moment où elle devrait lui faire face. Contrairement à Nerwende, Elessar était prompte à juger et à la repousser, là où sa mère l’avait accueilli à bras ouverts.... Mais même si l’Ataliel avait changé, au fond subsistait une grande part de celle qu’elle avait été, de la Orfraie mortelle, de l’Elfe, de la Princesse et Générale. Et, jour après jour, l’Ancestrale se rendait compte à quel point cette partie était grande.

La nuit tombait, apaisant le cœur meurtri de la vampiresse. Ses pas silencieux l'avaient guidée jusqu'à un petit banc sur lequel elle vint s’asseoir. Les mains de part et d'autre de son corps, la princesse des ombres leva son nez vers le ciel. Les étoiles commençaient à apparaître, minute après minutes Orfraie les voyait apparaître dans le ciel. Cette vision l'apaisait, d'autant que sa solitude était plus que bienvenue.
Solitude qui fut de courte durée. En effet, alors que la multi-centenaire observait les constellations qui se dessinaient sous ses yeux, son ouïe de Lièvre lui indiqua l'arrivée prochaine d'une personne, une femme probablement au vu de la démarche. L'Ataliel demeura immobile lorsque la personne entra dans son champ de vision. Elle la reconnut du coin de l’œil et son cœur se serra. Étant donné qu'elle voyait dans le noir comme en plein jour, Orfraie reconnue immédiatement sa cousine… Cousine qui ne semblait pas vouloir lui parler ou même la regarder, car elle passa devant elle sans même lui accorder un regard. Ce mépris fut comme un coup de poignard, surtout venant de sa famille, et la vampiresse ferma les yeux, fortement, refoulant un sanglot. La famille… c'était le pire, pour elle. Si sa famille la repoussait, que pouvait-elle espérer des Elfes ? Elenya avait toujours eu des idées conservatrices, Orfraie le savait, mais c'était dur de la voir l'ignorer ainsi… Pourtant, elle avait bien entendu le cœur de celle-ci s'emballer à sa vue… Peut-être qu'Elenya n'était pas prête, songea l'ancienne princesse.

Puis la voix de sa cadette retentit dans la nuit, tirant un sourire sans joie à l'immortelle, qui avait baissé la tête. Cette distance lui faisait mal, comme son regard acéré lui fit mal. Le fait qu'elle se relève sans son autorisation, cela Orfraie s'en moquait bien toutefois. Elenya la regardait comme tous les autres, peut être même pire qu'eux…. Et cela faisait mal, terriblement mal. Mais la princesse des ombres était forte, aussi ne montra-t-elle rien. Aussi se composa-t-elle un masque parfait. Si sa chère cousine était un politicien averti, elle n'avait pas l'expérience d'Orfraie qui avait siégé trois siècles et demi au Conseil.

« "Dame Ataliel ?" Nous sommes donc rendues à nous vouvoyer, ma très chère cousine ? Et à nous appeler pas notre nom ? Quoi que… deux Dames Ataliel au même endroit, cela peut être amusant… » Fit doucement Orfraie, presque dans un murmure. Elle se raidit légèrement lorsque Elenya lui dit ne pas savoir qu'elle était de retour. C'était un mensonge éhonté, puisque la nouvelle s'était rependue comme une traînée de poudre. « Ton regard trahit ta haine pour ce que je suis devenue. Ai au moins un peu d'honneur et ne me mens pas. Tu savais que j'étais de retour, à la demande d'Aegnor qui plus est. » Poursuivit la vampiresse en posant son regard bleu roi sur sa cousine. Appeler l'Empereur par son prénom marquait sa grande proximité avec lui, une chose que sa cousine ne partageait pas avec le souverain. « Mais oui, je me souviens de toi. De toi et de tout le reste. » L'Ataliel l'invita, d'un geste de la main, à venir s’asseoir à ses côtés. Sauf si elle avait peur d'elle ou quoi que ce soit de ce genre. « Félicitation, pour ton nouveau poste. Le Conseil, voilà bien une chose qui ne me manquera pas. »





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenya Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
3/10  (3/10)
Xp disponibles: 1

Conseillère

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Mer 29 Juin 2016 - 17:56

Elenya observa la tenue très simpliste par rapport à la sienne de l’ancienne princesse des elfes tombée dans les ténèbres. Elle était assez surprise, mais ce n’était qu’un détail maintenant au vue de la situation. Elle aimait beaucoup être bien habillée, resplendissante et que l’on la remarque, mais c’était sans doute une tare de femme politique. Elle reconnut tout de même l’épée qu’elle portait à la ceinture, cela la fit frissonner et retourner le cœur. C’était autre qu’un don de la part de son père, c’était du matériel elfe qui passait chez les vampires. Elle essaya de ne rien montrer, mais elle était dans une tourmente complexe de sentiments contraires. Si elle avait pu simplement la haïr comme les autres elfes, cela aurait été sans doute plus simple, mais elle avait des sentiments, et ce malgré une haine, elle avait quelque part de l’amour sinon elle ne se serait jamais retournée. Elle voulait tant que sa cousine Orfraie soit toujours là, surtout pendant ces moments difficiles. Elle savait bien que le peuple elfe avait davantage besoin d’une héroïne qu’une politicienne comme elle.

Le coeur de la jeune elfe face à sa cousine plus âgé était serré et tourmenté dans cette situation plus que difficile à gérer. Tant et si bien qu'elle une politicienne qui avait appris à gérer des moments difficiles, des décisions dures à prendre, n'avait jamais pu se préparer à cette entrevue. Elle y avait pensé de multiples fois, mais jamais elle ne trouvait la bonne façon de faire et cela se voyait sans doute en cette soirée. Elle avait peur, peur d'elle-même, de sa réaction, de la réaction de sa cousine, de la suite des événements. Elle avait espéré passer inaperçu pour un meilleur moment, mais elle avait bien dû s'arrêter forcer et contrainte. Elle était connue dans la famille pour avoir des idées bien arrêtées conservatrice et nécessairement pro-elfe autant qu'elle pouvait. Elle ne s'en cachait guère, soit elle se moquait éperdument du sort des humains, soit sa haine des vampires l'empêchait une certaine empathie. Elle ne se rendait pas compte des nouvelles capacités de sa cousine à cause de cette maladie galopante, Orfraie était capable de lire en elle comme dans un livre ouvert. Elle avait bien tenté de dissimuler tout ce qu'elle pouvait derrière les derniers masques qu'elle était capable de porter afin de cacher ce qu'elle ressentait. Elle était très en colère envers Orfraie, mais plus car elle attendait tellement de cette cousine quasi prophétique, qu'elle c'était retrouvée sans modèle du jour au lendemain bien obliger de prendre comme la suite psychologique sans être capable de la remplacer. Le vide laisser par la mort de l'elfe Orfraie était immense aux yeux de la jeune elfe, alors elle ne voyait pas qu'une nouvelle vampire, maïa beaucoup de ses craintes et de ses peurs. Elle remarqua le regard absent de sentiments de sa vampire de cousine, elle n'arrivait pas à lire dans ses yeux tant elle était troublée. Elle plissa les yeux alors qu'elle comprit qu' Orfraie se rappelait de tout, alors sans doute que la grande distance qu'elle venait de prendre était inutile. Elle resta alors plantée face à cette personne inconnue et tant aimée à la fois.

« Je vois, tu te rappels de tout alors, voilà qui sera sans doute plus simple sans doute. Vois tu la vie de l'héroïne elfe comme une histoire vu de l'extérieur ou la tienne Orfraie ? »

Demanda alors en prenant le tutoiement réservé à quelqu'un de proche et en l'appelant par son prénom, mais elle a ait toujours cette colère qui bouillait dans sa tête. Elle remarqua l'invitation de sa cousine à s'installer à ses côtés, mais elle ne réagit pas fans la seconde afin de montrer qu'elle estimait le fossé énorme entre sa cousine si exceptionnelle et elle comme grandement réduit. Pour Elenya et ce malgré les circonstances de sa mort, elle c'était vendue à un vampire voilà tout. C'était inacceptable, elle-même préférait sans fois mourir que d'imposer cela à son peuple et au monde. Elle risquerait tellement de faire du mal à ce qu'elle avait toute sa vie tenter de protéger, c'était impensable. Elle regarda ailleurs en croisant les bras.

« Très bien, je savais que tu étais revenue, Aramis me l'avait dit, mais excuse moi de ne pas à œil organiser une grande fête avec ce qui reste d'elfes pour fêter ton retour, je ne me souviens pas de ta couleur préférée pour les motifs des napperons. »

Répliqua alors cinglante la jeune non sans glisser dans la discution comme un premier reproche. Elle était très proche de l'impératrice, mais sans doute beaucoup moins de l'empereur à cause du faussé des idées qu'ils les séparaient. Elle n'était pas tellement intimidé par la démonstration de force de l'ancienne générale, et maintenant la jeune fleure avait grandi et osait répondre à sa grande cousine, mais sans doute était-ce dû à son nouvel état physique.

« Sais-tu à quel point la situation du peuple elfe est dramatique ? Te rends tu compte ? Enfin peuple elfe... C'est un grand mot ! Te rends tu compte à quel point les tiens ont besoin de toi !? »

Dit alors en haussant légèrement le ton la jeune diplomate, mais si elle n'arrivait pas à se retenir face à Orfraie, c'était bien car il y aurait tant à dire sur les douleurs, les peines et espoirs perdus qu'elle ressentait. Elle soupira grandement en se détournant légèrement posant sa main sur son visage, alors qu'elle commença à parler doucement comme à elle même avant de revenir vers sa cousine.

« Moi qui parle ainsi à un vampire, besoin d'un vampire... Si tu te rappels de tout, tu n'as pas oublié que mon père a été assassiné par un vampire, tu t'en rappel de cela ? Tu te rappels de la longue histoire si charmante que ces morts vivants et le peuple elfe partagent ? Comment ne pourrais-je te traiter autrement ! Comme si on avait besoin d'une autre fillette qui parle sans cesse ! On a besoin d'un général d'armée fort pour espérer survivre à la place d'idées folles que je vais devoir tenter de soumettre au conseil ! »

Se lâcha alors à dire Elenya en colère en parlant plus qu'elle ne voudrait. Elle se rendit compte et elle se détourna en plaçant sa main sur ses yeux afin d'effacer des larmes naissantes. Elle savait bien que jamais elle n'égalerait la légende de sa cousine, mais elle essayerait d'être le plus utile possible. Elle revint alors vers Orfraie un fois un minimum contrôlé et elle s'assit enfin pensant le délais suffisant.

« Soit, si l'empereur et d'autres te font confiance, je peux bien m'asseoir à tes côtés. »

Dit alors simplement la jeune elfe en se tournant vers sa cousine. Elle savait que si l'on la voyait à discuter le bout de gras avec la vampire, cela donnerait un sacré coup de mou à sa carrière. Elle ne pouvait pas ignorer sa cousine ou lui refuser un minimum de politesse. Elle ne savait pas trop si elle pouvait entièrement faire confiance à un vampire, mais il était difficile de faire la part des choses tant cette vampire ressemblait à sa cousine, à la générale d'armée, à l'héroïne des elfes tant leur peuple lui devait la vie.

« Je suis consciente d'être au conseil uniquement pour remplacer tous les morts des nombreuses batailles qui ont été tant un carnage pour les elfes. C'est une place qui me scié, bien plus que sur un champ de bataille. Tu ne m'en voudra pas trop alors, tant mieux. »

Elenya tenta même un léger sourire maintenant qu'une partie de la pression était sortie.

« Et maintenant ? De quoi parlons nous ? Des elfes ? De la famille ? Des garçons peut être ? »

Dit alors Elenya sur un ton humoristique




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Jeu 30 Juin 2016 - 19:03

Orfraie soupira. Discrètement, mais elle soupira. Elle ne voulait pas se battre, avec personne et encore moins avec un membre de sa famille… Même si ledit membre avait des idées très arrêtées qu’elle n’approuvait pas, en grande partie. Les mots d’Elenya semblait fouetter l’air, mais l’Ataliel demeurait impassible. Si elle avait mal, elle ne le montrait pas.

« Je ne suis pas une héroïne. Je ne l’ai jamais étais. J’ai simplement fait ce qui devait être fait pour mon peuple. C’est également ce que je continue à faire aujourd’hui, envers et contre tout ce que vous pouvez penser… » Répondit l’ancienne princesse, quelque peu las. Les Elfes la voyait-elle vraiment comme une héroïne ? Orfraie en doutait. Elle n’avait jamais rien fait de plus que ce qu’on attendait d’elle. Princesse, Générale… Elle avait combattu pour son peuple de maintes façons, mais pas de là à être une héroïne ou quoi que ce soit de ce genre. Certes, son habileté à l’arc était inégalée depuis des siècles, mais c’était la seule chose de notable…

Orfraie sentait la colère vibrer en Elenya alors qu’elle-même demeurait parfaitement calme. Une autre différence avec sa cousine : Les épreuves et les siècles lui avaient appris à demeurer calmes. La colère de la Princesse des Ombres était légendaire, légendaire dans le sens où elle se faisait rare. La conseillère n’avait probablement jamais vu sa cousine se départir de son flegme.
Un sourire amusé naquit sur les lèvres de la vampiresse, dévoilant les pointes de ses crocs. Un léger rire s’en suivit, guère moqueur. La mauvaise fois de sa cousine rendait tout ceci… Étrangement moins pénible. « Je ne suis pas très fête de toute façon. » Lui fit-elle, amusée. Elle avait, bien entendu, saisi l’ironie, mais elle ne put s’empêcher de répliquer. Elle sentait qu’Elenya ne pouvait tout simplement pas la haïr et cela rendait son cœur un peu plus léger. « C’est Aramis qui m’a rendu ma mémoire. » Rajouta l’Ataliel avec tendresse. C’était un fait connu : elles avaient toutes deux étaient Maître Baptistrelle et étaient depuis toujours de très grandes amies. Elles se considéraient comme des sœurs et en souvenir de ce lien, la Cawr avait chanté pour elle.

Elenya enchaîna ensuite sur la situation du peuple Elfique, qu’elle jugeait dramatique. Le faible nombre d’Elfe l’était également, mais pas au point de courir à l’extinction. Une fois de plus, si la jeune conseillère avait haussé le ton, celui de l’ancienne princesse demeura calme et doux, presque tendre. « Et c’est pourquoi je suis ici, Elenya. J’avais tout pour être heureuse à Aldaria : Un but, une position, des amis, quelqu’un qui m’aime et que j’aime*… Et pourtant, je suis revenue ici. Je considère toujours les Elfes comme mon peuple, c’est pourquoi nous nous parlons aujourd’hui. J’allais mourir, Elenya. Si j’ai choisi l’immortalité, c’est bien pour continuer à me battre pour les miens, pour tout Armanda, pas pour le plaisir de boire du sang et d’avoir des crises de folie meurtrière. » Poursuivit Orfraie, toujours très calmement. Elle parlait désormais de ses crises avec calme. Celles-ci étaient de plus en plus rares grâce à Firindal, qui savait intervenir avant que sa Liée flanche.

Le regard bleu roi de la vampiresse se posa sur le dos de sa cousine. Celle-ci s’était détournée, semblant en proie à des sentiments très contradictoires. Orfraie aurait pu se lever pour tenter de la réconforter, mais elle jugea l’idée mal venue, aussi demeura-t-elle assise.

« Je me souviens, oui. Et si j’ai un conseil à te donner, c’est le suivant : ne sois pas si prompte à juger. Je suis bien placée pour savoir que les Elfes et les Vampires ont une longue histoire commune jonchée de cadavres. » Commença Orfraie en désignant la cicatrice qu’elle avait au visage. C’était un vampire qui lui avait fait, en 1750. « Mais tu sais comme moi que tous les vampires ne sont pas mauvais. Ai-je l’air d’être mauvaise ? Lewyn, celui qui m’a sauvé, a-t-il l’air mauvais ? Oh, bien sûr, il a mordu une princesse elfe… Mais il l’a fait parce que je lui ai demandé. Si tu ne me crois pas, les Rôdeurs te le diront puisqu’ils étaient tous là… Les vampires avec lesquels nous avons combattu Vraorg étaient-ils mauvais ? Certes, nos relations étaient tendues en ce temps, mais nous avons pu cohabiter… ce qui prouve que tout n’est pas perdu avec le peuple de la nuit. Et je suis ici pour tenter de vous le montrer parce que la dernière chose que je souhaite, c’est voir mon peuple partir en guerre une fois encore… Toi et moi savons qu’il ne s’en relèverait pas. » Répondit la vampiresse sans jamais se départir de son calme. Elle sourit doucement lorsque Elenya vint s’asseoir près d’elle. Orfraie ne tenta aucun geste envers elle, sentant qu’ils devraient venir de sa cousine … Lorsqu’elle serait prête. Mais le sourire de celle-ci, même léger, réchauffa le cœur glacé de l’immortelle.

« Eh bien, dans mon cas, ce sera plutôt des filles. » Répondit l’Ataliel avec humour. Elle savait pouvoir se le permettre, car l’homosexualité était une chose tout à fait banale pour les Elfes, normal au même titre que les couples hétérosexuels. « Comment l’ont-ils tous pris ? Lorsqu’ils ont su ce qui s’est passé à la lisière de notre ancienne forêt ? » Demeura prudemment Orfraie en faisant référence à sa transformation, son regard se posant sur sa cousine avec douceur. Orfraie parlait bien entendu de leur famille, mais aussi plus largement des Elfes, du Conseil ...




* La relation entre Luna et Orfraie est totalement secrète, personne n'est a courant.





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenya Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
3/10  (3/10)
Xp disponibles: 1

Conseillère

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Mar 5 Juil 2016 - 10:46


«   Ne minimise pas ton rôle, personne n’aurait su faire ce que tu as fait, et si tu recherches à te faire complimenter, vraiment, ce n’est pas nécessaire. Tu dis être là pour ton peuple les elfes ? J’aimerai te faire confiance, vraiment, mais je ne sais pas, sans doute que moi, notre famille et les elfes auront besoin de preuve. Même si tu dis vrai, tu auras des blocages important tant que tu ne prouveras pas tes dires par des actes que personne ne saurait contredire. La situation de notre peuple est bien trop grave pour se passer de quelqu’un comme toi.   »  

Elenya était assez inquiète de la situation, mais elle ne se sentait pas à tout dire maintenant à une vampire aussi sympathique soit-elle. Elle savait parfaitement garder calme ou faire semblant d'être énervée lorsque cela ne la touchait pas, mais en ce moment, tout était véritable. Elle observait ses crocs vampiriques avec stupeur, elle soupira légèrement alors qu'elle détourna son regard.

«  Cela ne te va pas bien chère cousine. Peut-être peut-on te guérir de ce maux ? »  
 
Dit alors l'elfe en parlant vraiment du vampirisme comme d'une maladie à soigner. Elle redirigea son regard dans la direction de Orfraie.

«  Sans doute pourrais je te recevoir chez moi en intimité bien entendu si cela te dit. Cela te changeras de la nuit et d'un simple banc. »  

Elenya hocha la tête lentement.

«  Aramis t'a rendu la mémoire, je vois. Sans doute je devrais faire confiance en l'impératrice... Mais il m'est difficile de voir autre chose qu'un vampire pour être poli. Il faudra du temps pour que... Enfin mon père, tu sais... »  

Elenya leva les mains un peu perdue en la regardant troublée de toutes les informations d'un seul coup.

«  Des amis... Vampires ? Tu es avec quelqu'un ?! C'est formidable cela, et qui est l'heureux élu ? Enfin... Il est quoi aussi ? »  

Dû alors demander la jeune femme elfe à sa cousine. Elle espérait un elfe, enfin plutôt une elfe su les rumeurs étaient fondées, mais elle craignait presque la réponse finalement. Elle se rendait bien compte que pour être insulter, maudit, Orfraie semblait avoir tout abandonnée derrière. Elle ne s'imaginait pas autant de sacrifice, mais la situation était si particulière. Elle voyait sa cousine comme une ennemie autant qu'un membre précieux de sa famille et de son peuple.

« Oui et bien évitons les crises pour le moment, mais soit il y a un traité de paix entre les elfes et les vampires ainsi que les humains. Une solution alternative au sang est recherché pour ton genre, ce qui ne serait sans doute pas un mal. Je crois que dans ton cas, je préférai mourir que devenir un mort vivant, mais disons que c'est un point de vue...   »  

Dit alors simplement gênée Elenya ne cherchant pas le conflit, mais elle ne se refaisait pas après tout. Sa nature profonde haïssait les vampires et elle n'avait pas peur de le montrer.

«  Je suis à une place en tant que femme politique où je dois prendre position, je dois prendre des décisions ou du moins invecter pour que l'empereur en prennent. La guerre n'est pas pour moi, même si le destin en a décidé autrement vu le nombre de bataille que j'ai mené sans mourir. Je n'ai comme allié que la magie, mais c'est déjà pas mal j'imagine. J'espère tant de la magie dans le futur pour notre peuple, nous ne sommes qu'une poignée maintenant sur un territoire donné par les humains. Nous ne sommes plus indépendant depuis longtemps et notre position est très précaire. Il va falloir trouver des solutions rapides pour permettre à la survie, car nous ne survivrons pas à une autre bataille en tant que nation. »  

Dit alors très clairement Elenya en ouvrant la possibilité à Orfraie de proposer des idées sans trop dévoiler les siennes et sa vision complète de la situation.

«  Je suis la voix des elfes et du conseil envers les autres peuples, même si cela peut porter à sourire, mais je devrais parler à votre futur prince et espérer survivre une nuit ou deux. »  

Dit alors sur le ton de l'humour l'elfe en regardant Orfraie. Elle soupira doucement en détournant son regard.

«  Sans doute que non, tous les vampires ne sont pas mauvais, mais en tout cas, un en particulier à tuer père et je le cherche toujours. J'espère bien le torturer et le tuer de la pire des façons quand je l'aurai retrouver. Je ne connais guère ton Lewyn, mais j'imagine que comme il t'a sauvé, tu dois l'apprécier et avoir une sacrée dette envers lui. J'espère bien que tu as demandé à être mordu ! Il ne manquerait plus que ça !

Les vampires et les humains avec qui nous avons combattu contre Vraorg n'étaient d'alliés que de circonstances, nous n'avions pas trop le choix. Le gouvernement de Gloria aujourd'hui représente toujours une menace potentiel envers nos deux races, leur haine ne s'effacera pas juste avec quelques batailles.

Je ne peux qu'imaginer que nous aurons quelques temps de paix grâce à la menace de ce qui vit dans l'ancienne forêt des elfes, la guerre reprendra sans doute quand une solution aura été trouvée. D'ici là, il faudra que les elfes auront appliqué une solution viable. Le temps tourne et je ne pense pas en la faveur de notre peuple les elfes.

J'ai bien plusieurs idées, certaines réalistes, d'autres folles, mais mes elfes sont en périlleuse situation.
»  

Déclara alors Elenya décrivant davantage sa vision de la situation des elfes. Le sort des autres races ne l'important aucunement et elle ne s'en cachait guère. Elle n'était absolument pas gênée par les préférences homosexuelles de sa cousine, qui ne datait d'ailleurs pas d'hier. Elle ne savait pas trop elle-même où elle se situait si elle préférait un ou une elfe, car c'était impensable d'avoir une relation en dehors de sa race. Elle ne s'était pas poser la question, mais elle ne savait même pas si elle aurait le temps pour ce genre de relation vu tout le travail qu'elle s'imposait. Elle semblait vraiment gênée par la question à propos des réactions de sa transformation. Elle se pinça les lèvres ensemble comme pour se donner le temps de la réflexion, de bien peser ses mots.

« Le conseil n'appréciant sans doute pas ta présence avant by or souvenir que tu y a laissé, ta transformation n'a pas dû être très accepter. Sans doute qu'en tant que princesse tu aurais dû règner sur notre peuple ? Je trouve l'empereur actuel trop ouvert, mais cela aurait été peut être pire avec toi ? Je ne sais pas trop.

Pour le peuple elfe et vu toutes les tragédies que mes elfes ont vécus, ils auraient bien besoin de plusieurs bonnes nouvelles, alors sans doute que cela n'arrive pas au bon moment. Ils ont besoin de quelque chose de positif pour être constructif, pour aller de l'avant. Essaie toujours de dire que c'est à la mode les longues canines ou que c'était une blague ?  
»  

Dit alors avec une pointe d'humour. Elle était gênée de répondre en détails, car sans doute que si l'elfe aurait été un illustre inconnu, elle aurait été des plus véhémentes et intransigeantes. Elle ne trouvait guère d'excuses à ce genre de choses, mais elle espérait vraiment retrouver la même personne qu'elle a dit toujours connu. Sans doute ne pourrait-elle pas lui faire d'acollade avant quelques temps, embrasser une vampire ne faisant pas parti de ces distractions favorites. Elle baissa son visage pensive quand à la famille.

«  On dit qu'avec le temps, tout guérit. Le temps étant relatif chez les elfes, sans compter que nous avons bonnes mémoires, il faudra du temps. Comme je te l'ai dis, sans doute qu'avec des actes ou des gestes comme il convient, nous pourrions prévoir une petite réunion de famille, mais je ne suis pas certaine que cela soit si positif que cela si cela vient de moi. Cela risquerait de finir en tribunal, et je ne le souhaite pas. »  

Dit alors Elenya assez clairement.

«  Sans doute que de la part de ta mère, cela sera mieux perçu et prouvera que des gens te font confiance, peuvent accepter ton... État. »  




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Lun 11 Juil 2016 - 23:30

Les mots d’Elenya étaient vrais, mais ils heurtèrent Orfraie avec violence. Celle-ci perdit son sourire et détourna son regard. Elle devrait… Faire ses preuves. Mais n’avait-elle pas déjà fait cela par le passé ? En allant jusqu’à donner sa vie pour les siens ? Ou cela ne comptait-il pas parce que ce geste avait été posé par son ancienne elle ? Les Elfes devaient surement le voir ainsi et, quelque part, Orfraie le comprenait. Mais d’un autre côté, elle leur en voulait terriblement. Mais, en écoutant sa cousine, l’Ataliel se rendait également compte que les Elfes avaient besoin d’elle, de ce qu’elle avait pu représenter… alors pourquoi rendre les choses aussi compliquées ? N’était-ce pas complètement idiot ? En la repoussant, ils ne lui donnaient pas envie de les aider alors qu’ils avaient besoin de cette aide. C’était complètement stupide comme raisonnement.

« Je ne suis pas malade. » Se contenta de répondre Orfraie, las. S’il y avait eu de la colère dans sa voix envers d’autres personnes, ce soir, elle était simplement fatiguée. Elenya n’était pas la première à lui dire de telles choses, à considérer sa nouvelle nature – et pas extension sa vie – comme une maladie. « La nuit ne me dérange pas. J’y vois comme en plein jour. Mais je ne dis pas non à la chaleur d’une maison plutôt qu’un banc froid et dure dans un parc. » Répondit ensuite Orfraie avec douceur. Elle se doutait que la proposition de sa cousine n'été pas si anodine : Chez elle, il n’y aurait personne pour la voir en compagnie de sa vampire de cousine. Orfraie trouvait cela désespérant, mais elle n’avait pas à cœur de réduire en miette la carrière d’Elenya… Alors si cette dernière voulait parler en toute intimité, la Princesse des Ombres comptait la suivre.

« Je sais. Du temps, nous en avons. » Répondit une fois de plus Orfraie aux propos de sa cousine. Elle se souvenait très bien des circonstances de la mort de son père. C’était en grande partie cela qui avait forgé l’opinion d’Elenya pour les immortels. « Des amis : Humains pour la plupart, vampire également. » Commença l’Ataliel. Concernant Luna, elle ne pouvait donner de nom. Elle ne pouvait pas non plus donner sa race, au risque de jeter de l’huile sur le feu de la haine. « J’ai quelqu’un, mais je ne peux pas t’en dire plus. L’étaler au grand jour serait compliqué. » Expliqua évasivement la Lame. Il était impossible de se douter qu’il ne s’agissait ni plus ni moins de la régente d’Aldaria, dragonnière de surcroît, mais Orfraie ne voulait pas jouer avec le feu. Surtout pas avec Elenya. Nerwende, sa mère, était parfaitement au courant de la relation de sa fille, mais Orfraie avait une confiance très limitée en sa cousine pour ce genre de secret.

« Votre futur prince » … La formulation laissa Orfraie songeuse, puis elle comprit. Elle serra les poings. « Je suis peut-être un vampire, mais je ne considère pas ce peuple comme le mien. Leur prince ne sera jamais le mien. » Le ton de la Princesse des Ombres était, cette fois, chargée d’une froide colère. Elle ne haussa toutefois pas la voix. Elle soupira pour se calmer et ses traits redevinrent lisses. L’humour d’Elenya avait échoué lamentablement. Le peuple de l’Ataliel restait les Elfes, même s’ils avaient perdu son allégeance et sa confiance. Orfraie reprit ensuite calmement.

« Ce qui se cache dans la forêt est aussi dangereux que Vraorg, peut-être même plus. Cela m’a tué, cela a possédé l’un de mes compagnons lorsque je suis allé là-bas en tant qu’immortelle. J’ai vu un dragonnier se faire tuer à cause de l’une de ses choses… Tu es bien pessimiste. Peut-être es-tu plus réaliste que moi, peut-être pas. J’ose simplement croire que nous soyons capables de nous entendre. En tout cas, c’est la volonté d’Aegnor, la volonté de Luna et notre volonté, à Firindal et moi-même. Nous devons rester unis face à cette menace, plus que jamais. » Les doigts de l’Ataliel se posèrent sur son ventre, à l’endroit même où elle avait reçu le coup de grâce et où sa peau était désormais balafrée. « Il était normal qu’Aegnor monte sur le trône, c’est un Evanealle. Il a accepté son héritage... Je sais que certain Elfe aurait préféré me voir gouverner, mais cela n’a jamais été mon souhait. Le temps des Elfes est révolu, Elenya. Il faut maintenant compter sur les Hommes et les Vampires si nous voulons pouvoir survivre. Je sais que tu ne partages pas cette vision et que tu ne la partageras jamais, mais pourtant il s’agit déjà d’une réalité. Nous ne pouvons plus nous cacher derrière nos barrières magiques. » L’ancienne Générale se releva, marquant quelques pas face à sa cousine. « Je sais que ce qui m’est arrivé a été compliqué pour les Elfes, mais je suis là. J’ai retrouvé mes souvenirs, et même si je ne suis plus tout à fait celle que j’étais, une grande partie d’elle subsiste. Je suis physiquement un vampire, mais une Elfe dans mon cœur, je représente deux races ancestrales et ennemies enfin unies. Et je compte bien m’en servir pour apporter un peu d’espoir à notre peuple… Pour mettre à terme à une guerre qui n’a que trop durée et dont, tu l’as dit toi-même, les Elfes peinent à se relever. » Orfraie croisa les bras. Son regard se fit soudainement plus intense. « Mais je n’y arriverais jamais seule. Je sais que tu as des idées bien arrêtées et qu’elles vont à l’encontre de ce que je dis… Mais toi et moi avons une chose en commun : nous voulons voir les Elfes se relever. Nous pourrions être ennemis. Tu pourrais me rejeter. Ou nous pourrions être alliés. Les Elfes ont longtemps tenté de détruire les Vampires, mais regarde où cela nous a conduits : à la quasi-extinction. Les Elfes ont combattu pendant des siècles la malédiction qui est la leur sans jamais parvenir à l’anéantir. Une autre voie doit exister et je pense que cette dernière est l’acceptation. Les Elfes doivent accepter leur malédiction, vivre avec et alors elle disparaîtra. »

La Princesse des Ombres se tut. Elle joignit ses mains dans son dos et posa son intense regard bleu roi sur sa cadette. La Princesse Elfe avait été déchue de son rang, mais elle n’avait rien perdu de ses convictions, de sa foi en la vie ou de sa verve. Elle croyait fermement en ce discours, une vision qu’elle partageait avec l’Empereur Elfique. La haine des Elfes était, toutefois, intense et difficile à ignorer. C’est ce qui rendait parfois Orfraie si … Triste, si désespérée.

Le silence s’étira et Orfraie entreprit de répondre aux dernières paroles de sa cousine, jouant sur ce sujet pour prouver à Elenya qu’il était possible de vivre avec les vampires.

« J’ai vu ma mère à Aldaria, elle accompagnait Aegnor. Elle accepte ce que je suis devenue… Pour elle, je reste sa fille, sa princesse, sa guerrière. Elle a confiance en moi et en le jugement du Dracos, qui a placé Firindal sur ma route. » Le sourire de l’Ataliel se fit tendre lorsqu’elle songea à Nerwende. Pleine d’amour pour sa fille, elle lui avait ouvert les bras, littéralement. Celle-ci ne se cachait d’ailleurs pas en sein d’Estëllin et clamait haut et fort son amour pour sa vampire de fille. « Avec quelques différences, certes, mais c’est toujours moi. » Reprit Orfraie, plus doucement. Elle s’approcha d’Elenya et s’accroupit face à elle, de façon à se placer à sa hauteur. « Je sais que cela est compliqué pour toi, mais j’aimerais que tu m’accordes ta confiance. Tu es mon sang, je ne veux pas devoir m’opposer à toi. Je ne veux pas voir notre famille et notre peuple se déchirer. Cela signerait son arrêt de mort. »





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenya Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
3/10  (3/10)
Xp disponibles: 1

Conseillère

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Jeu 14 Juil 2016 - 13:34


Elenya qui savait être une jeune politicienne émérite, qui savait arranger la vérité sans mentir, ne prenait aucun gant pour parler avec sa vampire de cousine. Elle trouvait que c'était le plus efficace, le plus pur et la meilleure façon de rompre la glace. Elle était consciente de pouvoir faire mal à quelqu’un de sa famille, mais une fois les choses dites, elle était certaine que l’on ne reviendrait plus dessus. La rencontre fortuite avec sa cousine était un hasard fou, et elle se demandait vraiment si elle aurait accepté une rencontre avec Orfraie. Sans doute que cela aurait été compliqué et l’aurait torturé intérieurement. Elle regardait Orfraie détourner le regard, souffrir de la situation. Elle soupira légèrement en regard ses pieds un court instant. Si Orfraie souffrait, elle également, mais elle ne pensait pas être allée trop loin.

« En devenant une vampire, pour ta survie certes, c’est comme si tu étais une autre personne. Tu as la même apparence, une mémoire semblable avec beaucoup de chance d'ailleurs. Chaque elfe sait que les vampires n’ont pas de mémoire de son passé, ils sont une coquille vide si simple à manipuler, à rendre haineux. Je te crois, je crois en l’impératrice et ses capacités, mais les autres elfes ? La situation doit être difficile et j’en suis consciente, mais tu es plus forte que cela. Tu sauras gravir cette épreuve comme les autres. »

Dit alors confiance la jeune elfe à son aînée. Elle n’hésitait pas en disant cela, elle était persuadée qu’Orfraie reviendrait sur le devant de la scène.

« Je ne te demande pas d’aller chercher un miracle, de changer le monde à la seule force de ta lame. Ta chance viendra un jour, et tu sauras la saisir. Nous autres elfes sont des personnes patientes, la voie s’éclairera bientôt. Les elfes sont fiers, beaucoup restent dans les anciennes traditions, les anciennes coutumes et habitudes. Sans doute que chaque elfe se rend compte que la survie de la poignée d’elfes est un petit miracle rendu possible par des humains. C’est difficile à digérer, et nous manquons de bonnes nouvelles. Le moral est bas j’imagine, et ce que je m’apprête à proposer ne sera pas là pour rassurer. »

Dit alors Elenya en restant floue sur ses intentions. Elle sourit légèrement en relevant son regard vers le ciel étoilé.

« Je sais que tu n’es pas malade, mais si tu pouvais redevenir une elfe vivante, ce serait merveilleux. Je sais que cela t'est impossible. Nous ne refaisons pas le passé, alors il nous faut avancer. »

La noble elfe se releva du banc en faisant attention de chasser poussières et impuretés de sa longue robe à l’aide de sa main. Elle joignit alors les mains au niveau de son ventre.

« Alors je t’invite à la maison, on y sera plus tranquille, mais je vois bien à ton regard que tu as compris. J'ai d'importantes propositions à faire au conseil, certaines plus folles que d'autres, mais les conservateurs ne comprendraient pas être si proches. Je n’ai pas honte d’être avec toi bien entendu, cela serait idiot. »

Elenya sourit légèrement à la façon de répondre d’Orfraie au sujet de son aimée. Elle était très intelligente, alors elle sortit à haute voix les réflexions qu'elle aurait gardées de coutume dans sa tête.

« Bon, c’est une femme, cela ce n’est pas bien compliqué de le savoir de ta part. Si tu ne peux rien me dire, j’imagine que c’est une humaine ou une vampire. L'étaler au grand jour en pleine nuit, voilà que cela risque d'être compliqué ! »

Dit alors avec humour Elenya en se retournant vers Orfraie. Elle lui prit les mains avec délicatesse en hochant la tête lentement.

« L'important c'est qu'elle te rende heureuse, et que tu arrives à la voir sans déclencher un tollé. À y réfléchir, je pense que cela sera plus simple de ne pas savoir. On dit que ce que l’on ne sait pas nous blesse pas après tout. »

L’elfe pianota doucement sa joue à l’aide du bout de ses doigts.

« Tu ne considères pas les vampires comme ton peuple, soit, mais comment te considères les vampires ? Une elfe ou une vampire ? Si je ne m'abuse, cela devrait être la seconde solution que cela te plaît ou non. de ce que je sais, ils n'ont cure de la vie d'avant, la plupart ne s'en souviennent pas. Tout cela pour dire que, lorsque les vampires auront fini de s'entretuer pour choisir un prince, il cherchera à te commander, au moins à t'atteindre. J'imagine que tu as déjà réfléchi à tout cela, que tu es consciente de tout cela. Tu ne pourrais peut-être pas te permettre de tourner le dos aux vampires si cela se passe mal avec le peuple elfe. Je ne te pousse pas chez ces monstres, tu me connais, je dis seulement que tu vas être sur le fil d’une ou même plusieurs lames. Tu serais quelqu’un de peu connu, peu importe, mais tu n’es pas n’importe qui. Les dirigeants vampires, humains ou même moi chercheront à t'utiliser dans des luttes de pouvoir. Enfin pour moi, je ne chercherai jamais à te nuire même si je n’apprécie pas ce que tu es devenue. »

Dit alors Elenya en analysant froidement la situation. Elle fronça les sourcils en écoutant Orfraie parler des dangers qui se cachaient dans l’ancienne forêt des elfes. Elle soupira doucement en se rendant compte que ce n’était que peine perdue d’espérer récupérer la forêt maintenant.

« Je vois, plus dangereux que Vraorg ? Cela tue les légendes, corrompt les cœurs purs et les vaillants combattants. J'espérais chasser ces monstres ou leur demander de partir bien gentiment, mais cela semble être difficile. Les elfes ne pourraient pas en faire grand-chose de toute façon. Nous pouvons à peine peupler ces montagnes et une ville.

Nous entendre ? Peut-être et j’espère me tromper. Tant que cette menace sera là et que tout à chacun en est conscient, sans doute n’y aura-t-il pas la guerre. Que pourrions-nous faire contre ces monstres ? Le temps des elfes et même des vampires est du passé, l’avenir est pour les humains. C’est fort douloureux de prononcer ces mots, mais c’est une réalité dont je suis consciente. Les elfes sont un peuple décadent et un jour, les humains prendront tout, c'est inéluctable. J’espère bien fonder à nouveau de puissantes barrières magiques sur notre nouvelle montagne, mais les elfes seuls ne peuvent résister. Nous ne sommes plus que mille environ, mais je continuerai chaque jour à chercher une solution pour maintenir les elfes à flot ou même dessus s'il le faut.
»

Conclu Elenya en regardant Orfraie afin de voir si elle avait compris l’allusion subtile. Cela ne serait plus un secret pour longtemps son idée qu’elle marche ou non.

« Si tu es une elfe au fond de toi, il faudra en tirer parti. Je ne crois pas à la paix entre les vampires et les elfes. J'exterminerai moi-même tous ceux qui ont participé au complot de l'assassinat de mon père, peu importe qui ou quand. Nous autres elfes avons une poignée de soldats, nous avons tant perdu avec les dernières guerres. Je ne sais pas si relever les elfes est possible, chez les humains, nous ne serions qu'un quartier d'une de leurs cités, une curiosité. De l’espoir, oui, c’est ce qu’il faut à notre peuple. »

Elenya regarda ailleurs ensuite.

« Ne dis pas de bêtises, je ne serais pas ton ennemie. Je ne suis pas certaine que ce soit la guerre contre les vampires qui a fait fondre notre civilisation comme neige au soleil. Le peuple elfe a de grands idéaux, mais aujourd’hui, nous serions incapables de les faire appliquer. Accepter la malédiction ? Vivre avec ? Que veux-tu dire par là ? Danser autour d’un feu avec des vampires et chanter des chansons ? Je déteste voir tous ces humains et vampires dans notre nouveau foyer, ils sont sources de soucis en général. Je ne dis pas cela pour toi bien entendu.

Une mère saurait accepter beaucoup de choses pour sa fille. L’empereur est bien trop ouvert, mais quel choix avons-nous réellement ? Nous pourrions nous renfermer sur nous-mêmes, nous éteindre et devenir une légende que les humains se racontent autour d'un feu le soir. Nous pourrions nous mêler avec les humains, ne devenir qu’une seule nation. Nous pourrions tout aussi bien voguer sur de magnifiques navires aux voiles blanches, tu sais, comme l’hymne des elfes. Nous venons bien de quelque part, alors nous irons là où le vent nous porte.
»

Dit alors assez mélancolique Elenya.

« Et ce dragon alors ? Cela donne quoi ? Qu’est-ce que cela fait ? »

L’elfe détourna le regard un instant avant de revenir vers ceux de sa cousine. Elle resta digne et droite avec ses mains sur sa robe au niveau de son ventre.

« Soit, j’ai confiance en toi, tu as gagné. Que vois-tu pour les elfes ? »




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Dim 24 Juil 2016 - 4:37

Leurs pas les avaient menés jusque chez Elenya. Dans la nuit, elles n'avaient croisé personne. C'était tant mieux, car la vampiresse ne voulait pas supporter d'autres regards et remarques comme elle ne voulait pas que sa cousine en soit la cible par sa faute. Les mots d'Orfraie avaient été durs et directs. Elle ne passait pas par quatre chemins pour parler avec la conseillère, comme celle-ci ne prenait pas de gants avec l'ancienne princesse.

« Si les Elfes continuent à me rejeter, alors j'irais chez les Hommes. J'ai ma place à Aldaria. » Se permit de répondre Orfraie lorqu'Elenya évoqua l'idée que les Vampires tenteraient un jour ou l'autre de l'atteindre. L'Ataliel y avait pensé, mais personne ne pouvait la forcer à aller là où elle ne le voulait pas. Elle était dragonnière et de ce fait, elle était libre comme l'air. Si elle prenait part à une cause, c'était de son propre chef et pas parce que quelqu'un le lui avait ordonné. « Je ne suis pas une arme qu'on utilise. Firindal sera d'accord avec moi. » Précisa simplement la princesse des ombres avec un sourire entendu. Elle savait très bien que son Lié de Jade ne laisserait personne dicter leurs actes. Il était peut-être petit, mais il était déjà respecté pour ce qu'il était.

Le regard de la plus âgée se fit interrogatif lorsqu'elle comprit l'allusion de sa cousine. Mener les Elfes sur la mer ? Sur ces voiliers qui les avaient menés ici ? Etait-ce son idée ? Reprendre l’isolationnisme qui n'avait pourtant pas tant réussi aux elfes ? La princesse des ombres ne fit aucun commentaire, se contentant d'afficher une certaine indifférence, voir un léger mépris. Il était certain que, si les Elfes partaient sur les flots, elle ne les suivraient pas. Elle n'était pas une lâche, elle n'allait pas battre en retraite ni s'enfuir devant l'ennemi.

« Cesse de considérer les vampires comme des malades. Cesse d'être aussi hargneuse. Ne mets pas la faute d'un vampire sur tout un peuple. Commence par cela. » fit la princesse en soupirant, s'approchant d'une fenêtre pour observer la lune. « Tu dis de pas vouloir faire de moi ton ennemie, mais si tu continues à monter les Elfes contre les vampire, tu continues à les monter contre moi. » Poursuivit la dragonnière en se tournant vers sa cousine.

Les mains jointes dans le dos, l'épée au côté, elle observait Elenya avec le recul de tous les siècles passés. En cet instant, même sans robe étincelante et sans couronne, elle avait tout de la princesse que les Elfes avaient voulu faire disparaître en lui ôtant son titre. Mais ce qu'ils ne comprenaient pas, c'était que même déchue Orfraie continuait à être cette princesse qu'elle avait été. Le sang Impérial imprégnait son être pour l'éternité, qu'ils le veuillent ou non, personne ne pouvait effacer cela, pas même la malédiction des Elfes.

« Firindal est un jeune dragon, mais déjà très sage. Être sa Liée est une chance, un honneur et un plaisir. J'ai autrefois perdu une partie de mon âme lorsque j'ai brisé mon serment baptistral, aujourd'hui j'ai l'impression d'être de nouveau complète. » Elle fit une courte pause. « Être dragonnier, c'est en quelque sorte être responsable de tout Armanda. Cette idée que je vais te soumettre, c'est la sienne. Pour apporter un peu de paix et nous concentrer sur ce qui doit être la priorité de tous. Cette idée, je t'en parle à toi, j'en parlerais à Aramis et à Aegnor également. »

La vampiresse s'approcha de nouveau de sa cousine. Son regard bleu roi se posa sur celui d'Elenya.

« Tu l'as dit, je dois prouver aux Elfes que je suis toujours avec eux et qu'ils me tiennent à cœur. Temps que ce ne sera pas fait, Estëllin ne sera jamais un foyer pour moi. Je veux proposer à Aegnor de me laisser représenter les Elfes à Aldaria dans la lutte contre ce qui se cache dans notre ancienne forêt. Je les ai combattues par trois fois, je suis la plus à même parmi les Elfes pour mener ce combat. » Elle fit une courte pause, puis, pour la première fois, se permit un geste vers sa cousine. Elle posa sa main, qui était chaude, sur la sienne. « J'ai besoin de ton soutien pour porter cette demande devant le Conseil. »





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenya Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
3/10  (3/10)
Xp disponibles: 1

Conseillère

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Mar 26 Juil 2016 - 11:14

La petite balade nocturne à l’extérieur toucha à la fin en compagnie de sa vampire de cousine. C’était bien la première fois qu’elle amenait pareil compagnie en ces lieux. Il était tard et la maisonnée était calme. Les portes étaient ouvertes et il n’y avait pas de gardes. Elle avait confiance en ses concitoyens, et elle avait bien quelques serviteurs pour garder ses murs. Elle ne pouvait se résoudre à demander à des gardes de surveiller sa maison, ils étaient plus utiles ailleurs. Ils avaient croisés personnes dans leur petite balade, et c’était tant mieux, mais sans doute pas pour la même raison qu’Orfraie. Elle alluma une lampe afin d’y voir quelque chose et elle se tourna vers la princesse vampire. Elle allait proposer quelque chose à sa cousine, mais elle n’avait pas de réserve de sang, alors elle se trouvait un petit peu bête sur le coup. Elle savait recevoir, mais sans doute pas une vampire. Elle n’en voulait pas à Orfraie d’être directe, car elle l’était également, C’était bien plus constructif de la sorte de toute façon.

« Ne dis pas cela Orfraie, les elfes ont peur, ils ne te rejettent pas. Ils t’ont toujours vue comme la princesse des elfes, et ils doivent accuser le coup de beaucoup de mauvaises nouvelles. Chez les Hommes ? Et que ferais-tu donc chez les hommes ? Peut-être pourrais-tu me présenter à certains humains ? Je dois rencontrer tous les dirigeants dans un futur plus ou moins proche. »


Elenya avança alors dans sa maison jusqu’à un petit salon agréable ouvert vers l’extérieur. Il y avait quelques sièges luxueux autour d’une table où elle posa la lampe d’huile qui brulait tranquillement à éclairer la pièce. On pouvait voir ainsi le jardin qui entourait la maison entretenu par des serviteurs, de petites barrières à hauteur de hanche entourant le tout sous le ciel étoilé de cette nuit. Elle sourit doucement en l’invitant à s’asseoir.

« J’ai entendu parlé de ton père vampirique, il parait qu’il est charmant pour un vampire. Et puis il parait que tu as un dragon, je dois dire que cela est impressionnant. Je crois que si j’en avais un, il mourrait sans doute d’ennui le pauvre. »

Dit alors l’elfe avec un petit rire caché par sa main au niveau de sa bouche. Elle s’assit tranquillement dans un siège en observant sa cousine.

« Alors ? Qu’est-ce que cela fait d’avoir un dragon comme compagnon ? Ce sont de nobles créatures, plus anciennes que notre peuple si l’histoire dit juste. Firindal ? Charmant nom, il est dans les montagnes ? Je suis certaine que tu auras la sagesse suffisante pour ne pas être utiliser et faire ce qu’il faudra lorsqu’il le faudra. »

Elenya surprit le regard d’Orfraie quant à sa réaction au sujet de la mer. Elle haussa les mains en se défendant rapidement.

« Ne me regarde pas ainsi, je cherche simplement une solution pour la survie de notre peuple au cas où. En cas de conflit les elfes disparaitraient, en cas de catastrophe, nous sommes acculés dans des montagnes avec la mer dans le dos. Je ne souhaite pas dépendre des autres peuples pour survivre. Je ne dis pas vivre isoler comme avant, nous n’avons pas le choix de nous tourner vers le monde maintenant. »

La jeune elfe détourna le regard devant les reproches justifiés d’Orfraie. Elle soupira discrètement en hochant la tête, elle se sentait comme une enfant prise en faute.

« Oui oui, tu as sans doute raison, mais je n’ai pas ta sagesse et ton expérience. Tu es sans doute la première vampire que je vois d’aussi prêt. Je ne connais les vampires que par ce que l’on en dit, l’histoire et mon expérience personnel. »

Elenya tourna son regard en direction de sa cousine qui observait la lune.

« Je ne pousse en rien les elfes à rentrer en conflit avec les vampires, ils le font fort bien seul, mais c’est évident que je ne pourrais pas ou difficilement aller en ton sens. Je ferais ce qu’il faut pour les elfes, car je me bats pour eux. »

L’elfe regarda alors la posture de sa cousine, et elle sourit légèrement. Elle n’avait décidemment pas changé. Elle ne craignait pas du tout la présence d’une arme à la ceinture de sa cousine. Elle ne pourrait sans doute pas se défendre en cas d’attaque, mais elle avait confiance en Orfraie.

« Tu as l’air de porter en haute estime ton lier comme tu dis. Il s’agira de me le présenter lui également. Je dis lui également, car je devrais sans doute rencontrer également ton père vampirique. Sans doute que ton dragon est plus sage que moi, il n’a pas une vision étriquée. Tu ressembles tellement à Aramis, s’en est amusant. Elle aussi ne pense qu’à tout Armanda, moi, seuls les elfes m’intéressent et je n’ai pas peur de le dire. »

Elenya fut intriguée alors qu’Orfraie semblait avoir une proposition importante à soumettre. Elle s’assit alors profondément dans le siège en l’observant. Elle semblait en avoir l’exclusivité d’après ce qu’Orfraie disait. Elle hocha la tête lorsque sa cousine reprit ses propos sur la nécessité de prouver aux elfes son implication sans rien dire, l’écoutant. Elle se frotta le menton doucement en y réfléchissant, cela touchait directement son travail, la tâche que l’on lui avait confié.

« Je suis bien certaine que tu es la meilleure dans la traque aux monstres qui habitant notre ancienne forêt ou ce qu’il en reste. Tu seras surement la plus à même en tant que guerrière expérimentée d’organiser tout cela. Je serais stupide de vouloir chercher à empêcher cela, mais attention Orfraie. Tu dois réussir, tout cela doit réussir et pour cela, je te conseils d’être prudente. Ce n’est pas la peine d’être trop téméraire. J’ai parlé à Aramis qu’il faudra bien un jour ou un autre libérer notre ancienne forêt et délivrer le monde de ce danger. C’est une évidence. J’aurai aimé que les elfes puissent le faire seuls, mais je sais bien que ce n’est pas possible. Si les autres peuples nous aident, car ils le verront quelque part ainsi, ils voudront rétribution sur investissement. Je veux dire par là que risquer la vie d’humains et de vampires, ils voudront une partie des terres ou autre chose encore. Sans compter qu’une fois cette menace sur le monde, cela ouvrira la porte à d’autres futurs conflits. Je veux dire par là, que quand la menace de ces monstres loin des esprits, certains fous pourraient bien en profiter pour se lâcher.

Quoi qu’il en soit, il est nécessaire de régler le problème de ces monstres, c’est sûr et certain. Je préférais que l’on recherche une solution sure ou en tout cas, moins couteux en hommes. Il me parait difficile de les affronter de face épée à la main. En ce qui concerne les elfes, les mener au combat, certes, mais quels elfes ? La petite centaine de combattants qui ont survécus ? Je ne dis pas qu’il ne faut pas le faire, mais je veux juste te faire comprendre ma vision des choses et ce que je pense être la situation. Nous ne sommes plus que trois milles environs et sans doute une centaine de combattant. Aussi fort soit notre armée, ils sont peu nombreux et ils sont les seuls capables de protéger notre peuple. Ce n’est pas moi à agiter un bâton et faire pousser des fleurs qui va réussir à stopper une invasion ou lutter contre un monstre.
»

Elenya vit Orfraie poser sa main sur la sienne. Elle hésita un bref instant, mais elle la prit dans la sienne. Elle fut surprise de sentir la main de sa cousine si chaude, comme la sienne finalement. Elle leva son visage vers le sien.

« J’ai grand peur pour notre peuple cousine, pour ce qu’il en reste. La perte de chaque elfe est un drame. Je ne sais même pas si les elfes réussiront à s’en remettre un jour. Le temps des elfes est terminé, la place va être prise par les humains. As-tu vraiment tes chances face à ces monstres ? Je veux bien présenter cela au conseil, porter ton nom pour te représenter, mais mon nom, celui de l’empereur, nos crédibilités seront en jeu. Si vraiment tu as tes chances, un plan, une manière de faire, je te soutiendrais. Devant le conseil et toi à la tête, cela sera difficile de leur faire accepter vu qu’ils t’ont démise de tout, alors il te faudra être convaincante. Que vas-tu leur dire ? Tu connais la situation des elfes, je ne sais même pas combien de soldats pourrait-on envoyer. Sans doute faudrait-il que les soldats soient volontaires pour cette mission qui me semble très difficile. Cela sera sans doute plus acceptable pour le conseil. »




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Ven 12 Aoû 2016 - 17:44

La proposition avait été faite. Elenya avait désormais toutes les cartes en main pour décider d’aider, ou non, sa cousine. Orfraie n’aimait pas remettre une partie de son destin entre les mains d’autrui, surtout de cette Elfe en particulier, mais elle n’avait pas le choix : elle avait besoin de soutien et venait le chercher là où elle avait un peu de chance de l’obtenir, bien que dans le cas d’Elenya les chances frisaient le zéro. Contrairement à son neveu d’empereur ou même sa meilleure amie, Elenya était une conservatrice… Une première dans la famille Ataliel, qui était généralement progressiste ou, au pire, impérialiste.

Mais, chose surprenante, Elenya était d’accord. L’était-elle parce qu’elle croyait sincèrement en sa cousine, ou l’était-elle tout en gardant l’idée que, peut-être, ces créatures auraient une nouvelle fois raison d’elle, débarrassant ainsi les elfes de leur princesse « passée à l’ennemi » ? En cet instant, l’Ataliel aurait souhaité avoir encore ses pouvoirs de Baptistrelle pour sonder son chant nom et découvrir la vérité à cette question… mais plus Elenya parlait, plus Orfraie la sentait réellement de son côté. Peut-être se trompait-elle, mais la princesse des ombres n’avait pas envie de faire la guerre à sa famille, elle préférait la croire de son côté.

« Je ne compte pas me faire tuer une seconde fois. Quant à qui emmener dans ce combat, cela dépendra de vous, du Conseil. Pour ma part, j’irais avec les Hommes et les Vampires sans le moindre problème. Le traité de paix est là pour nous assurer une collaboration, bien que les tensions entre Aldaria et Gloria sont vives depuis la tentative de vol du Sceau Royal. La mort de Fabius n’arrange rien. Quant à la façon de les combattre, pour l’instant, je ne vois aucune autre solution qu’avec nos armes. Peut-être trouverons-nous d’autres réponses avec un peu de temps. »

Doucement, Orfraie resserra ses doigts autour de la main délicieusement chaude de sa cousine. Cette étreinte signifiait beaucoup.

« Chance ou non, il faut tenter quelque chose. » Répondit-elle en premier lieu. « J’ai une petite idée de ce qu’il faut leur proposer. Le traité est là pour nous rappeler que si un royaume en attaque un autre, les deux autres se ligueront contre lui. Contre cette menace, nous devons faire front commun… et pour cela, les trois peuples doivent s’entendre. Au-delà du fait que je veux être en première ligne, il faut que nos dirigeants se rencontrent. Au-delà du nombre de soldats que les Elfes peuvent envoyer, il faut savoir combien peuvent être mobilisés par les Hommes et les Vampires. Nous ne pouvons agir seuls. »




On peut se diriger doucement vers une conclusion je pense, sauf si tu veux aborder autre chose. Smile





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenya Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
3/10  (3/10)
Xp disponibles: 1

Conseillère

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Lun 15 Aoû 2016 - 13:11


Elenya était fort ennuyée de la proposition de sa vampire de cousine, elle avait déjà eu cette idée également, mais elle ne la pensait pas être immédiatement applicable. Elle caressa doucement son menton en gardant son regard vers le sol. Elle réfléchissait à tout ce que cela pouvait impliquer. Elle faisait de rapides calcules afin d’être le plus efficace.

« Je ne dis pas que c’est une mauvaise idée, mais cela ne peut venir de moi. Personne ne comprendrait, cela doit venir de l’empereur. L’impératrice n’est vu que comme une idéaliste, et là, nous parlons de combat. Tu devras défendre ton idée devant le conseil, tu seras invitée même si cela ne fera sans doute pas plaisir à tout le monde. Tu es bien consciente que déjà qu’avant de devenir une princesse de la nuit, tu n’étais pas forcément apprécier, alors maintenant …

Bref, je devrais te poser des questions qui fâchent, cela ne sera pas contre toi ou ton idée. Si tu arrives à bien y répondre, cela ne pourra que t’aider et je pourrais te soutenir devant tout le monde.
»

Elenya était une habile politicienne, et elle voulait que la forêt soit assainie, évidemment. C’était une évidence pour elle que cela devait se faire, c’était un danger bien trop grand. Elle ne préféra pas dire ouvertement qu’elle avait déjà réfléchi à une intervention à ce propos, mais elle avait jugé que les elfes avaient autre chose à faire de plus urgent.

« Si tu réussis cette attaque dans de bonnes conditions et pas en perdant la moitié de tes effectifs, cela ne sera que très bon pour toi. Politiquement parlant, personne ne trouvera à y redire si l’ancienne héroïne même transformée prouve à nouveau qu’elle est toujours elle-même. Tu auras bien plus de marge de manœuvre que ce soit chez les humains que chez les elfes, mais tu dois être consciente que les elfes n’ont plus aucun elfe à perdre. Nous ne sommes qu’une poignée, je ne suis pas certaines que notre peuple puisse se relever, alors perdre le peu que nous sommes, ce n’est pas possible. Je veux bien que tu pars dans cette quête, mais uniquement avec des elfes volontaires pour y aller. Je préférais avoir une méthode sûre pour les éliminer et ne pas partir aux hasards. De plus, il te faudra convaincre les humains et les vampires de rejoindre ta cause en nombre. Cela ne sera pas forcément facile, mais tu pourrais être choisi par le conseil pour parler en son nom sur ce projet s’ils sont d’accord, ou avec ma présence. »

Elenya sentit alors les mains de la vampire se resserrer sur les siennes. Elle lui sourit doucement en hochant la tête lentement.

« Je suis d’accord qu’il le faut, mais il ne faut pas se précipiter. Il faut savoir comment, qui, combien. Il faut déjà savoir si cela est possible. Il faut des informations. Que comptes-tu proposer aux humains et aux vampires pour leur soutien à ta demande ? Car de loin comme cela, ça ressemble à un suicide, alors il faudra un gain conséquent. »




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Sam 27 Aoû 2016 - 1:58

Elenya semblait embêté. Son regard vers le sol, elle semblait ne pas oser croiser les glaciers de sa cousine. Il était vrai que le regard d'Orfraie était pénétrant, pouvant facilement mettre mal à l'aise par son intensité… Chose qu'elle ne souhaitait pas faire avec Elenya. Elle voulait que celle-ci collabore, pas lui forcer la main d'une façon ou d'une autre. C'était la meilleure façon de se prendre le revers de la médaille plus tard….

« Je n'aurais pas trop de problèmes à parler avec Aegnor. » Fit-elle, plus pour elle-même que pour Elenya.

La remarque sur Aramis la fit tiquer, mais la conseillère n'avait pas tort, au fond. En tant que Baptistrelle, l'Impératrice était autant un grand soutient qu'un poids. Lorsqu'il était question de combat, sa meilleure amie pouvait s'avérer être un obstacle…. Toutefois, une autre remarque fit tiquer l'Ataliel.

« Pas appréciée, j'en doute. Beaucoup d'elfes souhaitaient me voir sur le trône plutôt que Aegnor. * Je peux toujours tenter quelque chose en sachant cela. »

Pensive, elle l'était. Elle ne croyait pas réellement en cette idée, elle savait les Elfes bien trop bornés pour l'écouter… Elle devait faire ses preuves. Encore et toujours, elle devait prouver à son peuple qu'elle était là pour eux.

« Convaincre les autres peuples, comme je te l'ai dis, relèvera du Conseil. Je ne suis plus rien, je ne peux pas m'exprimer en votre nom. Je combattrai, c'est là tout ce que je peux faire, désormais. Mais l'appui d'une Dragonnière devrait leur plaire, ils ne peuvent pas négliger ce fait. »

Une lueur amusée passa dans le regard glacer. Firindal était encore bien jeune, mais capable de beaucoup. Sa seule présence aux côtés de l'ancienne princesse lui assurait une voix de poids, une présence impossible à passer outre. Il lui tardait de voir son Lié grandir… Car, alors, les choses deviendraient très intéressantes.

« Notre survie à tous ? » Répondit-elle en haussant dangereusement un sourcil. « La survie d'Armanda devrait être un gain suffisamment conséquent pour motiver les troupes. Si ce n'est pas le cas, eh bien... Il ne mérite pas de vivre en ce monde. » Les mots claquèrent dans l'air comme un fouet. « Nous en savons encore peu, je suis d'accord, mais le peu que nous savons ne présage rien de bon. »

L'Ataliel se leva, se séparant de sa cousine. Son long manteau caressait le sol à ses pieds, se soulevant légèrement.

« Je vais prendre le temps d'y penser, d'en parler à mon Lié. Si tu n'as rien d'autre à rajouter, je vais te laisser te reposer. »




* Attention, tes informations sont fausses. Orfraie était une Elfe appréciée des siens. Certain la voyait sur le trône à la place d'Aegnor, tandis que tous reconnaissaient sa valeur en temps que chef des Rôdeurs, l'Elite de l'Armée, mais aussi en tant que Princesse (de naissance) et ancienne Baptistrelle. Quelle préfère les femmes ne change rien, par exemple, puisque l'homosexualité est aussi banal que l'hétérosexualité pour les Elfes. Si jamais tu as des doutes pour certaines choses, n'hésites pas à demander. Wink





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenya Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
3/10  (3/10)
Xp disponibles: 1

Conseillère

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie] Mar 30 Aoû 2016 - 8:42


Elenya était en pleine réflexion en essayant de visualiser à que conseiller qui allait voter sur cette décision importante. Elle savait que ce serait difficile, et que l'envie de sa cousine ne devait pas nuire à ses propres propositions. Il lui était difficile de se concentrer en regardant les yeux de sa cousine de vampire. Elle n'était pas eu genre à être intimidée ou du moins à le montrer.

«  d'une manière générale, je suis pour cette idée. Il faut simplement l'amener et l'appliquer comme il faut voilà tout.    »  

Commentaires à haute voix l'elfe songeuse. Elle était motivée dans cette proposition, car elle en avait même déjà discuter avec la reine, qui elle savait pas très motivée par cela.

« Je me doute que tu as hâte de combattre à nouveau ces choses, de te venger de ta mort elfique, et tu as une chance unique de pouvoir te rattraper, mais il ne faut pas se précipiter, peut être que tout cela vient trop vite depuis notre installation dans ces montagnes.    »  

Elenya hocha la tête lorsque Orfraie dit pouvoir parler à l'empereur. C'était une bonne chose après tout. Cependant, elle la vit réagir lorsqu'elle parlait de Aramis, mais elle ne comprenait pas pourquoi une telle réaction qui semblait s'arrêter bien vite. L'impératrice n'était guère connue pour ses envies de meurtres, mais elle ne sera pas une gêne. Elle leva ma main comme pour demander une pause avant d'intervenir.

« Je ne dis pas que tu n'es pas apprécié, je dis simplement qu'une partie des elfes pourraient être réticente vu que tu es devenue une vampire. Ensuite, il me semblait que ton passage au conseil avait été marqué par une sorte de hmmm... Disons que tu n'as pas trop fait dans la dentelle parfois. Cela pourrait être une gêne dans tes relations du conseil. Il vaut mieux se préparer au pire pour savoir bien réagir en subtilité en politique. La violence n'apporte jamais rien qu'il soit dans les mots que dans les gestes, mais je suis certaine que tu sais déjà tout cela.    »  

Précisa alors Elenya, mais elle préférait prévenir que guérir. Elle se méfiait de la réaction parfois brusque de sa cousine.

« Si tu es certaine de tes appuis politique oui, tu peux tenter d'avoir leurs voix à tes côtés pour le conseil, seulement si tu es certaine d'eux, sinon cela sera un poids.    »  

La situation était difficile, car il n'y avait pas que le problème de ces créatures sur les bras. Les elfes avaient tendances à rester longtemps sur leur position, mais elle pensait que les choses pourraient changer avec les épreuves subits.

« le mieux serait déjà d'avoir au moins l'accord de principe des autres races, cela pourrait forcer la main du conseil. Après tout, si les humains et les vampires envoient des troupes, les elfes de rond le faire également pour deux raisons. La première pour ne pas passer pour faible, si on envoie rien alors que les autres le font, on paraîtra faible et ce n'est jamais une bonne idée. La seconde raison est le traité, on se doit de porter aide et assistance aux autres races en cas de danger. Tu ne pourras pas parler aux noms des elfes en effet, je suis la voix des elfes et je ne peux pas partir en une campagne de ce genre sans le conseil. Cela se verrait de toute façon et cela forcerait la main du conseil, ils n'aiment pas cela, personne n'aime cela de toute façon. Tu pourrais faire venir parler ton dragon, cela peut avoir un certain effet. Ce genre de.. Créature est respecté.    »  

Elenya soupira légèrement en se frottant l'arrière du crâne.

« Certes, la survie de tous, mais certains pourraient bien dire que les elfes ont assez payés, pu que ce n'est pas un danger immédiat. Ils ne sont pas sorties des bois après tout. Je ne te conseil pas de parler d'une manière si mesquine devant le conseil. Les grands effets de manche comme aller tous mourir, vous ne méritez pas de vivre paye rarement.   »  

Conclut alors la politicienne sans réagir vraiment à la phrase forte d'Orfraie au sujet du mérite de vivre.

« Je serais pour commencer par une mission d'informations afin d'avoir une tactique, c'est une manière d'amener en douceur devant une tactique sûre un combat général contre ces monstres. Cela sera plus facile pour tout le monde d'accepter ceci de tous les camps politiques différents.     »  

Elenya regarda sa cousine se lever, elle ne fit alors de même par politesse. Elle posa alors les mains sur ses épaules.

« prends le temps de la réflexion et n'agit pas sur la précipitation. Elle serait mauvaise conseillère dans ce cas. Prépare bien ton discours et tes arguments dans la mesure de la situation de chacun.    »  

L'elfe accompagna alors sa cousine jusqu'au pas de sa porte en gardant sa main dans son dos comme pour garder un dernier contact physique avec sa cousine.

« Je te souhaites une bonne nuit alors ma chère cousine.    »  





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite [Orfraie]

Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre fortuite [Orfraie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Comment tuer le temps (Pv Orfraie)
» Une avarie fortuite [Elanore]
» Retrouvailles fortuite [Pv Khaleen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-