Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La diplomatie, tout un métier (PV Harthea)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Sam 11 Juin 2016 - 21:59

20 Août

Le voyage avait prit son temps, mais au final il avait finit par trouver sa fin, si on omettait le retour prochain au royaume elfique bien entendu. Car Aramis accompagné d'Harthea, et d'une certaine suite d'elfes avaient donc pu traverser l'empire humain, et faire une halte dans les deux capitales pour affaire politiques, et diplomatiques. Des affaires qui avaient eu une grande importance pour la paix future bien entendu, et qui imposait dorénavant un bilan, disons assez mitigé car sur certains côtés cela s'était bien passé, mais pas forcément autant qu'elles l'auraient désirés, mais les choses étaient après tout souvent ainsi en politique… Restait maintenant que ce voyage tirait vers sa fin, bientôt elles entameraient donc le départ pour retourner à Estellïn.

Elles se retrouvait donc dans le jardin du palais impérial humain, pas dans la chambre qu'on lui offert au palais car sincèrement chantebrise qu'elle était elle se sentait toujours mieux en extérieur qu'en intérieur. Elle avait l'impression d'être bien plus, et elle pouvait ressentir le vent alentours qui pouvait doucement caresser sa peau, sachant qu'elle était très proche de cet élément par le lien qu'elle avait tisé avec lui lors de la cérémonie de l'union il était normal qu'elle se sente mieux lorsque cet élément-ci était en abondance.

Les derniers mois avaient bien prouvé la dureté qu'était celle de la tâche d'impératrice, surtout quand elle devait représenter les siens, ce n'était rien dont elle n'était pas habitué, ou incapable d'assumer cette fonction, bien au contraire, mais elle sentait bien que cela avait encore bien plus d'implication que son ancien rôle de baptistrel, et elle se plongeait encore plus dans cette tâche pour n'émettre aucun propos, ne faire aucune geste, ou acte fâcheux pour les siens. Car il faudrait qu'elle soit forte, et surtout irréprochable comme Galadrielle l'avait été pour assurer l'avenir des siens.

Et elle lisait au calme alors que la ville commençait à s'endormir au soir… Le calme était une chose assez appréciable des fois, s'éloigner un peu des intrigues elfiques, humains, ou autres. Tout être avait après tout besoin d'un peu de solitude, ou du moins de ne pas être soumise à la pression de sa position pendant quelques instants. Quand au livre qu'elle lisait c'était un recueil de poésie tout simplement, et elle appréciait l'ouvrage, tout en apaisant son léger côte bibliomane… C'est qu'elle était nerveuse si elle passait trop de temps sans lire, mais heureusement ce n'était pas non plus handicapant, juste une excentricité de sa part qu'elle satisfaisait en cet instant, au calme…

Et alors qu'elle refermait le livre, et fermait légèrement les yeux comme pour se ressourcer elle sentit les notes légères d'un chant nom très familiers résonnaient dans son esprit. Harthea se trouvait non loin, sans doute qu'elle devait se sentir bien plus à l'aise pour sa part à errer dans le palais, ou fréquenter activement la noblesse de tout bord. En cela elle était un soutien très appréciable pour Aramis, et aussi de très bon conseil, après tout cette dernière était bourgeoise avant de devenir noble avec le mariage impérial…

Elle se mouva dpnc légèrement sur le rebord en pierre sur lequel elle était assise pour prendre une position plus stable avant de dire calmement à l'égard d'Harthea qui arrivait.

"Cela aura été une expérience enrichissante, et que je ne regrette point que d'avoir entreprit ce voyage, mais je crois que j'aurai besoin d'un peu de repos après tout ceci." Dit-elle avec un léger sourire avant d'ajouter.

"Et toi chère amie, comment te sent-tu suite à ce voyage jusqu'à Aldaria? Je pense que tu n'est guère dépaysé par tout ceci." Finit-elle par ajouter avec un fin sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Dim 12 Juin 2016 - 12:25

La lune est une déité avec laquelle les femmes, de toutes race, sont en harmonie. Et ce soir, c'était une pleine Lune qui se levait sur Aldaria. Et tendit que celle ci se lève pour guetter le sommeil des gens de la citée, une âme se trouve en errance, ne parvenant à trouver le repos.
Elle contemple l'astre, l'invitant à lui prendre ses souffrances et sa douleurs. Mais la Lune ne prend jamais rien aux enfants d'Armanda. Elle les contemple et attend patiemment dans la voûte céleste.
Toutefois, ce qu'elle attend, même les plus grands sages elfique n'ont pu le déterminé. Alors Harthea poursuit son errance dans les couloirs du grand palais d'Aldaria, mais surtout dans ses jardins, ou elle se promène actuellement, avec juste une fine robe d'été sur le dos, sa fidèle lame elfique à la ceinture et Saeliaur qui lui ceint la tête.
La première lui servait à couvrir son corps meurtrie. Avec Lómion, Orfraie et Aramis, ils avaient retrouvait les parents de la jeune elfe, et leur état de santé la préoccupait au plus haut point.
Sa mère portait les traces de longues années de tortures physique infligées sous le règne de Vraorg, au point d'en être sévèrement défigurée. Pour son père, c'était une autre histoire, car il avait l'esprit proche de la folie. Ses tortionnaires l'avaient obligé à regarder sa chère et tendre épouse se faire torturer, sans qu'il ne puisse rien faire. Il en avait hurler des jours durant, au point de se briser la voix, devenue désormais rocailleuse. Quand à son esprit, il était devenu l'ombre de ce qu'il avait été par le passé. Il parlait désormais, mais s'adressait d'avantage aux ombres qu'à ceux autour de lui.
Harthea avait put rencontrer celui qui s'occupait d'eux depuis leur libération du joug de leur tortionnaires, et même si il n'avait pu attraper les coupables, il avait prit soin de Lindorië et Amandil. L'arwen l'avait alors assuré de la reconnaissance éternelle de la Famille Thaidforodren, mais également de sa propre reconnaissance. Si jamais, lui ou l'un de ses descendant venait un jour à avoir besoin de quoi que se soit, Harthea et sa Famille mettraient en œuvre le nécessaire pour qu'il puisse l'obtenir.

La deuxième, son épée, servait en cet instant, à protéger l'esprit de la jeune elfe. La rage couvait en elle et menaçait de déborder à chaque instant. La haine qu'éprouvaient certains elfes envers Orfraie la blessait d'autant plus que la jeune Capitaine aimait l'ancestrale. Mais celle ci avait avoué ce matin même qu'elle ne pouvait aimer sa cadette, car ses sentiments allait pour une autre personne.
Harthea avait l'impression de devenir folle, mais elle avait accepté de perdre Orfraie. Elle lui avait toutefois demandé de passer au domaine, ne serait-ce que pour ses enfants. Qu'ils puissent la voir lorsqu'elle passerait à Estellïn.
Elle serrait donc fermement la poignée de l'arme qu'elle tenait à la ceinture. Aussi bien symbole de sa fonction de capitaine que point d'ancrage pour elle, Harthea s'y accrochait de tout son être.

Saeliaur, quand à elle, aidait Harthea à se concentrer d'avantage en cet instant, car elle cherchait des réponses et espérait de tout son cœur les trouver dans les enseignements passés de sa Famille. Elle se récitait donc les longues leçons que sa mère lui avait enseigné par le passé, lorsqu'elle n'était encore qu'une petit fille. Elle avait faillit à peu de chose prêt à se lancer elle même dans un rêve éveiller, pour pouvoir revivre encore et encore les moments de bonheurs qu'elle avaient pu vivre par le passé. La naissance de ses enfants et bien d'autres encore. Mais elle s'était alors souvenu de l'histoire de l'homme devenu fou à force de se plonger dans son passé perdu. Elle savait qu'elle ne pouvait se permettre de finir dans cet état, aussi avait-elle tourné son esprit vers les éléments et été-t-elle entrée en communion avec le vent. Elle avait alors fermé les yeux et soufflé sur ses mains, laissant la magie emporter son esprit, n'opposant aucune résistance ni aucun désir de contrôle sur le sort. Elle se laissait simplement porter.
Les esprits du vent lui montrèrent moult choses, dont la plus part demeurait parfaitement insignifiant. Harthea savait depuis longtemps que les esprits du vent pouvaient être joueurs, aussi se contenta-t-elle de sourire. Puis il lui montrèrent une silhouette, assise paisiblement dans les jardins non loin d'elle, en train de lire un livre. La jeune Arwen connaissait parfaitement cette silhouette. Il s'agissait de son amie, Aramis.
La jeune Heryn Meguil se dirigea vers elle, essayant de laisser ses tracas derrière elle.
Aramis l'accueillit avec des paroles avenantes sur la richesse du voyage.


-Je pense effectivement que nous aurons tous besoin de nous reposer une fois rentrer. Mais tout cela me rappelle en effet ma tendre jeunesse et les leçons que je prenais avec ma mère. Tous ces sourires et ces fasciés aimables, mais dont il nous faut lire les multiples expressions avec attention. Parvenir à tenir quatre conversations en même temps, sans en perdre le fils un seul instant, sous peine de voir les gens s'engouffrer dans notre faiblesse pour en tirer tous ce qu'ils désir. Je n'en suis pas dépaysé le moins du monde. Je dirais même que cela peut me sembler plus facile que de brandir mon épée sur un champs de bataille.





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Jeu 16 Juin 2016 - 21:01

Aramis sourit aux paroles de son amie, cette dernière disait vrai elle avait été élevé dans un certain milieu, celui de la noblesse, et de la cour, et donc était assez à l'aise, et habitué à tout ceci contrairement à son amie impératrice qui même si baptistrelle n'était pas forcément des plus coutumière à ce genre d'univers, mais elle devrait s'y habituer bientôt cela était certain, car ce n'était pas le genre de pratiques sur lesquelles elle pourrait faire l'impasse si elle désirait contribuer à maintenir la paix sur ce continent.

« Cela est tout un mode de vie en soit, pour ma part j'ai surtout connue l'armée, et l'ordre rhapsodien. T'avais-je déjà raconté d'ailleurs pourquoi je m'étais engagé aussi tôt dans l'armée de nôtre peuple à l'époque ? » Demanda t-elle calmement, elle avait peut-être eu un trou de mémoire pour cela, sinon elle tâcherait de pallier au fait qu'elle n'en avait pas parlé à son amie. Disons que cela était très instructif, notamment sur les possibles égarements de la jeunesse, et des émotions non maîtrisés. Une leçon de jeunesse qui avait fait d'elle la femme qu'elle était aujourd'hui, et si elle ne l'avait pas retenue sa vie serait certainement bien différente aujourd'hui…

« J'aimerai dans tout les cas avoir ta facilité dans ces domaines-ci mon amie, mais à défaut de les avoir j'apprécie de pouvoir compter sur ton aide. Je pense qu'une impératrice ne pourrait compter meilleur amie. » Dit-elle avec un léger sourire, après tout elle avait bien de la chance en vérité de pouvoir compter sur un tel soutien dans sa tâche d'impératrice.

« Au faîte mon amie... » Reprit-elle ensuite d'un ton plus diffus...

Puis après ces quelques paroles Aramis sembla ensuite plus sombre, et un peu plus amère avant de dire d'un ton qui avait plus les teintes du vent d'hiver cette fois-ci… Un vent d'hiver triste, et d'une certaine manière nostalgique.

« Je suis désolé pour ce qui leurs est arrivé… J'aurai espéré pouvoir les aider davantage que ce que j'ai pu faire sur l'instant en les découvrant dans cet état avec toi, mais je pense que l'ordre baptistrel pourra les aider à se remettre peu à peu de ceci sur le long terme. » Dit-elle calme, mais pensive quand à tout ce gâchis, certes ils étaient encore en vie, et cela était une heureuse nouvelle, mais les horreurs qu'ils avaient subit les avaient marqués durement, et ce n'était pas le genre de séquelles qui se guérissaient avec un peu de magie curatifs. Il faudrait du temps, de la patience, et de la bonne volonté pour qu'ils s'en remettent, et d'ici là ils devaient vivre avec ceci, et Harthea aussi devrait vivre avec cela, et peut-être une certaine forme de culpabilité qui la rongeait…

« Et que compte tu faire maintenant à leur sujets ? » Demanda t-elle donc ensuite, elle avait pour sa part vécue une expérience très similaire avec la prison de Morneflammes elle ne pouvait donc que comprendre l'horreur vécue, pour sa part Aramis n'avait pas été brisée par cela car elle avait une volonté de fer, mais même avec ceci cette expérience ne l'avait pas laissée indifférente, tel un cauchemar éveillé qui avait presque duré trois ans… Et elle pouvait comprendre que ceci était une terrible épreuve pour son amie qui devait s'en vouloir terriblement de ne pas avoir pu les retrouver avant qu'ils leurs arrivent tout ces méfaits. La culpabilité pouvait après tout ronger jusqu'à l'âme même, cela Thredë ne le savait que trop bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Sam 18 Juin 2016 - 22:07

-En faite, non. Tu ne me l'as jamais raconter. J'ai bien entendu certaines rumeurs et certains dire quand au possible comment et pourquoi, de la part de soldat et autres elfes, mais je ne l'ai jamais entendu de ta propre bouche. Et cela serait un véritable honneur que de l'entendre. Répondit Harthea à la question d'Aramis sur le sujet de son engagement dans l'armée.

La jeune elfe avait en effet, bien entendu certains gardes parler avec fierté ud fait que leur Impératrice connaissait la condition d'être un soldat, comme eux. Ils en éprouvait de la fierté et de la reconnaissance envers ce petit brin de femme que leur souverain avait choisit comme épouse et consort

Puis Aramis fit une légère remarque sur le fait qu'Harthea connaisse le monde diplomatique. Un soupçon d'envie teintait les paroles, mais l'Impératrice rattrapait largement cela en ajoutant qu'elle était reconnaissante d'avoir une amie et pareil soutient de la part d'Harthea.
Puis elle aborda un sujet plus délicat. L'état de santé des parents de la jeune femme. Lorsqu'ils avait retrouvé les parents de celle ci, avec les parents de Lómion, Aramis avait immédiatement déployé ses connaissances magiques et médicales pour soulager la douleur de ceux ci.
Harthea et Lómion en étaient tous deux reconnaissant envers elle, mais les mots manquaient aux deux jeunes elfes pour l'exprimer.
Harthea savait que la sollicitude de son amie était sincère. Et elle ne pouvait la blâmer de ne pas avoir pu les guérir complètement, car si l'impératrice pouvait soulager les douleurs des corps, s'était un tout autre problème que de soigner les sévices affligé à l'âme et à l'esprit d'une personne. Cela demandait du temps et de la patience. Ce qu'Harthea déploierait à l'attention de ses deux parents. Elle leur donnerait tout le temps nécessaire pour se remettre de ce qu'ils avaient vécu. Elle leur montrerait tout l'amour qu'elle éprouvait pour eux, les berçant dans la douceur du domaine Thaidforodren. Et lorsqu'ils seraient prêt, elle les écouterait lui raconter ce qu'ils avaient vécu. Car elle savait qu'il était parfois nécessaire à un blesser de parler de ce qu'il avait vécu. Que cela aidait à soigner la blessure. Elle serait donc là pour eux comme eux avaient été là pour elle depuis sa naissance.

Aramis avait conseillé de les confié au plus vite à l'ordre Baptistral, afin que ceux ci puisse s'occuper d'eux, et maintenant, elle demandait à Harthea ce qu'elle prévoyait de faire à leur sujet.
Harthea lui adressa un sourire et répondit franchement.


-Je vais les laisser se reposer au Domaine. Je demanderais à tes frères et sœurs de m'envoyer ceux capables de les soigner, mais je souhaiterais qu'ils restent chez nous, entouré par l'amour de mes enfants et du miens. De plus, il est possible que je demande bientôt à être relevé de mes fonctions de Capitaine de la Garde, car avec ce qui leur est arrivé, je ne pense pas être apte à assurer vraiment, de manière adéquate, un tel commandement. je resterais la Lame qui vous protégera, mais je ne pourrais le faire efficacement en pensant à eux comme je le fais actuellement.

Elle s'abstint de faire la moindre remarque quand au fait d'avoir été rejeté par Orfraie, car Aramis n'avait pas besoin de savoir que cela affectait également Harthea. Du moins de l'avis de cette dernière.
Puis il vint une idée, quelque peu saugrenue, à l'esprit d'Harthea. Peut être que Aramis pourrait l'aider. Il fallait donc qu'elle demande. Celle ci avait souligné l'aisance avec laquelle Harthea évoluait dans les soirées mondaines. Mais en vérité, Harthea se sentait toujours plus ou moins menacée lorsqu'elle été ainsi entourée de tant de monde. Et il fallait qu'elle parvienne à surpasser cela.
Harthea se mit à genoux devant Aramis et lui prit les mains entre les siennes.


-J'ai une petite faveur à te demander. Je me sens en position de faiblesse. Du moins à l'heure actuelle. Et si je veux accomplir mon devoir, que se soit en tant que mère, pour Aerlinn, Claur et Priscilla, qu'en tant qu'amie envers toi, mais également comme conseillère, je dois m'endurcir. Je dois me forger un esprit qui ne menacera pas de vriller à la première occasion. Je dois être capable d'affronter une foule en me tenant droite et en leur imposant respect et dignité. Je dois être capable d'imposer le silence d'un seul mot de ma part.
Peux tu m'aider à cela, mon amie. Je sais que c'est le genre de choses qui peut te répugner, mais j'ai besoin que tu m'aides. Je te le demande du plus profond de mon être. Si je veux un jour être la Championne que tu prévois que je sois, je dois le faire.


Harthea avait planté son regard dans celui d'Aramis et le soutenait du mieux qu'elle pouvait, pour mettre tout le poids de sa décision dans celui ci.





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Sam 25 Juin 2016 - 9:00

« C'est une histoire de vengeance. » Dit Aramis avec sincérité quand Harthea lui avoua ne pas l'avoir entendu raconter cela, avant de poursuivre. « Mon père, et ma mère qui étaient partit de la forêt pour rendre visite à un vieil ami humain ont été tué par des vampires… J'ai décidé suite à cette perte de rejoindre l'armée elfique dès que possible pour me venger. » C'était une partie très lointaine de son passé, à une époque où elle avait été aussi jeune qu'Harthea, et cela avait duré jusqu'à ses 150 ans… puis elle poursuivit. « Puis j'étais partit lorsque je me pensai prête dans les plaines sauvages de l'Est pour y traquer un vampire, et le tuer. Ce que je suis passé à deux doigts de faire, mais peu avant l'instant fatal j'ai finalement arrête mon geste… Et je suis revenu dans le forêt elfique, ces histoires de haines m'avaient consumé corps, et âmes et je m'était rendu compte que ce n'était pas en me dédiant à cela que ma douleur s'apaiserait. Je suis donc passé à autre chose, et c'est peut-être grâce à cela en partie que j'ai pu devenir championne... »

Elle aussi avait eu ses errances en somme, mais pire que cela elle était orpheline pour sa part, elle comprenait donc la douleur qu'avait pu ressentir Harthea au sujet de ses parents. Et elle avait craint que son amie tombe dans les mêmes travers dans lesquels elle était tombé un temps. Mais heureusement cela ne semblait pas être le cas, peut-être que cela aurait été pire si son élève avait retrouvé ses parents morts.

« Ils auront besoin de l'amour de leurs familles pour se remettre de ceci en effet, la famille est un repère essentiel pour tout les nôtres. » Dit-elle pensive, oui qu'il y avait-il de plus important que la famille pour un elfe ? Le royaume peut-être, et encore. Les elfes se définissaient avant tout par leurs famille avant de se définir par eux mêmes, de même que le respect qui leur était accordé. La famille pour un elfe avait donc une place ô combien plus essentielle que la famille pour un humain, une chose qu'Aramis n'avait pas trop expérimenté pour sa part, étant orpheline même si elle était dorénavant marié à Aegnor. Quand au fait qu'Harthea serait relevé de sa fonction de capitaine de la garde, Aramis ne pouvait que la laisser faire comme cette dernière voulait le faire, après tout c'était son choix.

« Si tu désire te retirer de tes fonctions pour pouvoir te consacrer à eux cela est tout à ton honneur mon amie. Pour ma part je comprend parfaitement cela, et je sais que de toute manière j'ai en toi une amie sur laquelle je peux compter. » La fidélité, voilà bien une qualité de garde royal qu'Harthea possédait, et pour sa part Aramis comprenait que cette dernière désire néanmoins s'occuper de sa famille. « Tout ce que je souhaite c'est que tes parents se remettent au mieux de tout ceci. Car la famille est le bien le plus important que puisse avoir chaque elfe. » Et il serait une tragédie qu'une famille elfique quelle quel soit soit aussi sévèrement meurtri, cela était un fait. Quand à la suite de leurs conversation, visiblement son amie semblait avoir une idée…

Chose qui surprit un peu Aramis car son amie se mettait à genoux devant elle, et lui prenait les mains, montrant que la demande qu'elle désirait faire relevait d'une certaine importance à ses yeux. Raison pour laquelle Aramis l'écouta très attentivement tout en réflechissant à ce que lui disait son amie… Position de faiblesse ? Elle désirait donc s'endurcir, mentalement ? En effet cela pouvait se comprendre, après tout un esprit fort pouvait tenir le cap en cas de périls, périls auxquels Harthea était confronté, de plus un esprit fort était moins prompt à se faire manipuler par certains sorts mentaux… Et Harthea semblait résolue dans sa demande, à cela Aramis ne pouvait répondre que.

« En effet je peux t'aider, mais je ne le ferai qu'avec ton consentement. » Elle restait baptistrelle après tout, et si cela ne brisait pas forcément son serment ce à quoi elle pensait, le fait qu'elle soit une baptistrelle l'incitait à être prévenante…

« Je peux t'entraîner en te soumettant à certains sorts à durcir ton esprit, et rester fort lorsque celui-ci se trouve en difficulté, à garder le cap et à ne pas céder. Mais je ne peux pas tout faire à ta place. Je peux donc d'aider, mais le chemin ce sera toi qui devra l'emprunter. » Dit-il avec réflexion avant d'ajouter. « Si ton esprit devient fort, cela ce sentira dans tes gestes, et ta volonté transpira d'elle-même autour de toi. Ce sera un entraînement sur le long terme, mais je te propose que nous commencions dès maintenant si tu te sent prête... » Et dès qu'Harthea lui dirait qu'elle était prête Aramis lança un premier sort visant à défier la volonté de son amie.

« Regarde moi dans les yeux mon amie. Et essaye ensuite de ne plus me porter attention... » Dit-elle donc en commençant par un sort léger, une œillade attirante pour captiver l'attention de cette dernière, et l'encourager à essayer de se départir de cela sans prendre trop de temps. Chose qui ne serait guère simple car Aramis avait une immense volonté, mais essayer en soit suffirait déjà à bien commencer l'entraînement d'Harthea. Et ensuite Aramis continuerait à l'entraîner avec d'autres sorts qu'elle avait en tête.



Sort utilisé :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Sam 25 Juin 2016 - 14:59

Harthea avait écouté avec attention son ainée lui raconter une partie de son histoire. Pourquoi elle s'était engagé dans l'armée et comment elle avait finalement prit le chemin qui l'avait conduite à devenir la Championne du peuple elfique. La jeune femme comprenait mieux pourquoi Aramis avait pu se sentir aussi proche d'elle et s'intéresser à elle de la sorte. Elles avaient partagé toutes les deux la douleur de perdre leurs proches, même si, dans le cas d'Harthea, cela n'avait été que temporaire.
Mais là ou Aramis avait prit les armes pour se venger, Harthea était déjà dans le métier depuis le début de sa formation. Et lorsqu'elle avait cru tout perdre, elle ne pouvait blâmer personne, se qui l'avait au final plongé dans un état catatonique pour ne pas dire comateux durant près de cinq longues années qui avait filé sans qu'elle ne fasse autre chose que survivre au jour le jour. Jusqu'à ce que le destin la fasse réagir et que les Esprits la place sur la route d'Alauwyr, puis d'Aramis.
Si le premier l'avait secoué d'une manière que la jeune Arwen trouvait plus que désobligeante, il l'avait réveillé malgré tout, de son état léthargique, ramenant son esprit dans la réalité du conflit.
La seconde l'avait finalement ramené, avec le temps sur la route de la raison et de l'existence en lui proposant un but à atteindre.
Si Harthea se serait plutôt arracher le cœur que de dire merci à l'alayen, au vu de la manière de faire de celui ci, elle n'en demeurait pas moins heureuse d'avoir pu rencontrer l'ancienne championne et lui était reconnaissante par delà ce que les mots peuvent exprimer de ce qu'elle avait fait pour elle, que cela soit volontaire ou pas.
En effet, à chaque fois que la Capitaine discutait avec son amie et souveraine, elle en revenait toujours à se remettre en question et à chercher à aller plus loin encore.
Aujourd'hui encore, tandis qu'elle écoutait la baptistrelle, elle comprit qu'elle ne pourrait réellement quitter l'armée. Que cela lui était devenu impossible depuis qu'elle avait mit un pied sur le terrain d'entrainement pour commencer sa formation d'apprentie Championne. Voir même avant cela, si c'était possible.


-En réalité, je comprends que je ne peux quitter l'armée pour mes seuls désirs. Je ne puis vivre pour ma seule Famille. Mais je pense que je demanderais à la place de pouvoir prendre un congé pour quelques mois, afin de m'assurer que mes parents et ceux de Lómion sont sur la voie de la rémission, avant de revenir reprendre mon service.
Je poursuivrais mon entrainement, car c'est pour moi une routine et même un besoin mental. Mais en attendant, je pense que je délèguerais mes fonctions à mon second, le temps que je sois absent.
Pour ce qui est de cet entrainement que je te demande à compté de ce soir, je n'ai aucun doute quand à sa nécessité. Si tu es également d'accord pour que l'on commence de suite, alors je suis prête.


Harthea écouta les consignes de son amie et plongea son regard dans celui d'Aramis, se laissant absorber par son regard. Se fut à peine si elle sentit l'onde magique du sort qui venait de l'atteindre.
La jeune diplomate essaya ensuite ne serait ce que de cligner des yeux, mais son attention été toute tournée vers l'Impératrice, son regard refusant de s'en détacher. Elle essaya de s'admonester l'ordre de lever les yeux, mais là encore, la difficulté était telle qu'elle en éprouver toute les peines du monde à se concentrer sur autre chose que ce regard.
Puis les fonctions qu'elle devait assumer, que se soit pour sa Famille, son amie ou le Royaume elfique lui revinrent en mémoire. Et ce fut comme ci plus rien ne pouvait la retenir. Elle parvint à fermer les yeux et à pencher son attention sur ce qui les entourait à cet instant précis, ressentant parfaitement la caresse d'une légère brise nocturne qui venait caresser sa peau, faisant voler au passage quelques mèches de sa chevelure cendrée.
Elle percevait la musique qui raisonnait encore dans les murs du Palais d'Aldaria pour quelques festivités auxquels Harthea n'avait pas eu le cœur à vouloir participer ce soir.
Puis elle rouvrit ses yeux, adressant un regard souriant, mais au fond d'elle, elle n'éprouvait pas de satisfaction. Elle avait lutté et n'était parvenu à se défaire du regard de son ami qu'en s'appuyant sur une raison extérieure à sa propre volonté. Même si cela pouvait constituer une force, Harthea n'était pas plus ravit que cela de devoir s'appuyer sur elle plutôt que sur sa propre volonté. Mais elle restait consciente qu'il s'agissait là d'un premier pas, d'une première pierre à la construction de l'édifice de son château mental.


-Et nous n'en sommes encore qu'au commencement. Ajouta simplement Harthea.





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Mar 28 Juin 2016 - 18:06

Ce n'était pas une histoire qu'elle aimait évoquer forcément que celle de son triste passée, mais cela pouvait être instructif donc elle s'était dit que ce serait une bonne idée, après tout tous font des erreurs, et pour devenir ce qu'elle était aujourd'hui il avait fallu qu'avant elle rattrape ses erreurs passées, et s’accomplisse elle-même au cours du temps, et elle savait qu'Harthea la tenait en haute estime, c'était donc une manière de lui dire qu'elle même avait fauté dans le passé, et qu'il était possible de faire des accomplissements égalant les siens pour l'elfe déterminé à accomplir son devoir, et à agir au mieux.

Le vengeance, ce désir de mort, ou de punition de l'autre qui au final n'apportait que destruction, et malheur… Thredë avait été victime de cela à l'époque, et Harthea n'en était pas victime pour le moment, mais tous n'étaient pas capable de passer à travers ce genre de pulsion. L'injustice, et l'impuissance peut rendre des êtres bon cruels, et violents. Néanmoins même dans ce cas-là il n'était jamais trop tard, et toujours de rebrousser chemin, et de suivre une voie plus saine pour soi, et les autres.

Et Aramis savait qu'Harthea avait d'une certaine manière était perdue avant leurs rencontre, mais maintenant les choses étaient si différentes. Son élève en plus d'avoir retrouver une raison de vivre semblait bien mieux se portait. En somme tout semblait mieux aller, et Thredë se félicitait d'être venue en aide à son amie car sinon les choses auraient pu être bien différentes…

Par contre Harthea ne lui avait pas parlé de cet alayien, et Aramis ne s'était pas permise de lire dans son chant nom pour savoir cela, peut-être qu'elle aurait eu des conseils à donner à ce sujet-ci sinon ? Pour sa part elle ne pouvait pas vraiment dire qu'il y avait beaucoup de personne à qui elle voulait vraiment. Et ce genres d'inimités ne duraient jamais réellement car Thredë était plus porté sur l'indifférence froide envers les êtres méprisant, et au comportement plus déplacé qu'autre chose. Après tout ce monde comptait bien assez d'autres vivants pour ne pas s'acharner sur quelques-uns qui avaient testé les limites de nôtre patience, de plus ils étaient des elfes à la vie presque millénaire, de ce fait ils avaient leurs temps, et au final vivre mieux était sans doute plus important que se préoccuper de ce genre de faits désagréables.

« Prend le temps qu'il te faudra mon amie, des fois prendre un peu de temps pour se ressourcer est nécessaire pour avancer à nouveau avec plus de facilité, et de sérénité sur la voie de l'avenir. » Dit-elle calmement, et tout à fait compréhensive. Des fois avoir un peu de temps devant soi suffisait amplement pour réfléchir à l'avenir, et surtout s'occuper de quelques affaires personnelles avant de se dédier à nouveau au reste…

Et elle aquiesça tout simplement quand Harthea ajouta qu'elle était d'accord pour cet entraînement, et qu'elle avait besoin, oui il était bien de vouloir progresser en tout temps, et Harthea était encore jeune donc elle avait encore très grande marge de progrès devant elle, marge dont elle ferait bien de tirer partie. Et Aramis allait tâcher de l'y aider en commençant par essayer de l'entraîner à se forger une véritable armure mentale comme un forgeron en forme une d'acier dans son armurerie...

Ainsi elles commencèrent donc l'entraînement, et Aramis usa d'un sort assez simple, et courant pour essayer de capter l'attention d'Harthea, un premier sort se basant sur la volonté du lanceur, et de la victime du sort, et lui permettant ainsi d'avoir déjà une idée de la force de celle d'Harthea...

Et cette dernière avait un mal très visible à détourner les yeux, ce n'était pas qu'elle avait une faible volonté, celle de Thredë était immense, mais elle semblait disons correcte, mais cela n'était pas étonnant, une elfe qui avait vécu moins de deux siècles avait rarement le temps de se forger un mental d'acier, sauf si quelqu'un l'aidait, mais pour cela il fallait qu'Harthea fasse le plus d'effort possible face au sort de Thredë, ce qui semblait être le cas d'ailleurs… Et après un moment alors que l'effet du sort de dissipait peu à peu, mais était toujours bien présent Harthea arriva à se concentrer sur autre chose en fermant les yeux, bon ce n'était pas vraiment un résultat concluant certes car Harthea n'avait pas vraiment usé de sa volonté en détournant simplement le regard, mais c'était déjà une petite victoire qui démontrait qu'avec du travail, et des efforts son élève pourrait faire bien mieux…

« Oui, je te propose de passer à un sort différent maintenant.. Histoire de ne pas trop d'habituer à un seul sort. Bande ta volonté, et tente d'y résister... » Dit-elle souriante à son amie avant d'esquisser ensuite un geste clé après s'être assuré que personne à part elles n'était dans les alentours… Elle dessina donc un cercle, et projeta ce dernier vers la terre tout en émettant un chant elfique… Plongeant ainsi son élève dans le sort terre d'hallucination pour mettre à nouveau à l'épreuve son esprit. Bien entendu Thredë tâchait de ne pas non plus en faire trop, ce sort n'était certes pas trop dangereux, mais elle ne voulait pas non plus que cela soit mentalement trop intense pour un début, et ce même si cela resterait quand même assez puissant.











Sot utilisé :


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Mer 29 Juin 2016 - 7:48

La compétence mentale ne s'apprend pas en une soirée. Elle se construit au travers de l'expérience, qu'il s'agisse des souffrances que vit une personne, ou des joies ou autre moment qu'elle traverse.
Cela, Aramis et Harthea le savaient parfaitement, l'une comme l'autre. Et s'était pour cela qu'elles s'étaient toutes deux plongées dans cet entraînement. Mais si la mentor veillait à ce que personne ne soit témoin de ce qu'elles faisaient, l'apprenti se consacra entièrement à son ressentit personnel et aux paroles de son aînée. Et bientôt, les paroles furent remplacées par un chant elfique, presque entraînant en soit, accompagné par le geste dessinant un cercle, exécuté par Aramis, avant de le projeté vers le sol.
Harthea vit le geste se faire et ressentit la sensation d'être projeté à l'intérieure d'elle même.

Elle s'éveilla bientôt, et se trouvait alors dans la maison de ses ancêtres, dans la forêt sylvaine d'autrefois. Elle se tenait là, assise à une longue table ou l'observait les générations ayant composées cette ancienne Famille qu'était les Thaidforodren, ses trois enfants l'entourant, son époux décédé à ses côté, immédiatement suivit par ses deux parents, et toute la lignée remontant jusqu'aux fondateurs de la Famille, Navigateurs de leur état.
Harthea les voyait tous clairement. Elle les connaissait par cœur, ayant depuis longtemps étudié leurs histoires et leur récit, écoutant avec attention leurs exploits et leurs échecs.
Ils lui souriait. Elle était entouré de ceux qui l'aimait et qui la chérissait.

Puis les sourires se crispèrent, tandis que la scène se teinté d'écarlate. Le sang se mettait lentement à coulé, tandis que des lames sortirent des poitrines de chacun et qu'une ombre apparaissait derrières les membres de la noble famille. Les ombres se formèrent un peu plus, prenant progressivement consistance. Elle vit alors les visages des innombrables personnes à qui elle avait ôté la vie par le passé.
Tous la regardait avec un sourire mesquin sur les lèvres.
Puis l'un d'entre eux prit la parole, d'une voix froide et caverneuse. Pourtant, la cavalière l'aurait reconnu entre mille. Cette voix qui l'avait autrefois imploré de le laisser partir. Que plus jamais il ne commettrait d'actes nuisibles de quelques nature que se soit. Un elfe dont elle avait oublié le nom, mais dont le visage restait gravé dans sa mémoire à jamais.


-Tu nous as tout prit, alors que nous te supplions de nous laisser la vie. C'est maintenant à nous de te prendre en retour.

La voix était moqueuse, et pourtant, la jeune femme avait l'impression qu'elle était également compatissante. Elle n'en ressentit que plus de douleur en voyant les visages de sa famille disparaître, tandis que s'intensifiait ceux des personnes dont elle avait ôté la vie par le passé.

Harthea ne put réprimer un cri de terreur, en cette soirée. Elle assistait, impuissante à ce cauchemar qui la hanté depuis si longtemps, mais de manière vague. Sauf que cette fois, il prenait consistance, se dessinait avec bien plus de précision. Était-ce parce qu'elle demeurait en partie éveillé tandis que son esprit avait plongé dans ses propres ténèbres? Elle n'aurait sût le dire. Elle savait juste que cela avait été le résultat de son âme prise dans les filets d'une hallucination. Ses propres remords prenant vie en cet instant. Elle devait lutter pour trouver la porte de sortie de cette hallucination. Elle chercha, et tandis qu'elle assistait au massacre de ses ancêtres, un à un, disparaissant progressivement, pendant que l'ombre derrière chacun prenait de plus en plus de consistance, elle remarqua une statuette posée devant elle. une statuette représentant un destrier. Elle le connaissait bien, car il s'agissait de la représentation la plus fidèle qui soit de Gwaewdven. Elle le savait, cette statuette représentait autant son totem que son âme et son esprit. Elle avait toujours était une voyageuse et le serait toujours. Elle s'était caché derrière l’apanage et le devoir du Soldat, puis de l'Arwen de Famille, mais au fond d'elle, elle restait ce qu'elle était devenu au contact de ce qui la représentait le mieux en ce monde. C'est à dire une personne destinée à parcourir les grands espaces. Elle avait fait une halte à cause des conflits. Puis elle l'avait prolongé parce que l'on avait besoin d'elle en Estëllin. Mais il viendrait un jour ou elle devrait reprendre sa route pour redécouvrir une nouvelle fois le monde. Pour s'ouvrir à nouveau à celui ci.

Elle voulut tendre la main vers la statuette, mais elle ressentit immédiatement le poids des regard que lui jetait ceux à qui elle avait ôté la vie. Sa main en devenait incroyablement pesante. Elle éprouvait une immense difficulté face à cette épreuve. Puis il lui vint une certaine forme de compréhension. Si cela lui était si difficile, c'est parce qu'elle avait jusque là cherché à fuir ses propres responsabilités. Son devoir envers les mort. Elle avait détourné le regard du souvenir des gens qu'elle avait tué, pour diverses raisons, qu'avec le recule, elle trouvait presque risible.
Elle décida alors, pour la première fois de sa vie, de regarder en face chacun de ceux qu'elle avait tué, et de se souvenir de chacun d'entre eux, autant qu'elle se souvenait de ses propres ancêtres.


-Elengyl Daestren. Tom Firsomers. Danniels Tusal. Calvin Sebass. Aryann Eshenval. Dess' Filual. Medgars Garken. Pilus Mandgors. Anness Defiurg. Seken Doemiuss. Romeiss Fulmist. Garriss Holrens. Lindey Riarss. Léann Riass. Peter Jiuzan. Tenengyl Ylsiur.

Elle récita à voix haute ces seize noms. Seize hommes et femmes, humains, elfes et vampires, qu'elle avait tué en connaissant parfaitement leur nom. Et alors qu'elle le faisait, elle parvenait progressivement à approcher la main de la statuette. Et progressivement, la scène disparaissait de son esprit, imprégnant d'avantage les identités de ces personnes dans la mémoires d'Harthea, qui reprit bientôt pied dans la réalité, adressant un sourire à L'impératrice.





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Jeu 30 Juin 2016 - 19:20

Aramis ne pouvait pas voir dans quoi elle avait plongé son élève, et elle savait que cela devait être probablement assez intime donc elle ne se permit pas d'observer mentalement ceci par l'intermédiaire du chant nom, alors elle se contenta de regarder calmement Harthea qui semblait au prise avec tout ceci, et les alentours tout en maintenant le sort… Après un tel sort avait besoin d'être maintenu pour continuer à fonctionner, mais heureusement Thredë était une maître mage donc elle pouvait tenir un assez long moment en usant de ce genre de sortilèges…

Et un long moment ce serait peut-être ce dont aurait besoin Harthea pour sortir de cela, après le sort ne dépendait pas vraiment de la volonté d'Aramis, mais uniquement de celle d'Harthea ce qui évitait qu'elles doivent se baser sur leurs différences à toutes deux pour que son élève puisse s'exercer… Que voyait cette dernière à cause du sort terre d'hallucination ? Cela ne dépendait que d'elle, de son passé, et de sa propre imagination. En somme ce sort n'avait jamais les mêmes effets à chaque utilisation, ne serait qu'à cause des différents êtres qui pouvaient en être victimes qui avaient chacun leurs propres individualités, et pour tout avouer Aramis elle-même n'avait jamais vraiment été victime de cette magie, néanmoins elle en connaissait très bien les effets malgré cela sinon elle n'en aurait pas user ici.

Mais elle s'inquiéta quand elle entendit son amie poussa un cri de terreur, heureusement personne d'autre ne semblait l'avoir entendu, pour tout dire elles auraient peut-être dû se rendre un peu à l'écart de Gloria pour cela, mais surtout elle se demandait ce que devait voir son élève dans ces songes pour pousser un tel cri elle qui était souvent si courageuse, et déterminée… Mais les inquiétudes de Thredë se dissipèrent quand elle vit son élève qui après un certain temps arriva à émerger de ces songes… Elle ne savait pas ce qui s'était passé là-bas, mais au vu du sourire d'Harthea, et du fait qu'elle avait récité des prénoms, et noms avant cela devait avoir une certaine importance pour cette dernière...

« Que s'est-il passé ? » Demanda Aramis tout simplement, oh bien entendu elle pourrait éplucher le chant nom d'Harthea pour le savoir, mais elle faisait confiance à son amie pour lui dire si cela avait véritablement une certaine importance. Dans tout les cas elle espérait que cela ait contribué au moins à forger en partie mentalement son élève… Ce qui devait être le cas vu que cette dernière s'était sortit de l'illusion sans trop de difficulté. Ce qui n'était pas forcément le cas de tous en faîte, tout le monde n'était pas sur un pied d'égalité face à la magie après tout…

D'ailleurs si elle s'intéressait à cela c'est car ceci pouvait aussi avoir son importance quand à l'entraînement qu'elles faisaient, après tout un esprit endurci avait besoin de plusieurs conditions pour rester fort, cela Aramis ne le savait que trop bien, et certaines choses comme la culpabilité, le remord, et la peur ne pouvaient que miner le mental d'un être qui avait besoin de s'en départir pour trouver sa véritable force.

« As tu besoin de te reposer un peu ? Nous reprendrons l'entraînement juste après, mais il vaut mieux ne pas trop faire endurer d'épreuves à ton esprit non plus. » Après tout sinon ce dernier finissait aussi pas se fatiguer comme le corps, surtout lorsqu'il n'avait pas été pleinement entraîné, et préparé… De toute manière elle avait encore beaucoup de temps devant elles ce soir, enfin pour sa part elle n'avait aucune affaire pressante qui l'empêchait de consacrer du temps à son élève. Donc autant prendre le temps de bien faire les choses, surtout qu'Harthea si cette dernière acceptait de lui raconter ce qui s'était passé amènerait sans doute Aramis à avoir une certaine réflexion sur la suite de l'entraînement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Ven 1 Juil 2016 - 18:00

Lorsque désir et réalité se percutent l'un l'autre, il est rare de voir les rêves d'une personne persister bien longtemps. Ce n'est pas impossible que les rêves subsistent, mais cela reste rare. Et il est d'autant plus dure pour une personne de faire face aux conséquences que son rêve et l'illusion qui l'accompagnait s'écroulent tous deux tel un miroir.
Mais parfois, une telle épreuve peut devenir une source d'amélioration pour celui qui vit cette expérience. La question est donc, comment tourner ce traumatisme en une force qui nous permettra de grandir encore d'avantage.

Ce soir, Harthea avait mit le pied sur la première marche de cette leçon, mais elle ne le comprenait pas encore. Elle demeurait simplement fixé sur son objectif, prenant simplement les faits comme ils venaient. L'épreuve constituait juste une entrave dont elle devait se libérer. Point à la ligne.

Maintenant qu'elle était sortie de l'illusion, elle sentait qu'elle avait la gorge sèche. Ainsi donc son cri s'était fait entendre par delà le songe. Et en voyant le visage de son amie, il semblait bien à Harthea que ce qu'elle avait vécu dans l'illusion avait transpiré d'une certaine manière dans la réalité.
La question d'Aramis lui confirma l'inquiétude que celle ci avait ressentit en voyant son élève.


-J'ai simplement vécu ma fierté et mon cauchemar dans le même songe.

Aramis était sincèrement inquiète pour sa protégé, et Harthea le voyait bien. Elle voulait rassurer son aînée, mais l'expérience avait été particulièrement éprouvante. D'autant plus que Harthea avait cessé de faire ses cauchemars depuis quelques mois, depuis qu'elle avait retrouvé ses enfants. il restait certes des réminiscences de ses angoisses, mais il demeurait rare qu'ils la hantent encore.
L'impératrice proposa de faire une petite pause dans l'entrainement, ce qu'Harthea accueillit avec un léger plaisir.


-Je suis d'accord avec toi. Il ne sert à rien de se précipiter. Lui répondit-elle en venant s'assoir à côté d'elle.

La jeune femme leva alors le regard vers les cieux, contemplant les étoiles qui clairsemaient la voute céleste. Elle garda le silence un court moment, reprenant doucement son souffle, puis lança quelques mots dans l'air, sans regarder personne.


-As tu déjà demandé à Orfraie comment elle m'a accueillit après que nous nous soyons séparé, lorsque je me suis présenté à elle en arrivant au Protectorat?

Il était possible qu'Aramis ne soit pas au courant, mais il était aussi possible qu'elle soit parfaitement au courant.
Mais cette question n'était que la petite porte de ce que voulais réellement demander la jeune Arwen à son amie. Elle voulait lui confier ce qui lui pesait tant sur le cœur, mais comme elle ne l'avait jamais fait jusque là, elle ne savait pas vraiment comment s'y prendre réellement. Elle avançait donc à tâtons. Après tout, il n'est jamais évident d'avouer ce genre de chose. Reconnaître que l'on a prit la vie est une chose compliqué. Certes les soldats pouvaient être amené à tuer sur un champs de bataille. Mais la situation d'Harthea et ce qu'elle avait fait pendant qu'elle errait sur les terres théocrates était une autre histoire. Elle avait tué, pour des raisons parfois guère liées à la guerre. Et c'était ces personnes a qui elle avait ôté la vie qui venait la hantait par moment.


-Écouterais tu mes erreurs passées, celle qui me hantent mes nuits et mes jours?





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Sam 2 Juil 2016 - 10:39

Avoir vécu fierté, et cauchemar dans le même rêve ? Le sens de ces propos ici pouvaient être interprétés de milles, et une manières en vérité. Mais Aramis voyait en partie où voulait en venir Harthea, pas avec une parfaite exactitude car elle ne savait pas parfaitement quel avait été le rêve d'Harthea, mais elle comprenait en quoi cela pouvait consister. Et elle se disait qu'elle n'avait heureusement pas fait d'erreur en usant de ce sort sur son amie, car cela dépendait fortement en faîte de la victime du sort, mais elle avait eu confiance en elle, et heureusement elle ne l'avait pas sur-estimé à ce sujet-ci…

Mais qu'Harthea en soit ressortit victorieuse, ou non une pause même courte semblait s'imposer pour le moment, et elle regarda avec bienveillance son amie s'asseoir non loin d'elle, oui cette dernière avait mérité un peu de répit, après tout les sorts visant l'esprit pouvaient être en partie fatiguant pour ceux qui les subissaient sans y être forcément très habitués, chose qui risquait de changer heureusement au fur, et à mesure de l'entraînement…

Et après un moment de silence Harthea posa une première question à Aramis, et cette dernière y répondit. « Je n'ai pas spécialement cherché à en savoir plus, je fais assez confiance à Orfraie pour penser qu'elle avait agit de la bonne manière, et pour une bonne raison. Ce qui m'importait à ce moment à ton égard c'était surtout de t'offrir de nouvelles perspectives pour l'avenir. De plus je jugeait que tu m'en parlerait le moment venu si tu pensai cela nécessaire. » Puis sur ce elle resta silencieuse à son tour pendant un petit moment, comprenant que tout ceci devait avoir une lourde gravité pour son amie, et tâchant donc de se préparer mentalement à être un support pour elle malgré ce que son amie pourrait lui avouer quand à ses erreurs passées… Aramis reprit donc avec une certaine douceur.

« Je tâcherai de t'écouter mon amie, et d'être de mon mieux un soutien pour toi. Comme tu le dit ce sont des erreurs passées, et même si je ne sais pas encore quelles sont leurs teneurs, et leurs gravités, je pense qu'il serait bon que tu en finisse enfin avec ces dernières car ce n'est pas en restant fixé sur elles que tu avancera sereinement, et forte vers l'avenir. » Dit Thredë sincèrement avant d'achever. « Je suis donc tout ouïe, et tâcherait d'être compréhensive quoi que tu me dise. » Si cela pouvait aider Harthea à se confier autant le dire, et sur ce la chantebrise resta parfaitement silencieuse pour laisser son amie se confier au sujet de ce qu'elle avait sur le cœur si elle le désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Mer 6 Juil 2016 - 6:31

Aramis avait accepté de l'écouter, alors qu'Harthea venait de lui demander son attention. Aramis n'avait pas demander comment l'accueille d'Harthea s'était déroulé, parce qu'elle savait que d'une manière ou d'une autre, cela se déroulerait, quoi qu'il advienne.

Harthea prit une profonde inspiration et décida qu'il était temps d'ouvrir ces portes qu'elle avait close par le passé pour se protéger.


-Je pense que tu te doutes que lorsque j'ai annoncé à Orfraie que j'ai passé cinq années à errer sur les routes, notre chère Princesse n'a porté aucun jugement. Elle comprenait parfaitement que je puisse avoir besoin de temps. Mais avec le recule, je comprend maintenant encore mieux que lorsque j'ai ajouté que j'avais fait appliquer la loi théocrate lors de mes errances, elle s'était alors retrouvé dans une situation difficile. Et pourtant, elle aussi, m'a accordé sa confiance et m'a absoute de mes erreurs. Les gardes alors présent étaient pourtant prêt à m'arrêter au moindre signe de travers.
Puis, une fois que cela fut fait, nous avons discuté du fait que je veuille former ma fille, Priscilla. J'ignorais alors qu'Orfraie protégeait alors encore Claur et Aerlinn. Qu'elle les cachait des conflits dans le même bastion ou nous étions alors. Et tant mieux, car je ne suis pas sûr que j'aurais pu supporter de les voir à ce moment là.

Lorsque tu m'as rencontré la première fois, j'avais déjà les mains sales du sang de gens, elfes, humains et vampires que j'avais tué.
Elle commença alors à citer les personnes qu'elle avait tué et les circonstances de leur mort.
Elengyl Daestren. Un elfe qui, lors d'une rencontre fortuite essaya de me forcer à essayer de tuer pour le camp des Protégés alors que j'ignorais même de quoi il me parlait et que je refusait de voir la réalité du monde à ce moment là.
Tom Firsomers. Un humain qui refusa de m'offrir l'hospitalité d'une nuit. Excédé que j'étais, je l'ai tué sous le coup d'une fureur que je ne parviens toujours pas à m'expliquer.
Danniels Tusal. Un humain ivre qui voulu me défier. J'aurais largement pu décliner la chose, mais je ne l'ai pas fait. une fois encore, je ne parviens à trouver de raison à cela.
Calvin Sebass. Un majordome de l'une des familles de Aldaria à l'époque, qui, parce qu'il méprisait les elfes, s'est permit de m'insulter alors que son maître m'avait "ouvert" la porte. Curiosité ou autre, le Maître m'ayant laissé entrer, j'ai répondu immédiatement à la chose. Aryann Eshenval. Le fameux Maître du Majordome. Il avait rit à la remarque de son employé. Ne supportant déjà pas la remarque, j'ai décapité aussi promptement le Maître, avant de partir immédiatement.
Dess' Filual. Un protégé que j'ai dû tuer lors d'une rixe de taverne. Il m'avait mit en danger et ma lame à trouver le chemin de son flanc. L'instant d'après, je voyais ses lèvres me murmurer milles malédictions, avant de finalement s'éteindre définitivement. J'appris son identité en le fouillant après coup.
Medgars Garken. Un passant pour lequel j'avais un contrat. je devais ramener sa tête, mort ou vif. J'ai mit fin à ses jours, de nuit, juste après avoir assommé son fils pour que celui ci n'en voit rien.
Pilus Mandgors. Un marchand qui faisait un peu trop d'ombre pour un autre. Je l'ai également tué pour avoir de quoi me nourrir par la suite.
Anness Defiurg. une prostitué qui connaissait un peu trop de secret pour son propre bien. Elle m'a supplié de la cacher. je l'ai tué.
Seken Doemiuss. En ce qui le concerne, je ne me souviens que de son identité. je ne parviens pas à me souvenir comment ni pourquoi je l'ai tué.
Romeiss Fulmist. Je l'ai tué pour le compte d'une histoire de famille.
Garriss Holrens. Sa voix avait eu le don de m'agacer. Et comme il refusait de me laisser, quoi que je fasse, je n'ai pas trouver d'autre possibilité que de me débarrasser définitivement de lui. Je crois qu'il était barde ou un truc du style.
Lindey Riarss. Une veuve épleurée qui faisait étalage de sa fortune. J'ai séjourné chez elle une nuit. Une seule nuit qui a faillit me rendre folle et me tuer également. Je ne cessais d'entendre ses gémissements. Lorsque je me suis présentait à sa chambre pour savoir ce qu'il se passait, je la trouvait au lit avec son frère, Léann Riass. Aucun des deux n'avait l'air d'avoir le moindre scrupule ni remors. Je les ai tout deux tué à mains nue, d'un coup à la gorge. En temps normal, je suis mauvaise pour me battre sans arme, mais là, ils m'avait tellement dégouté que je trouvait immédiatement les veines et leur arrachait la gorge, les laissant "crier" tout leur saoul.
Peter Jiuzan. Un voleur affamé. Je l'ai tué parce qu'il avait prit ma bourse. Après coup, alors qu'il était en train d'aggoniser et qu'il maudissait cette vie qui l'avait placé du mauvais côté de la barrière de la richesse, il me dit qu'il ne voulait pas mourir.
Et Tenengyl Ylsiur. Un elfe arrogant dont la seule faute fut de se trouver sur mon chemin et de me sortir un discours qui me sidéra littéralement. Il était l'incarnation même du racisme que notre peuple peut parfois manifester, mais pousser cette fois à son paroxysme. Et comme il clamait son discours au milieux d'une taverne théocrate, il nous mettait ouvertement en danger tout les deux.


Lorsqu'elle eut finit, Harthea prit une courte pause, reprenant son souffle, tout en maintenant son regard porté sur la voute céleste.

-Certaines morts peuvent être expliquées. Certains non. Mais au final, j'ai l'impression qu'aucune n'était réellement mérité. Qu'il m'aurait suffit de choisir une autre voie, de faire d'autres choix.
Autant, je ne parviens pas à trouver d'alternative lorsque l'on insulte ou menace les miens. Autant, tuer un homme pour une simple bourse d'argent, je trouve cela extrême.





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Ven 8 Juil 2016 - 20:57

Aramis se demandait ce qu'Harthea allait lui raconter, mais quelque chose lui disait au fond d'elle-même que même avec la plus grande volonté du monde cela resterait difficile à écouter… Néanmoins elle tâcherait comme promis de faire le plus d'efforts possible, et de ne pas juger son amie pour des erreurs passés… Il restait à savoir quelles étaient ces erreurs, et sur ce elle écouta donc son amie avec la plus grande attention alors que cette dernière parlait d'abord de sa rencontre avec Orfraie… Une histoire assez fascinante en soit, et qui expliquait beaucoup de chose, et Aramis se demandait d'ailleurs ce que ressentirait la jeune Priscilla lorsque cette dernière grandirait, et ne verrait pas son actuelle famille vraiment grandir, ou vieillir… Un sentiment qui sera probablement étrange, en espérant que ce ne soit pas non plus difficile à supporter.

« Je suis heureuse que cela ce soit passer ainsi, et si ce n'avait pas été Orfraie qui avait jouer en ta faveur je serait intervenue dès que possible, mais je suis contente de savoir que tu n'as pas eu besoin de mon aide pour ceci. » Dit calmement Thredë, après tout c'était cette dernière qui avait convaincu son élève de trouver une nouvelle voie. Après Orfraie avait jouer avec le feu effectivement, mais heureusement cela avait été accepté, et c'était Aegnor qui régnait sur les elfes à cette époque, car à une autre Harthea n'aurait pas été accepté, Aramis pensait encore règne passé d'Elywir Moranneon. Ce dernier n'avait pas été un mauvais elfe, mais il avait disons fait en sorte que les elfes se cachent dans leurs forêts à un moment où Armanda avait besoin d'eux, son règne était encore de ce fait sujet à débat, mais il avait fait preuve d'héroïsme au final en sacrifiant sa vie pour sauver celle d'Aegnor…

Et suite à ces paroles là au sujet de son arrivé au protectorat, Harthea parla d'un sujet ô combien plus grave car maintenant elle parlait du sang qu'elle avait fait coulé, et… Si Aramis n'en donnait pas l'air, les propos d'Harthea la troublèrent intérieurement car ce que lui raconta cette dernières n'étaient pas des meurtres fait pour se défendre, ou en tant que chasseuse de primes, mais des meurtres de sang froid, fait presque sans raison…

Un elfe tué parce qu'il avait essayé de forcer Harthea à rejoindre les protégés, un humain tué car il avait refusé l'hospitalit à Harthea à l'époque, chsoe compréhensible dans une théocratie où les gens avaient peur, au final cet humain avaient été tué juste car il faisait preuve d'une certaine prudence en un temps qui avait exiger d'être sur ses gardes pour survivre. Un humain tuer parce qu'il l'avait défié en étant ivre, chose totalement inutile, car elle aurait sans doute pu se contenter de l’assommer plutôt que de le tuer. Et la liste était encore très longue… Il y avait aussi un humain pour lequel elle ne se souvenait même pas la raison pour laquelle elle l'avait tué, une prostitué qui avait juste demandé de l'aide, et qui avait récolté la mort en échange alors qu'Harthea aurait pu simplement l'ignorer… Un marchand assassiné en échange d'argent… Des meurtres tout à fait choquant pour Thredë, et ne parlons pas de celui du barde donc la seule faute été d'avoir mal chanté, et agacer l'elfe. L'homme tué à cause d'une histoire de famille, les deux hommes tuaient pour leur humour irrespectueux, mais qui ne justifiait certainement pas de faire couler le sang… Un voleur qui ne cherchait qu'à se nourrir mort pour avoir volé la mauvaise personne, et la liste continuait encore, mais Aramis était déjà lasse de devoir prendre l'ampleur de cette injustice, et de la gravité de ceci...

Et alors qu'Harthea finissait de parler le regard de Thredë s'était fait tout à fait pénetrant, nul jugement dans ce regard, plutôt l'impression que ce dernier épiait l'âme de son élève alors qu'Aramis se levait, et parla d'un ton tout à fait maîtrisé...

« J'ai dit que je te jugerai pas, et je ne le fais pas, mais je considère pour ma part qu'il est de ton devoir mon amie de te racheter pour tout cela… Par respect pour ces défunts, et par désir de justice. Te rend tu compte de la gravité qu'est-celle d'un meurtre ? Celle d'une vie perdue pour toujours ? Regrette tu cela, et désire tu te racheter ? Est-ce que ta vie valait plus que celle d'un seul d'entre-eux ? Est-il juste de tuer un homme parce qu'il cherchait à se nourrir, ou juste pour des propos déplacés ? Toutes ces questions tu va devoir te les poser mon élève... Et faire face à ces actes que tu as commis dans le passé. » Dit-elle calmement alors qu'elle reprenait son inspiration, et qu'elle poursuivit après un instant de réflexion… Et les propos sortant de sa bouche étaient pleins de gravité..

« Tuer ce n'est pas vaincre, tuer c'est détruire, c'est anéantir définitivement sans aucune possibilité de retour en arrière, pense à l'homme qui a recueillit tes parents, s'il avait été capable de tuer pour des raisons aussi légères il aurait pu se dire que tes parents étaient un poids morts pour lui, que ces derniers l'agaçaient, un couteau sous la gorge c'était finit, et il aurait agit ainsi. Voilà ce que c'est tuer, cela ne concerne pas que la personne que l'on tue, et ce n'est jamais un acte plein de légèreté, mais au contraire cet homme a fait preuve d'altruisme, il a recueillit tes parents, et les as aider. Il est un exemple à suivre pour toi, je dirais même que par ce simple acte d'altruisme il a faut preuve d'une certaine grandeur… Pense à cet homme qui à chaque instant aurait pu prendre sans difficulté la vie de tes parents, mais ne l'a pas fait, au contraire il les as aider... » Puis après avoir laissé planer un instant de silence elle acheva.

« Tu ne peux pas revenir sur les erreurs passés, mais tu peux toujours essayer de racheter ces fautes, de ne pas les oublier, et de vivre avec… Pense à tes parents qui sont encore en vie grâce à l'altruisme d'un homme, et inspire toi de cela, pense qu'il n'est jamais trop tard pour emprunter le bon chemin, et surtout que ce chemin comme je te l'ai déjà dit, je peux te guider sur celui-ci, mais sûrement pas avancer dessus à ta place… Cela, n'appartient qu'à toi. » Des propos qui elle espérait feraient réfléchir son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Sam 9 Juil 2016 - 13:30

Le fait de raconter une blessure aide bien souvent à la soigner. Mais Harthea venait de découvrir que le fait de parler de ses regrets et remords apportait la même sérénité et le même bienfait. Elle avait longtemps garder pour elle ce secret, trop honteuse d'en faire part à quelqu'un. Mais aujourd'hui, elle avait sentie qu'elle devait en faire part à quelqu'un. Et Aramis avait accepté d'être ce quelqu'un. Harthea n'avait jamais prit plaisir de ces souvenirs. Elle ne parvenait d'ailleurs pas à oublier ou même désirer oublier les noms ou les visages de ces malheureux qui avaient croisé sa route à une époque ou l'elfe n'était que l'ombre de ce qu'elle aurait dû être.

Aramis commença une longue tirade, après avoir observé son apprentie et amie. une tirade qu'Harthea écouta attentivement, bien que les mots de l'Impératrice demeuraient durs. Chaque mot qu'elle énonçait devenait une flèche dans le cœur d'Harthea qui en venait à croire qu'elle n'était plus aussi sûr que cela que se fut une bonne idée de s'ouvrir de ses erreurs passées à son amie. Peut être aurait-elle mieux fait de garder cela pour elle et l'emporter avec elle dans les tréfonds du temps. La jeune Capitaine, malgré l'intention de son amie, avait l'impression d'entre une véritable diatribe envers le calvaire qu'Harthea avait vécu.
Et cela peut être plus encore que le souvenir provoqua la chute des derniers remparts mental d'Harthea qui ne put supporter d'avantage.
Inconsciemment, son esprit se bloqua à l'intérieur. Plus rien ne semblait bouger pour elle, mais en réalité, son corps tombait à la renverse, s'écroulant sur le rebord de la fontaine ou les deux femmes se trouvaient.
Le monde venait de se figer pour Harthea. Plus rien ne semblait compter. Plus rien n'avait d'importance. Elle n'avait pas attendu que l'on accepte ce qu'elle se reprochait elle même. Mais les paroles d'Aramis avait été un coup si violent pour l'esprit de la jeune Capitaine, que le monde s'était arrêté dans sa tête.
Harthea avait entamer cette question parce qu'elle pensait qu'en parler avec une personne qui lui était proche l'aiderait. Mais la jeune Arwen venait de se prendre l'équivalent d'une gifle si violente qu'elle lui aurait arracher la tête. Sauf que là, s'était son esprit qui venait de partir.
Harthea avait toujours refusé d'oublier les noms des seize noms et visage. Ni même les circonstance dans lesquels elle les avait tués, parce qu'elle estimait que cela était son devoir.

Mais voila. Si son esprit semblait accepter de se forcer à regarder son passé et à agir pour réparer les erreurs qu'elle avait commise. Mais accepter les remontrances d'une autre personne, aussi proche soit-elle n'est jamais chose aisé.
La jeune elfe s'était toujours placé de façon à avoir raison le plus souvent toujours raison. Sauf que là, elle ne pouvait le faire, car ses actes n'étaient pas juste en soit. Ils avaient été parfaitement iniques et atroces. Elle avait ôté la vie à des innocents.

Après un moment, lentement, son esprit se remit en marche, lui rendant le contrôle de son corps et de ses pensées. Ses yeux papillonnèrent un instant, comme pour se ré-acclimater à l'obscurité ambiante.


-Que c'est-il passé? Pourquoi étais-je allongé?

Elle avait encore la tête qui tournait, tandis qu'elle n'avait aucune idée de ce qui venait de de passer.





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Dim 10 Juil 2016 - 19:47

Aramis n'avait pas été très subtile, mais elle savait que ce n'était pas en se cachant, ni en se défilant qu'Harthea arriverait à laver cette souillure qui corrompait son âme, que ce n'était pas en se cachant de ses problèmes, mais en y faisant face, en assumant ses erreurs, et en tentant de se racheter sincèrement que l'on pouvait réellement en finir. En somme autant que de faire justice Thredë voulait aussi aider son amie, elle ne disait pas cela pour enfoncer cette dernière, ou pour qu'elle ce sente mal, mais pour souligner la vérité, pour la faire réfléchir, la faire sortir de sa zone de confort, et la pousser à agir au mieux.

Quoi que l'on puisse en penser, ou en dire elle essayait au final d'agir pour le bien de son élève, car ce n'est pas en traînant un tel poids, et une telle culpabilité que cette dernière pourra avancer sainement sur le chemin de l'avenir. Elle même ne le savait que trop bien… Et elle comptait faire en sorte que son amie qui désirait devenir plus fort mentalement se rendre pleinement compte de cela. Ce avant de poursuivre encore leurs entraînement...

Et elle avait sentit que son élève était mal à l'aise devant ceci, mais il serait contre-productif se s'arrêter dans ses propos uniquement pour cela, après tout il fallait qu'Harthea entende ce qu'elle avait à dire, qu'elle se rende compte pleinement de l'ampleur de sa faute, et de la responsabilité qui lui incombait, cela était autant une nécessite qu'un devoir, Thredë lui avait apprit pendant toutes ces années à mettre une grande importance dans le devoir. Et ce devoir pouvait autant être celui envers son royaume qu'envers ses anciennes victimes à qui elle avait prit sa vie. Néanmoins la réaction d'Harthea à tout cela fut extrême, mais cela ne confirma qu'une chose à Aramis, l'importance de parler de ceci au vu de l'effet que ça avait eu sur son élève, cette dernière n'aurait sans doute pu supporter éternellement le poids de sa faute car celle-ci aurait finit par la corrompre de l'intérieur peu à peu, et il était donc tenter de purger le venin avant qu'il ne fasse véritablement effet…

Harthea s'était donc évanouie… Aramis ne dit rien, et laissa cette dernière prendre le temps de se réveiller, et de se remettre de ce choc car elle savait que cela ne devait pas être facile pour son amie même si nécessaire. Et Harthea finit par émerger, et par demander ce qui s'était passé… Aramis la regarda, et dit calmement.

« Tu m'a raconté tes fautes passés, et je t'ai dit qu'il faudrait que tu te rachète pour elles, que tu avais un devoir à accomplir envers tes anciennes victimes, un poids que tu devra porter car cela est justice. » Dit-elle calmement sans aucune dureté, juste le son de la calme, et éternelle vérité dont elle était championne en tant que baptistrelle. La vérité, la justice, et l'harmonie, voilà les valeurs défendues par l'ordre rhapsodien. Elle savait que ceci ne serait pas facile pour son élève, mais elle croyait en elle, et ce ne serait qu'ainsi qu'Harthea pourrait vraiment aller de l'avant, et ne plus se voiler la face...

« Si tu as besoin d'un peu de temps pour te reprendre, et pour y réfléchir je comprendrai, mais promet moi d'y réfléchir mon ami, d'aller de l'avant, et d'essayer de racheter tes fautes, tu vaut bien mieux que cela je le sais, et je ne veux que ton bien, mais ce genre de choses ne doit pas être oubliés. Ni laissées de côté car cela n'est pas juste, ou honorable. » Dit-elle paisible, elle savait qu'Harthea ne voulait pas faire mal aujourd'hui, mais il restait qu'elle avait du mal auparavant, et la quête pour se racheter dépendrait surtout d'elle dans les faits… Et sur ce Thredë acheva par quelques propos.

« Dit moi si tu désire discuter de cela, si tu préférerait reprendre nôtre entraînement où nous l'avions laissé, ou juste un peu de solitude. » Elle n'essayait pas de s'imposer, mais elle montrait la voie, et surtout elle essayait d'aider en tant que maître, et amie, et aider ne signifiait pas qu'être douce, mais aussi être franche. Savoir quand il fallait appuyer là où ça fait mal pour que son amie se reprenne, et avance plus sereinement, et correctement sur le chemin de l'avenir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Jeu 14 Juil 2016 - 3:20

Une migraine pointait le bout de son nez dans la tête d'Harthea. En effet, elle sentait comme un poids qui se manifestait progressivement, tandis que Aramis lui expliquait à nouveau le devoir qu'elle avait envers les victimes qu'elle avait tué autrefois.
Puis son amie lui annonça que si elle avait besoin de prendre du temps, elle le comprendrait. Que se soit en parler, reprendre l'entraînement, ou tout simplement rester seule un moment. Elle lui demandait juste d'y songer. De réfléchir à ce qu'elle avait fait autrefois. Mais cela eu pour effet d'arracher un sourire à peine amusé à l'elfe.


-J'y songe. A chaque instant, du jour et de la nuit, mon amie. Ils hantent mes nuits, ne me laissant de répis que lorsque je parviens à songer à mes enfants et à ceux que je protège. Mais tu te doutes bien que je ne souhaite pas les oublier. Au contraire. Je souhaite savoir comment je puis mener ma vie de manière à ce que ma stupidité de l'époque ne ternisse pas d'avantage leur mémoire.

Harthea se tourna vers la fontaine ou les deux femmes se tenaient et y prit de l'eau qu'elle bu longuement. La fraicheur de celle ci lui fit un grand bien, même si la douleur restait maintenant en arrière plan.

-Je m'excuse de t'avoir imposer cela alors que tu as tant d'autres soucis à gérer. Tu n'avais probablement pas besoin que j'ajoute mes problèmes. Mais je me suis dis qu'en tant que Baptistrelle, tu serais à même de comprendre l'importance du devoir de mémoire qui pèse sur moi, du fait de cette stupidité qui m'habitait à l'époque.
Grâce à toi, je suis revenu dans un chemin ou j’œuvre pour la paix et la prospérité. Mais je pense que c'est à ces seize personnes que je dois dédier ce travail.
Harthea se massa légèrement les tempes, puis reprit. Le travail de réflexion est fait depuis qu'Orfraie m'a officiellement ouverte les portes du Protectorat, après ton invitation à les rejoindre. Il est fait chaque matin en me regardant dans le miroir, tandis que je fais ma toilette. Il est fait chaque soir, tandis que je bénis les ancêtres de nous avoir ouvert la voie jusqu'à aujourd'hui. Il est fait à chaque instant qui passe, tandis que je tourne mes pensées vers le Dracos Honoris et les Esprits aujourd'hui disparus.
Mais cela n'enlève aucunement le poids que je ressens. La honte et la culpabilité que je ressens. Dans un sens, je me demande si je ne souhaite aucunement que l'on... Nan. Laisses tomber.


L'idée qui avait traversé l'esprit d'Harthea pouvait paraitre saugrenue. Aussi elle préféra ne pas la formuler. Elle se punissait déjà bien assé elle même en se tourmentant pour ses actes. Pas la peine d'ajouter à quelqu'un d'autre la charge de devoir la punir.

Lentement, elle se leva et fit deux pas en avant.


-Changeons donc de sujet. Qu'en penses tu?





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Jeu 14 Juil 2016 - 18:16

Elle avait dit tout ce qu'il fallait dire, elle savait que cela n'était pas forcément plaisant pour son amie, mais il fallait bien faire sortir le venin à un moment plutôt que le laisser peu à peu vous ronger de l'intérieur jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien…
Pour sa part en tout cas cela lui faisait penser à Morneflammes, et ses horreurs. Combien de prisonniers de la prison avaient dû leurs places là-bas en harthea en y réfléchissant ? Pour y subir des souffrances de loin pire que la mort elle-même ? Rien que le fait d'y penser lui donner la nausée, et au final il conclut qu'il valait mieux écarter ce genre de réflexions de son esprit…

« Tu es encore jeune Harthea, et même si tu as du potentiel tu es jeune, et je pense que c'est en partie à cause de cette jeunesse, et de ce manque d'expériences que tu as pu faire ce genre d'erreurs… Mais je pense aussi que toutes ces épreuves t'ont fait mûrir plus vite que le commun des elfes, et je te fais confiance pour agir de la meilleure manière qui soit au sujet de tes égarements d'antan. » Dit-elle calmement avant de regarder à son tour la fontaine à laquelle Harthea se mit à boire longuement.

Pour sa part en tout cas, ceci lui avait rappellé de douloureux souvenirs qu'elle préférait oublier pour toujours, mais il fallait s'en rendre compte… Elfe qu'elle était la blessure était encore récente, et seulement 3 ans la séparaient de Morneflammes… Elle n'avait pas encore totalement oublié… Et elle reprit donc calmement à l'égard de son élève. Qui semblait toujours bien soucieuse ce qui était tout à fait compréhensive, mais elle l'était au point d'en devenir à nouveau pendant quelques instants assez inquiétante… Elle comprenait la douleur à laquelle faisait face son élève, et comprenait surtout que seule cette dernière pouvait réellement en triompher, mais au moins elle sentait que cette dernière était capable de triompher malgré tout, et c'est ce qui importait le plus d'une certaine manière...

« Non non tu avais tout à fait raison de me parler de cela mon ami, garder ce genres de choses pour soit éternellement est très difficile à gérer. Et je comprend ton envie de rester dans ce chemin de mémoire, la mémoire… Voilà bien une vertue que nôtre peuple a toujours su cultiver, de même que l'importance de le parole donnée... » Dit-elle pensive avant de rester silencieuse un instant...

Puis elle ne trouva rien à dire dans les faits, Harthea disait ce qu'elle avait sur le cœur, et que Thredë avait-elle à rajouter à cela ? Elle pouvait juste écouter, et comprendre, oui c'était un lourd poids que portait la capitaine sur ses épaules, un poids qui représentait ses fautes passés, et qui l'encombrerait toujours, mais qu'avec le temps elle pourrait certainement alléger, et faisant les efforts pour se racheter. Elfes qu'elles étaient elles comprenaient après tout pleinement la valeur de la vie, et encore plus celle d'une vie perdue… Et même si pour beaucoup c'étaient des vies humaines cela ne leurs enlevaient aucunement leurs valeurs, les âmes une fois prises par l'étreinte de morts n'étaient-elles après tout pas égales ? La vie sous toutes ses formes était finalement précieuse, et le fait qu'une existence soit plus éphémère qu'une autre n'enlève rien à sa valeur finalement dans ce cycle éternel de l'existence car les âmes finissaient toujours par se réincarner après les morts, et donc au final ces dernières étaient éternelles…

Et alors qu'elle achevait cette réflexion elle regardapleine d'empathie son amie qui se levait face à elle, et lui demanda si elles pouvaient changer de sujet, à cela elle répondit paisiblement…

« Oui, je pense que nous devrions reprendre l'entraînement où nous l'avions arrêté... » Après tout Harthea aurait sans doute besoin d'une plus grande force d'esprit, encore plus maintenant selon Thredë ne serait-ce que pour l'avenir, mais aussi supporter les fautes passés sans céder… De ce fait elle se leva elle aussi avec une grâce aérienne avant d'ajouter d'une voix légère comme une brise de printemps.

« Si tu te sent prête pour le continuer bien entendu… Mais je te le conseillerai car cet entraînement te permettra d'occuper ton esprit tout en le renforçant peu à peu avec le temps. De plus je pense que c'est de cela dont tu as besoin... » Acheva t-elle d'un air rassurant, mais pas autoritaire, elle encourageait son élève à le faire sans obliger cette dernière, surtout au vu de ce dont elles venaient de parler peu avant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Lun 18 Juil 2016 - 16:16

Il existait des centaines de réponses, voir des milliers à ce qu'avait déclaré Harthea. Mais elle ne fut guère surprise de constater que l'Impératrice choisissait cella de l'écoute et de la compréhension.
Bien que la jeune elfe sente que ses actes n'étaient pas pardonné pour autant, elle comprenait qu'Aramis les mette sur le compte de sa jeunesse et de son ignorance, sans pour autant accorder à sa jeune apprentie le repentir ou l'oubli. Loin de là. Elle expliquait que ces épreuves, bien que leur débouché soit catastrophique, après tout, des vies avaient été prélevé, avait forgé Harthea telle qu'elle était aujourd'hui. Que cela pouvait lui servir de leçon pour pouvoir faire mieux à l'avenir. Et qu'elle devait faire mieux, afin de ne pas aggraver le gâchis qu'elle avait fait en prélevant ces vies dont la disparition n'avait, au final, été décidé que sur un coup de nerf de la jeune elfe.
Étrangement, Harthea comprit pourquoi l'on mettait autant de temps à considérer les jeunes elfes comme des adultes. Ils devaient apprendre à maîtriser les sentiments qui pouvaient si facilement submerger les jeunes. Et un siècle d'enfance permet au jeune elfe de découvrir tant de choses.
Finalement, Harthea été parvenue à sortir de son enfance parce que le conflit l'avait rattrapé et qu'elle avait été obligé d'ouvrir les yeux à un moment donné.

Aramis rassura la jeune capitaine en lui disant qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Qu'elle pouvait venir lui parler. Qu'en faite, elle avait même eu raison de venir à elle pour lui faire part de son histoire. Que cela valait mieux que de rester seule dans son coin et de se laisser ronger par le poison du remords et du regret. Puis elle accepta la proposition de changer de sujet. Elle proposa même à sa jeune amie de reprendre l'entraînement. Que cela pourrait lui être encore plus profitable que ce qu'elles avaient toutes deux songé au départ, même si elle ne le prononça pas ainsi.

Harthea adressa un sourire sincère et reconnaissant.


-Et bien, nous pouvons nous y remettre. Le temps est compté, même si nous avons encore de nombreux jour et de nombreuse années devant nous.





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Jeu 21 Juil 2016 - 19:28

Aramis avait choisit la solution du silence car elle en avait tout simplement assez dit auparavant, et Harthea l'avait très bien entendue, sans oublier que suite à cela cette dernière s'était à nouveau confier à elle... Oui ces morts pèseraient sur son âme pour encore très longtemps si ce n'était toute sa vie, tuer était-il un acte léger ? Jamais, et aucun être ne pouvait prétendre être le même qu'auparavant après avoir infliger l'acte fatal à un autre être vivant, pour sa part Thredë n'avait jamais connu cela car elle n'avait jamais tuer le moindre être de sa très longue vie. Et elle ne le ferait probablement jamais car comme elle l'avait déjà dit avant, à ses yeux la mort n'était pas une victoire, seulement du gâchis. Et chaque vie d'une certaine manière cachait son étincelle, il arrivait à des êtres de vouloir s'opposer, s'entre-tuer, mais était-ce pour le plaisir de cela ? Quasiment jamais…

Qu'ils soient humains d'armanda, d'alayia, qu'ils soient elfes, ou vampires… Au final ils vivaient pour là plupart avec leurs rêves, leurs espoirs, et leurs attentes, et surtout ils ne méritaient fondamentalement pas tous ce qui leurs arrivaient. Les humains d'alayia avaient par exemple perpétrés nombre d'horreur, mais cela on pouvait l'induire à une simple chose, le désespoir, et l'envie de sauver leurs peuples. Les vampires quand à eux ont commis tant de violence à cause d'une vieille rancune qui avait empoisonné leurs jugement, au final devant tout cela une simple considération émergeait… La violence avait souvent pour origine le malheur, et la violence elle-même, la guerre n'était pas une solution éternelle, de même que la mort un véritable moyen de résoudre les problèmes. Voilà la vérité en laquelle Thredë croyait de tout son cœur, et le temps n'avait fait que lui prouver la véracité de cette manière de pensée finalement…

« Oui le temps nous est compté mon élève, et sur ce attelons y nous dès maintenant… Pour forger ton esprit tel du noble acier de manière à en faire une armure à la solidité incontestable. » Dit-elle avant de réfléchir à quelle sort elle utiliserait, et quand ce fut fait le geste clé dont usa Aramis était très simple…

Car elle s'approcha juste de son élève, et toucha doucement les tempes de cette dernière… Pour user ainsi du sort rêve éveillé, qui n'était pas en soit un sort se basant sur la force mentale pour fonctionner, mais se basent bien dessus pour résister à ses effets… Après tout c'était là une technique d'interrogatoire douce qui nécessitait donc une certaine force d'esprit pour y résister, et surtout ne pas rester trop longtemps affecter par ses effets. Enfin cela c'est ce que supposait Thredë car elle n'utilisait pas souvent ce sort en vérité, et dans les faits c'était souvent plus un sort s'utilisant à multiples reprises qu'une fois, mais d'abord avant de possiblement enchaîner les utilisations elle comptait voir les effets d'une première utilisation sur Harthea, et ensuite aviser sur l'efficacité de ce dit sort pour l'entraînement...





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Dim 24 Juil 2016 - 23:21

Les deux femmes reprirent l'entraînement, se faisant alors face l'une l'autre. Harthea gardait le silence, faisant entièrement confiance à son amie et souveraine, ainsi qu'à sa mentor. Puis Aramis vint placer ses mains sur les tempes de son apprentie.
La sensation fut immédiate. Harthea vit apparaître devant elle une journée paisible dans le palais de l'ambassadrice à Gloria, avant l'attaque des vampires. Une époque ou la jeune cavalière vivait les plus beaux jours de sa vie, entouré par ses parents, l'elfe qui était le père de ses enfants et ses deux enfants, encore bébé.


-Ne sont-ils pas magnifique? Demandait alors Amandil, le père d'Harthea. Il pouvait à l'époque restait des heures à contempler la futur génération de Thaidforodren, et attendait avec impatience le jour ou il pourrait présenter ses petits enfants aux parents du père de ceux ci.
Lindorië, pour sa part, regardait sa fille avec un large sourire. Se fut en effet elle et la mère de Lómion qui avait assisté Harthea dans l'épreuve de l'accouchement. Elle était donc fière de voir que sa fille lui avait donné, non pas un mais deux petits enfants. Un garçon et une fille. Tout deux représentant une fierté pour la Famille et les grands parents.

Mais pourtant, Harthea savait que cela était le passé. Que ce temps n'existait plus. L'elfe qui était le père de ses enfants été mort depuis longtemps, et les parents d'Harthea se remettaient actuellement des blessures qui leur avait été infligé durant le reigne de Vraorog. En discutant avec sa mère, la Capitaine avait apprit que celle ci, comme son père, avait subit le même traitement que les prisonniers de Morneflamme, les tortures quotidiennes en plus. Ses parents ne pourraient donc plus s'extasier ainsi avant longtemps. Après tout, les elfes mettaient longtemps à oublier les choses. Et cela hanterait donc durant de nombreuses années le couple.

Harthea prit une inspiration. Elle avait reconnut le sort dés le début des effets de celui ci, l'utilisant elle même pour obtenir les réponses aux questions qu'elle recherche. Elle l'avait utilisé lors de sa précédente mission avec un succès non négligeable. Il lui était donc aisé de reconnaître le sort et de savoir comment le contrer.
Elle ferma les yeux, repoussant toute sensation et se concentrant uniquement sur ce qu'elle percevait autour d'elle. Le bruit de la fontaine, la légère brise qui soufflait sur sa peau, puis la respiration d'Aramis.
Lorsqu'elle rouvrit les yeux, c'était effectivement Aramis que se trouvait devant elle. Elle lui adressa un petit sourire.


-Une expérience intéressante. Mais je sais déjà comment ne pas me laisser aller à ce plaisir ôh combien tentant. Parce que j'ai de nombreuses choses à accomplir et que mon devoir et ma loyauté ne me laissent pas l'opportunité de m'abîmer d'avantage dans cette illusion.





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Dim 11 Sep 2016 - 17:27

Ce sort n'avait pas un effet particulièrement puissant, et était plus une sorte de technique d'interrogatoire douce qu'autre chose, ce qui en vérité fit qu'Aramis n'était guère étonnée de voir son élève sortir de ces songes assez rapidement. Elle en était même assez satisfaite car cela témoignait aussi qu'elle faisait des progrès ce qui était toujours encourageant bien entendu lorsque l'on entraînait quelqu'un...

Le défaut néanmoins dans tout ceci était que Thredë n'avait maintenant plus vraiment d'idée de sorts à lancer sans risquer d'être répétitive, mais elle supposa que cette séance d'entraînement s'était déjà bien déroulée, et pouvait de plus être considérée comme un bon début. Il restait encore des progrès à faire, beaucoup de progrès dans les faits, mais après tout Gloria ne s'était pas construite en un jour…

« Bien, cela est un bon début et je pense que nous pouvons conclure ce premier entraînement ici chère amie si tu n'y voit point d'inconvénient. » Lui dit-elle avec une certaine bienveillance, et une certaine fierté avant d'ajouter ensuite calmement. « Désire tu que je te raccompagne jusqu'à tes appartements dans le palais ? » Après tout en tant qu'invitée diplomatique les alcariens leurs avaient prêtés quelques temps des appartements au sein du palais blanc. De plus Harthea avait sans doute besoin de se reposer certainement après cette journée qui avait été épuisante sur bien des aspects.

Elles n'auraient de plus qu'à attendre demain pour poursuivre leurs entraînements, et aussi leurs mission diplomatie au sein du siège diplomatique du pouvoir Aldarien. Mais d'abord il serait certainement de bon ton d'aller se reposer, sans oublier qu'Aramis n'avait pas envie de s'attarder dans une potentielle fête entre courtisans. Après tout elle aurait bien le temps de faire cela pendant le reste de son séjour diplomatique, de ce fait autant en profiter pour aussi prendre du temps pour se reposer, et pour elle. Car elle n'avait de plus presque pas vraiment eu le loisir de faire grand-chose de son côté depuis le début du voyage. Sachant qu'elle était une chantebrise on pouvait donc comprendre qu'elle ressentait de ce fait le besoin de s'isoler bientôt pour profiter d'une certaine liberté…

Mais avant cela autant raccompagner son amie jusqu'à ses appartements par égard pour cette dernière, surtout après ces derniers jours qui avaient su êtres difficiles pour Harthea...






[Hrp : je te propose qu'on entame une conclu o/. Qu'en pense tu ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harthea Thaidforodren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 0

Commandant de la Garde Royale Elfique

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Mar 20 Sep 2016 - 0:42

La suite de sort mentaux que venait de subir Harthea lui avait montré un certains nombre de possibilité d'évolution de sa méthode de pensée et d'action. Cela avait été hautement instructif pour la jeune elfe qu'elle était. Elle avait depuis longtemps comprit qu'il lui fallait avoir un mental d'acier pour survivre dans les milieux de la politique et des armes. Mais le fait de se retrouver soumis à ces sort, même si Aramis n'avait pas cherché à lui nuire, avait montré les limites que possédait actuellement la Capitaine de la Garde Royale. Et cela ne la satisfaisait pas. Elle allait donc pouvoir continuer de travailler cela.
Mais dans le même temps, ces sorts se montraient particulièrement éreintants pour qui les subissait. Déjà s'en sortir d'un avait été particulièrement fatiguant, alors en subir trois ainsi, cela avait laissait la jeune Arwen sur ses rotules, si l'on put dire.

Là dessus, Aramis proposa de clore cette première séance qui s'était montrée fort intéressante. Elle proposa même à Harthea de la raccompagner jusqu'à ses appartements. Harthea


-Je te propose mieux que cela. Allons donc nous boire un petit rafraîchissement dans les appartements sur le balcon et profiter encore un peu de cette magnifique nuit qui s'offre à nous. Qu'en dis-tu? Nous pourrons ainsi approfondir le bilan de ce voyage et commencer à tirer un tableau de ce qui a été négocié, obtenu et perdu. Le tout sans craindre d'avoir d'oreille indiscrète qui pourrait nous écouter dans un jardin.
Ou alors tout simplement nous raconter de bonnes vieilles histoires de notre enfance, histoire de pouvoir rire un peu. Je suis persuadé que cela fait un moment que tu n'as pas pu simplement rire sans devoir réfléchir à tout ce qui se cache derrière le sourire des gens autour de toi.





Je suis une gardienne. Je n'ai le droit d'oublier ni de divulguer.

Langage elfique=#813ca6
Langage commun=#990099

Entrée en guerre d'Harthea
Arrivée en soirée d'Harthea
Revus de troupe avant l'assaut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aramis Thredë
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Impératrice des Elfes
Baptistrelle Chantebrise

MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea) Mar 20 Sep 2016 - 12:00

Un mental d'acier au final, comme une force immense ne se construisait pas du jour au lendemain. Dans les faits on ne devenait pas par exemple l'un des meilleurs bretteurs de son peuple en peu de temps, alors avoir une force d'esprit capable d'être admirée par les siens ne se faisait pas non plus en un claquement de doigts. Ni juste en s'entraînant, ce même si l'entraînement pouvait tout de même être utile pour accélérer les choses.

Par exemple Aramis pour avoir un esprit aussi solide que l'adamantin le plus pur avait dû vivre longuement, et subir d'innombrables épreuves, dont celle de la fameuse, et sordide prison de Morneflammes. Des épreuves qui auraient put la briser, mais qui à la place car elle n'avait point renoncer l'avaient renforcée. Et c'était soit de telles épreuves malheureusement, soit des suites d'une expérience forgées au cours des années d'achèvements guerriers qu'Harthea pourrait se forger une telle force d'esprit seulement. Cela prendrait du temps dans les faits, mais si elle ne renonçait pas et continuait la lutte de toutes ses forces elle y arriverait, et ce avec brio !

« Je préférerai que nous évitions de parler politique très chère Arwen, ou du moins des affaires de nôtre royaume. »
Ajouta t-elle donc aux paroles d'Harthea qui avait d'abord proposé qu'elle fasse le compte rendu de leurs voyage ce dont Thredë n'avait absolument aucune envie sur l'instant, elle qui voulait respirer un peu. Néanmoins l'autre proposition de son Arwen était tout de suite plus appréciable, et Aramis pu donc y répondre favorablement d'un sourire presque digne d'une grande sœur.

« Quand à boire un rafraîchissements tout en se racontant quelques vieilles histoires ? Cela ne me déplaît point très chère. Faisons donc ainsi. » Acheva t-elle donc en prenant le bras de son élève d'un geste amical, pour se aller ainsi profiter de passer le reste de la soirée ensemble, en dehors de toutes ces préoccupations d'impératrice. Une soirée qui aura ainsi su à la fois être agréable, et instructive pour les deux amies.







[Hrp : Ce sera la conclure du rp du coup o/ .]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: La diplomatie, tout un métier (PV Harthea)

Revenir en haut Aller en bas

La diplomatie, tout un métier (PV Harthea)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Vaan [Homme à tout faire]
» Nouveau tier : PU
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Bush, Lula et Haiti: La diplomatie de l'éthanol (H en M)
» Changements tant attendus dans la Diplomatie Haitienne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-