Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

La dame rouge et l'homme doré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: La dame rouge et l'homme doré Jeu 26 Mai 2016 - 17:00

16 février de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne
~1h du matin
Demeure de Crissolorio Ostiz


C’est au creux des ténèbres qu’un bruit sourd se fit entendre, comme si quelque chose venait de tomber durement sur le sol. En fait, c’était justement ce qui venait d’arriver. Une silhouette, se mêlant aux ombres, était apparue de nulle part et elle avait rompu le silence qui régnait. Étourdie, Kälyna n’avait pu maintenir son équilibre et s’était effondrée sur le plancher de bois. Un gémissement s’était échappé de ses lèvres sans qu’elle puisse le retenir. Elle resta immobile et laissa ses esprits reprendre son calme. Le monde cessa de tourner et le marteau finit par arrêter de frapper contre son crâne.

L’or s’habitua lentement à la pénombre et grandit face au constat qui venait de se loger dans son champ de vision. Les ombres qui créaient les meubles, les murs, les objets… Ce n’était pas les siens. Elle n’était pas chez elle, entourée de la verdure de la forêt sombre. Elle était dans une bâtisse humaine… ?! Comment était-elle arrivée là? La réponse fut claire : le retour au sanctuaire n’avait pas fonctionné. Dans sa précipitation, elle s’était dépêchée à faire son sort. Ajoutez à cela la déconcentration qu’elle avait vécue lorsque sa chair avait été transpercée…

Une expression douloureuse peignit ses traits lorsqu’elle voulut se redresser et que son bras lâcha sous son poids. Elle se mordit la lèvre pour lui éviter de crier et de réveiller toute la demeure qui appartenait à elle-ne-savait-pas-trop-qui. En espérant que ce n’était pas à un garde et qu’à simple marchand…

La douleur à sa hanche causée par un projectile n’était plus que l’ombre de ses soucis. Son cœur avait accéléré à la vue de sa blessure et elle refusa de se soumettre à la panique qui voulait l’englober. Une respiration, puis une deuxième. Du calme… Elle devait sortir ce carreau logé dans son avant-bras droit. Elle ne devait pas penser à la douleur associée. Ensuite, lorsque ce sera fait, elle pourra se guérir. Mais d’abord, comment s’y prendre pour enlever le carreau d’une seule main? Et sans faire de bruit pour n'alerter personne...
Revenir en haut Aller en bas
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Ven 27 Mai 2016 - 19:39

Crissolorio était en train de dormir suite à une journée très monopolisante concernant sa tâche de gouverneur, et cela il le faisait jusqu'à ce qu'un bruit lourd se fasse entendre, lié au hérisson qu'il était il ne tarda guère à se réveiller malgré sa non habitude du danger pour tout avouer, quoique plusieurs années en politiciens à la cour théocrate vous apprenez à être très prudent tout compte fait, et si ce bruit n'était pas assez lourd pour qu'un garde dehors l'entende, il l'était assez pour que lui de la pièce d'à côté le perçoive. Et il se rhabilla rapidement suite à cela ce qui ne lui prit que très peu de temps et prit en main sa matraque pour voir ce que c'était. Normalement il appellerait la garde en temps normal si c'était un intrus, mais son intuition disons… Lui disait de ne pas le faire il se retînt donc de cette menu prudence ayant apprit depuis longtemps à faire confiance à ses intuitions, et écouta légèrement à la porte de sa chambre ce que cela pouvait être… Avant de se préparer à entrer.

Il usa de son anneau de lumière pour émettre une légère lueur pour ne pas s'aveugler, et ouvrit la porte calmement matraque en main, espérant ne pas avoir à s'en servir car il n'était pas ni doué en combat, ni du genre à apprécier cela au final. Néanmoins son intuition semblait se confirmer quand il vit le spectacle qui se tenait devant lui de l'autre côté de la porte… Car ce n'était pas un cambrioleur, ou un quelconque gêneur de ce genre qui se tenait devant lui.

« Dame Vallaël ? Je... » Dit-il en la regardant les yeux grand ouverts avant de reprendre rapidement tout son sérieux quand il la vit, oui elle était là ce n'était pas une illusion, pas du tout. Après tout ce temps elle était donc encore vivante, pouvait-on même me dire dans un état acceptable en dehors de… Et Crissolorio sans perdre vraiment sa contenance devant la blessure de la dame eu le teint qui blanchit sensiblement quand il vit la blessure dégoulinante de sang de la dame. Il détourna les yeux en retenant de serrer les dents de dégoût pour se concentrer sur le visage de la dame qui semblait ressentir pleinement la douleur, et prit grandement sur lui pour s'approcher d'elle calmement malgré la blessure qu'elle avait en disant.

« Je ne sais pas ce que vous faîte ici ma dame mais nous ne pouvons pas vous laisser ainsi saigner jusqu'à vous vous vidiez de vôtre sang, avant de faire quoi que ce soit d'autre il va falloir s'occuper de vôtre blessure... » Il envisageait bien entendu d’appeler un guérisseur pour aider, mais il serait dur de faire en sorte que ce dernier tienne la langue sans devoir arriver à faire une action regrettable, il n'était néanmoins pas question de laisser la dame blanche dans cet état car cette blessure était grave… Il n'aimait pas cela, mais il prenait énormément sur lui déjà dégoûté à l'avance de la suite. « Je vais vous aider, laissez moi faire je vais retirer ce carreau de vôtre bras pour vous soigner sauf si vous pouvez le faire vous même suite à cela, je ne suis certes pas un grand mage comme vous, mais je vais faire de mon mieux… Dites moi si cela vous convient... » Dit-il calmement avant d'attendre ensuite son consentement, et s'il l'avait il userait du sort roue de force pour augmenter grandement sa force, et faire ce qu'il avait en tête, soit retirer lui-même ce carreau du bras de dame ce qui allait lui demander énormément d'effort pour essayer de composer avec son aversion du sang pour ne pas tomber malade rien qu'à l'idée de ce qu'il allait faire… Mais la dame blanche était ici, et il était bien le seul à pouvoir l'aider sur l'instant donc il tâcherait de faire de son mieux par respect et estime pour elle. Suite à cela viendrait très bientôt le temps des explications entre autres. Mais d'abord il devez parer aux plus urgents...



Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Mer 1 Juin 2016 - 4:21

Ses oreilles pointues avait perçu le bruit de pas se dirigeant dans sa direction. Sans même s’en rendre compte, Kälyna avait retenu sa respiration et forma le souhait que l’individu rebrousse chemin. Bien sûr, ça ne pouvait pas se passer ainsi. La lumière lui permit de suivre l’évolution de l’homme, ou la femme, qui découvrirait qu’il y avait une intrus dans cette demeure. Et pas n’importe qui : la hors-la-loi, recherchée morte ou vive, Kälyna Vallaël.

Elle se redressa pour s’adosser solidement au mur et se concentra afin de puiser dans la trame qui l’entourait. Qui que ce soit, il alerterait la garde de Fortuna et elle ne pouvait pas laisser passer une telle chose. Sans ses deux bras, elle ne pouvait pas se défendre convenablement contre une armée qui arriverait pour la tuer. Ce malheureux… Ce malchanceux n’était pas au bon moment au bon endroit.

L’air devint glacial dans la pièce tandis que le givre s’accumulait dans sa paume afin de devenir une sphère destructrice. La porte s’ouvrit lentement et l’elfette dut plisser des yeux pour ne pas être complètement aveuglée par la lumière. L’or se posa ensuite sur un homme à la chevelure de neige et aux traits familiers…

« Ostiz?! »

Ce nom, teinté de surprise et de soulagement, s’échappa de ses lèvres noires. La magie de glace s’évapora sur le champ. Non, elle ne comptait pas lui fracasser une boule de glace contre son crâne, pas pour le moment du moins. Comme elle s’y était attendue, le vieil homme était surpris de la voir dans sa demeure. Mais qui ne l’aurait pas été? Elle-même étant la première sur la liste. La douleur peignit son visage blanc sans qu’elle puisse le cacher derrière son masque habituel d’imperturbabilité. Il y avait quand même des limites à ce qu’elle pouvait endurer et un carreau fiché dans le bras en faisait partie.

« Ce n’est pas ici que je voulais être… »

Le fait d’être dans la demeure du dirigeant de Fortuna était due à une erreur. Elle ne donna pas plus détails sur le sujet. Mais la chance avait tourné pour elle d’une certaine façon. C’était probablement le meilleur endroit où être, si on ne comptait pas d’être aux côtés de Verith, car elle connaissait Crissolorio. Sans pour autant dire qu’il était un ami, car Sombréclat ne connait pas l’amitié, il était ce qui s'en rapprochait le plus. Elle pouvait se compter chanceuse dans sa malchance. Il lui proposait de l’aider. Avoir été transportée à son sanctuaire, dans l’antre des renégats, elle n’aurait pu que compter sur elle-même pour s’en sortir. Ce n’était certainement pas ces satanés buveurs de sang qui l’auraient aidée à lui retirer un carreau. Qui sait? Ils auraient peut-être même profité de l’occasion pour lui en balancer davantage.

« J’ai besoin de votre aide pour retirer ce carreau. Je ne peux le faire moi-même. Me soigner ne sera pas un souci. Conservez plutôt votre énergie, Ostiz. »

Oui, elle lui demandait ouvertement son aide. C’était une occasion rare que lui offrait la prêtresse. Suite à cela, elle lui serait redevable et elle le savait.

« Approchez. »

Même mal en point, la dame gardait toujours la prestance et l’autorité qui étaient siennes. Son regard continuait de fixer l’homme, aux aguets, et ses sens scrutaient les alentours. On n’était jamais trop prudent. Elle ne pouvait jamais accorder pleinement sa confiance.

Une sphère lumineuse apparut auprès de la dame devenue rouge par le sang qui tachait son bras et le côté de sa taille. Elle vint se positionner près d’elle et de sa blessure afin de permettre au philosophe de voir quelque chose sans avoir besoin d’utiliser son anneau. Le prochain sort que l’elfette fit fut de faire apparaître à nouveau du givre dans sa main. Cette fois-ci, ce n’était pas dans le but de le balancer à qui que ce soit. Elle posa la glace sur son bras afin de l’engourdir et d’anesthésier la douleur que lui procurerait l’intervention d’Ostiz.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Sam 4 Juin 2016 - 22:10

La surprise avait été commune évidemment, quoique évidemment… Cela voulait donc dire que la dame blanche n'était pas là pour lui, ou car elle aurait su qu'il résidait là, en somme elle était là pour une autre raison, voilà une déduction rapide, et facilement faîte suite aux propos de la grande mage elfique. Mais bon ce n'était pas ce qui le préoccupait le plus en cet instant à vrai dire, mais plutôt la présence même de la dame, la blessure de cette dernière, et le fait qu'il valait mieux que la présence de l'elfe ici ne s'ébruite pas si possible… Pour son bien, et son bien à elle bien entendu.

« Vous m'expliquerez si vous le désirez la raison de vôtre présence ici le moment venue noble dame, d'ici là il va falloir s'assurer de deux trois détails d'importances, par exemple que personne d'autre ne vous remarque ici. » Dit-il avec réflexion après avoir affirmer avant qu'il fallait s'occuper de sa blessure, après tout ce n'était pas une situation simple, et il valait mieux faire les choses soigneusement, et avec prudence.

« Je vais faire de mon mieux, mais je vous préviens je ne suis pas du tout à l'aise avec le sang. » Dit-il franchement quand elle confirma ensuite qu'elle avait besoin de son aide. Encore là il supportait un peu, quoique l'odeur du sang lui irritait l'odorat, et sa présence lui donnait des hauts le cœurs qu'il avait du mal à cacher, mais c'était autre chose de devoir retirer un carreaux d'une plaie dégoulinant de ce liquide infect… Enfin il prit sur lui, et approcha quand elle le demanda en essayant de se dire que ce n'était qu'un mauvais moment à passer, mais son être entier était révulsé par ce sang qu'il allait devoir presque toucher...

Mais il se décida, inspira fort et fit un geste clé pour user du sort roue de force qui décupla sa force physique un temps. Et pendant que le sort faisait effet il posa donc rapidement la main sur le carreau, et le prit fermement tout en faisant un effort pour commencer à extraire ce dernier soigneusement sans s'écarter vivement de dégoût. Encore un grand effort mental plus tard, il referma sa prise sur le carreau qui heureusement était à pointe fine car sinon l'extraction aurait été plus complexe, et retira ce dernier de la plaie dégoûtante avant de le jeter sur le côté dès que ce fut fait, et de s'écarter cette fois-ci maintenant que cela été finit… Et il toussait alors qu'il plongeait sa main dans un bac d'eau proche pour enlever cette substance immonde de ses doigts alors qu'il essayait de chasser de ses pensées ce qu'il venait de faire peu avant… Reprenant avec effort sa contenance au bout de quelques instants il dit calmement en ayant du mal à retenir sa respiration momentanément difficile.

« Désolé j'ai besoin d'un peu de temps. » Ayant débarrassé enfin sa main du sang il reprit alors qu'il essuyait cette dernière, et qu'il reprenait un teint plus normal. Cela tout en désignant une pièce alors qu'il reprennait calmement la parole après ce qui venait de se passer...

« Je vais aller vous attendre dans la pièce d'à côté dame Kalyna, vous n'aurez qu'à m'y rejoindre lorsque vous aurez terminer si vous désirez un peu d'intimité pour finir ce que vous avez à faire avant…. » Dit-il en se rendant dans la dite pièce pour lui laisser un peu d'intimité si elle le désirait, et aussi passait à autre chose et s'éloigner de ce sang au passage.

Il en profita d'ailleurs une fois arrivé dans la pièce pour préparer quelques boissons pour eux deux, et poser un panier de fruit sur une table basse alors qu'il prenait dans ses mains une des potions que lui avait suggérer dame Ambre à l'époque et qu'il faisait préparer toutes les semaines, quelque chose pour lutter contre la nausée… Et il attendit ensuite que la dame le rejoigne en allumant une pipe qu'il fuma légèrement. Réfléchissant déjà la suite pour quand elle viendrait le voir, car il sentait que cela n'allait probablement pas s'arrêter là... Et cette fois-ci il espérait qu'il n'y ait pas trop de sang dans l'équation.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Sam 11 Juin 2016 - 5:44

La hors-la-loi était d’accord avec le dirigeant de Fortuna. Pour le bien des deux, il était préférable que personne ne sache qu’elle était dans sa demeure. Déjà que sa présence s’était fait remarquer à fortuna, merci à ce cher poisson métallique, il valait mieux qu’on croit qu’elle était repartie bien loin. Dans son état, tout ce qu’elle désirait était qu’on la laisse tranquille. En fait, c’était ce qu’elle avait voulu depuis le début. Mais on n’a pas toujours ce que l’on veut, malheureusement.

« Faites ce que vous pouvez. »

C’était la seule directive que Kälyna lui donna. Elle avait besoin de son aide en ce moment et elle ne pouvait pas se permettre de faire sa capricieuse, son arrogante ou lui demander la lune. Elle prendrait toute l’aide qu’il pouvait lui accorder et pour le reste, elle s’arrangerait. C’était aussi simple que cela.

Elle avait tendu son bras rouge vers Crissolorio lorsqu’il fut suffisamment gelé à son goût. En fait, il ne l’était pas, mais elle n’avait pas de temps à perdre. Elle sentait que si elle laissait passer d’autres minutes, que le bourgeois finirait par se défiler. La dame connaissait son aversion envers le sang. Elle l’avait remarquée lorsqu’ils avaient été ensemble dans cette misérable demeure du quartier pauvre de l’ancienne Gloria. Bien que l’écarlate ne l’affectait pas, elle pouvait concevoir que ce n’était pas le cas de tous et ne le jugeait pas sur ce point. Elle avait tant fait couler le sang…

L’or se déposa sur les mains du vieil homme qui venait de se poser sur le carreau. Elle ne comptait pas détourner le regard. C’était sa blessure, sa douleur et son bras. Elle serra les dents en s’attendant au pire et ce n’en était pas loin. La douleur fut saillante. Elle échappa un gémissement qu’elle ne put retenir malgré toute sa volonté et son avant-bras fut enfin libéré! Elle le ramena instinctivement vers elle, pressant la plaie de son autre main devenue rapidement rouge et imbibant sa robe. Heureusement que celle-ci était noire!

Sombréclat suivit du regard le philosophe qui venait de terminer cette lourde tâche pour lui. Elle ne bougea pas et resta silencieuse, attendant simplement qu’il reprenne ses moyens. Il n’avait pas échappé son dernier repas, mais elle avait eu l’impression que ce n’était pas passé bien loin.

« Prenez le temps qu’il vous faut, messire Ostiz. Vous le méritez. »

C’est ce qu’elle avait finalement prononcé et elle acquiesça simplement d’un signe de tête comme quoi elle viendrait le rejoindre plus tard. Elle attendit que la porte se referme complètement et que la seule lumière qui l’éclairait provenait de lux. Un murmure s’éleva dans la pièce pour former un chant. Sous ses doigts, l’elfette ressentait déjà les tissus brisés se reformer et la plaie se refermer. C’était le cas pour sa blessure à la taille également. Quelques instants plus tard, les seuls indices indiquant que la terrible dame avait été blessée étaient le sang sur sa peau blanche et sur ses vêtements, de même que la déchirure qui se trouvait à sa taille. Elle prit soin de réparer magiquement sa robe, mais n’avait malheureusement pas de moyen efficace pour la nettoyer. Elle effaça le rouge de ses membres à l'aide de l'eau. Elle se sentait mieux désormais.

L’idée de partir lui traversa l’esprit. Il n’était pas bon de rester trop longtemps au même endroit. Mais elle se ravisa puisque Crissolorio l’attendait et elle lui devait probablement des explications. Ce n’était que la moindre des choses que de passer discuter avec lui suite à ce qu’il avait fait.

La lumière disparut et l’elfette fut engloutit par les ombres. Ses pas la menèrent gracieusement jusqu’à la porte de la pièce d’à côté. La demeure du maître des lieux était tranquille. Bien, car gérer les alertes et la panique diplomatiquement ainsi que calmement n’était pas son fort.

Elle ne cogna pas et entra simplement en tâchant ensuite de refermer la porte derrière elle sans le moindre bruit. L’or se posa sur le Fortunais qui fumait tranquillement, ravie qu'il soit seul.

« Messire Ostiz. Vous avez mes remerciements quant à votre hospitalité. »

Elle était polie. Normal puisqu’elle estimait le vieil homme et qu’il venait tout juste de lui apporter son aide.

« Je suppose que vous n’ayez prévu qu’une simple conversation banale et que des questions me guettent? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Mar 14 Juin 2016 - 14:57

La dame se montrait compréhensible quand à ses difficultés avec le sang, chose normale au final car il venait de l'aider, mais il appréciait qu'elle ne fasse pas trop attention à cela, Ostiz n'appréciait pas vraiment après tout que les autres soient informés de son aversion du sang, mais la dame avait prouvé être d'une certaine manière tenir se parole donc il ne s'en inquiétait pas particulièrement à son égard à ce sujet, il s'était donc contenté d'un hochement de tête poli à son égard suite à ces propos peu avant de la prévenir, et d'aller l'attendre dans l'autre pièce…

Et le temps qu'elle le rejoigne il réfléchissait donc à tout ceci, après tout toute cette histoire avec sa complexité… Une complexité qui était synonyme de danger pour eux deux, après tout il ne ferait pas bon entre autre que l'empereur des elfes apprenne qu'Ostiz était venu en aide à dame Kalyna, mais ce dernier était confiant dans le fait de faire en sorte que le roi des elfes ne l'apprenne pas, après tout Aegnor Evanealle n'était pas un être omniscient, et donc le tromper restait dans le domaine du possible. Il restait juste à savoir comment, surtout qu'il sentait qu'il devrait un jour où l'autre faire face à l'elfique souverain notamment sur des sujets politiques vu que Fortuna se situait presque au porte du royaume elfique au final...

Et l'idée de continuer à aider la dame blanche était risqué en soit, mais Ostiz devait avouer l'apprécier depuis une certaine époque, et surtout il pensait qu'elle n'était pas aussi mauvaise que bien des armandéens le pensaient, n'avait-elle pas été une des nombreuses victimes de Vraorg le blanc après tout ? De plus il lui devait en partie de s'en être bien sortit à l'époque théocrate, si Vraorg le blanc avait vaincu Ostiz serait après tout devenu seigneur d'une cité, et il aurait été en bonne voie pour réussir aussi. De plus on ne savait jamais, et il préférait garder de bon rapports avec les dames que ce soit par principe, ou par logique. Et puis cela aurait été indigne de sa part d'abandonner une personne qu'il estimait sans essayer de l'aider.

Et la dame ne tarda guère au final à le rejoindre dans la salon où il attendait, cette dernière semblait dans un bien meilleur état comme si elle n'avait jamais été blessée auparavant en vérité, la magie était capable de belles prouesses après tout, et Ostiz en la voyant posa calmement sa pipe sur une petite table de chevet non loin de son fauteuil, et il répondit cordial à la dame.

« J'aurai été un rustre de ne pas vous offrir cette dite hospitalité madame, en souvenir de nos bon rapports d'il y a quelques années. » Dit-il tout à fait conciliant, et puis ils étaient entre gens de bonnes qualités, et il estimait que la dame avait dû disons avoir plus que souffert assez aujourd'hui donc autant tâcher d'être agréable, et poli à son égard, sans oublier que malgré les dernières années, et ce qu'elle avait dû endurer, elle n'avait visiblement rien perdu de sa prestance d'antan. Il reprit d'ailleurs.

« En effet. J'avais quelques questions à vous poser, et aussi peut-être quelques propositions à vous faire... » Dit-il en lui tendant calmement une tasse de thé si elle le désirait avant d'ajouter.

« Je pense que je pourrai par exemple vôtre offrir une certaine forme d'hospitalité à l'avenir ici si vous le désirez, en prenant bien entendu quelques mesures pour que vôtre présence reste secrète pour ne pas arriver par exemple aux oreilles de l'empereur elfique… Si cela vous intéresse en tout cas, et si d'ailleurs vous aviez quoi que ce soit à demander, n'hésitez point, vous êtes mon invité après tout... » Dit-il calmement avant de poser ensuite les questions d'un ton clair, et maîtrisé.

« Et sinons, comment vous portez vous depuis la fin de la guerre ? Je voulais savoir aussi est-ce que pour le moment beaucoup de monde en dehors de moi, et de ceux qui vous ont blessés savent que vous êtes encore en vie ? Et quel est d'ailleurs la raison de vôtre présence ici, et ce qui causé vos blessures… Je suppose que pour ce dernier point je dois m'attendre à en entendre parler assez rapidement ? » Il était seigneur de cette cité après tout, et… « D'ailleurs si L'empereur des elfes est informé du fait que vous avez été temporairement présente à Fortuna risque de s'intéresser à ces histoires… Il va falloir que je me prépare à le berner de ce fait... » Dit-il pensif, c'était un fait car il faudrait gérer avec le souverain elfique certainement, et donc il faudrait s'y préparer...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Mar 21 Juin 2016 - 5:20

Kälyna allait beaucoup mieux. Maintenant qu’elle avait repris sa contenance, si ça n’avait pas allé, elle n’en aurait rien démontré. Actuellement, seule une lueur de fatigue tâchait son regard doré. La bataille contre Christan avait puisé dans ses ressources, la douleur l’avait atteinte mentalement et physiquement puis les soins magiques de guérison également. Mais surtout, l’adrénaline était tombée et sans pour autant dire qu’elle se sentait en sécurité, elle ne se sentait pas menacée.

« En effet, vous m’avez toujours été d’un grand soutien. »

Sa voix était calme et elle avait parlé avec sincérité. Depuis le premier jour où elle l’avait rencontré, jadis à Gloria, il lui avait été serviable. Elle n’avait pas détesté l’avoir à ses côtés puisqu’il avait toujours su faire preuve d’efficacité et qu’il était compétent. Si cela n’avait pas été le cas, elle n’aurait pas pris la peine de le protéger lors de la visite à la demeure à la lueur rouge. Qu’est-ce que la dame pouvait détester les incompétents!

Des questions l’attendaient, bien évidemment. Comment cela aurait-il pu en être autrement? Gracieusement, ses mains blanches vinrent se refermer autour de la tasse de thé qu’on lui offrait et vint s’asseoir dans le fauteuil sans qu’on l’ait officiellement invitée à le faire. Toutefois, la proposition était fortement implicite. Bien sûr, avant de s’installer, elle avait étendu ses sens afin de vérifier la présence de magie. Ne valait-il pas mieux être paranoïaque, mais vivant plutôt qu'empli de trop de confiance et mort? Tandis que l’humain parlait, elle porta la tasse à son nez et en huma le parfum.

« Hmm… »

Nul besoin de mots pour exprimer le sentiment que ce thé lui apportait : réconfort, chaleur et contentement. En effet, l’elfette aimait le thé noir. Était-ce un fait connu? C’était peut-être qu’une simple coïncidence que Crissolorio avait choisi cette sorte là ou peut-être l’avait-il appris avec toutes ces années passées dans la Théocratie? C’était peut-être un piège et l’homme espérait qu’elle se délecte du liquide chaud?! Qu’avait-il mis à l’intérieur? Du poison? Pire une potion de vérité? Malheureusement, c’était devenu dans sa nature de s’attendre au pire. La tasse fut déposée sur la table et elle jeta l’or confiant sur le philosophe. Elle se raidit dans son siège, prenant une posture droite, croisa les jambes puis poser ses mains sur ces dernières.

« L’empereur elfique, Aegnor Evanealle, est un elfe difficile à berner. Il le saura si vous tentez de lui mentir ou de lui cacher quelque chose. S’il cherche des explications, dites-lui simplement la vérité : ma présence est due à un pur hasard. Il était plus utile pour vous de m’aider que de me nuire, de chercher à me capturer ou encore de me tuer. Auriez-vous réellement pris la chance de m’envoyer vos gardes? Vous n’êtes pas fou, messire Ostiz. Ma peau ne mérite pas les risques que vous auriez pris. La reconnaissance qu’il vous aurait fait part n’aurait pas valu tout ce que vous auriez mis en jeu et ce, sans même avoir la certitude de réussir à réellement mettre la main sur l’infâme dame que je suis. Ai-je tort? »

Avec son totem du hibou, il était difficile de mentir à l’Evanealle. Ajoutez à cela la présence de son épouse, la puissante baptistrelle Aramis thredë, qui détecterait rapidement toutes faussetés. Avec des êtres comme eux, il valait mieux ne pas essayer de se cacher derrière des mensonges.

« Vous ne pourrez pas cacher ma présence à Fortuna. Cela ne vaut pas la peine que vous dépensiez énergie et ressources pour cela. Ce cher poisson métallique prendra soin d’apporter cette nouvelle aux oreilles pointues de son altesse et ne manquera certainement pas de lui lécher les bottes au passage. Si ce n’est pas lui, ça en sera un autre. Il y a trop de monde qui m’ait remarquée pour que vous puissiez faire quoi que ce soit. Tout cela parce qu’on n’a pas voulu me laisser tranquille. »

En effet, la dame blanche n’avait pas cherché à apporter le chaos dans la ville du Fortunais.

« Si l’empereur le demande, dites-lui simplement qu’il s’agissait d’un moyen de quérir des informations de ma part. N’est-ce pas ce que vous faites à l’instant, après tout?

Je vais bien. Je vais mal. Qu’importe? En quoi cela vous intéresse-t-il réellement? Vous ne sautilleriez pas de joie à entendre que la vie est un bonheur et vous ne pleurerez pas non plus avec moi. Ce qui est bien certain, c’est que je suis bel et bien en vie. Je compte le rester.

Votre hospitalité est aimable, mais cela est bien trop risqué pour votre statut. Vous êtes le dirigeant de Fortuna. Vous ne pouvez pas inviter une hors-la-loi comme moi à venir prendre refuge chez vous. Je suis consciente du statut qui m’afflige, messire Ostiz. La seule raison logique pour une telle offre que je puisse voir, ce serait pour me piéger plus tard. Ne me dites pas que vous feriez ça au nom de l’amitié.
»
Revenir en haut Aller en bas
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Dim 26 Juin 2016 - 14:10

La dame semblait allait beaucoup mieux allé, après cette impression n'était pas certaine entièrement en tout temps, après tout Ostiz imaginait la dame largement capable de cacher la douleur qu'elle avait, ou ce genre de tracas, après tout elle devait avoir un esprit très fort, surtout au vu de la place qu'elle était arrivée à obtenir par son propre talent en théocratie. Là où ceux qui ne sont ni fort mentalement, ou physiquement ont de fortes chances de périr.

« Chose qui est tout à fait réciproque. » Ajouta t-il d'ailleurs aux propos de la dame lorsque celle-ci dit qu'effectivement il lui avait toujours été d'un grand soutien. Lui aussi après tout avait pu bénéficier de quelques faveurs de la dame blanche, et ces dîtes faveurs s'étaient pour là plupart avéraient utiles. Dans tout les cas il savait qu'il était toujours mieux d'être dans les bonnes grâces de la dame que l'inverse, cela en dépit du fait qu'il avait un certain respect pour elle. Après tout une certaine force, et dignité semblait vivre en Kalyna Vallaël, le problème c'est que ce genre de chose n'était pas évident pour tous, et qu'il se demandait bien de quel étoffe serait fait l'avenir de la dame blanche de ce fait...

Quand au thé noir ce n'était pas du tout un choix conscient fait par Ostiz, disons simplement qu'il avait sortit un thé au hasard qui lui semblait de bonne qualité, et il avait dû faire le bon choix, il devait disposer d'une assez grande gamme de thé, c'était après tout des boissons sans alcools, et franchement en Armanda peu de monde buvait uniquement de l'eau, c'était probablement la boisson du pauvre qui ne peut rien boire d'autre car considéré comme porteuse de maladie souvent, et les paysans eux mêmes boivent surtout de la piquette, Ostiz ne buvant pas d'alcool il avait dû donc se convertir au boissons alcoolisés de ce genre ci.

Mais heureusement il n'avait rien empoissonné, de toute manière il ne l'aurait pas fait, et il s'attendait à ce qu'une mage comme Kalyna Vallaël puisse s'immuniser au poisons par magie, lui-même pouvait le faire pour une grande partie d'entre-eux après tout. En somme Ostiz ne désirait ni la tuer, et n'était pas assez stupide pour penser qu'il aurait pu l'occire aussi facilement s'il en avait été ainsi, non avec la dame il aurait fallut bien plus de subtilité, et encore… Si on était ennemi avec la dame il vaut mieux ne pas prendre de risque, et surtout essayer de prendre ses distances avec elle selon lui, même si heureusement pour sa part ce n'était pas le cas.

« S'il cherche des explications bien entendu, ou se montre trop curieux aussi. Néanmoins s'il y a moyen de passer vaguement ce sujet de conversations sans paraître louche je pense que ce serait mieux, peut-être l'aborder avant à ce sujet-ci de moi-même, et ainsi lui donner l'impression que je le soutien. Lui dire quelques informations évidentes, et générales que tout le monde connaît, et ensuite passer à autre chose comme une conversation sur des accords entre ma cité, et Estellïn. Néanmoins si cela ne suffit pas alors j'irai dans les faits de manière à ne pas paraître suspect non plus, tout cela sans mentir bien entendu. Après tout comme vous le dîtes je n'aurai quasiment eu aucun intérêt à tenter de vous capturer ma dame, surtout que je suis un gouverneur, pas un militaire. » En somme le but ne serait pas de mentir, mais de dire de manière adéquate la vérité. Et sans avoir du tout l'air suspect, en somme l'empereur elfique saurait être un obstacle de taille, mais il pensait pouvoir le penser, après tout il avait bien vécu 3 ans en pleine théocratie, et survécut malgré tout.

« Si je ne peux pas cacher vôtre présence ici, je pourrait peut-être faire en sorte que l'empereur ne sache pas que vous êtes venu ici cette nuit, après tout rien ne pourrait lui faire penser cela, encore moins si je n'insinue rien en ce sens-ci. Néanmoins je ne pourrai rien faire si c'est son épouse baptistrelle décide de lire dans mon esprit, donc je devrai voir selon la situation. Et ile st probable en effet qu'il sera difficile de lui cacher quoi que ce soit. » De toute manière il n'avait au fond pas envie du tout qu'une baptistrelle fouille son esprit. Mais heureusement ce n'était pas une chose courante aux dernières nouvelles…

« Mais vôtre idée me paraît elle aussi bonne pour avoir les faveurs de cet elfe. Si je lui dit que j'ai fait cela pour obtenir des informations, il pensera que je le soutiens dans son entreprise, et cela me mettre hors de cause pour une quelconque accusation de sa part. » Après tout comme le précisait la dame, il ne ferait que dire la vérité.

« Je demandai juste par politesse, mais vous avez raison ce qui importe au final est la situation présente. » Ajouta t-il ensuite quand aux paroles de la dame sur le fait qu'elle aille bien, ou non. Avant de poursuivre calmement.

« Oh si vous saviez ma dame le nombre de choses que l'on pourrait me reprocher… Mais je comprend vos inquiétudes, et surtout le fait que vôtre intérêt n'est pas de résider ici un temps, néanmoins je peux faire quelque chose pour vous... » Dit-il calmement en se relevant avant d'ajouter. « Si vous avez besoins de quelconques effets, provisions, ou autres biens de ce genre je pourrai vous en fournir je pense, bien entendu rien de trop expansifs, mais si cela peut vous permettre de ne pas avoir à faire un arrêt dans une ville au risque de vous faire capturer, cela sera à la fois dans vôtre intérêt, et le mien d'une certaine manière. Après tout vous avez une dette envers moi, et j'apprécierai qu'elle soit remboursée à l'avenir, j'ai donc moi aussi tout intérêt à ce que vous restiez en vie d'ici là si la simple amitié ne vous suffit pas comme justification à cette aide. » Acheva t-il donc avec rélfexion si jamais la dame avait besoin d'une raison quand à ses agissements autre que le respect.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Dim 3 Juil 2016 - 5:14

L’or de Kälyna recouvrait l’homme, attentif et sans la moindre émotion. Elle était bien calme et aucun sourire n’ornait son visage blanc, ce qui n’était pas bien différent de l’habitude. Elle l’écoutait parler et analysait ce qu’il disait. Certes, il était normal que Fortuna fasse affaire avec Estëllin et donc son empereur. Malgré toute cette hargne qu’elle avait envers ce peuple, elle reconnaissait l’influence que l’on gagnait lorsqu’on avait les elfes à nos côtés. Ceux-ci avaient également de nombreuses connaissances, ressources et cultures qui différaient grandement des humains, ce qui les complémentait bien.

« Faites comme bon vous semble. Si vous n’étiez pas bon orateur, vous n’en seriez pas là où vous en êtes aujourd’hui à gouverner une cité telle que Fortuna. Je crois que vous n’aurez pas de mal à tirer profit de cette situation. »

L’elfette savait que le vieil homme était compétent. C’est d’ailleurs pour l’une de ces raisons qu’elle l’appréciait puisqu’avec lui, les projets s’accomplissaient. Elle détestait les belles paroles pleines de promesses qui ne menaient à rien.

« En effet, il ne faut pas sous-estimer la batistrelle Aramis Thredë, car elle détectera immédiatement tout mensonge de votre part. Pire, elle pourra lire en vous comme dans un livre ouvert. Mais bien que puissante, elle est liée par le serment qu’elle a fait jadis. Je ne serais pas peiné de la voir perdre tous ses pouvoirs, mais en attendant, je préfère savoir qu’elle ne désire pas ma mort. Ce serait contraire à ses principes. En effet, je l’ai rencontrée dernièrement au domaine baptistrel et comme vous pouvez le constater, je suis toujours vivante. Même indirectement, je ne crois pas qu’elle puisse causer la mort d’autrui. En tout cas, c’est un drôle de couple ces deux-là. Certes, bien puissant. Mais l’Evanealle a désormais une jolie chaîne pour l’empêcher de causer des guerres, des conflits, du sang… »

À voir si le vent et l’éclair finiraient par former un orage. L’ancienne prêtresse de Vraorg croisa ses doigts puis posa ses mains sur sa robe maintenant réparée. Ils n’étaient pas là pour parler de la royauté, mais plutôt pour discuter des circonstances de sa présence. Il piqua sa curiosité avec ses paroles. Que pouvait-il faire pour elle?

« Cette proposition est bien aimable de votre part. Je ne puis vous demander quoi que ce soit, vous avez déjà fait beaucoup pour moi. »

Cela fut sa réponse, aussi simple soit-elle. Le fond de sa pensée était différent. La vérité était qu’elle était fatiguée de son combat contre Christan, que l’adrénaline s’était depuis longtemps évanouie et que ses soins l’avaient drainée. Mais sinon, ça allait. Et bien sûr, elle n’avouerait pas ses faiblesses à autrui.

Sombréclat échappa un petit rire qui vint enfin rompre son expression de marbre. La façon dont Crissolorio avait apporté qu’elle avait une dette envers lui semblait l’avoir amusée.

« Je me rappelle, jadis, d’avoir empêché une bâtisse de vous broyer les os ou encore, d’avoir chassé les blessures qui vous importunaient. Or, je ne me rappelle point vous avoir demandé quoi que ce soit en échange. »

Kälyna avait repris son air sérieux. Son regard analysait la réaction du philosophe.

« Mais bien sûr, je suis une personne d’honneur et donc, je respecterai mes engagements. Alors, cher Crissolorio, que désirez-vous d’une personne telle que moi? »

En effet, ce pouvait être contraire à l’image que la terrible dame donnait. Elle n’était pas bonne, aimable, altruiste, généreuse, etc. Détrompez-vous, elle n’hésiterait pas à tuer ou à faire du tort pour son pur plaisir, par nécessité ou pour toutes raisons. Toutefois, elle portait une grande importance aux promesses qu’elle donnait et comptait autant de la part des autres.

« S’il y a quelqu’un qui vous dérange ou vous nuit, je pourrais m’occuper que ce ne soit plus le cas. Ce n’est pas ma réputation qui en sera tâchée. »

Revenir en haut Aller en bas
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Lun 4 Juil 2016 - 21:50

Oui il pensait pouvoir se débrouiller avec l'empereur des elfes, il devrait par contre se montrer très vigilant pour que ce dernier ne voit pas clair dans son stratagème, et dans ce qui avait pu se passer auparavant ici. De plus il serait souvent amené à traiter avec l'empereur des elfes à l'avenir, et savoir comment s'y prendre avec ce dernier serait essentiel pour la prospérité de sa cité par rapport à Estellïn, les elfes n'étaient peut-être pas nombreux, mais Fortuna était encore petite, de plus il valait toujours mieux avoir de bon rapports avec ses voisins, sans oublier que les elfes ne vendaient pas du tout des produits de mauvaises qualités…

« L'empereur des elfes ne me paraît pas être quelqu'un de si complexe que cela, bien entendu c'est un elfe avec les traits fréquents chez son peuple, mais ses agissements, et son comportement d'empereur mettent bien en avant des priorités, et une grande partie son caractère, il suffit ensuite de savoir jouer de cela pour aller où je le désire. » Ostiz était doué pour cerner les gens qu'importe leurs peuples, un talent inhérent à son totem hérisson à son firmament et auquel personne n'échappait vraiment, pour tout dire il avait même une légère idée de celui de la dame sans avoir chercher plus que cela à la cerner véritablement. Et ce n'était pas quelque chose donné à tous de pouvoir se faire ne serait-ce qu'une idée du tempérament de la mystérieuse dame blanche.

« Il faudra donc que je m'adapte si jamais l'impératrice vient me rendre visite avec son mari pour négocier des accords entre Estellïn, et Fortuna. Je comptai d'ailleurs glisser au cour de la discussion avec l'empereur elfique si la situation le permet un pacte de non agression… Si jamais une guerre venait à être déclarer entre Aldaria, et Gloria il aurait ainsi les mains liés au sujet de ma cité, et n'irait pas tenter de l'assiéger pour soutenir Aldaria. Je ne dit pas après qu'il y aura forcément guerre, mais je préfère prendre quelques mesures de sécurité dans ce sens-ci car on ne sait jamais... » Dit-il d'un ton maîtrisé comme un stratège qui avait toujours 3 coups en avance sur ses adversaires, et c'était a peu près cela, Ostiz était un homme très patient, et prévoyant… De plus il voulait préserver Fortuna du fléau d'une éventuelle guerre, car cette cité resplendirait si elle y arrivait, et une guerre ne pouvait que mettre en difficulté une cité donc l'économie se basée sur le commerce, même si la forteresse de Fortuna se trouvant non loin comptait assez de militaire dans ses rangs pour protéger le Nord. En somme c'était un plan très réfléchit qu'il tenterait de mettre en œuvre quand l'empereur du beau peuple sera là...

Quand à la dame cette dernière répondit poliment qu'elle ne pouvait lui demander quoi que ce soit car il avait déjà fait beaucoup pour elle, soit. Pensa t-il en hochant calmement la tête aux propos de Kalyna, si telle était la volonté de cette dernière, alors que cette dernière soit respectait, mais elle saurait à qui s'adressait si jamais elle avait besoin d'une quelconque aide, dans la mesure du possible bien entendu… Même s'il savait aussi que la dame avait elle aussi un caractère fière, et que c'était le genre de personne à paraître forte en tout circonstance même si cela n'était qu'un mensonge, pour exemple elle venait de sortir il n'y a pas si longtemps d'un affrontement fatiguant visiblement...

Et à la réponse de la dame quand au fait qu'elle lui avait sauvé la vie dans le passé il sourit imperceptiblement, et reprit habile.

« Vous faîtes bien de le rappeler madame, et c'est pour cela justement que je serai toujours prêt à vous venir en aide, le remboursement de ma dette ? Le fait que vous aurez mon soutien en tout temps si besoin. Bien entendu dans la mesure du possible, considérez donc si vous le désirez que c'est une faveur que vous me faîte là, et non le remboursement de quoi que ce soit. Et veuillez m'excuser de mon éventuelle impolitesse, sachez qu'un Ostiz rembourse toujours ses dettes, et j'espère vous le prouvez encore à l'avenir. » Dit-il tout à fait conciliant, avant de réfléchir aux propos suivants de Kalyna...

Car la dame lui avait demandé ce qu'une personne comme elle pourrait faire pour lui, question sérieuse, et légitime s'il en est… Surtout qu'une personne comme elle devait sans doute pouvoir faire beaucoup de choses. Et donc il fallait bien y réfléchir, mais il n'était pas sûr après que ce soit forcément le fait qu'elle puisse faire disparaître quelqu'un qui l'intéresse réellement… Quoiqu'il était toujours envisageable de réfléchir à cette possibilité, et quand il eut une idée, il exposa donc sa demande à dame Vallaël.

« Je n'ai pas véritablement d'ennemis aussi embarrassants à l'heure actuelle, mais les choses pourraient changer à l'avenir… Néanmoins je voulais en vérité vous demander des informations sur les politiciens elfiques notables, notamment Elenya Ataliel, Aegnor Evanealle, Harthea Thaïdforodren, et tout ceux qui vous semblent d'importances dame Vallaël, de quoi savoir a peu près qui ils sont véritablement en dehors du personnage politique, ce qu'ils pourraient avoir à cacher aux non elfes, de quoi déduire comment traiter avec eux pour qu'ils aillent dans le sens que je désire lors de mes futurs rapports politiques avec ces derniers... » Acheva t-il de dire en parfait homme politique, après tout connaître ses adversaires étaient souvent le meilleur moyen d'en triompher si on pouvait qualifier ces elfes d'adversaires pour lui bien entendu...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Mar 12 Juil 2016 - 5:28

Avec la blancheur qui était sienne, on aurait dit que Crissolorio s’adressait à une statue. En effet, Kälyna restait immobile sans la moindre expression. La seule chose que l’on pouvait voir bouger était son regard qu’elle déplaçait de temps à autre. Parfois, elle donnait l’impression qu’elle n’écoutait pas. Mais c’était tout le contraire, la dame était très attentive à ce qui se passait dans cette pièce et même dans les autres pièces. Son attention n’était pas seulement tournée vers le vieil homme, mais aussi contre tout ce qui se passait dans sa demeure. Elle n’avait toujours pas baissé la garde et surveillait tout bruit suspect.

Elle brisait quelques fois son immobilité en acquiesçant d’un signe de tête aux paroles du philosophe. En général, elle était d’accord avec lui et n’avait rien à ajouter. Elle connaissait ses talents de politiciens et savait qu’il saurait s’en tirer avec l’empereur elfique ou peu importe la personne. Il n’était pas une personne à sous-estimer et en réalité, il valait mieux ne pas l’avoir comme ennemi.

L’ancienne prêtresse de Vraorg ne fit aucun commentaire à propos de son projet de négocier des accords entre Estëllin et Fortuna. Tout d’abord, ça ne la concernait pas. Ensuite, c’était le dernier de ses soucis de savoir que les humains, les elfes ou les vampires partiraient en guerre. Même qu’en réalité, elle trouverait peut-être ça drôle. Une ombre tacha ses pensées lorsque l’image de Mëryl lui apparut. Elle l’effaça puis se reconcentra sur Crissolorio.

En cet instant, les gens pouvaient être chanceux de ne pas être considérés comme étant l’ennemi du Glorien. Il aurait suffi qu’il désigne simplement quelqu’un, bon ou mauvais, et cette personne aurait disparu de l’existence d’Armanda. La terrible dame s’en serait assurée. Mais c’est quelque chose qu’il désirait.

« Très bien. »

Une étincelle s’alluma dans son regard doré. Ne disait-on pas que la connaissance était la meilleure des armes? Un léger sourire vint même se dessiner sur ses lèvres noires.

« Commençons par ce cher Aegnor Evanealle, fils de Naraën et d’Eäriel Evanealle. Il est plutôt jeune pour être empereur, du haut de ses deux siècles, et la vérité est qu’il ne désirait pas ce rôle. Au début, du moins. Lorsque Galadrielle Evanealle, sa tante et précédente impératrice, a décidé de renoncé à ce rôle suite à la naissance de ses enfants, cet événement a créé un grand chaos parmi les elfes. Comme vous devez le savoir, Galadrielle était très aimée de son peuple et avec son neveu qui ne voulait pas du trône, les elfes se sont divisés en deux parties. Il y avait ceux qui soutenaient Aegnor, croyant fermement que ce devait être lui à prendre ce rôle, et ceux qui soutenaient plutôt Eliwyr Meraennon, aimant de l’impératrice. Contrairement à Aegnor, ce dernier prenait les mesures nécessaires pour prendre en main ce poste. Il était apprécié. C’est seulement à sa mort, à la bataille de l’Aube Rouge, que le jeune Evanealle a décidé de suivre la voie qui lui était destinée. Qui sait où les elfes en seraient aujourd’hui si Meraennon n’avait pas succombé cette journée-là. Depuis, c’est Aegnor l’empereur et tous ne sont pas d’accord avec sa façon de faire. Plusieurs elfes le trouvent trop ouvert aux autres peuples. Comme vous devez le savoir, les elfes n’aiment pas se mêler aux autres et n’apprécient pas le changement. »

Kälyna parlait lentement sans la moindre difficulté à s’exprimer. Même si elle n’avait finalement pas été au sein du conseil elfique et malgré son caractère solitaire suite à l’accident dans sa jeunesse, elle avait suivi les événements politiques sans prendre position sur le sujet. Elle s’arrêta dans son discours, la bouche devenue sèche. La tasse de thé noir qu’elle avait laissée sur la table lui faisait énormément de l’œil. Elle se permit ce risque calculé, prenant soin de s’immuniser d’abord au poison, puis porta le liquide qu’elle aimait tant à ses lèvres. Si ce n’était un moment de pur bonheur, ça s’en rapprochait et elle put difficilement le cacher. Elle déposa la tasse à nouveau, scella son regard à celui d’Ostiz puis poursuivit d’étaler les informations qu’elle connaissait.

Il s’avéra que Kälyna était une mine d’informations. Après tout, son âge avancé lui permettait d’avoir connu Aegnor Evanealle, Harthea Thaidforodren et Elenya Ataliel dès leur naissance. Elle n’avait malheureusement pas de secrets croustillants à leur sujet puisqu’elle ne les connaissait pas personnellement. Ils n’étaient pas ses amis, ils étaient seulement ses ennemis. Toutefois, elle pouvait nommer leur rôle qu’ils avaient eu au sein de la forêt elfique et ce qu’ils étaient devenus depuis. Avec sa bonne mémoire, elle était capable de décrire l’effet de leur totem, leur caractère et même de donner leur description physique si le vieil homme en avait de besoin.

La tasse de thé était vide lorsque la dame blanche cessa de raconter ce qu’elle savait sur un elfe influent du conseil. Bien sûr, elle n’évoqua jamais l’existence de la conseillère Mëryl et qui elle était par rapport à elle.

« Messire Ostiz, je suis certaine que vous saurez faire bon usage des informations que je vous ai données. Je crois avoir respecté ma part du marché et de ce fait, je ne vous dois plus rien désormais. Je pense maintenant vous laisser puisque nous avons réglé nos comptes. »
Revenir en haut Aller en bas
Crissolorio Ostiz
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 7

Modérateur
Régent de Gloria

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Jeu 14 Juil 2016 - 15:19

Il savait bien une chose, si Kalyna Vallaël avait pu être aussi haut placé dans la théocratie d'antan malgré le fait que ce soit une elfe ce n'était pas pour une mauvaise raison, Vraorg le blanc avait méprisé les elfes de tout son cœur à l'époque, et vampires et humains auraient eu bien plus de chance d'obtenir une position équivalente à celle de l'ancienne prêtresse mais non c'était une elfe, elle qui avait obtenue ce poste. Rien que cela signifiait qu'elle possédait une certaine astuce, et surtout une certaine compétence qu'il ne valait mieux pas sous-estimer, que ce soit en tant qu'ennemi, ou en tant qu'allié...

Pour sa part en tout cas il préférait avoir l'estime de la dame à défaut d'avoir son amitié, car être l'ennemi de la dame blanche n'était certainement pas une bonne chose, elle faisait après tout partit de ses personnes avec qui il valait mieux s'entendre, et à défaut de cela l'ignorer pour ne pas risquer sa colère. Il na la jugeait ni mauvaise en soit, ni quoi que ce soit du genre mais il savait où il valait mieux se mettre avec elle.

Et heureusement en effet pour ceux qui auraient pu être potentiellement ses ennemis que ce ne soit pas le cas actuellement car sinon il n'aurait guère donné cher de ces derniers, il y a quelques années de cela à bien y réfléchir il aurait sans doute jeter un certain Falkire en pâture à la dame blanche, mais maintenant que la paix été tombé sur Armanda pour le moment Ostiz n'avait plus de réel intérêt à faire ainsi, surtout que si l'autre arrivait encore à en sortir vivant il le soupçonnerait certainement… Même si à ce stade de chance il se poserait des questions au sujet de ce Matis. Néanmoins ce serait une possibilité à l'avenir si l'actuel commandant Glorien se faisait trop embêtant pour lui.

Mais pour le moment dans tout les cas la dame allait lui faire part d'informations intéressante comme semblait l'annoncer le léger sourire de cette dernière, et c'est donc avec une attention respectueuse, et méritée que Crissolorio écouta les dires de la dame… Car malgré le fait que ces derniers ne renfermaient aucun secret très gênants, ou croustillants sur ces personnes, ils n'étaient pas en manque d'informations intéressantes sur les dits personnes qui permettraient à Ostiz de tirer sans doute un premier portait plus, ou moins exacte du caractère de ces derniers avec une certaine déduction, et réflexion...

Ainsi il apprenait les prénoms des parents de l'empereur elfique, information sympathique, mais pas si utile contrairement au reste. Oui un empereur jeune qui en plus ne voulait pas être empereur, du moins à l'origine… Et sa nomination suite à la naissances enfants de l'impératrice précédente avait causé un certains chaos. Oui cela il l'avait su, et il se doutait que même aujourd'hui il devait encore y avoir des elfes ne trouvant pas leur empereur actuel à leurs goûts certainement, même si cela avait dû en partie changer grâce à ses accomplissements de ces dernières années…

Et l'empereur actuel devait donc sa nomination à ce poste à la mort de son prédécesseur qui avait au les faveurs de l'ancienne impératrice elfique… Intéressant oui, très intéressant. Cela l'aidait déjà à bien à cerner encore davantage le personnage qui ne devait donc pas être un elfe désirant le pouvoir pour le pouvoir, mais le faisant pour son peuple… Et il était considéré comme trop ouvert par certains elfes, en somme il ne faisait pas l'unanimité, et il gouvernait visiblement au nom du devoir, et d'un certain idéal moral, et d'une certaine autorité… Il avait visiblement très bien fait de demander cela à la dame car ainsi il saurait sans doute quoi faire avec l'empereur des elfes pour que ce dernier ne lui pose pas trop de problèmes…

Quand aux autres politiciens dont lui parlait la dame il y avait de tout, ainsi il apprenait que la dame Elenya semblait plus fermé d'esprit, et moins ouverte aux autres peuples que l'empereur elfique, de plus son père avait été tué par un vampire expliquant ainsi une certaine haine de cette elfe à l'égard de ses derniers. Quand à Harthea cela était différent, mais il se disait que cela ne manquait pas d'intérêt non plus, certes elle était loin d'être aussi bien placé que l'empereur elfique, et les conseillers elfiques, mais elle aussi pourrait être un atout de choix à l'avenir. Oui il faudrait qu'il s'intéresse à chacun de ces elfes, et organise sans doute une rencontre avec chacun d'entre-eux car il était confiants quand à la possibilité de pouvoir tirer parti de ceci… Cela demanderait certes patience, et jugeote mais il ne manquait dans les faits d'aucun des deux donc il n'avait point peur d'échouer dans son entreprise.

Et il laissa la dame à loisir boire son thé quand cette dernière le désirait, après tout celui lui laissait au passage un peu de temps pour réfléchir à ce qu'elle lui disait tout en ficelant déjà l'allure de quelques plans astucieux dans son esprit. Ainsi que le déroulement certains possibles rencontres, et manières d'approcher ces elfes, et de gagner leurs sympathies, et leurs soutiens ce qui serait fort utile dans un avenir proche… Il était certain que la dame devait se douter qu'il allait user des informations à son profit, après tout elle était assez intelligente pour le savoir, et pour quelle autre raison aurait-il demandé cela ? Quand il s'agissait de politique Crissolorio ne laissait jamais rien au hasard. Et en parlant de cela la dame avait finit de lui dire ce qu'elle avait à dire, et annona son probable départ prochain, et à tout cela il répondit cordial après un court instant de silence.

« Et je ne peux que vous remercier de ces informations intéressantes dame Kalyna. Et vous souhaitez une bonne continuation en espérant que ce ne soit pas la dernière fois que nous nous croiserons, mais avant vôtre départ j'aimerai vous proposer quelque chose… Une possibilité disons. » Dit-il calmement avant d'exposer ensuite cette dernière.

« Il y a un ancien repaire de brigand à l'Ouest de la cité, ce dernier est dissimulé dans un bois dans une sorte de grotte aménagé pour pouvoir y vivre avec un confort acceptable. Je suis le seul à connaître son emplacement à l'heure actuelle car je m'en sert pour certaines raisons, et si à l'avenir vous désiriez trouvez là-bas une sorte de refuge temporaire, ou me voir pour concerter quelque peu sur les événements politiques actuels du continent… Voyez-vous vous êtes une politicienne d'une rare qualité, et je suis prêt disons à récompenser vôtre éventuelle aide madame si vous acceptiez cette proposition consistant à venir de temps en temps là-bas pour que me donner vôtre avis sur ce genre de sujet. Et je saurai récompenser à sa juste valeur vôtre compétence, et talent en vous rendant service de multiples façons en retour. Et bien entendu je comprendrai sur l'instant vous ayez besoin d'y réfléchir, et vous laisse tout le temps nécessaire pour le faire, mais sachez que si cela présente un certain intérêt pour vous pour ma part je reste toujours ouvert à cette accord, sur ce... »

Il se leva, et s'inclina à la manière elfique devant la dame pour témoigner de sa politesse, avant de dire en elfique juste après… Par politesse, et en témoignage de son respect.

« Puisse l'avenir vous être favorable dame blanche, et si jamais vous aviez besoin d'un peu de repos avant de partir je ne vous empêcherait point de vous reposer un peu ici dame Vallaël. Dans tout les cas sachez que cela aura été un plaisir comme toujours de converser avec vous. » Et pour tout avouer il lui faisait une certaine surprise car cela faisait dans les faits des années que Ostiz s'était sérieusement penché sur l'apprentissage de l'elfique, ayant même bénéficier d'amis elfiques tels Aldaron Triade, et de certains professeurs pour l'aider notamment en théocratie, et donc si son elfique n'était pas parfait, car il avait encore des progrès à faire, celui-ci était plus qu'honorable, et il était même arrivé à reproduire convenablement en bonne partie l'accent chantant des elfes. Pour ne pas gâcher la prononciation de cette noble langue avec un accent humain lourdaud. Néanmoins il ne comptait pas laisser son apprentissage de l'elfique au point mort ici, et comptait bien encore le poursuivre à l'avenir pour l'améliorer.



Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré Jeu 21 Juil 2016 - 3:55

Crissolorio était satisfait des informations que lui donna la dame blanche et celle-ci acquiesça simplement d’un signe de tête. Kälyna avait raconté ce qu’elle savait sur ces importants elfes et ce que l’homme comptait faire avec cela ne lui importait guère. Tout ce qui l’importait c’était qu’elle avait respecté sa parole et qu’elle avait gardé le lien qu’elle avait avec le bourgeois. Elle ne voulait pas l’appeler « ami », mais n’empêche qu’elle appréciait qu’il ne la considère pas comme une ennemie. Cette relation lui serait certainement utile dans un avenir plus ou moins proche. Malgré toutes les richesses du monde, le vrai pouvoir réside dans les personnes. Après tout, à quoi servirait l’or s’il n’y avait personne pour l’échanger?

« Un ancien repère de bandits, vous dites? »

Un service contre un autre, voilà ce que le Fortunais proposait. Pourquoi pas? Tant et aussi longtemps qu’elle n’avait pas à mettre sa vie en danger, elle ne voyait pas de soucis à le revoir en d’autres circonstances.

« Cela peut être utile, en effet. Je garde en note de cet endroit. Nous nous reverrons certainement, messire Ostiz. »

Là-bas ou ailleurs, leur chemin se croiserait à nouveau. C’était une certitude qu’elle avait. À son tour, elle se leva et poliment, répondit à son salut en faisant de même. Kälyna n’était pas étonnée de voir qu’il connaissait les coutumes de son ancien peuple. Elle fut surprise par sa maîtrise du langage, mais ne le démontra pas.

« Je vous remercie pour votre hospitalité. Si vous m’offrez un peu de repos, alors il serait impoli de ma part de refuser votre offre. »

Oui, c’était sa façon à elle de dire qu’elle avait besoin de se reposer et qu’elle acceptait sa proposition. Elle laissa l’homme la conduire aux appartements qui seraient siens pour la nuit.

« Surtout, que personne n’entre sans y avoir été invité. Vous compris, messire Ostiz. Il est dangereux de déranger une dame qui se repose. »

En effet, aussitôt que la porte s’était refermée, l’elfette s’était assuré que le lieu était sécuritaire. Elle l'avait d'autant plus sécurisé à l’aide d’innombrables pièges magiques. Kälyna avait dormi et avant que le jour se lève, elle avait quitté sans laisser la moindre trace qu’un individu avait visité le seigneur des lieux.


[Je conclus là-dessus. Merci pour le RP ! ♥ ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: La dame rouge et l'homme doré

Revenir en haut Aller en bas

La dame rouge et l'homme doré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Et un entraînement avec la Dame Rouge, un! [99/00]
» Le Pacte Rouge (PV L'Homme d'Acier)
» Dame Rouge contre Dame Grise [PV Ketsueki]
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth
» [Terminé] [Quête] Rouge tomate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-