Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mar 17 Mai 2016 - 19:27

19 août de l'an 7 d’Obsidienne
7h le matin.

Une fois n'était pas coutume, Orfraie semblait agacée. Les lèvres pincées et les sourcils froncés, elle se dirigeait vraisemblablement vers la suite impériale, trois domestiques sur ses talons. Contrairement à l'ordinaire – lorsqu'elle n'était pas en service – la vampiresse ne portait pas de longues tuniques Elfiques mais des vêtements plus légers et près du corps qui permettait de deviner les formes avantageuses de l'ancienne princesse. Bien entendu, l'utilité première était tout autre : il s'agissait de vêtement suffisamment léger pour ne pas suffoquer lors d'efforts physiques plus ou moins intenses. La vampire avait d'ailleurs coiffé ses cheveux de telle façon qu'ils ne la gênent pas : trois tresses de chaque côté de sa tête et une plus grosse qui retenaient les mèches du dessus de son crâne. Une bonne partie de sa longue chevelure demeurait libre, mais son visage était parfaitement dégagé. Enfin, elle ne portait aucune arme. Du moins en apparence ! En vérité, elle portait ses protections d'avant-bras en mithril sur lesquels se trouvaient des lames cachées. Des armes de facture Alayienne au combien pratique.

Si Orfraie avait l'air si contrariée alors qu'elle prenait la direction des appartements de la Régente, c'est parce que depuis quelques jours quelque chose avait changé : elle se souvenait. Grâce à Aramis, Impératrice des Elfes et accessoirement sa meilleure amie, Orfraie se souvenait. Toutefois, les choses étaient un peu plus complexes… en vérité, l'Ancestrale se souvenait d'une vie qu'elle savait être la sienne tout en ayant l'impression qu'il s'agissait de celle d'une autre. Quelque part, cela était d'ailleurs vrais : c'était la vie d'une version antérieur d'elle même. Mais quoi qu'il en était, en ayant retrouvée ces souvenirs, Orfraie s'était rendue compte que la jeune Luna lui avait dissimulé des choses, une chose en particulier : elle avait partagé un moment de tendresse intense il y a deux ans. Cela aurait pu paraître anodin si seulement la vampire n'était pas attirée par le corps et le sang de la régente comme un papillon par la lumière. Maintenant, elle s'en doutait très fortement, c'était de cette étreinte et des sentiments qu'elle avait nourrit pour Luna par le passé qu'elle se retrouvait tant attirée par le sang et le corps de la jeune femme. Ou au moins il y avait un lien... Pour son plus grand malheur ! En effet, se tenir près d'elle était une torture et un combat de tout les instants. Un seul faux pas, un seul instant d'égarement et ses crocs se retrouveraient plantés dans sa gorge frêle et fragile et… au combien attirante !

L'ancestrale pénétra donc à la suite des servantes, un seau en bois dans la main. Elle avait fait très attention en le transportant jusqu'ici, car le précieux liquide qu'il contenait aller grandement lui servir. Tandis qu'une servante ouvrait les rideaux et qu'une autre préparait les vêtements de Luna – des vêtements pratiques et légers – la vampire s'approcha du lit, où l'humaine dormait encore paisiblement. Elle l'observa quelques instants, soulagée de ne pas trouver Enetari couchée à côté d'elle. Son regard bleu roi parcourut les courbes de ses épaules qui n'étaient pas couvertes par les draps. Tant d’innocence sur ce visage… Sans plus attendre, l'immortelle renversa le contenu du seau sur la silhouette endormie qui – à son plus grand plaisir – se redressa instantanément. L'eau glacée avait fait son effet et Luna se trouvait désormais assise dans son lit, en tenue de nuit – ô combien transparente à cause de l'eau ! - et haletante. Orfraie se fit violence pour détourner son regard du vêtement trempé et de ce qu'il ne pouvait plus dissimuler car collant à la peau probablement délicieusement douce de Luna.

Sans douceur, la vampire laissa tomber le seau au sol et croisa les bras sur sa poitrine, le regard et la posture distante. Seul un sourire qui dévoilait ses crocs – fort heureusement les servantes étaient toutes dans son dos – pouvait rassurer un peu Luna sur ses intentions… Ou pas.

« Debout, tu as 10 minutes pour me retrouver dans la cour. » Lui ordonna Orfraie avant de se détourner et s'éloigner afin de l'aider à s'habiller. « Ne sois pas en retard où je viens moi-même te chercher par la peau du cou. »



@Luna Duruisseau





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #


Dernière édition par Orfraie Ataliel le Mar 7 Juin 2016 - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Ven 20 Mai 2016 - 20:42

Le ciel était d’un bleu éclatant et le soleil faisait miroiter les écailles d’Alkhytis. Malgré son aile atrophiée, le dragon pouvait voler sans la moindre difficulté avec une Luna se trouvant sur son dos sans la moindre selle. Il était encore petit pour un dragon, mais ce n’était pas un souci. Il n’y avait pas de limites aux nuages. Ils se les appropriaient et s’y posaient pour se coucher confortablement dans la ouate. Une balle moelleuse se forma entre ses mains et elle l’envoya directement dans la tronche de son ami. Son rire cristallin résonna face à l’expression du cuivré et elle l’intima d’essayer de la rattraper. Ce fut une course effrénée qui débuta, sautillant de nuage en nuage…

PAF!

Le choc réveilla la régente instantanément et le sommeil qui aurait dû se loger dans ses yeux disparut aussi tôt. Ça, c’était une technique efficace pour la réveiller… Technique qu’elle n’avait pas spécialement appréciée et qui avait mis ses sens en alerte face à un danger imminent. Sa main avait glissé instinctivement sous son oreiller à la recherche d’un objet pointu s’y cachant, main qui le relâchant pour venir plutôt se placer sur son cœur qui battait la chamade. Un soupir de soulagement s’échappa de sa bouche lorsque l’azur croisa le regard de sa capitaine écarlate. L’incompréhension la plus totale se dessina sur son visage jusqu’à ce qu’Orfraie brise le silence.

- Huh? Marqua-t-elle.

Oui, ce fut sa réponse et elle avait parfaitement compris les paroles de la vampire. C’était… si soudain! Ce n’était pas son genre d’arriver à l’improviste pour lui balancer de l’eau froide au visage et de lui donner des ordres aussi sèchement. Son cœur reprit finalement un rythme normal et le stress tomba. Il n’y avait pas de quoi s’inquiéter… Enfin, si, mais ça elle l’ignorait.

- Tu ne blagues pas, hein? Dit-elle en lâchant un bâillement et en s’étirant. Non, elle était sérieuse. Bon. D’accord, laisse-moi deux minutes. Poursuivit-elle et dont un autre bâillement s’était joint à ses mots.

Elle avait tassé sa couverture. Involontairement, les courbes de son corps de jeune femme devenaient plus visibles, accentuées par le fait que sa robe de nuit lui collait à la peau.

- Laissez-moi m’habiller seule. Je n’ai pas besoin de votre aide. Lança-t-elle, particulièrement à l’intention des servantes.

Ce n’est pas parce qu’elle était devenue régente qu’elle avait perdu ses capacités de s’habiller. En tout cas, c’est de cette façon que la petite lune pensait. Si c’était un bal ou événement important, c’était une autre histoire. Mais pour vêtir les vêtements simples, légers et confortables qui étaient posés pour elle, elle se sentait capable d’y arriver seule!

Elle attendit avec instance que les gens quittent sa chambre avant de se lever… plusieurs minutes plus tard. L’idée de se recoucher lui avait traversé l’esprit, mais avec son lit mouillé et l’Esprit de l’Impatience qui semblait avoir pris possession du corps d’Orfraie, ça ne lui semblait pas une sage idée. Elle retira sa robe de nuit trempée et la posa sur une chaise. Elle enfila ensuite les vêtements qu’on avait préparés pour elle et passa rapidement un coup de brosse dans sa tignasse dorée qu’elle monta en couette.

Plusieurs minutes plus tard qu’elle n’avait pas pris la peine de calculer, Luna sortit enfin. Elle laissa le plaisir aux servantes d’entrer dans sa chambre pour la remettre en ordre. D’un pas nonchalant, elle alla rejoindre Orfraie.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Ven 20 Mai 2016 - 23:43

Le réveil fut … Violent. Orfraie était satisfaite de son effet. Elle avait eu une excellente idée ! Cela avait eu le don de la détendre et de réveiller Luna. Enfin, plus ou moins car la jeune femme peinait à se réveiller complètement semblait-il.

La vampire haussa un sourcil lorsque la Régente suggéra que tout ceci était une blague. L'expression de la Liée de Feu ne laissait plus de place au doute : elle était très sérieuse. Cela suffit apparemment à Luna, qui accepta enfin de quitter son lit. Toutefois, avant de s'éloigner pour laisser la Régente d'habiller, le regard bleu roi s'attarda sur les courbes dévoilées par inadvertance. L'envie de la piéger dans ce lit pour lui faire des choses peu recommandable fut grande, la vampire du donc se faire violence pour quitter la chambre.

L'immortelle alla donc se poster devant l'une des larges fenêtres des appartements de Luna, observant la ville à l'extérieure. Aldaria se réveillait doucement. La habitants les plus matinaux sortaient déjà de leurs demeures pour aller au marché afin d'y acheter de quoi préparer le repas du midi. Des enfants courraient également ça et là, ne s'éloignant guère de la maison de leurs parents toutefois. Orfraie sourit devant ce tableau tandis qu'elle entendait les servantes quitter la chambre, la Régente souhaitant s'habiller seule.
Ce que Luna ignorait c'était que son délais arrivait à sa fin. Orfraie lui avait promit de venir la chercher par la peau du cou pour l'emmener dehors et ce qu'elle allait faire. La vampire entendit Luna arriver et, déjà, elle était sur elle. « J'avais dis dix minutes. Tu en as pris onze. »

Sans attendre de réponse, la vampire souleva la jeune femme comme si elle ne pesait rien et la posa sur son épaule droite, sur le ventre. La tête en bas dans le dos d'Orfraie, Luna fut transportée sans ménagement jusqu'au terrain d’entraînement et tout ce qu'elle pu dire n'eut aucun effet sur l'immortelle, si ce n'est l'amuser.
Toutefois, sur le chemin, elles ne croisèrent pas âme qui vive. Cela pouvait paraître étrange, mais en vérité l'ancestrale avait emprunté un chemin peu habituel afin d'épargner l'humiliation total à Luna. Elle était la régente, tout de même, et devait donc garder la face.

Sans ménagement, Orfraie déposa son fardeau. Elles étaient au terrain d’entraînement des Lames Écarlate et plus précisément au niveau de l'imposant parcours d'obstacle qui s'y trouvait. Au vue de l'heure, le temps était encore frais mais cela allait sans nul doute changer au court de la journée et l'air allait se réchauffer.

La vampire toisa longuement la jeune femme, puis ramena ses mains dans son dos. Parfaitement droite et observant la jeune Régente de toute sa hauteur, Orfraie baissa à peine les yeux pour la regarder. « Tu es jeune. Tu es inconsciente. Tu es égoïstes. » Commença la Vampire d'un ton dur, levant la main pour empêcher la jeune femme de la couper. « En juillet, tu as pris des risques inconsidérés en imposant ta présence lorsque nous sommes aller enquêter sur les disparitions. Tu es la Régente. A ce titre, tu ne peux pas te mettre en danger en allant battre la campagne comme bon te semble. Si tu meurs, c'est tout un Royaume qui en subira les conséquences. » L'Ancestrale se tut le temps que chacun de ses mots pénètrent l'esprit de la jeune femme. Elle reprit ensuite, toujours sur ce même ton. « Tu as fais d'Enetari ton garde personnel. Vous êtes amantes. » La vampire esquissa un sourire sans joie, dévoilant ses crocs. « N'essaie pas de nier. » fit-elle en tapotant son nez d'un air entendu, indiquant par ce geste que son flair ne la trompait pas.« Si elle est en danger alors qu'elle doit veiller sur toi, tu accours. En juillet, j'ai du t'empêcher de te jeter sur un piège à loup. C'est très honorable de ta part, mais une fois de plus, ce serait prendre des risques. Des risques qui peuvent mener un groupe entier à sa perte. Que feras tu le jour où Enetari sera en danger de mort ? » Cette fois, la vampire soupira en passant une main dans sa longue chevelure. « Je ne peux pas changer qui tu es et ta façon de réagir. Je peux toutefois veiller sur toi et sur elle lorsqu'elle est là, comme je l'ai déjà fais. Je peux aussi te préparer, t’entraîner. » Poursuivit l'ancienne princesse. « Si la Régente veut battre la campagne, si la Régente veut risquer sa vie… Alors la Régente doit être prête à la défendre seule. La Régente doit être préparée. » Martela Orfraie en se penchant vers Luna qu'elle avait jusqu'ici dominée du haut de son mètre quatre vingt-dix. « C'est pourquoi nous sommes ici ce matin. Ton entraînement commence maintenant par vingt minutes de courses à pied.  » Un sourire naquit sur ses lèvres alors qu'elle se redressait, dévoilant une paire de crocs. « Et j'ai d'autres seau d'eau pour te motiver. Aller, en route soldat. Je te suis. »





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Jeu 26 Mai 2016 - 0:52

Ce regard bleu glacier, froid et sévère… dont elle voulait plonger longuement. Malgré toute cette impatience qui colorait son visage, Luna ne put s’empêcher de penser que l’elfette était belle. Cette expression colérique n’amoindrissait pas ses atouts et ne l’enlaidissait pas. Oh que non!

Mais quelque chose changea ses pensées, ravivant l’indignation dans son esprit. Ce n’est plus à la beauté qu’elle pensait, mais au grand désir de retrouver la terre ferme. Elle aspirait à la liberté! Et c’est certainement en gigotant, en vain, qu’elle le démontra à sa lame écarlate qui venait de la transformer en vulgaire poche de patates. Elle se débattit pendant quelques minutes, chignant à l’elfe de la libérer pour finalement abandonner lorsqu’elle réalisa qu’elle n’était qu’une plume se battant contre un rocher. Le bon côté, c’est que de la façon dont elle était placée, elle avait une bonne vue sur… le plancher, bien sûr! De cette première épreuve, la princesse des lumières fut toutefois reconnaissante envers sa ravisseuse de ne pas entacher sa dignité. Elles étaient finalement sorties pour se retrouver seules sur le terrain d’entraînement. Il n’y avait personne d’autre et celui-ci avait semblait avoir le nom de Luna bien gravé pour la journée.

Une fois à terre, la jeune femme ouvrit la bouche pour rouspéter, mais elle se ravisa lorsqu’elle croisa le regard de la vampire. Il y avait quelque chose qui clochait, sans savoir quoi exactement. Ça devait être sa propre frustration qui lui donnait cette impression? Après tout, elle n’était toujours pas d’accord sur la façon dont on venait de la traiter pour un simple une minute de retard. Comme si elle avait réellement compté toutes ces secondes! Il y avait aussi cette distance… Jamais elle n’avait connu Orfraie aussi froide et sévère.

Mais tout lui parut clair tout d’un coup : elle s’inquiétait pour elle. Ses yeux s’ouvrirent grands face à ce constat et un sourire gêné se dessina sur son visage. Elle était sincèrement désolée pour sa témérité. C’était plus fort qu’elle! Elle voulut prendre la parole pour s’excuser, mais elle laissa la capitaine parler. Non, il ne fallait pas l’interrompre. Malgré sa tête dure, elle ne pouvait pas nier ses torts. Orfraie avait raison : l’expédition en juillet avait été une folie pour la régente qu’elle était. Elle avait encore plus raison lorsqu’elle disait qu’elle avait choisi sa garde du corps parce qu’elle l’aimait et que cet amour affectait justement son jugement lorsqu’il était question d’Enetari. D’ailleurs… Il n’était pas seulement question d’Enetari. Luna, et elle le savait, ne réfléchissait plus lorsqu’un proche était en danger. C’était plus fort qu’elle : le bien des autres avant le sien. La preuve était, notamment, lorsqu’elle avait sauvé Matis d’une mort certaine pour finalement se retrouver dans les griffes d’Aldakin.

Téméraire, distraite, probablement trop courageuse… Oui, c’était tout un cocktail explosif pour une jeune femme. Heureusement, elle avait une Orfraie qui avait à cœur sa santé et qui tenait à elle. C’était pour son bien qu’elle faisait ça... Parce que, justement, elle l’avait énormément inquiétée. N'était-ce pas la seule et unique raison?

- Oui, capitaine! S’écria-t-elle en lui faisant un salut militaire.

Un sourire s’était dessiné sur ses lèvres et elle s’était mise à la course. De son temps de soldate, elle avait souvent couru. Il faut dire que depuis qu’elle était passée régente, la paresse l’avait quelque peu gagnée et elle ne s’entraînait plus aussi rigoureusement qu’avant.
C’est ainsi qu’elle courut et courut… Gardant la cadence avec Orfraie à ses côtés qui, nécessairement, n’allait pas au maximum de ses capacités.

- Je suis désolée, Orfraie… Prononça-t-elle, entre deux souffles. Tu as raison. J’ai été inconsciente. Poursuivit-elle.

La petite lune avait parfois du mal à reconnaître ses torts, mais lorsqu’ils étaient fondées, elle n’avait pas de mal à s’excuser non plus. C’était un peu contradictoire, mais bon. C’était une balance entre l’orgueil et le respect.

Au bout de la moitié du parcours, la fatigue s’était déjà emparée de ses poumons et de ses jambes. Sa vitesse diminua de plus en plus et sous le regard sévère de son entraîneur, elle n’abandonna pas. Était-ce de la triche que d’utiliser de la magie en même temps? En tout cas, ce fut un réflexe pour Luna de passer rapidement un doigt de chaque côté de son nez. Ses poumons l’en remercièrent et son énergie regagnée, la soldate courut et courut encore jusqu’à ce que les vingt minutes sonnèrent.





Spoiler:
 








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Jeu 26 Mai 2016 - 16:03

La jeune Luna semblait avoir compris les intentions d’Orfraie. Du moins, une partie de ces intentions… La jeune régente était bel et bien dans le vrai lorsqu’elle imagina que la Lame Eclarte faisait cela pour son propre bien. L’Ataliel s’inquiétait réellement pour sa protégée et tenait à la préparer… Mais, bientôt, la jeune femme se rendrait compte qu’il y avait autre chose. Elle allait comprendre que quelque chose clochait entre elles… Et mieux valait qu’elle s’en rende compte tôt que tard, bien que cela serait moins drôle pour Orfraie… Cette dernière avait concocté un programme qui allait montrer à Luna l’étendue de ses lacunes et… La torturer un peu. Pour le plus grand plaisir de la vampiresse.

Finalement, à la fin de sa tirade, Luna réagit comme l’ancienne générale s’en était doutée : elle acquiesça, consciente que c’était pour son bien et totalement inconsciente de la froide colère d’Orfraie. En même temps, l’ancienne princesse avait toujours été connue pour son flegme et de son calme, même sur les nerfs. Peu de gens étaient en mesure de témoigner de ses vraies colères, celle où elle haussait le ton. La dernière en date avait été pour Aegnor très récemment, toutefois. L’Ataliel avait alors balancé – avec une grande violence – tout ce qu’elle avait sur le cœur sans prendre le moindre gant. La pauvre rambarde du balcon s’en souvenait encore.

Après un salut militaire, Luna se mit enfin à courir. Son rythme était correct car après tout elle restait une soldate. Toutefois, elle n’allait pas bien vite aux yeux de la vampiresse qui, pour sa part, était loin d’être à son maximum. Mais l’Ataliel ne pouvait pas demander à Luna d’égaler ses capacités, c’était impossible. Dragonnière ou non, soldate ou non, la régente restait humaine. Ainsi, Orfraie entendit rapidement la fréquence cardiaque de la petite lune augmenter et son souffle se faire plus court.
Au bout d’un moment, Luna brisa le silence pour s’excuser. Il n’était pas conseiller de parler lorsqu’on courrait en risque d’avoir un point de côté, mais ces excuses étaient bienvenues : la jeune femme reconnaissait ses torts, comprenait qu’elle ne pouvait agir ainsi à sa guise alors que tant de gens comptaient et dépendaient d’elle. Orfraie, pour sa part, n’avait plus besoin de respirer depuis sa renaissance. C’était là un avantage d’être immortelle.
« Tu le reconnais et cela est déjà un bon point. Mais tu n’échapperas pas à cet entrainement. Ni au suivant. »

Les deux femmes poursuivirent leur course. Toutefois, Orfraie sentait que Luna peinait à maintenir le rythme et, indubitablement, celle-ci commença à ralentir. La vampiresse lui lança un sévère regard qui signifiait « On ne s’arrête pas. » et la jeune femme fit preuve de ténacité. Toutefois, alors qu’elles arrivaient à la fin du parcours, l’Ataliel nota l’utilisation de la magie pour se donner des forces. C’était une bonne technique en soit et un réflexe que tous guerrier pouvait avoir, mais dans le cas présent cela agaça Orfraie – probablement plus que de raison – qui ne laissa donc pas un seul instant de répit à sa protégée lorsqu’elles s’arrêtèrent au bout de vingt minutes. « Et sans la magie, qu’est-ce que cela donne ? Une régente qui s’étale au bout de dix minutes ? » Fit Orfraie, dure et sarcastique en haussant un sourcil. Elle eut toutefois la bonté de lancer son outre infinie – qu’elle avait sorti de sa sacoche – à Luna afin que celle-ci se désaltère. « L’énergie magique est précieuse, je pense que tu le sais aussi bien que moi. Si tu étais entrainé tu n’aurais pas besoin de la gâcher pour si peu. La régente serait-elle une feignasse au point d’être incapable de courir vingt minutes ? Je serais curieuse de voir ce que cela peut donner en arme et en armure… » Conclu l’ancienne générale avec froideur, récupérant par la même occasion la gourde qu’elle rangea dans sa sacoche. Elle indique ensuite à Luna de la suivre vers le parcours du combattant.
Ce parcours était amplement réalisable pour quelqu’un dans une bonne forme physique, tel un soldat. Les Lames venaient souvent s’entrainer ici, mais ils n’étaient pas les seuls.
« Voici le parcours du combattant. Ton prochain objectif est d’en venir à bout le plus rapidement possible sans utiliser la magie. Je ne te lâcherais pas temps que tu n’en auras pas franchi la ligne d’arrivée. Il est composé de vingt obstacles sur une distance d’un demi kilomètre. Rien d’insurmontable. »

Sur ces dernières paroles, Orfraie s’élança afin de montrer à Luna comment s’y prendre. Le premier obstacle était une échelle de corde de cinq mètres de hauteur. La vampire la gravit rapidement. Une fois au sommet, elle prit appui sur la poutre et fit un salto arrière. Elle retomba sur ses pieds, cinq mètres plus bas, sur un tas de terre bien tassé. D’un geste, elle invita Luna à se lancer.





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Ven 27 Mai 2016 - 23:03

La course avait fini par prendre fin et Luna s’était arrêtée. Depuis qu’elle avait utilisé la magie, son cœur et ses poumons allaient mieux. Elle avait l’impression qu’elle aurait pu courir longtemps et plus longtemps encore. Heureusement, qu’elle aimait bien cette activité d’ailleurs. Mais le regard froid et sévère d’Orfraie lui indiqua que quelque chose n’allait pas et la jeune femme déglutit difficilement, sans même savoir ce qu’elle avait fait de mal. Elle était peut-être naïve, mais elle n’était pas dupe au point de se voiler la face à ce sujet.

- Ah! Euh… Balbutia-t-elle.

Luna se tut par elle-même, n’ajoutant rien qui pouvait attiser l’indignation chez l’elfette. C’était donc l’utilisation de la magie qui était problématique. Le souci, c’était qu’elle ne s’en était même pas rendue compte. Ses doigts avaient bougé en geste-clé sans même qu’elle n’ait y à penser Elle se mordit la lèvre, écoutant son entraîneuse qui, somme toute, n’avait pas tort. Sans magie, l’ancienne soldate n’aurait pas fait long feu. C’était probablement la chose sur laquelle elle se basait le plus et elle faisait partie intégrante de sa vie. Elle l’utilisait constamment pour pallier à ses faiblesses. Elle n’était pas très forte physiquement et tout son équipement était léger, réellement ou à l’aide d’enchantements. Sans magie, que ferait-elle? Cet entraînement le montrerait bien...

- D’accord. Désolée… murmura-t-elle lentement. Parfois, c’est plus fort que moi. Je n’ai même plus à y penser. Je vais essayer de faire attention. Promis. Expliqua-t-elle.

Un sourire à sa chère Orfraie pour lui montrer qu’elle était sincère et… peut-être… la faire sourire un peu aussi? Elle était beaucoup trop sérieuse à son goût. Elle n’était pas comme à l’habitude, mais peut-être que c’était son look d’Entraîneuse Flamboyante. Après tout, elle ne connaissait pas ce côté de sa personnalité.

D’un geste habille, Luna avait attrapé l’outre et avait étanché sa soif. N’ayant encore rien mangé, cela lui fit du bien de remplir son estomac. Qu’est-ce qu’elle avait chaud! Et le soleil n’était même pas encore bien haut dans le ciel en plus. La chaleur d’août était terrible. Un peu plus, c’était Esfelia! Bon d’accord… Elle exagérait pas mal avec cette pensée. Avant de remettre la gourde, elle en profita pour faire tomber légèrement le contenu sur sa tête et sur sa nuque. Ce n’était pas comme si c’était du gaspillage malgré les petites gouttes qui tombaient sur son débardeur et ses pantalons beiges. La petite humaine avait remarqué que la vampiresse avait la même outre magique qu’elle et la pensée qu’elle n’en avait même pas besoin ne lui traversa même pas l’esprit.

Docilement, l’ancienne soldate suivit la princesse des Ombres jusqu’au fameux parcours du combattant. Elle resta figée pendant quelques secondes à fixer le parcours avec de grands points d’interrogations dans les yeux.

- Euuuh… J’ai jamais fait ça, moi.

Il était facile de deviner ce qu’on attendait de certains obstacles, mais pour d’autres… Ça paraissait plutôt obscur pour Luna. C’était peut-être le standard chez un guerrier de faire tout cela et de savoir comment s’y prendre. Mais le réel entraînement de l’ancienne soldate avait débuté dans le désert où on acceptait presque tous volontaires et que les moyens ne permettaient pas d’avoir un parcours aussi sophistiqué. Les dunes de sable avaient été son principal obstacle.

- D’accord! J’y arriverai! S’exclama-t-elle suite aux explications d’Orfraie.

La princesse des lumières n’en était pas aussi sûre que laissait entendre sa voix. Mais il était certain qu’elle allait faire de son mieux. Non, elle allait réussir! Il n’y avait pas d’essais qui tiennent!

Le premier obstacle semblait plutôt simple à voir comment son entraîneuse se débrouillait. À son tour, elle s’élança et gravit l’échelle. Puis tout en haut, sans même y penser, elle sauta en bas. Elle atterrit sur ses pieds sans le moindre heurt. C’est après qu’elle réalisa que sans ses bottes, elle se serait probablement cassée quelque chose.

- J’ai pas fait exprès! S’élança-t-elle en excuses. Elles sont enchantées… J’y ai pas pensé.

Elle désigna ses bottes sur lesquelles on pouvait découvrir de petites ailes, d’ailleurs. Ce n’était pas dans son intention de faire fâcher son amie.

- Je les retire, si tu veux…

Les garder pouvait signifier un grand avantage dans un tel parcours à obstacles.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Sam 28 Mai 2016 - 0:44

Orfraie était dure, elle le savait. La Liée de Feu ôtait, l'un après l'autre, chacun des atouts de Luna. Elle voulait que la jeune femme comprenne qu'elle ne pouvait, parfois, compter que sur elle-même et les capacités de son corps. La Vampiresse était peut-être dure, sûrement un peu injustement, mais elle ne faisait pas tout cela pour le seul plaisir de voir Luna « souffrir ». Il y avait bel et bien une finalité. Le reste n'était que bonus.

Luna faisait preuve d'énormément de bonne volonté. La Princesse des Ombres était loin d'être sympathique avec la jeune femme. Une fois n'était pas coutume, Orfraie était dure et intransigeante, elle ne laissait rien passait et n'offrait que très peu de répit à la régente.
Sans surprise, celle-ci n'avait jamais réalisé un parcours d’obstacle digne de ce nom. Qu'elle ne l'ait pas fait par le passé n'avait rien de très étonnant : après tout Luna n'avait que vingt ans. Ce serait l'occasion de voir de quoi elle était capable, de voir si elle était suffisamment endurante sans la magie, ce dont Orfraie doutait, bien entendu. A dire vrai, elle s'attendait à la voir s'écrouler avant les deux cent cinquante mètres, soit la moitié du parcours.

Le premier obstacle était très facile. Il ne s'agissait, après tout, que de monter et descendre une échelle de corde. Après avoir donné l'exemple, Orfraie observa donc la jeune femme s'y essayait. Toutefois, la vampiresse fut contrariée lorsque Luna usa de la magie – même involontairement – pour sauter et se réceptionner sans mal cinq mètres plus bas. Cela était impossible pour un Homme, Orfraie le savait, et ses sourcils s'arquèrent dangereusement. Toutefois, Luna s'exclama – avant que la Capitaine ait le temps d'ouvrir la bouche – qu'elle ne l'avait pas fait exprès. Elle lui proposa ensuite de les retirer… Cela fit naître un sourire peu rassurant sur les lèvres de l'Immortelle, qui croisa ses bras sur sa poitrine en désignant les bottes du bout de l'index. « Fais donc. » lui dit-elle sans la lâcher du regard, quelques mèches flamboyantes tombant devant ses yeux. Une fois que la jeune femme fut pied nus, Orfraie se mit sur une jambe et retira ses bottes l'une après l'autre.
« Il faut tout de même que cela reste équitable. » Lui expliqua-t-elle en remontant légèrement le bas de son pantalon jusqu'en bas de ses genoux. Si Luna l'observait avec attention, peut être noterait-elle la présence d’une cicatrice sur l'arrière de son mollet gauche, fine et plus blanche que le reste de sa peau.

L'obstacle suivant consistait en deux outres parallèles, l’une d’un mètre et l'autre d'un mètre quarante. Orfraie s'élança la première, pieds nus, et leva la jambe droite. Le pied sur la première poutre, elle n'eut qu'à donner une impulsion pour atteindre la deuxième et se laisser tomber de l'autre côté. Elle se retourna ensuite pour observer Luna. La suite du parcours fut relativement simple, les obstacles n'étaient pas haut et il n'y avait rien à grimper. Luna se permit même une petite cabriole sur une poutre basse à traverser en équilibre, faisant discrètement sourire l'ancienne princesse.

Les choses se compliquèrent lorsque Luna dû gravir une seconde échelle. Monter ne fut guère un problème mais lorsqu’elle fut en haut, la régente perdit l'équilibre en voulant aller trop vite. La vampiresse fut prompte à réagir et parvint à cueillir Luna au creux de ses bras, lui évitant ainsi de se casser une jambe.
« Ne confond pas vitesse et précipitation. Je ne serais pas toujours là pour te rattraper. » La sermonna l'ancienne générale d'une voix froide en la délivrant de ses bras.

Le soleil commençait doucement mais sûrement à être haut dans le ciel et, indubitablement, Orfraie avait chaud. Sa condition de vampire n'aidant pas, l'ancienne princesse prit finalement le temps de se débarrasser de sa tunique qu'elle rangea dans la sacoche qu'elle portait à la ceinture, ne lui restant alors qu'un top ajusté couvrant seulement l'essentiel. A son cou, Luna pouvait parfaitement voir le collier qu'elle lui avait offert. En descendant vers ses abdominaux, elle remarquerait alors plusieurs fines cicatrices semblant récentes : il ne s’agissait ni plus ni moins des coups qui avaient failli avoir raison d'elle quelques mois plus tôt. Alors que Luna s'évertuait à passer un obstacle – un genre de table de deux mètres de haut par-dessus laquelle elle devait passer – Orfraie sortit son outre infinie et en renversa une certaine quantité sur sa tête. Elle se sentit immédiatement mieux même si ses cheveux et ses vêtements lui collaient désormais à la peau, permettant de deviner sans mal ses courbes. Elle termina par attacher sa très longue chevelure pour dégager sa nuque.

Se sentant bien mieux – d'autant que le très léger vent la rafraîchissait encore davantage – Orfraie revint près de Luna, qui n'arrivait absolument pas à passer l'obstacle. L'eau s'écoulait en une multitude de gouttelettes sur la peau claire de l'immortelle lorsque celle-ci vint tout simplement pousser la régente, posant sans vergogne ses mains sur son arrière train pour l'aider à se hisser.
« Du nerf, soldat ! Il va falloir muscler ces fesses. » Lui assena-t-elle de ce ton toujours froid mais désormais également moqueur.

Lorsque la régente parvint enfin à se hisser, la vampire était déjà près de l'obstacle suivant, offrant son dos nu à Luna, un dos qui avait été marqué par la guerre comme en témoignait une nouvelle cicatrice, tout aussi fine et blanchâtre que celle de son mollet. Avec aisance, l’immortelle sauta l’obstacle qui consistait en une simple poutre d'un peu moins d'un mètre.







Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mar 31 Mai 2016 - 5:22

Les pieds de Luna se mêlèrent à l’herbe et la sensation fut agréable. Qu’est-ce qu’elle aimait courir pieds nus dans la nature et ressentir la terre sous ses orteils. Mais l’azur traduisit ses craintes : ce n’était pas un moment pour jouer. La peau se frotterait au parcours tandis qu’elle tenterait de le vaincre. Serait-elle suffisamment résistante ou s’imbiberait-elle de sang d’ici la fin des obstacles? La jeune femme ignorait la réponse et elle espérait que ça irait. Pas le choix, car le regard bleu royal d’Orfraie lui indiquait qu’il était inenvisageable de se défiler. Elle avait d’ailleurs elle aussi retiré ses bottes pour faire preuve de ce qu’on appelait « l’équité ». Mais y avait-il seulement quelque chose d’équitable entre une puissante vampiresse et une simple humaine? Ce n’était pas le moment de philosopher sur la question, les obstacles s’impatientaient!

À chaque épreuve, l’entraîneuse flamboyante passait en premier pour montrer à la régente comment on devait s’y prendre. Elle s’installait ensuite en retrait pour observer son élève faire, ne manquant pas de lui indiquer ce qu’elle faisait d’incorrect ou de la convier à recommencer un obstacle du début. La petite avait su quand même bien se débrouiller pour les premiers obstacles. Sauter par-dessus des choses ne lui posait pas trop de problèmes, surtout lorsqu’elle pouvait miser sur son agilité au lieu de la force brute. Elle s’était d’ailleurs permise de faire une roue sur un billot de bois et de finir en beauté avec une pirouette, lançant un sourire à son amie qui ne lui avait malheureusement pas rendu. Certains obstacles étaient plus difficiles, par exemple celle où il fallait ramper sous un fil de métal ou encore grimper sur des poutres, mais la princesse des lumières restait persévérante sous le regard sévère d’Orfraie. Prise séparément, chaque épreuve, ou presque, était surmontable. Mais c’est lorsqu’on les combinait une à une que la fatigue s’y mêlait avec joie. Luna n’était pas forte physiquement et elle n’était pas endurante non plus. Ses muscles lui faisaient déjà mal, ses poumons demandaient un répit et son cœur voulait perforer sa cage thoracique. Qu’est-ce qu’elle avait chaud sous ce soleil brûlant d’été! Elle n’en pouvait plus… et pourtant, elle continuait de faire des efforts, autant par orgueil que sous les encouragements de son entraîneuse qui ne voulait pas la voir lâcher. Mais elle avait ses limites et elle s’en approchait dangereusement…

L’ancienne lame écarlate s’était écroulée dans l’herbe, quémandant de l’eau et un moment de répit. Qu’est-ce qu’elle avait chaud! Elle sentait ses forces s’enfuir. Peut-être si elle avait eu quelque chose sous la dent, elle aurait été énergique plus longtemps, qui sait? En tout cas, l’outre qu’on lui avait balancée signifiait qu’elle avait droit à sa pause de trente secondes. Elle avait alors vidé l’outre magique en quelques secondes, terminant en s’aspergeant le visage et le cou. Elle avait dû se relever rapidement et reprendre le parcours : ordre de l’entraîneuse!

Quelques obstacles plus tard…

- Ah! S’était-elle écriée.

Son pied avait dérapé et ses mains avaient lâché prise. Le sol, cinq mètres plus bas, s’était approché dangereusement et la jeune humaine s’était déjà imaginé le « crac » qui retentirait à l’impact. Mais rien… Au lieu, des bras solides s’étaient refermés autour d’elle et le soulagement l’avait conquise. Elle avait serré Orfraie fortement et avait fini par se décrocher suite à un sermon de la liée de feu ainsi qu’une demande implicite de reprendre le boulot. C’est donc ce qu’elle avait fait et avait couru jusqu’à la prochaine épreuve où il fallait passer sous un obstacle puis passer par-dessus l’autre.

Essayant de se hisser par-dessus une planche par la force de ses bras, l’océan n’avait pas raté l’elfette qui retirait des couches de vêtements pour ne garder qu’un top séduisant. Son regard détailla les lignes dessinées sur sa peau et elle se mordit la lèvre. Était-ce sa mémoire qui lui jouait des tours? Non… La lueur des étoiles n’avait révélé aucune balafre de ce genre. Certes, les souvenirs de ses combats avaient laissé des marques sur elle, mais celles-là, elle pouvait jurer qu’elles étaient nouvelles. D’ailleurs, elle ne lui avait jamais demandé comment elle avait eu ses cicatrices sur son visage…

Ses pensées furent arrêtées par des mains, pas aussi délicates qu’elle l’aurait voulu, qui lui poussèrent l’arrière-train afin de l’aider à grimper sur l’étrange table en bois. Elle sentit les muscles de ses bras chauffer sous le travail malgré la poussée, mais parvint finalement à se hisser. Elle n’avait pas encore sauté en bas que la dame enflammée était déjà prête pour la suite. Ne se fatiguait-elle jamais…?! Luna se permit deux secondes supplémentaires pour l’observer et les marques dans son dos lui soulevèrent également des questions. Mais ce n’était pas le temps de les poser, il fallait continuer…

C’était un large trou sur lequel il fallait sauter. Normalement, ça n’aurait pas causé de soucis à la jeune femme. Mais ses jambes étaient fatiguées et l’image d’elle en train de se casser les dents sur le rebord lui traversa l’esprit. Elle se prit un élan et sauta. Elle atterrit de justesse et maintint son équilibre pour ne pas tomber. Ouf!

- Je n’en peux plus… Orfraie, tu vas me tuer. Se plaignit la petite lune. De l’eau, je t’en prie. Demanda-t-elle.

Mais pas question d’arrêter plus que quelques secondes, bien sûr. Vint alors l’obstacle où il fallait traverser un mur puis sortir d’un fossé en angle. C’est difficilement qu’elle y parvint. La gamine était au bout de ses forces. Malgré toute l’eau qu’on pouvait lui offrir, sa bouche était devenue aussi sèche que le désert d’Esfélia en plein jour. Elle grimpa, de peine et de misère, à un mur de deux mètres de haut. Orfraie avait-elle remarqué la teinte rougeâtre qui avait remplacé son teint normalement très pâle? Luna avait l’impression que son sang bouillait dans ses veines. Sa respiration toujours saccadée et son rythme cardiaque battant la chamade, elle sauta au fond d’un fossé profond de plus de deux mètres. L’humaine sauta, ses doigts s’accrochèrent à la paroi… Ses forces l’abandonnèrent et elle s’écroula au fond du trou.

- J’en peux plus… souffla-t-elle entre deux respirations difficiles.

La tête lui tournait un peu. L’ombre au fond lui faisait du bien. Elle ne voulait plus bouger… Ou elle ne pouvait plus bouger. La frontière entre les deux était difficile à déterminer.

La grenouille aurait aimé faire tomber la pluie. En cet instant, elle aurait fait une croix sur ses principes et modifier la température pour son propre confort. Mais même pour ça, elle doutait avoir suffisamment d’énergie.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mar 31 Mai 2016 - 9:47

Intransigeante, Orfraie ne laissait que trop peu de répit à la jeune Luna… et elle le savait. La vampiresse n'était pas une imbécile au point de ne pas connaître les limites du corps humain : elle savait très bien que Luna faiblissait de minute en minute. Son ouïe de lièvre lui rapportait la cacophonie de son coeur, qui battait si vite dans sa poitrine que s'en était presque assourdissant. Orfraie entendait également la respiration sifflante et difficile de la Princesse des Lumières… Mais a aucun moment elle permit à celle de se poser plus de trente secondes. La colère d'Orfraie était silencieuse et retord. A quoi bon crier ou hurler sur quelqu'un pour le lui faire comprendre alors qu'il était possible de la faire souffrir de cette façon ? L'ancienne princesse se délectait du spectacle… Mais une pointe de remord naissait en son coeur à chaque nouvel obstacles, à chaque plaintes émises par Luna. Celle-ci avait fait preuve de très bonne volonté et c'était pliée aux exigences de son entraîneuse qui, elle, n'avait aucune pitié. Orfraie savait qu'elle était en train de faire du mal à Luna sans que celle-ci comprenne pourquoi…La vampiresse n'était pas très douée pour se venger avec ses remords…

Une nouvelle plainte de la part de Luna lui fit hausser un sourcil tandis qu'elle lui jetait l'outre infinie. Celle-ci ne se remplissait pas assez vite pour permettre à l'humaine de se désaltérer comme elle le voulait, preuve que la cadence imposée par Orfraie était bien trop élevée. Toutefois, cela ne l'empêcha pas d'ordonner à la Régente de continuer. Ni son teint rougeâtre, ni son coeur s'affolant dans sa poitrine, ni son souffle erratique ou ses plaintes parvenaient à percer la carapace d'Orfraie et lui faire terminer cet entraînement… qui au final n'en était plus un. Luna n'apprendrait plus rien dans ces conditions, si ce n'était à la détester.

Puis soudain, Luna tomba. Ou plutôt, elle lacha prise et Orfraie ne fut pas assez rapide pour attraper son bras avant qu'elle touche le fond, deux mètres plus bas. La vampire se précipita au bord sans céder à la panique mais l'esprit tout de même inquiet.
« Merde. » jura t-elle en elfique avant de se laisser tomber au fond du trou tout en légèreté. Elle entendait le rythme affolant du coeur de Luna et celle-ci semblait à moitié dans les vapes. « Luna ! » Fit Orfraie en se penchant au-dessus de la jeune femme, sans obtenir plus de réponse qu'un grommellement. La vampiresse posa alors sa paume sur le front de l'humaine et se rendit compte de la chaleur qui n'était du en rien d'un soleil. Luna faisait une insolation ! « Merde. » Jura t-elle à nouveau entre ses dents tandis qu'elle glissait ses bras sous le corps frêle de l'humaine et la ramenait contre elle. La vampire sauta alors hors du trou en prenant appui sur les coin du fossé et s'éloigna rapidement du terrain d'entrainement qui était, comme elle l'avait demandé, totalement vide.

L'ancienne princesse vint s’asseoir à l'ombre d'un grand arbre, appréciant elle aussi cette fraîcheur. Elle déposa alors la tête de Luna sur ses cuisses et se pencha vers elle.
« Luna ? » appela-t-elle, sa voix grave ayant retrouvé toute sa douceur habituelle.
Aucune réponse.
Orfraie commençait à se sentir très mal. Maintenant que l'humaine était si affaiblie qu'elle ne pouvait lui répondre, la vampiresse se sentait très coupable. Celle-ci passa alors ses mains dans son cou et ôta le collier qui s'y trouvait, sa peau retrouvant aussitôt la froideur caractéristique des vampires. Elle colla alors Luna contre son ventre découvert puis posa ses mains glacées – doucement – sur les bras de la petite blonde. Elle espérait que cette fraîcheur lui ferait du bien… et permettrait à son esprit de revenir parmi les vivants.


« Luna... » Appela une nouvelle fois Orfraie en se penchant vers elle. Elle se pencha tant et si bien que ses longues mèches flamboyantes – qui s'étaient détachées – vinrent caresser le visage de l'humaine. Luna était si fragile, en cet instant, et si désespérément belle… La vampire se pencha encore, sa main droite remontant jusqu'à sa joue tandis que ses lèvres effleuraient les siennes. L'envie de l'embrasser était grande, terriblement grande… Mais elle ne pouvait pas. Elle n'en avait pas le droit combien même tout son corps le réclamait. Son souffle caressait ses lèvres et l'espace entre elle était si réduit qu'une personne extérieure aurait pu croire à un baiser, mais ce ne fut pas le cas. Orfraie était sur le point de céder lorsque – dans un effort de volonté - ses lèvres vinrent plutôt se poser délicatement sur le front de l'humaine, quelques centimètres plus haut. « Nëtyavarända... » Dit-elle avec beaucoup de douceur, sa voix prenant l'accent caractéristique des Elfes, continuant à caresser de ses doigts glacés la peau bien trop chaude de l'humaine. « J'étais en colère. Pardonne-moi... » Reprit-elle bien que très incertaine quant au fait que Luna l'entendrait. Mais… Peut-être préférait-elle que l'humaine ne l'entende pas, au final. Ses lèvres fraiches posées sur son front, penchée vers elle, Orfraie demeura ainsi, serrant ce petit corps contre le sien autant pour le rafraichir que pour le consoler, parcourant son épiderme de ses doigts glacés... Mais ces caresses n'étaient pas aussi chastes qu'elles auraient dû l'être et Luna pouvait ressentir l'affection qu'Orfraie lui portait dans sa façon de la toucher... Sans pour autant dévier vers des zones interdites, au contraire.






Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mer 1 Juin 2016 - 16:52

Le monde autour de Luna s’était complètement évanoui. Il n’y avait plus rien. L’humaine sombrait dans l’inconscience, entraînée par la chaleur étouffante. Elle brûlait. Autour d’elle se trouvait un brasier aux flammes orangées qui lui léchaient la peau sans qu’elle puisse s’en départir. Ça ne faisait du sens que lorsqu’on réalisait qu’elle faisait une insolation. Son corps avait dépassé plus que ses limites. Chaque exercice avait été plus difficile que le précédent. Chaque goutte d’eau avait été une bénédiction. Chaque goutte avait été drainée jusqu’à la dernière pour finalement réaliser qu’il fallait attendre avant d’en avoir à nouveau. Cela ne l’avait pas arrêtée. Tenace et persévérante, la régente avait continué de passer à travers les obstacles sous les durs encouragements de son entraîneuse. Mais au final, le zénith avait eu raison de sa fragilité. Chevelure de blé, iris d’océan et peau pâle de nature, c’était toutes des caractéristiques d’une jeune humaine qui la rendait vulnérable aux ardents rayons du soleil. Malgré toute sa volonté de vouloir continuer, de vouloir rendre fière son amie, son corps était devenu un frein. Il avait simplement laissé tomber. Il ne voulait plus rien savoir du parcours du combattant. Il arracha la pause qu’il avait réclamée depuis un bon moment déjà.

La princesse des lumières n’avait pas remarqué les gémissements qui s’échappaient de ses lèvres. Elle s’était sentie bouger sans comprendre ce qui se passait. Ses paupières n’étaient plus capables de s’ouvrir. Elle était complètement dans les vapes, les pensées s’entrechoquant dans sa tête sans faire le moindre sens. Sa respiration saccadée finit par se calmer à l’ombre de l’arbre et son cœur reprit lentement un rythme plus approprié. Le brasier la consumait toujours.

Le soulagement marqua sa voix au sein d’un léger souffle tandis qu’on la recouvrait d’une fraîcheur réconfortante. Sa peau rouge frémissait sous les caresses glacées et suppliait l’auteure de ne pas arrêter. Luna ne prononça pas un seul mot, toujours prises dans cet autre monde dont les flammes s’éteignaient peu à peu. Elle perçut une voix et ses paupières s’agitèrent sans pouvoir s’ouvrir. Ce ne fut qu’à la deuxième reprise qu’elle capta qu’on prononçait son nom. Qui l’appelait? Elle se surprit à penser que c’était sa mère. Mais ses sens revenaient lentement à elle et lui firent comprendre que ce n’était pas de cette façon qu’on l’appellerait. Cette douce voix… Pourquoi était-elle teintée d’inquiétude? Elle ressentit ses lèvres près des siennes et ce baiser sur le front. Orfraie… Comment l’avait-elle appelée? Le mot elfique lui avait échappé. Dans son état, elle n’était pas capable de se concentrer et encore moins de chercher la signification.

Bonne nouvelle : la gamine reprenait doucement conscience. Les doigts de sa main gauche s’agitèrent. Les yeux toujours fermés, sa main vint « serrer » sur celle de la guerrière, les forces lui manquaient toujours. Elle la relâcha quelques secondes plus tard pour la poser sur sa joue.

- Pardonne-moi… Murmura-t-elle.

Luna avait blessé son amie. Elle ne savait pas trop ce dont il s’agissait, mais elle comprenait que le parcours ne faisait pas partie de la réponse. Elle avait fait quelque chose qui lui avait déplu. Mais quoi? Ses pensées lui semblaient encore lourdes. Tout semblait être au ralenti.

- Je… souffla-t-elle. La suite ne vint que quelques secondes plus tard. Ne voulais… pas… te mettre… en colère. Pardonne-moi… Si je l’ai fait. Poursuivit-elle doucement.

Sa voix était douce et la fatigue s’y glissait. Elle n’avait toujours pas ouvert les yeux, mais sa main était restée contre sa joue.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mer 1 Juin 2016 - 22:58

Penchée vers la jeune femme, Orfraie ne bougeait plus. Les lèvres posées sur son front, elle ne respirait même plus. Elle était concentrée sur la Régente, sur la petite blonde qu’elle tentait de refroidir par son seul touché. L’insolation semblait sévère et Luna semblait avoir des difficultés à revenir parmi les vivants. Cela inquiétait la Capitaine Ecarlate, bien entendu, et celle-ci réfléchissait déjà à quoi faire si elle ne s’éveillait pas dans les minutes à venir. « Luna… » Murmura une nouvelle fois Orfraie avec douceur et tendresse, espérant qu’elle parviendrait à ramener à la conscience la jeune femme.

Puis soudain, la vampiresse sentit la petite blonde bouger. Elle sentit sa main gauche venir se poser sur la sienne, qui était posée sur la joue de Luna, avant de venir délicatement se poser sur la joue fraîche de la vampire. Le contact ralluma le feu qui brûlait en l’ancestrale… Mais pas celui de la soif… non… l’autre. Celui qui lui donnait envie de faire ce qu’elle avait eu la force – ou la lâcheté ? - de ne pas faire quelques instants plus tôt. Non, je ne peux pas. Elle a Enetari… Songea l’immortelle en se faisant mentalement violence. Enetari, elle, ne s’était toutefois pas gênée …
La voix de la petite lune ramena Orfraie au présent. Lui demandait-elle de lui pardonner ? Les paupières closes, la vampiresse fronça tout de même les sourcils. De quoi parlait-elle exactement ? Elle ne pouvait pas avoir découvert la source de la colère qui animait Orfraie. Elle n’avait pas pu le deviner… Quelqu’un lui en aurait parlé ? Un elfe ? Non, c’était peu probable… Mais restait possible. La jeune femme reprit, lui demandant une nouvelle fois de la pardonner si elle l’avait mise en colère. Orfraie se sentit soudainement bien bête. Pourquoi n’avait-elle pas simplement mise Luna devant les faits plutôt que de se venger de la sorte ? Elle ne devait strictement rien comprendre aux agissements d’Orfraie, d’ordinaire bien plus douce.

Doucement, les lèvres fraiches quittèrent le front trop chaud. Une nouvelle fois, elles effleurèrent celle de la jeune femme avant que la vampiresse parvienne à dompter son esprit et à se redresser complètement. Fort heureusement Luna avait les paupières closes, sinon elle aurait immédiatement lu le désir et l’envie dans le regard bleu roi. De sa main droite, Orfraie vint quérir l’outre infinie qui se trouvait dans sa sacoche et la déboucha. Elle plia ensuite un genou, relevant de ce fait la tête de la jeune femme, et présenta la gourde à ses lèvres.
« Bois. Doucement, je ne veux pas que tu avale de travers. » Lui dit-elle, sa voix au très léger accent Elfique ayant définitivement retrouvé sa douceur et sa chaleur habituelle. Lorsque la jeune femme eut terminé de boire, Orfraie vint essuyer du bout du pouce une goutte d’eau qui menaçait de glisser sur sa joue. Elle rangea ensuite l’outre, puis reposa son regard sur Luna. Elle devait lui dire, c’était le moment… Mais la vampiresse avait suffisamment été dure aujourd’hui aussi souhaitait-elle trouver la formulation adéquate pour ne pas brusquer de nouveau la jeune femme.

Un léger soupir lui échappa tandis qu’elle glissait ses doigts glacés dans la chevelure blonde, caressant celle-ci et massant doucement son cuir chevelu. Elle demeura silencieuse de longue minutes avant de bouger.
« Cette position n’est pas très confortable. Viens par ici. » Fit doucement la vampiresse en retirant ses jambes de sous la tête de Luna pour ensuite s’allonger et l’attirer contre elle, dans ses bras. « Tu seras encore plus au frais, comme cela. » Plaisante l’immortelle avec un sourire que la jeune femme ne pouvait voir. En plus d’être en contact direct avec ses bras et une grande partie de son buste, Luna pouvait sentir la fraîcheur qui passait au travers des fins vêtements portés par la Capitaine Ecarlate. La main gauche d’Orfraie demeurait posée sur le bras de la Régente tandis que l’autre jouait de nouveau dans ses cheveux. Ce geste l’apaisait…

« Je…Déjà… Je ne suis pas en colère parce que tu te mets en danger sans réfléchir. Cela m’agace fortement, tu as une propension étonnante à ne pas réfléchir avant d’agir mais… J’espère que tu t’assagiras en vieillissant. Tu as au moins deux milles ans pour cela… » plaisanta Orfraie, un léger sourire aux lèvres. « Ce qui m’a mise en colère est directement lié à nous deux. Comme tu le sais, lorsqu’on devient un vampire, on perd la mémoire, seuls subsistent quelques maigres fragments : Des odeurs, des sons, des sensations… » Commença doucement l’ancienne princesse, l’hésitation palpable dans sa voix. « Lorsque je me suis éveillée Immortelle, il ne me restait que deux choses : Une voix et un visage. Du moins, je le pensais jusqu’à très récemment. En vérité, il restait autre chose : un sentiment, un désir… » poursuivit l’immortelle. Distraitement, ses doigts continuaient à jouer dans la chevelure dorée. « Il y a maintenant une semaine, j’ai revue quelqu’un de mon passé, quelqu’un que j’avais oublié : Aramis. Impératrice, Baptistrelle et … Ma meilleure amie. En souvenir de mon amitié, elle m’a offert un cadeau : Mon chant-nom. » Orfraie se tut, laissant le temps à Luna d’intégrer cela. Elle était amie avec un Baptistrel alors peut être savait-elle de quoi il était question. « En d’autres termes elle m’a rendue ma mémoire. Et j’ai compris que… tu m’avais mentis. Que tu ne m’avais pas tous dis malgré ta promesse de le faire. Et je t’en ai terriblement voulu. Parce que notre première rencontre n’avait rien de banale mais également parce qu’elle a fait naître en moi un profond désir, ce désir dont mon corps et mon esprit se souvenait encore après ma renaissance. Tout cela aurait pu s’arrêter ici, mais… Même si je t’avais oublié, mon esprit, mon corps et mon instinct, eux, se souvenaient très bien. » La vampiresse se tut, soudainement un peu plus tendue. « Lorsque je t’ai revue à Aldaria, lorsque nous sommes arrivés Lewyn et moi, j’ai immédiatement voulu te mordre… J’ai d’abord mis cela sur le compte de ma transformation récente, mais plus le temps passait et plus mon désir s’intensifiait et il ne concernait plus que sang, c’était toi toute entière. Je me demandais ce qui clochait, pourquoi toi ? Je t’en voulais de me faire ressentir pareil désir tout en sachant qu’il ne se passerait jamais rien. C’était et c’est toujours particulièrement frustrant. C’est aussi très fatigant. Avec toi, je ne peux pas relâcher ma vigilance, je dois surveiller mon instinct à chaque instant au risque de craquer, perdre pied et te mordre ou … Te faire je ne sais quoi. Et malgré toute ta force tu ne pourrais pas me résister si je perdais complètement la tête… » La vampire soupira. Sensiblement, elle resserra son étreinte autour de la jeune humaine, comme si elle avait peur de la voir s’enfuir… ce qui serait une réaction parfaitement normale ! « Si j’avais su ce qui s’était passé entre nous lorsque nous nous sommes rencontré… J’aurais compris. Ou au moins aurais-je eu une piste, une explication même erronée mais quelque chose pour comprendre ce qui clochait chez moi ! Pourquoi ta présence était aussi importante toute en étant aussi douloureuse ! Je t'ai haï de me faire ressentir cela comme je t'ai aimé d'être là pour moi, pour m'avoir accueillie ici alors que j'avais tout perdu... Pour m'avoir fait confiance alors que moi-même je n'avais pas confiance en moi ... » L’ancienne princesse soupira et se redressa, délaissant Luna dans l’herbe fraiche. Elle lui tournait désormais plus ou moins le dos. Orfraie ramena ses jambes contre sa poitrine et posa son menton sur ses genoux. « Alors je t’en ai voulue. Pire, ça m’a mise hors de moi… La première fois que nous nous sommes rencontré, tu m’as dis « Im gosta sen im innas.. » … « j’ai peur de ce que je veux… » … Aujourd’hui c’est moi qui ait peur. » Termina Orfraie dans un murmure tout en se recroquevillant sur elle-même. Elle semblait soudainement porter un lourd poids sur les épaules...





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Dim 5 Juin 2016 - 23:48

Luna n’eut pas besoin de se faire prier que ses lèvres roses s’étaient posés aussitôt sur le bout de l’outre et avait fait couler doucement le contenu. Elle se serait probablement étouffée si Orfraie n’avait pas guidé la vitesse à laquelle elle devait boire. L’eau avait calmé le brasier dans sa gorge. Rapidement, elle s’était sentie beaucoup mieux. C’était une vague de fraîcheur qui l’avait envahie par cette offrande. La peau froide de la vampire lui faisait également le plus grand bien. Elle n’avait pas envie de bouger de là.

Encore moins lorsqu’Orfraie vint lui jouer tendrement dans sa chevelure dorée. La sensation était plus qu’agréable pour la jeune femme presque morte de fatigue. Elle avait des questions en tête dont elle ne trouvait pas de réponse. Pourquoi la Flamboyante était-elle en colère? La régente avait compris que le dur entraînement qu’elle venait de vivre avait été embrasé par cette colère. Mais qu’avait-elle fait pour la mettre dans cet état. Elle avait beau pensé maintenant que sa tête avait cessé de tourner et elle ne trouvait pas de réponse précise. Sous les caresses, elle avait finalement cessé de se les poser et elle attendit tout simplement que sa lame écarlate lui dévoile ce qui la dérangeait. Elle avait d’ailleurs noté la douceur qui s’était à nouveau logée dans sa voix cristalline. Luna semblait retrouver l’Orfraie qu’elle connaissait.

Elle ne prononça pas un sol mot lorsque la dragonnière de jade parlait et ne fit que hocher la tête quelques fois pour signifier qu’elle était à l’écoute. Elle effaça son premier doute : celui qu’elle était fâchée parce que la princesse des lumières avait une tendance inouïe pour se mettre dans une mauvaise situation. C’était tellement vrai et c’était quelque chose qu’elle voulait travailler. Elle ne pouvait plus se permettre d’être aussi téméraire et irréfléchie qu’avant. Surtout qu’elle était la régente d’Aldaria désormais. Tout le royaume reposait sur ses épaules ou du moins, une grande restructuration devrait être faite si elle n’était plus apte à gouverner. Pour l’instant, ça allait puisque c’était Korentin lui-même qui l’avait choisie en attendant que son fils soit suffisamment âgé. Bien que de nombreuses personnes étaient contre l’idée que c’était sa pupille à la tête du royaume, ils ne pouvaient pas ouvertement s’opposer aux derniers vœux de leur empereur. Mais bon, tout cela faisait partie d’un autre sujet et d’un autre problème…

Où voulait-elle en venir avec sa transformation en vampire? Certes, cela avait dû être une rude épreuve… La régente lumineuse avait été plus que surprise d’apprendre que l’elfette avait dû être transformée pour ne pas mourir et ce, par les crocs de Lewyn. Cela devait être difficile que de perdre sa mémoire et de se redéfinir. Elle avait été bonne de ne pas succomber à son goût de sang et à ses instincts comme tant d’autres êtres de la nuit avaient fait. Comment se sentait-on lorsqu’on devenait vampire? Luna était curieuse, mais cette simple idée l’effrayait.

- Oh! Lâcha-t-elle d’une voix surprise.

Aramis au grand cœur, toujours prête à aider autrui. La petite savait ce qu’était un chant-nom bien qu’elle n’en connaissait pas tous les détails. Et soudainement, son corps se raidit à ses paroles. Elle lui avait… menti?! Ah! Oui… Leur première rencontre était particulière. Il est vrai qu’elle ne lui en avait jamais glissé le moindre mot sur ce qui s’était passé cette nuit-là sous les étoiles du désert. Elle comprit où Orfraie voulait en venir. Mais c’est que maintenant qu’elle réalisait ce à quoi la vampiresse avait dû combattre à tous les jours. Elle n’avait pas réalisé qu’elle était une source de grands tourments pour elle et à quel point elle avait toujours été en danger à ses côtés. Malgré cette révélation, Luna ne prit pas peur pour autant et ne voulut pas s’éloigner. Elle attrapa simplement sa main pour l’enfermer dans les siennes.

Quelques instants plus tard, Luna se retrouvait seule. Orfraie s’était relevée pour s’éloigner et se recroqueviller plus loin.

- Orfraie… Murmura-t-elle doucement.

Elle avait prononcé ce nom avec toute la tendresse et l’affection qu’elle possédait. Dans l’herbe, elle s’était retournée pour observer le dos presque nu de son amie.

- Je ne savais pas… Je ne savais pas que tu ressentais cela… Que tu vivais avec ce poids à tous les jours. Poursuivit-elle d’une faible voix.

Et c’était vrai. Comment avait-elle pu être aussi aveugle? C’était simple en fait, elle était Luna. Elle pouvait passer facilement à côté d’indices les plus flagrants sans les remarquer. Lentement, son corps s’était séparé de l’herbe fraîche et ses pas l’avaient menée aux côtés de la princesse des ombres. Elle vint s’asseoir près d'elle, sans toutefois la toucher autrement que par son regard.

- Tiro nîn, Orfraie. (regarde moi, Orfraie). Dit-elle, reprenant à son tour des mots que l’elfette avait prononcés sous les étoiles.

Les glaciers plongeraient alors dans l’océan, les attrapant avec douceur.

- Díheno nin. (Pardonne-moi.) Poursuivit-elle dans la langue des forêts. Je n’ai pas réalisé à quel point je t’avais fait du tort. Ce n’est pas ce que je voulais. Je m’en excuse…

La princesse des lumières posa sa main sur le bras d’Orfraie.

- Je n’ai pas voulu te mentir… Je n’ai pas voulu te cacher cela… Les détails de notre première rencontre. C’est juste que je n’ai pas su comment apporter le point. Tu avais oublié… Je ne désirais pas t’attacher aux détails de ton passé. Je ne voulais pas que tu te fasses une opinion de la personne que je suis sur une rencontre de ton ancienne toi, mais que tu te forges ta propre opinion. Je ne sais pas trop comment expliquer ça. Je ne sais pas trop ce qui m’a passé par la tête. Je suis désolée de t’avoir fait subir tout cela.

Un sourire gêné se logea sur ses lèvres.

- Je n’ai pas peur de toi… Peut-être le devrais-je… Mais ce n’est pas le cas. Tu sais aussi bien que moi que je suis téméraire et irréfléchie. Dit-elle avec une pointe d’humour dans sa voix. Notre première rencontre… C’était soudain. C’était agréable… Mais on ne se connaissait même pas encore l’une et l’autre. Et parfois, j’ai bien l’impression que c’est toujours le cas. Je réalise que je ne sais rien de toi… Et tu ne sais probablement rien de moi.

N’était-ce pas la vérité ce qu’elle venait de prononcer?

Son autre main se déplaça pour venir dégager une mèche flamboyante et rebelle du visage d'Orfraie.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Lun 6 Juin 2016 - 14:03

Orfraie s'était tût. Ses bras entourant ses jambes, elle ne bougeait plus. Elle attendait, attendait le verdict de Luna. La princesse des lumières allait-elle la fuir ? Ou au contraire se montrer irraisonnablement téméraire une fois de plus ? Pour une fois, la vampiresse songeait qu'elle préférait la seconde option. Elle ne voulait pas voir Luna s'éloigner, quand bien même elle ne le lui avouerait pas...Orfraie était ainsi : elle montrait peu ses faiblesses, ses peurs. Elle avait toujours été le point d'encrage sur le rochet pour que les autres aient un repère, s'ils en avait besoin. Pas le contraire. Luna ne le mesurait peut être pas, mais si Orfraie s'était finalement ouverte ainsi, pour tout lui avouer, c'est qu'elle tenait énormément à elle en plus d'avoir confiance.

Bien que la voix de Luna fut un murmure, Orfraie l'entendit parfaitement. Si elle ne bougea pas, son attention était belle et bien portée sur la petite blonde. Si le coeur de la vampiresse avait pu encore battre, sans nul doute serait-il incontrôlable en cet instant, tant la princesse des ombres ressentait un stresse intense. Elle craignait les paroles de Luna, celle-ci ayant le pouvoir de lui faire bien du mal si elle le souhaitait. Mais la tendresse dans sa voix confortait la vampiresse : elle ne lui ferait pas mal. D'une voix faible, elle poursuivit. Elle ne savait pas ce que l'immortelle devait supporter, ce qu'elle ressentait… Quelque part, Orfraie ne pouvait pas tant lui en vouloir : Luna ne pouvait pas savoir… Mais d'un autre côté … il y avait eu des signes. L'immortelle demeura impassible, offrant son profil à la mâchoire crispée à Luna. Elle n'osait pas la regarder. Elle n'aimait pas cette impression d'être nue au regard de la jeune femme. Elle la savait juste à côté d'elle – à portée de main -, mais la vampire s'évertuait à regarder droit devant elle… Jusqu'à ce que la jeune femme lui demande – en elfique – de la regarder. Orfraie reconnue aussitôt les mots qu'elle avait elle-même employé lors de leur rencontre, Alors, doucement, le regard de l'ancienne princesse vint trouver celui de la régente. Les glaciers plongeaient dans l'océan avec douceur. Si le regard d'Orfraie avait été particulièrement dure un peu plus tôt, il avait désormais retrouvé sa douceur et son calme habituel.

Luna s’excusa alors. Elle n’avait pas voulu lui faire du tort… Orfraie lui sourit doucement, les coins de ses lèvres se soulevant légèrement. Dans sa position actuelle, la vampiresse semblait bien loin de la générale ou de la princesse qu’elle avait été, ou même de la lame écarlate qu’elle était aujourd’hui. Elle ne semblait pas non plus âgée de plus de six cent ans. Non, en cet instant, elle semblait jeune, jeune et perdue, indécise, incertaine…
Elle demeura silencieuse, son regard glissant sur la main que Luna posa sur son bras tandis que la jeune femme reprenait la parole. Orfraie ne se déroba pas au contact, elle le trouvait même agréable. Très agréable.

Ainsi, elle n'avait pas voulu lui mentir. De cela, la vampiresse s'en doutait. Elle comprenait également que Luna n'ait pas souhaité lui en parler afin qu'Orfraie se fasse une opinion d'elle qui ne serait pas biaisée par ce qu'elles avaient déjà vécue. Une autre raison, aux yeux de la princesse des ombres, venait s'y ajouter. Une raison dont le nom tenait en quatre syllabes : Enetari. Mais Orfraie demeura silencieuse, elle ne souhaitait pas évoquer la jeune elfe. Un sourire amusé se dessina toutefois sur les lèvres charnues de la vampire lorsque Luna évoqua sa propre témérité. Ce trais d'humour fonctionna… Jusqu'à ce qu'elle évoque leur première rencontre. Si Orfraie s'en souvenait, elle n'avait pas la possibilité de ressentir ce qu'elle avait ressentit à ce moment là. Elle ne pouvait que supposer… Sans le vouloir, Luna lui apportait donc des informations, des éclaircissements.

Finalement, elles ne se connaissaient pas. Pas vraiment. Mais cela ne les empêchaient pas de s’apprécier pour autant… Le geste de Luna surprit quelque peu la vampiresse, qui l’observa passer une mèche flamboyante derrière son oreille sans rien dire. Elle aimer ce genre de geste...
Après être resté un moment silencieuse, détaillant la petite blonde du regard tout en jouant avec l’herbe fraîche entre ses doigts, Orfraie reprit enfin la parole. Ses premiers mots furent en elfique.
« Je te pardonnes. Je comprend que tu ne pensais pas à mal. » Doucement, la vampiresse récupéra son bras – où Luna avait toujours sa main posé – et saisit doucement le poignet de la jeune femme. Elle vint ensuite, sans réelle raison, poser la paume de sa main contre celle de la princesse des lumières. Évidemment, Orfraie avait les mains les plus grandes, les doigts fins et la peau fraîche… « Il y a quelques jours à peine, j’aurais été bien incapable de te parler de moi… si ce n’est de ce que Lewyn savait lui-même. » La vampire fit glisser ses doigts sur le bras de l’humaine, doucement, comme pensive. Elle la voulait tellement, elle sentait son instinct gronder juste sous sa peau. « Mais maintenant que je me souviens… Il y a tellement de choses à dire que j’ai peur de t’ennuyer. » Fit Orfraie, se permettant une petite pointe d’humour qu’elle ponctua d’un doux sourire pour Luna. C’est qu’elle était âgée, finalement. « Alors, accepterais-tu de commencer et de me parler de toi ? Tu attises ma curiosité depuis le premier jour… J’en viens à me demander pourquoi mon ancienne moi ne t’as pas posé la question plus tôt. Qu’elle idiote, celle la. » Fit-elle, accompagnant ses mots d’un léger rire. La vampire décrocha alors la sacoche qu'elle portait à la ceinture et plongea la main dedans. Elle en sortit un petit sac qu'elle ouvrit en le tendant à Luna. Il contenait plusieurs fruits frais. Orfraie haussa un sourcil sans rien dire, invitant la jeune femme à se servir, puis elle s'allongea dans l'herbe fraîche, sur le dos. Une main sur le ventre, l'autre jouant avec la peau de la régente, tantôt sa jambe, tantôt son bras...





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Ven 10 Juin 2016 - 5:37

Luna avait laissé sa main contre celle d’Orfraie et elle n’avait pas voulu la bouger. Elle n’aurait pas su trouver les mots pour expliquer l’effet que cela lui faisait et la satisfaction qu’elle en retirait. C’était un geste qu’on pourrait prendre pour rien du tout, de pas grande importance, mais qui pouvait connaître la signification réelle sinon qu’elles? Un sourire apparut sur ses lèvres, amusé, et resta accroché à son visage lorsque sa lame écarlate se traita d’idiote. La régente l’était tout autant pour ne jamais avoir cherché à connaître le passé de l’elfette et il était temps d’y remédier!

Mais avant toutes choses, le lien de leur main se rompit tandis qu’elle plongea dans le sac surprise de la Flamboyante. Des étoiles lumineuses venaient d’apparaître dans l’azur et son ventre remerciait ce cadeau, ce que le lièvre pouvait certainement percevoir. C’est la pomme rouge qui fut la malheureuse élue dont des petites dents blanches venaient de s’y enfoncer. Le bonheur…! Existait-il chose plus merveilleuse que cela? Pour Luna, en cette journée trop chaude et épuisée par sa dure punition, c’était d’une douceur et d’un tel réconfort. Ses yeux se fermèrent. Elle savoura la fraîcheur sucrée et ne chercha pas à retenir les doux frissons que les froides caresses lui procuraient.

- Tu ne peux m’ennuyer. Dit-elle d’un ton sans équivoque.

La douceur s’était également logée dans sa voix. C’est ce qu’elle croyait fermement en tout cas. Princesse des elfes, générale des rôdeurs et d’autres rôles qui la surprendraient fort probablement, c’était tous des éléments de son passé qui seraient captivants. C’est que la jeune humaine avait 6 siècles d’histoire sous les yeux. Ce n’était pas rien! Et l’âge n’était pas un élément qui lui importait. Le Dracos avait voulu lui offrir le cadeau de la presque immortalité. Si le restant de la journée n’était pas suffisant pour passer à travers le passé d’Orfraie, il lui restait encore quoi? Un siècle ou deux pour le faire…? D’ailleurs, c’était terrifiant, et excitant, que de réaliser qu’elle vivrait aussi longtemps maintenant qu’elle était dragonnière. Mais ça, c’était une autre histoire.

- Je veux bien commencer. Prononça-t-elle entre deux bouchées.

Elle termina sa pomme en premier, ce qui prit bien peu de temps à quel point elle avait été affamée, et jeta le rognon au loin. Sans la moindre gêne, la princesse des lumières s’approcha de son opposée et passa un bras par-dessus elle pour lui arracher son outre. Sa soif fut étanchée et elle vida le reste de son contenu sur sa tête. Qu’est-ce qu’elle avait encore chaud! La cascade d’or se secoua et l’eau qui ne se détacha pas de sa chevelure ruissela le long de son cou pour imbiber finalement son débardeur beige.

- Par quoi puis-je bien commencer? Dit-elle pensive. Je te fais confiance, Orfraie. Ajouta-t-elle en lui glissant un sourire. Je vais commencer par mon plus grand secret. Il n’y a que Dawan et Aramis qui le savent, Saemon, le Corbeau et... Matis.

Mais probablement qu’Orfraie ne connaissait pas l’assassin. Peut-être que oui finalement puisqu’il avait été chasseur de tête durant l’avènement de Vraorg. Maintenant que la paix était revenue, il se faisait plus discret. Quel était ce secret dont Luna parlait? Il était bien difficile de le cacher à des baptistrels qui pouvaient tout savoir sur un individu et quant à Saemon, il était l’auteur de ce mystère.

C’est sur le ventre que la jeune femme vint s’installer près de la vampire. Ses coudes touchaient l’herbe et ses mains retenaient sa tête sous son menton.

- Je m’appelle Florence Beauchamp. C’est mon vrai nom, celui avec lequel je suis née en cette journée du vingt-et-un septembre 1740. Murmura-t-elle. Voilà quel était son plus grand secret, que peu de gens était au courant. Mais je préfère définitivement qu’on m’appelle Luna. C’est celle que je suis maintenant. Poursuivit-elle doucement.

C’était difficile à expliquer comment elle avait pu laisser tomber son nom réel. Mais après six ans, le nom Luna faisait beaucoup plus de sens à ses oreilles.

- Je suis orpheline. Mes parents ont été tués par des brigands lorsque j’étais petite. Mon village y est passé. Je me croyais seule au monde. Je croyais avoir tout perdu. Ajouta-t-elle. Elle jeta l’azur sur Orfraie. Une pointe de tristesse passa dans ses yeux, qu’elle effaça aussitôt. Cette histoire ne l’affectait plus comme elle le faisait autrefois. Mais c’était toujours nostalgique de faire revivre le moment. Je ne veux ni ta pitié ni tes condoléances. Précisa-t-elle. Ça ne ramènerait pas sa famille et ça ne ferait que rendre les choses plus difficiles. Après ça, ce Saemon m’a recueillie et il m’a dit « Tu n’es plus Florence Beauchamp. Tu es Luna maintenant » ou quelque chose comme ça. En tout cas, ça vient de là.

Il y avait anciennement cette « Florence Beauchamp ». Maintenant, c’était simplement « Luna ». Elle n’aimait pas qu’on l’appelle « Luna Duruisseau », car ce n’était pas qui elle était. Elle n’avait pas de nom de famille. Mais si ça pouvait faire taire les gens…

- J’ai récemment découvert que mon petit frère était encore en vie avec mon ancienne voisine. Ça a été tout un choc! Je les pensais mort. Tristan ne se rappelait pas de moi, il était trop jeune. Mais c’est mieux comme ça, je crois. J’étais contente de les avoir revus. Je ne sais pas s’ils ont réalisé que j’étais la régente d'Aldaria maintenant…

Bonne question qui venait de lui traverser l’esprit. Peut-être pourrait-elle les retrouver et les inviter à vivre à Aldaria?

La princesse des lumières se tut quelques instants et se tourna finalement sur le dos. Le soleil l’aveugla et elle décida finalement de se mettre sur le côté, l’azur caressant Orfraie.

- Mon histoire ne t’ennuie pas trop? Prononça-t-elle à la blague, ajoutant un faible sourire. Bon. Où est-ce que j’en étais. Eumm… Donc… J’ai été avec Saemon pendant un bon moment jusqu’à ce qu’il disparaisse durant la Bataille des Bois Sombres. J’ai rencontré Amyelenor et Atalos. On a failli se faire tuer à Aldaria par les hommes de Fabius. Ça a été un bon incitatif pour entrer chez les rebelles. J’ai rencontré Korentin. Oui, elle l’appelait simplement par son prénom. Je suppose qu’il a eu à ce point pitié de la pauvre orpheline que je suis. Je suis devenue sa pupille… J’ai fait plein de ce qu’on appellerait des bêtises… Notamment, sa relation avec Enetari. J’ai un don pour m’attirer des ennuis. Si tu ne sais pas, c’est moi la Larme de Néant. Elle avait gagné ce titre suite à ce que cet Esprit Supérieur vienne posséder son corps, l’oblige à commettre des atrocités dans les souterrains d’Aigue-Royale pour finalement ouvrir un passage secret aux Alayiens pour qu’ils viennent gaiement tuer les civils sans défense… Tout ça, parce qu’elle avait été piègée par Aldakin du Néant et qu’en voulant sauver Matis, elle s’était faite capturer… Puis torturer… Et enfin, briser…

Elle avait cru passer par-dessus ce moment sans problème, mais la réalité faisait qu'elle se trompait. L'océan s'assombrit et elle mordit sa lèvre inférieure. Elle ferma les yeux sous l’effroi qui l’envahissait et elle cacha son visage dans ses mains. En parler évoquait des souvenirs qu’elle préférait oublier et taire dans le fin fond de son esprit. Ce n’était pas quelque chose dont elle s’était tout à fait remise et c’était probablement un souvenir dont son cœur resterait fragile à jamais. Cœur qui s’agitait et cette fois, ce n’était pas à cause d’un parcours du combattant.

C’est sur ces mots que l’histoire de son passé prit fin. Mais, il restait encore la suite de l’histoire de Luna à écrire.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Ven 10 Juin 2016 - 19:37

Luna mordit la pomme rouge sous le regard mi amusé mi attendrit d’Orfraie. Elle avait bien fait de prendre de quoi manger avec elle, même si sur le coup elle avait complètement oublier de proposer les fruits à la jeune femme… C’était que les humains avaient besoin de quatre repas par jour, eux !
Le regard de la vampiresse se chargea toutefois de désir lorsqu’elle se rendit compte du plaisir qu’éprouvait Luna à dévorer cette malheureuse pomme. Alors, pendant qu’elle ne pouvait être vue, l’immortelle en profita pour dévorer du regard la jeune femme, mordillant sa lèvre inférieure du bout d’un croc. C’était stupide, la voir manger une simple pomme la rendait dingue… C’était totalement stupide… Elle avait l’impression d’être une adolescente dont les hormones travaillaient.

Elle détourna le regard lorsque Luna rouvrit les yeux, elle ne voulait pas être prise sur le fait… Mais elle n’était pas certaine d’avoir était si discrète que cela. Ses doigts continuaient à jouer sur la peau de la jeune femme en de douces caresses… Mais peut être pas aussi innocemment qu’Orfraie l’espérait. En tout cas, Luna acceptait de commencer et cela ravissait le cœur de la vampiresse, qui passa son bras gauche derrière sa tête. Toutefois, la pauvre pomme fut dévorée avant toute chose, puis son trognon jeté dans l’herbe, plus loin. L’Ataliel n’avait pas bougé, observant simplement Luna, un léger sourire flottant sur ses lèvres charnues. Elle appréciait la tournure prise par cette journée, savourant la présence de la jeune femme à ses côtés.
Avec amusement, Orfraie observa Luna passer au dessus d’elle pour lui prendre son outre infinie. Le regard bleu roi de l’ancienne princesse s’attarda sur les courbes qui s’offraient à elle, et encore plus lorsque Luna vida le reste de l’eau sur sa tête. L’eau ruisselait sur la gorge de la régente et la lame écarlate se fit violence pour ne pas venir embrasser ce cou et en retirer l’eau du bout de sa langue. Imperceptiblement, son poing  gauche se serrait alors que le débardeur beige porté par Luna devenait dangereusement transparent par endroit. Pas Dracos ! Comment allait-elle résister ?!

Ce fut le récit de Luna qui parvint à refroidir les pensées de la vampiresse. Celle-ci lui sourit, l’encourageant à poursuivre, mais ne dit rien.

L’ancienne princesse fut surprise par ses premiers mots. De quel secret s’agissait -il ? Orfraie était curieuse et l’étonnement se marqua sur ses trais lorsque la régente lui révéla son vrai nom. La lame écarlate ne s’y était pas du tout attendu mais était heureuse que Luna lui fasse suffisamment confiance pour lui confier un tel secret. Le nom de Saemon raisonna dans l’esprit de l’immortelle et celle-ci sourit doucement. Elle avait rencontré le Corbeau… Ainsi s’était grâce à lui que Luna était Luna…
« J’ai rencontré Saemon à Sandur. Il me faudra le remercier de t’avoir sauvé, sans cela nous ne nous serions jamais rencontré… » fit-elle avec un sourire, ses doigts se posant quelques instants sur la joue de la jeune femme.

Ensuite, Orfraie cessa de parler et laissa Luna poursuivre son récit. La jeune femme avait captivé l’ancienne princesse, celle-ci buvant ses paroles. Elle était avide de connaître la dragonnière, elle voulait en savoir plus sur elle, sur ce qui l’avait forgé. Alors, lorsqu’elle lui demanda si son histoire l’ennuyait, la vampire lui sourit et fit « non » de la tête. La suite la fit sourire, parfois grimacer. Elle imaginait sans mal dans quels problèmes la jeune Luna avait pu se mettre… Mais si jeune et déjà dans les combats… Cela impressionnait Orfraie, cela forçait le respect. Mais cela, le respect de l’ancienne générale, Luna l’avait depuis longtemps.

La fin de son récit arriva abruptement et laissa la vampiresse interdite. Alors c’était elle ? C’était Luna ? Orfraie n’en revenait pas… tous ce qui s’était passé durant la Rébellion, c’était elle ? Néant avait possédé une gamine insoupçonnable pour faire sa besogne...

« Luna... » Fit Orfraie avec douceur, se redressant légèrement sur son coude droit. Orfraie n’aimait pas voir la tristesse dans le regard de la jeune femme, elle n’aimait pas la voir souffrir. L’Ataliel s’approcha jusqu’à presque coller son corps au sien, puis l’attira contre elle. Elle ne chercha pas à forcer leurs regards, cela viendrait. Elle se contenta donc d’offrir ses bras protecteurs, souhaitant plus que tout apaiser le cœur de la jeune femme. « Ce qui est fait, est fait. Le passé est le passé, tu ne peux le changer. Tu ne peux qu’avancer et faire de ton mieux pour tous ces gens… Mais, Luna, ce n’était pas ta faute. Tu n’étais pas toi-même. La jeune femme que je connais ne ferait jamais cela. Elle ne le permettrait pas. »

Lorsque Luna fut calmer, Orfraie s’allongea de nouveau. Toutefois, elle ne libéra pas la jeune femme se son étreinte, bien que celle-ci pouvait la quitter à tout instant. Temps qu’elle restait voulait rester contre elle, alors elle pouvait rester et ce n’était pas l’ancienne princesse qui allait lui demander de s’éloigner… Pas là, pas en cet instant. « Merci de m’avoir conté ton histoire. » Fit doucement l’ancienne princesse en glissant ses doigts dans les cheveux de Luna. « Veux tu entendre la mienne, maintenant ? Ce sera un peu plus long, mais j’irais à l’essentiel. Nous avons du temps pour les détails. »

Orfraie attendit quelques instants, ses lèvres flirtant avec le front de la jeune femme, puis elle commença. « Je suis née en l’an 1089 de l’age d’Argent, un 16 décembre exactement.  Cela me fait aujourd’hui six cent soixante et onze ans… Et j’ai arrêté de fêter mon anniversaire depuis longtemps. » Ajouta-t-elle avec un sourire. « J’avais un frère aîné, Thraranduil et j’ai une grande sœur nommée Aeriel. Ma famille est liée depuis des générations à celle des Evanealle, dont Aegnor descend, je suis donc née princesse. Mon enfance fut ponctuée par les leçons de mes précepteurs ou de mes parents et par de longues heures de jeux, tous plus salissants et dangereux les uns que les autres. Jeune, je te ressemblais beaucoup, j’avais la même capacité à m’attirer des ennuis. » Fit Orfraie avec humour. « J’ai grandis. J’ai vu les derniers dragons et dragonniers mourir… Je n’avais que trente ans alors je ne peux m’en souvenir avec exactitude… C’est à ma majorité que les choses intéressants ont commencé à arriver.  La majorité chez les elfes et de cent ans, on devient adulte à ce moment là… Et mon anniversaire ne fut pas être aussi amusant que je l’imaginais. Mon père décida d’offrir ma main à une autre famille afin de sceller une alliance. Cela se faisait beaucoup… Mais moi qui rêvais d’aventure … il était inconcevable d’être enchaîné contre ma volonté. J’ai donc refusé, je me suis dressée contre mon père... ce qui est un des pire affront possible. Il n’a pas voulu l’entendre de cette façon, évidement, et j’ai donc décidé de quitter la forêt avant qu’il ne soit trop tard… Car une fois mariée, je n’aurai pu m’en défaire. J’aurais été prise au piège. » Orfraie frissonna. Si elle ne se rappelait pas des sentiments liés à cette histoire, elle savait qu’elle n’aurait pas supporter tout cela. « Alors un soir, j’ai pris quelques affaires, mon arc et je suis partis. Seule ma mère comprit ce que j’avais en tête et vint me dire au revoir, elle comprenait ce qui me motivait… Et m’assura donc qu’elle empêcherait mon père de se lancer à ma poursuite. » Imperceptiblement, l’ancienne princesse resserra son étreinte. « J’ai décidé de rejoindre la Rhapsodie et ai rencontré mon premier mentor à la frontière du royaume. Je suis resté avec lui près d’un siècle, puis il me confia à  d’autres Enwrs. En 1389, cent ans plus tard – j’avais donc trois cent ans – je fus appelé à revenir au domaine. J’y ai prononcé mon serment de vérité et suis devenue la douzième Cawr de la Rhapsodie… Mais en 1397, huit ans plus tard, j’ai brisé mon serment pour sauver un ami. J’ai tué ses assaillant et j’en ai payé le prix fort. Je ne suis plus en mesure de te dire exactement ce que j’ai ressentis à l’époque, mais ce fut très douloureux, comme si une main invisible arrachait une partie de mon âme.  C’est Saemon, d’ailleurs, qui à Sandur m’a enfin permit de faire mon deuil. » Orfraie fit une pause, s’écartant légèrement de Luna pour pouvoir la regarder. Ses doigts glissèrent sur sa joue et son regard se posa sur ses lèvres. Si la vampire ne fit rien, son regard parlait pour elle. Alors elle ôta sa main et détourna le regard pour ne pas céder, puis elle reprit. « Je suis rentrée chez moi, je n’avais que cela à faire. J’y ai fais la paix avec mon père, j’ai appris que mon frère avait épousé Galadrielle, impératrice des Elfes...  Mon retour fut aussi peu discret que mon départ, mon père ne me l’ayant toujours pas pardonné. Nos disputes étaient très fréquentes jusqu’à ce que j’arrive enfin à lui faire entendre raison. Tout est aller mieux ensuite : il m’a offert de siéger avec lui au Conseil et j’y suis resté trois cent cinquante ans, jusqu’en l’an 1750 de l’age d’argent. Entre temps la famille s’agrandit par la naissance d’Aegnor, le fils de ma sœur aînée… faisant de lui mon neveu. Entre nous, c’était un vrai garnement ! » Précisa l’ancienne princesse avec un sourire.

Avant de poursuivre, Orfraie délaissa Luna pour saisir l’outre infinie. Celle-ci s’était remplie depuis que la jeune femme avait bu.  La vampire la déboucha et, sans attendre, en reversa le contenu sur sa tête. Sa longue crinière flamboyante absorba une bonne partie du liquide, mais cela n’empêcha pas l’eau de plus ou moins détremper son top, les quelques gouttes parvenant à échapper aux pièges qu’étaient le tissu s’écoulant en petit perle translucide sur sa peau glacée. « Vampire et forte chaleur ne font pas bon ménage... » Commenta Orfraie en revenant s’allonger, cette fois ci sur le côté, un coude dans l’herbe et sa main soutenant sa tête. « Où en étais-je ? Ah ! Oui : 1750… L’année où les vampires ont commencé à écumer le royaume des hommes. Au conseil, j’ai tenté de pousser les elfes à les combattre, mais ils sont long et le temps que la décision soit prise… » Orfraie grimaça. « j’ai quitté le conseil à cette époque et j’ai pris la tête des Rôdeurs. C’est aux vampires que je dois ces cicatrices. » Expliqua Orfraie en glissant son index sur les deux fines lignes blanchâtres qui marqués la peau de son visage.  « Premier combat, première blessure. Autant te dire que je n’en menais pas large. » Se remémora la vampiresse avec un sourire, amusée par l’audace qu’elle avait eu à l’époque. « Ensuite, j’ai l’impression que ma vie n’est qu’une succession de batailles. Les Bois Sombres, l’Aube Rouge… En l’absence du Générale de l’armée, c’est moi qui es conduit les guerriers elfes à Sandur. Nous avons passé trois ans à fuir Vraorg avant l’appel des Esprits... Les Marais Sanglants, la Bataille de Sandur... » Orfraie les balaya d’un geste de la main. « J’ai vu les esprits se donner la mort aussi certainement que je te vois en cet instant… et j’ai eu la folie de m’imposer entre eux et le contrat originel. » Un sourire naquit sur ses lèvres, l’ancienne princesse amusée par sa propre audace. « Ensuite fut le temps de la reconstruction. Aegnor m’a proposé de revenir au conseil : j’ai accepté. J’ai également continué à diriger les Rôdeurs. Ensuite… Eh bien il y a eu le mariage impérial. Tu sais ce qu’il en fut. »  La vampiresse fit une pause, se mordillant la lèvre inférieur tout en s’allongeant sur le dos. « Aegnor m’a demandé de poursuivre Wintel avec les vampires de Kylian. J’y suis aller… et j’y ai laissé ma vie. » Du bout des doigts, Orfraie caressa les fines lignes blanchâtres qui marquaient ses abdominaux. « Sans Lewyn je serais morte. » L’ancestrale leva son regard vers Luna, ses doigts venant d’eux même caresser sa joue. «  Mes premiers jours en tant que vampire furent difficile. Ma première chasse fut un massacre – et je pèse mais mots – mais je suis arrivée ici et toi, tu m’as accepté. » Orfraie fit une pause, son regard devenant soudainement plus grave. Avant même qu'elle s'en rende compte, elle s'exprima, son cerveau soudainement déconnecté du reste, ses lèvres formant les mots contre sa volonté  « Je… j'ai envie de t'embrasser. J'en ai envie depuis que mes yeux immortels se sont posés sur toi. Je suis las de devoir me contrôler, tu m'as charmé dès que je t'ai vu, ou peut être étais-ce déjà le cas avant de te revoir… »

Il y eu un léger flottement, puis Orfraie se rendit compte de ce qu'elle venait de dire. Son regard s'illumina de surprise tandis qu'elle regardait Luna droit dans les yeux. .

« Par Dracos... » Fit-elle en portant sa main à son front, se maudissant déjà d'avoir avoué cela. « J-je... Je... » Elle ne trouvait pas ses mots et se contenta de fermer les yeux et détourner la tête, attendant le verdict de la jeune femme... comme un condamné à mort attendait que la hache du bourreau tombe sur sa nuque. Tendue à l'extrême, Orfraie était prête à bondir sur ses pieds, ne voulant pas laisser Luna entrevoir une once de sa tristesse si celle-ci la repoussait.






Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mar 14 Juin 2016 - 22:25

Ce nom… Il avait été prononcé avec une telle douceur que les cauchemars de Luna s’effacèrent doucement. Les ténèbres d’une cellule glaciale, le couinement des rats qui lui tenaient compagnie, l’horrible voix qui répétait une prière, tout cela s’effaça avec les bras protecteurs de la vampiresse. La jeune femme se jeta sans retenu dans ce regard bleu enivrant, cherchant confort et rédemption, mais surtout à retrouver le moment présent. Le passé est le passé. Mais pourquoi voulait-il tant s’accrocher? Elle ne voulait rien de son geôlier ni de cette terrible Néant sans cœur. Elle voulait qu’ils partent! Qu’ils ne la tourmentent plus! Elle se blottit dans ses bras, enfoui sa tête contre le corps glacial de l’elfette et ferma les yeux. Luna n’avait pas besoin de chaleur humaine se sentir mieux. La présence d’Orfraie, la mélodie de sa douce voix et ses bras réconfortants étaient suffisants.

La petite lune fut bien heureuse de ne pas être obligée de poursuivre son récit et que la Flamboyante prenne la parole. Silencieuse, elle n’avait fait qu’un hochement positif pour lui signaler qu’elle voulait connaître son histoire à elle. Elle était impatiente de savoir qui était cette ancienne princesse et son récit lui changea les idées.

Six siècles d’histoire l’attendaient et Orfraie avait eu tort. Pour Luna, cela n’avait pas paru long du tout. Elle aurait pris davantage de détails, mais elle pouvait se rassurer en se disant que les moments ne manqueraient pas pour faire plus amples connaissances. Elles auraient dû faire cela bien avant! Un sourire s’était affiché sur ses lèvres lorsque la princesse des ombres mentionna qu’elle ne fêtait plus son anniversaire depuis longtemps. Se doutait-elle que la petite humaine avait gravé cette date, ce 16 décembre, dans son esprit. Maintenant qu’elle savait, ce n’est pas vrai que ce jour passerait dans l’oubli. Après tout, ce n’était pas un jour comme les autres, n’est-ce pas?

L’histoire se poursuivit et elle continua de l’écouter attentivement, s’imaginant une jeune Orfraie se pousser parce qu’elle n’était pas d’accord pour qu’on force un mariage. C’est l’image qu’elle avait d’elle : avide de liberté. Elle la vit devenir Cawr, dont elle se demanda d’ailleurs à quel élément elle s’était lié, et son cœur se serra lorsqu’elle apprit qu’elle avait tué pour protéger son ami. C’était un lourd prix à payer. Prix dont la gamine était certaine qu’elle serait prête à prendre à nouveau si on était capable de retourner dans le temps et de lui offrir ce même choix. Peut-être se trompait-elle. Mais c’était ce que Luna avait l’impression.

La petite lune avait finalement sorti de son cocon protecteur. Son cœur se sentait mieux et le récit de la vampiresse lui changeait les idées. Elle ne s’éloigna pas de ses bras. Un sourire se dessina d’ailleurs sur ses lèvres et avoir été sa liée, elle lui aurait transmis une vague d’apaisement mélangée à un message de « Je te comprends », « Je suis de tout cœur avec toi » ou un truc comme ça. Même les mots, elle n’en était pas satisfaite. Pourquoi était-ce si compliqué de communiquer quelques fois? Le seul moyen était que la Flamboyante comprenne le message à travers son doux sourire et l’azur brillant d’affection, car la blonde ne prononcerait pas un seul mot. Il y avait également sa main qui s’était tendrement posé sur son bras.

L’étonnement se logea dans l’océan. Vraiment? Elle connaissait Saemon? Et c’était lui qui lui avait permis de faire son deuil? Des questions lui traversèrent l’esprit, mais elle les retint et se concentra sur la suite de l’histoire.

Tandis qu’Orfraie brisait le lien de leur regard, la régente continua de l’observer. Sans gêne, elle fixa ces lèvres pulpeuses former des mots de sa voix mélodieuse. L’azur détailla les cicatrices qu’elle avait au visage, apprenant bientôt comment la guerrière les avaient obtenues. Quelques minutes plus tard, son regard suivit les gouttelettes d’eau qui ruisselaient sur sa chevelure, sur sa peau et enfin, sur ses formes que lui faisait découvrir son top devenu légèrement transparent. Orfraie était belle. Depuis la première fois qu’elle l’avait vue, jadis sous le ciel étoilé d’Esfélia, Luna était tombée sous son charme. Elle ne la trouvait que plus belle vu de si près et sous les rayons du soleil.

- Humaine et forte chaleur non plus. Ajouta-t-elle d’une voix amusée.

Elle n’avait pu retenir ses mots et un sourire moqueur s’afficha sur son visage encore légèrement rougi par la chaleur.

Un frisson parcourut l’échine de la jeune femme. Le mariage elfique lui rappelait malheureusement de mauvais souvenirs. Dire que ce devait être un événement soulignant la joie, l’harmonie et l’amour… C’était bien malheureux pour les mariés et encore plus pour les Armandéens qui ne pouvaient obtenir la paix tant souhaitée.

Orfraie en était morte pour renaître en vampiresse. La régente avait failli perdre celle qu’elle estimait énormément. Ou était-ce plus que de l’estime? Elle l’avait acceptée à ses côtés comme si c’était la chose la plus normale qui soit et avait ignoré les protestations des autres. Pour quelle raison avait-elle voulu qu’Orfraie soit à ses côtés?

L’océan s’était jeté sur les glaciers. Son souffle s’était arrêté aux mots qu’avait prononcés la vampiresse. Elle avait envie de l’embrasser…?! Elle était… sérieuse?

- T’aime.

La princesse des lumières termina sa phrase à sa place, même si ce n’était probablement pas les mots qu’elle avait cherchés.

Sa main se posa sur sa joue glaciale et doucement, la tourna afin qu’Orfraie la regarde. C’était un geste tout en douceur que la force d’un vampire aurait pu refuser. Mais l’humaine sentait que ce ne serait pas le cas.

- Im cengar anmelda. (Je te tiens pour aimé). Murmura-t-elle. Jadis, sous les diamants des étoiles, elle avait utilisé une formulation proche pour faire référence à Enetari. Mais aujourd’hui, sous les rayons du soleil, c’était à Orfraie que ces mots s’adressaient. Im cen mela. Je t’aime, Orfraie. Répéta-t-elle dans ses mots à elle à la fin.

Luna aimait Orfraie. Non, Luna aime Orfraie. Ses bras fragiles s’enroulèrent autour de la vampire et ses lèvres cherchèrent les siennes.

Tant pis si des gens les voyaient. Tant pis si deux femmes ne pouvaient pas s’aimer. Tant pis si deux personnes de différentes races ne pouvaient pas s’aimer. Luna leur prouverait qu’ils avaient torts parce que ce n’était pas eux qui pouvaient dicter ce que son cœur lui disait. Elle pouvait.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mer 15 Juin 2016 - 17:36

L'Ataliel voulait disparaître. Si elle avait encore été capable de rougir, le feu lui serait monté aux joues et la vampiresse aurait caché son visage dans ses mains. Mais à la place, elle gardait les yeux fermés et attendait, comme une condamnée à mort, la sentence. Si son cœur avait été capable de battre, elle savait qu'il en serait devenu incontrôlable… L'Ancestrale était figée, incapable de bouger ou même de respirer. Dans sa curiosité, elle attendait la réponse de la jeune femme alors que son esprit lui hurlait de s'en aller. Mais elle ignorait sa raison et écoutait son cœur, qui lui disait de rester.

Et elle eut raison de l'écouter. La voix de Luna lui parvint, au-dessus du tumulte de ses pensées désordonnées, et Orfraie se détendit sensiblement. Elle n'avait pas crié, elle ne l'avait pas non plus encore repoussé. Elle avait… Qu'avait-elle dit ? La vampiresse ne saisissait pas tout… « t'aime »… Oh ! La lumière se fit dans l'esprit de la Lame alors qu'elle sentait la main, délicieusement chaude, de Luna se poser sur sa joue. Venait-elle de dire qu'elle l'aimait ? Ou Orfraie avait-elle rêvé ? C'était sûrement son cerveau qui lui jouait des tours songeait-elle.

Jusqu'à ce que leurs regards se croisent. Les glaciers plongeaient dans l'océan et Orfraie comprit qu'elle n'avait pas rêvé. Et lorsque la jeune femme s'exprima à nouveau, si le cœur de la vampiresse avait encore été capable de battre, sans nul doute aurait-il raté un battement. Elle l'aimait. Luna l'aimait. Les sentiments qu'Orfraie tentait de refouler depuis des mois étaient partagés. L'émotion s'empara de l'immortelle, qui fut bien incapable de répondre, bien qu'elle essaya. Alors, lorsque la petite lune vint nouer ses bras autour d'elle, la Lame sue comment exprimer ses sentiments. Les mots, parfois, étaient bien inutiles.
L'ancienne princesse vint quérir les lèvres de la jeune régente, doucement, délicatement, avec toute la tendresse dont elle était capable. A travers ce contact, ce baiser, elle voulait faire part à Luna de tout son amour, de toute sa joie, du tumulte de sentiments qui s'entrechoquaient dans son crâne et dans son cœur. Il n'y eut que son désir que la vampire refoula. Celui-ci pouvait attendre… Elles avaient le temps, après tout. Les bras d'Orfraie se refermèrent doucement sur la taille nu de la jeune femme. Ses mains glacées glissèrent dans son dos, provoquant des frissons à leur passage, et Luna fut doucement attirée contre la vampiresse. Celle-ci la serrait doucement et fermement à la fois : elle ne comptait pas la lâchait de si tôt, comme si elle avait peur de la voir fuir. Leur baiser fut long, délicat, parfois un peu plus intense. Orfraie se reculait légèrement de temps en temps, laissant le temps à Luna de reprendre sa respiration. Elle ne voulait plus la lâcher, elle ne voulait pas décoller ses lèvres de siennes. C'était trop bon, elle en avait tant rêvé, elle avait tant espéré tout en sachant que cela n'arriverait jamais… Mais à présent, la jeune femme était dans ses bras, contre elle… L'Ataliel osait à peine y croire. Poussé par son désir, Orfraie fit doucement basculer la jeune femme. Le dos de Luna rencontra l’herbe fraîche et la vampiresse se pencha au-dessus d’elle. Elle demeura toutefois simplement allongée à côté d’elle, ses doigts jouant sur sa peau en de chastes caresse. Les longs cheveux d’Orfraie étaient tombés de part et d’autre de son visage et, alors qu’elle se reculait légèrement, elle passa l’ensemble des mèches lie-de-vin sur son épaule droite.

“Im cen mela, Luna.” Parvint enfin à articuler Orfraie, la voix chargée d’émotion. Doucement, elle s’approcha de nouveau, mais plutôt que de l’embrasser, elle vint poser son front contre le sien, son nez frôlant le sien. Elle sourit, un vrai et grand sourire, tandis que de sa main gauche remontait doucement le long de son corps, ses doigts se posant avec tendresse sur la joue de la jeune régente. “ Je crois que c’est le cas depuis notre première rencontre. ” Ce qu’elles avaient partagé cette nuit là était-il le reflet de ce qu’elles éprouvaient, sans en avoir conscience ? A l’époque, Luna aimait Enetari, la vampiresse s’en souvenait… Mais elle ? C’était compliqué, certains souvenirs lui manquaient encore, mais Orfraie sentait qu’elle n’avait jamais pu ôter la jeune femme de ses pensées. Lorsqu’elles s’étaient revues à Estëllin, pour le mariage impérial, l’ancienne princesse se souvenait avoir ressentit un profond désir pour elle, mais également une pointe de jalousie en la voyant avec Enetari. Sentiment qu’elle avait continué à développer en arrivant ici, à Aldaria, alors qu’elle ne se souvenait même plus de Luna.

Orfraie gardait se sourire tandis que son regard détaillait la jeune femme. Ce fut lorsqu’il se posa sur sa gorge qu’il s’assombrit. La vampiresse sentit aussitôt la brûlure de la soif au fond de sa gorge. Elle ne l’avait pas ressentit de la matinée et voilà qu’elle venait l’embêter maintenant ?! La lame s’écarta alors promptement avant de commettre l'irréparable. Elle fut sur ses pieds en quelques instants et s’éloigna de quelques pas, sans jamais se retourner. Elle continuait à regarder celle qu’elle tenait pour aimée, la peur clairement lisible au fond de ses iris. Instinctivement, elle porta sa main droite à sa gorge, comme si cela pouvait apaiser le feu qui y régnait, tandis qu’elle levait la gauche afin d’attirer sa sacoche des ombres à elle. Elle la saisit presque avec violence et en sortit une gourde.

“ Ne t’approche pas. “ Fit-elle d’une voix éraillée, mettant en garde Luna contre elle. La vampire ouvrit la gourde et la porta à ses lèvres, se détournant vivement. Elle ne voulait pas se nourrir devant elle, Orfraie avait encore du mal à boire devant ceux qui l’avaient connu mortelle.

Le sang lui fit le plus grand bien. C’en fut presque rafraîchissant. Un gémissement de contentement lui échappa alors que le liquide lui coulait dans la gorge, apaisant le feu qui y brûlait. Cet instinct, cette dépendance à cet élixir vermeille l’agacer, à l’énerver. Orfraie aurait aimé pouvoir embrasser Luna sans devoir se contrôler, elle aimerait lâcher prise et laisser son corps parler à sa place… Mais ce serait risqué, elle le voyait bien en cet instant précis. Si elle faisait du mal à la jeune femme… Elle ne se le pardonnerait pas. Son cerveau lui disait de rester loin d’elle pour la préserver, mais son cœur lui disait de l’aimer. Et la vampire en avait assez de suivre sa tête. Mais n’était-ce pas égoïste ? L’Ataliel referma la gourde et la rangea, puis elle s’assura de n’avoir plus aucune trace de son repas sur les lèvres. Elle revint ensuite près de Luna, doucement, sur ses gardes. Elle sentait encore son instinct de chasseur juste sous sa peau, prêt à bondir. Son regard témoignait de sa crainte, de sa peur d’elle-même. La vampiresse était tendue alors qu’elle se laissait glisser contre le tronc de l’arbre sous lequel elles s’étaient réfugiées, sa gourde à demi remplie à la main.“ J-je… “ Elle soupira, lâcha la gourde et ramena ses mains devant son visage. L’air soudainement las, ses doigts s’enfoncèrent ensuite dans sa chevelure, au niveau des tempes. “ J’ai encore… Beaucoup de mal avec… Tous ça. “ Fit-elle en s’englobant entièrement d’un geste de la main. “ Alors… Ce qui vient de se passer... ça va se reproduire. “ Expliqua Orfraie, dans un murmure. Elle releva son regard vers Luna, puis s’approcha soudainement. Assise face à elle, Orfraie vint poser son front contre sa clavicule et s’autorisa un moment de faiblesse, l’un des rares : “ Sers moi dans tes bras. ”





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mer 22 Juin 2016 - 17:07

La chaleur s’était mélangée au froid pour ne former qu’un. Les lèvres de l’humaine et de la vampiresse s’étaient liées en un long et tendre baiser dont les deux parties ne semblaient pas vouloir que ce moment cesse. Luna avait fermé les yeux et s’était abandonnée à ses sentiments qu’elle ressentait pour Orfraie. Elle l’aimait et cela, elle l’avait refoulée depuis longtemps, trop longtemps. Ce n’était que maintenant qu’elle réalisait à quel point et qu’elle la voulait tout pour elle. Elle était heureuse qu’elle se souvienne de son passé et qu’elle puisse retrouver celle qui l’avait fait jadis frémir sous un ciel étoilé.

D’agréables frissons parcourraient le corps de l’humaine sous les caresses qu’on lui offrait. Elle avait été attirée à sa Flamboyante et était devenue sa prisonnière. Mais nulle envie de s’échapper de ses bras. La princesse des lumières avaient riposté en entourant sa geôlière de ses bras, posant ses paumes chaudes dans son dos et caressant tendrement celui-ci. Le baiser avait continué et n’avait cessé qu’à quelques reprises afin que la blonde puisse reprendre son souffle.

On la fit basculer sur le dos sans la moindre difficulté et un sourire fut dessiné sur ses lèvres roses. Elle jeta l’océan sur Orfraie, un regard qui en disait long sur ce qu’elle désirait. Elle chercha à nouveau ses lèvres et si elle avait été capable de ronronner, il est certain qu’elle l’aurait fait à cet instant. Une main vint caresser la joue de la lame écarlate puis vint placer une mèche lie-de-vin rebelle derrière cette mignonne oreille pointue.

La vampire ressentit certainement l’effet des mots qu’elle prononça pour Luna. Son cœur battait de joie et fortement dans sa poitrine. Prononcé par l’ancienne elfette, les mots charmaient la jeune humaine. C’était une langue qu’elle avait toujours aimée et qu’elle voulait saisir, littéralement. Front contre front, elle ferma les yeux. C’était le genre de gestes attentionnés qui n’avaient pas besoin d’être liés à des paroles et qu’elle adorait. Tout en douceur, Luna vint frotter son nez contre le sien et c’est un regard amusé qu’elle lui jeta.

Quasi inaudible, ses lèvres formèrent des mots d'amour, prononcés avec la passion qui l’animait. Elle avait abandonné l’elfique pour parler avec la langue qui était la sienne, formant ainsi un « Je t’aime ». Mais à peine avait-elle prononcé ces mots que la régente détecta un grand désarroi dans le bleu royal. L’effroi fut contagieux et elle ouvrit bien grand les yeux. Que se passait-il donc? Sa geôlière la libéra de son emprise et s’éloigna d’elle. Rapidement, Luna comprit le souci : sa partenaire était une vampiresse et elle, une humaine. Était-ce problématique? En théorie, oui. Mais la pratique lui avait démontré que cette différence raciale était surmontable. Orfraie et Luna ne formaient pas le premier couple à mélanger jour et nuit.

Luna se redressa, s’asseyant ainsi sur l’herbe fraiche, et attendit l’autorisation de bouger. Elle lui offrit tout le temps qui lui fut nécessaire et jamais l’idée de partir ne lui traversa l’esprit. Certes, elle avait été surprise par cette réaction soudaine. Mais maintenant que cette première étape était passée, ce n’était que la bienveillance qui attendait Orfraie. Elle ne la jugeait pas. Pourquoi l’aurait-elle fait? Depuis sa première rencontre avec Orfraie la vampire, elle l’avait acceptée telle qu’elle est en sachant qui elle était.

Elle attendit patiemment. Bien sûr, l’idée de la rejoindre lui était venue à l’esprit, mais elle s’était ravisée. La jeune femme aimait prendre des risques sans même le réaliser pleinement bien des fois, mais parfois elle était suffisamment lucide pour réaliser tout le danger qui la guettait.

Son patience fut récompensée, car la dragonnière de jade revenait vers elle. Elle semblait aller mieux depuis qu’elle s’était nourri. L’humaine ne bougea pas et attendit que la vampiresse brise la glace, qui le fut par une tête flamboyante posée sa clavicule. Elle n’eut pas à le demander deux fois que ses bras se refermaient sur son corps. Elle en profita pour enfouir son visage dans l’épaisse chevelure lie-de-vin. Les deux femmes restèrent ainsi pendant un long moment jusqu’à ce que l’humaine glisse son dos sur l’herbe et entraîne l’être de la nuit avec elle. Ses bras ne l’avaient pas libérée.

- Je t’aime, Orfraie. Murmura-t-elle. Que tu sois vampire ne change rien.

Ses doigts passaient tendrement dans la cascade rouge, caressant au passage la nuque de l’ancienne princesse.

- Je ne veux pas devenir vampire. Je ne veux pas changer. J’ai trop peur de t’oublier, de tout oublier. Ça m’effraie. Lui confia-t-elle. La curiosité était bel et bien présente, cependant. Comment se sentait-on lorsque la vie nous quittait et pourtant, qu’on était toujours là parmi les vivants? Et cette puissance que l’on gagnait? Mais la peur était plus forte. Elle ne voulait pas. Elle voulait rester l’humaine qu’elle était, qu’on connait. Orfraie? Tu me promets de tout faire pour éviter que ça m’arrive? Je ne parle pas seulement de toi. J’ai confiance en toi. Ce sont les autres dont je n’ai pas confiance.

Voilà une crainte qu’elle désirait bien partager avec sa tendre lame écarlate. Ce n’était pas son genre de se confier. Lorsqu’elle le faisait, cela signifiait qu’elle estimait énormément son ou sa confidente. C’était donc tout un privilège que lui offrait Luna.

Un sourire s’afficha sur ses lèvres lorsque son regard croisa celui d’Orfraie. Le ciel se posa momentanément sur les siennes et du revers de la main, elle vint essuyer le liquide écarlate qui s’y trouvait encore. Elle avait envie de ces lèvres rouges et ne se retint pas davantage, lui offrant ainsi un baiser. Le goût du sang lui parut bien particulier, mais ce n’est pas cela qui briserait ce moment.

- Tu es chanceuse. Je n’ai pas peur du sang. Dit-elle à la fin du baiser d’une voix emplie d’humour.

Sortant sa terrible force, elle fit basculer la vampire sous elle. Ce n’est pas vrai qu’Orfraie l’avait laissée faire, Luna ne le croirait certainement pas! Elle vint mordiller doucement son oreille pointue. C’est fou comment ces petites choses-là savaient lui faire de l’effet! Elle chercha à nouveau ses lèvres. Heureusement qu’il n’y avait personne, car la relation était claire entre les deux.

- Viens, rentrons. Proposa-t-elle.

Ce n’était pas tant une proposition, mais plutôt un ordre caché. Se relevant sur ses pieds, elle offrit sa main à la guerrière pour l’aider, même si en réalité elle n’en avait pas besoin. Elles retrouvèrent leurs effets, notamment leurs bottes, avant de quitter pour le palais non loin.

Leurs pas les menèrent aux appartements de la régente qui, d’une voix sans conteste, renvoya tout le personnel qui n’attendait que de la servir. Elles étaient seules!

- Avec tout ça, un bain fera le plus grand bien. J’ai encore l’impression de brûler!

Sans attendre une seconde de plus, elle se dirigea vers sa salle d’eau où un grand bain s’y trouvait. Elle activa le mécanisme afin que l’eau fraîche y coule et poussa un produit à l’intérieur afin de produire bulles et mousse. Elle savait que la Flamboyante la regardait, mais cela ne l’empêcha pas de retirer lentement ses vêtements, dos à elle. Complètement nue, il n'y avait que cette longue cascade dorée pour cacher son dos. Elle entra ensuite dans la baignoire et se tourna vers Orfraie.

- Qu’est-ce que tu attends? Que je vienne t’aider? Blagua-t-elle.

La vérité, c’est qu’elle ne blaguait pas. Luna avait envie de l’aider à retirer tous ces vêtements, même s’il n’y en avait que peu.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Ven 24 Juin 2016 - 22:11

Les bras de Luna se refermèrent autour d’Orfraie sans attendre. Un léger sourire naquit sur les lèvres de la vampiresse qui vint se blottir davantage encore dans les bras de l’humaine, celle-ci enfouissant son visage dans sa chevelure lie-de-vin. Ainsi protégée dans les bras de la jeune régente, Orfraie se sentait bien, comme envelopper par un écrin d’amour. Elle n’avait pas envie de bouger et c’est pourquoi elle n’émit aucune résistance quand Luna s’allongea de nouveau dans l’herbe. Au contraire, la Lame vint poser sa tête sur son épaule, passant ensuite un bras autour de sa taille. Elle demeura ainsi contre elle, les paupières closes. Elle était si bien… Et les mots de Luna ne firent que la rassurer. Elle l’aimait et qu’elle soit une vampire ne changeait rien à cela. Orfraie ne répondit pas, mais enhardi pas les paroles de Luna, elle déposa un baiser à la naissance de son cou. La vampiresse sentit, bien entendu, son pouls, mais parvint à en faire abstraction sans peine. Elle reposa ensuite sa tête sur l’épaule de la jeune femme, la serrant un peu plus fort, appréciant grandement la sensation procurée par les doigts de la blonde dans ses cheveux.

La Capitaine se tendit légèrement lorsque Luna évoqua sa peur de devenir vampire. Comprenait-elle qu’elle prenait un risque immense, voir inconsidéré, en étant avec Orfraie? Celle-ci comprenait que cela pouvait l’effrayer. Quoi de plus normal ? “Je te le promets.” Répondit toutefois l’Ataliel en se redressant de façon à pouvoir la regarder dans les yeux. “ Je ne laisserais rien n’y personne te faire du mal. ” Rajouta la Lame en caressant doucement sa joue. Elle aurait pu rajouter qu’elle tuerait de ses mains, ou de ses crocs, quiconque lui voulait du mal… Mais cela lui sembla mal venu.

Le sourire de Luna fut contagieux et Orfraie y répondit, dévoilant une nouvelle fois ses crocs, sans crainte d’être jugée. Au baiser que la jeune femme lui offrit, la vampiresse répondit avec plaisir. Si elle avait pu ronronner, elle l’aurait probablement fait…

“ Je t’aime. ” Répondit-elle simplement lorsque la princesse des lumières affirma ne pas avoir peur du sang. La vampiresse laissa ensuite Luna la faire basculer sous elle, souriant de plus bel. Ses mains vinrent se poser dans le dos de la jeune femme et ses doigts s'enfouirent d’eux même dans sa chevelure dorée lorsqu’elle osa mordiller son oreille pointue. Avait-elle seulement conscience de l’effet et du pouvoir qu’elle avait sur la Liée de Feu ? Celle-ci ne pu retenir un léger soupir tandis qu’un délicieux frisson parcourait son corps et réveiller son désir. C’est avec ferveur qu’Orfraie répondit à son baiser, osant même mordiller sa lèvre inférieure, ses doigts glissant doucement dans le bas de son dos.

Quelques instants plus tard, Luna était sur ses pieds. Orfraie leva son regard vers la jeune femme. Quelle était belle... sans réellement s'en rendre compte, la vampire glissa sa main contre celle de la blonde et laissa celle-ci la tirer sur ces pieds, quand bien même elle n'en avait pas réellement besoin.

Elles récupèrent ensuite leurs effets et se dirigèrent vers le Palais. Orfraie sentait une pointe de déception envahir peu à peu son esprit : rentrer signifiait laisser Luna à ses occupations. .. Et cela, l'ancestrale n'en avait pas envie. Pendant tout le chemin vers les appartements de Luna, la vampiresse laissa son regard parcourir sa silhouette. Elle avait tant envie de la prendre dans ses bras... Elle n'avait pas envie de la quitter.
Orfraie fut donc quelque peu surprise lorsque la jeune régente renvoya son personnel, mais, rapidement, un sourire naquit sur les lèvres charnues de l'immortelle. Cela voulait dire que cette journée n'était pas encore terminée...

" ... un bain...? " fut tout ce que Orfraie parvint à répondre alors que Luna s'afférait à préparer le bain, bain qui ressemblait plus à une piscine par sa taille songea Orfraie en faisant quelques pas dans la salle d'eau. Dix personnes auraient pu aisément tenir dans l'eau sans le moindre problème. En plus, cette pièce était magnifique avec ses dorures et... Les pensées de la vampiresse se bloquèrent sur Luna, qui retirait le peu de vêtement qui lui restait.

En princesse, Orfraie détourna quelque peu le regard. L'envie de la regarder - et de lui faire des choses inavouables - était grande, mais la princesse des ombres craignait son instinct, elle avait peur de craquer si elle s'approchait de Luna maintenant. Car il était clair que si elle entrait dans l'eau, elle lui ferait l'amour, elle ne répondrait plus d'elle. Mais c'est alors que, mutinement, Luna lui demanda si elle avait besoin d'aide. La régente l'invitait à la rejoindre, elle avait confiance - elle le lui avait dit - et c'était maintenant à Orfraie de se faire confiance.

" Tu as l'impressionnante faculté de me faire perdre tous mes moyens... " Avoua Orfraie en s'approchant du bassin. Elle ôta ses bottes, qu'elle prit le temps de déposer un peu plus loin. " Tu me rends folle... " Poursuivit l'ancienne princesse. Elle se détourna tandis qu'elle ôtait son pantalon, doucement, offrant une vue plus que sympathique sur le bas de son corps. Il ne lui restait que ses sous-vêtements, puisque son top en était un en vérité, bien qu’il n’y paraissait pas.

Sa peau était claire, marquée par endroit, mais il s'agissait d'un corps que Luna connaissait déjà, bien que la première fois, l'eau et l'obscurité l'avaient empêché d'y voir parfaitement. Cette fois, nulle obscurité pour dissimuler Orfraie à la vue de la régente… Et il ne restait plus qu’à lui ôter ses derniers vêtements pour découvrir son corps. Avec une lenteur parfaitement mesurée, la vampiresse se tourna vers Luna. Son regard accrocha le sien. Cette fois, la Lame ne faisait pas l'effort de dissimuler son désir, de toute façon elle avait été claire... et si Luna ne l'avait pas voulu en premier lieu elle ne l'aurait pas invité à se joindre à elle.

Lentement, Orfraie parcourut les mètres qui la séparaient du bassin. Elle ne détourna pas les yeux une seule fois, gardant son regard bleu roi sur Luna. Elle voulait lire dans son regard, savoir ce que cette vision lui évoquait.

L'eau était délicieusement tiède, assez pour avoir chaud sans que ce soit étouffant et assez pour être rafraîchie. Les vêtements déjà humides d’Orfraie collèrent à sa peau et dévoilèrent, cette fois-ci, ses formes avantageuses. Il n’y avait plus rien à imaginer. “ Mais j’accepte gracieusement ton aide pour ôter tout cela. ” Minauda la Lame en s’approchant, réduisant l’écart qu’il y avait entre elles. “ Parce que j’ai très envie de faire l’amour avec toi. “ La vampiresse sourit, dévoilant une paire de crocs, avant de s’emparer des lèvres de la jeune femme, enhardit par son désir. Son corps, son esprit, son instinct... Tous réclamaient Luna, corps et âme. Alors la vampire l'attira contre elle, frémissant au contact de son corps nu et chaud contre le sien à peine couvert. Ses doigts glissèrent sur ses hanches et ses mains s'y posèrent, flirtant quelques instants avec la décence avant de s'assagir.

" Im cen mela, Luna. " murmura Orfraie contre ses lèvres. " et je me donne à toi, corps et âme. " rajouta la vampire avant de repartir à l'assaut de des lèvres, ayant même l'audace d'en demander plus en y glissant sa langue.







Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mer 29 Juin 2016 - 5:39

Luna avait pénétré dans l’immense baignoire. Les bulles savonneuses collaient à sa peau et formaient sur la jeune femme une robe séduisante. Elle s’était tournée vers la vampire et son regard s’était posé sur elle, longuement insistant. Un large sourire fendit son regard lorsque cette dernière lui dit qu’elle avait le don pour lui faire perdre tous ses moyens. C’était réciproque et maintenant qu’elle pouvait laisser cours à ses envies et à sa passion, il n’y avait qu’un mot qui lui paraissait important : Orfraie. Même lorsqu’elles se connaissaient à peine, elle avait eu des sentiments pour elle. Son corps tout entier l’avait toujours attiré et elle avait voulu d’elle depuis la première soirée étoilée. L’humaine n’avait pas voulu se jeter dans cette réalité, mais désormais c’était avec les grands bras ouverts qu’elle l’acceptait.

Ainsi, elle ne cacha pas l’effet que lui faisait la Flamboyante tandis qu’elle retirait son pantalon. La princesse des ombres pouvait certainement ressentir l’intensité de son regard sur son dos, qui glissait le long de ses hanches et qui s’arrêtait momentanément pour observer les cicatrices qui se dessinaient sur ce corps. Certaines personnes pouvaient ne pas aimer toutes ces marques, mais ce n’était pas le cas de Luna. De son point de vue, celles-ci la rendaient unique et formaient l’écriture de son histoire. Orfraie n’en était que plus belle. Luna mordit sa lèvre inférieure face à ce spectacle qui s’offrait à elle et mêla son regard au sien. Aucun mot n’était nécessaire pour savoir ce que les deux femmes voulaient. L’azur brillait de son envie, de sa passion, de son amour… Elle voulait la dragonnière de jade toute pour elle et c’est ce qu’elle put lire dans ses yeux.

Une fois à l’eau, son regard quitta ses yeux et descendit. Elle aimait la vue de ses… gouttelettes d’eau qui glissaient le long de son thorax. Elle dévoila à nouveau son sourire en s’approchant de sa lame écarlate et réduisit elle aussi la distance qui les séparait. Elle allait prononcer qu’elle aussi elle avait envie de lui faire l’amour, mais les mots restèrent coincés dans sa gorge par un baiser. Son esprit s’électrisa et elle en oublia la capacité de parler. Ses lèvres cherchèrent les siennes pour s’y perdre. Ses mains se refermèrent sur le corps de la vampiresse et elle la serra contre elle. Lorsqu’elle chercha son air, un baiser vint se poser sur son cou et elle glissa ses lèvres jusqu’à son oreille pointue si craquante.

- Je te veux toute pour moi. Lui murmura-t-elle.

Ses doigts se promenèrent dans son dos, longea son échine jusqu’à s’arrêter au premier nœud qui tenait en place son top.

- Im cen mela! Lui répondit-elle aussitôt.

C’est avec son petit air complice que la princesse des lumières se prit l’attaque d’Orfraie et que ses lèvres furent bombardées par les siennes. Elle ne comptait certainement pas perdre ce combat! Elle répliqua en l’embrassant fougueusement et lui offrit même sa langue comme arme de résistance. Durant ce temps, une de ses mains s’était posée contre sa nuque et ses doigts se mélangeaient aux flammes. L’autre main défaisait les nœuds de son top pour finalement le voir disparaître parmi les bulles. Libérée de ce vêtement, les caresses retentirent sans attendre plus longtemps. Elles cherchèrent la peau froide de sa vampiresse, glissèrent le long de ses membres et suivirent les courbes de son corps. Sa main glissa sous son autre sous-vêtement afin de la faire vibrer. Puis, quelques secondes plus tard, le dernier vêtement était parti rejoindre son confrère au fond du bain.

- Tu me fais craquer, Orfraie. Murmura-t-elle.

Suite à ces mots, la petite humaine recula de quelques pas pour lui offrir un océan qui en disait long sur ce qu’elle voulait. Attrapant la mousse, elle lui lança une boule qui se défit en chemin et elle éclata de rire. Pour elle, ce moment seul à seul avec sa princesse était plus qu’agréable. C’était purement euphorique. Il faisait longtemps qu’elle ne s’était pas sentie aussi bien et dire qu’elle se sentirait encore mieux dans un petit instant.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mer 29 Juin 2016 - 14:26

Le peu de vêtements qu'Orfraie portait n’avait plus aucune utilité. Son top lui collait à la peau et s’il maquait encore sa poitrine, il était aisé de la deviner. Ma la princesse des ombres n’était pas pudique et, en vérité, elle avait grand hâte que Luna la débarrasse de ses vêtements. Elle voulait la sentir contre elle et en frissonnait d’impatience.
Orfraie sentit bien que le baiser qu’elle offrit à Luna coupa la jeune femme dans son élan, toutefois, elle ne s’en formalisa pas. Cette journée était la leur et la vampiresse comptait bien rester avec elle le plus longtemps possible. La jeune régente avait donc le temps de lui dire tout ce qu’elle voulait et, pourquoi pas, de joindre le geste à la parole, encore et encore. La princesse des ombres était, d’avance, plus que d’accord.

Celle-ci glissa ses lèvres dans le cou de sa petite humaine, mordillant sa peau tout en prenant grand soin de ne pas entamer la chair avec ses crocs. Les doigts de la vampiresse s’enhardirent et glissèrent jusqu’aux reins de la régente, puis effleurèrent ses fesses, du bout des ongles, suffisamment pour déclencher d'innombrables frissons.
Mais pour l’heure, c’était Orfraie qui frissonnait en sentant les doigts de Luna s’attaquer aux nœuds de son top. “ Je suis à toi. Tu es à moi. ” Répondit-elle simplement, murmurant elle aussi en retrouvant les lèvres de la jeune femme, qu’elle embrassa avec douceur. Orfraie avait toujours ressentit le besoin d’être libre et d’aller là où elle le voulait, mais Luna lui faisait ressentir quelque chose qu’elle n’avait jamais ressentit… où elle ne s’en souvenait pas. Elle voulait garder la jeune femme pour elle comme elle souhaitait n’être que pour Luna. Aussi, les mots de l’ancienne princesse furent particulièrement sincères.
Le baiser devint fougueux, Luna contre-attaquant avec sa langue. Orfraie se sentit fondre sous ces attaques et l’attira contre elle dès l’instant où son top quitta sa peau. Les doigts de la jeune femme sur son corps glacé réchauffèrent celui-ci et l’immortelle ne pu empêcher quelques soupirs de bien-être de quitter ses lèvres, plus encore quand une main aventureuse se glissa sous son dernier sous-vêtement, l’effleurant, avant de le lui ôter.

“ Et il y a plein d’autres choses que je vais te faire… ” Répondit l’Ataliel en souriant, se reculant d’un pas pour esquiver le jet de mousse. Elle joignit son rire à celui de la petite humaine avant de répliquer en lui collant une poignée de bulles sur le sommet du crâne, s’étant rapproché très rapidement. Elle l’enlaça sans attendre, se penchant pour effleurer ses lèvres des siennes. “ C’est amusant : nous nous retrouvons encore dans l’eau. ” La vampiresse sourit, levant sa main droite pour effleurer a joue de Luna - et la débarrasser de la mousse -, puis elle glissa une nouvelle fois ses lèvres dans le cou de l’humaine. Sa main glissa alors le long de son cou, descendant jusqu’à sa poitrine. La lame mordillait la peau qui lui était offerte, la suçotant légèrement pour y laisser une marque bien nette. “ Oups… ” Fit-elle en souriant contre son cou, embrassant le suçon qu’elle venait de faire.

La vampiresse poussa alors doucement Luna, de façon à la forcer à s’appuyer contre le bord du bain, la coinçant entre le rebord et son propre corps. Le regard d’Orfraie se chargea d’un désir qu’elle ne contenait plus alors qu’il descendait sur le corps de la jeune femme. “ Je ne saurais résister plus longtemps, Nëtyavarända… ” Lui dit-elle en l’enlaçant de nouveau, l’attirant cette fois à elle pour ne plus la lâcher, glissant ses doigts et ses lèvres sur le corps de la jeune femme. Toutefois, alors qu’elle l’embrassait… : “ fais-moi tienne. ”





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Lun 4 Juil 2016 - 4:43

Et il y avait tant de choses qu’elle voulait lui faire. C’était réciproque et le regard que lui lançait Luna était plus que parlant. La jeune femme regardait Orfraie avec envie, passion et amour. Elle la voulait juste pour elle, rien que pour elle et n’en accepterait pas moins. Pour une fois, elle serait égoïste et elle ne s’en sentirait pas mal. Dans les glaciers, elle voyait que c’était mutuel.

Il y avait désormais un espace entre elles, espace qu’elle avait elle-même créé en voulant la toiser au complet et lui balancer de la mousse pour s’amuser. Désormais, elle reconnaissait que l’idée était mauvaise. Tout ce qu’elle voulait, c’était se rapprocher. Tout simplement de se blottir dans ses bras, de poser ses lèvres sur les siennes et sur tout le long de son corps froid. Elle voulait caresser chaque parcelle de sa peau et découvrir la moindre de ses cicatrices.

- L’eau est notre élément, Orfraie. Répondit-elle doucement.

C’est ce qu’elle croyait en tout cas. Les deux femmes s’étaient rencontrées la première fois dans un petit oasis du désert et elles scellaient à nouveau leur amour dans cet élément au sein de son immense baignoire royale. Luna aimait l’eau et c’était son élément favori. Elle aimait la sensation de l’eau contre sa peau et ressentir les gouttes de pluie sur son visage même si cette température lui apportait une sensation de mélancolie. Juste à considérer cet aspect, cela faisait du sens qu’elle ait choisi Orfraie : ancienne baptistrelle de l’eau au regard d’un bleu enivrant dont elle adorait mélanger l’océan à ses glaciers.

L’aimée sentait son envie grandissante et l’espace les séparant disparut enfin. Aussitôt, Luna entoura le corps de la Flamboyante de ses bras. Elle voulait ressentir la princesse des ombres contre elle. Elle lui offrit son cou dont la vampiresse aurait pu percer de ses crocs, mais cette possibilité ne faisait pas partie de son esprit. Elle se donnait corps et âme à l’être de la nuit et son seul souci était de savoir quand serait le prochain baiser. C’était d’ailleurs la première fois qu’on lui faisait un suçon et elle aima la sensation des lèvres sur sa peau rougie.

- Depuis le premier jour, tu fais une fixation contre mon cou. C’est quelque chose qui ne changera jamais… Prononça-t-elle sur un ton empli d’humour.

La régente trouvait cela drôle en un sens. Lors de cette nuit étoilée, la guerrière avait voulu l’étranger. Aujourd’hui, elle le marquait de ses lèvres. Et bien sûr, en tant que vampiresse, la tentation était toujours présente. Elle lui échangea un sourire. Non, elle n’était pas inquiète et posa ses lèvres contre les siennes pour lui arracher un baiser.

Il fut interrompu lorsqu’on la poussa. Luna se retrouva coincée entre le mur et sa prédatrice. Elle s’accrocha sur le rebord de la baignoire et lui lança un air de défi.

- Tu es à moi, ma Flamboyante!

Flamboyante pour bien plus que la couleur de sa chevelure. Flamboyante parce qu’elle ravivait la flamme en elle, qu’elle créait un brasier avec ses émotions et qu’elle allumait sa passion. Ses jambes entourèrent la taille de l’ancienne princesse et elle l’attira davantage à elle. Elles n’auraient pas pu être plus proches. Son corps contre le sien, elle glissa des baisers le long de son cou. Elle relâcha sa prise que pour éviter de glisser tandis que ses doigts caressaient sa peau et cherchait à épouser ses courbes. Luna voulait la faire vibrer comme personne ne l’avait fait de ses six siècles. Le désir de l’humaine ne pouvait être rassasié. Elle n’en voulait que plus et plus encore. Elle demandait plus de caresses, de baisers et d’attention pour en offrir autant sinon plus à sa partenaire. Les lèvres de l’humaine épousa les courbes aguichantes d’Orfraie et ses doigts atteignirent l’inaccessible qui était désormais sienne.

Elle n’avait pas de souffle pour prononcer une seule parole. Ses lèvres étaient trop occupées à parcourir le corps nu de la Flamboyante et à électriser son désir. Bientôt, elle connaitrait l’emplacement de chacune de ses cicatrices. Son corps n’aurait plus de secrets.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Mar 5 Juil 2016 - 20:48

Oui, l'eau était leur élément. L'eau représentait également une façon de boucler la boucle qu'elles avaient commencé deux ans plus tôt, dans l'eau délicieusement fraîche d'une oasis. Mais, à la différence de cette nuit de l'an 5 d’obsidienne, Orfraie se sentait bien plus sereine car elle savait que tout ceci n'était qu'un début. Elle savait que demain, Luna serait encore là et elle ne serait pas seule. Oh, bien entendu, il y avait Firindal… Ce dernier avait une place très spécial dans le cœur de l'ancienne princesse : il était sa demi-âme… Mais il y avait certains besoins, certains désirs, que le jeune saurien ne pouvait combler.
Pour la première fois, la Princesse des Ombres se sentait bien. Elle avait cette impression d'être particulièrement spéciale aux yeux de la jeune Régente… Comme celle-ci était spéciale aux yeux de l'immortelle. C'est pourquoi Orfraie acceptait de perdre le contrôle et de le laisser à Luna : elle avait confiance en elle.

Désormais l'une dans les bras de l'autre, il n'était plus temps de parler. Oui, Orfraie faisait une fixation sur la gorge de l'humaine. Elle avait envie de la percer de ses crocs comme elle avait terriblement envie de l'embrasser afin de tirer milles et uns soupires de plaisirs à la jeune femme. Et c'est ce qu'elle allait faire, cela allait être bien plus agréable … En un sens, elle comptait bien la dévorer… Pour leur plaisir à elles deux.

Les mains de la vampiresse trouvèrent les hanches de l'humaine dès l'instant où celle-ci s'agrippa à elle, ses jambes enroulées autour de sa taille. Cette position, elles l'avaient déjà adopté lors de leur première fois et cela ne manqua pas de faire sourire Orfraie. Toutefois, ses lèvres perdirent leur sourire lorsque Luna glissa ses lèvres dans le cou de la Lame, celle-ci ne pouvant empêcher son corps de réagir. Elle soupira de bien être et de plaisir, sentant le feu embraser tout son être. Si son coeur avait pu battre, sans nul doute se serait-il emballé. Les paupières closes, la tête légèrement rejetée en arrière, Orfraie s'offrait aux attentions de Luna, laissant celle-ci redécouvrir son corps glacé, un corps qu'elle réchauffait par ses caresses et ses baisers.

L'empressement des premiers instants laissa bientôt place à davantage de douceur et de sensualité. Si, jusque là, l'ancienne princesse s'était offerte, elle revint cueillir les lèvres de l'humaine. Ses doigts partirent à la découverte de ce corps magnifique pressé contre le sien. Bientôt, il n'aurait plus aucun secret et il tardait à Orfraie de faire gémir sa partenaire. Elles se donnèrent l'une à l'autre dans cette immense bain, seules au monde, dans leur bulle…. Et le plaisir ne tarda pas à les ravager de concert.

Frissonnante, Orfraie s'était agrippée à Luna. Elle caressait son dos avec tendresse, ses lèvres jouant dans son cou. Puis soudain, sans prévenir, l'immortelle usa de sa grande force pour soulever sa belle. Posant allègrement ses mains sur les fesses de la demoiselle, les jambes de celle-ci nouaient autour de sa taille, la Princesse des Ombres s'extirpa du bain. Elles auraient le temps d'y revenir plus tard, car pour l'heure l'appétit de la vampiresse n'était pas rassasié. Celle-ci quitta donc la salle d'eau en emportant son précieux fardeaux.

Elle ne dit rien car il n'y avait rien à dire, cela aurait même brisé ce moment. Avec douceur, Orfraie allongea Luna dans son lit et vint se placer au dessus d'elle. Elle noua ses doigts aux siens, colla son corps contre le sien comme si elle cherchait à fusionner. Elle sourit, doucement, et vint cueillir les lèvres de sa belle. Langoureusement, elle dégusta sa bouche, continuant à redécouvrir le corps de la jeune femme du bout des doigts. Puis, presque soudainement, les glaciers d'Orfraie rencontrèrent l'océan. Ils plongèrent dedans avec force, s'immergeant totalement.

Du bout des doigts, du bout des lèvres, du bout de sa langue… La Princesse des Ombres fusionna avec la Princesse des Lumières. La plus âgée lui fit découvrir miles et un plaisir tandis que leurs corps entremêlés ne firent qu'un dans l'intimité de cette chambre royale.





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Duruisseau
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 8

Administratrice
Régente d'Aldaria
Dragonnière

MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou Lun 11 Juil 2016 - 4:46

C’est aussi légère qu’une plume que Luna s’était sentie, extirpée doucement de l’eau dans un geste d’amour. Emprisonnée par les bras de sa lame, elle n’avait pas cherché à s’enfuir mais plutôt à se rapprocher davantage. Plus rien ne les séparait. La peau froide d’Orfraie touchait son opposée et cette dernière la réchauffait tranquillement. L’eau ruisselait le long des deux corps féminins et d’un geste délicat, la régente vint placer une mèche flamboyante derrière une oreille pointue. Sa main se posa ensuite sur sa joue, la caressant et ne la quittant plus avant de longues secondes comme si elle voulait former un moule de son gracieux visage. Ses jambes enlacèrent solidement la taille de sa geôlière et ses bras s’accrochèrent à elle. Malgré la présence des cicatrices sous ses doigts, sa peau était douce. Le ciel azuré fut englouti par les ténèbres et elle posa sa tête dorée sur son épaule, tout près de son cou. Ses lèvres y déposèrent d’ailleurs tendrement un baiser. Elle était calme, elle était sereine. Dans cette position, aussi près de sa flamme, la jeune femme ressentait un sentiment de bien-être comme elle ne l’avait que rarement ressentie par le passé et elle ne voulait plus la lâcher.

Ses paupières se levèrent enfin lorsque sa tête toucha son oreiller et elle plongea son regard dans le bleu roi d’Orfraie. Finalement, elle venait de changer d’avis : elle voulait bien la lâcher si c’était pour se rapprocher d’elle autrement. Le sourire qui se dessina sur ses lèvres rosées en disait long sur ce qu’elle désirait. Elle serra ses doigts contre les siennes et répondit aux baisers. Ses lèvres étaient siennes et sa langue tout autant. Le nom de Luna y était désormais gravé tout comme c’était le cas du corps de la vampiresse. Orfraie était sienne. Mais c’était tout réciproque puisque la princesse des lumières s’offrait également toute à elle, corps et âme, sans la moindre exception.

Aucune parole ne vint briser le moment. Les mots étaient inutiles tant les gestes, les souffles et les regards disaient tout. L’humaine ronronnait sous les caresses de sa belle et en demandait plus, toujours plus. Ne dit-on pas « Qui sème le vent récolte la tempête? ». Chaque baiser qu’elle recevait était décuplé et chaque geste affectueux était amplifié. Ses mains profitèrent de la liberté qu’on leur accorda pour descendre le long du dos de la vampiresse puis vinrent caresser ses fesses. Elle usa de toutes ses maigres forces pour presser son corps contre le sien.

Orfraie et Luna devinrent qu’une seule entité. Sous les caresses, les baisers, les gestes affectueux et bien plus encore dont je vous laisserai deviner, les deux femmes exprimaient leur amour et leur passion. Il n’y avait pas de limite et elles se permettaient tout sans la moindre gêne.

Le soleil se couchait à l’horizon sans que les deux amoureuses l’aient remarqué. Le temps n’avait plus de contrôle sur elles et le souci qu’elles avaient était de savoir si elles satisfaisaient suffisamment leur partenaire.


Je peux vous dire qu’il n’y avait aucun doute là-dessus…








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou

Revenir en haut Aller en bas

Fais le, ou ne le fais pas mais il n'y a pas d'essai | PV : Lunachou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La vie est un rêve. Fais en une réalité ≈ Eireen
» ∞ j'fais genre j'vais bien et tout, mais en vrai j'ai raté Bob l'éponge ce matin.
» ◁ nuit tu me fais peur, nuit tu n'en finis pas.
» Mais que fais tu en ce moment ???
» Une petite présentation sa fais jamais de mal!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-