Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alkhytis
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Jeune dragon
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 8

Dragon Lié

MessageSujet: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Lun 2 Mai 2016 - 21:15

8 février,
An 7 de l'ère d'obsidienne

L'aube qui suivit cette longue journée de mariage semblait être plus belle que jamais, comme si le chant de Dawan et l'union pour toujours de ces deux êtres avaient teinté le ciel de toutes nouvelles couleurs. Alkhytis s'était levé très tôt ce matin, n'aimant pas vraiment paresser pendant des heures, surtout quand on pouvait assister à d'aussi jolis spectacles ! N'étant pour rien au monde un dragon d'intérieur, il s'était précipité dehors pour accueillir la venue du soleil dans le ciel, pour un énième infatigable et inlassable parcours. C'était une drôle de vie pour l'astre qui semblait n'avoir rien d'autre à faire que de les baigner de ses rayons quand il n'était pas caché par quelque nuage, chauffant alors ses écailles étincelantes ; toujours très bien entretenues par Luna, malgré ses innombrables escapades !
Il aimait bien ce contact, c'était agréable et doux à la fois, même s'il ne fallait pas trop longtemps fixer la sphère dans les yeux tant elle était lumineuse ! Et puis, il pouvait assister à toutes une palette de couleurs qui changeaient d'instant en instant, pour finalement tendre vers un bleu plus ou moins pâle. C'était joli ! Même si ça restait un territoire qu'il ne pouvait pas encore atteindre et qu'il était encore obligé de contempler de loin, restant toujours inexorablement au sol, malgré ses bonds incessants et le battement de ses petites ailes.

Le petit dragon allait devoir prendre son mal en patience, il le savait parce qu'on lui avait déjà dit bien souvent qu'il était encore trop petit pour voler et que cela viendrait avec l'âge. Mais des mois entiers, qu'est-ce que ça pouvait être long ! Pour lui qui comptait son existence encore en jours, il se demandait bien ce que ça pouvait faire d'être âgé de plusieurs années.
Bah ce n'était pas très grave, il y avait encore plein de choses à découvrir sur la terre ferme et Alkhytis ne se lassait jamais de chasser les papillons ou toutes ces autres petites bêtes qui croisaient son chemin. Lorsqu'il n'avait pas faim, ce n'était jamais méchant, il voulait simplement s'amuser en essayant de les attraper et évitait de donner des coups de griffes, ayant vite compris à quel point elles pouvaient être tranchantes, s'il y mettait un peu trop de force.
Abandonnant sa contemplation céleste, il s'enquit de flâner un peu, alors que la plupart des bipèdes n'étaient même pas encore réveillés. Comme ils ne savaient pas ce qu'ils perdaient ! Il ne les comprenaient pas parfois, à toujours vouloir rester enfermés entre quatre murs plutôt que de se promener à l'air libre pour sentir le vent effleurer leur peau, à défaut d'avoir des écailles.

Mais il laissait toujours ce genre de réflexion de côté, à quoi bon essayer de comprendre à tout prix ce qui était si différent de lui ? Il essayait d'accepter tout ça comme des faits qui faisaient qu'il était dragon et eux bipèdes et d'ailleurs, il était plus que ravi de ces derniers jours qui lui avaient permis de rencontrer pas mal de ses congénères et même de passer du temps avec sa propre famille. Luna lui manquait sans cesse, pourtant. Il fallait dire qu'elle était fort occupée avec le mariage et qu'elle avait elle aussi des tas de personnes à rencontrer. Heureusement, ils trouvaient toujours du temps dans la journée pour n'être rien que tous les deux et c'était là un véritable bonheur pour l'âme qu'ils formaient à deux.
Mais il se trouvait presque aussi ravi en compagnie des siens : ils avaient tant de choses à lui apprendre, à lui faire découvrir ! Alkhytis n'avait qu'une hâte : être capable de s'élever dans le ciel avec eux pour planer au-dessus du monde. Les voyages étaient aussi plus rapides et ils lui permettraient de leur rendre visite aussi souvent qu'il en avait envie, n'était-ce pas merveilleux ?

Perdu dans ses pensées, le petit dragonnet s'était mis à jouer un peu tout seul, cavalant en faisant quelques petits bonds, chassant un insecte ou une petite souris qui passait par là, et exécutant toujours quelques roulades aussi. Mais son attention fut détournée par une immense ombre qui couvrit une partie du ciel. Levant à nouveau les yeux vers celui-ci, il constata avec surprise et émerveillement qu'il s'agissait d'un dragon qui volait tout là-haut. Mieux encore, il était en train de se poser et en quelques instants à peine, ils se trouvèrent tous proches l'un de l'autre.

Totalement ravi de pouvoir faire une nouvelle rencontre, Alkhytis galopa jusqu'à lui.

« Bonjour, Azur-des-Cieux, je suis Alkhytis, ravi de te rencontrer ! » Dit-il simplement, en guise de préambule à leur discussion.

Ils s'étaient déjà croisés quelques jours plus tôt, mais ils n'avaient pas vraiment eu l'occasion de se parler. Mais puisqu'ils étaient seuls, il put contempler tout à loisir son imposant congénère. Qu'il était beau avec ses écailles de saphir resplendissantes au soleil ! Le petit dragonnet se demandait bien s'il pourrait faire aussi belle impression quand il aurait sa taille.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Mer 25 Mai 2016 - 0:08

Le soleil vint titiller lentement les écailles du dragon, le sortant doucement de sa torpeur. Cette sensation si agréable et familière n'était pourtant pas la bienvenue, ce matin son rêve lui plaisait, il ne souhaitait que le continuer mais apparemment il en était autrement. Le doux souvenir qui lui était revenu à l'esprit était le plus précieux qui soit, le premier vol du couple elfe et dragon. Presque une aventure ! Mais cela en valait la peine, bien plus que tout l'or que les bipèdes pouvaient offrir. Et en cet instant seul le soleil avait un présent : ses premières lueurs.

Ayant l'estomac dans les pattes, Möebius finit par se lever pour aller explorer les alentours. Il devait bien y avoir une proie non loin à grignoter. Sans que cela puisse se ressentir, passer son temps à discuter et à piétiner au milieu des bipèdes était fatiguant mais surtout très inhabituel. Un dragon avait besoin d'espace pour se défouler mais surtout se sentir bien. Toute cette diplomatie, ces messes basses et les non dit, trop peu pour l'Azure. N'étant pas particulièrement loquace c'était trop.

Ne laissant que son instinct parler il s'avança en déployant ses ailes avant de prendre son envol d'un bond. L'air frais du matinale réveilla définitivement ainsi que la douceur des rayons de lumières. Ce splendide tableau ou se mélangeait couleur et chaleur lui aurait presque fait oublier la raison de son envol.

L'oeil alerte au moindre mouvement, il ne descella rien sauf par l'esprit. Cette faculté bien plus complète l'aidait davantage que ses yeux par moment. Une proie de taille moyenne se distingua à travers les fourrées, il n'aurait pas dû s'égarer de la sorte songea le dragon. D'un mouvement habile il se laissa tomber en pic avant de se redresser et saisir d'une patte l'animal. Comme il avait grandit ! Autrefois il lui aurait fallu le prendre dans la gueule, désormais seul ses griffes suffisaient.

Une fois restauré le bleuté chercha a rentrer retrouver son lié ainsi que tout les autres convives. Seulement lors du vol du retour, son esprit sentit qu'il y avait autre chose dans ces environs. Aux aguets le bleuté baissa les yeux et observa la zone. Quelque chose courrait et cela ne semblait pas du tout volontaire, comme si ce n'était que dû au hasard. Intrigué Möebius décrivit de grands cercles les ailes déployées afin d'analyser cette petite créature qui galopait à tout va. Puis son oeil draconique l'avertit, un dragonnet ! Etait-il perdu ? Non autrement il aurait certainement appelé à l'aide son ou sa liée. Que faisait-il donc ici ? Bien trop titiller par la curiosité l'écailleux de saphir plongea une nouvelle fois pour aller se poser entre les arbres.

C'est précisément dans ce genre de moment qu'il regrettait d'être si imposant, ses ailes ne pouvaient plus être déployées n'importe ou et le prendre son envol devenait difficile parfois lorsqu'il se trouvait à même le sol, ses longues ailes touchaient presque terre !

Quoi qu'il en soit ce n'était pas le moment de se plaindre de son immense carrure, que soit dit en passant il avait tant convoité. La présence du petit dragon se rapprocha et il dû baisser les yeux pour le voir venir. Attendri par son attitude si ... bébé ... Möebius l'accueilli bien volontiers lorsque qu'il s'adressa à lui.

« Bonjour, Azur-des-Cieux, je suis Alkhytis, ravi de te rencontrer ! »

- Bien le bonjour à toi Alkhytis, je suis Möebius, dragon Azur rallié aux elfes. C'est un plaisir de te croiser. Toi aussi ? Tu viens profiter du silence et de la brise du matin ?

Le dragon se sentit alors très bête, voilà une bien drôle de manière d'engager une conversation, voilà bien une chose qu'il ne savait pas faire : discuter avec un plus jeune ... Mais pouvait-il lui parler comme à Trissi, Ashy ou bien Verith ? Non il ne se voyait pas le faire. Et puis l'attitude du dragonnet ne le permettait pas, dans ses yeux brillait l'émerveillement et la bonne humeur. Pas la peine de parler de choses trop sérieuses donc.

- Pardonne moi, je ne t'ai pas pu venir à ta rencontre ces derniers jours, avec tout ce monde. D'ailleurs, est-ce la première fois que tu te retrouves baigné parmi tant de bipèdes ?

Revenir en haut Aller en bas
Alkhytis
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Jeune dragon
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 8

Dragon Lié

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Dim 29 Mai 2016 - 21:38

C'était avec une joie non dissimulée qu'il accueillit le grand dragon céleste et avec un ravissement encore plus élevé qu'il reçut son accueil. Il n'avait encore jusque alors jamais rencontré de dragon qui lui soit vraiment hostile, mais il y avait toujours cette petite crainte en lui d'être rejeté par les siens, quand il désirait tant rencontrer chacun d'entre eux. On lui avait dit qu'ils étaient peu et il désirait donc d'autant plus pouvoir tous les nommer, les visualiser, les connaître et partager ne serait-ce que quelques instants en leur compagnie.
Le mariage des elfes en avait été la parfaite occasion puisqu'il avait déjà pu croiser bon nombre d'entre eux, dont ses propres parents et certains de sa génération, la cinquième ! Il était donc très fier que le bleuté soit descendu jusqu'à lui et accepte le dialogue.

Möebius, c'était vraiment un joli nom, et il l'associa aussitôt à l'image des écailles brillantes, couleur azur, du superbe dragon. Sa joie semblait partagée et il entamait même la conversation, avec une simple question à laquelle il répondit aussitôt.

« Oh oui ! Un petit peu, j'en avais assez de rester à l'intérieur, alors qu'ici, tout est bien plus agréable ! »

Même s'il était plutôt du genre à aimer chaque moment de la journée ou de la nuit, le matin avait ce petit côté particulier où le calme avait depuis longtemps englouti le monde, tandis que le soleil se levait tranquillement. C'était un moment plein de charme et pourtant, il y avait bien peu de personnes pour assister à cette élévation qu'il trouvait toujours merveilleuse, avec toutes ces couleurs qui s'étendaient à l'horizon. Mais c'était presque tant mieux, ainsi, il pouvait garder tout ça pour lui et en profiter pleinement, loin de la foule et des bipèdes en pagaille.

« Oui, il y a vraiment beaucoup de monde ! Beaucoup de choses à voir et beaucoup de personnes à rencontrer, mais c'est très intéressant. » Répondit-il simplement. Pour sa part, il était tout à fait radieux à l'idée de pouvoir le connaître davantage, mais il n'avait pas besoin d'en parler, ça coulait de source avec les sentiments qui accompagnaient avec ses mots.

« C'est la première fois, oui. Ça fait un mois jour pour jour que je suis né, alors je n'ai pas encore eu le temps de faire beaucoup de choses. Au domaine, il n'y avait pas beaucoup de monde, alors quand ma Liée-Dorée m'a parlé du mariage, j'étais vraiment très excité à l'idée de rencontrer autant de monde, et surtout des dragons ! Plein de dragons ! » Lança-t-il, des étoiles plein les yeux.

À ce moment-là, il n'avait encore connu que sa mère et n'avait pas vraiment d'idée précise sur les dragons en général. Maintenant, il voyait un peu plus toute la multitude et la diversité qu'il y avait en eux et en même temps cette unité qui les rendait toujours si semblables. Les aînés semblaient tout à fait ravis de découvrir les premiers nés d'une nouvelle génération et il avait eu la chance de partager des instants précieux avec ses parents, l'espiègle Cynoë et la superbe Trissi.
Il n'était donc pas bien difficile pour lui de sauter de nouvelle découverte en nouvelle découverte, et il y avait énormément pris goût, ne s'imaginant même pas qu'un jour puisse arriver où il ne soit entouré que de choses familières.

« Est-ce que tu te plais bien à Estëllin ? Ça ne doit pas être très facile pour toi, qui es si grand maintenant ! D'où viens-tu, d'ailleurs ? » Demanda-t-il curieux de savoir où vivaient les dragons d'ordinaire. Ils semblaient se disperser aux quatre coins d'Armanda et il était donc temps de réviser un peu sa géographie.

Le petit dragon ne pouvait s'empêcher de le nimber d'un regard ambré des plus lumineux, brillant d'une curiosité sans limite. Il aurait bien voulu lui poser un millier de questions, alors qu'elles se bousculaient sans cesse dans son esprit, mais il essayait tant bien que mal de se retenir. Ils n'étaient pas pressés, ils avaient même tout leur temps !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Lun 30 Mai 2016 - 13:11

Voir le petit dragon venir avec un tel enthousiasme amusa le bleuté, sa joie était si belle et éclatante qu'elle était communicative. Lui aussi joyeux Möebius écouta le dragonnet et se rendit compte qu'il parlait déjà très bien. À son âge il ne parlait pas comme cela, à dire vrai il était plutôt silencieux, toujours méfiant et fermé au monde, sauf à son dragonnier et encore. Alkhytis était bien différent. Heureusement pour lui, la vie n'en serait que plus belle.

- Tu as raison. Les dragons sont fait pour vivre dans de grands espaces, néanmoins profite de ta petite taille pour découvrir le monde des bipèdes. Petit j'aimais cela, sillonner la ville et observer

Songeur Möe repensa à ses longues ballades sur l'épaule de son lié à capter toutes les odeurs, tout les mouvements et toutes ces phrases alors inconnues. Ce n'est qu'en fouillant l'esprit d'Elrond qu'il put apprendre la langue. Un bien bel apprentissage.

- Il faut dire que c'est un mariage important. J'ai du mal à en capter toute l'importance mais nous sommes déjà là.

Répondit-il simplement ne sachant pas quoi ajouter, surtout en voyant les grands yeux ronds du dragonnet le fixer. Avait-il quelque chose sur le museau ? Intrigué il ne fit néanmoins pas la remarque, ne voulant pas paraître désagréable envers son petit interlocuteur.

- Un mois et un jours ? Tu es si jeune !

Émerveillé par son semblable si jeune Möebius se baissa pour être à sa hauteur, il tourna la tête de côté pour mieux le regarder de son oeil gauche. Des dragons ? Voilà pourquoi il était si heureux, lui aussi à son âge rêvait de croiser ses semblables, de les connaître et d'apprendre d'eux. Alkhytis ne devait plus savoir ou donner de la tête entre ses parents et les dragons des générations précédentes.

- Estëllin ? C'est un bel endroit oui. Mais je viens de plus loin. Dit-il en se redressant. Mon oeuf fût découvert sur l'île du Flocon, ensuite ma coquille a été transporté vers la belle forêt elfique. Là-bas j'y ai rencontré mon lié. Mais c'est vrai qu'ne y songeant j'ai grandi entouré de verdure. La forêt était si belle ... Lumineuse et pleine de richesses.

Nostalgique le dragon s'étira en repensant à ces belles courses poursuites entre les arbres, l'odeur de mousse et l'air humide entre les feuilles. Rien de comparable même avec la plus belle des forêts.

- Si grand ?

Surpris de cette remarque le bleuté se regarda longuement et constata que vu la taille de son interlocuteur oui lui était très grand. Amusé le bleuté se pencha à nouveau pour approcher son museau d'Alkhytis et lui répondit joyeux.

- Mais moi aussi j'ai été petit, tu verras peut-être qu'un jour tu me rattraperas.

Il allait lui falloir de la patience mais qui sait, si ses parents étaient grands ... Mais en voyant les petites ailes de Alkh, Möebius gloussa trouvant le tableau qu'il formait plutôt adorable.

- Si tu as des questions n'hésite pas, demande moi. Je répondrais avec plaisir.

Möebius voyait bien que le dragonnet trépignait d'impatience et ne savait pas par quoi commencer, lui aussi avait été ainsi ... En y repensant Möe se rendit compte qu'il était un aîné, un écailleux qui allait devoir donner l'exemple. Un rôle qui lui plaisait rien que d'y penser. Et il allait commencer tout de suite !

Revenir en haut Aller en bas
Alkhytis
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Jeune dragon
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 8

Dragon Lié

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Dim 5 Juin 2016 - 17:31

Il était vrai que sa petite taille était drôlement pratique pour se faufiler partout et accompagner les bipèdes dans tous les endroits où ils voulaient aller, surtout lorsqu'il s'agissait de Luna. Est-ce qu'un jour, lui aussi, serait trop grand pour rentrer dans sa chambre ? Il ne pourrait plus dormir tout contre elle, ça allait probablement arriver. Alkhytis se sentit un peu triste à cette idée, mais se rassura aussitôt : ils trouveraient bien une solution le moment venu, ni l'un ni l'autre ne manquaient jamais d'imagination !
Il aimait lui aussi parcourir la ville et observer tout ce qui pouvait se passer autour de lui, mais il ne se contentait jamais simplement de regarder, il adorait aussi venir à la rencontre des autres, poser tout un tas de questions, être intrigué, découvrir, comprendre. Parfois, quelques explications rendaient tout de suite quelque chose beaucoup plus clair, et parfois, il n'y comprenait pas plus, ou pire encore, comprenait encore moins. Mais c'était toujours aussi amusant !

De ce côté-là, Alkhytis fut un peu rassuré de voir que Möebius ne savait pas non plus cerner tout ce qu'impliquait ce mariage. Il en savait sans doute beaucoup plus que lui, mais une chose était certaine : c'était une cérémonie de bipèdes et ça s'écartait énormément de leur façon de penser, si bien qu'ils restaient tous un peu perplexes devant un tel événement.

Le dragonnet pencha la tête quand son aîné fut surpris par son âge. Si jeune ? C'était déjà beaucoup pour lui ! Mais ça, il ne pouvait pas vraiment le comprendre. Puis il le vit se rapprocher de lui et ne put pas s'empêcher d'être encore plus joyeux, ravi de pouvoir le contempler d'un peu plus près. Comme ses écailles étaient belles ! Il aurait bien aimé lui aussi avoir du bleu comme ça, même s'il était extrêmement fier des siennes, avec leur couleur cuivrée et leurs reflets ambrés qui, une fois bien entretenues par sa Liée, devenaient merveilleusement étincelantes au soleil.
Enfin, il lui expliqua d'où il venait, des lieux qu'il ne connaissait pas vraiment, mais dont il avait quand même un peu entendu parler. L'Île du Flocon était le lieu de la caste des dragonniers, des personnes qu'il avait rencontrées le premier jour et la forêt elfique n'existait plus vraiment. En tout cas, il ne fallait plus y aller parce que c'était devenu dangereux, vraiment très dangereux !

« Oh, ça devait sûrement être très joli oui, c'est dommage que maintenant on ne puisse plus aller là-bas. Est-ce que tu peux me montrer un peu à quoi ressemblait cette si belle forêt ? » Demanda-t-il, très curieux à cette idée.

Il la connaissait un petit peu, mais avait envie de la voir avec la mémoire du dragon, à l'entendre parler, il ne doutait pas qu'il en gardait d'excellents souvenirs et que sa vision serait donc magnifique.

Alkhytis ne comprit pas trop pourquoi Möebius était étonné qu'il dise qu'il était grand. Ce n'était pas le cas ? Un dragon pouvait être encore beaucoup plus grand ? C'était vrai que Verith était vraiment immense, mais il avait un peu du mal à se représenter les tailles, quand lui, à côté de n'importe quel dragon, se trouvait si minuscule.

« Oh oui ! J'espère que je vais bien grandir ! Mais dis-moi, ça peut grandir jusqu'à quelle taille un dragon ? Est-ce que toi aussi tu vas encore grandir ? »

Le joli bleu était si proche de lui qu'il avait envie de le toucher mais, légèrement intimidé par son aîné, il n'osait pas tout à fait. Par contre, il fut vraiment ravi de savoir qu'il pouvait poser toutes ses questions ! Vraiment ? Il voulait bien ? Le petit cuivré paraissait tout joyeux à cette idée, mais il s'arrêta un instant pour réfléchir. Des questions, ça il en avait plein ! Mais par lesquelles commencer ? Bon, autant le faire par celles qui lui venaient en tête !

« Et toi, quel âge as-tu ? Et ton Lié, il s'appelle comment ? La mienne c'est Luna, ma Liée-Dorée ! Est-ce que tu la connais ? »

Décidément, il n'arrivait pas à se défaire de son excitation et se retenait d'effectuer des petits bonds et pire encore, de se mettre à courir partout !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Mar 14 Juin 2016 - 23:03

Ravi de voir le petit être se rapprocher de lui, le bleuté le regarda fier de pouvoir passer du temps avec le dragonnet. Comme il était joyeux et enthousiaste, tout comme sa bien aimée. Ennuyé de ne pas la voir plus souvent Möebius préféra se concentrer sur Alkhytis. Autrement son moral allait en prendre un coup.

Voulant exaucer son souhait, l'Azuré étendit son esprit vers celui du petit visiteur en lui offrant les images de sa belle forêt d'origine. Aucune terre ne pouvait posséder un tel havre de paix. La nourriture à foison, la lumière filtrant à travers les feuilles, l'odeur de mousse et le murmure du vent entre les arbres ... Rien ne pouvait rendre plus heureux hormis son lié. Du moins cet endroit était son seul et unique moyen pour sa calmer à l'époque. Et puis il y avait tant de souvenirs dans ces bois, la chaumière de son dragonnier, qu'il ne manqua pas de montrer au petit dragon, le coin ou Möebius dormait ... Que de beaux souvenirs. Finalement si la forêt n'était plus, c'était peut-être une bonne chose. Personne ne pourrait plus jamais la détruire comme Néant avait pu le faire. Un détail qu'il préféra ne pas évoquer auprès de Alkhytis.

- Voici mon vrai chez moi.

Finit-il par conclure.

Amusé par Alkhytis, Möebius approcha son museau pour le pousser gentiment du bout des lèvres pour ne pas le blesser.

- Ne t'inquiètes donc pas, oui tu grandiras, il me semble que ton père est Cynoë ? Il était d'une taille respectable lorsque nous nous sommes rencontrer. Mais oui, encore aujourd'hui je grandis, beaucoup moins vite que toi. Ma mère adoptive était bien plus grande que nous tous réunis. Ses ailes couvraient le soleil quand elle les déployaient. La terre tremblait sous son poids quand elle atterrissait. Une splendeur incarnée. Quant à ma vraie mère il me semble qu'elle n'était pas très grande, plutôt longiligne et élégante. Blanche comme la neige pure ...

Toujours à hauteur du petit dragonnet, Möebius le regarda en se disant que lui avait la chance de connaître ses vrais parents. Lui n'avait qu'un vague souvenir de la présence de sa mère. Le bleuté ignorait pourquoi il avait entamé le sujet ... Peut-être un peu envieux de la nouvelle génération ? Ou plutôt fier ? Il n'arrivait pas à le savoir. Ce qui était fait ne pouvait être changé en tout cas.

- Mon âge ? Je ne suis plus très loin de la dizaine d'années en y songeant ... Je suis vieux par rapport à toi !

Conclu-t-il en frôlant Alk du bout du museau.

- Quant à ta liée oui je l'a connais. Nous nous sommes battu il y a quelques années maintenant contre une invasion. A cette époque, l'un des Esprits qui "gouvernait" Armanda faisait de mauvais tour. Elle créait des perles ensorcelés à travers tout le continent et il fallait les détruire autrement une brume apparaissait : elle dévorait toute vie sur son passage. Ta liée faisait partie de l'équipe qui fût composée pour se battre. Elle était brave, et j'imagine qu'elle l'est encore plus aujourd'hui.

Termina Möebius en faisant voir le visage déterminée de Luna a sa nouvelle moitié. Malgré son physique pour le moins chétif elle n'avait pas hésité à se joindre au groupe pour combattre. A quoi ressemblait-t-elle désormais ? Avait-elle changé ? Ou au contraire avait-elle encore cette frimousse innocente comme à l'époque avec des yeux emplis de flammes ? Seul Alkhytis pouvait le dire.

Désirant faire quelques pas pour se dégourdir les pattes, l'Azuré se redressa et commença à s'éloigner un peu de son interlocuteur, seulement vu la différence de carrure la marche ne serait pas de tout repos pour le petit Alkhy, Möebius l'observa lui et ses petites pattes. une idée lui vînt alors à l'esprit mais il ne savait pas s'il pouvait se le permettre.

Soucieux du dragonnet un soudain instinct protecteur le poussait sans cesse a se mettre à sa hauteur, savoir comment il se sentait et surtout à lui faire plaisir. Notamment en lui répondant peu importe la question ... Surpris de son propre comportement, Möe songea que lui seul serait au courant et que donc il pouvait rester naturel.

Fermement décidé à offrir un bon moment au petit cuivré, le bleuté se plaça derrière lui en reprenant la parole.

- Petit je souhaitais voir le monde de plus haut ... Souhaites-tu monté sur mon dos pour m'accompagner à travers les bois ?

Au fond, le Saphir espérait que cette initiative plairait au petit cuivre qui semblait si joyeux en sa présence. Ce n'était pas si souvent qu'il impressionnait l'un de ses semblables. Autrefois si peu nombreux il ne fascinait à l'époque que sa tendre amie Ashy. Les autres, Möe les connaissait peu et surtout sa nature si peu loquace le tenait toujours à distance. Encore mieux les aînés le dénigraient presque de part son caractère trop doux et pacifique ... Mais dans les yeux du petit dragon, de l'admiration et de la joie étincellaient. Trop fier de créer cela chez le petit cuivre il tenait à lui faire plaisir. Peu importe si cela le faisait passer pour un dragon bien trop gentil et câlin.

Revenir en haut Aller en bas
Alkhytis
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Jeune dragon
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 8

Dragon Lié

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Dim 19 Juin 2016 - 17:12

C'était encore plus magnifique que tout ce qu'il avait pu imaginer dans sa tête de dragonnet. Il était ravi de pouvoir se laisser porter dans ses souvenirs et fasciné aussi que tout cela soit possible. Ce n'était certainement pas une expérience qu'il pouvait vivre avec un bipède, pas avec une telle ampleur. Tout ici était brillant de réalisme et bordé de pensées qui se rapprochaient bien plus des siennes qu'avec n'importe quel autre être vivant. Les dragons, son espèce était fabuleuse et ce moment merveilleux qu'il passait avec Azur-des-Cieux, il ne pourrait jamais l'oublier.
C'était un peu comme s'il avait lui-même vécu toutes ces choses-là et il gardait toutes ces sensations comme un souvenir précieux. Tout ça n'était que le résultat de leur communication, du partage du grand bleuté, mais quand il serait plus grand, pourrait-il aussi connaître ce genre de choses à travers la mémoire ancestrale ? Il était curieux de le découvrir.

« C'est vraiment superbe ! » S'exclama-t-il, plein de ravissement. « Je suis né au Domaine Baptistral qui est très joli, plein de cette harmonie naturelle qui apaise tout, et on peut aussi dire que la cité elfique est merveilleuse à sa manière. Même si chacun de ces endroits est différent, je trouve que notre monde est vraiment très beau. »

Il se laissa pousser, reculant d'un pas, amusé par ce petit jeu. Un peu espiègle, il avait envie de faire de même à son tour, même si sa force était bien loin d'égaler la sienne, mais il se retint, ayant aussi la volonté de prolonger encore un peu cette conversation. Ils auraient peut-être le temps de jouer plus tard, qui pouvait le dire ?

« C'est vrai que mon Père-Dragon est bien grand ! Ma Mère-Dragonne aussi ! Par rapport à moi en tout cas, mais c'est bien normal. J'aime bien pouvoir me faufiler partout, mais j'ai quand même hâte de pouvoir me trouver à la même hauteur que les autres dragons, je pourrai alors d'autant plus admirer chacun d'entre nous, nous sommes tous si différents ! »

Ce n'était pas comme les bipèdes qui avaient tendance à tous être les mêmes, à l'exception de leur chevelure et de leur yeux qui prenaient des couleurs différentes. Il y avait bien aussi la forme du visage, la taille du corps ou la voix, mais ce n'était que des choses minimes par rapport à tout ce qui pouvait séparer deux dragons mis côte à côte. Chacun arborait ses propres couleurs, chaque écaille avait sa forme unique et leurs cornes autant que les griffes ne se ressemblaient pas, même leurs ailes avaient des aspects bien différents.
Ils étaient les plus belles créatures que ce monde ait pu faire et ils le montraient fièrement.

Le dragonnet grogna doucement au contact de leurs museaux et frotta à son tour. Il aimait bien ces élans d'affection ou de tendresse.

« Oui ! Ça fait un sacré écart d'âge ! Mais bientôt ça se verra beaucoup moins ! » Répliqua-t-il amusé.

Il était content d'avoir un aîné, il pourrait certainement lui apprendre tout un tas de choses, lui en faire découvrir toutes sortes qu'il n'aurait pas pu imaginer sans lui. Alkhytis fut aussi impressionné, émerveillé quand il lui raconta ce que sa Liée avait pu faire. Elle était vraiment extraordinaire ! Et tellement courageuse ! Il aurait aimé pouvoir l'accompagner, se battre à ses côtés, mais il n'était même pas encore un œuf à ce moment-là.

« Elle a bien changé maintenant, mais elle est toujours pleine de courage et de gentillesse ! Je m'amuse bien avec elle. » Dit-il en lui montrant à quoi elle ressemblait aujourd'hui, ainsi que quelques instants en sa compagnie.

Il ne pouvait véritablement lui exprimer tout son amour pour elle en de simples mots ou en ces quelques pensées qu'il lui transmettait, mais il pouvait déjà en discerner un beau tableau.
Puis il lui fit une proposition qui l'excita tout autant qu'elle l'exalta. Voler sur son dos ? Oh oui ! Il en avait terriblement envie ! Il se souvenait avec bonheur de cet instant qu'il avait partagé sur le dos de sa mère, son premier vol. Il avait adoré ça, avait voulu à tout prix recommencer, mais n'en avait pas véritablement eu l'occasion depuis et n'était pas encore assez grand pour s'envoler par lui-même.

« Oh ! Merci beaucoup ! Ça me ferait très plaisir ! » S'exclama-t-il, ses yeux ambrés brillant d'un bonheur certain.

Et sans attendre davantage, il bondit alors que Möebius se baissait pour l'aider et, s'accrochant avec ses griffes, entreprit rapidement son escalade. Lorsqu'il eut atteint le sommet, il alla jusqu'à son cou et une fois qu'il fut prêt à se tenir à ses épines, il s'écria : « Allons-y ! ».




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Lun 27 Juin 2016 - 12:24

« C'est vraiment superbe ! »

Ravis qu'ils partagent le même avis, le bleuté le regarda avec de petites étoiles dans les yeux en signes de joie, il ne dit rien afin de le laisser terminer puis il ajouta

- Mon dragonnier a été baptistrel, je ne sais pas si le Domaine a beaucoup changé mais le peu de souvenirs que j'en ai sont très beau.

Bien évidemment, parler de baptistrel allait faire resurgir la déception de Elrond, qui pour aider les combattants elfes et humains, avait préféré tuer que de simplement étourdir les alayiens. Ce qui ne serait jamais arrivé si Möebius avait su être plus compétent à cette époque. Même à la bataille contre Vraorg il n'avait été qu'une gêne. Seul son dragonnier bénéficiait de son aide et encore ... Préférant caché ces lourds souvenirs à Alkhytis il le regarda simplement, en essayant de ne pas éveiller les soupçons. Ce dragonnet était joyeux et curieux, un rien pouvait l'attirer. Möe trouvait cela normal, mais si ce genre de choses pouvaient rester secrète encore un moment cela serait parfait.

- Mère-dragonne ? Qui est-elle ?

Curieux de nature lui aussi, le bleuté allait se glisser dans les souvenirs encore nouveaux du petit dragon pour y découvrir qui était la compagne de Cynoë. Quant il découvrit qu'il s'agissait de Trissi ... Il fît un pas en arrière en réalisant. Alkh aurait presque pu être sa descendance. Lui et la dragonne d'argent avait eu une relation plutôt tumultueuse, il n'avait pas pu lui cacher qu'il la trouvait belle. Néanmoins beaucoup trop affirmé comme caractère. Un rien la vexait et surtout elle ne le considérait même pas comme un dragon mais un dragonnet sans cervelle ... Rien de bien flatteur en soit et surtout humiliant. Malgré ses belles écailles il avait bien fait de ne plus la croiser. Ashy s'était montré douce et surtout joyeuse en sa compagnie. Il était heureux de l'avoir choisi. Quant à Cynoë, et bien l'Azuré se montrerait heureux pour lui lorsqu'il le recroiserait, et le féliciterait pour son nouvel oeuf.

- N'oublie pas que je continue de grandir petit, pour me rattraper il va te falloir une sacré poussée de croissance, en es-tu capable ?

Le titilla-t-il encore sous le choc de cette révélation ... Certains parmi ces semblables devaient se demander pourquoi Ashy et lui n'avait pas encore d'oeufs vu que Cynoë, plus jeune en avait ... Qu'importe, lui n'était pas si pressé que cela et puis la vie était encore devant eux. Elrond en serait heureux lui qui n'avait pas spécialement envie de voir Möebius vieillir trop vite.

- Oui j'imagine, mais Luna était déjà formidable auparavant, elle doit l'être d'autant plus aujourd'hui.

« Oh ! Merci beaucoup ! Ça me ferait très plaisir ! »

Sa proposition avait l'air de l'enchanté et même plus ! Avant même qu'il n'eu de se baisser le jeune cuivré bondit sur son dos avec impatience. Möe renâcla amusé de le voir ainsi, puis il se redressa. Pendant un moment il se promena dans les sous-bois avant d'attendre une clairière.

Le vent soufflait très légèrement, une aubaine pour le bleuté, il tourna la tête pour observe son petit passager qui avait l'air de bien se tenir, en avait-il fait d'autres de vols ? Il lui poserait la question plus tard, inutile de fouiller encore dans ses souvenirs.

L'Azuré repoussa ces mauvaises ondes avant de déployées ses grandes ailes bleues nuancé de pointes blanches, il resta ainsi un moment, comme s'il voulait que Alkhy se dise que c'était désormais ses ailes, qu'il les lui "prêtait" en quelque sorte, que c'était lui qui allait s'envoler. Sans plus attendre il fît un bond avant de pousser sur ses pattes arrière et prendre son envol. Les battements de ses ailes étaient puissants et longs pour pouvoir prendre un peu d'altitude, une fois bien au dessus de la forêt et de Estëllin, Möebius se mit à décrire de grandes cercles dans le ciel avant de s'adresser a Alkhy.

- Bientôt se sera ton empire à toi aussi.

Dit-il amusé en regardant les nuages et l'horizon baigné des couleurs orangés offert par l'aurore.

Revenir en haut Aller en bas
Alkhytis
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Jeune dragon
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 8

Dragon Lié

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Sam 9 Juil 2016 - 15:31

C'était une sensation étrange et étonnante de sentir l'esprit d'un dragon aller lui-même jusqu'à ses souvenirs. Il n'essaya pas de l'en empêcher pourtant, il n'avait rien à cacher au bleuté et ce n'était pas fait avec force, mais plutôt avec douceur. Comment faisait-il cela ? Il ne saisissait pas encore très bien ce concept, étant lui-même bien loin de pouvoir maîtriser toutes ces choses-là. Il se demandait donc s'il apprendrait un jour à faire de même ou si c'était vraiment quelque chose de difficile.
Il était fier en tout cas de pouvoir lui dévoiler les souvenirs de ses deux parents, fier d'eux et ravi d'avoir pu les rencontrer, ne serait-ce que brièvement. Mais tout cela n'eut plus autant d'importance lorsqu'il eut grimpé sur son dos et qu'il s'y dressait tout aussi joyeux.

D'ici, le monde paraissait déjà un peu plus petit et il lui permettait de s'imaginer à quoi il ressemblerait lorsqu'il ferait à peu près sa taille. Même si les dragons ne cessaient jamais de grandir, sa croissance rapide due à sa jeunesse lui permettrait bien de le rattraper un peu quand même ! Il aurait alors hâte de le revoir, pour lui montrer à quel point il serait devenu imposant !
La balade commença d'abord par de la marche, le temps de trouver un endroit propice pour s'envoler, puis l'Azur-des-Cieux étendit ses grandes ailes, prêt à brasser l'air pour s'élever et se détacher de la terre. Le jeune dragonnet ne put s'empêcher d'admirer une nouvelle fois son compagnon dont la beauté était presque indicible. Tout cela lui donnait encore plus envie de voler à son tour, d'étendre ses propres ailes pour décoller et dominer les cieux comme la terre. Dans cette posture, c'était un peu comme s'il avait grandi et qu'il faisait tous ces gestes lui-même, mais il ne put s'empêcher de penser que cette image devait être assez drôle, vue d'un peu plus loin.

Puis ils s'élancèrent, montant encore et toujours pour se détacher, s'éloigner totalement de ce sol qui n'était pas fait pour eux. En un bref instant, Alkhytis retrouva toutes les sensations qu'il avait eues le jour de sa naissance, alors que sa mère l'emportait sur son dos. Mais c'était peut-être encore meilleur aujourd'hui, il ne s'éveillait pas tout juste à la vie et il avait un peu grandi, il pouvait davantage profiter de cette sensation de plaisir intense, davantage aimer l'air caressant chacune de ses belles écailles.
D'ici, la vue était vraiment magnifique, on pouvait voir toute la ville, la forêt et le monde paraissait si loin, si petit, qu'il en avait presque l'impression qu'il ne pourrait plus jamais accueillir leur masse imposante.
Alors qu'il décrivait quelques cercles pour les maintenir dans le même espace, Alkhytis, à la fois curieux et impressionné, observa attentivement les mouvements qu'il effectuait pour rendre leur vol aussi stable qu'agréable.

« Est-ce que tu pourrais un peu m'expliquer comment on fait pour bien voler ? Cela m'aidera certainement pour plus tard, quand je serai assez grand. » Demanda-t-il, intrigué par ce qu'il pourrait lui dire à ce sujet.

En volant, il se sentait beaucoup plus libre, il n'y avait rien pour les gêner et ils pouvaient faire tout ce qu'ils voulaient. C'était là un immense terrain de jeu où ils pouvaient faire toutes les cabrioles du monde, tout et n'importe quoi !

« Dis, Azur-des-Cieux, tu penses qu'on peut jouer dans le ciel ? Est-ce que tu sais faire de belles figures ? »

Il avait envie d'aller toujours plus vite, plus haut, plus fort, ce lieu était son terrain, son royaume, son empire et même si ce n'était pas lui qui agitait ses ailes, il n'avait pas peur de tomber. Il n'avait peur de rien du tout ici, tout était calme et rassurant, c'était la liberté dans sa forme la plus pure. Bientôt, oui, bientôt, ce serait son tour.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Mar 26 Juil 2016 - 22:14

Une fois en vol, le dragon jeta quelques regards intrigué sur son petit passager, Alkh semblait si à l'aise et confiant, avait-il déjà fait de telles ballades ? Ou était-ce tout simplement parce qu'il le souhaitait plus que tout de s'élever parmi les nuages ? Amusé de le voir si joyeux Möebius continua de décrire de grands cercles afin de le laisser observer le paysage et l'horizon, si belle à cette heure de la journée. Le temps idéal pour une ballade au petit matin, d'autant que le dragonnet était sûr de lui et se tenait fermement, Elrond lui n'avait pas eu cette aisance à leur premier envol ... L'Azuré gloussa discrètement ne désirant pas interrompre le jeune cuivré complètement absorbé par tout ce qu'il se passait. Le vent, la hauteur, les couleurs ... Un moment merveilleux, dont lui aussi se souvenait comme si c'était hier. Seulement l'écailleux bleu n'avait pas eu la possibilité d'être emmené. Il avait dû se débrouiller seul et attendre patiemment de grandir.

Une déception que Alkhytis ne connaîtra heureusement pas, la génération de Möe n'a pas grandi dans la meilleure période qui soit. Le conflit était trop présent entre les bipèdes, les différentes batailles qui s'ajoutaient comme une mauvaise herbe n'arrangeaient rien ... À cause de tout cela, son peuple d'accueil avait essuyé de nombreuses pertes et sa bien-aimée, il ne l'a vît que trop rarement. Ses imposteurs lui enlevèrent même son lié ... Des horreurs que la cinquième génération ne connaîtrait pas ! Apprendre de ses erreurs pour aider les générations suivantes ... Cette phrase s'appliquait parfaitement.

Alors que Möebius décortiquait sans cesse les événements passés, le petit dragon semblait bien s'amuser, il ne l'entendit même pas lui parler au début.

- Bien voler ? Je ne sais pas trop par ou commencer ... Seulement qu'il faut avoir une bonne musculature. Des que mes ailes furent assez grandes je passais mon temps à faire de grands bons pour chasser. Je pouvais même grimper à certains arbres. Et un jour j'ai essayé en copiant le mouvement des oiseaux.

Tout en lui répondant le dragon cessa ses grands cercles pour reprendre ses battements d'ailes comme lors d'une démonstration

- Les ailes vont un mouvement d'avant en arrière, comme pour te tirer vers l'avant. Battre tout le temps des ailes ne serre à rien, ce qui compte c'est la sensation que tu éprouves. Si tu te sens tomber : tu te rattrapes, si tu te sens flotter tu peux alors planer.

Termina-t-il en lui montrant une nouvelle fois le geste exact. Il étendit doucement ses ailes en laissant le vent glisser sur sa membrane. Fier de jouer au professeur, le bleuté jeta un coup d'oeil à son passager amusé de la situation.

- Jouer dans le ciel ?

Heureux qu'il lui pose la question, le dragon se redressa pour regarder les nuages, piqué d'une poussée d'adrenaline il s'éleva rapidement pour venir les effleurer du bout des ailes jusqu'à finalement les traverser.

Néanmoins inquiet pour le petit cuivre, l'Azuré le regarda afin de s'assurer qu'il tenait bien avant de se lancer dans une belle vrille, lentement au début puis de plus en plus vite. Möebius se souvînt alors à quel point jouer lui manquait et il allait s'en donner à cœur joie d'impressionner le dragonnet !

Une fois la vrille terminée le dragon referma ses ailes et se laissa tomber comme une pierre, rapidement il les ouvrit à nouveau et se remit à planer. Pensant que tout ceci était beaucoup trop pour Alkhy le Saphir s'arrêta avant de lui demander.

- Veux-tu que je continue ? Ou bien nous nous montrons raisonnable en continuant tranquillement nôtre ballade?


[navré pour le temps de réponse et la qualité ...]
Revenir en haut Aller en bas
Alkhytis
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Jeune dragon
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 8

Dragon Lié

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Mer 24 Aoû 2016 - 18:50

Le dragonnet avait cessé de contempler la superbe vue que lui offrait Azur-des-Cieux pour se concentrer sur ses explications. C'était vrai que ce ne devait pas être un sujet facile à expliquer et qu'il devait y avoir une grande part à l'intuition. On n'écrivait pas des manuels pour les dragons et les choses venaient petit à petit, la mémoire commune les y aidait sans doute. Au final, il était juste pressé de pouvoir lui aussi se jeter dans le ciel et y exécuter toutes les pirouettes du monde, affranchi de la lourdeur du sol et de tout ce qui l'encombrait, devenir simplement libre. Ici, on pouvait bien faire tout ce que l'on voulait et c'était sans doute ça le plus merveilleux. Le ciel restait et resterait toujours l'empire des dragons, tandis que le sol devait être partagé avec les bipèdes.
Et puis il avait envie d'être assez grand pour emporter sa Liée sur son dos et lui offrir les mêmes beaux voyages qu'il vivait lorsqu'il se trouvait sur le dos de l'un de ses congénères. Bien concentré, il essayait d'imiter ses mouvements en battant ses petites ailes, en essayant de se rappeler, comme il le lui disait, comment font les oiseaux.

Posté ici, en plein air, en agitant ses ailes, il commençait un peu à découvrir la sensation qu'il éprouverait lorsque, un peu plus tard, il pourrait se soutenir dans le ciel à l'aide de ses propres membranes.

« Ça a l'air vraiment amusant de voler ! J'ai vraiment hâte d'être assez grand pour le faire. Merci de me faire profiter de tout ça, tonton Azur-des-Cieux. » S'exclama-t-il, tout reconnaissant de cette gentillesse qu'il avait avec lui.

Puis, répondant à sa demande, le grand dragon monta haut dans le ciel pour crever les nuages, ensuite il se mit à vriller, tomber, exécuter toutes sortes de mouvements qui lui montraient l'ampleur de son adresse. Alkhytis s'accrocha bien fort à ses écailles pour ne pas risquer de tomber et, mêlant son esprit à celui du bleuté, il put savoir instinctivement ce qu'il comptait faire et s'adapter sans cesse aux pirouettes dans le ciel, profitant au maximum des sensations intenses que tout cela lui procurait.
C'était merveilleux ! Avec tout ça, il avait encore plus envie d'apprendre à voler. Il voulait, une fois qu'il aurait un peu maîtrisé ses propres ailes, exécuter les mêmes cascades et faire le pitre dans le ciel. Möebius pourrait peut-être à ce moment-là lui apprendre quelques tours !

La joie qui parcourait le petit être était bien facile à connaître tant il était désireux de la partager. Il lâchait même quelques cris de joie et se délectait de tout ce qui se passait, tournant sa tête çà et là pour voir et comprendre comment le monde s'agençait autour d'eux.

Le manège finit pourtant par s'arrêter. Très protecteur, son aîné voulait bien évidemment s'assurer que tout allait bien et il n'avait pas envie de l'effrayer non plus avec trop de cabrioles. Mais c'était sans compter le cœur fougueux du jeune dragonnet et son plaisir pour l'action. Lui qui avait tant besoin de se défouler et qui passait son temps à courir dans tous les sens s'en donnait à cœur joie.

« Oh oui ! Encore ! J'adore ça, c'est vraiment génial ! Tu es vraiment très fort pour faire tout plein de figures ! » S'exclama-t-il, complètement emballé.

Bien évidemment qu'il en voulait encore et encore ! C'était sans doute l'un des meilleurs jeux qu'il avait pu faire jusqu'à maintenant et il en adorait chacune des sensations.

« Encore ! Plus haut ! Plus vite ! Plus loin ! Plus fort ! »

Rien n'aurait pu décourager cette petite âme aussi vivace.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Mar 11 Oct 2016 - 20:43

« Ça a l'air vraiment amusant de voler ! J'ai vraiment hâte d'être assez grand pour le faire. Merci de me faire profiter de tout ça, tonton Azur-des-Cieux. »

Amusé de sa remarque Möebius jeta un coup d'oeil à son passager ravis de le sentir si comblé et joyeux. Néanmoins, le fait qu'il l'appelle "tonton" le perturbait un peu. Il allait devoir demander une explication ou deux ensuite.

Semblable à une boule d'énergie, l'Azuré battit violemment des ailes se dirigeant vers les nuages encore plus vite qu'auparavant, il les effleura simplement du bouts des ailes puis en fermant les yeux il passa au travers, laissant sa queue dessiner des traits dans la poudreuse froide. Il enchaina sur une vrille avant de se laisser tomber comme une pierre, laissant la terre se rapprocher dangereusement, ne voulant pas trop secouer son passager il déploya ses ailes et se redressa gentiment sans perdre de sa vitesse. Lui-même enivré par tant de figures, Möe se surprit à penser qu'il n'avait pas fait le fou ainsi depuis bien des années, peut-être même qu'il ne l'avait jamais vraiment fait. C'était une occasion comme aucune autre ! Le bleuté questionna tout de même son passager pour être sûr qu'il allait bien.

« Oh oui ! Encore ! J'adore ça, c'est vraiment génial ! Tu es vraiment très fort pour faire tout plein de figures ! »

Ravis d'avoir son approbation, le bleuté n'ayant pas perdu sa vitesse, décida de jouer mais près du sol. Il se laissa planer vers la terre ferme et choisit un coin boisé pour y faire ses exercices. Lui-même voulait voir jusqu'où il était capable d'aller. Afin de ne pas troublé leur petit jeu, l'Azuré balaya la zone environnante de son esprit, seul quelques animaux ça et là se balladait, mais rien de gênant. Une fois fin prêt, le dragon piqua encore en repliant ses ailes, à l'aide de vrille il se faufila à travers les arbres. Agile comme jamais il passait en dessous, au dessus des branches. Les arbres se tordaient sous son passage tant par sa vitesse que par l'aspiration de l'air qu'il provoquait. Néanmoins ce petit jeu lui provoqua deux ou trois griffures sur ses écailles.

« Encore ! Plus haut ! Plus vite ! Plus loin ! Plus fort ! »

Avec grand plaisir songea-t-il. Cependant un buisson apparut face à lui, à la vitesse ou ils se déplaçaient, il n'eut d'autres choix que de passer au travers, afin de ne pas abîmer ses ailes il les replia retombant ainsi sur ses quatre pattes. Visiblement la course se terminerait ainsi. Ne perdant rien de son adrénaline, le bleuté bondit entre les arbres et une fois sur d'avoir assez de place, il redécolla d'un bond.

Essoufflé le bleuté regagna le ciel fier de lui. Jamais il n'avait fait ceci auparavant. C'était une très bonne manœuvre à effectuer s'il était poursuivit. Pris dans l'euphorie du moment il eut un brin d'arrogance en se disant que personne ne le suivrait comme tel. Aucun cheval, aucun humain ne pouvait faire ceci. Ses semblables pour la plupart, plus âgés ne pouvaient se glisser aussi aisément dans les sous-bois.

Pris dans ses rêveries, le bleuté tourna vivement la tête cherchant son petit compagnon. Son filleul !?

- Comment vas-tu jeune espiègle ?

Revenir en haut Aller en bas
Alkhytis
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Jeune dragon
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 8

Dragon Lié

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Sam 5 Nov 2016 - 18:00

Ils s'amusaient tous deux, caracolant dans les airs, emportés par mille pirouettes. Möebius pouvait certainement ressentir avec force la joie du dragonnet, à la fois ébloui par tant de nouvelles découvertes et follement amusé par tout ce qui se passait autour de lui. Il fallait dire qu'il aimait déjà les sensations fortes et que son compagnon lui en donnait à revendre ! Un peu tête brûlée, rien ne pouvait lui faire peur et il ne se souciait pas tellement du danger, y en avait-il par ici, au beau milieu des terres elfiques de toute façon ?
S'il avait été un bipède, il aurait sûrement ri au éclat, mais les dragons avaient une façon un peu plus intérieure de s'exprimer et, de loin, en les voyant cabrioler dans tous les sens, on ne pouvait sans doute pas deviner à quel point ils s'en donnaient à cœur joie.

Suivant ses encouragements, le bleuté lui offrit un beau piqué et ils se retrouvèrent en plein milieu d'un petit bosquet, crapahutant à travers les obstacles qui se dressaient devant eux. Il fallait bien s'accrocher, mais Alkhytis était parfaitement déterminé à ne pas perdre sa prise et il s'agrippait de toutes ses forces avec ses petites griffes.
Mais ils allaient un peu trop vite et ils finirent par passer complètement à travers un buisson dont il ne devait pas rester grand-chose désormais. Puis c'en fut assez pour la forêt et ils reprirent rapidement de l'altitude pour se retrouver en plein ciel bleu, laissant derrière eux une nuée de feuilles qui s'agitaient en tous sens.

Il n'y avait pas à dire, si la terre était amusante, le ciel était à lui seul un tout autre univers et ils y respiraient tellement bien ! Ici, c'était un territoire immense de liberté et les perspectives de jeux semblaient illimitées. Même s'il était encore petit, il en avait déjà eu un bon aperçu au cours des quelques vols qu'on lui avait offerts.
Möebius s'était laissé emporté dans son élan et il avait bien raison ! Lorsqu'il tourna la tête, il put apercevoir un petit cuivré en pleine forme, toujours accroché fièrement dans son dos.

« C'était vraiment impressionnant ! Tu es vraiment doué pour toutes ces choses-là, Azur-des-Cieux ! » S'exclama-t-il, toujours aussi enjoué, avec une pointe d'admiration dans sa voix.

Le bon air frais ainsi que toute cette action semblait l'avoir encore plus revigoré et il débordait maintenant d'énergie, encore plus que d'habitude, si c'était vraiment possible.

« Que dirais-tu de trouver un nouveau terrain de jeu ? Je ne sais pas voler et je suis encore tout petit, mais maintenant, j'ai bien envie de me dégourdir les pattes quelque part. »

Puis il frotta doucement son minuscule museau contre ses écailles en signe d'affection. Les dragons étaient vraiment fabuleux et il avait encore une fois fait une sacré rencontre !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Mar 15 Nov 2016 - 21:00

Le petit écailleux avait réussi à rester accroché sur son dos ! Impressionné par sa détermination le bleuté gloussa en voyant qu'il n'avait pas perdu de son enthousiasme bien au contraire. Les yeux emplie de milliers d'étoiles le petit dragon semblait une boule d'énergie inépuisable. À croire qu'il en était la source, que le monde tournait autour de ce petit soleil de bronze. Tant de vivacité dans un si petit corps, c'était intriguant mais fascinant ! Plus tard il ferait un merveilleux allié et voltigeur. Pour peu que les acrobaties l'ai inspiré, ce qui ne serait pas surprenant.

- Et bien merci à toi jeune apprenti, tu m'as dis être déjà monté sur le dos d'un de nos semblables, était-il ou elle acrobate ? Ou plus doux dans son vol ?

D'ordinaire il ne se comparait pas aux autres, à vrai dire le bleuté se jugeait bien différent car ceux de sa génération le voyait ainsi. Le dragon des elfes ... Celui qui a grandi dans la forêt loin de tout, à se demander s'il en sortirait un jour. Ou bien serait-il capable de se battre ? Vu que les elfes l'ont certainement trop influencé pour qu'il ose se servir de ses griffes ... Tant de remarques qui se lisaient dans le coeur des bipèdes. Mais dans l'esprit des autres dragons ! Il n'était pas inférieur non, simplement que Möebius n'était pas pris au sérieux ... Un gentil dragon inoffensif. Alors oui quand il se laissait aller à la colère il surprenait !

Heureusement cette étrange période était derrière lui, son combat contre les perles du Néant, le brouillard, l'Aube Rouge et bien sur son face à face à Vraorg lui avait valu quelques compliments ! Désormais il était bien un dragon, pas un écailleux pacifique. Alors oui savoir si l'un des siens était meilleur ou moins bon que lui l'intéressait. Il devait faire honneur à sa génération tout de même !

- Un nouveau terrain de jeu ?

Acquiesçant d'un hochement de tête le bleuté se dirigea vers la terre ferme en douceur, laissant ses ailes déployées suivant la brise matinale. Il atterrit tranquillement au milieu des arbres, puis une fois sur ses quatre pattes il tourna à nouveau la tête vers son passager.

-À quel jeu peux-tu bien penser ?

Amusé de sa proposition il se demanda qu'elle idée il pouvait bien avoir, dans l'idée ce serait un jeu qui conviendrait à leur deux tailles bien différente. Mais après tout il s'adapterait. L'Azuré se coucha sur le ventre en gardant une patte en avant afin de facilité la descente de son petit compagnon, il ajouta ensuite le regard pétillant.

- J'ai hâte de savoir ce que tu nous as choisi comme jeu.

Revenir en haut Aller en bas
Alkhytis
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Jeune dragon
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 8

Dragon Lié

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Sam 3 Déc 2016 - 17:20

Son aîné semblait être ravi de voir qu'il se soit amusé et surtout sans doute qu'il soit aussi impressionné par ses capacités. Comment n'aurait-il pas pu l'être ? Lui ne savait pas encore voler et il n'avait encore jamais fait de choses aussi folles dans les cieux ! C'était donc assez difficile de le comparer à d'autres, mais il lui avait laissé une bonne impression et le petit cuivré n'était pas du genre à cacher ses impressions, bien au contraire !

« Eh bien, je suis monté sur le dos de ma Mère-Dragonne le jour de mon éclosion pour aller chasser, j'étais vraiment très petit à ce moment-là et dehors c'était tout nouveau pour moi ! J'avais beaucoup aimé cette première impression, mais c'était un vol très calme, je n'aurais certainement pas su m'accrocher aussi bien qu'aujourd'hui et je serais tombé. Et puis j'ai volé il y a quelques jours sur le dos de mon Père-Dragon, on a fait plus de folies, mais pas autant qu'aujourd'hui. Je ne sais pas vraiment s'ils seraient meilleurs que toi au maximum de leur forme, mais je suis certain que tu es très doué dans ce que tu fais ! » Affirma-t-il franchement.

Tout en s'exprimant, il lui avait communiqué ses émotions et ses souvenirs de ces vols, ainsi il pouvait de lui-même se faire sa propre idée à ce sujet. Une chose était certaine : il avait terriblement hâte de pouvoir faire la même chose et non plus d'être sur le dos de ses aînés, mais de pouvoir s'agiter à leurs côtés et jouer d'une autre manière !
Malheureusement, il allait falloir attendre un peu pour cela, un temps qui lui paraissait infiniment long tant il n'était pas doté d'une grande patience.

Lorsqu'ils arrivèrent sur la terre ferme, Alkhytis se laissa glisser le long des écailles du bleuté pour redescendre et atterrit en sautant sur l'herbe fraîche. Immédiatement, il exécuta quelques cabrioles et se roula par terre pour sentir le sol un peu plus contre lui. Ici, il se sentait un peu plus lourd et c'était différent, mais il aimait bien cette sensation et il était ravi de pouvoir à nouveau bouger par lui-même.

« Ah ah ! Même si voler c'est vraiment génial, on est bien ici aussi, tu ne trouves pas ? »

Sa joie semblait ne vouloir jamais redescendre, tout comme son énergie folle. Mais il s'arrêta pourtant pour contempler les lieux autour d'eux, ouvrant grand ses yeux. La nature s'étendait partout ici et il n'y avait pas de traces de bipèdes.

« L'aventure ! L'exploration ! » S'exclama-t-il.

Puis il se retourna en direction d'Azur-des-Cieux, exécutant à nouveau un petit bond de joie.

« Les fabuleux explorateurs Möebius et Alkhytis sont arrivés sur une nouvelle terre inconnue ! Qu'est-ce qui les attend ici ? Quelles sortes de découvertes ? Quels ennemis vont-ils affronter ? Aha ! On va voir de quoi ils sont capables ! »

Le petit cuivré avait hâte de découvrir un peu plus ce nouveau lieu. Ils allaient y trouver tout un tas de trésors n'est-ce pas ?

« Regarde cette petite forêt là-bas ! Qu'est-ce que tu penses qu'on pourrait y trouver ? Vite ! Allons-y ! » S'exclama-t-il, brûlant d'impatience.

Et sans attendre, il s'élança au grand galop pour atteindre le bosquet qu'il venait de désigner. Vu sa petite taille, Azur-des-Cieux n'allait avoir aucun mal à le rattraper, même si pour un bébé dragon, il allait plutôt vite.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Mar 13 Déc 2016 - 22:42

- Eh bien je suis ravi que le vol d'aujourd'hui t'es été si gratifiant, c'était la mon seul objectif.

Fier de recevoir des compliments le bleuté se laissa submergé par la vagues d'émotions que lui communiquait le dragonnet. Effectivement sa mère digne de son rôle s'était montrée douce et bienveillante envers son petit. Qui aurait cru que Trissi puisse se comporter de la sorte ? Même si Elrond était venu lui en parler il ne l'aurait pas cru, à travers le lien évidemment il aurait deviné qu'il s'agissait de la vérité ... Mais l'ayant connu directement et subi ses sauts d'humeurs ainsi que sa colère ... Non il ne pouvait y croire, mais puisque c'était Alkhytis son fils lui-même. Il ne pouvait prétendre le contraire. Quant au vol avec Cynoë le jeune dragon améthyste entretenait les rumeurs à son sujet : taillé pour le vol il avait attiré le regard du bleuté dés leur première rencontre bien des années auparavant. il avait vu en lui la renaissance même de ses semblables. Non seulement il possédait déjç bien des qualités mais surtout il avait tenu tête sans trembler face à leur aïné Verith. Et pour cela il fallait avoir confiance en ses capacités ! Et de l'aplomb !

Une fois sur la terre ferme le bleuté recroquevilla ses ailes sur son dos en prenant garde à son petit passager. Celui encore plus vif qu'un lapin avait déjà glissé dans l'herbe verte. Trop fier de regagner son univers il se roula par terre pour exprimer sa joie. Möebius l'observa tandis qu'il jouait ... Des visions de sa propre jeunesse lui revinrent lorsqu'il se promenait des heures durant dans la forêts avec son lié, il chassait ensemble et même s'il n'y avait pas de prise c'était toujours u moment de jeu : courir à travers les hautes herbes, chasser les mouches ... Toutes sortes de choses qu'il aimaient tellement faire. Et de constater que les nouvelles générations avaient cette joie en eux et non la guerre et la haine l'apaisait ... Et l'amusait.

Mis à part cela, l'écailleux Azur joyeux écouta son petit camarade, il était si dynamique et enthousiaste ! Qu'est-ce que cela pourrait donner le jour ou il pourrait de lui-même rejoindre les nuages ? Oubliant que Alkhytis lui avait posé une question le bleuté rêvassa encore un peu avant de secouer la tête et se reprendre.

- Eh bien j'ai réappris a aimer la terre ferme. Au début je ne faisais que voler car le ciel me paraissait plus intéressant, mais seul finalement ça l'est moins.

Acquiesçant à sa question le bleuté se pencha pour le regarder de plus près, tandis que Alkhytis au bord de l'implosion se tourna vers lui.

« Les fabuleux explorateurs Möebius et Alkhytis sont arrivés sur une nouvelle terre inconnue ! Qu'est-ce qui les attend ici ? Quelles sortes de découvertes ? Quels ennemis vont-ils affronter ? Aha ! On va voir de quoi ils sont capables ! »

Complètement pris au dépourvu le bleuté inclina d'abord la tête sur le côté se demandant bien ce qu'il lui arrivait ... Puis voyant bien qu'il avait face à lui un dragonnet, Möe colla son poitrail au sol en gardant l'arrière-train levé tel un chat face à un nouveau jeu. Se prenant à nouveau comme un jeune dragon il se prêta volontiers à ce jeu.

- Ce qu'il s'y trouve ? Allons tous simplement l'explorer ! Les explorateurs Alkhytis et Möebius ont se devoirs de découvrir de nouveaux horizons !

Tonna-t-il fier de son interprétation de conquérant qu'il venait de prendre. Sans même réaliser que son compagnon de route venait de s'en aller s'en lui. Grognant le bleuté se mit à poursuivre le petit Cuivre, au début il ronchonna avant de glousser tel le grand bébé qu'il était redevenu.

Revenir en haut Aller en bas
Alkhytis
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Jeune dragon
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 8

Dragon Lié

MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius] Jeu 22 Déc 2016 - 6:41

Ce n'était peut-être que de petits riens, mais pour le dragonnet, chaque chose qui peuplait ce monde était comme une nouvelle découverte. Aucun bosquet ne se ressemblait, tout comme les êtres vivants semblaient tous être toujours tellement étonnants ! Alkhytis n'aurait pu comparer Azur-des-Cieux à qui que ce soit, que ce soit la couleur de ses écailles, sa manière de voler ou les jeux qu'ils allaient faire ensemble.
Il était ravi qu'il soit lui aussi emballé à l'idée de jouer les explorateurs et il l'avait même incité à aller explorer ce fabuleux lieu qui s'offrait à eux, d'une voix tonnante qui l'avait grandement impressionné. Nul doute qu'on ne devait pas faire le fier lorsqu'on l'entendait rugir ! Après tout, c'était déjà un grand dragon !

Il n'eut d'ailleurs aucun mal à le rattraper et ils arrivèrent bientôt à l'orée de la forêt. Immédiatement, Alkhytis stoppa sa course et se tapit au sol, à demi enfoui dans les grandes herbes tant il était encore petit !

« Chut ! Chut ! Plus un bruit ! Il va falloir rentrer furtivement pour s'assurer qu'il n'y a pas d'ennemis et s'il y en a, on pourra les prendre par surprise ! » Chuchota-t-il tout bas dans l'esprit de son compagnon, même si on ne pouvait pas les entendre et qu'il pouvait tout aussi bien s'exprimer à tue-tête.

Puis il tourna la tête dans sa direction et réalisa qu'il était quand même bien trop grand pour passer inaperçu.

« Bon. Ça ne va pas marcher. Tu es beaucoup trop voyant ! » Dit-il comme s'il s'indignait de ce fait, ça l'amusait en réalité. « Je sais ! Je vais partir devant et s'il y a des méchants, hop ! Je te préviens et tu leur bondis dessus en faisant quelque chose comme : GRAAAAAH ! »

Et c'était parti ! Sa taille facilitait son infiltration et il bondissait de cachette en cachette, se relevant parfois pour observer les alentours et communiquant à son partenaire des informations. Rien ici, rien là-bas non plus et puis soudain, il s'écria :

« Aaah ! Vite ! Vite ! Ici ! Il y a une bestiole... ENORME ! » S'exclama-t-il à la fois impressionné et un peu paniqué.

En effet, un imposant sanglier se tenait dans la petite clairière qu'il venait tout juste d'atteindre. Il n'avait pas l'air commode du tout et, bien évidemment, comme Alkhytis était un peu trop agité pour être tout à fait discret, il remarqua sa présence. Ça n'avait pas l'air de lui plaire et il se mit à grogner, grattant le sol de sa patte. Le petit cuivré se figea, mais cela ne suffit pas et voilà qu'il se mit à charger dans sa direction !
Le dragonnet ne demanda pas son reste et ni une ni deux, il bifurqua au grand galop dans la direction d'Azur-des-Cieux.

« Il est enragé ! Sauve qui peut ! » S'écria-t-il. Mais c'était drôle ! Et l'on pouvait sentir qu'il s'amusait follement !

Une course folle se déclencha alors et le petit cuivré eut tout juste le temps de grimper sur le dos de son aîné pour éviter de se faire embrocher. On put alors voir l'azuré zigzager dans tous les sens jusqu'à épuiser leur fol adversaire qui finit tout de même par renoncer. Bien sûr, à eux deux, ils auraient certainement pu l'attaquer de front, il suffisait simplement d'éviter ses défenses et ce n'était pas si difficile pour un petit et un imposant dragon, mais c'était bien plus drôle comme ça n'est-ce pas ?
Malheureusement, cela faisait déjà assez longtemps qu'ils étaient partis à l'aventure et Alkhytis commençait à avoir envie de rentrer. Sa Liée était loin, elle lui manquait et il n'était encore qu'un bébé. Sans sa Liée-Rayonnante, que pouvait-il faire ? Azur-des-Cieux déploya donc à nouveau ses grandes ailes et l'emporta haut dans les airs, direction la cité elfique cette fois-ci.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius]

Revenir en haut Aller en bas

Quand l'Azur du Ciel rencontre la Terre [Möebius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Françoise d'Aubigné, un pont entre Ciel et Terre ...
» A mi-chemin entre Ciel & Terre [ Pv Pépé ] [TERMINE]
» Petit Papa Noel quand tu descendras du ciel...
» Petite Buse | L'oiseau étendit ses ailes et s'envola dans l'azur du ciel ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-